BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 L'embarcadère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatarAriane Parrish
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 21 Nov - 10:31

Alice était plus mal que je ne l'aurais pensé, et elle s'adressa à moi sur un ton amer et qui aurait pu être blessant pour n'importe qui d'autre. Elle alla s'assoir où j'étais moi même assise quelques minutes plus tôt et je suivis le mouvement en l'écoutant, toujours sans un mot, pour me faire des excuses et s'expliquer. 

Je comprenais qu'elle avait besoin de se défouler et c'était tomber sur moi. C'était sans doute plus facile de s'attaquer à quelqu'un qu'on appréciait qu'à se fatiguer contre des idiots que ça amusait plus qu'autre chose de nous voir péter un plomb. Quand elle me laissa enfin parler, je lui souris doucement et répondis, en commençant par un ton moqueur mais qui lui ferait comprendre mon point de vue. 

- C'est quoi des ragots ? ... Non, plus sérieusement, je m'en fiche. Et t'excuse pas parce que les gens sont des crétins qui te rendent folles. Mon père m'a dit un jour que les commères se sont des gens sans intérêts qui ont une vie ennuyeuse et qui essaient de l'oublier en s'occupant de celle des autres. 

Je fis une pause, perdis mon sourire et repris sur un ton plus sérieux et moins amusé. Nous étions entre nous et Alice connaissait mon coté coeur tendre, comme elle m'avait dit quelques semaines avant, alors je n'hésitais pas à lui dire le fond de ma pensée :

- Tu me parles si tu veux, mais comme tu viens de dire tu n'as qu'un ragot et j'ai tout deviné, alors y a rien à dire. Je me suis vraiment inquiété pour toi ... Les gens peuvent être tellement crétins ! Il sont trop contents quand ils se mettent une rumeur sous la dent. 

J'avais finis sur un ton amer et un regard noir. Mais ça ne dura pas car je venais d'avoir une idée et je me tourna vers Alice en lui attrapant le bras avec un sourire enthousiaste, le visage illuminé par une nouvelle bêtise en vue. 

- C'est ça ! Les gens sont avares de rumeurs et dès qu'ils tiennent quelque chose ils oublient les autres ! On va lancer une rumeur encore plus grosse pour qu'ils t'oublient. On va leur donner de quoi se faire les dents un bon moment ! Un truc hors de l'école, pour ne pas pénaliser un autre élève... 

J'étais tellement emballée par mon idée que je gigotais sur place en faisant de grands gestes des mains. Ce qui était une mauvaise idée car j'étais assise trop près du bord du ponton et je finis par tomber à l'eau avec les yeux écarquillés de stupeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 21 Nov - 13:30

Je ne pus m'empêcher de sourire en voyant Ariane barboter involontairement dans l'eau froide et je tendis la main pour l'aider à remonter. Lorsqu'elle fut remontée, d'un informulé je fis sécher ses vêtements, l'eau devait être froide et l'air ne l'était pas moins. Puis je repris la parole.

- Ouais ils aiment les rumeurs... mais ce n'est même plus une rumeur finalement, c'est un fait avéré, forcément que c'est croustillant. Il n'y a pas grand chose à cacher ici, on nous juge pas sur grand chose, mais ce genre d'erreur, ça peut faire mal. Tu imagines? Ils me connaissent tous depuis un an comme la préfète Gryffondor, aux cheveux roses certes, mais qui n'a rien à se reprocher, et finalement ils apprennent une facette de moi qui détruit entièrement cette image. Crois-moi, leur donner une rumeur plus importante ça va pas franchement être très possible... 

Je ne quittais pas les flots des yeux, me perdant entre le journal qui commençait à s'imbiber très franchement et dont on commençait à ne plus voir toutes les écritures. Je me rassurai quand même en me disant qu'il n'y avait pas de photo de moi ou de William, c'était déjà ça. Je me calmais doucement.

- Ne t'en fais pas, ils s'essouffleront... C'est juste... je voulais pas que ça se sache pour que William n'ait pas de problème, et si ça s'est su... ben en fait c'est de ma faute... Je sortais avec Turner depuis un an et seules trois personnes le savaient, mais pas évident de leur en parler. Il y avait Molly, c'est elle qui m'a poussé dans ses bras parce qu'elle avait vu que c'était réciproque... Y avait Warren... mais bon on a flirté tous les deux avant que je ne choisisse William alors bon, je me voyais mal lui parler de mes tracas amoureux... et Miss Moonlight qui a très bien compris pendant les vacances... mais pareil, je pouvais pas en faire ma confidente, c'est une prof quoi... du coup, j'ai voulu en parler à ma mère... sauf qu'apparemment le ministère surveille les hiboux entrant et sortant du château. Ils ont intercepté ma lettre... Je venais de l'envoyer quand tu as jeté un pétard dans la volière...

Je ne pus m'empêcher un petit sourire narquois à l'évocation de ce souvenir. Je me rendis compte alors que ma vie autrefois si monotone avait pris un sacré tournant avec ma rencontre avec Warren puis avec William... Cette histoire avait déjà fait le tour du bahut, et je réalisai quelque chose:

- Tu as brulé quelques journaux? Pourquoi? 
Revenir en haut Aller en bas
avatarAriane Parrish
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 21 Nov - 14:12

Alors que la gryffondor m'aidait à sortir de l'eau et à me sécher, je fus ravis de voir que ma maladresse l'avait amusé et distraite quelques minutes, et encore plus quand elle se confia enfin auprès de moi. Je l'écoutais attentivement, en éternuant dans le milieu de son discours, et ne pu m'empêcher de pouffer de rire au souvenir de ma mauvaise plaisanterie dans la volière. Alice termina par une question et je cru jusque là qu'elle n'allait jamais me le demander. Retrouvant mon air taquin, je lui répondis en éternuant encore :

- Comment oublier ces pétards ... Tu me l'as dis toi même, ce jour là d'ailleurs, on se préoccupe des autres ici ... Je les ai brûlé pour toi. Enfin ... Ils m'agacent, tous, à parler pour dire des bêtises. 

J'étais soudain mal à l'aise, j'avais du mal à parler sentiments, même si pour les conversations personnelles je commençais à en avoir l'habitude avec Alice. Mais j'essayais et j'espérais que la jeune fille comprenait ce que j'essayais de lui dire. Tout simplement que je l'aimais bien, cette fille aux cheveux couleur barbe-à-papa. Je finis par regarder mes pieds, en souriant d'un air pas très fière de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 21 Nov - 14:53

Dans son discours, je compris qu'elle m'appréciait et qu'elle l'avait fait pour moi. Je souris, cela me toucha, vraiment. Je ne mis pas plus l'accent dessus car j'avais compris qu'elle ne voulait pas se montrer trop sentimentale, fleur bleue tout ça. Alors je répondis d'un simple:

- Merci, c'est très gentil... tu n'étais pas obligée...

