BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Les couloirs de l'aile Ouest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Les couloirs de l'aile Ouest   Mer 7 Sep - 21:59



Les couloirs de

l'aile Ouest




Il y a cent quarante deux escaliers, à Poudlard, des larges, des étroits, des courbes, des carrés, des délabrés, certains avec une ou deux marches escamotables qu'il faut se souvenir d'enjamber pour ne pas tomber, ou d'autres qui mènent ailleurs le vendredi. Il y a aussi les portes qui refusent de s'ouvrir si on ne leur demande pas poliment, ou si on ne les chatouilles pas au bon endroit, et d'autres qui ne sont que des pans de mur déguisés en portes. Il est aussi très difficile de se souvenir où se trouvent les choses, car tout bouge sans cesse. Les gens représentés sur les tableaux accrochés aux murs passent leur temps à se rendre visite les uns les autres, et certains d'entre vous pourront être persuadés que les armures se promènent parfois dans les couloirs.

Quant aux fantômes, ils ne facilitent pas la tâche. C'est toujours un choc désagréable lorsque l'un deux traverse une porte au moment où on essaie de l'ouvrir.


Nick Quasi Sans Tête est toujours heureux d'aider les nouveaux de Gryffondor à trouver leur chemin, mais Peeves, l'esprit frappeur est pire que deux portes verrouillées et un faux escalier : il bombarde les nouveaux de morceaux de craie, tire les tapis sous leurs pieds, renverse des corbeilles à papiers sur leurs têtes ou prend par surprise les gens en leur tirant le nez tout en hurlant : JE T'AI EU ! d'une voix perçante.

Pire que Peeves : Argus Rusard, le concierge. Rusard a une chatte qui s'appelle Miss Teigne, une créature grisâtre et décharnée avec des yeux globuleux qui brillent comme des lampes à l'image de son maître. Elle sillonne les couloirs toute seule et dès qu'elle voit quelqu'un commettre la moindre faute, ne serait-ce que poser un orteil au delà d'une ligne interdite, elle file prévenir son maître qui accoure aussitôt en soufflant comme un boeuf.
Rusard connait les passages secrets de l'école mieux que personne et peut apparaître aussi soudainement que l'un des fantômes.

Codage de Louna ©
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mar 18 Oct - 14:58

Quelle semaine ! Elle avait été courte mais riche en émotions pour la jeune femme. Il ne s'était pas passé grand chose, aucun événement majeur, mais le retour à Poudlard avait été un grand moment pour elle. Retrouver ses amis, ses professeurs, ses cours et ses habitudes de poufsouffle-préfète-capitaine. En dehors de ce château, elle était juste Winonna. Ici, elle pensait que son identité était encore plus importante.


Le week-end venait de commencer. La jeune femme aurait pu se rendre à Pré-Au-Lard avec ses camarades mais avait décidé de rester au château. Sans but précis, elle déambulait, encore, dans les couloirs, émerveillée, comme si c'était la première fois qu'elle le visitait. Ce bâtiment avait tellement de vécu … La poufsouffle ne pouvait arrêter d'imaginer des scènes qui auraient pu se produire autrefois .


«  Bonjour Miss Diggory ! Belle journée n'est-ce pas ? »


Le fantôme des jaunes et noirs venait de passer en coup de vent devant la blonde et il s’éloignait déjà avant d'attendre la réponse de la préfète.



«  Oui, merveilleuse journée. » Murmura t-elle pour elle-même.


rp unique
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mer 16 Nov - 6:08

[RP avec William]

Et me voilà, la main bandée, le sang coulant un peu moins, accompagnée du professeur Turner, marchant dans les couloirs, en silence, nous dirigeant vers l'infirmerie. Je sentais une tension monstrueusement palpable entre nous. En fait, c'est comme si il savait déjà. Mon coeur s'emballa. Et si il était au courant? Et si Miss Cannon lui avait tout raconté? Et comment l'avait-elle fait dans ce cas? 

* Eh m*rde! J'aurais dû accepter qu'Ariane m'accompagne voir Pompom, je le sens pas là! *

Je ne savais pas si je devais parler, et encore moins de qui j'aurais pu parler. Lui demander si ça allait? Au vu de sa tête de dépressif, mal, très mal. Il devait certainement savoir, je ne voyais que ça! Le silence me pesait beaucoup trop, je décidai de le rompre maladroitement:

- Je suis désolée, j'aurais dû être plus prudente...
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mar 7 Fév - 10:42

(début février - en milieu d'après midi)

Luv marchait précipitamment, les doigts serrés sur une lettre. Sa mère lui avait enfin répondu.  Ce n'était pas du tout son genre de se faire attendre autant et Luv savait bien que sa demande n'y était pas pour rien. Il S'assit contre un mur dans un coin, caché derrière un pilier, il espérait que personne ne viendrait le déranger. Il ouvrit la lettre avec précipitation, découvrant un vieux parchemin gondolé. L'encre avait bavé et était taché de ce qui semblait être des larmes. Le coeur de Luv se serra. Il commença sa lecture.

"Mon enfant, 


Je vais bien, merci beaucoup et j'espère que toi aussi. Non je ne travaille pas trop, mon contrat du soir à la supérette vient de se terminer, j'en cherche un autre."

Luv se mordit la lèvre, Amy travaillait d'arrache pied pour subvenir à leurs besoins.


"Quant à ta question ... je n'ai rien trouvé malgré mes recherches, cela explique mon temps de réponse. Seulement un collier oublié dans les draps. Je l'ai joint à la lettre."

Luv plongea la main dans l'enveloppe et en sortit un lien de cuir au bout duquel était passé une lune de bois gravée. Elle était magnifique et pulsait d'une calme énergie. Luv passa le collier autour de son cou et poursuivit sa lecture.

"Je suis désolée de n'avoir rien trouvé de plus ... et je comprends ton besoin, je continuerai de mon côté, promis. 
J'espère que tu te portes bien.


Je t'embrasse.
Amy."


(Rp libre)
Revenir en haut Aller en bas
avatarAriane Parrish
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mar 7 Fév - 12:28

- Pfff ! Qu'est ce que je déteste le mois de Février ! 

Et pour cause ce mois ci était le mois de la st Valentin. Tous les couples s'extasiaient déjà, bien avant le jour maudit que j'avais en horreur, parce que le pub de Pré au Lard organisait une soirée. Bien sûr je ne comptais pas y aller et ce soir là je serais tranquillement seule au château. Mais en attendant je devais subir les débordements d'affection de mes camarades et j'en étais en permanence de mauvaise humeur. 

Affublée de ma tenue scolaire légèrement modifiée depuis quelques jours par un changement de couleur de mon écharpe, je trouvai enfin un couloir vide où j'arrivais en trainant les pieds pour râler à loisir. 

