BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 La volière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: La volière   Ven 9 Mai - 10:36

Ici vous pouvez envoyer vos courriers. Attention à ne pas marcher dans les fientes de Hiboux.


Dernière édition par Molly (Directrice) le Sam 2 Aoû - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarGarance D
Eleve Poufsouffle Eleve Poufsouffle

MessageSujet: Re: La volière   Dim 25 Mai - 19:29

Garance arriva à la volière et appela sa chouette :

- Dinah, viens-là ma belle ...

La volière était vide, le sol était toujours couvert de fiente de chouettes et de hiboux, l'épaisseur devait être d'environ 15 centimètres. La chouette blanche arriva sur le bras de Garance et ferma les yeux quand la jeune fille caressa amoureusement la tête de son animal. Un rat mort était allongé à côté d'un pilier, la chouette déploya ses larges ailes tachetées de pois marron et noir à l'intérieur des ailes et alla rejoindre le cadavre du petit rongeur qu'elle commença à manger. Un petit bout jaune dépassait derrière le pilier, un bout jaune qui ressemblait à celui d'une enveloppe ...
Garance s'en approcha et s’aperçut que c'était bien une enveloppe. Afin de savoir à qui cette lettre appartenait, Garance lut le nom indiqué et se rendit compte qu'il s'agissait d'une lettre de sa mère mais qui était adressée à la directrice. Garance chercha des yeux quel oiseau aurait bien pu amener cette lettre, puis se tourna vers sa Dinah, qui portait plusieurs noms (il ne faut donc pas être étonné si Garance appelle sa chouette d'une autre façon).


- Dinah ... est-ce que c'est toi qui a apporté cette lettre ??

La chouette ne réagit pas. Son aile droite ne battait pas nerveusement, tout indiquait que ce n'était pas elle la factrice de ce courrier. Garance se tourna alors vers toutes les chouettes et hiboux perchés sur leurs piliers et demanda, la main tenant la lettre levée :

- Qui a apporté cette enveloppe ??

Un hibou marron foncé aux "sourcils" noirs fort marqués vint se poser sur l'épaule de Garance. Il avait l'air terriblement sévère et ne semblait pas très sympathique. La jeune Poufsouffle fronça les sourcils et regarda le hibou :

- C'est toi qui a apporté ça ?? Mais enfin, c'est adressé à la directrice !! Pourquoi tu ne lui a pas amené ??

Garance était furieuse contre ce hibou, mais la lettre venait de sa mère. La main tremblante et les gouttes de sueur perlant sur son front, elle déchira le haut de l'enveloppe et en tira deux lettres : l'une adressée à la Directrice et l'autre à Garance. Elle commença par lire la lettre du dessus, celle adressée à Molly Dragonneau.

A Molly Dragonneau, Directrice de l'école Poudlard,

Je joins une lettre adressée à ma fille Garance Désier, lui annonçant une nouvelle peu réjouissante à propos de sa grand-mère. Je souhaite vous demander un départ de Garance de l'école de sorcellerie Poudlard de quelques jours afin de lui permettre une visite à l’hôpital où sa grand-mère est internée. Je vous donnerai de plus amples informations par cheminée, merci de faire revenir Garance par poudre de cheminette à cette adresse : "n'oeuf". Merci de votre compréhension,

Mes salutations les plus sorcelleresques,

Cécilia Désier

Sa grand-mère ?? Hospitalisée ?? Mais ...
En toute hâte, Garance saisit l'autre lettre et l'ouvrit tellement rapidement qu'elle faillit s'arracher.


A ma chérie,

Cette lettre, que je ne t'ai pas envoyé directement, t'informe que ta grand-mère a fait une grave hémorragie hier soir, à 11 heures. C'est ta tante qui m'a informée. Elle a cependant été internée à l'hôpital hier et nous savons maintenant pourquoi elle a tant maigri : il lui a été décelé un cancer de l'estomac, ce qui a causé sa forte chute de poids. Actuellement elle est couverte de tuyaux, elle ne peux pas parler et elle est plongée dans un coma artificiel. Elle répond quand on lui parle, elle hoche la tête, elle acquiesce, elle serre la main quand on lui prend ...
J'irai la voir avec toi, j'ai demandé à ta directrice à ce que tu sois envoyée ici à la n'oeuf afin que je t'emmène au CHR-U où elle est hospitalisée, ne t'inquiètes pas, tout ira bien, c'est une battante elle s'en remettra.

Reste calme et suis les consignes de ta directrice, elle saura quoi faire,
Gros bisous,

Maman

PS : Félicitation pour ta nomination de Préfète et de capitaine de Quidditch, je suis convaincue que tu seras parfaite pour ces rôles. Sois fière de tes couleurs, ce sont les meilleures !!

Après la lecture de cette lettre, Garance restait choquée, tremblante, une larme coulant sur sa joue. Elle avait toujours été très attachée à sa grand-mère. Maintenant qu'elle avait lu le courrier adressé à sa directrice elle ne savait plus quoi faire. Il fallait qu'elle se rende à la n'oeuf pour aller voir sa grand mère mais la directrice allait être furieuse de savoir que la Préfète de Poufsouffle avait ouvert une de ses lettres. Paralysée, en larmes, Garance s'effondra par terre, la lettre toujours dans ses mains, les larmes tombant sur les plis de sa robe. Dinah s'approcha de la jeune jaune et noir, la caressant de la tête.

- Mamie ...

 :( 
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Sam 31 Mai - 10:42

Winonna monta les escaliers puis relu sa lettre qu'elle destinait à sa "maman" .

Ma chère Maman ,

comment vas tu ?
Moi je vais très bien.
Je suis heureuse d'être ici , les professeurs sont géniaux et mes camarades aussi.J'adore aller lire dans le parc , la vue est splendide ! J'espère pouvoir revenir à la maison pendant les vacances.Tu me manques beaucoup.

Pourrais tu m'envoyer une nouvelle robe verte ? Je crains fort que Tisamène s'est amusé avec l'autre et la abimé.Je ferais plus attention avec la prochaine.

Si tu vois Amos , embrasse le de ma part.
Avec ton mon amour ,
Ta Winonna


Elle approuva sa lettre , et la donna à un hibou , chuchota à son oreille l'adresse , et le regarda partir , vers la destination qu'elle lui avait demandé.Puis elle sortit de la volière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Dim 8 Juin - 21:00

Crépuscule arriva à la volière juste avant la tombé de la nuit, à son heure comme dirait sa mère, et siffla Equinox qui n'allait pas tarder à partir à la chasse. Sa chouette rayée descendit de son perchoir et vint se poser sur le rebord de la fenêtre. Il lui caressa les plumes du sommet de sa tête et elle se laissa faire docile. C'était Blue qui la lui avait offerte pour ses onze ans, après un séjours de deux ans aux Etats Unis...
Sortant de ses pensées, il accrocha la lettre à sa pattes et la prit sur son poignée pour l'amener à la fenêtre donnant sur l'ouest.


- Trouve Zénith...

Après un long hululement, elle s'envola et disparut rapidement dans le ciel.
Le brun s'approcha alors des chouettes de l'école et en prit une qui le fixait depuis son entrée. Il lui attacha sa deuxième lettre et l'amena à la fenêtre sud.