Je lui souriais, c'était sympa de sa part en tous cas. Malheureusement, la nouvelle avait déjà fait le tour du collège donc journal brulé ou non, le bouche à oreille allait maintenant être le problème. Lancer une rumeur était une bonne idée, mais malheureusement face à un fait avéré par le ministère et le journal lui-même... c'était un peu comme combattre un incendie avec un verre d'eau. 

- Et du coup, tu me cherchais pour me parler de ça? Tu voulais en savoir plus? 
Revenir en haut Aller en bas
avatarAriane Parrish
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 21 Nov - 15:51

Je relevais la tête vers Alice et lui souris de nouveau, elle avait bien comprit mes sous entendus et son merci valait autant que ma réponse décousu. J'allais lui répondre que bien sûr j'avais été obligée puisque je l'appréciais mais elle enchaina sur le pourquoi je la cherchais à la base et un sourire complice se glissa sur mes lèvres quand je lança sur le ton de la conversation. 

- Non pas te parler ... T'écouter. Si toi t'avais envie d'en dire plus. Sinon je m'en fiche, temps que tu vas bien ... Enfin pas trop mal plutôt. Je te l'ai dis j'étais inquiète. 

Oui pour ça je savais faire sans être mal à l'aise. Je savais m'inquiéter pour ceux à qui je tenais, Alice en faisant parti depuis ce matin, mais je ne savais pas accepter que les rôles s'inversent. D'ailleurs Cedric devait encore s'en souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Mer 23 Nov - 13:45

Ariane Parrish, inquiète? Sa remarque me toucha. Je ne pus que lui sourire, ne sachant pas vraiment quoi répondre dans l'instant. J'hésitai à en dire plus, qu'y avait-il à dire? 

- C'est gentil... C'est vraiment parti en cacahuètes cette histoire avec William... tout allait bien, j'ai passé tout le mois d'Août avec lui, et... à la rentrée j'ai envoyé un courrier à ma mère qui a foutu la m*rde et dans le même temps Warren a comprit que... ben que j'étais pas vraiment indifférente à son charme... on est vaguement sorti ensemble juste avant que William n'arrive au chateau... autant te dire qu'entre eux... c'est pas le grand amour...

Pas le grand amour... ils se haïssaient au plus haut point! J'avais vraiment choisi le bon petit copain pour faire du mal à mon ex moi! Déjà on avait évité le pire avec William, c'était une bonne chose, du moins pour son poste de professeur. Pourtant ce n'était pas les occasions qui avaient manquées pendant les vacances... Mais il était prudent. Ma relation avec Warren était tout autre. Même si il ne s'était rien passé encore, je savais au fond de moi que l'envie était là pour chacun de nous deux... Mais en étant dans deux maisons différentes, les choses étaient bien plus compliquées.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAriane Parrish
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: L'embarcadère   Mer 23 Nov - 15:14

La jeune fille se mit à parler, elle me raconta toute l'histoire. Du moins dans les grandes lignes mais elle ne me fournis seulement que quelques détails en plus, puisque grâce à un certain torchon tout le monde connaissait les faits. Je lui répondis pour lui donner mon avis en gardant mon sourire amical :

- Ouha ! Pourquoi les histoires de coeurs sont toujours si compliqués ?! Et puis un peu normal que deux garçons ne s'aiment pas si ils veulent la même fille. Mais je comprends pourquoi je vois parfois ton copain et le prof se regarder de travers. 

A cette remarque je laissa échapper un petit rire, il était vrai que j'avais parfois perçut une certaine tension dans les couloirs quand ces deux là s'y croisaient et je n'avais jamais trop compris pourquoi. 

Maintenant que je voyais qu'Alice n'allait pas aussi mal que je l'avais imaginé et qu'elle m'en avait dit plus, j'étais rassurée. De plus puisque je n'étais pas du genre à juger les gens je n'avais rien à lui dire et garda le silence en me perdant dans la contemplation du lac. Ce silence n'était pas gênant, du moins pas pour moi, je le trouvais plutôt calmant au contraire et j'attendais juste que ma camarade continu de parler si elle le voulait. De ça ou d'autre chose mais mon silence voulait lui faire comprendre qu'avec moi elle pouvait relâcher la pression, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 28 Nov - 10:14

Ariane prit la chose avec légèreté, et ce n'était pas plus mal finalement. J'allais très mal, mais je ne souhaitais pas que cela se remarque. Elle me notifia avoir remarqué une certaine animosité entre mon copain et mon ex, ce qui était normal, mais pouvait interroger ceux qui ignoraient ma relation avec le professeur. L'anonymat c'était fini!

- Toi aussi tu as remarqué? Ils ont la discrétion d'un scrout à pétard! Les élèves vont comprendre beaucoup de choses entre eux. Et je crois que j'ai pas fini avec les rumeurs, je suis sortie avec un professeur, directeur de la maison Serpentard, et je l'ai plaqué pour le préfet des Serpentard... bon officiellement c'est le ministère qui nous a séparé mais disons que ça ne s'est pas tout à fait passé comme ça...
Revenir en haut Aller en bas
avatarAriane Parrish
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 28 Nov - 10:35

J'éclatais de rire en entendant Alice insulter les deux hommes de notre conversation avant que mon regard ne tombe sur des élèves au loin, dans le parc, avec des journaux en main. 

Sans réfléchir, je me levais sur un reste de rire et m'adressa une dernière fois à la jeune fille avec un sourire complice. 

- Scroute à pétard ! Elle est bonne celle là. Bon excuse moi, je vais y aller, j'ai encore quelques journaux à bruler. 

C'était vrai mais en partie, car l'autre raison était bien sûr que je ne savais pas rester calme si longtemps et il était temps pour moi d'abandonner ma camarade pour le moment. En ce mercredi bien avancé, j'avais encore toute l'après midi pour faire mes bêtises et brûler une bonne centaine d'exemplaires de ce torchon médiatique avant le dîner. Fière de moi bien sûr, je lançais un clin d'oeil à Alice et reparti en courant dans le parc, droit vers un groupe de crétins avares de commérages. 

RP FINIT
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Jeu 15 Déc - 1:45

- Hé ! Ma technique a du bon. Mais d'habitude on me rentre pas dedans !

Aller dehors était une bonne idée, et c'était de toutes façons ce que j'avais prévu. J'évitais de lui demander pourquoi elle devait éviter les bars. Déjà parce qu'il me semblais avoir une moitié de réponse, et ensuite parce que j'aurais peut-être été surpris de la vraie raison. Cette fille n'était décidément pas normale. Cela tombait bien. Après tout, je ne l'étais pas non plus...
Elle me faisait singe de la suivre et s'enfonçait dans les cachots, disparaissant dans l'ombre pour ne laisser entendre qu'un rire qui se répercutait sur les murs de pierre. Exactement le genre de truc à effrayer un Moldu. Mais si je m'en donnais l'air, je n'en étais pas un. Je soupirais et secouais la tête avec un sourire étiré d'une oreille à l'autre. Cette soirée allait être grandiose.

