BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Près de la cheminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Mer 28 Juin - 0:18

Lorsque les doigts de la jeune fille commencèrent à se balader sur le torse du semi-satyre, elle sentit que ce dernier se tendit sensiblement. Malgré ce mal-être flagrant, il ne bougea et laissa la demoiselle s’amuser comme une enfant. Après qu’elle ait pris la parole pour lui dire que son secret était en sécurité avec elle, Luvion sembla se détendre quelque peu : sa respiration précédemment rapide se fit légèrement plus calme. Quand les doigts de Myosotis montèrent le long de l’épaule de son camarade, il se tendit à nouveau. Il n’y avait, aux yeux de la brune, rien de plus drôle que de jouer avec les émotions de quelqu’un. La peur et la gêne émanaient du corps du semi-satyre immobile. Finalement, lorsque la Serpentard murmura à l’oreille du jeune homme, ce dernier frissonna. Sous le coup de l’émotion ou pour une toute autre raison ? La demoiselle n’en savait rien. 

Désormais assise sur le canapé, les yeux toujours rivés sur le feu brûlant dans l’âtre, elle remarqua que ce qu’elle lui avait glissé à l’oreille avait dû détendre quelque peu le semi-satyre car il vint s’installer en tailleur sur le sol. Sa manière de s’asseoir n’avait plus rien à voir avec la position accroupie qu’il avait au début de leur conversation : sans doute était-ce parce qu’il n’avait plus à craindre que sa camarade ne se jette sur lui pour lui retirer son couvre-chef, et n’avait pas conséquent pas de raison d’être prêt à bondir à tout instant... ? Du moins, telle était l’hypothèse de Myosotis. La brune sentit le regard du Serpentard posé sur elle, mais elle ne tourna pas la tête pour autant. A sa dernière réplique, il répondit : 

« C'est pas aussi simple que ça ... je m'en prends déjà plein la figure parce que je suis albinos. Ça s'est empiré depuis que je suis proche de Kalis, alors imagine si les gens savaient pour ... ça. Imagine la réaction de gens comme ... Arfanas, s'ils apprenaient qu'en plus d'être un sang-mêlé, mon père était une créature magique. »

Le mal-être du jeune homme était palpable : la manière dont il avait parlé et, surtout, le triste rire qu’il avait eu juste après avoir pris la parole ne trompaient pas. Si Myosotis avait été du genre à le faire, elle se serait levée pour aller faire un énorme câlin de réconfort à son camarade. Mais le fait est qu’elle n’agissait jamais de la sorte. Elle appréciait énormément provoquer ses interlocuteurs mâles en se servant du contact physique, mais jamais l’idée de consoler quelqu’un ne lui avait traversé l’esprit. Réfléchissant un instant où elle avait entendu le nom d’Arfanas, elle se rappela qu’il s’agissait d’un élève de sa maison connu pour son Amour de la pureté du sang et pour le mépris qu’il avait envers les sang-mêlés et les nés moldus. 

« T’es sérieux ? » le questionna-t-elle en posant son regard sur lui avant de poursuivre : « Tu vas laisser un morveux te dicter la manière dont tu dois agir en public ? Même si Arfanas n’est pas le seul... Qu’ils soient deux ou dix ne change rien : tu les em*erdes ! » lâcha-t-elle en se levant sous le coup de l’émotion, faisant un pas en direction de Luvion. « Roule des pèles à Kalis au plein milieu des couloirs si le coeur t’en dit ! Dévoile tes jolies cornes au monde entier, et assume d’être différent des autres ! Ne laisse jamais quiconque te dicter comment tu dois te comporter ou te juger sur ton apparence. Et si quelqu’un ose s’opposer à tes désirs, bousilles-le. J’déconne pas. Un p’tit Maléfice Cuisant en pleine face, voilà qui devrait les calmer ! Ou étouffe-les avec un Incarcerem ! Tu crois que j’en serais là où j’en suis aujourd’hui si j’avais passé mon temps à cacher ça... » dit-elle tout en tendant ses bras recouverts de diverses marques « ou encore ça ?! » demanda-t-elle en relevant la tête pour montrer la fine cicatrice qui traversait sa gorge de gauche à droite. Sans même laisser le temps à son camarade de reprendre la parole, elle poursuivit « Non. La réponse est non. Mais j’peux t’promettre une chose, Luv’, si un jour tu décides de t’assumer, je serais là pour défoncer quiconque osera faire une remarque à ton sujet. »

