BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 La grande salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 9 Déc - 12:50

-" Veuillez me suivre s'il vous plait , Madame la Directrice nous demande à la Grande Salle."

J'étais dans mon dortoir à faire mes devoirs quand la voix de miss Diggory m'avait tirée de mon travail. Curieuse de savoir de quoi il s'agissait je laissais tomber mes parchemins et mes livres étalés sur mon lit pour suivre le flot de Poufsouffle qui sortait de notre salle commune. En passant je croisa mon amie Amy et lui fis un petit coucou de la main avant de réajuster ma cape sur mes épaules, victime d'un courant d'air en traversant le couloir.

*Vivement que Ginny m'envoie des tenues plus chaudes*

Le trajet jusqu'à la grande salle ne fut pas long et je me dépêchais de m'installer à la table des jaunes et noirs comme le reste de mes camarades. Et de tout Poudlard à vrai dire. Cette réunion avait quelque chose d'officiel et je croisais les doigts pour que ce ne soit pas grave.

*Pourvue qu'elle ne dise pas qu'on ne joueras pas le match*

Mais je fus rapidement rassurée quand j'entendis la directrice faire son discours après nous avoir demandé de nous lever pour la saluer dignement.

- Merci de votre attention, je vais tâcher d'être brève. Cette année, comme certains d'entre vous le savent peut être déjà, aura lieu un bal de Noël.

*oh super ! Un bal !*

Au contraire de moi beaucoup des élèves exprimèrent leur enthousiasme avec plus de bruit et Madame Dragonneau dû attendre un peu avant de continuer alors que je souriais largement à Amy, à quelques mètres de moi.

- Il s'agira d'une soirée à la frivolité mesurée, où les Bizzar sister's seront conviés pour animer la soirée. Tenue de fête appropriée exigée ! Messieurs, inviteront les Miss à danser, afin d'avoir une cavalière ... Pour ceux et celles qui veulent participer, vous vous inscrirez auprès de votre Directeur de maison, qui mettra à votre disposition un parchemin dans vos maisons !
Pour celles et ceux qui souhaitent rentrer chez eux, vous viendrez me trouver dans mon bureau pour vous inscrire. Suivant le nombre de personnes, un voyage par cheminée sera envisagé, inutile de faire appel au Poudlard Express pour moins de 20 personnes ... Merci de votre attention.


Je faisais tout pour me tenir et ne pas faire éclater ma joie, ne voulant pas ressembler au genre de pouffes qui commençaient à glousser comme des idiotes, j'entendis ma préfète de maison rajouter quelque chose.

- " Donc vous avez bien compris ? Vous allez vous inscrire auprès du professeur Aloméda, sinon vers la Directrice suivant votre choix. Si vous avez des questions , venez nous trouver Eric ou moi."

- " Tout à fait , nous sommes à votre écoute."  

Repensant à la seule fois où j'avais parlée à Eric, ou plutôt où il m'avait embarrassée avec Aylen, je râla dans ma barbe et me fis une note mentale pour ne pas oublier d'aller voir le Professeur Alomeda pour m'inscrire au bal.
Je ne fis pas attention aux quelques élèves qui posaient déjà des questions et jetais un œil autour de moi pour observer les couples des quatre maisons qui réglaient déjà certains détails de la soirée, ou ceux qui se formaient à l'instant. Moi-même je me demandais si j'irais seule ou si quelqu'un allait m'inviter. Il y a quelques jours j'aurais imaginée y aller avec un certain préfet vert et argent mais aujourd'hui cette pensée ne me venait même pas. En laissant mon regard errer sur la gente masculine de la grande salle, toutes couleurs confondues, je m'arrêta malgré moi sur un de mes camarade de ma maison avec qui j'avais discuté récemment.

*Jack, ... *

Mon cœur me surprit en se mettant à battre la chamade et ma nervosité revînt alors que je continuais de le fixer sans m'en rendre compte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 9 Déc - 18:10

Amy étais tranquillement en train de se détendre dans salle commune lors ce que Winonna, leur préfète et capitaine de quidditch.
Elle se leva en râlant silencieusement, et en se demandant pourquoi on l'avait ainsi tirée de son repos. Miss Diggory les emmena vers la Grande Salle. En sortant de la salle commune, la Poufsouffle aperçut sa très chère amie: Victoria. Celle ci lui fit un signe de la main auquel la jeune fille s'empressa de répondre par un large sourire La, elle les fit assoir. Ce fut avec surprise que Amy vit que tout Poudlard avait été rassemblé.
Intriguée, la Poufsouffle attendit la suite, qui ne tarda d'ailleurs pas à arriver. En effet, la directrice commença à parler, et le silence se fit:


Merci de votre attention, je vais tâcher d'être brève. Cette année, comme certains d'entre vous le savent peut être déjà, aura lieu un bal de Noël.

*Un bal? Oh super !*

Son amie, Ria, lui adressa un sourire resplendissant auquel la Poufsouffle répondit par son plus beau sourire. Elle attendit la suite avec impatience. Une fois que la salle se fut calmé, la directrice reprit:

- Il s'agira d'une soirée à la frivolité mesurée, où les Bizzar sister's seront conviés pour animer la soirée. Tenue de fête appropriée exigée ! Messieurs, inviteront les Miss à danser, afin d'avoir une cavalière ... Pour ceux et celles qui veulent participer, vous vous inscrirez auprès de votre Directeur de maison, qui mettra à votre disposition un parchemin dans vos maisons !
Pour celles et ceux qui souhaitent rentrer chez eux, vous viendrez me trouver dans mon bureau pour vous inscrire. Suivant le nombre de personnes, un voyage par cheminée sera envisagé, inutile de faire appel au Poudlard Express pour moins de 20 personnes ... Merci de votre attention.


* Non !! Pas de tenue de soirée...! Qu'est ce que je vais mettre moi ? J'ai envie de participer mais j'en ai pas de tenue de fête. Et un cavalier? J'en ai pas non plus. N'empêche que ça je peut m'en passer. Et danser? Aha mais je ne sais pas danser moi ! Pff...Gaël me manque, et maman aussi... mais je n'ai pas envie de rentrer à la maison. Bon récapitulons: -pas de tenue
                 -pas de cavalier (mais ça ce n'est pas grave)
                 -incompétente en danse
Et bien, je ne suis pas sortie de l'auberge moi !! *


Trop prise par ses pensées, la jeune Amy ne prêtait pas attention aux interventions des autres élèves.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Mer 10 Déc - 12:44

En sortant de leur salle commune, Myosotis et Crépuscule apprirent par le biais de leur professeur de Botanique qu’ils devaient rassembler tous les élèves de Serpentard dans la Grande Salle. Les deux préfets s’étaient donc empressés d’aller chercher leur camarade dans leur dortoir respectif, veillant à n’oublier personne. Les verts et argent s’étaient donc rendus les uns après les autres dans cette immense pièce dans laquelle ils prenaient leur repas. Bien entendu, leur préfets fermaient la marche, disant aux retardataires de se hâter un peu. Tout le monde fut installé environ cinq minutes avant que la directrice ne fasse son entrée. Les Serpentard étaient les derniers à être entrés dans la salle, sous les regards calculateurs des autres maisons. Ce n’était pas la première fois que les verts et argent arrivaient à la dernière minute, mais ce n’était pas leur faute si personne ne pensait à les prévenir en avance ! Myosotis s’était assise juste à côté de Crépuscule après avoir vérifié d’un simple coup d’oeil que personne ne manquait; le compte était bon. De l’autre côté de la noiraude, personne n’osait prendre place. Il devait bien y avoir trois mètres de distance entre elle et un autre élève. Mais cela ne la dérangeait pas, bien au contraire: elle en souriait intérieurement. Tournant le dos au mur, la semi-vampire pouvait voir tout ce qui se passait à chacune des tables alignées devant elle. Posant son coude sur le bois de la table et son menton dans sa main, elle balaya d’abord sa propre table autour de laquelle les élèves chuchotaient plus ou moins fort pour parler des derniers ragots, penchés en avant pour ne pas devoir parler trop fort et se faire entendre par les élèves des autres maisons. Elle croisa les petits yeux porcins de Cindy qui la regardait de travers en retroussant son petit nez de cochon, puis ceux de Daniel, assis non loin d’elle sur le banc opposé, qui détourna immédiatement le regard. Ses yeux verts continuèrent de passer d’un bout à l’autre de la salle, ne cherchant rien de particulier. En voyant que Louanne qui était assise à l’autre bout de la salle, à la table des rouge et or, la regardait, elle lui adressa un petit sourire que seule elle pouvait voir. Elle n’eut pas le temps de voir si la Gryffondor avait répondu à son sourire car son regard fut attiré par deux élèves de première année assis un peu plus loin sur le même banc que leur Préfète, qui se disputaient pour une histoire de carte de chocogrenouille soit-disant volée. Louanne les calma immédiatement. Il n’était pas rare que l’agitation se fasse autour de cette table; les élèves faisaient souvent des paris entre eux ou partaient d’en d’immenses éclats de rire qui se répercutaient contre les murs de la grande salle. Les Gryffondor étaient de loin les plus bruyants. Suivis de près par les Serdaigles qui parlaient de tout et de rien, partageant leur connaissance d’un bout de la table à l’autre et faisant part de leurs avis personnels sur certains sujets de l’actualité. C’est d’ailleurs sur cette table là, qui se trouvait juste à côté de celle des Serpentard, que les yeux émeraudes de Myosotis se posèrent. Elle vit qu’Aurore, la fille blonde au sang de Vélane qu’elle avait rencontrée quelques semaines auparavant, semblait chercher quelqu’un de ses grands yeux bleus. Qui sait; peut-être cherchait-elle la semi-vampire ? Leur regard n’eurent malheureusement pas le temps de se croiser car la Directrice fit son entrée dans la salle, habillée d’une magnifique robe qui lui allait comme un gant. Se perdant dans ses pensées, la fille aux cheveux d’un noir de jais n’écoutait que d’une oreille distraite ce que disait la femme aux cheveux rouges. Intérieurement, Myosotis se demandait si cette couleur écarlate était naturelle ou non. Mais extérieurement, elle semblait être absorbée par les dires de Madame Dragonneau. Ce n’est que lorsque cette dernière prit congé de ses élèves que la Serpentard assimila rapidement le sens des paroles qui venaient d’être dites par la femme rousse. Un bal de Noël ? Rien que ça ? Ravalant un soupire, la semi-vampire regarda Crépuscule qui, lui, était sollicité de toutes parts par les Serpentard. Le Gardien gardait son masque habituel et entreprit de répondre aux questions que les plus jeunes élèves venaient lui poser. Ce n’était pas nouveau; les Serpentard préféraient s’adresser à leur Préfet plutôt qu’à leur Préfète.

