BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 La volière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Mar 26 Mai - 19:51

Toujours assise sur le rebord de la volière, Carlotta tourna la tête vers le dehors, offrant son visage aux rayons du soleil alors qu’elle fermait les yeux de bien-être. Dans sa chevelure, quelques reflets rougeâtres se mirent à danser dans une chorégraphie que seuls eux connaissaient. Tout était simple ici, il n’y avait que Maryliss, la nature, des oiseaux et elle. Rien de méchant, rien de sournois juste… de la tranquillité. Un sourire naquit d’ailleurs à la redécouverte de ce sentiment, ou peut-être était-ce parce que sa compagne lui répondait avec une certaine sincérité dans la voix. Quel est le vrai, quel est le faut ? L’une semblait se confier vraiment, alors que l’autre ne racontait pas grand-chose dans le fond, juste une surface d’une vie qui fut la sienne. Mais peut-importe, Carlotta était satisfaite de l’avoir fait parler, non pas pour quelque dessein obscure, mais juste parce qu’elle en avait envie, parce que cela pourrait un jour lui servir. Servir… réminiscence du passé peut-être que de penser encore ainsi. Quoi qu’il en soit, elle nota précieusement les informations dans un coin de sa mémoire. Ça lui ferrait des sujets de conversation avec Maryliss Brown sans doute.

-Oh, une petite sœur donc ?

Elle se souvenait de la sienne, perdue désormais quelque part dans l’adversité du monde. Mais une sœur de sang ? Non… Carlotta n’avait jamais compris cette attachement qu’avait eu l’autre pour ce qu’elle nommait « la communauté » et qui avait valu bien des ennuis à ses membres, allant jusqu’à la fuite complète, au déni même pour une jeune fille en particulier. Peut-être Carlotta était-elle trop cérébrale pour avoir jamais rejoint ce groupe, même si son destin y a été étroitement lié.

-Il fut un temps, ou j’en avais une également, mais c’est un passé qui désormais n’existe plus. Lily a de la chance de t’avoir.

Sur cette dernière phrase, la voix de Carlotta s’était faite un peu plus dure et elle se leva pour s’approcher d’un oiseau qui essaya tout de suite de la pincer, sans succès. Il faut dire que le volatile était prompt, mais la jeune fille l’avait été davantage. Pas d’importance cela, et loin de se décourager de l’attitude du petit être, un rire monta de la gorge de Carlotta.

-Allons allons, je ne te veux pas de mal mon cher. Je veux juste admirer ton plumage de plus près.

Et elle lui offrit une caresse remplit de tendresse. Elle aimait les animaux et ce depuis toujours mais pas à cause d’une certaine docilité non, ce n’était pas vrai ça, mais parce qu’il n’y avait rien de compliquer dans leur nature. Il fallait être simple avec eux et ne pas les traiter comme des bébés car ils ne l’étaient pas.

-Oui,  Marseille est une belle ville mais où il y a un peu de grabuge dans certaines parties. Mais peut-importe, la mer y est magnifique. Elle l’est partout.

C’est une force de la nature pure, incontrôlable… Et Carlotta aimait ça, elle appréciait parfois de ne pas être maître de tout, d’avoir un peu de défi.

-Vie de nomade alors… Ce n’est pas simple tous les jours, il faut recommencer à chaque fois tout ce qu’on a fait. Les amis, l’intégration… J’ai connu ça aussi. Peut-être que ceci sera le dernier voyage, dit-elle en haussant les épaules de désinvolture.

Quant à savoir si elle parlait là pour elle ou pour Maryliss, le mystère restait entier.

-Il travaille dans quoi ton père si ce n’est pas trop indiscret ?

Peut-être lui fallait-il donner une information de plus à la serpentarde, pour que l’échange soit du donnant-donnant.

-Le mien est fauconnier. J’aime bien aller à sa volière de temps en temps, quand les évènements me le permettent. C’est… plaisant, d’être parmi les oiseaux.

De dos, il était impossible de voir la moindre expression sur le visage de Carlotta, de même que sa voix n’avait pas tremblé. Pourquoi l’aurait-elle fait de toute façon ? Peut-être parce que… Puis vint la question de Maryliss, celle qu’elle attendait mais… pas ce sujet-là. C’était une surprise ça, et Carlotta s’en retourna pour lui faire face, délaissant le hibou. Que pouvait-elle répondre à ça, que pouvait-elle livrer à son interlocutrice ? En tout cas, ce fut comme si soudain elle se souvenait d’une chose et elle lança l’air de rien :

-C’est mon anniversaire.