- Sentiments stupides, décorations stupides, fête stupide. 

Mais le couloir avait beau être vide, je ne voulais pas risquer de croiser quelqu'un quand même et souris en voyant un pilier dans un coin : la cachette parfaite ! Seulement en arrivant je perdis mon sourire car quelqu'un y était déjà, assis par terre, ayant eu la même idée que moi. 

- Ah ... Salut Luv.

Haussant les épaules en pensant que ce n'était pas lui qui me dérangerais, je m'asseyais ensuite à coté du serpentard en soupirant encore avant de finalement remarquer qu'au contraire c'était moi qui dérangeait. 

- Bonne nouvelle ? Dis-je par politesse. Au fait, merci du coup de m'avoir fait garder l'écharpe, grâce à ça les autres croient que j'ai un copain et cette année personne ne m'a demandé d'être sa Valentine. J'accumule les dettes avec toi. 

Il n'avait rien fait à part refuser mon cadeau il y avait presque un mois et être lui mais en un rien de temps je retrouvais mon sourire enthousiaste qui avait disparut de mes lèvres depuis des semaines.
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Sam 11 Fév - 21:49

Luv ne pouvait s'empêcher d'être profondément déçu. Il avait fondé tellement d'espoir dans la lettre de sa mère et la seule chose qu'elle lui apportait était un collier. Il soupira, sentant des larmes amères monter à ses yeux. Il les refoula avec peine, refusant de les laisser s'échapper. Il n'abandonnait pas. Il allait chercher ce que signifiait cette lune et, par ce biais, tenter de retrouver son père. Perdu dans ses réflexions, il n'entendit pas la voix râleuse et les pas énergiques d'Ariane s'approcher. C'était souvent le cas quand il réfléchissait, il occultait ses sens trop sensibles et se coupait totalement du monde. Il ne remarqua donc Ariane que quand celle-ci se pencha derrière le pilier. Elle parut surprise mais le salua avant de s'asseoir à côté de lui. Luv baissa la tête sans répondre, elle ne devait pas voir ses yeux où les larmes brillaient encore.

- Bonne nouvelle ? Au fait, merci du coup de m'avoir fait garder l'écharpe, grâce à ça les autres croient que j'ai un copain et cette année personne ne m'a demandé d'être sa Valentine. J'accumule les dettes avec toi.



Il leva les yeux au ciel et se leva précipitamment.

- Nouvelles banales, répondit-il rapidement, et non tu n'as aucune dette envers moi, je te rassure.


Son ton était froid et distant mais la soudaine familiarité d'Ariane le tendait et il ne se trouvait pas dans les meilleures dispositions mentales.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAriane Parrish
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mer 15 Fév - 15:39

Sa réponse était toute sauf convaincante et surtout Luv venait de me parler sur un ton qui me fit clairement comprendre que j'étais de trop. Lui qui était un minimum sociale quand on ne se retrouvait que tout les deux, était plus distant que d'habitude et je perdis le sourire en jetant un oeil dans la direction de sa lettre. Je soupira ensuite et regardant le mur en face de moi en sachant qu'avec lui il ne servait à rien de demander s'il voulait se confier. Mais je ne pouvais pas le laisser comme ça après le coup de main que lui même m'avais donné une autre fois ... Et puis pour être un peu plus égoïste si le jeune homme préférait que je m'en aille, il faudrait alors que je me trouve un autre coin pour me cacher de ce débordement affectif que je fuyais, et ça, ça ne m'enchantait pas. 
Me levant alors, comme le serpentard l'instant précédent, je m'appuyai au mur et lui demanda sur un ton las :

- Tu préfère que je m'en aille ? ... Va me falloir une autre cachette loin de toute cette guimauve ...

Lui jetant ensuite un oeil pour juger de son humeur, je remarquais un pendentif en bois autour de son cou et retrouva le sourire pour ajouter d'une voix plus enjouée. 

- Eh ! C'est simpa ça ! C'est ta mère qui le l'a offert pour noël ? 

Oups, ça n'allait pas lui plaire mais mon coté observatrice et détective venait de ressortir. Je remarquais ce genre de changement chez mes camarades en général, que je cherchais exprès pour aiguiser mon regard d'inspectrice, et je savais qu'il n'écrivait qu'à sa mère puisqu'il n'avait qu'elle. Ca, je l'avais comprise à sa façon de me parler d'elle la seule fois où il l'avait fait. Bref je m'attendais à l'entendre me hurler dessus dans 30 secondes ...
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Dim 19 Fév - 0:40

Ariane ne parut pas satisfaite par sa réponse. Luv s'en fichait. Il n'avait pas envie de parler avec elle, pourtant, elle avait l'air plutôt décidée à rester.

- Tu préfère que je m'en aille ? ... Va me falloir une autre cachette loin de toute cette guimauve ...

Mais de quoi parlait-elle ? De la saint Valentin ? La célèbre fête des amoureux lui fit irrésistiblement penser à Kalis et son coeur se serra un peu plus. Il allait lui répondre, lui dire qu'il voulait qu'elle parte mais elle reprit la parole, le coupant dans on élan.

- Eh ! C'est simpa ça ! C'est ta mère qui le l'a offert pour noël ? 

Luv porta aussitôt la main à son cou et cacha la lune de bois dans sa paume. Il sentait l'extrémité du bijou piquer sa paume. Il ouvrit la bouche pour répondre.

- C'est pas elle.

Il se tut. Il ne savait pas pourquoi il avait dit ça. Elle allait encore lui poser des questions. Il n'aurait pas dû. Il lui tourna un peu plus le dos.

- Si si c'est elle. Amy m'a donné ce collier.
Revenir en haut Aller en bas
avatarArfanas Courtduhaut
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mar 21 Fév - 11:25


Alors que je me baladais dans les couloirs a la recherche de Gryffondor à emmerder, je tombe un camarade de maison et sur la merdeuse de chez Gryffondor, Ariane Parrish, une impure de taille moyenne, au cheveux châtain et les yeux vert, un peu vêtus comme un sac. on pourrai penser a la fille de Rusard  ...

- Bonjour, Luvion et " hum " la pas riche. dis-je en lançant un regard de haine vers la Gryffondor. Je continua:

- Que fais tu l'ami, avec ce spécimen dont la naissance est une vaste blague, comme son sang d’ailleurs ainsi que sa maison.

Je finis ma phrase avec un regard moitie malicieux moitie haineux et un petit sourire en coin. Dommage que Amy ne soit pas la nous aurions pu lui tailler  un jolie short et ces cheveux. Je me mis face a la Gryffondor en attendant sa reponse, meme si je savais qu'elle n'aurait pas le courage de me faire face.