« On est obligé d'y participer ou on peut regarder les gens danser, pendant que nous, on reste assis sur des chaises ? Parce que je n'ai pas trop envie de rentrer chez moi, et je n'ai pas trop envie de participer au bal non plus… »

Cette question avait été posée par une personne assise à la table des Poufsouffle, table qui, précisons-le, se situait entre celle des Gryffondor et des Serdaigle. Myosotis regarda alors le jeune homme qui avait levé la main tout en s’adressant à ses Préfets. Elle l’avait déjà croisé à plusieurs reprises dans les couloirs ou à la bibliothèque. Il était difficile de ne pas le voir; ses cheveux étaient d’un rouge sang bien trop rouge pour être naturel. Il n’y avait pas de doute là-dessus; il s’était teint les cheveux. Ce qui était d’autant plus étrange, c’était ce tatouage en forme de flamme qui montait le long de son visage pâle. Comment et pourquoi Myosotis avait-elle été capable d’entendre cette question au milieu du brouhaha général ? Elle-même n’aurait pas su répondre à cette question. Quoique cela n’avait rien de très étonnant; la table des Poufsouffle était d’ordinaire presque aussi calme que celle des Serpentard, alors qu’un Pouffy parle aussi fort ne pouvait que attirer l’attention. Les élèves de cette maison avaient pris l’habitude de se parler sans crier et ne s’agitaient que rarement. Ils étaient souvent penchés sur de gros livre pour réviser ou tout simplement se cultiver. Parfois, des petits groupes se formaient autour d’un élève et tous faisaient de leur mieux pour combler les lacunes de leur camarades. Les Serdaigle avaient beau être les plus intelligents, il n’y avait pas de doute sur le fait que les Poufsouffle se donnaient beaucoup de peine dans leur apprentissage. Ils étaient tous plus persévérants les uns que les autres et l’entraide était tout autant présente que chez les Serpentard, peut-être même plus ! La question de ce jeune garçon dont Myosotis ne connaissait pas le nom avait également été entendue par la nouvelle élève venue tout droit de Beauxbâtons; Miss Grayford, la Vélane. Elle s’était joint aux questions lancées par les Poufsouffle pour surenchérir celle qui avait déjà été posée par le garçon aux cheveux rouges. C’est alors que les yeux à la couleur indéfinissable du jeune homme se posèrent sur la vert et argent. Ils se regardèrent un instant, immobiles, restant totalement impassibles. Le contact visuel ce coupa à l’instant où l’attention du jeune homme s’était reportée sur sa Préfète qui s’apprêtait à répondre à sa question. Myosotis ne savait pas trop que penser de ce jeune homme. Elle le trouvait étrange. Mais pas de la même façon qu’elle, qu’Aurore, ou même que Crépuscule l’étaient; il était étrange d’une autre façon… Non pas dans sa nature ou certaines capacités qu’il serait le seul à posséder, mais tout simplement dans sa façon d’être. Pourquoi s’était-il teint les cheveux ? Pourquoi s’était-il fait tatouer cette flamme sur le visage si jeune ? Pourquoi avait-il cette lueur indescriptible au fond de ses yeux ? Tant de question sans réponse vinrent à l’esprit de la fille au cheveux noirs. Elle continua de l’observer un instant, mais finit par détourner le regard. C’est alors qu’elle remarque que Crépuscule la regardait. Myosotis soutint son regard, comme si de rien était. C’était bien la première fois qu’elle avait observé un garçon aussi longtemps, et le Gardien semblait l’avoir remarqué. La Préfète y était-elle pour quelque chose si ce Poufsouffle avait attiré son attention ? Non.. Elle ne le pensait pas. Une fille à lunette et aux cheveux blonds vint interrompre la discussion silencieuse qui était en train de se dérouler entre les deux préfets pour poser une question que Myosotis n’écouta pas. Elle jeta un dernier regard au garçon au cheveux rouge pour finalement les reposer sur Crépuscule qui était en train de répondre à la question de la blondinette. Ce dernier rapporta son attention sur la noiraude, continuant à lui faire des reproches d’un simple regard. Serait-ce de la jalousie ? La semi-vampire n’en savait rien. Elle commença à s’amuser avec sa petite fourchette en argent. Bien entendu, elle n’en avait jamais utilisé mais savait comment les autres s’en servaient. Elle la faisait tourner de plus en plus vite dans ses mains, couvée par le regard bleu roi de Crépuscule. Ce dernier ne détournait pas ses yeux, comme s’il s’attendait à ce que Myosotis réponde à ses questions silencieuses. Elle ne voulait pas se justifier, trouvant cela totalement inutile. Après tout; elle n’avait rien fait ! Voulant changer de sujet, la demoiselle en question lui demanda sur le ton le plus neutre qu’elle arriva à trouver en plongeant ses yeux verts dans ceux du Gardien:

« J’imagine qu’étant Préfets, on devra se rendre à ce stupide bal ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Mer 10 Déc - 20:18

Averti au dernier moment par la professeur de botanique, tous les Serpentards, Myo et Crépuscule étaient arrivé bon dernier dans la grande salle. La directrice avait apparemment quelque chose d'important à leur dire. Et la chose en question était le Bal de Noël. Déjà, qu'il ne pouvait pas rentrer chez lui à cause du match de Quidditch, il devait en plus sans doute s'occuper du bon déroulement du Bal en temps que Préfet.
*Quand est-ce que je pourrais revoir mon Aurore...*
Sa carapace en place, personne ne vit l’exaspération sur le visage du jeune homme ni même son désespoir. Myo l'avait peut-être sentit mais il ne l'a regarda pas pour savoir.
Une fois la fin du discourt de la Directrice achever, quelques jeunes de serpentard se sont lever pour venir le trouver et lui poser des questions. Du coin de l'oeil, il vit Anastasiya, la directrice de Serpentard, à la table des professeur qui lui fit un infime signe de tête en guise de salutation auquel il répondit avant de se tourner vers ses camarades qui attendaient son attention.


- Oui ?
- Est-ce qu'on est obligé de venir au Bal même si on reste à Poudlard ?
- Je suppose. Etant donné qu'un événement d'une tel ampleur est organisé il est préférable de rassembler toute personne en un même lieu pour la surveillance.

Le quatrième année repartie s'asseoir en traînant des pieds.

- Aylen ? On est obligé d'a... avoir un cavalier... enfin je veux dire... moi je... enfin... tu vois...

Plus Meldy parlait plus elle s'empourprait et Crépuscule s'avait très bien qu'elle était le problème de la cinquième année.

- Tu peux venir seule, ou avec la personne que tu veux Meldy. Du moment que tu sois heureuse.
- Pourquoi c'est toujours au mec d'invité les nanas à danser ?
- Par tradition, William.
- Pfff.
- Je peux être ta cavalière, Aylen ?
- Non.
- Tu vas venir au moins.
- Je pense y être obligé.
- Tu me réserveras une danse alors ?
- Si j'ai un moment de libre pendant mon service.
- Vraiment ! Merci !
- Moi aussi je veux danser avec toi !
- Et moi aussi !
- Ce qui n'ont pas de question sérieuse sur le bal aller vous asseoir, s'il vous plait.

Le groupe se dissipa alors, comprenant le message du préfet. Il ne restait plus qu'un quatrième année qui le regardait encore, il avait les yeux marrons très clair, presque ambré en fait. Ce rendant soudainement compte qu'il était seul face au préfet il ouvrit la bouche ne sachant quoi dire et se mit à rougir. Après une bafouille d'excuse, il retourna à sa place alors que ces camarades ce penchait vers lui pour marmonner.
Levant alors la tête, il vit que les autres préfets faisant la même chose avec leurs propre maison. Lorsque ses yeux se baladèrent sur la table des Serdaigle, Clive lui fit un signe de main auquel il répondit par un hochement de tête. La table des Gryffondor était agitée comme à son habitude et Eric avait l'air de beaucoup s'amuser à la table des Poufsouffle. C'est d'ailleurs à ce moment que Crépu vit le regard du jeune au cheveux rouge vers moi, enfin plutôt vers Myosotis. Cette dernière le fixait. Mais je n'eus pas le temps de poser de question que déjà d'autre personne me posèrent des questions.


- Dis moi Aylen, tu crois que je pourrais avoir une dérogation spéciale juste pour assister au bal ? Parce que tu vois, je suis obligée rentrer chez moi, mais j'ai trop envie d'y aller.
*Elle a de la chance je turais pour qu'on me renvoie chez moi...*
- Demande au Professeur Wolkoff Cassandre. Je ne peux pas te répondre.

La septième année hocha la tête et repartie. Et un deuxième année se présenta à moi, avec un regard de défit.

- Qu'est-ce que tu veux Louis ?
- Y-a Charlyne qui veux savoir si t'accepterais d'aller au Bal avec elle. Mais tu veux pas hein ?

De l'un je vis la petite chatain baisser la tête dans son bol. Mais le pire était le regard froid de Louis. Il en pinçait pour Charlyne apparement.

- Je n'irais pas au Bal avec elle.
- Bien.
*Bien ? Mais pour qui il se prend...*

Toute ses questions commençais à m’agacer. Retournant mon regard sur mon amie à mes côtés je vis qu'elle avait encore le regard fixer sur la table des Pouffy. Qu'est-ce que ce jaune et noir avait inintéressante a par son physique intrigant. Crépuscule ce le demandait pour que Myo reste bloqué dans ses pensées aussi longtemps. Il sentis alors quelqu'un lui taper l'épaule. Il se retourna de nouveaux et se retrouva face à Tiffany, troisième année de petite taille, blonde et lunette fine. Retenant un soupire d’exaspération je lui fis signe de parler.
* Pourquoi ils ne s'adressent pas à Myo de temps en temps... j'en ai m'a claque moi... J'ai envie d'être tranquille...*

- Oui ?
- Aylen... J'ai pas de robe pour le bal... et Prés-au-Lard est fermé... Je sais pas comment faire... Je peux pas y aller en uniforme quand même...
*C'est "ça" sa question... J'ai l'air de savoir coudre..."
- Demande à tes parents de t'en envoyer un par hibou ou demande au Professeur Wolkoff. Je peux pas t'aider plus.

Tiffany repartit l'air encore plus embarrassé. Le brunme retournais une nouvelle fois vers la noiraude. Il l'a vit s'amuser avec sa fourchette alors que lui avait encore du répondre à une question à laquelle il n'aurait jamais pensé devoir répondre. Bon d'accord, il était Préfet mais Myo aussi et pour les problèmes de fille, elles pouvaient très bien aller la voir. Bon c'est vrai qu'avec toute les rumeurs qui courraient sur elle, elle inspirait plutôt la peur que la confidence. Mais c'était pas une raison suffisante pour venir le harceler de question du moins pour Crépuscule.

- J’imagine qu’étant Préfets, on devra se rendre à ce stupide bal ?
- J'imagine en effet. Et comme ce bal à l'air stupide à tes yeux, je suppose qu'il n'est pas nécessaire que je te demande d'être ma cavalière.

Le brun avait dit ça d'une voix neutre mai il était énervé. Et son humeur ce traduisait un peu dans ses paroles sans qu'il s'en rende compte. Il y avait trop de monde dans la grande salle, et comme à chaque fois ça lui déclenchait une mal de crâne horrible.
Sans attendre de réponse, il se servit un café et ferma les yeux pour essayer de canalisé la puissance magique de toute la grande salle qui lui arrivait dans la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Mer 10 Déc - 22:24

-On est obligé d'y participer ou on peut regarder les gens danser, pendant que nous, on reste assis sur des chaises ? Parce que je n'ai pas trop envie de rentrer chez moi, et je n'ai pas trop envie de participer au bal non plus...

Winonna regarda fixement son camarade , Monsieur Draper , qui venaient de prononcer ces paroles.Sentant que cette question avait capté l'intention de nombreux poufsouffle , la Préfète regarda autour d'elle , et vit les élèves masculins de la maison poufsouffle , la regarder avec de grands yeux plein d'espoir.La jeune fille comprit qu'elle ne devait pas s'adresser qu'à Duncan pour répondre , mais à une bonne partie de la tablée.

