BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Près de la cheminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Près de la cheminée   Mer 7 Sep - 18:42



Près de la cheminée




L'âtre de la cheminée est impressionant, et d'une beauté époustoufflante. Dessus, des crânes entre autres, mais rien de morbide, cela apporte son charme. Devant la cheminée un énorme tapise moutonneux sur lequel on aime se prélasser. Pour plus de détails lire la Note du Staff + Plan.

Cette zone est une zone de RP non libre, ce qui signifie que pour RP après quelqu'un vous devez avoir son accord si le RP précédent est toujours en cours, sauf en cas de RP unique, ou si le RP précédent est un RP libre, ou encore si le RP précédent, non clôturé, est sans réponse depuis un mois.





Codage de Louna ©
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Sam 26 Nov - 2:37

Kalis et Myosotis venaient de revenir de la volière. Lorsqu’ils s’y trouvaient, le serpentard avait posé encore deux autres questions à la nouvelle élève. La première concernait une chose qu’elle avait dite peu auparavant : il voulait savoir de quel genre de clients elle parlait. La seconde, quant à elle, concernait la citation de Socrate qu’elle avait faite. Elle n’avait pas répondu immédiatement. Ce n’est que lorsqu’ils traversèrent le parc qu’elle lâcha, au milieu de rien, continuant la conversation qu’ils avaient entamée trois minutes auparavant :

« Non j’couchais pas pour du fric. Y a plus d’un taff’ dans les rues où les clients peuvent péter un plomb, t’sais. Et l’fait qu’on m’ait fait du mal c’est qu’un détail, un détail atroce, c’est vrai, mais un détail quand même. C’est pas ça qui a fait d’moi c’que j’suis aujourd’hui. Si j’me comporte comme une conn*sse, c’est tout simplement parce que j’décide d’agir comme ça. Bref, faut pas chercher. C’est compliqué à comprendre. »

Elle n’alla pas plus loin dans sa réflexion. Après tout, si le jeune homme n’était pas capable de comprendre, ce n’était pas son problème. Le silence ce fit à nouveau entre les deux serpentards. Elle ne pensait à rien, lui semblait méditer sur les dernières paroles qu’elle avait dites. C’est donc sans un mot qu’ils traversèrent le château, où ils ne croisèrent personne. Ils arrivèrent rapidement dans leur salle commune, toujours vide. Le feu brûlait encore dans la cheminée et rien n’avait changé depuis leur départ… Ou presque. 

Au fond de la salle, sur l’une des tables de travail, plusieurs plats étaient disposés. Dans le premier plat, il y avait une demi douzaine de sandwiches tous différents. Dans le second, des sushis. Le troisième et dernier plat, quant à lui, contenait trois parts de gâteaux. Il y avait également une carafe contenant un étrange liquide orangé. Tandis que le jeune garçon se laisse tomber sur le canapé, Myosotis s’approche de la table. Elle regarde alors rapidement ce qui s’y trouve. 

Elle entend le serpentard baragouiner quelque chose derrière elle mais elle n’entend pas de quoi il s’agit. La jeune fille sort alors sa baguette de son sac et lance un sortilège informulé sur le plat contenant les sandwiches, la carafe et l’un des gobelets mis à sa disposition. Elle fait virevolter tout cela devant elle et retourne près du feu. Une fois que tout fut posé sur la table basse, la jeune fille s’installa sur le tapis moelleux, en tailleur, tournant le dos au feu et faisant ainsi face au serpentard.

Le jeune homme se met alors à rire nerveusement tout en se pinçant l’arrête du nez entre son pouce et son indexe. Tout en mordant dans un sandwich au thon, Myosotis lui jette un regard. Il semble être particulièrement exténué. Mais pourquoi ne va-t-il donc pas dormir dans ce cas ? La jeune fille n’en sait rien. Il lui demande alors soudain son nom. Elle avale alors sa bouchée et répond tout en se versant un verre de cette boisson qui lui est inconnue : 

« Mon nom ? Wilkes. Et mon prénom c’est Myosotis. Certains m’appellent juste Myo, d’autres juste ’Tis. Et toi ? »

En attendant la réponse du jeune homme, elle sent ce que contient son verre, tentant de déterminer par l’odeur le nom de la boisson. N’y parvenant pas, elle boit une gorgée. *P*tain mais c’est quoi c’te merde encore ?!* Du jus de citrouille. Le goût ne lui plaisant absolument pas, elle ne peut s’empêcher de grimacer. Elle repose alors son verre sur la table basse, préférant ne plus rien boire du tout. Elle mord à nouveau dans son sandwich.  

[suite du RP de la volière avec Kalis]
Revenir en haut Aller en bas
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mar 29 Nov - 19:30

Comme prévu, il y a une petite brise fraiche qui les accueille à la sortie de la volière. Kalis ferme les yeux une minute pour en profiter avant de suivre Myosotis dans le château , tout en écoutant son récit. Elle a l'air d'avoir vécue des choses atroces, et ne pas le voir serait étonnant. Pour toute réponse, il hoche la tête puis réfléchit à ce qu'elle vient de dire.


Rapidement, ils regagnent leur salle commune. L'odeur des sandwiches lui envie de vomir tellement il a peu faim. Levant un pied, il repousse l'assiette de nourriture encore plus loin de lui , tout au bord de la table basse. Il a déjà la tête qui tourne, alors si l'odeur de la bouffe se mêle à ça, ca va pas le faire. C'est en les observant cependant deux-trois minutes qu'il se rend compte qu'il ne mange vraiment plus. Et il est si concentré sur ses pensées qu'il entend à peine la phrase de la jeune fille.

Kalis passe une main dans ses cheveux emmêlés et lui répond avec un gros soupir en détournant ses yeux.


« Moi c'est Kalis. Pour moi, pas de surnom. Ne le prend pas mal , mais on risque pas d'être très amis tous les deux, et j'aime pas que l'on me donne des surnoms » Sauf Luvion. Qu'elle n'y voit aucun intérêt personnel , mais le serpentard s'est rendu compte que dans les rares amis qu'il avait, la moitié l'ont abandonnés. Essayant de ne pas penser à ce détail quelque peu douloureux, il se concentre sur les flammes, par-dessus l'épaule de Myosotis qui s'est assis devant lui. Comme un éclair lors d'un orage, ces paroles de tout à l'heure lui reviennent en mémoire.