Je m'élançais à la suite des échos dans la pénombre et rattrapais Tori juste avant les escaliers qui nous amèneraient dans le hall et la sortie du château.

- Reviens ici chat ! Tu vas te perdre et finir par grimper dans un arbre pour ne plus en redescendre !

 Je l'entrainais cependant avec moi dans l'ascension des marches en lui criant "Preum's!" et fonçais jusqu'au rez-de-chaussée. Nous nous glissions dans le bâtiment en silence, attentif au moindre bruit synonyme de passage de préfet et arrivions finalement vers la porte. Nous nous faufilions dehors et nous dirigions vers l'embarcadère. Il faisait décidément bien plus froid dehors, j'avais vraiment bien fait de prendre mon manteau. C'était une belle nuit, silencieuse et sombre, à peine éclairée par la lune. Seul le rugissement du vent venait perturber le calme ambiant, portant de temps à autres un rugissement venu de la Forêt Interdite. Marchant tranquillement dans l'herbe, j'observais le reflet de l'astre argenté sur le lac, découpé par les vagues comme par autant de petits miroirs.

Une fois que nous étions arrivés au bord de l'eau je m'avançais sur le ponton de bois, laissant résonner mes pas sur les planches. J'avançais jusqu'au bord, là où une enjambée de plus me ferrait tomber à l'eau. Toute cette nature et ce silence me laissaient songeur. Il manquait quelque chose dans ce tableau... Et je savais comment y remédier. Je sortais mon pendentif de dessous mon t-shirt et le serrait entre mes deux paumes. De forme triangulaire, il était accroché avec un sommet vers le bas. Des plumes étaient finement ciselées dans les cotés latéraux, les faisant ressembler d'avantage à des ailes. Un petit bec était taillé en relief au centre en prolongement de la tête de l'oiseau. A l'exception des deux yeux qui luisaient de rouge, l'objet entier était d'un noir brillant étrange, comme de l'onyx. 

Je portais mes mains à mes lèvres et soufflais dans leur creux. Non pas pour me réchauffer les mains comme on aurait pu le croire, mais parce que le collier agissait comme un appeau. Je n'avais pas encore saisi toute son utilité ni ses fonctions, mais j'avais vite figuré cet usage là. Je m'asseyais en tailleur sur place et attendais, lançant une réplique à la jeune femme qui était avec moi :

- Dis moi Tori, c'est pas dangereux toute cette flotte pour un chat ?


Sans attendre sa réponse je faisais venir à moi un galet que je lançais sur l'eau après l'avoir examiné. Et puis je finissais enfin par l'entendre. Un bruissement d'ailes, uniquement perceptible car le vent était tombé tout d'un coup. Sans même regarder je savais ce qui se passait. Un oiseau noir décrivait des cercles autour de moi, comme un vautour sur une carcasse. Puis dans une dernière ronde il descendait lentement et venait se poser sur mon épaule en croassant à mon oreille. Je lui donnais le miamhibou qui était dans ma poche depuis que j'avais prévu de sortir te lui jetais un coup d'œil en coin :

- Salut toi.


RP avec damoiselle Tori, suite de l'entrée de notre salle co


Pendentif:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarTori A.Blake
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Mar 20 Déc - 23:29



Escapade nocturne
Rp avec Anton Vlagasda (Thanaël)



J'étais presque arrivée aux escaliers menant au rez-de-chaussée du château quand la Serpentard me rattrapa, ayant apparemment décidé de se joindre à moi dans mon escapade nocturne:

- Reviens ici chat ! Tu vas te perdre et finir par grimper dans un arbre pour ne plus en redescendre !

J'esquissais de nouveau un sourire en l'entendant parler ainsi. Il faut dire qu'il ne manquait pas d'idée même si pour me perdre, il aurait déjà fallu que je me retrouve en un sens. Je m'élançais à sa poursuite dans les escaliers, même si le dépasser dans cette course était déjà peine perdue. Je ne savais point si c'était de la chance ou notre discrétion, mais nous arrivâmes finalement dans le hall, puis à l'extérieur sans problèmes particuliers.

Un froid glacial s'engouffra dans ma veste à peine arriver dehors, et je me dépêchait de la fermer afin de récupérer un peu de chaleur, une vaine tentative il faut l'admettre... Bien que la nuit soit fraîche, il ne neigeait pas encore, ce qui était une chance, bien que le vent qui soufflait soit peu être pire que de possibles flocons s'entassant dans ma tignasse. J’exhalais une légère brume a chaque respiration, témoin de la température extérieure. Arrivés à l'embarcadère, je m’imprégnais de la beauté des lieux. C'était quelque chose de peu habituel pour moi. Le silence, la paix qu'inspirait le lac, était quelque chose que je percevais, sans pour autant le comprendre ou l'expliquer. J'observais discrètement du coin de l'oeil le vert et argent, qui était à présent assis en tailleur au milieu du ponton. Il tenait quelque chose dans le creux de ses mains, un objet sombre aux yeux luisants que je n'arrivait pas à distinguer plus que cela. Je m'approchais à mon tour du bord.

Chat était un terme qui me convenait bien. Pas parce que je grimpais aux arbres ou un truc du genre, mais de par mon caractère plutôt indépendant et parfois sauvage. Et puis, un chat c'était du genre agile et souple. J'étais à présent accroupi en équilibre sur un des petit poteaux du pont de bois, observant les clapotis de l'eau contre le rebord. Ce mouvement perpétuel avait quelque chose hypnotisant:

- Dis moi Tori, c'est pas dangereux toute cette flotte pour un chat ?

Je manquais de tomber à l'eau en sursautant, m'agrippant plus fort pour ne pas tomber.

- Pas vraiment non, sauf si tu me surprend encore comme ça. D'ailleurs ça pourrait l'être aussi pour toi parce que si je tombe, je t'entraînes avec moi ! Et les gargouilles, ça flotte pas si tu veux mon avis...

Je me stoppai en me retournant. Un oiseau nous avait rejoint, ou plutôt avait rallié son maître vraisemblablement. J'haussais légèrement les sourcils, agréablement surprise. Il n'était pas rare de croiser un hibou, mais justement c'était des hiboux, parfois des chouettes. Jusqu'à présent, je n'avais jamais croisé autre chose, si bien que je songeais être la seule à posséder une autre sorte de volatile, si tenté que posséder soit le terme correct. Ombre n'était pas réellement apprivoisé, mais fidèle bien que solitaire. Or, j'avais un très beau spécimen de corbeau en face de moi. Je me rapprochai doucement, les yeux rempli de curiosité, rivés sur l'animal:

- Ton oiseau est vraiment magnifique, surtout il a l'air discipliné, pas comme Ombre il en fait qu'a sa tête lui ! C'est quoi son nom ?

Me rappelant une nouvelle fois que je ne connaissait toujours pas le sien, je me dépêchait d'ajouter:

- Et le tien au passage.. A moins q'tu préfères que j't'appelle gargouille ?