Mais ça ne lui faisait ni chaud ni froid, elle l’avait en réalité plus dit pour elle que pour Maryliss. Depuis quand n’avait-elle pas fêté le jour date de sa naissance ? Depuis quand ses parents avaient-ils cessé de le lui souhaiter et depuis quand ce jour de Mai était-il devenu si insignifiant ? Voilà Maryliss, une part de la réponse.

-J’ai dix-sept ans, je suis en cinquième année.

Elle ne voulait pas être plus claire que cela, elle préférait laisser à Maryliss le choix de lui demander des précisions. Ce n’est pas que Carlotta ne voulait rien dire non, c’était juste une question d’habitude parce que de là où elle venait, c’était chose courante, parce que là d’où elle venait, c’était nécessaire… Où au juste ?

-Tu as des amis ici ?

Sur ce coup, elle ne pouvait pas lui donner une information lui concernant en retour puisqu’elle venait juste d’arriver. Ce serait mensonge que de dire qu’elle connaissait tout le monde entre ces murs, un mensonge qui ne serait que trop vite mis à jour. La jeune fille se déplaça un peu de sorte à ce que le hibou qu’elle caressait précédemment soit sur sa droite, ce qui lui permit de poser une fois de plus la main sur lui.

-Tes cheveux ne sont pas trop épais, mais je suppose que c’est là un complexe de le penser. Je peux t’apprendre à dresser ton hibou si tu le veux, Maryliss Brown.
#0009900
4416 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Jeu 28 Mai - 19:50

- Oh, une petite sœur donc ? Il fut un temps, ou j’en avais une également, mais c’est un passé qui désormais n’existe plus. Lucy a de la chance de t’avoir.


Maryliss sourit, gênée. Elle avait de la peine pour Carlotta. Sa sœur était elle morte ? Ou peut être qu'elle avait seulement été séparée d'elle... Mystère complet. De nature curieuse, la blondinette aurait demandé le nom de cette fameuse sœur... Mais bon, ce n'était pas raisonnable. Et puis, cela pourrait rappeler de mauvais souvenirs à son amie. Soudain, un oiseau vint se poser à côté des deux Serpentards. Il voulut pincer les doigts de Carlotta ; la jeune fille rigola.
-Allons allons, je ne te veux pas de mal mon cher. Je veux juste admirer ton plumage de plus près.

Et elle caressa l'oiseau... Maryliss trouvait son attitude avec les animaux assez étrange, mais en même tant douce et touchante. Un mélange de sensation très bizarre, rien que pour une toute petite chose que l'on pourrait trouver sans importance...

- Tu aimes vraiment les animaux, toi... admira Maryliss.

Carlotta sourit de nouveau. Elle semblait dans son élément avec les oiseaux.

-Oui, Marseille est une belle ville mais où il y a un peu de grabuge dans certaines parties. Mais peut-importe, la mer y est magnifique. Elle l’est partout.
- Tu as raison. J'aimais bien regarder les couchers de soleil sur la mer avant. Des reflets orangés se mélangeaient avec d'autres reflets... Des reflets roses, rarement rouge. C'était beau... C'était aussi poétique, quand le vent soufflait. Après, ce n'est que des petits souvenirs d'un passé qui désormais n'existe plus.

Mary repensa un instant à la mer. A la vie qu'elle menait avant. Avant... Un grand mot... Trop grand sans doute.

-Vie de nomade alors… Ce n’est pas simple tous les jours, il faut recommencer à chaque fois tout ce qu’on a fait. Les amis, l’intégration… J’ai connu ça aussi. Peut-être que ceci sera le dernier voyage.
-J'espère que cela le sera pour moi. Je ne veux pas déménager de nouveau... J'ai déjà perdu des amis. Je ne veux pas en reperdre.

La situation devenait mélancolique, pensante. Maryliss émit un petit sourire discret pour détendre l'atmosphère. Elle s'assit un peu à l'écart de son amie, qui recommença à parler.

-Il travaille dans quoi ton père si ce n’est pas trop indiscret ? Le mien est fauconnier. J’aime bien aller à sa volière de temps en temps, quand les évènements me le permettent. C’est… plaisant, d’être parmi les oiseaux.
- Fauconnier ? On comprend d'où tu tiens ta passion pour les oiseaux ! Ton père à dut t'apprendre beaucoup de choses... Pour être franche, mon père ne m'a jamais parlé de son travail. Il ne m'a jamais dit dans quoi il travaillait, ce qu'il faisait quand il n'était pas à la maison... Disons que mon père et moi ne partageons pas beaucoup de choses.