« Tu sais, on agit tous d'une manière différente c'est vrai. Mais ne crois pas que dès ta naissance tu as été ..comme ça. Quoi que tu dise, quelque chose à forcément fait ce que tu es aujourd'hui. Tu as simplement fais le choix de devenir cette personne. » A ce moment là, il pense à Jasper et ce qu'il a fait. Il pense aussi à lui même.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mar 29 Nov - 21:01

C’est alors qu’il passe sa main dans ses cheveux et donne son nom, précisant qu’il ne voulait pas qu’elle lui donne de surnom, car, d’après lui, ils n’allaient pas être amis. Myosotis ne peut s’empêcher de sourire tout en mettant dans sa bouche la fin de son sandwich et en lui lançant un très bref regard. Kalis regarde pas dessus l’épaule de la jeune fille. Il semble s’être perdu dans les flammes. C’est alors que, soudain, alors que la demoiselle venait d’avaler sa dernière bouchée, il s’exclama :

« Tu sais, on agit tous d'une manière différente c'est vrai. Mais ne crois pas que dès ta naissance tu as été… Comme ça. Quoi que tu dise, quelque chose à forcément fait ce que tu es aujourd'hui. Tu as simplement fais le choix de devenir cette personne. »

Myosotis fronce très légèrement les sourcils en le regardant. Elle croise les bras sur la table, manquant de faire tomber le plat de sandwichs que Kalis a repoussé. Elle le regarde sans bouger, totalement stoïque. C’est alors que, d’une voix particulièrement neutre, elle lui dit : 

« Tu m’connais pas Kalis. Et tu m’connaîtras jamais. Alors arrêtes de balancer de telles conneries en parlant d’moi. Ah et, pour l’truc que t’as dit avant, sur l’fait qu’on peut pas être amis… Je n’ai jamais eu d’amis. J’en aurais jamais. On s’ra pas amis, jamais, c’est vrai, mais on s’ra alliés. Tôt ou tard. »

Sur ce elle se leva. Elle était fatiguée, et elle se réjouissait de se coucher. Le professeur Turner lui avait dit où se trouvait son dortoir. Elle s’en alla donc, sans même dire au revoir à Kalis, le laissant repenser à ce qu’elle venait de dire. Myosotis commençait à sentir le bout de son nez lui picoter. Elle espérait qu’elle n’allait pas tomber malade après la petite escapade qu’elle avait faite dans le parc à pieds nus… 


Sourire que Myosotis lance à Kalis en l'entendant parler d'amitié:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mer 30 Nov - 20:28


Evidemment... EVIDEMMENT, elle le contredit, alors qu'une partie d'elle sait très bien qu'il a raison. Parce que c'est pas simplement...comme ça. Il l'écoute attentivement cependant , se contentant de sourire.

« Je ne parle pas de toi spécialement Wilkes, ne te sens pas visé. Et ne crois pas non plus qu'il s'agit de simples..conneries, comme tu dis. Sache que c'est comme ça, que tu le nie ou pas. » 

Il lui offre son plus beau sourire hypocrite. Tout simplement parce qu'elle n'a rien compris. Encore une de ses filles qui veut jouer les dures.. et peut être qu'elle l'est, peut être pas. Mais elle ne peut pas changer la nature des choses, et c'est ainsi. Ce qui l'intéresse cependant, c'est sa dernière phrase - elle a des idées derrière la têtes. Des idées qui attirent beaucoup trop le serpentard...
Avant qu'il n'ai le temps de l'interroger, la jeune fille s'éloigne. Ses iris claires la suivent jusqu'à ce qu'elle disparaisse derrière la porte. Le jeune homme se met à sourire. Il na jamais eu de réels alliés, juste des élèves qu'il utilisait, ou avec qui il avait accepté de faire une alliance simplement dans son propre intéret. Mais ça, elle l'ignore. Luvion, Rory... Eux deux, c'était différent. Il essaye de ne pas y penser. Une nouvelle fois, il est attiré par les flammes et pour la troisième fois depuis une semaine, il est certain qu'il va s'endormir devant le feu.



FIN DU RP.
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Ven 17 Mar - 11:37

(Samedi 18 mars, vers 4h du matin)

Les giboulées de Mars, cetrte période si particulière de l'année où, soudainement, une averse violente pouvait uer dans l'oeuf tout projet d'escapade dans la forêt. Luv soupira et s'accroupit devant la cheminée. Il n'avait pas envie de dormir et ses muscles le démangeaient. Il avait besoin de bouger. Il observa le feu pendant de longues minutes, se perdant dans la contemplation des langues rouges et oranges dansant dans l'âtre. Fascinant et terrifiant. Il se redressa et posa sa vieille veste élimée sur un fauteuil. Il rajusta sa casquette pour qu'elle ne tombe pas, retira ses grosses chaussures en cuir et entreprit de passer de la position debout sur les pieds à la version sur les mains. Luv avait besoin de se dépenser et il ne pouvait pas sortir sous peine de revenir trempé et donc d'indiquer, pas des pas humides et peu discrets à Rusard qu'il avait enfreint le règlement.

Luv était comme un acrobate, souple et fin, son coprs était adapté au milieu de vie de son père, la forêt. Il fit quelques cabrioles, retombant avec souplesse et discrétion sur le sol. Il sentait son corps répondre à la moindre de ses sollicitations, un sourire paisible sur les lèvres.

[RP libre]
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Sam 18 Mar - 10:06

Myosotis s'était réveillée au milieu de la nuit, la gorge sèche, et une envie soudaine de boire quelque chose d'autre que l'eau sous pression qui sortait du robinet de la salle d'eau. Elle avait donc quitté son lit pour aller dans la Salle Commune. Se rendant compte que l'air était plus froid hors de son lit qu'à l'intérieur, elle avait enfilé une robe de chambre noire en soie par dessus l'unique vêtement qu'elle portait : une nuisette blanche. Elle n'avait cependant pas fermé la robe de chambre, laissant par conséquent sa nuisette tout à fait visible. Elle avait juste froid aux bras, après tout. 

Sa chevelure était légèrement plus ébouriffée qu'à l'accoutumée, mais si peu que cela ne changeait pas tant que ça, au final. Sur son visage, il n'y avait pas la moindre trace de maquillage : ayant pris une douche avant d'aller dormir, elle n'avait bien évidemment pas remit son habituel fard à paupière noire sur ses yeux avant de rejoindre son lit. C'est donc ainsi vêtue et ainsi coiffée qu'elle descendit les marches de pierre à pieds nus. Arrivée dans la Salle Commune, elle jeta un rapide coup d'oeil à la Salle et remarqua que quelqu'un était assis devant la cheminée. Luvion. 