Revenir en haut Aller en bas
avatarAriane Parrish
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mar 21 Fév - 13:30

Etonnant mais vrai, Luv n'haussa pas le ton et cacha plutôt son pendentif dans sa main avant de bafouiller plusieurs réponses. J'éclatais de rire, et encore un peu plus quand je le vis me tourner le dos, avant de lui répondre sur un ton mi amusé mi rassurant. 

- Détends toi, je demandais ça comme ça. Je ne suis pas comme l'autre, Miss "dis-moi-tout-t'as-pas-le-choix". 

Ramassant mon sac, je me tournais une nouvelle fois sur le jeune homme en m'apprêtant à partir et ajoutais sur un ton léger :

- Aller, je te laisse va ! C'est déjà pas facile de te parler quand t'es d'humeur alors c'est même pas la peine quand ça va pas. On se voit en potion. 

Lui souriant gentiment, je commençais à sortir du couloir, mais je n'avais pas fait deux pas que quelqu'un d'autre arriva. Un jeune 3e année que j'avais souvent croisé en cours qui était le stéréotype même des préjugés sur les serpentard. C'est à dire un sorcier sans-pur raciste qu'on avait envie de balancer du haut de la tour d'astronomie. Mais pour ma part il en fallait beaucoup pour que je haïsse quelqu'un - autre que ma mère bien sûr - et ce qui sorti de sa bouche ensuite m'amusa plus qu'autre chose. 

Luv n'eut pas le temps de lui répondre que je le fis la première alors que l'autre serpentard se plantais devant moi avec une provocation évidente. 

- Une vaste blague hein ? Comment tu sais que je suis née le 1er avril ? Fis-je sur un ton malicieux. 

Moi aussi j'avais bien envie de le provoquer, d'autant plus que j'avais une forte envie de me défouler à cause de toute cette guimauve qui trainait dans le château et qui me déprimait. Finalement, grâce à ce gamin que peu de camarades devaient apprécier, ma journée n'était pas totalement fichue. Voulant le pousser à bout, j'enchainai en m'appuyant d'un coude sur son épaule pour répliquer sur un ton sournois :

- Pour ce qui est de la maison, t'as raison je ne suis pas dans la bonne. Je préfère largement le vert au rouge. Et t'as vu ? J'ai déjà l'écharpe.

Pour confirmer mes paroles je resserrais mon écharpe verte et grise autour de mon cou que j'aimais porter depuis quelques semaines. Je savais qu'il allait très mal le prendre mais c'était ça qui m'amusait quand je titillait quelqu'un. Surtout quelqu'un avec un aussi sale caractère, un peu comme Warren.
Revenir en haut Aller en bas
avatarArfanas Courtduhaut
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mar 21 Fév - 21:30

- Pour ce qui est de la maison, t'as raison je ne suis pas dans la bonne. Je préfère largement le vert au rouge. Et t'as vu ? J'ai déjà l'écharpe. Me répondit elle en resserrant son écharpe verte et grise au tour de son cou.

- Hey ! mais comment ose tu porter une écharpe de notre noble maison, qui n'est pas la tienne qui plus ait !

Sur ces mots, je me décala puis j’attrapai les deux extrémités de l’écharpe et tira pour la resserrer davantage avec un rire malicieux.

- Tu cherche a me taquiner  ou je me fais des idée ? Tu crois que je t'ai pas pas vu roucouler avec ton poufsouffle roux à lunette ? A te vautrer dans ces petit bras musclé, d’ailleurs met une ceinture ça lui évitera de mettre ces mains sur tes grosse fesses pour le retenir !

Je me mis a rire de bon cœur et a gorge déployer ...
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mer 22 Fév - 0:07

- Détends toi, je demandais ça comme ça. Je ne suis pas comme l'autre, Miss "dis-moi-tout-t'as-pas-le-choix". 

Ariane parlait sûrement de Myosotis. Luv ne se détendit pas pour autant, comme à son habitude. La jeune fille ramassa son sac et s'apprêta à partir.

- Aller, je te laisse va ! C'est déjà pas facile de te parler quand t'es d'humeur alors c'est même pas la peine quand ça va pas. On se voit en potion. 

Un sourire sans joie étira les lèvres de Luv. Évidemment ... Ils étaient voués à se croiser régulièrement. Arriva soudain Arfanas, un camarade de maison de Luv. Ce dernier se tendit, il connaissait le mépris et la haine du garçon envers les sang-mêlés et s'en méfiait comme de la peste, il ne devait surtout pas découvrir les origines Satyre de Luv. Il rajusta instinctivement sa casquette.

- Bonjour, Luvion et " hum " la pas riche.

Il lui rendit son salut d'un signe de tête timide, les doigts serrés sur son bijou.

- Que fais tu l'ami, avec ce spécimen dont la naissance est une vaste blague, comme son sang d’ailleurs ainsi que sa maison. 

Luv se tendit un peu plus. Ça allait dégénérer, il n'aimait pas ça du tout. Ariane répondit évidemment au quart de tout, le provoquant à son tour avec l'écharpe aux couleurs de Serpentard. Arfanas vit rouge et commença à l'étrangler avec, lançant des horreurs sur un ami Poufsouffle en riant. Luv, paniqué, s'interposa et récupéra l'écharpe du cou d'Ariane.


- C-c'est la mienne Arfanas, j-je lui avais prêté parce qu'elle avait froid, balbutia-t-il, je ne savais pas qu'elle était à Gryffondor.

Il s'en voulait de s'écraser ainsi face à ce petit qui le mettait hors de lui en son fort intérieur, mais déjà que son albinisme lui valait énormément de moqueries et remarques de la part de ses camarades, si quelqu'un comme lui avait vent de l'existence de ses cornes, sa vie deviendrait un enfer. Il enroula l'écharpe autour de son cou d'un air fier, jetant un regard désolé à Ariane.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAriane Parrish
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mer 22 Fév - 23:05

Voir cette tête à claque de gamin s'offusquer que je puisse porter quelque chose aux couleurs de sa maison me fit rire, même si la suite de son discours aurait du m'énerver par ses allusions et ses insultes. Et s'il croyait me faire peur en essayant de m'étrangler c'était raté car il en fallait beaucoup plus pour ça. surtout après l'incident avec mon père quelques mois auparavant. Je me contentai donc de tenir moi aussi les pans de mon écharpe, mes mains l'agrippant plus hautes que les siennes, pour l'empêcher de la resserrer plus et continua de le fixer d'un air sournois et amusé. Mais avant que j'ai pu répliquer Luv s'interposa plus vite que moi et répondit à ma place en bafouillant quelque chose de pas du tout crédible. Etonnée qu'il ne soit pas plutôt parti en courant, je le vis même nous prendre mon foulard des mains et la mettre autour de son cou. Là où j'avais voulu l'y voir depuis le début. 

- Luv, Eclatais-je de rire. C'est simpa mais j'ai pas besoin qu'on prenne ma défense, et puis t'es pas crédible. Tout le monde voit bien le rouge sur mon uniforme. 