*Zen sera content de savoir que je suis rentré dans l'équipe, comme père et mère... Mais j'espère qu'ils pourront envoyer un message à Blue... Je sais même pas ou il est partis vadrouillé encore...*

Secouant la tête, il chassa de nouveau ses pensées.

- Résidence Aylen, banlieue de Liverpool.

Il laissa la chouette s'envoler. Il ne lui restait plus qu'à prendre contact avec Aurore et la mettre au courant de sa nomination au poste de gardien.
Et c'est avec un sourire et empressement il sortit alors de la volière, la nuit commençant à tomber doucement...
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Lun 23 Juin - 0:20

Myosotis entra dans la volière lorsque minuit sonna. Elle savait qu'elle n'avait rien à faire ici à cette heure là mais elle s'en fichait. Elle n'eut pas besoin d'allumer sa baguette malgré le fait qu'il fasse extrêmement sombre dans la volière. Un air frais entrait par les fenêtres et faisait voler quelques plumes qui se trouvaient au sol. La jeune fille aux yeux verts enjamba les cadavres de mulots et les fientes qui recouvraient le sol et se dirigea droit vers le seul oiseau de couleur verte qui se trouvait dans la volière. C'était Phosphène, son oiseau mi-phénix, mi-colibri. Il avait toutes les caractéristiques d'un phénix bien qu'il soit nettement plus petits et de couleur verte. C'était sa tante qui l'avait envoyé à Myosotis pour ses seize ans bien qu'elle ne les fête que quelques jours avant la rentrée scolaire: le 27 août. Elle adorait son oiseau car celui-ci était aussi spécial qu'elle.

-Apporte cette lettre au Professeur Abramovitch.

Avant de prononcer ces quelques paroles, la petite noiraude avait attaché un parchemin enroulé à la patte de Phosphène. Ce parchemin avait été fermé à l'aide d'un ruban de couleur émeraude. La petite noiraude n'avait rien écrit de bien important sur ce parchemin, se contentant de donner de ses nouvelles à son professeur. Il lui avait tant appris qu'elle se devait bien de prendre de temps en temps de ses nouvelles. Il lui arrivait parfois de repenser à toutes ces heures passées sur son balais entre deux montagnes, cachés des Moldus. Après avoir vu son semi-Phénix quitter la volière, la petite noiraude fit demi tour et retourna dans sa salle commune en espérant ne croiser aucune personne dans les couloirs. Pourtant ses espérances furent vaines. Au détour d'un couloir, quelqu'un interpella Myosotis:

-Hé! Attends!

La petite noiraude fut surprise de voir qu'il s'agissait de Tobias, un garçon de sa maison avec qui elle n'avait jamais discuté auparavant et qu'elle ne connaissait que de vue. Ce Serpentard d'une quinzaine d'année avait des yeux verts et des cheveux blonds. Ils discutèrent ensemble à voix basses, se demandant mutuellement d’où il venait. Tobias avait été faire un tour aux cuisines pour atténuer sa faim. Les deux Serpentard firent le chemin jusqu’à leur salle commune tout en plaisantant sur leur professeur. Tobias était un garçon gentil bien qu’un peu naif aux yeux de Myosotis. Il lui parla alors d’une fille de Serdaigle, Haley Caldero, ses yeux brillants de mille feux. Ils arrivèrent bien vite devant le mur qui menait à leur salle commune. Les deux Serpentard se souhaitèrent une bonne nuit et se quittèrent sans un mot de plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Ven 27 Juin - 1:11

La petite noiraude arriva dans la volière aux alentours de minuit et demi. Elle aimait faire un tour à la volière après avoir finit ses rondes nocturnes que la directrice lui imposait. Myosotis était légèrement vêtue cette nuit là car la journée avait été particulièrement chaude. Elle portait une jupe noire très légère et qui volait à chaque pas qu'elle faisait et un top à bretelle de couleur émeraude. Ses ballerines noires ne faisaient aucun bruit sur les pierres brutes qui formaient le sol du château. Myosotis n'avait pas pris son sac avec elle, préférant le laisser dans son dortoir. Elle avait pourtant emporter sa baguette magique qui se trouvait dans une minuscule poche presque invisible de sa jupe. Cette poche était soumise à un sortilège d'extension indétectable comme la plupart des poches de ses vêtements. En effet, la jeune fille aux yeux verts ne faisait pas comme ses camarades qui se contentaient de glisser leur baguette dans leur botte ou à leur ceinture. Elle arriva donc dans la volière lorsque la demi sonna. Le château était totalement silencieux et même Peeves avait décidé de se tenir tranquille ce soir là, chose qu'il ne faisait pratiquement jamais. Arrivée en haut des escaliers en colimaçon, elle fut accueillie par un oiseau au plumage vert émeraude. C'était Phosphène, son phénix colibri, qui revenait de chez son ancien professeur. Elle s'empara alors de l'enveloppe qui était accrochée à la patte de son oiseau, l'ouvrit et en sorti une lettre. Elle déplia le parchemin et commença sa lecture:

"Chère Myosotis,

Voilà bien longtemps que je n'avais plus eu le plaisir de lire ta jolie écriture. Heureux de constater que tu te portes bien! Ma santé est plus qu'excellente et je continue de me rendre en montagne même si tu n'es plus là pour me tenir compagnie et me montrer tes prouesses sur ton balais. D'ailleurs: félicitations pour ton poste d'attrapeuse ! J'ai aussi entendu dire que tu étais la Préfète de ta maison, et j'espère que tu mérites ce titre, même si je n'en doute pas une seconde.

Je suis plus que ravi de voir que tes notes sont presque toutes excellentes. En effet ta tante a reçu ton bulletin scolaire même si elle se trouve toujours en Transylvanie et me l'a envoyé pour que j'y jette un œil. Toutes tes notes sauf une sont à "Optimal" et j'espère qu'à partir de maintenant tu comptes suivre un peu plus les cours de divination, branche à laquelle tu n'as eu qu'un simple "Acceptable"... Je sais que tu n'as jamais aimé cette matière mais il faut que tu participes tout de même au cours !

Salutations,
Professeur Abramovitch.