Faisant d'abord comme si l'albinos n'était pas présent, Myosotis s'approcha de la petite table sur laquelle trônaient des carafes remplies de diverses boissons et s'empara de celle qui contenait du jus de fruits. Elle prit l'un des verres en plastique mis à disposition et le remplit. Ensuite, elle se retourna et se dirigea vers la cheminée, son verre plein à la main. Arrivée près de Luvion, elle s'installa à côté de lui, posant sa main sur son épaule tout en s'asseyant à même le sol. Lui était accroupi, elle était assise, les jambes tendues en direction de la cheminée, croisées à la hauteur des chevilles.

"Yo Blanco. Ca s'passe ?"

Elle avait dit cela une fois assise, le dos appuyé contre la table basse qui se trouvait derrière elle. Ce n'était pas très confortable de s'installer ainsi, mais la brune avait connu tellement pire que cela ne la dérangeait pas tant que ça, au final. Il y avait également le fait qu'elle était trop fatiguée pour s'installer autrement. Sirotant son jus en attendant la réponse de son camarade, elle mit ensuite son verre entre ses jambes, le tenant de ses deux mains, les yeux rivés sur le feu brûlant dans l'âtre. Myosotis ne connaissait pas Luvion plus que cela, ne lui ayant pas vraiment reparlé depuis le soir qu'ils avaient passé en compagnie d'une Gryffondor au bord du lac. Elle avait donc un avis encore mitigé à son sujet : était-ce un élève comme les autres, un adolescent n'ayant rien de plus à raconter que ses soucis de bientôt-jeune-adulte, ou avait-il quelque chose de plus ? 
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Dim 19 Mar - 0:34

Luv se redressait d'un pont, le dos courbé en arrière, il se retrouva accroupis face à la cheminée, ses yeux se perdant à nouveau dans la contemplation des flammes. Il entendit des pas descendre de l'escalier du dortoir des filles mais ne se retourna pas. Il reconnut Myosotis à son odeur de tabac froid malgré une forte fragrance de gel douche. Elle se servit un verre et vint s'asseoir à côté de lui, il ne décrocha pas des flammes. Il pensait à celles, noires, qu'il avait tatouées sur la hanche. Le feu le fascinait et lui rappelait aussi cruellement une partie de son histoire.

- Yo Blanco. Ca s'passe ?


Luv fut presque surpris par la voix de Myosotis, il se tourna vers elle.


- Ca se passe ... et toi ?


En réalité, il attendait juste qu'elle parte pour continuer ses acrobaties sans devoir faire perpétuellement attention à sa casquette.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Dim 19 Mar - 11:49

Myosotis ne répondit pas immédiatement, les yeux perdus dans les flammes dansant dans la cheminée. De temps en temps, une flamme prenait pendant une seconde à peine une forme ou l'autre avant de changer à nouveau. Rapide. Imprévisible. Dangereux, et pourtant si merveilleux. Le feu. Elle avait envie d'y mettre ses mains toutes entières, pour sentir les flammes glisser entre ses doigts. Elle avait envie de plonger dans l'âtre et de s'y coucher, pour y dormir au chaud. Elle avait envie de ne faire qu'un avec cette lumière chaude et vacillante. Elle avait envie... D'être le feu. Se souvenant que le jeune homme aux cheveux blancs avait répondu à sa question, elle répondit tout en glissant son regard jusqu'à son verre de jus. 

"Mouais... J'en ai marre d'être ici. J'voudrais m'barrer, mais j'le peux pas... Ils me feraient revenir... Bref." Elle détacha son regard de son verre et le posa sur Luvion avant de demander : "Pourquoi t'es accroupi en fait ? Assieds-toi, non ?"

En attendant sa réponse, elle but une gorgée de jus, l'observant par dessus son verre. Elle sentait ses pieds se réchauffer peu à peu grâce au feu de cheminée. Luvion semblait être aussi fasciné qu'elle, si ce n'est plus, par les flammes. Il n'y avait pas un bruit dans la Salle commune, en dehors de celui provoqué par le bois en combustion et par la respiration des deux Serpentard. Ce calme était pénétrant, omniprésent, et Myosotis espérait que rien ni personne ne viendrait le troubler. Elle ne savait pas s'il était interdit ou non de sortir des dortoirs après une certaine heure... Sans doute avait-elle oublié cette règle, comme beaucoup d'autres, mais elle préférait ne pas y penser. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mar 4 Avr - 13:16

Myosotis laissa passer quelques minutes, comme fascinée par les flammes. Ainsi ils étaient deux à fixer les langues brûlantes dans le silence crépitant de la salle commune.


- Mouais... J'en ai marre d'être ici. J'voudrais m'barrer, mais j'le peux pas... Ils me feraient revenir... Bref. Pourquoi t'es accroupi en fait ? Assieds-toi, non ?

Luv ne tint pas compte de sa remarque et resta dans sa position initiale, parfaitement à l'aise. Il haussa les épaules.

- Chacun sa position.


C'était surtout un vieux réflexe, il était plus facile de se mettre debout à partir de cette position et donc plus simple de se carapater si le besoin se faisait sentir. Puyis Luv, se remémorant les paroles de sa camarade de maison, lui jeta un regard interrogateur.

- Ils ? C'est qui "ils" ? Tes parents ?

Ce n'était pas dans ses habitudes de poser ce genre de questions mais sa curiosité fut plus forte que son habituelle retenue.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mar 4 Avr - 18:36

En entendant la réponse de Luvion, Myosotis haussa légèrement ses épaules et tourna à nouveau ses yeux vers les flammes. Elle respectait parfaitement la volonté de son camarade de maison, bien qu'elle ne comprenne absolument pas cette lubie de vouloir rester accroupi. Elle se demandait s'il avait d'autres habitudes étranges du genre. D'ailleurs... Pourquoi portait-il sa casquette aussi tard dans la nuit ? Ne l'enlevait-il donc jamais ? Myosotis commença à imaginer Luvion en train de dormir avec sa casquette vissée sur la tête, ou encore en train de se doucher avec elle. Elle réprima un rire. C'est alors que le jeune homme lui posa une question. Lorsqu'il lui demanda si elle faisait allusion à ses parents, la brune ne put s'empêcher d'éclater de rire. Un rire franc, sortit du plus profond de sa gorge fatiguée. S'étouffant presque, elle toussa à plusieurs reprises avant de finalement retrouver son calme. 

"Excuse-moi, c'était nerveux. Mes parents ? Non. Pas eux. Déjà parc'que ma mère est morte, et ensuite parc'que Wilkes n'en a rien à foutre de ma poire. J'pourrais être en train d'crever, il s'en battrait les cou*lles. J'parlais des gens qui m'ont envoyées ici. Les gens du Ministère... Les seuls qui pensent qu'j'suis pas un cas totalement désespéré." 