Tout en ayant prit un ton amusé et amical, je repris doucement mon écharpe du cou de luv et la remis autour du mien, avant de me tourner vers le sale gosse vert et argent  :

- Quand à toi, bien sûr que je cherche à te taquiner. Je cherche tout le monde, c'est un de mes jeux préféré. 

Prenant un ton plus malicieux, je passa ensuite mon bras autour de son cou, mais contrairement à lui sans l'étrangler, et ajoutai :

- Et puis qu'est ce que ça peut te faire que j'ai quelqu'un ou non ? ... Même si ça n'arrivera jamais ... Tu es jaloux gamin ? 

Pendant ma tirade j'avais glissé mon autre main dans la poche de ma cape, sans qu'aucun des garçon ne le voit, pour attraper un vieux sachet de poil a gratter que je gardais toujours en réserve au cas où j'en aurais besoin comme aujourd'hui. Et quand j'eu finis de parler je lui ébouriffais les cheveux énergiquement avec cette même main en mettant de cette poudre partout dans sa tignasse afro. J'avais déjà un air hilare mais je me retins comme je pu de rire, ne voulant exploser qu'après l'avoir vu réagir, une fois que le poil à gratter ferait effet.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlex Miller
Eleve Poufsouffle Eleve Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Lun 3 Avr - 22:31

[Première réponse réservée à Myosotis Wilkes, puis ouvert à tous.
Un samedi, vers midi]

Mon ventre gronda et je sentis quelques regards se tourner vers moi. Oups. Bon, il était peut-être temps de plier bagage et d'aller manger dans la Grande salle. Je rangeais les bouquins dont je n'avais plus besoin dans leur rayon respectif, mettais soigneusement dans l'ordre les notes que j'avais prises et empilai les livres que j'allai ramener à mon dortoir. Je plongeai ma main dans mon sac. Et fouillai. J'en vidai littéralement -mais silencieusement- tout le contenu. Rien.

Bon sang Alex Miller, tu n'es qu'une idiote !
Pendant que je m'insultais intérieurement, je remis mes pochettes, plume et autres fournitures dans mon sac. J'avais oublié ma baguette dans mon dortoir et au lieu de faire léviter ces bouquins pour me faciliter les choses, j'étais obligée de les porter dans un équilibre plutôt précaire. On était samedi, il était midi passé, j'avais faim et j'allais devoir me taper plusieurs couloirs avec des livres sur les bras, puisque bien évidemment ils ne rentraient pas dans mon sac. Et j'avais choisi les ouvrages les plus lourds que je pouvais trouver. Évidemment. Certains m'appartenaient mais je venais d'en emprunter d'autres à la bibliothèque, ce qui faisait que je me retrouvais bien avec 7 livres dans les bras ; il y en avait pour toutes les matières, de la défense contre les forces du mal jusqu'à l'histoire. Tant pis, cela me musclerait. À peine sortie de la salle je sentis déjà la pile tenter de s'écrouler sur le sol mais je l'en empêchais de justesse en me penchant sur le côté. Bon. Je réajustai ma charge et poursuivi ma route, souriante malgré tout. J'avais récemment obtenu de bonnes notes, j'étais en avance dans mes révisions et pour couronner le tout, j'avais reçu une lettre de Corentin le matin même qui me confirmait que vu que sa période de stage s'était bien passée, le restaurant l'embauchait pour un petit contrat, puis un plus gros si tout allait toujours bien. C'était parfait pour lui, c'est ce qu'il avait toujours voulu faire ! Je songeai à ce que je pourrai lui envoyer pour le féliciter quand je sentis ma charge pencher dangereusement au moment de tourner le couloir. Je tentai dans de la réajuster quand, loin d'y parvenir, je rentrai plutôt dans quelqu'un, envoyant valser tous mes livres par terre.

- Mince, je suis désolée ! Est-ce que ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Dim 9 Avr - 11:36

Myosotis s’était levée du mauvais pied, ce samedi matin-là. Enfin... Ce n’était même pas vraiment une question de pied : elle était tombée de son lit en se retournant un peu trop brusquement. Il faut dire qu’il y a plus agréable comme manière de se réveiller. Elle avait pourtant essayé de se rendormir après être remontée sur son matelas d’un bon, comme si le tapis de son dortoir n’était rien d’autre que de la lave en fusion, mais en vain. L’agacement qu’elle avait ressenti suite à ce réveil brutal était tel qu’elle ne parvenait pas à se rendormir. Elle s’était tournée, retournée, encore et encore pendant de longues minutes. Finalement, elle avait abandonné et s’était rendue dans la salle de bain en trainant des pieds. C’est donc démotivée à mort qu’elle s’observa dans la glace. Les cheveux en bataille, son maquillage de la veille encore sur ses yeux, des cernes presque visibles et un visage encore plus pâle que d’habitude. 

Elle avait travaillé toute la nuit pour rattraper les cours qu’elle avait ratés et s’était couchée à l’aube, quelques heures seulement avant que le soleil ne pointe le bout de ses rayons. Cette nuit-là, elle avait d’ailleurs très mal dormi, ne cessant d’avoir trop chaud ou trop froid, de tousser, de se moucher et de se retourner dans son lit. En tout, elle avait dû dormir une heure, peut-être deux. Le fait est que Myosotis était en train de tomber malade. Ou l’était-elle déjà ? Dans les deux cas, la finalité restait la même : un petit passage à l’infirmerie s’imposait. Autant vous dire que ce n’était pas un jour où il fallait l’embêter. Et pourtant, l’univers entier semblait s’être ligué contre elle. Retour de flammes pour les nombreuses choses « inadmissibles » qu’elle avait faites depuis son arrivée à Poudlard, retour de manivelle, karma, appelez cela comme vous voudrez ! 

Pour commencer, notre chère Mère Nature avait décidé que la demoiselle devait absolument être mise au courant que, ce mois-là, elle n’était pas enceinte.... En plus de son début d’angine et de sa fort probable sinusite : le combo parfait. Ensuite, elle avait croisé Emily en sortant de la salle de bain, et voir le regard blasé de sa camarade de dortoir n’avait guère arrangé son humeur. Finalement, elle avait croisé Rusard qui la réprimanda pour les quelques infractions qu’elle avait commises, certaines remontant à bien des semaines. Apparemment, elle avait couru un jour dans un couloir et ne s’était pas arrêtée lorsqu’il l’avait interpellée. Elle ne se rappelait absolument pas de cet épisode. Pour couronner le tout, elle croisa Peeves dans les escaliers, et ce dernier ne trouva rien de mieux à faire que de crier à tue-tête dans les oreilles de la brune qu’elle avait une sale mine. 