En disant cette dernière phrase, Myosotis se laissa retomber sur le canapé. Elle ne le quitta pas des yeux pour autant, continuant de le dévisager pour voir la manière dont il allait réagir. Elle avait envie de se lever et de l’immobiliser au sol pour lui foutre des claques jusqu’à ce qu’il promette de ne jamais plus se retenir en public lorsqu’il se trouve avec Kalis et qu’il accepte de ne plus cacher sa véritable nature sous une casquette. Bien évidemment, elle ne le fit pas, mais elle en avait fortement envie... Le fait est que la brune détestait plus que tout les gens qui ne se permettaient pas de vivre comme ils le souhaitaient sous prétexte que cela ne plaisait pas aux autres, et elle était bien décidée à faire sortir Luvion de ce cercle infernal s'il le souhaitait. 


Dernière édition par Myosotis Wilkes le Ven 7 Juil - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Jeu 6 Juil - 0:03

Luv avait plus ou moins conscience que sa passivité n'allait pas plaire à Myosotis. Elle qui était si prompte à la provocation, si sûre d'elle. Mais, il ne s'attendait sûrement pas à ça :

T’es sérieux ? Tu vas laisser un morveux te dicter la manière dont tu dois agir en public ? Même si Arfanas n’est pas le seul... Qu’ils soient deux ou dix ne change rien : tu les em*erdes ! Roule des pèles à Kalis au plein milieu des couloirs si le coeur t’en dit ! Dévoile tes jolies cornes au monde entier, et assume d’être différent des autres ! Ne laisse jamais quiconque te dicter comment tu dois te comporter ou te juger sur ton apparence. Et si quelqu’un ose s’opposer à tes désirs, bousilles-le. J’déconne pas. Un p’tit Maléfice Cuisant en pleine face, voilà qui devrait les calmer ! Ou étouffe-les avec un Incarcerem ! Tu crois que j’en serais là où j’en suis aujourd’hui si j’avais passé mon temps à cacher ça...  ou encore ça ?! Non. La réponse est non. Mais j’peux t’promettre une chose, Luv’, si un jour tu décides de t’assumer, je serais là pour défoncer quiconque osera faire une remarque à ton sujet. 

Luv resta bouche bée. Il n'avait pu placer un seul mot de la tirade de sa camarade. Il avait vu ses bras, son cou avec un pincement au coeur. Il ne savait pas à quoi cela correspondait mais ne voulait pas savoir. Se tenir loin des autres, toujours. Elle avait dit que ses cornes étaient jolies, c'était faux, il le savait mais elle le pensait peut être vraiment. La fin de sa réplique mit un bazar monstrueux dans son esprit. Il y a dix minutes, elle le harcelait presque pour connaître son secret et là, elle lui offrait son aide. Luv était nerveux, peu habitué à ce genre de discours enflammé. C'était beau ce qu'elle disait, et tentant en plus. Mais il fallait une force mentale qu'il n'avait pas. Et même avec son aide, elle ne serait pas toujours là pour lui. Et il n'avait pas envie d'être materné. 

-Merci Myo, souffla-t-il employant son surnom sans y penser, c'est incroyablement gentil et inattendu venant de toi mais ... je pense pas être capable de ça. 

Il n'avait pas confiance en lui, il avait déjà essayé, ça s'était toujours mal fini, il en avait déjà passe a souffert. 

- Je suis pas fort comme toi, je ne sais pas encaisser comme toi. Et répliquer entraîne des représailles que je ne suis pas capable d'encaisser. Et ta proposition est noble mais tu ne vas pas faire garde du corps non plus. Il eut à nouveau ce rire bref et désabusé. Et puis, c'est bientôt la fin de l'année, ça servirait à rien et même après ... si les sang-mêlés de moldus sont quasiment acceptés de tous, les hybrides comme moi sont bien plus mis à part. L'inconnu effraye. 