Elle avait parlé comme si de rien était, comme si tout ce qu'elle disait était parfaitement censé et qu'aucune de ses paroles ne pouvait être considérée comme "hors de l'ordinaire". Elle n'avait jamais tenté de cacher son histoire, mais ne la criait pas non plus sur tous les toits. Il est vrai que, lorsque l'article de journal mentionnant son géniteur était paru, elle s'était attendue à ce que tout le monde la questionne, mais cela faisait tellement peu de temps qu'elle était arrivée à Poudlard que personne ne connaissait son nom et, par conséquent, aucun élève n'avait fait le rapprochement entre elle et l'homme mentionné dans le journal. Tant mieux pour elle, cela dit en passant. Elle but une nouvelle gorgée, fixant toujours les flammes, et demanda ensuite sans même regarder son camarade et sans lui laisser le temps de répondre à ce qu'elle venait de dire 

"A moi d'poser une question. Pourquoi tu portes toujours c'te casquette ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Lun 10 Avr - 23:35

Myosotis se mit à ricaner après sa réponse, amusée par elle ou par quelque chose dans sa tête ? Luv ne le savait pas. Elle finit par éclater de rire, sa voix cassée résonnant étrangement dans l'atmosphère tamisée de la pièce. Elle faillit s'étouffer et Luv tourna vers elle, brusquement inquiet. Il n'avait pas très envie qu'elle meure étouffée devant lui. Elle finit néanmoins par se calmer.

- Excuse-moi, c'était nerveux. Mes parents ? Non. Pas eux. Déjà parc'que ma mère est morte, et ensuite parc'que Wilkes n'en a rien à foutre de ma poire. J'pourrais être en train d'crever, il s'en battrait les cou*lles. J'parlais des gens qui m'ont envoyées ici. Les gens du Ministère... Les seuls qui pensent qu'j'suis pas un cas totalement désespéré.


Luv haussa un sourcil surpris, il ne s'attendait pas à cette réponse. Et c'était d'autant plus surprenant qu'habituellement, les passés difficiles n'étaient pas quelque chose qu'on abordait facilement ou alors trop facilement. Dans un sens, il admirait Myosotis pour ça, être capable de parler de choses difficiles qui lui étaient arrivées comme si elles étaient normales, sans s'en cacher et sans s'en vanter. Il hocha la tête sans poser de question, ne voulant pas rentrer dans son intimité.

- Moi aussi, je pense que tu n'es pas un cas désespéré. Personne ne l'est réellement.


Il n'espérait pas qu'elle lui réponde, simplement, il était persuadé qu'avec un peu de volonté, on pouvait se sortir de n'importe quelle situation, du moins il tentait de se le dire.

- A moi d'poser une question. Pourquoi tu portes toujours c'te casquette ?


La question le prit au dépourvu et il se tendit instinctivement. Il se mit debout, pour créer une distance de sécurité. Myo ne pourrait pas attraper son couvre-chef par surprise comme l'avait fait Ariane. Elle serait obligée de se lever et Luv la verrai venir. Il fixait le feu, la mâchoire serrée.

- Un cadeau de ma mère, expliqua-t-il, j'y tiens énormément.

C'était la vérité, pas totale certes mais il espérait que cela lui suffise.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mar 11 Avr - 12:23

Myosotis ne répondit rien à ce que lui avait dit son camarade, concernant la nature de son cas. Après qu'elle ait posé sa question, elle sentit Luvion se tendre. Tandis qu'il se relevait, la brune tourna la tête pour le regarder. Tendu comme une arbalète, on pouvait le dire. C'était tout juste s'il n'était pas parti en courant. Son visage affichait très clairement une certaine crainte. Mais que craignait-il ? Myosotis ? Une mignonne petite fille comme elle ? Bon, je vous l'accorde, mignonne n'est pas l'adjectif qui décrit le mieux la brune. Elle serait plutôt... Attachiante. Fortement chiante, mais restant néanmoins attachante. 

"Un cadeau de ma mère, j'y tiens énormément."

Il ne mentait pas. Du moins... Pas tout à fait. Son mensonge n'était pas dans ce qu'il avait dit, mais dans ce qu'il n'avait pas dit. Il cachait quelque chose : ses muscles faciaux parlaient plus qu'il ne le pensait. Myosotis l'observa en silence, observant chaque recoin de son visage à la recherche d'une réponse. N'en trouvant pas, elle se contenta de plonger ses yeux bleus dans ceux de Luvion et de dire sur un ton calme... Beaucoup trop calme : 

"Tu mens pas, mais tu m'dis pas tout. Je n'doute pas que tu tiens à c't objet, mais c'est pas la réelle raison qui t'pousse à porter c'te casquette vingt-quatre heures sur vingt-quatre..... J'me trompe ?"

Elle ne le quittait pas des yeux, restant parfaitement immobile. Elle ne serait pas surprise de le voir partir en courant tel un bouc apeuré. S'il le faisait, Myosotis ferait tout ce qui est en son pouvoir pour découvrir ce que le jeune homme aux cheveux blancs cachait. Elle était comme ça, la brune, beaucoup trop curieuse. Sans doute l'un de ses principales défauts... Sa curiosité l'avait à de maintes reprises mise dans de beaux draps, et pourtant, cela n'avait jamais calmer ne serait-ce qu'un peu ses ardeurs. Myosotis continuait à observer silencieusement Luvion, attendant qu'il réponde à la question qu'elle venait de poser. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mar 18 Avr - 22:02

Myosotis était perspicace, beaucoup trop perspicace au goût de Luv. Il risqua un coup d'oeil dans la direction de la jeune fille et celle-ci plongea ses yeux bleu perçant dans les siens. Luv déglutit et se tourna à nouveau vers le feu, une boule commençait à se former dans son ventre et il n'aimait pas ça du tout.

- Tu mens pas, mais tu m'dis pas tout. Je n'doute pas que tu tiens à c't objet, mais c'est pas la réelle raison qui t'pousse à porter c'te casquette vingt-quatre heures sur vingt-quatre..... J'me trompe ?


Luv serra les poings. Il devait absolument protéger son secret, trop de personnes étaient déjà au courant et il ne voulait pas que l'affaire s'ébruite ou sa vie deviendrait un enfer. Il décida de tenter le tout pour le tout. Il prit un air assuré et un léger sourire qu'il espérait crédible vint orner ses lèvres.

- Oui, tu te trompes. Je ne le porte pas tout le temps, mais très souvent c'est vrai, j'aime avoir ma mère près de moi.