Je posais mes yeux sur lui de nouveau d'un air amusée. La perspective de l'appeler par ce surnom un peu risible ne me gênait pas plus que ça, même si ma curiosité était plus forte. Après tout, je ne pouvais pas attendre de quelqu'un ce dont je n'étais même pas capable, la vérité. Quoi qu'il en soit, Tori était devenue mon identité à part entière avec le temps. Tout en attendant une réponse, je frictionnais mes mains pour m'apporter un peu de chaleur, en jurant silencieusement de m'acheter une écharpe, une cape ou même un manteau en poil de Boursouf s'il le fallait pour me réchauffer en hiver. Enfin, quand j'aurais réussi à débusquer quelques gallions. Mes cheveux avait commencés à doucement blanchir aux pointes, et je les rejetai en arrière avant de finir par me poser à mon tour sur le ponton, cherchant à comprendre comment le vert et argent avait dressé son volatile.


Code de Tori
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Ven 6 Jan - 18:15

La menace de m'envoyer à l'eau était plus sympathique qu'effrayante, et si le temps avait été plus chaud j'aurais accepté volontiers. Mais au vu de la température du moment, tout ce que nous allions gagner à prendre un bain de minuit c'était au mieux, un rhume.
 
- En effet. Les gargouilles ne flottait pas. Mais tu n'as pas l'air au courant que ça a récemment changé...
 
Je levais les yeux sur Tori. La jeune femme semblait fascinée par mon corbeau ; et je ne pouvais m'empêcher d'en éprouver une certaine fierté lorsqu'elle le comparait à ce qui apparaissait comme étant un autre oiseau noir. Intéressant... Mais je me devais d'éclater de rire lorsque la Serpentard évoquait ses difficultés avec le dressage de son animal.
 

- Alors déjà, je m’appelle Vlagasda. Anton Vlagasda. Mais gargouille c'est pas ma mal comme surnom... Et cette... chose là, disais-je en désignant de la tête le corbeau sur mon épaule, c'est Benzin. Simplement parce qu'il est noir comme du pétrole. Tu m'étonne qu'il soit magnifique avec tout ce qu'il avale ! Bon heureusement qu'il se nourrit tout seul la plupart du temps parce que je voudrais pas avoir à payer pour lui. Mais puisque monsieur a des goûts de luxe, il finit toujours par venir quémander un paquet miamhibou. Voire deux ou trois. Sinon il va aller braquer les chouettes de la volière pour essayer d'en avoir...
Puisque tu parles de discipline, je crois que nos deux oiseaux sont assez similaires. La bouffe a l'air d'être la seule raison de sa prétendue obéissance envers moi. Et il a tendance à obéir plus facilement si ce que je demande est contraire à un règlement quelconque... On s'est plutôt bien trouvés lui et moi.


 
Je me taisais et forçais Benzin à décoller en bougeant l'épaule et en lui intimant d'aller dire bonjour à la demoiselle. Je le regardais se poser sur le ponton, en face de Tori. Il la regardait en tournant la tête de façon sacadée, et semblait hésiter.  Pour le motiver je lui lançais un dernier morceau de miamhibou qu'il attrapait au vol d'un coup de bec, et il allait se percher sur l'épaule de la vert et argent.
 

- En fait... Je ne sais pas comment ni pourquoi mais sous ses airs de méchant oiseau, il est extrêmement fidèle et obéissant. Pour un corbeau je veux dire. Il est joueur, voleur et si il pouvait parler il serait plus menteur qu'un arracheur de dents, mais il ne m'a jamais laissé tomber. Il comprend mes ordres et les exécute souvent du mieux qu'il peut. Je pense que ça a un lien avec ça, ajoutais-je en lui montrant le pendentif. Je le tenais par la chaîne, et la lumière de la lune accrochait les arrêtes le long des plumes gravées, et faisait reluire les pierres des yeux d'un nouvel éclat. Il agit comme un appeau, et Benzin vient à chaque fois. Il y a de la magie là dessous c'est sûr, mais je ne sais pas quel sort est utilisé.
Donc tu peux dire que si mon corbeau a l'air si discipliné, c'est parce que je triche un peu.


 
Je m'arrêtais enfin. Tout redevenait silencieux, avec pour seuls sons le bruissement des feuilles agitées par le vent et le clapotis de l'eau contre le poteaux. Et puisqu'on parlait d'oiseaux, j'étais curieux d'en apprendre un peu plus sur le sien.

 
- Et le tiens alors ? Comment ça se passe avec lui ? Tu l'as amené ici ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarTori A.Blake
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Dim 15 Jan - 11:12



Escapade nocturne
Rp avec Anton Vlagasda (Thanaël)



Le Serpentard éclata de rire lorsque je lui disais qu'Ombre était indiscipliné. Je ne savais pas trop si c'était parce que les corbeaux était indiscipliné de nature ou seulement le mien, mais ce n'était pas très grave. Finalement, lorsqu'il reprit la parole, c'était pour se présenter, non sans oublier son volatile. Maintenant que j'avais un nom à poser sur ce visage, j'avais plus de facilités à écouter ce qu'Anton me racontait concernant Benzin. Je pouffais en imaginant le corbeau braquer la volière, tel un bandit de grand chemin. Faut dire qu'il avait la tête de l'emploi en même temps, et semblait attirer par l'interdit tout comme son maître, ce qui était aussi le cas d'Ombre en effet. C'est en tournant la tête vers le volatile que je prenais la parole:

- Le mien semble pas tant attiré par la bouffe. En même temps, j'ai jamais essayée de lui filer des Miamhibou.. Pas assez de gallions pour en faire une diva ! Mais on dirait qu'il a la fâcheuse habitude de venir quand je suis en train de faire des conneries. Ou quand je suis en difficultés, ça doit être son coté sadique...

Dit comme ça, on pouvait avoir l'impression que mon oiseau et moi ne nous aimions pas, et qu'on se supportait plutôt qu'autre chose. Mais non, mon corbeau avait un sale caractère, moi aussi, ça tombait bien. En vérité, si j'avais un réel problème Ombre m'aiderait bec et serres, et se chargerait de me le rappeler ensuite. Presque comme s'il lisait dans mes pensées, Anton reprit:

- En fait... Je ne sais pas comment ni pourquoi mais sous ses airs de méchant oiseau, il est extrêmement fidèle et obéissant. Pour un corbeau je veux dire. Il est joueur, voleur et si il pouvait parler il serait plus menteur qu'un arracheur de dents, mais il ne m'a jamais laissé tomber. Il comprend mes ordres et les exécute souvent du mieux qu'il peut. Je pense que ça a un lien avec ça

Il me montra alors un petit objet métallique, monté en pendentif et brillant d'un éclat mystérieux à la lumière lunaire. Je m'approchais un peu pour voir l'objet en question, Benzin s'envolant de nouveau vers son maître, visiblement offusqué d'être dérangé de son perchoir de la sorte.