Il rajusta doucement sa casquette pour que les plis cachent bien des cornes et laissa ses yeux fixer le vague. Il n'arrivait plus à regarder Myosotis, il savait qu'elle serait déçue.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Près de la cheminée   Ven 7 Juil - 23:03

Luvion resta littéralement bouche bée suite aux paroles de sa camarde. Si une mouche avait voulu se faire un nid douillet dans la cavité buccale du semi-satyre, elle n’aurait eu aucune peine à y parvenir. Cette expression était des plus drôles à observer, et pourtant, aucune trace d’amusement n’était visible sur le masque figé du visage de Myosotis. Semblant repenser aux choses que la Serpentard venait de dire et réfléchir à la réponse qu’il pouvait donner, le jeune homme ne répondit pas immédiatement. C’était comme si le sang-mêlé était en train de peser le pour et le contre : que se passerait-il s’il suivait les conseils de la brune ? Cette dernière le fixait toujours, observant les flammes presque mourantes qui se reflétaient dans les yeux rouges de Luvion. Le Serpentard aux cheveux blancs prit finalement la parole, chuchotant presque, sans doute sous le coup de l’émotion : 

« Merci Myo, c'est incroyablement gentil et inattendu venant de toi mais... Je pense pas être capable de ça. »

Les sourcils de la demoiselle se soulevèrent quelque peu face à cette réponse. Cette réaction était-elle due au fait qu’il l’avait pour la première fois appelée pas son surnom, ou par le contenu-même du message ? Il est possible qu’une de ces hypothèses soit correcte, ou même qu’elles le soient les deux.... Mais sans doute qu’aucune ne l’est. Face au silence de Myosotis, Luvion poursuivit :  

« Je suis pas fort comme toi, je ne sais pas encaisser comme toi. Et répliquer entraîne des représailles que je ne suis pas capable d'encaisser. Et ta proposition est noble mais tu ne vas pas faire garde du corps non plus. » ajouta-t-il en riant à nouveau comme il l’avait déjà fait auparavant. Ce rire, bien que désabusé, était étonnamment chantonnant.  « Et puis, c'est bientôt la fin de l'année, ça servirait à rien et même après ... si les sang-mêlés de moldus sont quasiment acceptés de tous, les hybrides comme moi sont bien plus mis à part. L'inconnu effraie. »

Face à ce manque évident de force mentale, Myosotis ne put que rester muette. Elle ne parvenait pas à comprendre comment quelqu’un pouvait accepter de se laisser marcher ainsi dessus. Cependant, elle n’allait pas forcer Luvion à agir autrement qu’il le désirait. Il fallait qu’il veuille sortir de ce cercle infernal qu’était sa vie pour y parvenir. Après avoir longuement réfléchit aux mots qui pouvaient avoir le plus d’impact sur son camarade, la brune brisa le silence de ces paroles : 

« Une attitude négative est plus handicapante socialement parlant qu’une singularité physique. »

Le flammes mourant gentiment dans l’âtre, la demoiselle décida qu’il était temps pour elle de s’en aller et de laisser le semi-satyre seul pour qu’il puisse ressasser tranquillement les sages conseils qu’elle lui avait donnés. Elle se leva donc et passa devant Luvion sans même lui accorder un regard. Selon la jeune sorcière, il ne lui servait à rien de repartir une fois de plus dans un long monologue explicatif et encourageant : il fallait que son camarade prenne du temps pour considérer la proposition qu’elle lui avait faite. Car oui, si le Serpentard venait un jour à assumer sa véritable nature, la brune s’engagerait à ce que jamais personne ne s’en prenne à lui, qu’il la croie ou non. Arrivée devant les escaliers qui menaient aux dortoirs des filles, Myosotis s’arrêta. Elle hésita un instant puis lança par dessus son épaule avant de disparaitre dans les escaliers faiblement éclairés par des torches aux flammes vertes : 


« Tu n’es différent que si tu te considères comme tel. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Près de la cheminée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Près de la cheminée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Poudlard :: La salle commune-