PS: A mon avis, chasser le gibier dans une forêt à proximité d'une école n'est pas une chose très prudente... J'espère que tu n'as pas eu trop d'ennui suite à cet accident.
"

Les lettres bleues écrites sur le parchemins étaient rondes et légèrement penchées sur la droites. Myosotis avait toujours adoré l'écriture de Monsieur Abramovitch. Elle ne pu s'empêcher de soupirer après avoir lu la dernière phrase écrite sur le vieux parchemin. Elle n'était pas étonnée que son ancien professeur russe ait suivit cette histoire et qu'il ait fait le rapprochement, mais elle s'en voulait un peu. Non pas d'avoir tué l'un de ses camarades, mais d'avoir déçu son ancien Professeur. Elle sentait dans ces deux dernières phrases qu'il avait été déçu que Myosotis n'ait pas trouvé d'autres solutions pour se nourrir. Il faut dire que la petite noiraude respectait énormément le professeur de Durmstrang à la retraite et que l'avis de celui-ci l'affectait beaucoup. Monsieur Abramovitch avait enseigné durant de longues années en Bulgarie, ayant quitté la Russie à l'âge de vingt ans. Il avait plusieurs fois refusé le poste de directeur avant de partir vivre dans un village isolé, village dans lequel Myosotis habitait. Il n'avait pas hésité une seconde lorsque Nymphéa lui avait demandé de l'aide pour l'éducation de sa nièce, acceptant immédiatement. La petite noiraude cligna des yeux à plusieurs reprises pour se sortir de ses pensées. Elle effleura alors le bec de Phosphène de ses lèvres écarlates avant que celui-ci ne quitte son bras pour aller se reposer. Elle quitta alors la volière, la parchemin et l'enveloppe toutes deux dans sa main. Elle traversa rapidement la château pour se rendre dans son dortoir, ne croisant personne sur son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Lun 30 Juin - 13:06

Avant de se rendre dans la Grande Salle pour le petit-déjeuner, Ambre monta à la volière d'un pas léger, sa robe de sorcière volant derrière elle. Elle tenait dans sa main un rouleau de parchemin soigneusement scellé, rédigé le matin même. Les rayons du soleil matinal se répandaient en une nappe dorée sur le sol à travers les larges ouvertures pratiquées dans le mur. La jeune fille s'avança vers un des hiboux de l'école et entreprit de nouer sa missive à sa patte droite.

- Tu porteras cette lettre à Zephyr Blackburn, aux environs de Liverpool, murmura-t-elle en faisant danser ses doigts fins sur le noeud du parchemin.

Elle avait enfin décidé de lui envoyer les résultats de ses BUSE. Elle n'avait obtenu que des Optimals, sauf en Soins aux créatures magiques où elle avait obtenu un Effort Exceptionnel.

* La partie théorique a dû largement compenser l'échec de l'épreuve pratique. *

En effet, Ambre n'avait jamais aimé s'occuper des créatures magiques, avec le soin, l'attention et a douceur nécessaire pour cela. Lorsqu'elle avait été confrontée aux créatures pour la partie pratique, elle avait réussi à se montrer assez persuasive pour les mettre en confiance, mais elle savait qu'elle ne pourrait en aucun cas tromper les licornes. Le poulain au pelage d'or avait catégoriquement refusé de l'approcher. La jeune Serdaigle avait conscience que son âme était loin d'être pure ou innocente, mais en avoir la preuve irréfutable sous les yeux l'avait tout de même légèrement troublée.

* Enfin, peu importe. Je crois que Zephyr sera fier des résultats. Il sera aussi heureux que je lui écrive sans qu'il le demande. *

A cette pensée, Ambre s'immobilisa et ses doigts se figèrent sur le noeud partiellement fini. Le hibou émit un hululement de protestation qu'elle ignora. Lentement, la jeune fille défit le noeud afin de détacher le parchemin. Un fois libéré, le hibou s'envola avec mauvaise humeur vers son perchoir, outré d'avoir été dérangé pour rien.
Ambre tenait toujours sa lettre à la main. Son regard se fit vague et un lueur de tristesse éclaira l'acier de ces yeux. Elle finit par se ressaisir et sortit sa baguette qu'elle pointa sur le parchemin. Sans un mot, elle le brûla et ses cendres s'éparpillèrent au-dehors après s'être envolées par les larges ouvertures.

* Au moins, je n'aurais plus la tentation de l'envoyer. Je me demande ce qui m'a pris...*

Elle avait beaucoup d'affection pour le cousin de sa mère qui l'avait élevée à la mort de ses parents, mais il était hors de question qu'il en éprouve pour elle. C'est pour cela qu'elle évitait de lui donner de ses nouvelles et se montrait souvent froide avec lui. Malgré tout, elle avait l'impression qu'il n'était pas dupe, qu'il possédait un fond de tendresse pour elle. Ambre s'était méticuleusement employée à le détruire, à coup de répliques cinglantes et de paroles blessantes. Depuis, Zephyr s'était également montré plus froid, mais son affection était toujours présente, au grand dam d'Ambre que la ténacité de son tuteur commençait à agacer. Que cherchait-il ? Elle ne voulait pas que quelqu'un tienne à elle. C'était pour leur bien, mais aussi pour le sien. Leur déception et leur douleur se répercuteraient sur elle le moment venu. La jeune fille se persuadait que son but était purement égoïste. Il ne manquerait plus qu'elle l'apprécie au point de faire preuve d'abnégation.
Ambre s'était appuyée sur le mur de pierre, sentant le froid s'insinuer doucement dans son dos. Son visage se ferma et son regard se durcit, prenant la force de l'acier. Elle ne se pardonnait pas une telle faiblesse.
Lentement, elle s'éloigna de la pierre grise et se dirigea vers la sortie de la volière, le visage de nouveau dénué de toute émotion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Mar 8 Juil - 15:52

Crépuscule s'était rendu dans la volière pour s'occuper un peu d'Equinox.
Quand il siffla sa chouette, celle-ci arriva rapidement vers lui. Il caressa doucement sa tête et entreprit de l'inspecter pour voir si elle n'était pas blessée.
Il l'a chouchouta pendant quelque minutes puis lui donna un Miamhibbou pour la récompenser de sa patience. Il allait la laisser repartir quand une petite chouette des bois se posa près de lui. Il la reconnaissait entre mille avec sa petite tâche circulaire blanche sur le bec. C'était Cloud, la chouette de sa mère. Il prit le parchemin de sa pâte tendus et les deux oiseaux s'envolèrent ensemble pour se coller lui contre l'autre dans une niche en hauteur.
Crépu reporta alors que le papier qu'il avait dans les mains et le déroula.


"Mon cher Crépu,
surtout ne commence pas à paniquer en lisant cette lettre d'accord ?

Aurore a eut une forte fièvre ce week-end. Et malgré les potions de ton père, ce n'est pas passé.
Il l'a emmené ce matin avec lui à Ste Mangouste. Il m'a contacté plus tard pour me dire que son état s'était stabilisé et qu'elle allait sans doute rester encore une semaine à l'hôpital en observation.

Je t'en supplie, mon fils, reste calme. Elle est entre de bonne main, et j'irai la voir ce soir. Je te donnerais d'autre nouvelle dans la semaine.
Ne va pas harceler ta Directrice pour avoir une autorisation de sortie que tu n'auras pas.

Reste fort, pour vous deux.
Je t'embrasse.
Maman.
E.A."


Le brun fixé la lettre sans bouger. Et soudain un battement de son coeur un peu trop fort remit en marche toute les fonctions de son cerveau.