En arrivant dans le couloir de l’aile Ouest, Myosotis rabattit sur sa tête la capuche du sweat-shirt noir qu’elle avait enfilé par dessus son pyjama (composé uniquement d’un T-Shirt) et glissa ses mains dans les poches communicantes qui se trouvaient à la hauteur de son ventre. Elle regrettait d’avoir mis un jeans serré : un bas de training aurait été bien plus confortable. La brune espérait qu’elle parviendrait à traverser le couloir sans que personne ne l’interpelle... En vain, vous l’aurez deviné. Alors qu’elle traçait en évitant de regarder les trois garçons de septième année qui allaient en sens inverse, l’un deux se détacha du groupe et se planta devant elle, un sourire en coin et les bras croisés. Forcée de s’arrêter, Myosotis releva la tête et posa son regard sur Charles, un Serdaigle avec qui elle avait une relation quelque peu... Particulière. Presque la même relation qu’elle entretenait avec Anton, à la différence qu’il y avait moins de jeu entre eux, qu’ils avaient pensé à aller ailleurs que dans un dortoir commun, et que le jeune homme n’avait pas de copine.  

« Chuck. » lâcha la brune sur un ton dénué de toutes émotions. 

« Myo ! Tu n’as pas oublié ce qu’on a dit hein... ? » répondit Charles en glissant l’une de ses mains sous le menton de la demoiselle et l’autre sur sa hanche. 


« Pour demain ? C’est mort. Pas la bonne s’maine. »

« Rho... Allez, on trouvera bien un moyen de... »

« Va t’faire f***** Chuck. Ch’uis pas ta copine, j’te dois rien. » dit-elle en sortant ses mains de ses poches pour repousser le jeune homme dont les mains commençaient à se faire un peu trop baladeuses aux yeux de la demoiselle de mauvaise humeur. 

« Comme tu voudras. » répondit-il en reculant d’un pas, les mains en l’air comme si des policiers lui ordonnaient de les mettre bien en évidence. « On s’voit la s’maine prochaine, du coup. »

« Ouais ouais, c’est ça. » lâcha-t-elle tout simplement en contournant le jeune homme. 

Myosotis poursuivit son chemin, glissant à nouveau ses mains dans la poche de son Sweat-shirt. Elle se rendait à la bibliothèque pour annuler une réservation de livre qu’elle avait faite quelques jours plus tôt. Elle s’était rendue compte, un peu trop tard, qu’elle avait déjà lu le livre qu’elle avait réservé. Au détour d’un couloir, la brune heurta violemment une pile de livres munie d’une paire de jambes. Il s’agissait bien évidemment d’une élève transportant des bouquins, mais la Serpentard n’avait pas eu le temps de voir qu’une personne se trouvait derrière les livres. Sous la force de la collision, la brune tomba en arrière, accompagnée dans sa chute par une pluie de grimoires. Reprenant rapidement ses esprits, Myosotis se releva en s’aidant du mur à côté d’elle, plus en colère que jamais face à cette énième mauvaise rencontre de la journée. Elle avait une main posée sur son ventre, l’autre sur le mur, et elle se mit à presque hurler sur la pauvre élève qui avait pourtant demandé pardon. 

« MAIS T’ES SERIEUSE ?! TU PEUX PAS R’GARDER OU TU VAS, NON ? C’est pas croyable, faut croire qu’vous vous êtes passé l’mot pour m’faire vivre un enfer ! D’abord la dépressive, ensuite l’concierge, l’esprit frappeur, puis l’autre boulet, et maintenant CA ?! Mais c’est du foutage de g*eule ou quoi ?!! »
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlex Miller
Eleve Poufsouffle Eleve Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Lun 1 Mai - 19:25

Je fis un geste en direction de l'étudiante qui, parce qu'elle ne l'avait pas vu ou parce qu'elle l'avait délibérément ignorée, ne s'aida pas de ma main tendue pour se relever. La tempête vint juste après, histoire pour moi de rester bouche bée face à la colère qui émanait de ses paroles, voire même de son corps entier. De toutes les personnes que j'aurais pu faire tomber, il fallait que ce soit quelqu'un qui avait déjà passé une mauvaise matinée, non pas que renverser quelqu'un d'autre m'aurait fait plaisir, mais cela eut pour effet de renforcer mon sentiment de culpabilité et de me sentir assez triste pour l'autre fille dont j'avais probablement contribué à gâcher la journée. Effectivement, je n'avais pas fait attention à ce qui se passait devant moi, à moitié en train de penser à mon frère et à moitié concentrée sur mes bouquins. Cependant, je trouvais son attitude un peu injuste et exagérée puisque je ne l'avais pas fait tomber volontairement. Sa colère pouvait se comprendre, pas la manière dont elle m'avait parlé. J'ouvris la bouche puis remarquais qu'elle se tenait le ventre.

- Je suis vraiment désolée pour ce qui s'est passé mais ce n'était vraiment pas volontaire...

En tout cas je me demandais comment elle avait fait pour tomber sur autant de personnes insupportables -ou qu'elle considérait comme tel- en une seule matinée. Deux solutions : ou c'était une personne bien qui s'attirait des ennuis en jouant au super-héro, ou au contraire une personne qui s'attirait des ennuis mais les cherchait aussi. Ou alors, elle était vraiment très très malchanceuse. Mais après son petit coup de gueule, je préférais ne pas me la mettre à dos, un parce que je n'aimais pas me faire des ennemis et deux parce que j'étais celle qui l'avait fait tomber après tout.

- Tu as mal quelque part ? Tu veux que je t’emmène à l'infirmerie ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Lun 1 Mai - 20:15

Myosotis ne put que se calmer face à la gentillesse de la Poufsouffle. Elle prit de longues et profondes inspirations, fermant les yeux en se pinçant l'arrête du nez entre le pouce et l'indexe de sa main libre (l'autre étant toujours posée sur son ventre douloureux). Elle rouvrit les yeux et regarda la brune qui lui faisait face. Elle s'apprêta à répondre lorsque Charles apparut au coin du couloir : il semblait être essoufflé, comme s'il avait couru pour les rejoindre au plus vite. Regardant les deux demoiselles à tour de rôle, il questionna finalement la Serpentard :

"Ca s'passe ? J'tai entendue gueuler..."

Pour toute réponse, Myosotis lui lança un regard noir, comme si le fait qu'il s'inquiète pour elle l'agaçait au plus au point. Semblant comprendre que sa présence n'était pas désirée, le septième année lâcha un "J'demandais juste, pas b'soin de m'regarder comme ça..." avant de retourner là d'où il venait. Myosotis n'était pas du genre à aimer que les gens se comportent avec elle de cette manière : jamais personne ne s'était inquiété pour elle –du moins le pensait-elle– et elle n'aimait pas lorsque quelqu'un le faisait. Elle prenait cela pour de la pitié. Reposant finalement ses yeux bleus sur la Poufsouffle, la brune répondit simplement : 

"Non. J'ai mal nulle part." dit-elle en retirant la main de son ventre. "...'fin un peu mais j'ai connu pire quoi. J'aurais pas dû t'crier d'ssus : c'est pas entièr'ment ta faute si ma matinée est infernale."