- " En effet , je pense que vous pouvez envisager cette option.Je suis même sûre que de nombreux élèves avant vous ont fait la même chose les années antérieures.Mais je trouve cela dommage car je voudrais que vous décompressiez un peu , beaucoup d'entre vous sont surmenés.Mais je ne peux pas vous obliger , et je comprends parfaitement votre position , Monsieur Draper.J'espère au moins que vous succomberez au buffet.Je tiens à vous précisez que vous n'avez pas besoin d'avoir une petite amie , vous pouvez aller au bal entre amis ..."

La dernière phrase de la jaune et noire soulagea quelques uns , mais la jeune fille ne se faisait pas d'illusions , peu de poufsouffle allait être motivés pour aller au bal , ils allaient rentrer chez eux , ou s'assoir sur une chaise en attendant que le temps passe.Une jeune serdaigle avait été interpellée par la question de Duncan , et avait elle aussi réagit.Winonna se tourna vers la table des Serdaigle et s'adressa à sa camarade blonde :

-" Miss Grayford , j'espère avoir répondu à votre question."


La préfète se retourna vers Eric , lui sourit , puis regarda ses camarades dans la Grande Salle.Le bruit s'était un peu dissipé mais on entendait encore énormément les cris de joie des élèves féminines de Poudlard , qui n'arrivaient pas à se remettre de l'annonce faite par la Directrice , Madame Dragonneau.

- " Dis , on va bientôt remonter ? Je n'ai pas fini mon travail pour demain."

- " On attend encore un peu Eric , et après on remonte , j'attends juste de voir ce que vont faire les autres préfets."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 12 Déc - 13:24

*Un bal de Noël ? Un Bal ? Un BAL ?! Non, non, c'est pas possible mais quelle calamité.. *
Sensation étrange que de se retrouver dans une salle où la majorité des personnes se réjouissent d'une chose que l'on ne peut s’empêcher de rejeter. Un bal. Si je m'étais douté de ce qui allait s'ensuivre lorsque nos préfets nous avaient rassemblé, je serai partie à l'opposé de la Grande Salle en courant... Au lieu d'être là, assise sur un des bancs, coincée entre des brochettes d'adolescents hystériques à l'idée de pouvoir aller au baaaaal avec l'élu de leur cœur. Mon visage devait sans hésitation afficher mon humeur massacrante, sourcils froncés, mâchoire crispée et regard à faire fuir un loup-garou.
*Bon, Ash, ne noircis pas tout, l'ensemble de la populace n'est pas que "adolescents hystériques", ce Poufsouffle par exemple, qui vient de poser une question à la Préfète, il a l'air plutôt sain d'esprit..*

Coudes sur la table, je posai mon front contre mes paumes avant de jouer nerveusement avec les perles accrochées à ma tignasse.
La dernière fois que j'avais mis les pieds dans une ambiance de ce type, c'était pour rendre service à Magnus, qui avait besoin d'une cavalière et qui refusait d'y aller avec une de ses admiratrices. Cela avait été la deuxième occasion, la première ayant été la fois ou j'étais aller avec les jumeaux à une fête moldue pour écouler notre marchandise jugée "ab-so-lu-ment ma-gi-que" par ceux-ci. S'ils savaient... Un sourire furtif effleura mes lèvres à ce souvenir alors que je relevais la tête, jugeant l'évolution de la situation.

La directrice avait depuis longtemps quitté la salle, laissant le soin au préfets et professeurs de répondre aux questions des élèves
-ce qui n'avait pas l'air de tous les enchanter... Les demandes de "partenariats" avaient déjà débuté, et les pleurs liés aux refus également -pathétique- d'autres élèves tentaient à l'inverse de défier la loi terrestre pour passer sous le sol afin d'échapper à l'agitation générale -original- certains semblaient complètement désintéressés et attendaient de pouvoir quitter la salle, le visage de marbre, quand d'autres encore avaient le regard curieux des amateurs de commérages. *Pff, commérages..* Cet état d'esprit que je voyais comme un des pires défauts m'arracha un rictus de dégoût. Mon attention fus ensuite attirée par des bruits de pas.
Je regardais d'un air las les Gryffondors, qui les premiers sortaient de la salle. *Je partirais bien avec eux... Mais au fait, je ne pars pas moi pendant les vacances de Noël ! Je suis censé rattraper tout les cours que j'ai loupé avec mes absences ! Oooh f*ck, je vais pas pouvoir y échapper à ce bal..*

Alors que j’échafaudais mille et une techniques pour échapper au bal (dont le kidnapping des musiciens et une tentative d'incendie de l'école) une pensée me traversa l'esprit. Deux pour être plus exact. Je me tournais alors vers les Préfets, arborant une figure interrogative et.. légèrement calculatrice il faut bien l'avouer.
- Excusez moi, mais la personne avec qui on compte aller au bal, est-ce que cela doit être obligatoirement un élève ? Enfin, je parle pas d'un élève qui serai aussi préfet ou Capitaine ou je ne sais quoi, mais vraiment quelqu'un qui ne soit pas à Poudlard pour étudier ? Voir.. qui ne serais pas du tout de Poudlard ?
A peine ma question formulé je me rendis compte à quel point elle était bizarre et tout en regrettant de ne pas avoir attendu qu'il y ait moins de témoins, je pris un air détaché, qui aurait pu être efficace si seulement je pouvais refréner ce demi-sourire qui n'avais rien de banal.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 12 Déc - 15:07

- Un bal Happy ! Un bal de noël !! tu te rends compte !! J'ai trop hâte d'y être !!! Je me demande ce que je vais bien pouvoir mettre !! j'ai rien pour ce genre d'occasion !! Il faut que j'envoie un hibou à Mme Guipure ! Hola la ! Et toi tu compte mettre quoi ? je sais pas, mais moi je me vois bien avec une robe rose poudré t'en penses quoi ??

La blondinette était excitée comme jamais :Un bal de noël à Poudlard... Pour sûr, la jeune femme adorait noël et toutes les décorations mises en place dans le château, mais un bal ! Cela allait être féérique ! Et les bizarr' sisters en plus ! La Gryffondor était aux anges !!
Elle devrait attendre que James lui fasse sa demande pour l'accompagner au bal... La jeune femme rêvait d'une demande romantique, et était perdue dans ses pensées quand James s'adressa à elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 12 Déc - 18:25

- Tu me demandes si ça me va ? mais comme si tu avais eu le choix à un seul moment chéri ! Voyons les choses en face : tu n'avais pas d'autre choix que de m'inviter !

Molly explosa de rire.

- Et puis je serais tellement belle que ton cœur aura quelques ratés.

La blondinette lui fit un clin d’œil avant de l'embrasser amoureusement et passionnément. Elle était aux anges, son amoureux et elle iraient dans LA soirée de l'année. Et elle comptait bien lui en mettre plein la vue...
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 12 Déc - 18:35

En entendant la façon dont Crépuscule lui répondait, Myosotis remarqua immédiatement qu’il était énervé. C’est à ce moment là que la semi-vampire comprit qu’elle avait merdé. Oui: merdé. Jamais elle n’aurait dû dire cela de cette façon. Oui, elle n’aimait pas les bals, oui, elle n’aimait pas dansé, oui, elle n’aimait pas lorsqu’il y avait trop de gens… mais elle l’aimait lui. Et pour lui elle était prête à tout. Même à ce rendre à un bal s’il le désirait. Myosotis détestait l’ambiance qu’il y avait dans ce genre de soirée, mais elle était prête à faire tout ce qu’il fallait pour rendre le Gardien heureux. Elle ouvrit la bouche pour s’excuser, mais aucun son ne s’échappa de ses lèvres écarlates. Elle s’en voulait terriblement. Une boule s’était formée dans son ventre et sa gorge était sèche. C’est à ce moment là qu’elle comprit le sens même du mot « amour ». Un mot en apparence si simple mais qui est tellement complexe à définir. Ses mains tremblant un peu, elle lâcha malencontreusement la fourchette argentée qu’elle tenait toujours entre ses doigts. Crépuscule ne la regardait plus; il s’était servi une tasse de café sans ne plus prêter la moindre importance à Myosotis. Il avait fermé les yeux, comme lorsqu’une soudaine migraine vient nous brouiller les neurones. Ceux de la noiraude aussi étaient brouillés, mais pour une toute autre raison. Elle murmura un « Je suis désolée » qui était tout simplement impossible à entendre de ce tumulte incessant. La semi-vampire s’apprêta à se lever, mais quelque chose qui la dépassait l’en empêchait. Etait-ce l’amour ? Sûrement. Ses yeux émeraude toujours rivés sur Crépuscule, elle ne parvenait pas à détacher son regard de cet homme. Sans attendre une seconde de plus, elle posa sa main sur la joue du Gardien et tourna son visage. Il n’eut pas le temps de faire quoi que ce soit, que déjà, Myosotis l’embrassait. C’était la première fois depuis leur premier baiser qu’ils se montraient ainsi en public. Cela ne passa d’ailleurs pas inaperçu car le silence se fit peu à peu autour de la table des Serpentard. Tout le monde regardait les deux Préfets, certains bouche-bée, d’autre attendrit, d’autres encore semblaient être pris d’une certaine jalousie -en particulier les filles.

« C’est qui qui embrasse Crépuscule ? » demanda timidement une deuxième année.
« Je crois que c’est La Triso’ heu… je veux dire Chrysopelea. » répondit sèchement une fille de septième.
« Quoi ? Mais comment il peut s’intéresser à elle ?! » s’exclama une autre Serpentard

« Putain… Moi qui pensait pouvoir me choper la petite avant la fin de l’année. » lâcha une voix grave.
« Oh ferme-la Sam’ et admire ! » répliqua une voix de fille.

Les remarques fusaient d’un coin à l’autre de la table de Serpentard, stoppant net les quelques discussions qui n’avaient pas encore été interrompues. Ne supportant pas un tel spectacle, Daniel s’était levé après avoir frappé du point sur la table, renversant au passage un verre d’eau sur les robes de quelques filles, puis était sortit de la salle les muscles de sa mâchoire crispés. Ce brusque silence quasi-complet à la table des Serpentard attira les regards des autres maisons. Certains élèves de Serdaigle, la table la plus proche, avait eu le temps de voir ce qu’il se passait avant que les deux Préfets ne se séparent. Cindy Farley pestait entre ces dents qu’elle n’avait jamais vu pareille immondice et ses amies durent bien avouer que pour une fois, Cindy n’avait pas menti. Pendant que Myosotis embrassait Crépuscule, elle avait senti une larme s’échapper de ses propres paupières closes. La petite perle d’eau avait glissé le long de sa joue et c’était arrêté à mi chemin entre son oeil et ses lèvres. Ce n’était pas une larme d’amour, mais une larme de regrets. Une larme qui lui brûlait la peau. Une larme brillant à la lumière des chandelles. Une larme qui semblait passer d’une couleur à l’autre, dans un scintillement incessant. Une larme comme personne n’en avait jamais vue. Une larme de semi-vampire. Elle ne s’en souciait pas plus que ça, comme s’il s’était agit d’une simple goutte de pluie sur une vitre. Son attention était entièrement absorbée par Crépuscule. Plus rien autour d’eux n’existait aux yeux de Myosotis. C’était comme si tout avait disparu. Comme s’ils étaient seuls. L’agitation commençait à se faire autour des autres tables de la salle. Certains élèves de Poufsouffle se risquaient même à monter sur les bancs pour voir ce qu’il se passait. Les Professeur qui étaient en plein débat ne semblaient pas avoir remarqué le changement d’atmosphère. Il fallait en déduire que leur sujet de discussion était certainement plus important que celui des élèves. Myosotis releva une main tremblante et essuya avec une certaine élégance la larme sur sa joue. Les yeux de Cindy étaient écarquillés; elle ne voulait perdre aucune miette des événements. Dans un souffle, elle murmura ces quelques paroles à Crépuscule:

« Je… Pardonne-moi. »

Sur ce, Myosotis passa ses deux jambes de l’autre côté du banc de bois, remit négligemment son sac en bandoulière sur son épaule et se leva. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle remarqua que presque tous les élèves de Gryffondor avaient déjà quitté la salle. Une dizaine d’entre eux étaient restés pour discuter. Bien entendu, ils avaient eux aussi assisté à l’échange qu’il venait d’y avoir entre les deux Préfets de Serpentard. Les élèves qui étaient restés dans la Grande Salle regardaient Myosotis et Crépuscule à tour de rôle. Sans un regard en arrière, la demoiselle partit en direction de la porte, ses cheveux attachés en une queue de cheval se soulevant et se baissant au rythme de ses pas. Elle fixait le sol de ses yeux verts, voyant à intervalle régulier ses pieds sans chaussures. Etant toujours nus, ils n’émettaient aucun son lorsqu’ils frôlaient le sol. Ses vêtements n’étaient absolument pas de saison; un short en jeans clair et une chemise blanche où elle avait épinglé son insigne de préfète et aux manches retroussée jusqu’en dessous de ses coudes. Cela faisait longtemps que ses camarades avaient arrêté de la regarder bizarrement lorsqu’elle traversait un couloir. Ils avaient fini par se lasser des rumeurs qui courrait au sujet de Myosotis. Désormais, leurs hypothèses étaient presque toutes les mêmes; la préfète des serpentard était soit une vampire, soit une sorcière mi-vélane mi-harpie, soit un loup-garou, soit une descendante de Salazar Serpentard. Cette dernière rumeur faisait doucement rire la semi-vampire. Elle ne savait pas pourquoi, mais à chaque fois qu’elle pensait à son père -qu’elle n’a jamais connu, cela dit en passant- elle ne pouvait s’empêcher d’être exaspérée. Elle ne savait ni pourquoi il l’avait abandonnée, ni s’il était toujours en vie en ce moment même, ni où il se trouvait. En fait, elle ne savait rien de lui en dehors du fait qu’il possédait lui aussi des yeux émeraude, des lèvres étonnamment rouge et qu’il s’appelait Alaric. Elle savait aussi qu’il s’agissait d’un très grand sorcier, mais ses connaissance au sujet de son père s’arrêtaient là. Alors qu’elle se trouvait presque au coin de la table des Serpentard, elle sentit que quelqu’un la retenait par la main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 12 Déc - 19:02

Je commençais à m'ennuyer sévèrement dans la Grande Salle. J'aurai dû emmener un de mes bouquins, cela aurait fait passer le temps. Je ne pouvais même pas entendre ma respiration et mon souffle lent à cause du boucan que faisait les autres élèves, tout autour de moi. Je m'amusais à regarder la réaction de chacun. Il y avait un Pouffy, deux rangs à ma droite, qui avait enfoui sa tête dans ses bras. Pourquoi ? Peut-être est-ce dû à un refus d'une de ses camarades pour aller au bal, ou sûrement est-il effondré par cette nouvelle. Puis j'ai tourné la tête vers la gauche et j'ai aperçu une bande de filles, surexcité par ce qu'avait dit la Directrice. Peut-être même les seules de la table. Au moins, dans la maison, ça enchantait quelqu'un d'y aller... En soupirant, je regarde la table en face de la nôtre, celle des Gryffondor. Elle faisait beaucoup de boucan ! Heureusement que je n'y suis pas, je n'aurai pas eu la force de résister à cette vague de son en provenance de tout les côtés. Et dire que Poufsouffle est la maison la plus calme. Ahlala... De ma place, je pouvais voir des têtes réjouies se précipiter sur leur cavalière pour leur proposer de les accompagner au bal. Généralement, elles acceptaient. Généralement. C'est donc avec un rictus aux lèvres que je regardais les garçons (ou filles) dépités repartir à leur place. En fait, je pense que la période ante-bal va être amusante à observer. Très amusante même.
Je me retourne donc, voyant ce qui se passe dans les autres tables voisines, c'est-à-dire Serdaigle et Serpentard.
Et mon observation commence donc par une petite question d'une Serdaigle, qui à l'air assez timide...



"Je.... je ne peux pas...J'ai envie de danser... Mais je pourrais rester aussi assise sur une chaise?"

Cette fille, une jeune blonde aux yeux bleus, avait quelque chose qui m'empêchait de regarder ailleurs. Mais je ne sais pas quoi... Pendant une bonne minute, je me suis amusé à la regarder, sans même savoir ce que je faisais. Et c'est au moment où elle me regarda que je me suis "réveillé". J'ai agrandit légèrement les yeux. En fait, elle ne me fixait pas moi, spécialement, mais ma joue droite. Là où se trouvait mon tatouage. En arquant les sourcils, ma main droite se posa instinctivement dessus. Je ne pensais pas que ça allait attirer les curieux. Et effectivement, il n'y avait pas qu'elle.
Après lui avoir fait remarqué qu'elle m'observait, j'ai tourné la tête vers la table des Serpentard. Là bas aussi, des élèves étaient content, heureux même. D'autres par contre se foutait totalement de ce que la Directrice avait dit. Soit parce qu'ils allaient rentrer chez eux, soit ils ne comptaient pas danser, un peu comme moi. J'ai remarqué un petit attroupement autour d'un jeune garçon. Des élèves, qui sont nouveaux ou récents, étaient tous autour de lui. Ce devait sûrement être le Préfet des Serpy. En souriant, j'ai baladé mon regard sur un côté. Et je suis tombé sur elle.
Une fille, cheveux noirs légèrement bouclés et yeux hyper verts, me fixa intensément dans les yeux, alors que je venais juste de la voir. Au début curieux de cette réaction, ma curiosité se remplaça vite en un frisson dans le dos. Ces yeux me rappelait ceux que me lançait mon père quelques fois, quand je ne respectais pas ses ordres. Un regard sans émotion, vide, effrayant. Je ne pouvais pas continuer de la regarder comme ça, c'était insupportable.

- " En effet , je pense que vous pouvez envisager cette option.Je suis même sûre que de nombreux élèves avant vous ont fait la même chose les années antérieures.Mais je trouve cela dommage car je voudrais que vous décompressiez un peu , beaucoup d'entre vous sont surmenés.Mais je ne peux pas vous obliger , et je comprends parfaitement votre position , Monsieur Draper.J'espère au moins que vous succomberez au buffet.Je tiens à vous précisez que vous n'avez pas besoin d'avoir une petite amie , vous pouvez aller au bal entre amis ..."


Ma tête se tourna doucement vers la personne qui prononça ces mots. Celle qui venait vraisemblablement de me "sauver" la vie. Winonna Diggory, la préfète, avait répondu à la question que je lui avais posé. J'oubliais un instant le regard de la jeune fille et sourit. Alors nous ne serons pas obligé de danser ? Génial. Tout simplement génial. Je prendrais quelques uns de mes livres et je lirai alors, ça m'empêchera de m'ennuyer. Du moins, je l'espère. Comme je n'ai pas vraiment d'amis ici... Alors une petite amie, loin de là. Je n'ai même jamais embrassé une fille. Je me remis correctement sur le banc en jouant avec mes doigts. En face de moi, j'entendis une voix de fille hurler qu'ils allaient partir. Sûrement les Gryffy. Tant mieux, cela fera du bruit en moins.
Ahlala, demain va être une journée chargée. J'espère que j'aurai le temps de retourner à la bibliothèque, et d'entraîner mon "fameux" sortilège (en dehors, bien sûr). Ce qui n'allait pas être facile. Et j'ai un peu peur de le lancer, de provoquer quelque chose non voulu...

Puis une chose bizarre s'est produite. Un long silence se produisit autour de moi. Plus de la moitié des Poufsouffles avaient le regard tourné dans mon dos. Je me retourne donc brusquement. Une attaque !?
Non. La fille qui m'avait observé tout à l'heure. Elle a embrassé le préfet. Relevant un sourcil, un sourire sur les lèvres, je me demandais pourquoi tous les regardaient faire. Après quelques paroles échangés par des Serpy, j'ai pu apprendre le nom des deux personnes en scènes: Crépuscule et Chrysopelea. Crépuscule devait être le garçon, et Chrysopelea la fille. Mais ça ne répondait toujours pas à ma question. Le baiser dura un court instant, elle s'excusa, pris ses affaires et rejoignait la porte.

*Ah, on pouvait partir ? ... J'avais oublié les Gryffy.*

Elle fut arrêté par quelqu'un, mais je m'en préoccupais guère. Pendant que la plupart des Pouffy, et autres maisons regardaient avec attention la scène qui se déroulait, j'en ai profité pour me lever de mon banc, et partir en direction de la sortie. Aaaaah... J'allais être seul à la salle commune, moment que j'attendais depuis un bout de temps après mon arrivée. Ca va être calme !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 12 Déc - 22:03

Crépuscule sentit la peau fraiche de Myo sur sa joue. Il ne sursauta même pas l'ayant sentit approcher. Pendant un court instant, cette fraîcheur calma sa migraine, mais le brun fut vite de nouveau agresser par la profusion de magie autours de lui. Du moins jusqu'à ce qu'il sente les lèvres de Myo contre les sienne. C'était un baiser doux, timide et furtif. Un baiser court que Crépuscule aurait voulu prolonger. Mais déjà Myo s'était reculée et avait essuyé une larme sur son doux visage.

- Je… Pardonne-moi.

Et elle se leva partant vers la sortie.
*Pourquoi veux-tu que je te pardonne...*
Crépuscule ne comprenait pas, c'était lui qui disait des choses odieuse et c'était Myo qui s'excusait. C'était le monde à l'envers. Il ne voulait pas la faire pleurer et encore moins la blesser. Mais il était blesser lui même. Il savait que trop bien à quel point la vie était courte. Et il avait envie de profiter de chaque petit plaisir aussi ridicule aux yeux de Myo soit-il. Le Bal, si elle voulait bien l'accompagner en faisait partie. Mais elle avait tuer le dragon dans l'oeuf avant même qu'il n'ait osé lui demander quoique ce soit. Pourtant...
Pourtant elle n'avait rien à se reprocher et s'est pour ça que Crépuscule se leva rapidement et se précipita à sa suite. Elle était déjà arrivé au bout de la table et ce dirigeait maintenant vers le hall. Le brun vit alors le Préfet des Serdaigle se lever du bout de sa table et la retenir par le poignet. Myo posa ses yeux vert sur Clive qui l'avait déjà lâcher. Le Préfet des vert et argent sentait déjà l'énervement de son amie, mais il arriva juste à temps pour s’interposer entre eux deux. Il fixa Myo au travers de ses mèches brune et ce mit à parler calmement en français pour qu'elle seul entende.


- Tu n'as rien à te faire pardonner, petite fleur. Les excuses doivent juste venir de ma part. Je suis désolé... Je n'ai pas à te parler comme ça, mais comprends que dans ma famille ce genre d'événement est courant... et j'aurais était honoré si tu avais consenti à être ma cavalière pour une soirée... Mais je te connais et je sais que tu n'aimes pas forcément la foule. Je ne t'imposerais jamais de suivre tout mes choix et mes envies, et tel n'en a jamais été mon intention.... Pardonne mon humeur.