*... Mon... Aurore... à l'hôpital...*

Les pensées floues, il serra le papier dans sa main et partit le visage complètement fermé vers la salle commune.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Mer 9 Juil - 13:40

Myosotis entra dans la volière tout en attachant ses cheveux d’un noir de jais en chignon. Après les avoir attachés, elle s’approcha du seul oiseau au plumage vert de toute la volière. Phosphène était sûrement le seul phénix-colibri de toute l’école. Il n’était pas plus grand qu’une poule mais était d’une extrême élégance. La petite noiraude n’avait pas de lettre à lui faire apporter aujourd’hui, mais elle voulait juste le voir. La dernière fois qu’elle l’avait vu, c’était quand Phosphène lui avait apporter la lettre de son ancien professeur russe.  Professeur qui, rappelons-le, avait enseigné dans une école de sorcellerie en Bulgarie. Monsieur Abramovitch avait longuement insisté pour que Myosotis apprenne le Russe mais la petite noiraude n’avait jamais aimé cette langue à cause de la consonance un peu trop brusque à son goût. Mais maintenant qu’elle était amie avec Anastasiya, elle s’était mis en tête d’apprendre cette langue durant les vacances scolaire. Myosotis tendit sa main droite en direction de Phosphène pour que celui-ci s’y pose. N’attendant pas une seconde de plus, son oiseau vint la rejoindre, se posant gracieusement sur la main tendue de sa maitresse. La petite noiraude alla s’asseoir sur le rebord d’une fenêtre tout en posant le Phénix aux plumes émeraudes sur son épaule. Le regard de la Serpentard fut alors attiré par une petite chouette hulotte qui se dirigeait vers elle. Une fois arrivée dans la volière, la chouette se posa sur le rebord de la fenêtre devant Myosotis tout en lui tendant sa patte gauche à laquelle un parchemin enroulé était ficelé. Elle détacha le parchemin, remercia la chouette d’une caresse et déroula le parchemin. Elle commença donc à lire:



«  Ma petite fleur…
Ta tante et moi-même ne pourront pas rentrer à la maison comme prévu durant ses vacances. Nous avons donc déposé de l’argent sur ton compte chez Gringotts, ce qui te permettra de prendre une chambre au Chaudron Baveur. Nous ne savons pas quand nous pourrons rentrer. En effet, notre séjour en Transylvanie se voit prolonger à cause d’une querelle entre vampire. Une autre famille de vampire du nom de Bethlen accuse à tort ma famille. Ils sont persuadés que nous sommes responsables du vol de leur fortune. Il gardait précieusement leur trésor dans un coffre mais celui-ci a été cambriolé la semaine passée. Nous avons déjà essayé à maintes reprises de leur expliqué que nous leur avons rien volés mais ils campent sur leur position. Nous devons donc rester en Transylvanie pour soutenir ma famille car si tu veux mon avis, une guerre entre nos deux familles va éclater… Et je pense que tu es assez intelligente pour pouvoir imaginer à quoi ressemble une guerre entre deux famille de vampire. Prions pour qu’il n’y ait pas de mort.

Nymphéa te salue et espère que tu te portes bien. Nous te redonnerons de nos nouvelles dans les prochaines semaines et nous espérons que cette histoire sera bientôt terminée. Prie avec nous pour qu’aucun malheur ne s’abatte sur notre famille… Nous soupçonnons d’ailleurs la famille Bethlen d’être à l’origine de la mort de mon Oncle Etienne. Si tu veux mon avis, ils cherchent tout simplement une raison de nous en vouloir pour décimer notre famille. Si quoi que ce soit nous arrive à ta tante et moi-même, sache que nous t’aimons du plus profond de notre coeur. Mais ne pensons pas négativement, et croisons les doigts pour que cette histoire n’aille pas plus loin. Passe de bonne vacance ma puce et essaie de profiter. Je suis sûr que tu ne seras pas la seule à devoir prendre une chambre sur le Chemin de Traverse, alors j’espère que tu trouveras des ami(e)s avec qui partager ton temps libre. Fais toi plaisir et achète toi ce qui te plaît, nous remettrons de l’argent sur ton compte bancaire si besoin est.

Bisous,
Clément.
 »



Myosotis dû relire la lettre plusieurs fois pour être sûre d’avoir bien compris cette histoire de trésor volé. Elle ne rentrerait donc pas chez elle ses vacances… le début en tout cas. Posant le parchemin sur ses jambes, elle appuya sa tête contre le mur auquel elle était adossée. Que deviendrait-elle si Clément et Nymphéa perdait la vie dans cette querelle ? Elle ne pourrait sûrement pas aller chez son ancien professeur car celui-ci était trop vieux pour s’occuper d’une adolescente à moitié vampire. Serait-elle envoyée en Transylvanie dans la famille de Clément ? Elle ne la connaissait que très peu… Mais il ne restait plus personne du côté de sa tante, tous tué par des chasseurs de vampire. Serait-elle envoyée dans une famille d’accueil jusqu’à ce qu’elle atteigne sa majorité? Elle soupira et décida de laisser cette histoire de côté pour le moment. Si ça se trouvait, tout allait bien se passer et sa tante et Clément reviendraient seins et saufs à la maison plus vite qu’elle ne le croyait. La chouette qui avait apporté le parchemin a Myosotis s’était envolée alors que la jeune fille était plongée dans sa lecture. Phosphène, quant à lui, était resté perché sur l’épaule de sa maîtresse. Cette dernière se leva, alla remettre son oiseau dans une niche avant de retourner s’asseoir sur le rebord de la fenêtre. Elle aimait bien cet endroit car depuis cette fenêtre on pouvait voir le cercle de pierre qui se trouvait dans le parc ainsi que la cabane de Hagrid. On voyait également une partie de la forêt interdite. Myosotis referma ses yeux verts et profita du silence de la volière. Silence brisé seulement par quelques battements d’ailes et de rares hululements.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: La volière   Mer 9 Juil - 18:23

Lune poussa la porte de la pièce circulaire, située tout en haut de la tour. Une vague d'odeurs déferla sur elle. Lune plissa le nez et enjamba les restes du repas des hiboux. Elle se dirigea rapidement vers la fenêtre et inspira un grand coup. Elle sortit la feuille et sa plume de sa poche. Accoudée au rebord de la fenêtre, elle commença à écrire.

Chers parents,

Comme vous le savez certainement, l'année scolaire finit samedi 12 juillet. Je vais donc prendre le train direct "Pré-au-Lard/ Saint-Andrews" vendredi à 15h. J'arriverai donc à la gare de Saint-Andrews à 18h. N'oubliez pas de venir me chercher ! L'école s'occupe de prendre les billets de tous les élèves. Par contre, il faudrait payer avant la fin de la semaine pour le billet. Envoyez un hibou spécial à la directrice, à mon nom.

Je voulais aussi vous dire que j'ai été prise dans l'équipe de Quidditch de Gryffondor au poste d'attrapeuse. Louanne, la capitaine est autoritaire mais gentille et juste. Je vous raconterai tout en détails dans quelques jours.

Et, est-ce que vous savez si mes amis (moldus ) seront là cet été ? Amélia, Louise et Camille ? Et Cyprien ? Vous savez si il sera au village ?

Renvoyez-moi rapidement le même hibou et n'oubliez pas de payer mon billet de train.

A bientôt,
Bisous,
Lune.


Quand ce fut écrit, Lune prit un hibou de l'école, lui attacha le papier à la patte et lui dit de l'apporter à ses parents. Elle le regarda partir vers l'est et quand Lune ne le voyait plus, elle se retourna et sortit de la volière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Lun 14 Juil - 16:15

Crépuscule arrive avec son éternel air inexpressif dans la volière. On peut néanmoins deviner dans ses yeux bleu roi un certain agacement. En effet ça faisait plusieurs jours qu'il attendait le résultat de ses BUSEs. Tous le monde les avaient reçu dans la grande salle, mais lui n'avait rien eut, il s'était juste dit qu'il y avait eut un problème pendant l'envoie et qu'il les recevrait le lendemain, mais toujours rien. Et maintenant ça faisait cinq jours...
Il se planta en croisant les bras au centre de la volière et regarda toutes les niches. Les oiseaux éveillés le regardaient avec l'air de se demander ce qu'il faisait là. Et Equinox vint jusqu'à lui. Il l'accueillit et lui caressa le sommet de la tête.