- Il agit comme un appeau, et Benzin vient à chaque fois. Il y a de la magie là dessous c'est sûr, mais je ne sais pas quel sort est utilisé. Donc tu peux dire que si mon corbeau a l'air si discipliné, c'est parce que je triche un peu.

Un silence suivit la fin de ses explications, laissant pour seul bruit celui du vent et de la nature elle-même. Je me concentrais quelques instants encore sur l'appeau et ce fut Anton qui rompit le silence avant que je ne prenne la parole, me posant des questions sur mon corbeau. Je relevais alors les yeux sur le vert et argent avant de lui répondre:

- J'pense pas que tu triche, c'est pas comme si l'appeau l'obligeait à rester pourtant il est toujours là. Je souriais légèrement à l'intention de Benzin en disant cela. Puis je reprenais: J'lai emmené avec moi ouaip, mais il se ballade un peu partout et vient quand ça lui chante.. Enfin, quand j'ai besoin de lui il est jamais vraiment loin, du coup suffit que je l'appelle, généralement il arrive en peu de temps. Même si c'est pas une science exacte, j'crois que les corbeaux sont tous un peu comme ça au final... Non ?

Je levais les yeux vers le ciel en pensant à Ombre. Assise en tailleur, les mains posées sur le ponton, j'observais les étoiles la tête rejetée en arrière. Il ne devait pas être très loin en ce moment, même si je ne pouvais pas en être sûre. Je me rappelais comme j'avais rencontré le volatile, et demandait alors:

- Comment t'es devenu le maître de Benzin ?


Code de Tori
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 30 Jan - 19:12

J'étais impressionné par Tori et son Ombre. Une relation pareille sans magie c'était incroyable, mais en même temps j'avais cette impression de déjà vu avec l'intelligence de son corbeau qui ne me surprenais pas.

- Comment je suis devenu son maitre ? C'est une bonne question. A laquelle je n'ai malheureusement pas de réponse.
Je m'asseyais à coté de Tori et me perdais dans la contemplation du reflet de la lune sur les eaux calmes du lac. Devais-je continuer ? J'en avais déjà assez dit, mais je pouvais encore bricoler un mensonge avec cette part de vérité. Le mieux eut encore été de ne rien dire du tout, mais c'était sans compter sur mon incroyable talent pour dire, faire et être la source de bêtises bien trop grosses à mon goût. J'allais finir par raconter toute mon histoire à continuer de la sorte, mais je trouvais un moyen d'arranger quelque peu la vérité pour la rendre acceptable :

- Quand j'étais gamin, on partait en colo avec mes cousins pendant l'été. Un super endroit pas loin de chez nous, coincé entre la forêt et un lac comme celui-là, indiquais-je en désignant de la main le miroir qui ondulait sous notre nez. Une fois on pensait avoir repérés un nid, et bien sûr j'avais décidé de monter dans l'arbre et de l'escalader jusqu'aux branches du dessus pour voir le nid. Sauf que tout ce que je me rappelle, c'est de m'être réveillé à l'hôpital avec un sérieux mal de crâne trois jours après, et sans souvenirs du début des vacances. C'est là qu'on m'a appris que j'étais monté tout au dessus et j'avais pris un oisillon entre les doigts. Sauf que du coup j'en étais si fier que j'ai lâché l'arbre pour le montrer à tout le monde... Mis à part ce petit problème de mémoire j'avais rien de cassé mais c'était plus simple de me laisser aller à l'hôpital comme n'importe quel enfant plutôt que de faire oublier ça à tout le monde sur place. Et puis en rentrant chez moi j'ai voulu aller voir l'arbre responsable de la chute, et j'ai vu que le petit corbeau était tombé avec moi. Je sais pas comment il a fait pour rester en vie trois jours sans se faire avaler par un prédateur, mais je l'ai pris avec moi puisque c'était un peu de ma faute si il n'était plus dans son nid, et aussi parce que je l'aimait déjà bien ce volatile...


Il venait se poser sur mon épaule et croassait comme pour confirmer mes propos.

- A l'époque mon grand père était encore en vie, et il a ensorcelé le collier et l'oiseau avec une magie que je ne connais pas trop. C'est lié à celle qui est utilisée sur nos chouettes mais c'est tout ce que je sais. Je sais même pas quel métier il faisait le papy, parce que personne n'a vraiment su me le dire. Je pense que je pourrais me servir de Benzin comme livreur du coup; mais ce serait pas vraiment du goût d'Augen, mon effraie, et les deux finiraient par se battre alors bon...

Je sourirais en pensant à cet hypothétique combat a l'issue plus qu'incertaine. Ni l'un ni l'autre n'était du genre à se laisser faire et cela promettait une belle bataille mais je préférais l'éviter autant que possible; car j'avais plus ou moins de bonnes raisons pour qu'ils restent les deux en bonne santé. Je me tournais vers la jeune Serpentard et lui posais quelques questions :



- Et toi alors p'tit chat ? Parce que j'cause de moi mais toi ? Comment tu l'as eu ton oiseau ? T'es allée le chercher ou bien il t'es tombé dessus ?  
Revenir en haut Aller en bas
avatarTori A.Blake
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Jeu 16 Fév - 21:06



Escapade nocturne
Rp avec Anton Vlagasda (Thanaël)



Anton finit par venir s'asseoir à mes cotés ses yeux se perdant dans la vague. Un petit silence s'installa quelques instants et je scrutais son visage tandis qu'il semblait réfléchir à la question que je venais de lui poser. S'il paraissait ne pas vouloir trop en dire, il finit cependant par reprendre la parole et je l'écoutais en repliant mes jambes vers moi pour y poser mes bras et ma tête. L'histoire du Serpentard était touchante et mignonne, et Benzin vînt se poser sur son épaule en croassant, comme s'il comprenait lui aussi ce que nous nous disions. Il enchaîna sur la mystérieuse magie qui liait son pendentif et l'animal, parlant aussi de sa chouette.

- Vous vous êtes bien trouvés tout les deux.. Et c'est un survivant dis moi, un peu comme toi quoi !

Je jetais un léger coup d’œil aux arbres non loin, me sentant observée. Au bout d'un moment, je finis par apercevoir deux petits points brillants dans les branches et un sourire étira le coin de mes lèvres devinant de qui il s'agissait. Anton se tourna finalement vers moi:

- Et toi alors p'tit chat ? Parce que j'cause de moi mais toi ? Comment tu l'as eu ton oiseau ? T'es allée le chercher ou bien il t'es tombé dessus ?  