En réalité, il voulait juste qu'elle comprenne qu'il n'approfondirait pas. Peu importe qu'elle le croit ou non, il ne voulait pas qu'elle sache.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mer 19 Avr - 20:45

Myosotis aimait beaucoup trop voir Luvion se liquéfier sur place.  C'était comme si une peur interne l'empêchait clairement de prendre la poudre d'escampette alors que sa tête lui criait de s'en aller. Du moins, c'est ce dont la brune avait l'impression. Peut-être se trompait-elle, mais au vu de la manière dont le Serpentard avait soudainement détourné les yeux, elle avait visé dans le mille : il avait peur. Le fait que les jointures de ses mains blanchissent très légèrement après sa prise de parole ne vint que renforcer l'impression de Myosotis. Mais de quoi avait-il peur ? Telle était la question ! 

"Oui, tu te trompes. Je ne le porte pas tout le temps, mais très souvent c'est vrai, j'aime avoir ma mère près de moi."

C'était tout juste si sa voix ne s'était pas brisée au milieu de sa réponse. Simple émotion due à la mention de sa mère ? On aurait pu le croire. Mais Myosotis, ce n'est pas "on". Non, la brune ne croyait pas à cette théorie-là, ni aux nombreuses autres qui défilèrent rapidement dans son esprit : la seule et l'unique, celle à laquelle la Serpentard croyait, c'était que son camarade cachait quelque chose. Mais qu'avait-il de spécial, cet objet ? Etait-ce un Portoloin trafiqué de manière à ce qu'il puisse déjouer les sortilèges de protection mis en place autour de Poudlard ? Myosotis aurait bien besoin d'un tel objet. Ou était-ce une sorte de casquette-magique-de-triche dotée d'une conscience propre, comme le Choixpeau, par exemple, mais dont la fonction serait de donner les réponses des contrôles à son propriétaire ? Après tout, la magie peut faire des choses magnifiques, alors pourquoi pas ça ? Revenant à l'instant présent, la brune lâcha tout simplement : 

"J'ai vu meilleur menteur." puis ajouta après un court laps de temps : "Si tu veux rien m'dire de plus, c'est ton choix ! Mais j'te préviens : j'finis toujours par trouver les réponses aux questions que j'me pose. D'une manière ou d'une autre... Faut juste prendre en compte que plus j'galère à trouver une vérité, plus j'suis tentée d'la balancer au premier venu. Maintenant à toi d'voir. Si tu m'dis maintenant c'que ta casquette a d'spécial, alors j'me la fermerai. Si tu me mens, ou si t'as pas envie que j'sache, alors ton secret éclatera au grand jour à l'instant même où j'le percerai. Faites vos jeux, rien ne va plus !"

Myosotis avait parlé sans quitter Luvion des yeux. Elle observait chacune de ses réactions, de la plus petite microexpression faciale à la grosse veine qu'elle devinait sous sa peau pâle, sur son cou. Elle avait ajouté les derniers mots sur un ton provocateur, faisant bien évidemment référence à un jeu d'argent moldu entièrement –du moins, lorsqu'il n'y avait pas de tricherie– basé sur la chance. Luvion avait désormais le choix : soit il tentait le diable en partant du principe que la brune ne découvrirait jamais son secret, soit il se savait malchanceux et donnait à Myosotis la réponse à sa question. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Jeu 27 Avr - 13:40

Luv priait intérieurement qu’elle accepte ses explications. Il tenta de réguler sa respiration, voilà un bon moment qu’il ne s’était pas retrouvé dans cette situation. Il lorgna la porte du dortoir avec l’intense envie de s’y réfugier, il n’aurait d’ailleurs jamais dû en sortir. Myosotis semblait parfaitement à son aise. Elle se tourna vers Luv et lâcha sa bombe. Le sang-mêlé se tendit immédiatement. Il réfléchissait à toute vitesse, il ne pouvait tout simplement pas lui montrer. D’une part parce qu’il ne le voulait pas, d’autre part parce qu’il ne le pouvait pas. La peur du rejet était tellement ancrée en lui qu’il se sentait tout bonnement incapable de retirer cette fichue casquette. Mais en revanche, il savait parfaitement que Myosotis était tout à fait capable de tout balancer. Et là, il risquait gros. Luv réfléchit à la vitesse de l’éclair mais rien de ce qui sortait de ces réflexions n’était encourageant ou même utile. Il tira nerveusement le bas de son tee-shirt et prit la parole d’une voix plus qu’hésitante. Il ne savait pas ce qu’il allait dire et improvisait totalement.


- Elle n’a rien de spécial, fit-il.


Et c’était vrai, seulement le problème était ailleurs et Myosotis n’allait pas lâcher le morceau si vite.


- Elle me sert à ...

Les mots s’étranglèrent dans sa gorge. Il n’était même pas capable de le dire. Intérieurement, il se dégoûtait. Pas fichu de sauver sa peau, mais quel abruti fini il faisait. Un goût amer envahit sa bouche et il retint un haut-le-coeur. La colère envers lui-même qui l’envahissait changea peu à peu de cible. Il finit par relever ses yeux rouges furibonds sur Myosotis.

- À rien qui ne te regarde. Espèce de fouineuse !
 
Ses poings étaient serrés et son coeur battait à mille à l’heure. Il y avait longtemps qu’il ne s’était pas autant énervé et il était effrayant de constater à quel point la colère faisait de lui une autre personne.

- Tu peux pas simplement laisser vivre, il faut que tu fourres ton nez partout. t’es assez intelligente pour avoir remarqué que ça me dérangeait de parler de ça et toi tu insistes comme la bonne petite peste que tu t’obstines à être !
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Dim 30 Avr - 13:10

Myosotis eut du mal à ne pas éclater de rire en voyant Luvion tirer nerveusement sur le bas de son T-shirt. On aurait dit un enfant qui devait réciter devant une classe entière une poésie qu'il n'avait pas apprise. C'était hilarant à regarder, mais sans doute moins à vivre. Lorsqu'il prit la parole, son hésitation était des plus palpables. La brune s'amusait comme une enfant. Au départ, la brune pensait que son camarade se montrerait prudent et préférerait lui confier ce que sa casquette avait de spécial au lieu de prendre un quelconque risque en lui cachant la vérité. Lorsqu'il s'apprêta à dire ce à quoi sa casquette lui servait, Myosotis se redressa imperceptiblement, avide d'en apprendre plus au sujet de cet objet. Mais elle vit : elle vit sur le visage pâle de Luvion qu'il n'allait rien lui révéler. Elle vit qu'il allait s'abstenir, et peu-être même avant que lui-même ne sache ce qu'il allait dire. Elle vit qu'il allait tenter le diable. 

"À rien qui ne te regarde. Espèce de fouineuse !" lâcha-t-il finalement.