-Je n'ai rien pour toi aujourd'hui. Je cherche juste si un oiseau égaré aurait les résultat de mon examen.

Presque au même instant, il entendit un hululement plaintif vers une niche du bas. Il se déplaça et vit un hibou petit duc recroquevillé sous son aile. Le brun vit tout de suite le problème. Le rapace avait une pattes cassé. Il y avait aussi une lettre avec lui, un peu abîmé mais il vit distinctement son nom écrit dessus.
Avec un soupire, il détacha la lettre de la pâte de l'oiseau et l'ouvrit.


"
BREVET UNIVERSEL DE SORCELLERIE ELEMENTAIRE



Le candidat est admis
s'il obtient l'une des
notes suivantes :

Optimal [O]
Effort exceptionnel [E]
Acceptable [A]

Le candidat est recalé
s'il obtient l'une des
notes suivantes:

Piètre [P]
Désolant [D]
Troll [T]


Crépuscule Cosmos Aylen a obtenu :


Astronomie : O
Soins aux créatures magiques : E
Sortilèges : A
Défense contre les forces du Mal :A
Botanique : E
Histoire de la magie : A
Etude des Moldus : E
Potions : O
Métamorphose : P
Étude des Runes : O


"

Il sourit un peu en voyant ces notes, puis rangea la lettre dans sa poche et prit le hibou petit duc dans ses mains. Il allait l'apporter à Hagrid, il n'avait que ça qu'il pouvait faire pour cet oiseau. Il descendit de la volière en se demandant comment il pouvait mettre sa famille au courant. Puis il se résigna pensant une nouvelle fois à sa situation pendant ces vacances...
*J'aurais le temps de leur dire plus tard...*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Ven 10 Oct - 10:55

J'étais arrivée tôt ce matin là bien avant les cours pour ne pas y être en retard et découvrit la volière pour la première fois. Une tour remplit de hiboux en tout genre et de toutes tailles, une odeur épouvantable allant avec mais je n'y fit vite plus attention. Me rappelant pourquoi j'étai venue ici je sortis de mon sac une plume et du parchemin et commença à écrire ma lettre :

<<Cher Harry et Ginny,

Tout d'abord je suis bien arrivée à Poudlard et malgré quelques difficultés à trouver mon chemin parfois je suis ravit d'y être enfin. Cet endroit, comme me le répétaient mes parents et vous-même, est vraiment magique.
Je suis tombée à Poufsouffle comme papa et quand on y regarde les qualités de cette maison ça me correspond, je m'y sent bien même si je ne parle encore à personne. Enfin presque puisque j'ai discutée avec la capitaine de notre équipe de quidditch pour passer des sélection. Et oui ! je vais jouée dans l'équipe ! je suis sûr que vous êtes fière de moi en lisant ça et que vous vous dites que papa l'aurait été aussi : sa fille marchant sur ses traces.
Et autre bonne nouvelle j'étais à peine arrivée depuis quelques jours que la directrice m'a nommée préfète. j'ai encore du mal à réalisée mais je vais faire de mon mieux pour ne décevoir personne et être à la hauteur de sa confiance en moi.
Voilà pour l'instant, les cours sont sympa même si pour le moment je ne prend que des notes, et là c'est tante Mione qui va être fière de moi, et comme promis je passerais voir Hagrid.


Je vous embrasse fort,
A très bientôt votre Ria.>>

Je plia ma lettre et m'approcha d'une chouette hulotte pour y ficeller le parchemin. une fois chose faite j'attrapa l'animal et sorti dehors.

- Va ! Va trouvée Harry et Ginny Potter !

Je donna un petit coup pour l'aider dans son envole et regarda l'oiseau de nuit partir avec mon courrier.


Dernière édition par Victoria Lester (Préfète) le Sam 11 Oct - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Ven 10 Oct - 22:11

Amy pénétra dans la volière.Elle regarda autour d'elle,pour voir si il y avait quelqu'un.C'est alors qu'elle aperçut Victoria.Elle soupira.Qu'elle aurait aimer être seule...Mais,tâchant de faire bonne figure,elle se dirigea vers le perchoir.Elle relut la  longue lettre qu'elle venait d'écrire avec soin:

                                                                      Coucou mon chou!
C'est moi!Amy!Je t'écrit cette lettre afin de rattraper le temps qui nous a été volé.Je suis chez les Pouffys!Comme Maman!Chou,je ne veux pas te narguer (jamais) mais franchement...c'est parfait ici!
Tu me manque et je ne saurait te décrire la peine que j'éprouve à être loin de toi...Nos délires,secrets,fou rires,batailles...Tout cela me manque...Ton cousin m'as dit,avant que je parte,que ton état empirait...Que tes yeux étais rouges et cernés.Que ton teint étais pâle...Ta mine fatiguée...Je n'ai pas envie de t'embêter avec mes petites histoires...Je n'ai qu'une seule chose à te dire,chou: Ne te laisse pas abattre par lui!Maître,Touti,L.,Csn,Mama,phouline,totou,liv et moi ne le supporteraient pas!On est une famille!Et depuis quand une famille laisse un de ses membres tomber?Hein?On a tous besoin de toi!J'ai tellement de choses a te dire...Reviens vite Je t'adore...Je ne sais pas quoi te dire car...Ce genre de choses ne s'expriment qu'avec des sourires et des larmes...Des rires et des pleurs...Des soleils et des nuages...Et bien moi je vais te donner un sourire...Ce sourire, j'éspère que tu le garderas...Que tu t'en souviendras...Souviens toi de moi....Ne m'oublie pas.Je ne t'oublierais pas.Pourquoi? J'en suis tout simplement incapable! Une personne exeptionelle comme toi, ça ne se rencontre qu'une fois dans sa vie...C'est une chance unique...Il ne faut pas la gâcher...J'éspère que tu nous reviendras vite...Je ne sais même pas comment j'ai vécu tout ce temps sans toi...c'est long...trop long...Mais je resterais forte et te ferais honneur...
Même dans les moments difficiles,dit toi que je suis la...avec toi!
bisous
A.


Amy relut sa lettre.Pris son courage à deux mains,puis héla son hiboux:

-Percevaaal?!?

Elle lui confia la lettre,puis le regarda s'envoler,en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Sam 11 Oct - 0:08

Prise dans mes pensées je n'aperçu ma camarade de poufsouffle qu'au dernier moment, quand je sorti de la volière dans un courant d'air qui me fit frissonner.

*Tien elle a l'air ... sympa*

- Bonjour ...

Après avoir balancée ma formule de politesse je descendis de suite la tour d'un pas tranquille en resserrant ma cape autour de moi.