Maryliss son éternel sourire gêné au lèvre, tripota une mèche de ses cheveux. Elle en fit une tresse, puis la lissa, puis la tourna dans tous les sens, comme une petite fille. Jugeant son attitude trop enfantine, la blondinette laissa tomber sa mèche, et rentra ses mains dans ses poches. Carlotta vînt une fois de plus briser le silence pensant.

-C’est mon anniversaire. J’ai dix-sept ans, je suis en cinquième année.
- Bon anniversaire ! Je suis désolée, je n'ai aucun cadeau à t'offrir. Mais cela peut s'arranger. On pourrait peut être aller à Pré - au - Lard toute les deux et voir ce qui te ferait plaisir. J'aime bien faire plaisir au gens. Peut être suis - je trop gentille...

La jeune fille reprit son souffle.
- Dix sept ans ?! Mais tu as dût redoubler, ou rater des années d'enseignement... A cause de ta vie de nomade non ?

Cela faisait la deuxième fois que Maryliss citait Carlotta. Comme à son habitude la blondinette était méfiante. Trop méfiante ? C'était à Carlotta de juger... La Vert et Argent de 5 ème année recommença à caresser son oiseau... Mary ne répondit pas à la dernière question de Carly. Maintenant, elle voulait en savoir plus sur la brunette, habille avec les animaux...



Fin du RP
3098 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Dim 7 Juin - 9:32

Molly avait trouvé posé sur une table vers l'entrée de sa salle commune, juste en dessous du panneau d'affichage, des bon de commande pour la boutique Weasley farces pour sorciers facétieux.
Elle avait prit le bon de commande et s'était bien gardée d'en parler à qui que ce soit. Elle avait dans l'idée que certains articles pourraient lui être utiles pour filer à l'anglaise avec son amant, ou pourquoi pas, les sortir d'une situation gênante. Ils s'étaient déjà presque faits surprendre une fois alors que la blondinette s'était endormie aux côtés du batteur. La lionne avait donc trouvé que l'occasion était à saisir.
Munie d'un catalogue, elle avait alors remplit tranquillement son bon de commande à l'abri des regards dans son dortoir et avait fermé les rideaux de son lit au cas où.


Elle s'assura de l'argent qu'elle avait à disposition, réfléchi à ce qui pourrait égayer ses journées avec l'américain, ou leur être utile au cas où on les surprendrait et avait rempli soigneusement son bon de commande. Fière d'elle, la jeune femme avait réussi à ne pas renverser une goutte d'encre sur ses draps, bien qu'elle ne dormait plus dedans depuis longtemps.


C'est donc, avec son parchemin dans une main, sa bourse dans l'autre qu'elle avait prit le chemin de la volière en courant. Excitée comme une puce, elle monta quatre à quatre les marches menant à la tour des volatiles.
Pearl arriva tout de suite en voyant Molly et la salua.


- Bonjour Pearl. J'ai besoin de toi ma belle. Il faudrait que tu livres ça chez Weasley Farces pour Sorciers Facétieux sur le chemin de Traverse, à Londres.


La 6e année prit soin d'attacher une petite bourse prévue pour les commandes à la patte du volatil et lui remit le précieux sésame plié en deux, fermé à l'aide d'une corde dans le bec.
Sans plus attendre, la chouette Harfang des neiges prit son envol et disparut à l'horizon, tandis que la blondinette affichait un air excité et impatient de recevoir sa commande pour pouvoir en profiter pleinement avec l'américain.


Rp Unique (suite au chemin de Traverse)
1603 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Ven 19 Juin - 13:41

Profitant d'un moment de libre dans sa matinée, Thanaël se dirigea à la volière. La journée s'annonçait belle, digne de la fin de printemps. Arrivé au dessus de la tour, il se dirigea vers la cage d'une chouette hulotte qu'il avait déjà utilisé quelques fois. Elle lui rappelait la chouette qu'il avait eu lors de sa première année. Un oiseau magnifique et très gentil, avec de grands yeux si caractéristiques à l'espèce. C'est d'ailleurs pour cela qu'il l'avait appelé Augen, car Snow aurait plus convenu à une harfang. Malheureusement, elle était tombée malade et il avait dû la laisser chez lui le temps qu'elle se rétablisse. Il sortit la chouette de la cage et relu la lettre avant de la confier à l'oiseau.