Crépuscule avait sourit quelque seconde en remettant une mèche noir rebelle derrière l'oreille de la noiraude. Ses doigts glissèrent lentement sur sa joue avant de retirer sa main. Il recula légèrement, ne lui imposant plus sa présence et la laissant libre de faire ce que bon lui semblait. C'était à elle de faire son choix maintenant. Lui, il irait au Bal, seul ou avec elle mais aucune autre personne de Poudlard n'aura le droit d'être à son bras.
Le brun se rendit alors compte de toutes les rumeurs qu'il y avait dans son dos. Il se retourna. La grande salle était partiellement vidé mais beaucoup de monde le dévisageait. Non loin de lui Clive le regardait les bras croisés sur son torse. Le châtain fronça ses sourcilles en voyant l'air pâle de Crépuscule. Un visage bien sur totalement neutre mais légèrement plus terne que d'habitude. Un petit sourire en coin apparut sur les lèvres du Serdaigle.


- Tout va bien Aylen ?
- Oui Williamson.
- Tu en est sur ?
- ...T'as raison Clive, je ferais mieux de faire un tour à l'infirmerie...
- Bien. Je t'accompagne.

Crépuscule acquiesça sans grande conviction. Si son ami voulait venir avec lui, grand bien lui face. Le Préfet des Serpents se retourna de nouveaux vers la porte de la grande salle, vers Myo qui n'avait encore rien dit.
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Sam 13 Déc - 8:56

- Excusez moi, mais la personne avec qui on compte aller au bal, est-ce que cela doit être obligatoirement un élève ? Enfin, je parle pas d'un élève qui serai aussi préfet ou Capitaine ou je ne sais quoi, mais vraiment quelqu'un qui ne soit pas à Poudlard pour étudier ? Voir.. qui ne serais pas du tout de Poudlard ?

-" Je crains , Miss Howl , que vous ne pouvez pas inviter quelqu'un qui soit étranger à ce château , vous comprenez , ce bal est réservé aux élèves étudiant ici.Mais vous avez le droit d'aller seule au bal , si vous le souhaiter."

Les élèves posaient des questions intéressantes ce soir , Winonna s'apprêtait à annoncer le retour dans la salle commune lorsqu'un évènement se produit : Miss Myosotis et Monsieur Aylen attirèrent tous les regards avec leur baiser.Cela tait une grande surprise , et c'est vrai que personne ne s'y attendait.Comme quoi les bals vous font tourner la tête.Mais Myosotis se leva , et elle se dirigea vers la porte.Les Gryffondors étaient eux aussi partis , Louanne avait fait signe à Eric et Winonna.C'est alors que Winonna vit Monsieur Draper aller lui aussi vers la sortie.

- " Excusez moi Monsieur Draper , qui vous a autorisé à sortir de la Grande Salle ? Vous pouvez attendre , quand même , vos camarades , n'est pas ?" Elle se tourna vers ses camarades " Bon, cela suffit pour ce soir , levez vous calmement s'il vous plait jeunes gens , nous allons retourner dans notre salle commune , et sans protester ! "

La jeune femme se leva , et avait rassemblé , avec sa voix chaleureuse , ses camarades jaunes et noirs.Et la famille Poufsouffle passa la porte de la Grande Salle pour rejoindre leur salle commune si tranquille d'ordinaire.

* Je crains malheureusement que ça ne sera pas le cas ce soir .Je sens qu'on va devoir les calmer plusieurs fois vec Eric.*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Sam 13 Déc - 15:05

-Bon, cela suffit pour ce soir, levez vous calmement s'il vous plait jeunes gens , nous allons retourner dans notre salle commune , et sans protester !
J'attrapais machinalement mon sac en bandoulière, le passant sur mon épaule avant de suivre l'ensemble des Poufsouffle qui rejoignaient la salle commune. Et c'est avec un pincement au cœur que je me dirigeais vers la sortie, un dernier regard pour cette salle que mon petit frère ne verrait peut-être jamais.
* Fallais s'attendre à cette réponse Ash, c'est un bal pour les élèves, inviter quelqu'un d’extérieur au Château ce n'est pas logique. -Je sais Call, mais je ne pouvais pas m’empêcher de demander, il rêve tellement de venir ici, d'étudier ici, tous le reste de la famille y est ! Alors si j'avais pu, rien qu'une fois, lui permettre de réaliser son rêve, j'aurai été capable de me taper et le bal, et le costume "de circonstance", et les moqueries des autres en voyant que je venais avec un enfant d'une dizaine d'années alors que j'en ai maintenant plus de quinze, et même plus s'il le fallait...*

Je secouai la tête, chassant mes pensées.  "Mais vous avez le droit d'aller seule au bal , si vous le souhaitez". Tout ce que je souhaitais, ou plutôt la seule chose que je souhaitais, je la savais impossible, et ce n'étais pas qu'une histoire de bal, même si l'idée de passer Noël ici ne me plaisait plus tant que ça depuis qu'il y avait ce projet.
Je sentis une main se poser sur mon épaule. Vladimir, mon autre frère actuellement en septième année. Le sourire douloureux qui s'étirait sur son visage m'indiqua qu'il avait compris le sens de ma question, et il me murmura
"on trouvera un moyen" en désignant sa jumelle Gryffon.
Je l'observai, avec un soupir amusé alors qu'il passait son bras autour de mes épaules.

- N'allez pas encore vous mettre dans des situations impossibles Vlad, laisse tomber pour le bal
- Voyons, tu nous connais, me lança-t-il avant de s'éloigner, ses yeux verts pétillants de malice.
*Justement...*

Cette conversation avait pourtant eu l'avantage de me redonner le sourire, et c'est avec détermination que je franchis le seuil de la Grande Salle. Le bal et mon petit frère ce n'était pas compatible, oui, mais avec quatre Howl dans la place et l'aide extérieur de l’aîné pour planifier notre coup, le petit dernier verra son rêve se réaliser. Sans compter qu'un bal n'aurait certainement pas été ce qu'il aurait le plus apprécié... Et que cela me permettait de demander à une autre personne de m'y accompagner, car non, s'il fallait que je participe à cet "événement", je n'irai certainement pas seule. Plus qu'à aller faire ma demande.. Je m’arrêtais parmi le flot d'élèves, hésitant à y aller tous de suite, regardant alternativement mes camarades de maison d'un côté et sa silhouette de l'autre avant de m'éloigner, tournant le dos à la Grande Salle.
*Quand il y aura moins de monde*

[HJ : je sais pas encore si je fais les deux RP en un (oui j'hésite vraiment comme mon perso ^^) mais là comme j'ai pas le temps bah je vais voir à mon retour ^^
EDIT : en fait non, comme ça va être archivé, je pars ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: grande salle   Sam 13 Déc - 22:16

Ambre avait rassemblé tous les élèves de Serdaigle avec l’aide de Clive et le groupe était descendu dans la Grande Salle. La Préfète fermait la marche, avec un regard sombre qui décourageait quiconque ayant l’intention de traîner en arrière à moins de deux mètres d’elle. Ambre était d’une humeur noire. Des heures de sommeil lui manquaient à cause des patrouilles qui se prolongeaient quand elle devait s’occuper d’un élève venant d’enfreindre le couvre-feu, et cela arrivait beaucoup trop souvent à son goût. Sa fatigue affaiblissait ses résistances et ses instincts d’Ombre se faisaient beaucoup plus sensibles, d’où l’aura glaciale qui émanait d’elle en ce moment. De plus, la perspective de passer des vacances de Noël à jouer avec ses relations familiales ne la réjouissait pas le moins du monde.

- Rosier, si tu veux foutre une peur bleue aux nouveaux et leur faire faire des cauchemars à cause de toi, c’est réussi.

- Silence, Williamson.

- Quelle amabilité…


Ambre leva ses yeux gris foncé vers le préfet en lui lançant un regard glacial qui découragea toute discussion plus approfondie.
Une fois tous les élèves assis sur les bancs, la Directrice apparut et se prépara à faire une annonce. Tous les élèves attendaient avec curiosité dans un silence complet.

- Merci de votre attention, je vais tâcher d'être brève. Cette année, comme certains d'entre vous le savent peut être déjà, aura lieu un bal de Noël.

Il s'agira d'une soirée à la frivolité mesurée, où les Bizzar sister's seront conviés pour animer la soirée. Tenue de fête appropriée exigée ! Messieurs, inviteront les Miss à danser, afin d'avoir une cavalière.

Pour ceux et celles qui veulent participer, vous vous inscrirez auprès de votre Directeur de maison, qui mettra à votre disposition un parchemin dans vos maisons !
Pour celles et ceux qui souhaitent rentrer chez eux, vous viendrez me trouver dans mon bureau pour vous inscrire. Suivant le nombre de personnes, un voyage par cheminée sera envisagé, inutile de faire appel au Poudlard Express pour moins de 20 personnes.

Merci de votre attention.


Le brouhaha envahit immédiatement chaque recoin de la Grande Salle, tandis qu’Ambre demeurait assise sans broncher, le regard encore plus sombre qu’auparavant. En tant que Préfète en Chef, il était possible, voire presque certain qu’elle soit obligée de rester pour surveiller le bal. Et elle n’en avait ni l’envie, ni le temps. Ambre resta silencieuse, écoutant les conversations excitées des autres Serdaigle et les premières demandes des cavaliers. Quelques élèves commencèrent à poser des questions, mais elle laissa le soin à Clive de leur répondre, sauf quand l’élève s’adressait directement à elle. La jeune fille jouait machinalement avec une mèche de ses cheveux d’un noir d’encre, attendant de pouvoir rentrer dans sa salle commune. Quelques minutes plus tard, les premiers élèves commencèrent à se lever, menés par les préfets. Ambre chercha Clive du regard pour en faire de même lorsqu’un silence soudain se fit. Des élèves de toutes les maisons commencèrent à se tourner vers la table des Serpentard, se déhanchant dans tous les sens pour mieux voir ou montant sur les bancs pour regarder par-dessus les têtes. Ambre jeta un bref coup d’œil vers le centre de l’attention générale, le temps de voir Myosotis et Crépuscule s’embrasser devant leurs camarades ébahis. Les remarques fusaient de toutes parts tandis que la Serdaigle esquissait un rictus moqueur. Elle s’était depuis longtemps juré de rester hermétique à tout sentiment amical ou amoureux, ayant toujours vu cela comme une faiblesse. Encore un peu et elle aurait scellé son cœur à l’aide d’un sortilège, mais elle prônait par dessus tout l’indépendance et le contrôle de soi. Ambre observa distraitement Clive courir vers Myosotis et Crépuscule. Le préfet de Serdaigle se tourna vers elle quelques secondes plus tard en criant de loin, essayant de couvrir le tumulte :

- J’accompagne Aylen à l’infirmerie !

Ambre hocha la tête pendant que les conversations des Serdaigle parvenaient involontairement à ses oreilles.

- Hé, Will, t’as vu ? La Chrysopelea roule des pelles à l’autre statue de marbre de préfet !

- Bah oui, qui se ressemble s’assemble,
ricana le dénommé Will avec une légère pointe d’amertume, toutefois très bien dissimulée.

- Non, ce n’est pas sur ça que je voulais attirer ton attention.