Je ne savais pas trop quoi répondre pour le coup. Pas parce que je ne me rappelais pas de ma rencontre avec Ombre, mais surtout parce que cela touchait un sujet sensible, celui de ma famille et surtout ma fuite pour le coup. Néanmoins, le sorcier m'avait bien raconté sa vie et après une petite réflexion, je décidais de me lancer avec un clin d’œil:

- J'préfère écouter les histoires que les raconter ! Mais si tu veux tout savoir, ça remonte à loin... Quand je remplissais la liste de fournitures pour Poudlard, j'suis passé dans l'animalerie du quartier magique français. A l'époque, c'était plutôt compliqué pour moi de sortir, et j'étais super contente de me balader même si c'était que pour préparer mes affaires. Je savais qu'il fallait prendre un crapaud, un rat ou une chouette mais... A détour d'un rayon, y'avait ce corbeau qui me fixait, et quand j'ai posé les yeux dessus, plus possible de le laisser. Un peu comme un coup de foudre. Finalement je suis repartie avec, mais en arrivant chez moi j'me suis fait explosée, mon père l'a fait sortir de sa cage.

Je fis une courte pause à cet instant, me remémorant les évènements les yeux brillant d'une haine intense. Après tout ce que mes parents avaient fait dans mon enfance, l'histoire d'Ombre restait une des nombreuses choses douloureuses que j'avais du mal à oublier.

- Après plusieurs jours passée sans pouvoir sortir, j'ai cru que je ne le reverrais jamais. Mais apparemment Ombre et moi avons un point en commun: Nous sommes très têtu..

A la fin de ma phrase, je sifflais à l'aide de mes doigts en regardant vers les arbres. Ombre, apparemment décidée à se faire attendre, ne descendit pas tout de suite et débarqua par le lac, s'étant déplacée le temps de mon histoire. Mon volatile se posa sur un de bords du ponton, penchant la tête de gauche à droite observant tour à tour Benzin, Anton puis enfin moi, tout en avançant doucement vers nous.

- Voila, j'te présente Ombre. Comme je te le disais avant, il est jamais très loin. Par contre c'est le seul que j'ai... Jamais été attirée vers les autres animaux, on est plutôt des solitaires tout les deux ! Par contre pour ce qui est de faire le livreur, on peut dire que c'est pas toujours gagné pour lui faire porter des objets.

Après avoir récupéré Ombre, qui avait enfin finit d'avancer vers moi, je posais de nouveau mon regard sur Anton, attendant de voir comment il allait réagir.


Code de Tori
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Sam 4 Mar - 20:11

Je souriais à la jeune femme. L’adoption de son corbeau était peut-être moins spectaculaire que la mienne mais n’en demeurait pas moins touchante. Elle nous disait survivants… Si seulement elle pouvait savoir ce qu’on avait vécu Benzin et moi pour en arriver là. Et c’était mieux ainsi. Je détournais mon regard de son visage pour le porter sur son oiseau.

- Alors comme ça les Français vendent des corbeaux dans les animaleries ? Intéressant, j’y penserai la prochaine fois que j’essayerai d’en avoir un. Ça a l’air infiniment plus simple et moins dangereux que d’aller le chercher en haut de son arbre. Mais c’est bien ! Je veux dire, au moins tu as pas tentée de te casser quelque chose pour le chercher…

Apparemment l’ambiance chez elle était loin d’être excellente et Tori semblait avoir certains problèmes avec ses parents. Je préférais ne pas relever l’info car le sujet paraissait encore sensible et concentrais mon attention sur l’oiseau noir qui nous avait rejoint sur le ponton. D’aspect similaire au mien, c’était là un magnifique corbeau dans toute sa splendeur. J’y retrouvais d’ailleurs bien Benzin, les deux ayant les mêmes mouvements de têtes saccadés et la même façon d’observer tout le monde. Si on avait pu les confondre visuellement, nous nous serions vite aperçut de la différence entre les deux, en à peine quelques minutes. Le mien était toujours prêt à épater son monde, le sien semblait bien plus réservé et méfiant. De plus chacun était fidèle à son maître, et malgré les apparences ils ne seraient pas voir ailleurs si ils y aurait étés mieux traités. 



- C’est un bel oiseau. J’espère que tu le garderas longtemps. En ce qui concerne leurs capacités de livreur je ne sais pas trop ce qu’il en est car je n’ai jamais confié du courrier au mien. Il n’est même pas censé être ici à la base ; je l’avais laissé à la maison car j’avais pris une chouette conformément à la liste mais il n’a rien voulu entendre et a fini par me rejoindre ici tout seul.


Je sentais qu’il commençait à s’agiter sur mon épaule, probablement intéressé par l’arrivée de l’autre volatile. Je lui pinçais le bec entre le pouce et l’index. A force de tortiller la tête dans tous les sens, il finissait par se dégager et croassait de mécontentement dans mon oreille avant de planer jusqu’à Ombre, tout en restant hors de portée d’un coup de bec. Je détournais mon regard sur Tori :

- Bon pendant qu’ils font connaissance… On parlait de quoi déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarTori A.Blake
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 13 Mar - 14:17



Escapade nocturne
Rp avec Anton Vlagasda (Thanaël)



Anton semblait surpris qu'on vendent des corbeaux en animalerie magique ce qui me fit sourire légèrement. Je n'étais pas sûr que ce soit dans tout les quartiers magique de France mais il était vrai qu'en comparaison à la ménagerie magique, le lieu ou m'avait emmené l'elfe de maison de mes parents était mieux fourni quant aux animaux non magiques. Je détournais légèrement les yeux quand il parla de se casser quelque chose pour le récupérer. En fait si, ce jour là j'avais été salement amochée, mais c'était pas grave. De tout façon, j'en avais vue d'autres ! J'observais le lac en écoutant Anton. De mon point de vue c'était tout de même une drôle d'idée de prendre une chouette seulement pour Poudlard si l'on avait déjà un volatile. Mais c'était peu être parce que j'avais un peu trop tendance à vouloir toujours contourner les règles...

- J'suis pas sûre que toutes les animalerie magique de France vendent des corbeaux, mais celle ou j'ai été en tout cas est beaucoup mieux que la Ménagerie Magique. Pour ce qui est livraison... Ombre est fort mais franchement flemmard ! Par contre ça me surprend que tu aie juste pris une chouette pour la liste. Je ne te pensais pas si sage, un vrai ptit ange.

Je riais légèrement en le regardant du coin de l'oeil. Pendant ce temps, Benzin était parti rejoindre Ombre plus loin su le ponton. Les deux corbeaux tournait en s'observant dans des mouvements de tête saccadés, s'évaluant.

- Bon pendant qu’ils font connaissance… On parlait de quoi déjà ?

Je dépliais alors mes jambes et basculai en arrière sur mes coudes, m'installant plus ou moins confortablement. C'était le résultat d'années de pratique à se poser n'importe ou en fête qui agissait la. Je remis une mèche de cheveux quasiment blanche vers l'arrière avant de répondre rapidement:

- De toi, la gentille gargouille pas plus dangereuse qu'un chaton !... Mais comme je ne penses pas que tu aie envie de continuer sur le sujet, je te laisse décider de ce que tu veux faire.