Miss Diggory,

Vous m'aviez promis une balade dans le parc il y a quelques mois. Le beau temps étant de retour et la fin de l'année approchant, il me semble que c'est le bon moment. Demain après midi vous conviendrait-il ?

Thanaël Howenstod



Le Serpentard referma l'enveloppe et l'accrocha à la patte de la chouette, puis l'envoya trouver la préfète Poufsouffle.


rp seul
856 caractères
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Dim 28 Juin - 14:27

Chers parents,

Nous avons récemment été confrontés à un épouvantard en classe de défense contre les forces du mal, et celui-ci m'as montré une créature nommée Moremplis. Savez-vous où ai-je pu en voir ? Ou vous rappelez vous si j'ai été dans un pays tropical avec mes parents, les vrais ? J'en ai déjà vu, c'est évident puisque l'épouvantard ne nous montre que ce dont nous avons peur, et il est évident que l'on a pas peur d'une chose que l'on a jamais vu. Je savais ce qu'était cette créature lorsqu'elle s'est présentée devant moi. Et je savais aussi qu'elle était dangereuse. Ne me mentez pas pour cette fois. Et n'essayez pas d'esquivez la question. On ne m'as pas répondu lorsque j'ai demandé la provenance de ma baguette, et la présence de runes gravées dessus. À propos des runes, là aussi, personne ne m'as répondu lorsque j'ai demandé pourquoi je connaissais les runes nordiques sans me rappeler les avoir étudiées. Et voilà qu'à peu près la même chose se passe avec mon épouvantard. Vous devez me dire ce que vous savez. Mes parents étaient vos amis, ils ont bien dû vous parler de quelque chose, surtout entre deux familles de sorciers voisines l'une de l'autre. Je ne m'attends pas à ce que vous soyez au courant de tout, mais au moins de choses comme un voyage en Asie ou sous les tropiques, ou comme l'achat d'une baguette. Ces choses-là ne sont pas anodines. Vous savez que je finirai par découvrir ce qui se cache là dessous; alors autant m'éviter la peine de mettre un coup de pied dans la fourmilière et me dire ce que vous savez. Je gagnerais du temps et vous des soucis en moins.



Thanaël




p.s : je sais que cette lettre vous paraîtra rude, mais comprenez que j'ai besoin de savoir qui je suis réellement et que je ne me satisfais plus de ce que l'on m'invente au fur et à mesure. Je suis conscient qu'il faudrait peut-être mieux que j'oublie cette quête et que j'accepte d'aller de l'avant, mais mes parents sont morts par ma faute et je veux me rappeler de tout ce que j'ai passé avec eux.
À part ça, ici tout va bien. Le professeur  MacOwl a accepté de m'aider  pour perfectionner certains sortilèges et pourrait peut-être m'apprendre le patronus. Le reste des professeurs a l'air de se remettre doucement de la mort de Leeloo, qui apparemment avait de la famille parmi les adultes de l'établissement. Je vous préviens tout de suite, j'ai prévu de rester un peu avec quelques amis à la fin de l'année, et je pourrais ne pas rentrer tout de suite à la maison. Rassurez vous, rien d'inquiétant, ce sera juste un peu un camping prolongé; on ne va pas braquer une banque non plus. Je vous tiens au courant.



Thanaël avait écrit la lettre plus tôt dans la matinée, mais avant de l'expédier il préféra la relire une fois. Pour être sûr du contenu. Les mots paraitraient durs, peut-être même insolents, mais ils reflétaient ce que le Serpentard ressentait à ce moment. Il hésita encore quelques secondes avant de confier sa lettre à la chouette devant lui. Il repensa à tout ce qu'il avait vécu de bien avec sa nouvelle famille, à tout ce que cette lettre pourrait lui faire perdre. Un frisson lui parcourut l'échine.

- Est tu certain de ce que tu fait ? Est-ce la bonne solution ?


Il ne regarda pas le spectre derrière lui, mais son apparition lui fit serrer les poings. Lorsqu'il lui répondit, il était sûr de lui.

- Oui. Si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferai jamais.

- Et les conséquences ?

- Elles seront ce qu'elles seront. Il me faut savoir. Si ils le prennent mal... tant pis. Je ne rentrerai pas pour les vacances, et j'attendrai la majorité pour aller ailleurs. Mais ce n'est pas le moment d'envisager ces possibilités. Tu ne me feras pas changer d'avis.