Ces quelques paroles étaient, venant de la Serpentard, comparables à de profondes excuses. En effet, elle ne s'excusait jamais. Donc le simple fait qu'elle avoue avoir fait une erreur était un miracle. Sans doute que la Poufsouffle ne le saurait pas, mais quelqu'un connaissant bien Myosotis aurait été bouche bée face à tant de... politesse. Faisant un gros effort pour mettre de côté son humeur exécrable (et encore, c'est peu dire !), la demoiselle adressa à sa camarade un sourire poli tout à fait convaincant avant de lui demander :

"Tu r'viens d'la biblio' ? Tu sais si la bibliothécaire y est encore ? J'ai pas envie d'bouger jusqu'à là-bas si c'est pour la rater... J'sais qu'parfois elle s'barre pour aller boire des cafés..."
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlex Miller
Eleve Poufsouffle Eleve Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Jeu 4 Mai - 19:48

Je saluai d'un signe de tête et en souriant le garçon qui venait d'arriver, alerté par les cris de Myosotis. Il semblait réellement s'inquiéter pour elle, aussi quand Myosotis le renvoya de cette manière j'eus envie de lui faire un câlin et de lui dire que ce n'était pas sa faute, que la brune n'était simplement pas dans une bonne journée. Je le suivis des yeux quand il s'éloigna et reportai mon attention sur ma victime.

- Peut-être, mais ce n'est pas une excuse.

Je détestais faire du mal à qui que ce soit, intentionnellement ou non, et que la personne ait connu pire ne changeait pas ce que j'avais fait. Je lui rendis son sourire, quand même contente qu'elle ne m'en veuille pas et lui répondit en m'agenouillant afin de récupérer les livres que j'avais fait tomber.

- Il me semble qu'elle n'était pas derrière son comptoir, mais je ne saurais pas te dire si c'était parce qu'elle rangeait des livres ou parce qu'elle était partie. T'as besoin d'un truc sinon ? Je passe pas mal de temps là-bas je peux peut-être t'aider.

Je fourrai tant bien que mal un livre dans mon petit sac, regrettant encore de ne pas en avoir pris un plus grand ou d'avoir oublié ma baguette. Je savais où elle était, sur ma table basse, là où je l'avais posé hier soir, bien en évidence afin de penser à la prendre. Loupé. Je me relevai en faisant attention et regardai la Serpentard en face de moi, lui souriant encore une fois. Je souriais tout le temps, de toute manière.


- Au fait, moi c'est Alex et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Jeu 4 Mai - 22:59

Myosotis avait bien vu le regard qu'Alex avait lancé à Charles, mais elle ne l'avait pas calculé, car ce regard n'avait rien de méchant envers sa personne (enfin c'est ainsi qu'elle l'avait interprété). Après que la Serpentard ait décrété que ce n'était pas grave comparé à ce qu'elle avait déjà vécu, la Poufsouffle répondit que ce n'était pas une excuse. A cela, Myosotis ne répondit rien : que diable pouvait-elle donc dire suite à une telle chose ? Elle se contenta donc simplement d'hausser les épaules. La demoiselle dont l'humeur n'était plus aussi exécrable que quelques secondes auparavant vit alors son interlocutrice s'agenouiller au sol pour ramasser les livres qu'elle avait fait tomber lors de leur brutale rencontre. Alex prit alors à nouveau la parole pour répondre à la question de sa camarade : 

"Il me semble qu'elle n'était pas derrière son comptoir, mais je ne saurais pas te dire si c'était parce qu'elle rangeait des livres ou parce qu'elle était partie. T'as besoin d'un truc sinon ? Je passe pas mal de temps là-bas je peux peut-être t'aider. Au fait, moi c'est Alex et toi ?"

"Non non c'est tout bon pour la biblio', j'y passe aussi beaucoup de temps. Moi ? Myosotis Wilkes. Et sinon t'es en quelle ann..."

Myosotis s'apprêtait à changer de sujet pour savoir en quelle année sa camarade était, mais ne termina pas sa phrase en voyant qu'Alex peinait à mettre toutes ses affaires dans son sac. L'envie soudaine de la Serpentard de passer à un autre sujet de conversation n'était pas sans raison : elle s'était rendue compte qu'elle avait machinalement donné son nom de famille en même temps que son prénom, et elle ne voulait pas que sa camarade fasse le rapprochement entre elle et l'article de journal dans lequel son père était mentionné. Après réflexion, elle se rendit alors compte que, au final, même si Alex commençait à poser des question à ce sujet-là, elle ne se braquerait pas. Elle n'avait rien à cacher, n'est-ce pas ? Si l'école entière avait du jour au lendemain envie de connaître la vie de Myosotis, alors que grand bien leur fasse ; elle leur donnerait ce qu'il voudrait ! Il faut dire que la brune n'était pas du genre à cacher les informations sur elle. Au contraire : elle aimait les donner de manière subtile, pour que les gens ressentent en eux une envie d'en savoir plus sur sa personne. On ne va pas se le cacher : la Serpentard aimait être au centre de l'attention. Coupant donc sa phrase en plein milieu, Myosotis sortit sa baguette magique de la poche arrière de son jeans et la pointa sur le sac de la Pousouffle en disant : 

"Attends, j'peux p't'être t'aider. J'dis bien p't'être, parce que je gère pas le sortilège d'extension indétectable à fond... J'lai d'jà lancé plus d'une fois, mais c'est un peu du un coup sur deux : soit ça passe, soit ça casse !"

Elle n'attendit pas de savoir si sa camarade acceptait son aide ou non. Après tout, pourquoi refuserait-elle de voir son sac reprendre une forme normale et devenir plus léger ? Il faut dire que les nombreux livres qu'elle avait fourrés à l'intérieur modifiait grandement sa forme d'origine, au point où ses coutures semblaient être prêtes à exploser à tout moment. Faisant donc un ample geste de sa baguette, Myosotis murmura du bout des lèvres un "Capacious extremis" à peine audible. Sans quitter le sac de ses yeux bleus, la brune se pencha curieusement en avant pour voir si oui ou non son enchantement avait fonctionné. Elle savait que cela pouvait prendre quelques instants avant que les effets du sortilèges soient effectifs, mais sa curiosité était telle qu'elle n'avait pas envie d'attendre. Myosotis avait envie de savoir immédiatement si elle avait réussi. 

1. L'extérieur du sac dégonfle peu à peu tandis que la taille intérieure de l'objet augmente. Le sac devient également plus léger. 