Ses yeux écarlates étaient posés sur la demoiselle. Cette dernière lâcha un soupire, faisant comme si elle avait retenu sa respiration jusque-là -ce qui bien évidemment n'était pas le cas. Du théâtre, des faux-semblants, un rôle... Un masque. Elle afficha une mine déçue et s'apprêtait à entrer dans le rôle d'une confidente blessée, mais Luvion l'empêcha d'aller plus loin dans son jeu en reprenant la parole. Les poings serrés, une colère incontestable affichée sur son visage, il lui lança : 

"Tu peux pas simplement laisser vivre, il faut que tu fourres ton nez partout. t’es assez intelligente pour avoir remarqué que ça me dérangeait de parler de ça et toi tu insistes comme la bonne petite peste que tu t’obstines à être !"

Myosotis ne s'attendait pas à ce qu'il s'énerve à ce point-là. Cela rendait la chose encore plus drôle à ses yeux. Une chose était sûre : Luvion avait peur. La Serpentard décida de jouer là-dessus pour faire pression une dernière fois. Mais comment allait-elle s'y prendre ? Allait-elle prendre la parole pour faire un long monologue dans lequel elle lui expliquerait qu'il allait regretter de s'être opposé à sa volonté d'en savoir plus ? Ou allait-elle plutôt opter pour un simple sourire amusé sans prise de parole ? Il était vrai qu'elle insistait beaucoup trop, et qu'elle était une peste, mais elle avait toujours agi ainsi et ne changerait certainement pas son comportement pour les beaux yeux rouges de l'albinos. Myosotis détourna son regard du Serpentard pour poser ses yeux bleus dans les flammes chatoyantes. Elle répondit simplement :

"Les jeux sont faits."

Ce qu'elle venait de dire n'était pas totalement vrai. S'il le désirait, Luvion pouvait toujours revenir sur son choix de lui cacher la vérité, mais s'il ne le faisait pas, alors Myosotis allait tenir parole. Elle allait faire ce qu'elle lui avait promis : elle percerait son secret au plus vite et le révélerait à l'école entière. Relevant une jambe, elle posa dessus son avant bras droite. Dans son autre main se trouvait toujours sa boisson. Elle attendit en silence la réaction de Luvion. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mar 9 Mai - 13:25

- Les jeux sont faits.

Comme une sentence qui tombe, un coup porté au coeur. La fureur de Luv rugit dans tout son être et il dut prendre sur lui pour ne pas se jeter sur elle. Il serra les poings. Faisant redescendre sa colère, il n'aimait pas être en colère, il devenait violent et incontrôlable. Il n'y avait pas encore eu de débordements à cause ça et il ne voulait pas que Mysostis soit victime de l'éventuel premier. Sa respiration se calma lentement et il finit par chasser sa fureur dans un coin. Il la sentait néanmoins tapie, prête à bondir poussée par la méfiance et la peur.


- Pourquoi tu tiens tant à savoir ? Je peux te parler de tas de choses mais pas de ça. Elle n'est pas magique, rien qui puisse t'intéresser ou te servir.


La détresse perçait dans sa voix et il n'avait aucun contrôle dans ses émotions, il craignait pour son secret.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mar 9 Mai - 18:51

Myosotis sentit le regard furibond de son camarade posé sur elle. Si elle l'avait voulu, aurait-elle pu dire quelque chose de pire aux yeux rouges de l'albinos ? Vu la manière dont il avait réagi, elle venait sans doute de lui lâcher la pire des phrases qu'elle pouvait dire. Cela l'amusait d'autant plus. Elle aimait embêter les gens, les taquiner, les pousser à bout... Elle aimait occuper le poste de chiante de service qui répond aux profs. Elle aimait toutes ces choses, alors pourquoi donc devrait-elle changer de comportement ? Se rendant alors compte que Luvion n'était toujours pas parti, elle lui jeta un rapide coup d'oeil. Elle s'était attendue à ce qu'il s'en aille, la laissant seule devant l'âtre, mais non. Il était toujours debout, à quelques mètres d'elle, tremblant presque de colère. Il semblait se calmer peu à peu. Finalement, il la questionna sur un ton qui ne cachait en rien sa détresse. 

"Pourquoi tu tiens tant à savoir ? Je peux te parler de tas de choses mais pas de ça. Elle n'est pas magique, rien qui puisse t'intéresser ou te servir."

Myosotis posa ses yeux bleus sur le visage blanchâtre du Serpentard. Elle l'observa un instant avant de répondre : 

"J'suis juste une fille terriblement curieuse. Et j'déteste ne pas savoir. Mais du coup, si la casquette n'a rien de magique... Qu'est-c'qu'elle cache ? T'es genre un Saint pis t'as une auréole qui vole au dessus de ta tronche ? Ou alors t'es mi-homme mi-elfe de maison, et t'as des oreilles pas normales qui ont poussées sur ton crâne. Quoique tu serais plutôt mi homme mi-lapin albinos. Ca expliquerait pourquoi t'es aussi pâle et pourquoi t'as les yeux rouges. Parc'que bon, on va pas s'le cacher, mais les humains albinos normalement ils ont les yeux gris clair... Pas écarlate."
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Jeu 18 Mai - 9:33

- J'suis juste une fille terriblement curieuse. Et j'déteste ne pas savoir. Mais du coup, si la casquette n'a rien de magique... Qu'est-c'qu'elle cache ? T'es genre un Saint pis t'as une auréole qui vole au dessus de ta tronche ? Ou alors t'es mi-homme mi-elfe de maison, et t'as des oreilles pas normales qui ont poussées sur ton crâne. Quoique tu serais plutôt mi homme mi-lapin albinos. Ca expliquerait pourquoi t'es aussi pâle et pourquoi t'as les yeux rouges. Parc'que bon, on va pas s'le cacher, mais les humains albinos normalement ils ont les yeux gris clair... Pas écarlate.

Luv grimaça. Evidemment. Il fallait qu'il tombe sur une petite génie. Il haussa les épaules et s'approcha d'elle. Il avait décidé qu'elle ne saurait rien et ce même s'il devait passer le restant de son année à regarder derrière lui en permanence de peur qu'une Myosotis sauvage surgisse derrière lui pour lui voler sa casquette.

- Tu ne sauras rien. Ta curiosité restera inassouvie. Mais libre à toi de faire marcher ton imagination débordante pour deviner quelle sorte de monstre je peux cacher sous cette casquette.

Elle était passée si près de la vérité en évoquant les hybrides. Mais, heureusement pour Luv, les Satyres n'étaient pas des bêtes spécialement connues. Il se redressa, la toisant et recula au delà de la lumière du feu. Il la fixait de ses yeux rouges, la lumière dansante du feu se reflétant dedans.