Il disparu aussi soudainement qu'il était apparu. L'élève desserra les poings. La lettre, restée tout ce temps dans sa main était froissée et il essaya de l'arranger rapidement.

- Oh et puis zut, pas envie de la réécrire.

Thanaël confia la lettre à la chouette et la fit partir. En se retournant pour partir, il vit une autre élève. Blonde, devant être au moins en sixième année, et appartenant à la maison Gryffondor.

- Tiens donc. Mazdah. Ils s'étaient déjà un peu parlés pendant l'année à quelques reprises. Ça fait longtemps que tu es là ?

* Foutu fantôme. À cause de lui, j'ai pas entendu arriver la gryffon. Au pire, si elle m'as entendue parler tout seul, elle aussi pensera que je suis fou et ça réglera le problème*

rp avec Mazdah
#006600
3444 caractères, validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Mar 30 Juin - 15:28

- Le véritasérum? Oui, il faut bien. Enfin maintenant je me méfie de Molly, surtout si elle est particulièrement de bonne humeur et avec les poches pleines de fioles en tout genre. Et oui c'était vraiment quelque chose. Mais il vaut mieux oublier cet... incident. J'ai dit spontanément de choses sous l'emprise de ce truc et ça ne reflète pas vraiment la réalité.

*Espèce d'idiot, bien sûr que si c'était la vérité puisque tu étais sous sérum de vérité*


Il se reprit, encore plus mal à l'aise qu'avant.

- Enfin, du coup si, c'était la vérité... Mais c'était plus sur le moment, avec les personnes présentes dans la pièce... Donc c'était pas trop véridique... Enfin si, mais que pour ceux qui étaient présents ce jour là, pas pour toute l'école...


À ce moment ci, il éprouvait soudainement une très forte envie de partir en courant, de dévaler les marches par tranches de cinq et d'aller se terrer au fond du lac pour ne plus en sortir avant l'année suivante.

*Non ce serait pas une bonne idée... Trouver autre chose, n'importe quoi...*

Essayant désespérément de changer de sujet de conversation, il finit par dire la l'idée qui lui passait par la tête au même moment.

- Et sinon, que pense tu de la hausse des prix des chouettes harfang au profit des chouettes effraies sur le Chemin de Traverse ? C'est tout simplement inadmissible.

1032 caractères, validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Ven 3 Juil - 15:33

La Gryffondor rit pendant quelques minutes avant de se reprendre le contrôle et de se calmer. C'était un rire sincère, et le Serpentard rit à son tour.

- Un hélicoptère ? Après tout oui, pourquoi pas ? Par contre je ne sais pas piloter. Enfin si mais je ne garantis ni le décollage, ni l'atterrissage, et encore moins la qualité du vol. Ça doit pas être bien compliqué, tout doit être marqué sur les boutons. Sinon, il faut que je te dise que j'aime bien ton rire. Il est... hmmm... je saurais pas trop comment dire... Un peu contagieux ? Oui voilà, c'est ça. Il transmet de la bonne humeur.

Alors qu'il mettait les mains dans ses poches, il fit tomber sa boite d'allumettes. Il s'accroupit en maugréant une insulte à l'égard de la boite et commença à les ramasser.

- Il me semble que tu est proche de la fin de ta scolarité ici. Que compte tu faire ensuite ? Tenter comme beaucoup de monde d'entrer chez les Aurors ? Ou autre chose peut-être ? Bon okay j'arrête les sujets qui fâchent. On va pas somatiser pour ça non plus.

Poser la question lui fit penser à lui même. Que voulait-il vraiment faire une fois qu'il aurait fini à Poudlard ? La médicomagie était intéressante, mais il s'inquiétait du manque de liberté qui va de pair avec cette classe de métier. On ne peut pas faire ce que l'on veut lorsque la vie des autres dépend de notre action. Aventurier alors ? Plus vraiment à la mode... Il finit de ranger  et se remit debout en concluant qu'il avait encore le temps de penser à son avenir.

1156 caractères validé par Ambre 
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La volière   Sam 11 Juil - 20:53

- Pour le post-Poudlard, disons que j’ai déjà un chemin tout tracé. Mais je ne sais pas trop en quoi ça va consister. Je ne te pose pas la question, t’es futur sixième année non ? T’as encore deux ans pour y penser calmement. En tout cas on se verra à la rentrée, ça c’est sur.