- Quoi, alors, Ian ? Ne tourne pas autour du pot, par Merlin !

- Je veux dire que si même l’autre Vélane Harpie a craqué…


S’ensuivit un moment de silence pendant lequel Ambre continuait à regarder fixement le bois de la table, perdue dans ses pensées.

- Elle va t’envoyer balader, Ian.

- Mais non, tu as vu ? Même la Serpentard est tombée amoureuse !

- Mais pas de n’importe qui.

- Je prends ça come un défi. La difficulté me stimule. Et puis, si Hannah me fait des œillades, c’est que je ne suis pas si mal que ça, non ?

- C’est bon, on sait que tu es un tombeur, Ian, pas la peine d’insister…

- C’était juste pour te dire que…

- C’est bon, la ferme, vas-y, si tu veux, mais moi je te dis qu’elle est intouchable, cette fille. Ca va être quelque chose du genre : « Jolie, cette technique d’approche. Maintenant montre-moi comment tu t’en vas. ». Tu pourras même pas l’effleurer avec ne serait-ce qu’un seul doigt, Ian.

- On va vérifier ta théorie, Will.


Ambre ferma les yeux, exaspérée par toutes ses discussions qui tournaient autour du bal de Noël. Lorsqu’elle les rouvrit, un garçon de septième année s’était assis en face d’elle, le coude nonchalamment posé sur la table. Ses cheveux bruns étaient négligemment coiffés et ses yeux noirs brillants la regardaient avec intensité.

- Rosier, j’ai pas de cavalière, râla-t-il d’une voix traînante, l’air décontracté.

Ambre resta figée de surprise pendant deux secondes avant de lever un sourcil interrogateur.

- On est dans la même maison, je peux t’appeler Ambre, non ?

- En quel honneur, Ian Walker ?

- Oh ! Mais tu connais mon nom ! Comment ça se fait ?


Ian lui adressa un sourire malicieux qu’elle ignora, se contentant de lui répondre d’une voix froide et inexpressive :

- Je suis Préfète en Chef. Si je ne connais pas au moins les noms des élèves de Serdaigle, je ne vois pas ce que je fais à ce poste.

- Aaaah, le devoir ! Toujours le devoir ! Mais cela ne change rien au fait que je n’ai pas de cavalière…

- La Directrice a annoncé le bal il y a quelques minutes seulement. Tu auras tout le temps de t’en trouver une.

- Mais je ne veux pas n’importe qui !

- C’est tout à ton honneur, Walker.


Ian lança un regard insistant à Ambre qui restait de marbre. Ce garçon commençait à l’agacer au plus au point et vu son humeur à ce moment-là, elle se contrôlait avec difficulté.

- Qu’y a-t-il, encore ? Demanda-t-elle sèchement.

- En fait, je pensais que tu pouvais m’aider à trouver une cavalière, si ça ne te dérange pas, répondit-il d’un ton chargée de sous-entendus. En fait, je suis même sûr que tu peux m’aider.

- Mais que veux-tu que je fasse, Walker ? Que je t’apprenne le sortilège de l’Imperium pour que la cavalière de tes rêves accepte d’aller au bal avec toi ? Mais exprime-toi, clairement, par Salazar !

Le verre qui était devant elle explosa et Ian la regarda bouche bée, ne sachant que répondre. Un silence s’était fait autour d’eux et quelques élèves les regardaient, perplexes. Will laissa échapper un ricanement moqueur à l’intention d’Ian. Ambre était de plus en plus irritée pour avoir perdu le contrôle d’elle-même. Ses yeux avaient l’éclat de l’acier et donnaient l’impression de transpercer tous ceux qu’elle regardait d’une lame de métal. Elle se leva avec brusquerie et fit disparaître les débris de verre d’un coup de baguette. Avisant Aurore qui commençait à sortir avant les autres, sa tension intérieure monta encore d’un cran.

- Grayford, si tu suis les Poufsouffles, tu ne risques pas de retourner dans la Tour de Serdaigle, alors je te prie de bien vouloir rentrer en même temps que les autres membres de ta maison.

La voix d’Ambre s’était faite froide et cassante. Son ébullition intérieure se transformait en une aura extérieure glaçante.

- A présent, rentrez dans votre salle commune. En silence et sans aucun retard.


Le ton de sa voix dissuadait toute tentative de désobéissance et les élèves remontèrent sans bruit. Ambre attendit que tous fussent sortis de la Grande Salle et s’engagea à leur suite en fermant la marche.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: la grande salle   Sam 13 Déc - 22:59

Myosotis se retourna et posa ses yeux sur le Préfet des Serdaigle. Elle prit un peu de temps avant de reconnaitre son visage. Maintenant qu’elle se souvenait de son nom, elle s’apprêtait à lui demander de la lâcher mais elle n’eut pas besoin de le faire: Clive Williamson -car c’est ainsi qu’il se nommait- ne lui tenait déjà plus le poignet. Du coin de ses yeux verts, la fille au cheveux noirs vit que l’élève de Poufsouffle aux cheveux rouge s’était levé et avait entrepris de quitter la Grande Salle mais il fut bien vite rappeler à l’ordre par Winonna, la Préfète. Après que cette dernière ordonna aux élèves de sa maison de la suivre, les Poufsouffle quittèrent la salle. Ils passèrent deux par deux devant les trois Préfets en les observant plus ou moins longuement. Clive ne semblait pas avoir remarqué ce qui se passait et confinait d’observer Myosotis de ses grands yeux. Il s’apprêtait à dire quelque chose mais Crépuscule qui les avait rejoint s’était interposé entre eux deux. Tournant le dos à Clive, le Gardien regardait intensément la semi-vampire de ses magnifiques yeux bleu roi ce qui eut pour effet de faire frissonner la jeune demoiselle. Clive avait reculé un peu pour ne pas déranger les deux Serpentard. Il avait même détourné le regard et tentait tant bien que mal de ne pas écouter la conversation qui allait suivre. La Préfet de Serpentard semblait dérangé par le fait que tout le monde les écoute. Il eut d’ailleurs une idée lumineuse: s’exprimer en français. Myosotis ne s’y attendant pas dû se concentrer un peu au début pour comprendre ce qu’il disait. Elle avait toujours adoré cette langue qu’elle trouvait si mélodieuse et distinguée. Une fois qu’il eut fini de parler, la demoiselle aurait voulu lui répondre, mais elle ne trouvait pas les mots adéquats. Elle chercha un instant dans sa mémoire. L’intervention de Clive lui permit de réfléchir un peu plus longtemps à la façon dont elle allait formuler ce qu’elle avait besoin de dire à Crépuscule. Une fois que les deux garçons eurent fini de discuter, le Serpentard se retourna vers Myosotis. Cette dernière prit alors la parole dans un Français presque parfait saupoudré d’un léger accent anglais plutôt charmant:

« Pour toi je serai prête à tout Crépuscule… Même à subir la foule pendant des heures. Alors j’accepte avec plaisir d’être ta cavalière. Enfin… Si tu veux toujours de moi. »

Crépuscule n’eut pas besoin de répondre pour que Myosotis comprenne ce à quoi il pensait. Elle voyait bien au fond de ses prunelles qu’il voulait toujours se rendre au bal avec elle. Cela la fit sourire durant un court instant. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, hésitant un moment. Après une vingtaine de seconde à l’admirer ainsi, elle s’approcha de lui et tira sur la cravate verte du Gardien pour le forcer à se baisser. Il ne montrait aucune résistance ce qui arrangeait bien la semi-vampire. Mais après tout, pourquoi en aurait-il montré ? Elle l’embrassa une nouvelle fois, mais cette fois-ci sans verser de larme et pendant un instant bien plus long. Relâchant peu à peu la cravate, elle le laissa se redresser. Rouvrant ses paupière elle lui fit un petit sourire. Elle prit ensuite la main de Crépuscule dans la sienne, exerça une légère pression pour lui souhaiter un bon rétablissement puis relâcha sa main. Elle repartit ensuite en direction de la table des Serpentard. Tous les élèves la regardaient, certains pouffant plus ou moins discrètement de rire, d’autres serrant leur mâchoires, d’autres encore fronçant leur sourcils. Myosotis s’apprêtait à leur ordonner de rejoindre leur dortoir, mais quelque chose qui se passa à la table des Serdaigle attira son attention. C’était un verre qui venait d’être brisé alors que personne ne l’avait touché. Ledit verre se trouvait juste en face de la Préfète des Aigles; Ambre. La semi-vampire ne pu s’empêcher de sourire légèrement. Elle avait compris ce qui venait de se passer: un jeune homme avait osé demander à la Préfète en cheffe de l’accompagner au bal. Myosotis connaissait une partie du secret qu’Ambre cachait et c’est pour cela qu’elle avait compris la situation d’un simple regard. Rapportant son attention sur la table qui s’étendait devant elle, elle demanda d’une voix forte et autoritaire sans pourtant être criarde qu’ils regagnent en silence leur dortoir. Crépuscule était déjà parti à l’infirmerie, accompagné de Clive. Les serpentard quittèrent la Grande Salle, suivi par les Serdaigle. Les verts et argent partirent en direction des cachots alors que les autres montaient les escaliers. C’est ainsi que se termina cette soirée mouvementée.


Dernière édition par Myosotis (Adjointe) le Dim 14 Déc - 11:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 15 Déc - 16:11

La grande salle avait été décorée pour l'occasion. Des stalactites de glace éternelle flottaient dans les airs au lieu des habituelles bougies. Des flocons de neiges faisaient briller le plafond de la grande salle sans pour autant tomber plus bas que le bout des stalactites. Les douze sapins décorés par le Professeur Opale et les élèves volontaires trônaient fièrement dans la grande pièce.

Une scène avait été aménagée pour le groupe de musique invité par l'école : Les Bizarr' Sisters. Un groupe très apprécié par les jeunes sorciers et sorcières. Devant la dite scène où se produirait le groupe, un espace de danse avait été aménagé. Les quatre grandes tables -une pour chaque maison- avaient disparut au profil de petites tables rondes pouvant accueillir 6 personnes. Des chaises argentées à barreaux étaient disponibles.
Vers les deux grandes portes de chêne, à droite, se trouvait le buffet. Les elfes de maison s'étaient surpassés pour faire plaisir aux élèves, et des mets très fins étaient présentés sur les tables, ainsi que de la bièrraubeurre, du jus de citrouille, et autres boissons rafraîchissantes.

La Grande Salle était resplendissante de magie et de féérie. Mme Dragonneau n'était pas peu fière d'elle et des efforts fournis par tous ceux qui avaient participé pour cet évènement.

Elle attendait les élèves devant les portes fermées, elle voulait garder la surprise pour tous. Tandis que les Miss arrivaient au bras de leurs cavaliers vêtues de robes de soirées Moldues, la Directrice ne put réprimer un sourire. Tous avaient fait des efforts. Il n'en fallait pas plus pour ravir la jeune femme aux cheveux rouges.

- Mesdemoiselles, Messieurs, chers Professeurs... Je suis ravie de vous annoncer que le bal de Noël est ouvert !

A ces mots, les portes de la Grande Salle s'ouvrirent et les Bizarr' Sisters commencèrent à jouer, invitant les élèves à pénétrer dans la pièce restée secrète depuis le repas de midi, et c'est sous des bruits d'acclamation et de bonheur que les élèves se ruèrent dans la pièce.