*Même l'automne est rude ici*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Sam 11 Oct - 13:03

Après son détour express à la bibliothèque, Ally se dirigea vers la volière en compagnie de Zita.
Dans les escaliers elle croisa une jeune fille qui semblait trembler de froid mais ne voulant pas la déranger elle continua son chemin et entra enfin dans la volière :

- Zita, peux tu aller donner la lettre à grand-mère s'il te plaît ?

La chauve-souris sembla comprendre immédiatement ce que sa propriétaire lui demandait et sans plus de cérémonie Zita attrapa la fine enveloppe jaune dans les mains d'Ally et partit vers l'horizon.

Ally eu un sourire de mélancolie :

*Grand mère j'espère que tout ce passe bien pour toi ... Tu me manque *

Grand- Mère,
J'espère que cette lettre te trouvera en pleine forme! Moi je vais bien ne tant fais pas, malgré le fait que tu me manque énormément ! Il y a beaucoup de circulation au sein de Poudlard, je ne sais pas vraiment si je pourrai m'y faire un jour, sinon je suis rentrée dans la maison Serdaigle.
Donnes moi vite de tes nouvelles !
Bisous, je t'aime !
PS : Ne donnes pas n'importe quoi à Zita s'il te plaît!
Ally.

Au bout de quelques minutes, Ally décida qu'il était temps pour elle de retourner dans sa salle commune, c'est en partant en direction de l'escalier qu'elle remarqua une autre présence dans la volière. Cela ne l'empêcha pas pour autant de continuer son chemin vers la tour Serdaigle.

* J'aurai tout le temps nécessaire pour faire connaissance avec les autres."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Dim 12 Oct - 9:43

Amy ne quitta la volière qu'après un bon moment.Elle était si pressée d'avoir une réponse à sa lettre!Perdue dans ses pensées,c'est a peine si elle entendit la formule de politesse de Victoria.Elle lui murmura néanmoins un vague:

-Bonjour...

Puis,elle l'observa.

*Elle à l'air gentille.Oh mais...Elle doit avoir froid!Elle tremble!*

Amy courut vers Victoria et lui tendis son gilet en souriant:

-Tien!Il te tiendras chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Dim 12 Oct - 12:09

Surprise je vis la jeune fille à qui je venais de dire bonjour me rattraper et me tendre son gilet, frissonnant toujours dans ma cape je lui lança un regard désolé :

- Non ! Ca va ! Tu vas avoir froid aussi ! Je m'en voudrais si tu gèle.

*Elle est aussi gentille qu'elle en à l'air*

Je lui rendis son gilet avec un sourire polit et continua de descendre de cette tour accompagnée de ma camarade poufsouffle.

- Il faut juste que je m'habitue à ces températures ... et que je m'achète une cape plus chaude.

Pour la première fois je me mis à rire, doucement mais surement, en présence d'un autre élève de cette école. Malgré le froid j'étais bien ici avec cette fille. Après tout pourquoi les rejeter tous autour de moi ? Peut être que finalement tout le monde n'avait pas lu les article de Rita Skeeter ces cinq dernières années ?

- je m'appel Victoria, et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Lun 13 Oct - 16:38

Cela faisait quelques jours que Miss Diggory n'était pas allée vérifier son courrier : entre le début des cours et le recrutement de Quidditch , elle avait complètement oublié son courrier.Elle s'était rendue à la volière , en faisant attention.En effet , les escaliers étaient abimés , et on pouvait facilement glisser et se faire mal.Winonna approcha du casier de la chouette de sa tante , et regarda à l'interieur.Trois numéros de la Gazette , une lettre publicitaire sur l'assurance des balais , et une enveloppe de couleur argentée.
La poufsouffle prit les quatre premiers courriers , les mit dans son sac , et garda le dernier.Elle se posa dans les escaliers extérieurs de la volière et ouvrit , avec hâte , l'enveloppe.Ele reconnut de suite l'écriture sur le fond vert du papier à lettre.

"  Diggory ,

Comment cette nouvelle année à Poudlard débute pour toi ?  Il y a t'il des changements au château ?
Je voyage beaucoup depuis la fin de l'année scolaire.Je suis parti au Pérou ainsi qu'au Congo et à Madagascar.Les sorciers , comme les moldus , sont chaleureux , bienveillants.Ils n'hésitent pas à partager leurs magies ou leurs recettes culinaires.Je t'ai d'ailleurs confectionné un livre de recette bien rempli.Je suis actuellement en Inde.Il fait très chaud , mais les paysages sont magnifiques.Je suis sûr que tu apprécierais l'Inde ainsi que les autres pays où je suis allé travailler.Etre reporteur pour le magazine Sorcier Nature , me plait vraiment , et je suis fière de faire parti de cette équipe.Je ne regrette pas mon choix.
J'espère que tout va bien pour toi.Tes boucles blondes me manquent parfois.
T'embrasse ,
Keegan   "


Luke Keegan.Il était à Serpentard et avait quitté Poudlard après avoir passé ses ASPIC l'année précédente.C'était le frère d'Adrian , un poufsouffle de cinquième année , avec qui Winonna s'entendait bien.Luke avait prit l'habitude d'appeler la jeune fille par son nom de famille.
La Capitaine rangea la lettre de Luke dans son sac , et descendit , délicatement et avec un sourire sur les lèvres , les escaliers de la volière , pour rejoindre la salle commune.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Lun 13 Oct - 17:51

- Non ! Ca va ! Tu vas avoir froid aussi ! Je m'en voudrais si tu gèle.

Amy regarda Victoria surprise.

*Je m'en voudrais aussi de la laisser partir ainsi!En plus je trouve qu'il ne fait pas si froid.En tout cas c'est mon avis...Peut être qu'elle à été élevée dans le sud qui sait!*

Victoria tendit son gilet a Amy en souriant.

-Prend le ne t'inquiète pas!Je n'ai pas froid tu sais.

Amy reprit son gilet et continua alors à descendre les escaliers en compagnie de Victoria lorsque celle-ci lui dit:

- Il faut juste que je m'habitue à ces températures ... et que je m'achète une cape plus chaude.

Puis se mit a rire timidement.Amy sourit.Elle trouvait sa camarade sympathique.Elle se joignit à son rire:

-Comme tu veux!Ecoute,si tu ne trouve pas de manteau ou bien une cape qui te tient bien chaud,demande-en moi,d'accord?

Amy était heureuse d'avoir rencontrer cette poufsouffle.Néanmoins,elle lui paraissait timide et peu sure d'elle.

*Boh!Ca lui passera!*

- Je m'appelle Victoria et toi?
-Enchantée Victoria!Amy.Amy Handerson mais appelle moi juste Amy!

*Je suis contente d'être tombée sur une fille aussi sympa*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Mar 14 Oct - 9:38

- Il faut juste que je m'habitue à ces températures ... et que je m'achète une cape plus chaude.

Ma camarade de Poufsouffle se mit à rire avec moi et d'un coup l'atmosphère s'allégea, elle reprit en souriant, apparemment ravit de parler avec moi.

-Comme tu veux ! Ecoute, si tu ne trouve pas de manteau ou bien une cape qui te tient bien chaud, demande-en moi, d'accord ?