- J'ai une idée. Je te donne trois chances pour deviner. Si jamais au bout de ces trois chances tu ne trouves pas, alors tu seras obligée de me laisser tranquille.


Il jouait le tout pour le tout en espérant qu'elle ne trouve pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Ven 26 Mai - 23:31

Hors RP:
 


« Tu ne sauras rien. Ta curiosité restera inassouvie. Mais libre à toi de faire marcher ton imagination débordante pour deviner quelle sorte de monstre je peux cacher sous cette casquette. »

Myosotis vida son verre en silence et le déposa sur la table contre laquelle elle était appuyée. Elle commença alors distraitement à enlever la saleté qui se trouvait sous l’un de ses ongles, ignorant presque le jeune homme qui s’était rapproché d’elle pour la toiser avant de reculer dans l’ombre. Ses yeux rouges brillait dans la pénombre. Se fut d’ailleurs la seule chose que Myosotis vit en lançant un rapide coup d’oeil en direction de l’endroit où son camarade avait disparut. La voix de l’albinos s’éleva alors :

« J'ai une idée. Je te donne trois chances pour deviner. Si jamais au bout de ces trois chances tu ne trouves pas, alors tu seras obligée de me laisser tranquille. »

1. Myosotis éclata d’un rire cristallin, rejetant sa tête en arrière et se tapant la cuisse du plat de sa main. Lorsqu’elle fit comme si elle avait retrouvé son calme (car bien évidemment son hilarité soudaine n’était qu’illusion), elle fixa les yeux rouges du jeune homme et répondit simplement : 


« Tu rêves Blanco ! Jamais j’accepterai un truc pareil... C’est bien plus marrant de jouer au chat et à la souris ! »

2. Myosotis réfléchit un instant avant de répliquer : 


« Ca marche. Ma première proposition est que tu es un... Vampire ! Ca expliquerait ta peau pâle... Et j’crois avoir entendu dire qu’ils avaient les yeux rouges.... »

Face à ce premier échec, la brune se redressa un peu, détachant son dos de la table et fixant ses yeux dans les flammes. Elle demanda alors : 

« T’es genre un Vélane ? Ca expliquerait pourquoi tu plais aux hommes ! ‘fin... Si on peut dire que Ka’ est un homme... » ajouta-t-elle dans un sourire, sachant pertinemment que cela n’allait pas plaire à Luvion.

Second échec. Réfléchissant un peu plus longuement, elle demanda finalement : 

« Ou alors t’es à moitié Selkie... Ca expliquerait pourquoi tu kiffes la musique ! Pis t’as un touffe de ch’veux verte au milieu de tes cheveux blancs que tu caches sous ta casquette ! En plus ils m’semblent qu’ils ont les yeux rouges ! A moins que ce soit orange... Barf... J’sais plus. »

3. Myosotis fit mine de réfléchir avant de se redresser. Elle se leva et s’approcha du serpentard aux yeux rouges. Elle tourna autour de lui tout en frôlant le dos du jeune homme de sa main. S’arrêtant finalement face à lui, elle releva son visage pour plonger ses yeux bleus dans ceux de son camarade. Elle demanda alors : 

« Tu s’rais pas à moitié... vampire ? La peau pâle... Les yeux rouges... Non ? Bon... »

Elle avait su en le regardant qu’elle n’avait pas trouvé la bonne réponse. Cependant, lors de la courte pause qu’elle avait faite, Myosotis s’était rendue compte que Luvion n’avait pas été insensible au terme « moitié ». Continuant à observer son camarade avec beaucoup t’attention, elle s’attarda sur le fait que sa peau était très pâle, mais que sa chevelure l’était également... La fascination que le jeune homme semblait avoir pour le feu mena la demoiselle à une nouvelle hypothèse. 

« Est-ce que ta mère ne serait pas, par hasard, une Lampade ? J’ai lu quelque part que les nymphes des Enfers avaient la peau pâle et le fait qu’elles soient des porteuses de torches expliquerait pourquoi le feu te fascine autant ! Non... ? T’es sûr... Pffff. »

Malgré que cette idée, qui semblait pourtant si bonne, ne soit pas correcte, Myosotis n’avait pas l’impression que cela soit un échec total : elle avait ce sentiment étrange de se rapprocher un peu plus -sans doute un peu trop aux yeux de Luvion- de la vérité. Réfléchissant encore plus profondément, elle se rendit compte alors qu’elle avait oublié un détail : la casquette de Luvion cachait quelque chose.... Mais que diable avait-il besoin de cacher s’il avait réellement été demi-vampire ou demi-nymphe ? Rien du tout. Gardant alors ce détail -qui n’était pas tant un détail- en tête, Myosotis finit par trouver une réponse qui, elle le croyait du plus profond de son coeur, était la bonne. 

« A moitié satyre ! T’es à moitié satyre ! » lâcha-t-elle finalement en souriant. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Ven 26 Mai - 23:31

Le membre 'Myosotis Wilkes' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 3 faces' : 3
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Dim 4 Juin - 23:04

Myosotis se leva brusquement et s'approcha de Luv, beaucoup trop près à son goût. il aimait bien que les gens soient loin de lui, un mètre voire deux c'est pas mal. Sauf Kalis, lui, il a une dérogation. Luv s'immobilisa, les sens aux aguets, prêt à bondir si elle faisait mine de retirer sa casquette. Elle frôla son dos et il frémit. quand ils furent face à face, elle planta ses yeux dans les siens. Il soutint son regard avec quelques difficultés. Elle avait l'air de lire en lui, complètement. Il espérait très fort qu'elle ne trouve pas.

- Tu s’rais pas à moitié... vampire ? La peau pâle... Les yeux rouges... Non ? Bon...


Il tressaillit au terme moitié et se mordit la lèvre, elle l'avait vu. C'était sûr, cette fille avait un véritable radar.

- Est-ce que ta mère ne serait pas, par hasard, une Lampade ? J’ai lu quelque part que les nymphes des Enfers avaient la peau pâle et le fait qu’elles soient des porteuses de torches expliquerait pourquoi le feu te fascine autant ! Non... ? T’es sûr... Pffff.


Tous les détails lui mettaient la puce à l'oreille. TOUS. C'était presque pas humain, et Luv était bien placé pour le penser. Elle avait épuisé deux chances. Deux chances. Elle allait se tromper, elle devait se tromper. Mais elle tournait autour de la vérité, elle tournait beaucoup trop près.

- A moitié satyre ! T’es à moitié satyre !