Après ces quelques minutes musicales, la Directrice monta sur la scène et dit :

- Pour l'ouverture de ce bal, je vous prie d'applaudir Miss Ash C. Howl qui va danser une valse pour la première danse...

*Voilà ce qu'il en coûte de monter sur les tables, surtout quand je suis là !!! Vous vouliez de l'attention, vous en avez maintenant !!*

musique de la valse


Dernière édition par Molly (Directrice) le Lun 15 Déc - 22:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 15 Déc - 20:40

A mon arrivée devant la Grande Salle, les deux grandes portes de chêne étaient encore closes, la Directrice devant à attendre l'arrivée de chacun. Je me dirigeai en direction du lieu que j'avais indiqué à Miss Wolkoff. Je n'avais pas résisté à l'envie d’embêter mon frère dans la salle commune, mais je n'en menais pas large. La jeune femme était si imprévisible que cela ne m'aurait pas étonné qu'elle ne vienne pas, ou qu'elle me laisse en rade au beau milieu du Bal.
*Et après ? J'aurai qu'à retourner avec mes amis, Vlad' se payerait de ma tête durant disons, une à deux semaines, mais il n'y aurait pas d'autres conséquences. Quoique. Même si elle n'a pas l'air de l'avoir compris, j'avais vraiment envie d'y aller avec elle, alors je serais certainement déçu si elle me laisse en plan*

J'entendis d'une oreille distraite la directrice prendre la parole alors que les portes s'ouvraient, laissant échapper les premières notes de musique. Je me posais contre le mur, attendant simplement de voir si la Directrice de Serpentard viendrait. Jusqu'à ce que j'entende la voix de Mme Dragonneau..
-Pour l'ouverture de ce bal, je vous prie d'applaudir Miss Ash C. Howl qui va danser la première danse...
*Pardon ?! Je suis censé ouvrir le bal ?*
J'aperçu alors la jeune femme, qui venait également d'entendre l'annonce, et me dirigeais vers elle.

-Miss Wolkoff, la saluai-je
* Normalement c'est le moment ou la personne qui a invité la deuxième fait un compliment à celle-ci sur sa tenue.. Donc je me lance ?*
- Vous êtes ravissante Miss
*Dans le genre compliment gnangnan, plus gnangnan tu meurs. Pourtant c'est pas une connerie, elle est vraiment belle.*
- Il semblerait que La Directrice n'ait pas oublié le nom de la meneuse d'une révolution d'opposition à la perte de liberté d'expression dans cette école, qui a eu lieu quelque jours auparavant.. Et qu'elle a décidé de lui en faire payer le prix par l'ouverture du Bal. Ne sachant pas vos intentions, je peux si vous le préfériez aller danser cette ouverture avec une autre personne, au moins que vous ne comptiez toujours surprendre la directrice, et que cette entrée dansante vous convienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 16 Déc - 0:24

-Miss Wolkoff.
-Miss Howl.
-Vous êtes ravissante Miss.
-Vous de même Miss. Je remarques avec plaisir que vous avez fait un effort dans votre tenue mais aussi dans votre coiffure. Je vous en félicite.
*Tant mieux si elle remarque "avec plaisir" vu que c'est pour elle que j'ai pris la peine de venir ainsi*
J'avais secoué la tête en souriant alors qu'elle m'accusait d'un ton moqueur de vouloir la ridiculiser, faisant ainsi de mon possible pour que la première danse me soit réservée, et par conséquence lui soit réservé puisqu'elle acceptait d'être ma cavalière. Elle m'avait présenté sa main, avec cet air digne qui l'enveloppait naturellement.

- Me feriez vous l'honneur de la toute première danse de ce bal? Si vous le souhaitez, si le stresse vous bloque, je peux mener la danse, mais vous pouvez le faire si vous vous en sentez capable. Après tout, vous êtes celle qui m'a invité.
- C'est avec joie, Miss, que je serais votre cavalier pour cette première danse.
CavaliER, on peut pas faire plus clair, bien sur que je mène la danse, je suis pas aller risquer ma peau dans son cachot pour me tourner les pouces pendant que ELLE mène la danse.
*Mais c'est sympa de sa part de s'être proposé, j'avoue que je stress un peu quand même.. -Tu m'étonnes qu'elle se soit proposé, elle a pas envie que tu te plante sur scène, ça ne serai pas convenable pour elle.. -Don't panic, si c'est la première danse, ça va forcément être un truc classique, or j'ai les bases en danse classique. Allez, ça va le faire Ash, ça va le faire, ça va le faire..*

Je pris sa main, me positionnant à ses côtés prête à franchir le seuil de la Grande Salle, alors que devant nous un passage s'était dégagé parmi les élèves. Les premières exclamations d'étonnement avaient fusées, suivies d'un silence interdit et, alors que nous marchions en direction de la piste de danse, les chuchotements s'installèrent.
*Alors là, pour que tous le monde remarque qui est ma cavalière, c'est plutôt réussi.. La prochaine fois que je monte sur une table je vérifierais que la Directrice ne soit pas dans les parages tiens... F*ck j'ai mon cœur qui bat super vite, je vais faire une crise cardiaque sous les yeux de l'ensemble de Poudlard.. Je me demande si elle peut sentir mon pouls via mon bras, c'est à la gorge normalement qu'on le sens il me semble.. Ash, concentre toi, c'est pas le moment de partir en vrille. Oui oui, je me concentre,je me concentre...*
Finalement cette avancée dans la Grande Salle, suivie avec attention par les élèves et professeurs, me donnait l'impression de tourner dans un de ses westerns Moldus, lorsque les deux cow-boy se font face dans une atmosphère de tension, d'échange de regard, de tentative d'impressionner son adversaire. A la différence près que nous marchions du même côté et que la dualité se réalisait avec le public.
*C'est comme un jeu, qui tirera les ficelles pendant la soirée ? Et bien tant qu'à faire Ash, soyons dignes de notre partenaire, pas difficile de prendre la carrure des Howl, fervents adeptes de la Maison Serpentard, bien que le tradition se soit un peu perdu avec les deux dernières générations* J'avais alors endossé le rôle, reprenant de l'aplomb qui fit ralentir les sursauts jusqu'à présent désordonnés de mon cœur.

Nous étions arrivées sur la scène du bal/crime/suicide, appelez cela comme vous voulez, et dans un tintement de perles (moi ^^) et un bruissement d'étoffe (Miss Wolkoff ^^) nous nous fîmes face. Je plaçais ma main droite sous l’omoplate de la jeune femme, prenant sa main droite dans ma main gauche alors qu'elle posait la sienne sur mon épaule. Les premières notes de musique retentirent. Étrangement, le moment que je redoutais comme étant le plus intimidant, ce vis à vis avec la potionniste sous les yeux ébahis des trois quart de Poudlard (on va garder un quart de gens ouvert d'esprit plus ceux qui se sont jeté sur le buffet et qui n'ont rien vu de ce qui se passait) eu l'effet inverse. J'avais rapidement retrouvé mes réflexes de danseuse -ou plutôt en l’occurrence de danseur- et quand le thème de la valse commença, mon premier pas en avant accompagna celui en arrière de la jeune femme.
*Pour deux femmes qui ne voulaient pas participer au bal à l'origine, 1,..le retournement de situation est total.. Bon, ça le fait plutôt bien là 2,3, je regarde pas mes pieds ^^, je ne remercierai jamais assez 1, ma famille de m'avoir appris 2,3 la danse et 1.. 2,3 c'est comme le vélo,1, ça ne s'oublie pas 2,3, et maintenant on compte plus, 1, on se laisse porter 2,3 par la musique.. C'est marrant qu'on se retrouve à valser, la seule danse qui donne à la femme un rôle actif lorsqu'elle tourne, et qu'elle entraine le cavalier... Au final, pas sur qu'une de nous deux mènent plus que l'autre, c'est une danse vraiment en binôme..*

Les pas s’enchaînaient, sans dommages corporels jusqu'à présent, et.. mon dieu ça y est j'étais partie à fond dans mon délire, je chantonnais quelques instants le thème de la valse, de telle sorte que seule Miss Wolkoff puisse l'entendre, gardant une allure classe et avenante, même si mon regard malicieux -que je promenais un peu partout dans la salle, observant l'évolution des réactions de chacun- trahissait mon amusement.
Peu à peu, d'autres couples de danseurs nous rejoignirent, gardant pour l'instant une certaine distance de "sécurité" -ça doit être Miss Wolkoff qui leur fait peur, ou alors ils ont peur de prendre feu en s'approchant de la magnifique jeune femme qu'elle est- mais valsant néanmoins à nos côtés.




(Voilà, si certains veulent commencer à dire qu'ils viennent danser.. Et Anya je te laisse le soin de choisir comment se termine notre danse ^^
EDIT : je viens de regarder la scène du bal dans HP, trop la classe quand le cavalier porte sa cavalière ^^ La flemme de refaire le RP mais si ça te dit Anya de le continuer en marquant ça pas de soucis, je suis cap de te porter )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 16 Déc - 3:32

- Oh Ciel, je manque à tous mes devoirs de cavaliers ! Je suis censé, bien sur, vous dévorer des yeux, savourant le plaisir de valser avec la femme ayant répondu favorablement à mon invitation passionnée !
J'avais pris un ton désolé, et mon visage exprimait tous le désespoir possible, avec un soupir désarmé. Mais mon demi-sourire n'avait pas tardé à réapparaître, ce qui ne fut pas une mauvaise chose car allez savoir jusqu'où pouvait me mener mes déclamations théâtrales.

- Il m'arrive d'être curieuse oui, comme tous le monde je suppose, après, tout dépend du sujet.. Et cette danse est une excellente façon d'apprendre quels sont les couples sincères, de ceux qui ne le sont pas.. A  gauche -enfin, à votre droite- le jeune homme passe son temps à vous regarder, sans ce soucier de mener la valse pour son amie, en diagonale, la jeune fille qui regarde un élève qui ne danse pas, elle a choisis ce cavalier pour rendre jaloux le jeune homme, et là, derrière le couple de septième année, les deux élèves ne se sont pas quitté des yeux depuis qu'ils ont commencé à danser, comme si personne n'existait autours d'eux.. Je crois que le jeune homme ne vous a même pas observé une seule fois depuis que nous sommes entrée dans la salle.. Et c'est valable pour chacun ici, leurs regards à tous trahit leurs pensées...

Jusqu'à présent j'avais désigné du regard chaque personnes que je nommais, et en reposant enfin mes yeux clair sur le visage de ma cavalière je lui dis avec un petit sourire
-.. valable même pour vous, même pour moi. Je ne parle pas seulement du regard agressif dissuasif lors des portés -au passage je suis super déçue, c'est une partie de la danse qui est extrêmement poétique, avais-je ajouté d'un timbre de voix légèrement ironique- mais aussi le fait que vous ne m'avez presque pas quitter du regard depuis le début de la valse. Votre curiosité est de savoir ce que je pense, c'était à peine dissimulé dans votre dernière question. Vous vous demandez encore pourquoi je me suis mise en tête la folle idée de vous inviter.. Et mes yeux ne sont pas "trop" expressifs, c'est mon sourire qui l'est.
Ma dernière phrase, marmonnée à voix basse en haussant rapidement les sourcils, s'adressais plus à moi même qu'à la jeune femme.