*Vraiment très gentille ! J'avais bien fait d'oser ... Et puis ça ne pas toujours se finir mal de parler aux gens*

- Je m'appelle Victoria et toi ?
- Enchantée Victoria ! Amy. Amy Handerson mais appelle moi juste Amy !


-- Merci Amy ... Je me demande ... Tu es vraiment sympa avec moi ... Ca te dit de venir avec moi ? Quand j'irais à Pré-au-lard, tu pourras me conseiller pour ma cape.

Alors que nous arrivions en bas de la tour de la volière j'attendis tranquillement, complètement à l'aise avec cette Amy, vraiment j'étais contente d'avoir fais sa connaissance et j'espérais bien que nous deviendrions bonnes amies. Je souriais maintenant franchement, n'ayant plus peur même si elle refuserait
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Mar 14 Oct - 18:21

Amy était  franchement heureuse d'être avec Victoria.Elle aimait beaucoup sa compagnie.

- Merci Amy ... Je me demande ... Tu es vraiment sympa avec moi ... Ca te dit de venir avec moi ? Quand j'irais à Pré-au-lard, tu pourras me conseiller pour ma cape.
-De rien!Oui oui oui!Bien sur que je t'accompagnerais! Je suis vraiment heureuse de te connaitre moi aussi!

Amy sourit.Elle étais très à l'aise avec Victoria.Elle se sentait extrement bien.Elles continuèrent à descendre les escaliers et arrivèrent en bas de la tour de la volière.

Bon...Au plaisir de te retrouver dans la salle commune ou bien à près au Lard.

Amy sourit à Victoria puis elle s'en fut en lui faisant un petit signe de la main

*J'ai vraiment hâte de la revoir!Elle est super gentille!J'éspere qu'on deviendras amies!*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Mer 15 Oct - 10:31

- Oui oui oui ! Bien sur que je t'accompagnerais! Je suis vraiment heureuse de te connaitre moi aussi !

Amy me souriait, aussi à l'aise avec moi que moi avec elle alors que nous nous séparions au pied de la tour de la volière, et elle ajouta une dernière chose :

- Bon...Au plaisir de te retrouver dans la salle commune ou bien à près au Lard.

*J'y compte bien, Amy Handerson !*

Nous nous quittions avec de grands sourires, chacune ravit de sa rencontre, et sur un dernier au revoir de loin de la main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Sam 25 Oct - 10:51

Dès que Lune entra dans la volière, sa petite chouette, Eclipse se précipita sur elle en lui donnant de petit coups de bec, accompagnés d'hululement joyeux. Lune laissa échapper un petit rire.
Il faut dire que ces premières semaine à Poudlard avaient été chargées entre les cours et les devoirs et Lune n'avait pas eu le temps de venir voir sa petite chouette. Elle avait un peu oublié aussi...
Mais aujourd'hui, n'ayant pas cours l'après-midi, en raison du trop petit nombre de professeurs et ayant fini rapidement ses devoirs, elle avait écrit une lettre pour ses parents. Ils ne lui avaient pas encore envoyé de lettre et Lune se demandait pourquoi. Elle espérait que tout aille bien pour eux.

Chers parents,
Je suis bien arrivée à Poudlard il y a déjà quelques semaines. J'ai beaucoup de travail, et c'est pour cela que je vous écris que maintenant. Les entraînements de Quidditch n'ont pas encore commencés, d'ailleurs je ne sais pas quand ils vont démarrer. J'espère que ce sera bientôt. Je suis impatiente de jouer dans l'équipe de Gryffondor ! Attrappeuse, en plus ! Parfois j'ai encore du mal à croire que cela est bel et bien vrai.

Les cours sont intérressants et il y a de nouveaux profs. Je trouve que c'est mieux que de mettre des élèves (si grands et intelligents soient-ils) à la tête d'une classe. J'ai des bons points pour mes devoirs et je fais gagner des points à ma maison. Maintenant, je suis en train de faire mon devoir de soin aux créatures magiques sur les niffleurs, dans la salle commune des gryffons.
Quand j'aurai fini, j'irai donner cette lettre à Eclipse. Quand elle arrivera chez vous, donnez lui des graines et de l'eau. Le sac est dans le troisième tiroir en partant du bas dans l'étagère de ma chambre. Un petit bol devrais suffire.

Et est-ce que vous allez bien ? Comme vous ne m'avez pas encore envoyé de lettres, je me demandais si il s'était passé quelque chose. Et est-ce que vous avez des nouvelles de Lalie? Mon (ex) meilleure amie, au cas où vous ne le sauriez plus.  
Répondez moi vite,
Votre fille, Lune



Lune attacha la lettre au pieds de sa chouette et se dirigea vers la fenêtre.

-Apporte ça à mes parents, d'accord ?

Eclipse hulula, comme en signe d'assentiment et s'envola vers la fenêtre.
La jeune fille allait se retourner pour partir quand elle aperçu que quelqu'un était accoudé à une autre fenêtre, qu'elle n'avait pas vu. Elle s'approcha et reconnu Mazdah, avec son éternelle capuche sur la tête. La dernière fois que Lune l'avait vue s'était au cours de DCFM et Mazdah était partie à l'infirmerie. Lune voulut s'assurer qu'elle allait bien maintenant. Elle arriva par derrière et toussotant un peu, pour montrer à la jeune fille qu'elle était là (ne voulant pas la prendre par surprise) et s'approcha.

-Salut, Mazdah... Heu, tu vas mieux maintenant ? Parce que la dernière fois que je t'ai vue tu partais à l'infirmerie. Je voulais m'assurer que tout allais bien pour toi .


Dernière édition par Lune Roverside le Sam 8 Nov - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Dim 26 Oct - 18:10

-Salut Lune. Oui je vais mieux merci de t'en inquiéter. C'était dû à un manque de sommeil apparemment. Rien de très grave.

*Manque de sommeil ! non mais elle me prend vraiment pour une idiote. Ca sent le mensonge à 3 kilomètre à la ronde !*

-je dois y aller, continua Mazdah. Désolée de ne pas pouvoir papoter plus longtemps.


Et la jeune fille sortit presque en courant de la volière, fuyant le regard de sa camarade.
Lune, après quelques instants de surprise, se précipita à sa suite.

-Mazdah ! Att...

Trop tard, la silhouette capuchonée disparut dans un tournant du couloir. Lune la laissa partir, restant seule en haut des marches, un peu déstabilisée.

Pourquoi me fuie-t-elle ? Et pourquoi m'a-t-elle menti ? Elle ne va pas bien, cela se voit clairement mais elle n'a pas l'air prête à partager sa douleur... Sans doute a-t-elle ses raisons... Mais cette histoire est bizarre quand même !