Si tout avait ou s'effondrer sur eux, là maintenant, Luv aurait remercié le ciel et dieu si jamais il existait. Mais bien évidemment, ça n'arriva pas. Luv recula de quelques pas. Les larmes lui montaient aux yeux, il tenta de les contenir avec difficultés. Il leva la main vers sa casquette et la retira dévoilant ses cornes. elles étaient noires et brillantes, hideusement pointues. 


- Voilà, t'es contente ? demanda-t-il d'une voix faible, après tout, il avait voulu jouer avec le feu et avait perdu. Tu vois quel sorte de monstruosité je cache là-dessous. 


Il remit son couvre chef.


- Promets moi que maintenant que tu sais, tu ne diras rien à personne, promets le moi s'il te plait, supplia-t-il.


Il devait au moins préserver ça, son anonymat auprès des autres, il ne voulait pas que sa vie devienne un enfer.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Lun 5 Juin - 15:07

Lorsqu'elle donna sa dernière proposition, Myosotis vit les yeux de Luvion se remplir de larmes. Il leva ensuite des mains tremblantes en direction de son couvre-chef et le retira, dévoilant ainsi deux petites cornes noires, brillant en milieu de sa tignasse sans couleur. La Serpentard avait envie d'approcher ses mains pour les toucher, simplement pour s'assurer de la réalité de ces cornes et pour voir au passage à quel point elles étaient dures. Elles semblaient l'être. 

"Voilà, t'es contente ?" demanda Luvion dont la voix s'était brisée sous le coup de l'émotion. "Tu vois quel sorte de monstruosité je cache là-dessous."

Le sourire qui avait commencé à se dessiner sur le visage de Myosotis face à sa victoire disparut peu à peu. A ses yeux, ces cornes n'avaient rien de monstrueux, et elle ne s'attendait pas à ce que son camarade soit autant affecté par le fait qu'elle soit parvenue à percer son secret. Luvion remit sa casquette et reprit la parole avant que Myosotis n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit :

"Promets-moi que maintenant que tu sais, tu ne diras rien à personne, promets-le moi s'il te plait..."

Myosotis, étant du genre à aimer qu'on la supplie, ne se sentait même pas coupable face au désespoir de son camarade. Elle s'approcha encore de lui et releva les yeux pour le regarder. La brune prit alors finalement la parole tout en faisant marcher son indexe et son majeur de sa main droite –comme s'il s'agissait de jambes– sur le torse de Luvion, suivant de ses yeux bleus la trajectoire de ses doigts qui montaient gentiment. 

"Je t'ai dit que si tu m'disais c'que ta casquette cachait j'dirais rien. Et j'suis p'têtre une garce, un fouineuse, ou..." elle lui jeta un bref regard en lâchant un "c'que tu voudras" avant de continuer à observer ses doigts grimper le torse du semi-satyre "mais j'ai qu'une parole. Ton secret est en sécurité avec moi, t'inquiète pas pour ça. Et jamais j'utiliserai c'que j'viens d'apprendre pour faire pression sur toi."

Ses doigts étant arrivés jusqu'à l'épaule de Luvion, elle glissa sa main derrière la nuque de son camarade et se mit sur la pointe des pieds. Elle lui glissa alors à l'oreille un "Believe me" charnel. Elle se détacha alors de lui et lui tourna le dos sans un regard. Elle alla s'installer sur le canapé face à la cheminée, plongeant son regard dans les flammes. Myosotis était, on peut le dire, un vrai numéro de cirque à elle seule. Mais aussi joueuse soit-elle, elle tenait toujours parole. 

"Tu sais... Tu devrais pas les cacher. Elles font de toi c'que tu es, et les gens devraient être capables de t'apprécier quelle que soit ta véritable nature." lâcha-t-elle finalement tout en caressant distraitement une fine cicatrice qui passait horizontalement sur son cou. On aurait pu croire qu'il s'agissait d'une cicatrice due à une thyroïdectomie, ce qui n'était bien évidemment pas le cas. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mar 27 Juin - 0:25

Les yeux brouillés par les larmes qu'il tentait tant bien que mal de retenir, Luvion ne vit pas la fascination dans les yeux de Myosotis. Et heureusement, ça n'aurait fait qu'accentuer son mal-être, son impression d'être une bête de foire. Il la vit s'approcher, mais ne bougea pas. Il ne voulait pas la contrarier, il détourna la tête, ravalant ses larmes une bonne fois pour toute, fixant un point sur le côté. La jeune fille posa ses doigts sur le ventre du sang-mêlé qui frémit, peu habitué aux contacts physiques. 

- Ton secret est en sécurité avec moi, t'inquiète pas pour ça. Et jamais j'utiliserai c'que j'viens d'apprendre pour faire pression sur toi.

Les paroles de Myosotis firent redescendre la tension de Luv dont la respiration ralentit quelque peu. Certes, il n'avait au fond aucune certitude et n'avait que sa parole. Que valait la parole d'une fouine ? Pas grand chose mais il n'avait que ça pour se protéger. Les doigts de la Serpentarde remontèrent son épaule frissonnante, se glissèrent dans sa nuque. Il se tendit. Elle était beaucoup trop proche. Il ne bougeait pas, paralysé par la peur et la gêne aussi. Comment était il censé réagir ? Elle s'approcha de son oreille et y murmura quelques mots qui firent frissonner le pauvre Luv, dont l'ouïe sensible apprécia peu. Puis, sans prévenir elle se détourna et s'assit sur le canapé sans lui jeter un regard. Il se remettait peu à peu de ses émotions. Il finit lui aussi par s'installer en tailleurs à même le sol, observant Myosotis de loin, cherchant à la comprendre. Probablement en vain.

- Tu sais... Tu devrais pas les cacher. Elles font de toi c'que tu es, et les gens devraient être capables de t'apprécier quelle que soit ta véritable nature.

Il avait déjà eu cette discussion avec Kalis sûrement. Le jeune homme lui manquait d'ailleurs ... Luv secoua la tête pour éloigner ces pensées et fixa Myosotis de son regard étrange.

- C'est pas aussi simple que ça ... je m'en prends déjà plein la figure parce que je suis albinos. Ça s'est empiré depuis que je suis proche de Kalis, alors imagine si les gens savaient pour ... ça.

On sentait le dégoût profond dans sa voix. Le mal être était bien ancré et l'ambiance dans laquelle il vivait n'aidait pas. Ses camarades n'étaient pas tendres avec lui, loin de là. 

- Imagine la réaction de gens comme ... Arfanas, s'ils apprenaient qu'en plus d'être un sang-mêlé, mon père était une créature magique. 

Il eut un rire triste. Entre complexe et harcèlement, retirer sa casquette était la dernière chose qu'il souhaitait faire. D'où sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Près de la cheminée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Poudlard :: La salle commune-