- Futur cinquième année, corrigea Thanaël. Je sais que j'ai encore le temps d'y penser, mais je ne sais vraiment pas où aller... Peut-être vers médicomage... on me dit que ça m'irais bien car j'aime prendre soin des autres. Et aussi parce que je ne tombe pas dans les pommes à la vue d'un peu de sang. Ce qui est, disons le, un bon début pour ce métier. Mais oui, on devrait se revoir à la rentrée. Enfin j'espère.... Mais bon, ça devrait aller. Le risque de mourir pendant les vacances n'est quand même pas si élevé que ça...


Il lui rendit son sourire mais n'osa pas poser des questions sur le futur qu'avait évoquée la jeune femme.


- Excuse moi, je dois y aller. Ce fut un plaisir Mazdah. J'espère qu'on se reverra l'année prochaine.


767 caractères validé par Ambre
fin du rp 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La volière   Sam 1 Aoû - 19:40

Crépuscule monta à la volière de bon matin. Il préférait s'y rendre à cette heure-ci plutôt que lorsque la chaleur était lourde dans la journée. La veille au soir, il avait écrit trois longues lettres, une pour Blue, une pour ses parents et une autre pour Zen. Il siffla Equinox qui arriva rapidement sur la rebord de la fenêtre près de laquelle il se trouvait. Elle fut presque aussitôt suivit par une chouette plus petite arborant une tache blanche sur le bec, qui n'était autre que celle de ses parents.

- Cloud ? Mais qu'est-ce que tu fais ici ?

Question rhétorique, puisqu'il voyait le petit paquet attaché à sa patte. Depuis quand il était là, il ne le savais pas, puisqu'il ne descendait presque plus prendre son petit déjeuné dans la grande salle, préférant de loin faire la grasse matinée.
Il détacha alors le petit paquet carré qui tenait dans la paume de sa main. Il lit la petite note avant d'ouvrir la boite.

" Avec les circonstances que tu connais nous n'avons pas put te l'offrir pour ton anniversaire. Il s'agit néanmoins d'un héritage qui se transmet de génération en génération à la majorité de chaque membre de la famille. 
Prends en soin et montre toi en digne.


Je suis fier de toi, mon fils.
Ton Père


Cosmos S.W. Aylen"

Ouvrant le coffret, Crépuscule y trouva une chevalière en or blanc frappée des armoiries de sa famille. Effectivement, son grand-père, son père, son oncle, son frère et son cousin en avait une également. C'était un symbole très important pour lui et Crépu fut très ému de la passer à son index gauche comme le voulait l'héritage de sa famille. Il ne doutait pas une seule seconde qu'Aurore avait elle aussi la chance de porter désormais un médaillon lui même frappé des armoiries des Aylen.

Une fois remit de ses émotions il remercia la petite chouette. Puis il prit la bougie violine à côté de lui et fit couler de la cire sur les trois enveloppes. Se servant alors de sa nouvelle chevalière, il scella les missives dans le liquide durcissant. Il les attacha ensuite à la patte de Cloud.

- Porte ça à Zen. Puis à la maison. Et enfin trouve Blue.

Hululant de plaisir elle s'envola rapidement. Mécontente, la grande chouette rayée commença à tirer les cheveux du brun avec son bec aiguisé.

- Du calme Equinox. J'ai une mission plus importante pour toi.

La chouette se calma intriguée mais surtout flattée. Crépu sourit et lui caressa le sommet de la tête avant de sortir un parchemin de sa poche et une plume auto-rechargeable. Il avait passé des heures à se demander ce qu'il pouvait écrire. Ça faisait deux semaines que les vacances avait commencé, mais il n'arrivait toujours pas à savoir ce qu'il pouvait mettre dans cette lettre. Ses journées étaient tellement insipides sans elle.
Il finit alors par griffonner quelques mots de sa calligraphie pointue et inclinée en français.

" Tu me manques, ma petite fleur.
Je t'aime.
Crépuscule"

Il plia la missive et la scella comme les trois autres. Puis il l'attacha à la patte d'Equinox.

- Trouve Myosotis.

Avec un hululement plus qu'heureux de rendre se service, la chouette rayée s'envola dans le ciel. Crépuscule la regarda voler jusqu'à ce qu'elle ce confonde avec le soleil apparaissant derrière les collines.

RP Unique
Caractères : 2566
Crépuscule : #3366ff
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La volière   

Revenir en haut Aller en bas
 
La volière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Le parc-