Je souriais une nouvelle fois, plutôt fière de ma petite pique. C'était agréable de taquiner Anton, puisque ce dernier était plutôt du genre à riposter. Aussi avais-je maintenant les yeux posés sur lui me demandant quelle serait sa répartie à présent.


Code de Tori
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Ven 17 Mar - 23:25

Le qualificateur de Tori était à deux doigts de me faire exploser de rire. Je suivais les règles, mais de ce que j’en avais vu, nous étions sages l’un que l’autre. La seule différence entre nous deux était peut-être que j’essayais de respecter le règlement uniquement pour faire semblant, et pour que l’on me laisse en paix. En cela, la fille aux cheveux colorés était plus honnête que moi.

- Un ange ? Moi ?! Dans ce cas je suis plus proche de Lucifer que de Gabriel ! D’un autre coté ça reste dans le thème de la gargouille. Je te verrais bien dans le rôle d’Esméralda d’ailleurs…


Je ramenais mes pieds vers moi et m’installais en tailleur pendant que la jeune femme s’allongeait sur le ponton. Les yeux perdus dans le vide, fixant un point au milieu du lac, je lui répondais franchement. Était-ce à cause du contexte et de la scène ; des liens que nous partagions avec l’autre Serpentard ; ou tout simplement parce que j’avais envie de parler et d’être sincère avec quelqu’un pour une fois -et surtout avec moi-même- ? Je ne le savais pas.

- Méfie-toi quand même mon petit chat. Tu ne dois pas connaître les légendes de mon pays sur les vampires et les gargouilles de leurs châteaux… Ma voix perdait alors toute note d’humour pour ne céder la place qu’au sérieux. Écoutes, c’est une belle nuit, je t’apprécie bien et on est tous seuls les deux ; et t’as un corbeau donc t’es forcément quelqu’un de bien. Alors je vais te dire pourquoi je suis un ange si sage qui respecte le règlement. Simplement pour que l’on me laisse tranquille. J’aspire à vivre par mes propres règles ; et la plupart ne seraient pas acceptées là-dedans disais-je en indiquant le château d’un signe de la tête. Alors j’ai construit une jolie façade qui convient à ces règles, j’obéis lorsque l’on me demande de suivre les ordres et tout se passe à peu près bien. Tu dois comprendre de quoi je parle ; t’as pas tout a fait l’air d’être du genre qui se marie à vingt ans pour finir avec une jolie famille dans une grande maison. Ou l’inverse…

Pendant mon explication j’avais fait léviter jusqu’à moi une pierre qui se trouvait à portée de vue juste à côté de l’embarcadère. Grosse comme mon poing, j’avais bien une idée de comment j’allais l’utiliser. Éclairé par la lune, je la tenais contre moi et après avoir appuyé le bout de ma baguette contre une face à peu près plate, je commençais à y inscrire quelques symboles.

- Tu sais Tori… Je laissais une pause, ne sachant pas vraiment quoi ajouter.

* Tu es loin d’imaginer ce que j’ai pu faire dans un passé pas si lointain que ça. J’ai démoli une banque, tué des gens qui voulaient m’en empêcher, et mon plus grand projet du moment est de faire exploser une prison pour en faire évader ma coéquipière. Je suis un amnésique qui ne se rappelle que d’une fraction de son enfance et qui a de légers problèmes dans sa tête. Si on me laisse faire je serai bientôt plus recherché que Grindelwald à son époque ; mais au moins je serai célèbre. Mais à part ça, j’adore les cookies et je ne refuse jamais un câlin. *


- Je crois que je vais le faire. Être un ange. Pour le prochain mach je pense que je m’accrocherai une paire d’ailes dans le dos. Avec un peu de chance ça fera dévier les cognards…


Je souriais à la jeune femme. Cela l’empêcherait peut-être de s’inquiéter de mes changements d’humeur soudains. Et je priais très fort pour qu’elle ne soit pas légilimens.


Dernière édition par Anton Vlagasda (Thanaël) le Dim 14 Mai - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarTori A.Blake
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Ven 14 Avr - 8:40



Escapade nocturne
Rp avec Anton Vlagasda (Thanaël)



Anton paraissait sur le point de mourir de rire quand je lui disais que c'était un petit ange. Faut dire que c'était pas la première chose qui venait à l'esprit quand on voyait le Serpentard, même si la répartie était plutôt bien trouvée pour le coup. En parlant de répartie d'ailleurs, le sorcier n'en manquait pas, et c'est avec humour qu'il me répondit arguant qu'il me verrait bien dans le rôle d'Emeralda. J'éclatais de rire avant de répondre, plissant les yeux avec malice:

- Hmm désolée mon ange, mais j'me promène avec un corbac moi, pas une chèvre ! Quoique ce serait bien mon genre d'être une gitane dansant dans les rues.

je ris légèrement à la fin de ma phrase. Ombre tourna un instant la tête vers moi, comme pour me signifier qu'il n'appréciait absolument pas le terme utilisé pour le désigner. Ignorant royalement le volatile qui retournait à ses petites affaires, je me concentrais de nouveau sur le Serpentard, qui s'était entre temps installé en tailleur. Le brun semblait se perdre dans les eaux sombres du lac avant de commencer à parler. Anton se confia à moi, arguant que le fait d'avoir un corbeau faisait de moi quelqu'un de bien. Sa remarque me ft doucement rire, mais j'écoutais cependant d'une oreille attentive ce qu'il me disait. Je ne pouvais que comprendre ce qu'il voulait dire, même si sa façon d'expliquer les choses me faisait penser à quelqu'un qui se cache. Je ne lui dit cependant rien de cela:

- Tu viens d'ou Mr.Levampire ? Quoi qu'il en soit, j'vois ce que tu veux dire et ouais c'est pas vraiment mon délire de faire ma vie bien rangée. Mais parfois le mieux c'est de se cacher en pleine lumière... En tout cas moi c'est ce que je fais !

Tandis que je parlais, le jeune homme avait ramassé une pierre et s'appliquait à présent dessus. dans un mouvement agile, je basculais sur le ventre pour observer de plus près ce qu'il faisait. Avant que je ne puisses dire quoi que ce soit, Anton commença à parler... Avant de laisser planer un calme olympien. Je relevai les yeux vers lui, attendant la suite. Il semblait être partager, comme s'il allait dire quelque chose avant de se raviser, et de sortir le plus sérieusement du monde qu'il allait se coller une paire d'ailes dans le dos pou le prochain match. Après avoir éclatée d'un rire cristallin, je posais de nouveau mes yeux toujours souriant sur le Serpentard:

- Je t'offrirais la toge qui va avec ! Et peu être même une auréole, quoique ça va te gêner... Je repris un air plus sérieux. J'ai tout de même l'impression que ce n'est pas à ça que tu pensais juste à l'instant. Mais après tout, tout le monde à le droit d'avoir des secrets.

Après une courte pause, je me rapprochais un peu de lui pour jeter un oeil sur la pierre:

- Tu fais quoi ?