2. Le sac devient seulement plus léger, mais son aspect visuel ne change en rien : le sortilège n'a pas fonctionné comme il aurait dû. 

3. Il y a de ces jours où le mieux à faire est de rester terré au fond de son lit. Et sans doute que c'est ce qu'aurait dû faire Myosotis, car sa journée n'annonce qu'échecs et mauvaises choses. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Jeu 4 Mai - 22:59

Le membre 'Myosotis Wilkes' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé à 3 faces' : 1
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlex Miller
Eleve Poufsouffle Eleve Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mar 9 Mai - 13:09

Myosotis... Le prénom, que j'appréciais énormément par ailleurs, me disait quelque chose. Je creusai pendant un moment pour savoir ce qui me titillait quand enfin je me souvins : une rumeur selon laquelle une certaine Myosotis avait été transplané par l'elfe du professeur Turner jusque dans le bureau du directeur. Aucune surprise à ce que j'aie eu du mal à me rappeler de cela, étant donné que je détestais les rumeurs et que j'y apportais peu de crédit. Ainsi j'oubliai bien vite ceci, préférant apprendre à connaître réellement la jeune femme. D'ailleurs elle coupa sa phrase sans la finir, préférant m'aider à gérer mes problèmes de bouquins. Cela me fit rire parce qu'elle aurait très bien pu finir de poser sa question à laquelle il ne manquait qu'une syllabe, mais peut-être que le fait que je lui sois rentrée dedans plus tôt faisait des livres une priorité. Je la laissai faire, me disant que de toute façon ça ne pouvait pas être pire.

- Capacious extremis.

Au bout de quelques secondes seulement je sentis mon sac se faire plus léger. Je m'accroupis de nouveau, posant les ouvrages à terre et regardai à l'intérieur de mon sac.

- De toute évidence tu devrais avoir plus confiance en toi, ton sortilège a parfaitement réussi.

Je glissai désormais avec facilité tous mes livres à l'intérieur de la poche, me réjouissant avant même de me relever de ne plus avoir à porter les livres sur mes bras. Debout, j'appréciai d'autant plus l'aide de Myosotis que le tout pesait relativement peu de poids.

- Je te remercie énormément, tu as probablement sauvé d'autres personnes de ma maladresse. Et pour répondre à ta question inachevée, je suis en sixième année et toi ?

Mon ventre protesta contre cette conversation qui devait durer trop longtemps à son goût et je grimaçai. L'avantage, maintenant que la Serpentard avait bien voulu m'aider, c'était que je pouvais directement aller dans la Grande Salle pour manger au lieu de repasser par mon dortoir.

- J'étais partie pour manger. Tu allais où ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mar 9 Mai - 18:25

Myosotis fut soulagée de voir qu'elle avait lancé correctement le sortilège. Elle détestait rater et, lorsque cela arrivait, vous pouviez être sûr qu'elle faisait la tête toute la journée et qu'elle s'entraînerait le lendemain pendant de longues heures jusqu'à maîtriser le sortilège en question à la perfection. Elle était comme ça, la brune : elle détestait les échecs. Que cela soit en sortilège, en potions, ou même dans le domaine de la séduction : lorsqu'elle voulait maîtriser quelque chose, ou quelqu'un, elle finissait toujours pas y parvenir, même si cela lui prenait des semaines. Tout en glissant ses livres dans son sac, Alex s'adressa à Myosotis :

"De toute évidence tu devrais avoir plus confiance en toi, ton sortilège a parfaitement réussi."

Myosotis se contenta de répondre à cela avec un simple sourire de politesse. Suite à cela, Alex remercia sa camarade et mentionna sa maladresse, disant que la Serpentard avait probablement sauvé d'autres personnes en l'aidant. Elle répondit ensuite à la question que la brune n'avait jamais fini de poser et la lui retourna ensuite. Le ventre de Myosotis se mit à gargouiller silencieusement : elle n'avait rien mangé au petit-déjeuné et son estomac vide tentait de la ramener à l'ordre. Faisant comme si de rien n'était (car après tout, la faim n'avait jamais été un problème pour la brune), elle répondit à sa camarade sur un ton détaché : 

"Je suis en cinquième mais, d'après c'que j'ai compris j'aurais dû être en sixième... Mais ils pouvaient pas m'y mettre vu que j'avais pas passé les BUSES... Bref, en gros ch'uis l'une des plus vieilles cinquième année quoi !"

C'est alors que le ventre de Alex se mit à gargouiller bruyamment, contrairement à celui de Myosotis qui avait su rester silencieux. La brune ne put empêcher un sourire de se dessiner dans le coin de ses lèvres : cela l'amusait toujours d'entendre le genre de bruits que le corps humain était capable d'émettre contre toute volonté. Reprenant son sérieux, elle écouta Alex lui dire qu'elle était en train de se rendre dans la Grande Salle pour manger et la questionner sur l'endroit où elle-même comptait aller. Haussant simplement les épaules elle répondit : 

"Bah à la biblio', mais j't'avouerai que maintenant j'ai un peu la flemme d'aller jusqu'à là-bas en sachant que la bibliothécaire risque de pas être là... Donc j'pense que j'vais moi aussi aller manger quelque chose. On y va par l'même chemin ou tu préférerais qu'les gens nous voient pas ensemble ? J'comprendrais, hein, parc'que y a plus d'une personne dans ce château m'apprécie pas des masses. Bon... C'est pas comme si je faisais un quelconque effort pour que cela change mais... Bref, c'est à tes risques et périls, j't'aurais prévenue !"

A force de discuter avec cette Poufsouffle souriante, Myosotis en était venue à oublier que sa journée avait très mal commencé. C'était comme si sa camarade avait un effet apaisant sur elle. Elle n'avait même pas pensé une seconde à se comporter comme une peste avec elle –sans prendre en compte son coup de gueule suite à leur collision, bien évidemment–. D'ailleurs, cela était fortement étrange car il n'était pas dans les habitudes de la brune de se montrer cordiale. Est-ce qu'elle s'était finalement habituée au fait d'être constamment entourée de personne ayant plus ou moins son âge ? Peut-être bien. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlex Miller
Eleve Poufsouffle Eleve Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Mar 16 Mai - 10:50

- Ha oui les BUSES. Tu t'en sors ? On fait parfois des groupes de révision avec les autres Poufsouffles à la bibliothèque, n'importe qui peut nous rejoindre alors n'hésite pas si tu le souhaites.