La jeune fille, perdue dans ses pensées descendit l'étroit escalier et retourna dans la salle commune, presque sure que Mazdah n'y serait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Sam 1 Nov - 20:50

Accoudée à l’une des fenêtres sans vitre de la volière, Ambre observait le parc en contrebas d’un regard vide. La brise matinale soufflait par intervalles réguliers, faisant valser des mèches noires autour de son visage. La Serdaigle avait pris le dernier tour de ronde, à l’aube. Il ne devait même pas être six heures du matin. Le ciel gris s’étirait à l’infini, attendant la montée d’un soleil qui laissait déjà échapper quelques minces rayons à l’horizon. Les jours se raccourcissaient à mesure que l’on se rapprochait de l’hiver et il faisait de plus en plus froid. Ambre portait la jupe noire, la chemise blanche et la cravate réglementaires. Elle avait simplement rajouté un pull aux couleurs de Serdaigle par-dessus et frissonnait légèrement dans la fraicheur du petit jour. Cependant, elle restait près de la fenêtre, ignorant ses doigts gelés et le métal froid de son insigne de préfète qui était comme un glaçon sur sa poitrine. Soudain, un minuscule point sombre parut à l’horizon, grossissant au fur et à mesure qu’il s’approchait. Intriguée, Ambre fronça les sourcils et se pencha sur le rebord de pierre de l’ouverture. Après quelques minutes d’attente, elle put enfin distinguer un hibou qui volait dans la brume. Son allure lui paraissait étrangement familière. Elle se déplaça d’un pas sur le côté pour le laisser entrer dans la volière, mais celui-ci s’arrêta directement devant elle en vol stationnaire et tendit une patte parfaitement droite sur laquelle une enveloppe était attachée. Ambre observait le hibou, immobile. Elle l’avait enfin reconnu et ses sourcils se froncèrent davantage. C’était un hibou grand-duc, marron foncé, à l’allure majestueuse. Son port de tête ne trompait pas : L’oiseau dégageait une prestance peu commune, comme s’il était le roi des messagers. Il appartenait à Terence Blackburn, l’oncle d’Ambre, un inconditionnel de la théorie du Sang-Pur. Etant le frère de sa mère Esther, il avait cherché à obtenir sa garde après la mort de ses parents, mais Zephyr, un cousin d’Esther effacé de l’arbre généalogique à cause de ses idées contraires aux doctrines familiales, avait obtenu la faveur du Ministère. Ambre se décida enfin à détacher la lettre et le hibou se posa sur le rebord de la fenêtre. Elle entretenait des relations cordiales avec les Blackburn pour ne pas s’en faire des ennemis, mais elle ne correspondait pas régulièrement avec son oncle, sauf pour les occasions spéciales. Elle tourna l’enveloppe entre ses mains, reconnaissant son écriture élégante et soignée, et finit par briser le sceau des Blackburn qui la fermait.  


Ma nièce,

J’espère que tu te portes bien et que tout se passe comme tu le souhaites à Poudlard. Je tiens à te féliciter pour ta nomination de préfète-en-chef, qui n’avait pas encore été annoncée lorsque nous nous sommes vus cet été.
J’aimerais te rencontrer lors de ta prochaine sortie à Pré-au-Lard, aux Trois-Balais. Je te prie de me faire parvenir la date au plus vite, si tu n’y émets pas d’objection, et je t’en remercie d’avance.  
Passe une excellente semaine en attendant et continue à faire honneur à ton sang.

Sincères salutations,
Terence Blackburn

Blackburn
La pureté est puissance.



Un sourire ironique se forma sur les lèvres d’Ambre lorsqu’elle termina sa lecture. « Si elle n’y émettait pas d’objection. » Ce n’était qu’une formule de politesse qui adoucissait l’injonction, comme les aristocrates Sang-Pur savaient si bien le faire. Le hibou qui attendait sur le rebord de la fenêtre ne repartirait pas sans la date de la prochaine sortie à Pré-au-Lard. Le regard d’Ambre s’attarda sur la devise des Blackburn écrite en caractères stylisés au bas de la lettre. Elle rappelait étrangement celle qui avait été gravée sur la statue de l’atrium du Ministère de la Magie lorsque le gouvernement était contrôlé par le Seigneur des Ténèbres : La magie est puissance. En effet, la construction de cette statue avait été financée en majeure partie par les Blackburn. Contrairement aux Rosier, ils ne s’étaient pas directement impliqués aux côtés du Seigneur des Ténèbres, il n’y avait eu aucun Mangemort parmi eux, mais ils avaient mis leur immense fortune à la disposition de son armée. C’était dans les traditions de cette famille, qui ne se compromettait pas en cas de renversement de situation, mais qui veillait tout de même à s’assurer une bonne place dans le nouveau gouvernement. Ainsi, les Blackburn n’avaient pas été inquiétés, arguant qu’ils avaient été menacés et forcés d’offrir leur fortune. Mais un scandale avait éclaté peu de temps après. Terence Blackburn, l’oncle d’Ambre, occupait un poste à haute responsabilités au Département de la Justice magique malgré ses idéologies sur la pureté du sang. N’ayant jamais soutenu la discrimination envers les Nés-Moldus en public, on ne pouvait formuler des accusations à son encontre, et ses relations lui offraient une protection relativement solide. Cependant, alors qu’il allait accéder au poste de directeur de département, on avait découvert qu’il avait contribué à influencer les procès en faveur des Sang-Pur et en défaveur des Nés-Moldus. C’était une organisation souterraine habilement menée qui était passée inaperçue pendant des années. L’ascendant de Terence Blackburn lui permettait notamment d’influencer les magistrats et sa fortune les corrompait au besoin. Les jurés désignés étaient généralement des conservateurs de sang pur, les avocats étaient plus ou moins doués en fonction du statut du sang de l’accusé, et bien d’autres éléments avaient été biaisés. La presse s’était emparée de l’affaire et Terence Blackburn avait fini par démissionner. Ambre hésitait donc à le rencontrer en public. On pourrait alors l’associer aux Pro-Sang-Pur, ce qui mettait en danger l’armure de neutralité qu’elle avait mis en place pour avoir le plus de liberté d’action possible, surtout vis-à-vis de ses proches. Si cela venait à s’ébruiter, elle devrait soit ne rien dire, ce qui confirmerait indirectement qu’elle était d’accord avec ces théories, soit les rejeter. Dans les deux cas, elle devrait se déterminer pour un camp et renoncer à une partie de ses relations. Mais elle était en même temps curieuse d’apprendre la raison de cette entrevue. Se mordant la lèvre d’agacement, Ambre s’appuya dos contre le mur de pierre et observa attentivement le hibou qui attendait sur le rebord de la fenêtre.
Après quelques minutes de réflexion, elle soupira et se résigna à répondre. Si elle ne le faisait pas, elle s’éloignait volontairement des Blackburn et du juste milieu de sécurité qu’elle s’était fixée entre les deux camps idéologiques. Son oncle avait parfaitement compris la manœuvre et elle était dans l’impasse. N’ayant pas de plume, elle sortit sa baguette et mit son extrémité en contact avec le dos du parchemin. Une date s’y inscrivit à l’encre noire. Ambre replia la feuille, la remit dans l’enveloppe et fit fondre de sceau de cire brisé à l’aide d’un sort pour la refermer. Elle l’attacha à la patte du hibou et celui-ci s’envola immédiatement.
Irritée d’avoir été prise au piège, Ambre s’accouda à la fenêtre, ses yeux d’acier balayant le parc en contrebas d’une lueur sombre. Le ciel s’était peu à peu éclairci, le couvre-feu devait être déjà levé.


Dernière édition par Ambre (Préfète en chef) le Dim 2 Nov - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La volière   

Revenir en haut Aller en bas
 
La volière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Le parc-