Code de Tori
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Lun 15 Mai - 12:26

Je finissais le dessin sur la pierre avant de répondre à Tori. C'était un symbole simple, un rond avec une goutte en son centre, mais j'essayais de m'appliquer du mieux possible. Une fois fini je montrais le résultat à la jeune femme qui s'était penchée pour regarder ce que je faisais :

- C'est une pleine lune, avec une goutte de sang au milieu. Bon avec les couleurs ça rend mieux forcément ; là sur un caillou ça ressemble à rien. J'ai vu ça dans une crypte d'un château une fois, et ça me fait toujours sourire quand j'y repense car je me dis que les légendes sont peut-être vraies en fin de compte. Oui parce que je viens de Roumanie, d'où nom imprononçable par beaucoup de monde ici. Enfin plus précisément d'une région couverte de forêt, qu'on appelait autrefois la Transylvanie… Mais ne t'inquiètes pas, nous ne suçons le sang que de victimes consentantes. Au début en tout cas.

Le concept de se cacher en pleine lumière ne m'étais pas étranger, loin de là, mais je préférais me taire. J'avais déjà frôlé la catastrophe quelques instants plus tôt, alors il fallait que je sois prudent. Je tendais la pierre à Tori en souriant.

- Naaaaaan je dis toujours ce que je pense ! Tu me crois capable de réfléchir avant de parler ? Moi ? Le jour où nos corbeaux auront des dents peut-être… De toute façon j'en ai pas beaucoup des secrets moi. Et ce n'est pas avec ma discrétion que je les garderais longtemps.

Elle avait un joli rire cette demoiselle. Et elle était sympa en plus. Je me disais qu'il était dommage de ne pas avoir engagé la conversation en dehors des cours avant. Peut-être que la situation ne s'y était jamais aussi bien prêtée que ce soir-là.


- Et concernant le petit ange que je suis, la toge risque d'être plus gênante que l'auréole. Si tu tiens absolument à ce que je porte autre chose que la tenue de vol de l'équipe, prends une combinaison moulante en cuir. Ce sera plus…  Agréable. Et pratique, bien entendu…

Je reportais mon regard sur la jeune femme, affichant un air sérieux :

- Il y a cependant quelque chose que je me demande : tu ne veux pas une vie bien rangée, alors tu vas faire quoi après ? A part chorégraphe itinérante de rue je veux dire…


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarTori A.Blake
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: L'embarcadère   Mar 20 Juin - 15:45



Escapade nocturne
Rp avec Anton Vlagasda (Thanaël)



Anton continuait à gratter la pierre de sa baguette, concentré sur le motif en cours de création. Enfin, il pencha la pierre vers moi, et je la regardais d'un air dubitatif. Faut dire que pour ma défense, ce n'était pas très expressif. Heureusement pour moi, le brun s'expliqua et mon regard s'éclaira tout devenant logique. Je rabattais une nouvelle mèche volage en continuant d'écouter le brun d'une oreille distraite. La Transylvanie... Ceci expliquait cela. Je ne savais pas qu'elle se trouvait en Roumanie, et haussais légèrement les sourcils en l'apprenant, non pas que cela soit le fait de l'année. Un jour en soirée, un pote m'avait raconté l'histoire de ce cher vlad. La légende qui avait rendu si célèbre ces créatures était celle d'un simple moldu, aussi cruel fut-il. Quand Anton parla de boire du sang, je mis une main sur ma poitrine, prenant un air faussement apeuré:

- Alors c'est pour ça que tu m'as attiré jusqu'ici ! Pauvre de moi, une si innocente victime... Je te préviens, j'dois pas avoir très bon goût j'avale pleiiiins de trucs mauvais pour la santé !

J'accentuais l'effet dramatique en faisant une petite moue avant de la muer en un sourire et de prendre la pierre que le brun me tendait, l'approchant un peu de mon visage. Il était vrai que comme ça, sans couleur, ça ne ressemblait pas à grand chose, même de près et quand on savait ce que c'était. Ayant soudainement une idée, j'attrapais une de mes boucles d'oreilles tandis que le Serpentard s'exclamait ne pas savoir réfléchir avant de parler, et de ce que j'avais pu en voir, je ne le croyais pas une seule seconde, même si je le laissais finir, occupée sur le bout de caillou. Tout en l'écoutant, j'avais percée le bout de mon doigt de ma boucle d'oreille, et m'appliquais maintenant à redécorer la goutte avec. Admirant le résultat quelques secondes, je reposais la pierre entre nous deux alors qu'il continuait sur ma proposition concernant la toge. Manquant de m'étouffer à l'évocation d'une combinaison moulante en cuir, je chassais rapidement l'image du brun perché sur un balai dans une tenue pareille et plongeais mon regard dans celui d'Anton, un sourire au coin des lèvres:

- Dire ce qu'on pense n'est pas incompatible avec les secrets si tu veux mon avis. Et jsuis sûre que t'es pas aussi bête que ne le dis ! Après tout, t'es bien chez les Serpys... A moins que ce soit l'ambition qui t'y aie amené,
mais vu que ton rêve est apparemment de devenir un cupidon ayant des versants un peu étrange, j'pense pas,
terminais-je avec un clin d’œil. Je laissais un temps de pause tout en le regardant de haut en bas, avant de reprendre d'un air moqueur. Va pour la combi alors. Mais j'espère pour toi que t'es bien bâti mon chou, parce que sinon ce sera ridicule.

Une nouvelle visualisation du vert et argent sur son balai, un nouvel éclat de rire. L'imagination pouvait réellement faire des choses surprenantes parfois... Le brun avait ensuite affiché un air plus sérieux, et mon sourire fondit légèrement, me demandant bien ce qui pouvait soudainement lui passer par la tête. Sa question resta en suspens et un vague sentiment familier remonta, alors que je m'évertuais et le repousser. Non, je n'aspirais pas à une vie bien rangée, mais ce n'est pas pour autant que je savais ou j'allais, du moins dans mon existence. La seule chose dont j'étais certaine était les personnes dont je voulait me débarrasser. Sans ça, j'étais perdue. Laissant ainsi une ou deux minutes s'écouler à réfléchir sur la manière de répondre sans paraître pour une psychopathe, je m'étendis sur le dos, et fermait les yeux en répondant lentement:

- Bonne question. Mes seuls projets ne sont pas très... Joyeux. On verra ensuite comment j'en ressortirais.

Ma propre voix me semblait étrange, et je demandais pourquoi je lui répondait franchement. J'aurais pu raconter n'importe quoi, mais quelque chose me poussait à dire la vérité, bien que je ne rentre pas dans les détails pour autant. Rouvrant doucement les yeux, je cherchais le regard d'Anton et lui demandais avec un petit sourire:

- Et toi ? J'ai pas l'impression que tu rêves non plus d'une petite routine tranquille.


Code de Tori
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'embarcadère   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'embarcadère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Poudlard :: Le parc-