Puis Myosotis lui fit une proposition qui, sans l'étonner, l'intrigua. Alex avait très envie de demander à la Serpentard pourquoi elle n'était pas forcément très appréciée. Peut-être son caractère explosif qui mit en face de quelqu'un comme elle pouvait vite faire dégénérer les choses. Pour sa part, la jeune femme lui était sympathique, ne lui avait rien fait de mauvais, bien au contraire, alors elle ne voyait aucune raison à ce qu'elles se séparent. Ce n'était pas une balade jusqu'à la Grande salle qui allait l'exposer de toute manière, si ? Si, probablement, vu que certains étudiants raffolaient des ragots et potins en tout genre. Au final, cela importait peu puisqu'Alex n'en avait pour ainsi dire rien à carrer de ce que les gens pouvaient penser d'elle.

- Les gens n'auront qu'à dire ce qu'ils veulent, on ne va pas se séparer pour si peu. Ce qui se passe entre toi et moi ne les regarde pas.

Elles commencèrent à marcher en direction de la Grande salle. Si la plupart des élèves ne leur prêtaient pas d'attention, elle en aperçut un ou deux qui jetaient de petits coups d’œil dans leur direction. Bon. Alex vit arriver en sens inverse Laurent, accompagné de sa copine. Il lui sourit pour lui dire bonjour, puis haussa un sourcil en voyant de qui elle était accompagnée. Alex répondit en le fusillant gentiment mais fermement du regard. Il haussa les épaules et recentra son attention sur sa copine. La jeune femme soupira mais ne fit aucun commentaire.

- Tu es dans quelle maison ?

Elle ne connaissait pas assez Myosotis pour deviner par elle-même. Gryffondor ou Serpentard ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   Jeu 18 Mai - 23:37

En entendant la question d'Alex concernant ses BUSE, Myosotis ne sut pas ce qu'elle devait lui répondre. Elle pensait pouvoir passer le brevet sans trop de peine, malgré les quelques branches dans lesquelles elle ne parvenait pas à faire plus que la moyenne. Elle avait notamment énormément de lacunes en Histoire de la magie, en Astronomie et en Divination... Heureusement, la facilité qu'elle avait en potions et en sortilèges, notamment, lui assurait une bonne note dans ces branches-là à la fin de son année scolaire. Haussant donc simplement les épaules, Myosotis répondit :

"Barf... Ca va. Et à moins qu't'aies une solution miracle pour m'faire apprendre l'Histoire complète d'la magie, pour m'faire comprendre l'Astronomie ou encore pour m'ouvrir mon troisième oeil, j'crois qu'mon cas est trop désespéré pour tenter quoi que ce soit... Mais c'est gentil d'proposer."

Cette Poufsouffle était décidément fort... Poufsouffle. Souriante, amicale, charmante. Un vrai calmant ambulant dont la voix reposante était presque.... narcotique. Elle devait sans aucun doute être capable de calmer un éruptif énervé rien qu'en le regardant. A cette pensée, la brune ne put empêcher l'ombre d'un sourire de se dessiner au coin de ses lèvres. Suite à ce qu'elle avait dit -concernant le fait qu'elle n'était pas appréciée au sein du château- elle vit que sa camarade semblait être sur le point de demander la raison de cette animosité envers elle... Mais elle ne demanda rien. Myosotis aurait sans aucun doute répondu à cette question : elle n'était pas du genre à vouloir garder certaines informations sur elle secrètes -contrairement à d'autres...-

"Les gens n'auront qu'à dire ce qu'ils veulent, on ne va pas se séparer pour si peu. Ce qui se passe entre toi et moi ne les regarde pas."

"T'as pas tort..." répondit simplement Myosotis en suivant la Poufsouffle qui s'était mise à marcher en direction de la Grande Salle. 

Certains des élèves que les feux filles croisèrent semblaient être forts intrigués de voir que la brune n'était pas seule. Cette dernière n'aurait pas été étonnée que quelqu'un s'approche d'Alex et la mette en garde concernant la personne qu'elle avait accepté de fréquenter. Un élève dont Myosotis ignorait le nom -et qui semblait connaître Alex- lança un regard interrogateur à la Poufsouffle. Ignorant royalement ce qu'elle avait vu, la Serpentard ramena d'une main sa tignasse brune en arrière. 

"Tu es dans quelle maison ?"

En entendant cette question, Myosotis repensa au jour où elle avait été répartie dans l'une des quatre maisons. Elle avait plus que détesté le fait qu'un simple bout de tissu ait la possibilité d'entrer dans son cerveau, non pas qu'elle désirait lui cacher quoi que ce soit, mais le fait de savoir qu'un objet était capable d'une telle chose lui avait déplu. D'ailleurs, le conseil qu'il lui avait donné -lorsqu'il avait dit qu'elle ne devait pas essayer de lutter, cela étant inutile d'après lui- revint en force dans son esprit : pourquoi diable lui avait-il dit cela ? Elle n'avait pourtant pas cherché à lui bloquer l'accès à une quelconque information ! Revenant à l'instant présent, Myosotis répondit tout en dévalant la volée de marches qui menait à la Grande Salle : 

"Serpentard. Pis c'est même pas comme si l'bout tissu rapiécé avait hésité une seule seconde hein ! Il a balancé l'nom d'la maison direct après m'avoir chuchoté deux-trois conneries dans l'oreille... Apparemment, il avait plus vu d'âme comme la mienne d'puis des années... J'ai toujours pas compris c'qu'il voulait dire par là ! Faut croire qu'il a vu en moi un truc spécial, vu qu'il a promis de pas en parler... J'aimerais bien savoir à quoi il f'sait référence ! Juste pour savoir, parc'qu'il m'semble qu'les sorciers qui ont été envoyés à Serpentard ont pas tous eu un avenir très joyeux... Mais bon, faut dire qu'ça s'rait juste une suite logique à la continuité d'ma vie. Bref, pis toi ? Ca s'est passé comment ta répartition ? Genre il a hésité ou pas du tout avant de t'envoyer à... Poufsouffle, n'est-ce pas ?"

Tandis que Myosotis parlait, les deux filles étaient arrivées devant la porte en bois de la Grande Salle. Elle était entre-ouverte et le bruit joyeux provoqué par les élèves en train de manger était perceptible depuis un moment déjà. La dernière question que la demoiselle avait posée était plus réthorique qu'autre chose : à ses yeux, Alex ne pouvait être qu'à Poufsouffle. Une fois qu'elles eurent passé la porte, la brune s'arrêta : elle ne savait pas si Alex désirait qu'elles s'installent à la même table pour dîner ou non. Il faut dire que lors des repas de midi, il n'était pas rare de voir les élèves de différentes maisons à la même table. La Serpentard attendit donc, premièrement que sa camarade réponde à sa question, et deuxièmement qu'elle lui fasse comprendre d'une façon ou d'une autre si elle voulait poursuivre leur conversation ou non. 

[Suite du RP dans la Grande Salle]


Infos Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les couloirs de l'aile Ouest   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les couloirs de l'aile Ouest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Poudlard :: Intérieur du château :: Les couloirs du château-