Je laissai s'écouler un instant silencieux, entrecoupé par les sons des pas et des bruissements de tissus des danseurs.
- Je n'ai pas honte de danser avec vous. Honnêtement, pensez vous que je serais allée tenter ma chance auprès de la professeur considérée comme la plus froide et impressionnante de Poudlard, pour après me rendre compte que je n'étais pas capable de valser avec elle ? Autant, dans ce cas, réfléchir auparavant et m'éviter l'épreuve d'une demande pour un Bal..
Je stoppai ma phrase le temps d'un écart, alors que la jeune femme tournoyait à nouveau à défaut du porté. Lorsque je m'approchai à nouveau d'elle, je lui avoua sur un ton de confidence théâtrale : A vrai dire, si je n'osais vous regarder, c'était par peur de perdre mes moyens en plongeant dans vos yeux, ce qui aurait eu pour effet désastreux de piétiner les pieds de ma cavalière.
Je lui fis une mimique pensive, comme pour dire "Aaah, vous m'avez démasquée" avant de continuer.
-Mais maintenant que j'ai retrouvé le tempo de cette danse, je peux me permettre de prendre le risque.
Continuant de valser avec Miss Wolkoff, je gardais les yeux rivés sur les siens sans plus me soucier des autres danseurs, recommençant à chantonner le thème, un sourire sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 16 Déc - 10:20

Depuis l’annonce du bal, Serenna avait été spectatrice de plusieurs demande entre les élèves de Poudlard. Evidemment, toutes demandes ayant trois réponses possible : Oui, non et peut être, certaines de ses propositions étaient refusées au plus grand regret de tous.. ou pas d’ailleurs.
Ainsi, Serenna avait assisté à des pleurs, des rires, et bien plus encore. Cependant, en voyant la joie ou la tristesse dans les yeux de tous ses camarades, elle se rendit alors vite compte que le bal était aujourd’hui et qu’elle n’avait toujours pas connue l’un de ses sentiments car aucun n’était venue lui demander d’être sa cavalière.
Cette pensée avait hanté toute sa journée lors de laquelle elle avait assisté à différents cours. Elle avait déambulé de couloirs en couloirs, de cours en cours avec cette même pensée en tête. A quel bras allait elle faire son entrée dans la grande salle ? Avec qui allait elle danser ce soir ?
Serenna n’avait que très peu d’amis qui avaient déjà presque tous une cavalière ou un cavalier, donc cette solution était exclue. Il ne restait plus qu’une solution : y aller seule. Ainsi après avoir résolu ce problème, il fallait se poser la question de la tenue appropriée aux circonstances. Il s’agissait tout de même du bal de fin d’année, celui de Noël. Il lui fallait alors trouver une tenue adéquate à la plus belle soirée de l’année, en espérant que cette dernière ne soit pas gâcher par un évènement malencontreux.
Les cours étant terminés, la jeune Serpentard s’était alors dirigée vers sa salle commune afin de rejoindre les dortoirs pour se préparer avant de faire son entrée dans la grande salle. Son hibou Demon la suivit avec enthousiasme même s’il s’agissait que d’un oiseau.
Une fois arrivée devant l’entrée de la salle commune, Serenna prononça le mot de passe. Demon entra alors de façon majestueuse, devançant Serenna. Une fois à l’intérieur, un brouhaha infernal fit son apparition. Toute la maison Serpentard était en ébullition. Seules quelques personnes restaient à l’écart, dont Kai un jeune homme avec qui elle passait beaucoup de temps en dehors des cours sans que personne ne s’y intéresse vraiment. Serenna lui adressa alors un sourire qu’il lui rendit. Ils faisaient alors tous deux parti du petit groupe d’élèves sans cavalier. Un club sans-cavaliers devrait d’ailleurs être créé à cette occasion.
Puis par peur de perdre Demon dans cette foule, Serenna tendit son bras afin qu’il puisse s’y poser. Elle s’avança en direction des dortoirs mais l’effervescence était telle qu’elle se fit bousculé.
Serenna s’arrêta alors et soupira avant de continuer son chemin. Elle n’allait quand même pas s’énerver ce soir. Une fois dans son dortoir, le hibou de la jeune vert et argent se posa sur le bord du lit.
Ici était déposé une robe aux couleurs de l’hiver, ainsi que quelques bijoux d’argent. Elle admira alors sa robe avec enthousiasme et impatience. Sur sa table de nuit était posé une petite boite contenant un bijoux appartenant à sa maman. Il s’agissait d’un collier d’or blanc ayant en pendentif une pierre d’émeraude. Sa maman l’avait reçu lors de son entrée à Poudlard, elle lui avait donc cédée dès que la jeune fille fut envoyé à Serpentard. Ce collier comptait beaucoup pour Serenna.
De plus, au pied du lit, étaient entreposées, une paire de ballerines argentés.  
Serenna admira sa tenue avant d’aller prendre une douche. Une fois revenue de la salle de bain, Serenna enfila sa robe puis détacha ses cheveux délicatement. La jeune serpents se positionna devant le miroir présent entre deux lits du dortoir. Elle prit quelques mèches de cheveux et les ramena à l’arrière de son visage. Pour les lier elle y glissa une petite barrette argenté en forme de serpent. Ses cheveux blonds ondulaient et retombaient dans son dos. Elle prit ensuite ses diverses bijoux; boucles d’oreilles, gourmette et bague faisaient désormais parti de sa tenue. Elle mis ses ballerines et ouvrit la boite où était le collier de sa maman. Serenna le prit en main et le regardait. Elle eut les larmes aux yeux en repensant à sa maman encore malade.

*Je ne suis pas avec toi mais je reviens vite*

Serenna reprit alors ses esprit. Elle regarda son hibou qui ne pouvait malheureusement pas l’accompagner et sorti de la chambre. Elle prit sa cape et la porta au bras par peur d’avoir froid lors de la soirée.
C’’était encore la bousculade à la sortie. Un brouhaha infernal raisonnait dans tous les couloirs des chambres. En redescendant des dortoirs, la lumière des différentes bougies se reflétaient sur la robe blanche et argentée de la jeune Serpentard. C’est avec les yeux pleins d’étoiles que la jeune filles alla rejoindre les autres élèves. Elle croisa d’ailleurs dans les couloirs Kai qui portait à merveille le costume. Elle lui adressa à nouveau un sourire et salua son élégance. Les deux se mirent à rire. Il remarqua le collier dans sa main. Il lui attacha alors autour du cou.
Ils firent alors le chemin à travers les couloirs du château ensemble.
Une fois arrivée devant la grande salle une autre élève de Gryffondor se jeta sur lui et lui demanda à la dernière minute d’être son cavalier. Serenna fut surprise est quelque peu déconcertée. Il lui adressa un dernier regard avant d’accompagné un peu par pitié la jeune Gryffondor qui venait de lui sauter dessous.
Serenna se retrouvait désormais vraiment seule. Mais elle comptais danser et s’amuser tout de même.
Dès qu’elle entra dans la grande salle, Serenna fut impressionné par la beauté de celle-ci. Elle aussi  avait aussi revêtue sa plus belle tenue. Des stalactites recouvraient le plafond. Des flocons de neiges firent mine de tomber. Tout était si magnifique !

La directrice annonça alors l’ouverture du bal.

- Mesdemoiselles, Messieurs, chers Professeurs... Je suis ravie de vous annoncer que le bal de Noël est ouvert !

Serenna alla s’asseoir à une table vide pour l’instant. Puis la directrice annonça qui allait ouvrir le bal. Il s’agissait d’Ash une jeune Poufsouffle qui avait eu le courage d’inviter Anya, professeur mais aussi capitaine de l’équipe de Quidditch de Serpentard.  

- Pour l'ouverture de ce bal, je vous prie d'applaudir Miss Ash C. Howl qui va danser une valse pour la première danse...

*j’ai hâte de voir la suite*

La musique allait bientôt être lancé. Une valse allait être dansé entre Anya et Ash.  En attendant cette ouverture de bal, Serenna regarda autour d’elle. Tout le monde était resplendissant. Même les personnes les moins enthousiastes lors de l’annonce du bal avaient fait l’effort de s’habiller de façon différente et élégantes ce soir.
Une fois la musique lancée, Serenna se leva pour admirer Ash et Anya valser. Elle lança alors un regard à la table des professeurs. Certain semblaient… perplexes en les voyant toutes deux danser. Il est vrai que ce couple était inattendu mais quoiqu’il en soit pour Serenna ce couple était radieux. Elles dansaient toutes deux les yeux dans les yeux (bien qu’au début de la valse, Ash hésitait à la regarder). C’était magique.
Par la suite, un, puis ,puis trois couples venaient rejoindre Ash et Anya sur la piste de danse. Serenna restait quand à elle sur la chaise où elle s’était assise dès son arrivée dans la grande salle, admirant les couples danser.


Dernière édition par Serenna le Mer 17 Déc - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 16 Déc - 11:07

La neige tombait.Winonna avait passé son après midi à la regarder tomber.Mais l'heure était venue de se préparer pour le bal.La jeune fille sorti une robe en satin bronze de sa malle.Portée , le haut de la robe rendait comme une sorte de kimono , et le bas était progressivement évasé jusqu'à toucher le sol.Un collier de perles habillait le cou de la jeune fille.Une fleur de magnolia ornait ses cheveux blonds et bouclés qu'elle avait rassemblés en un chignon décoiffé.Winonna aurait préféré aller au bal pieds nus , mais elle allait surement attraper froid , et être malade , elle préféra donc enfiler une paire d'escarpins noirs : ils n'allaient pas avec sa tenue , mais de toute façon , ils allaient être cachés par le bas de sa robe.La Capitaine regarda son reflet une dernière fois avant de quitter son dortoir.Elle descendit lentement les escaliers qui donnaient dans la salle commune , Anatole et Philippine l'attendaient.

- " Bonsoir Mademoiselle la préfète , vous êtes ravissante . "

Winonna esquissa juste un sourire à Anatole , et les trois amis se mirent en route pour la Grande Salle.Celle ci était magnifiquement décorée , Winona n'en revenait pas.Elle déambula un peu dans la Salle pour admirer le travail de décoration.

- "Mesdemoiselles, Messieurs, chers Professeurs... Je suis ravie de vous annoncer que le bal de Noël est ouvert !"


Ash et Miss Wolkoff ouvrirent la danse avec une valse , les deux femmes dansaient très bien , selon la Préfète.Winonna alla rejoindre sa meilleure amie , qui était assise sur une chaise , elle lui adressa un léger sourire.

- " Tu es vraiment très belle."

Elles étaient toutes les deux assises sur une chaise.Lors de l'annonce du bal , Winonna ne se doutait pas un instant que la question de Monsieur Draper allait s'appliquer à elle.Elle regarda donc les couples s'avancer un à un sur la piste de danse , dont Anatole et Philippine , qui n'arrêtaient pas de rigoler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 16 Déc - 12:32

Serenna regardait tous les couples qui dansaient sur un rythme de valse. Certains avaient plus de mal que d'autre, et se marchaient sur les pieds. Serenna en rigolait bien d'ailleurs. Elle se souvint alors de ses premiers pas sur la piste de danse avec sa maman. Elle se souvint de ses parents qui dansaient de façon si gracieuse.
Serenna posa sa main sur son collier. Puis elle vit sa meilleure amie s'avancer vers elle. Elle lui adressa un sourire que Serenna lui rendit avec enthousiasme.

- Tu es vraiment très belle.

La jeune Serpentard lui adressa à nouveau un sourire.

- Merci beaucoup, mais je dois avouer que cette robe te va à ravir.

Winonna s'installa alors aux coté de sa meilleure amie. Serenna se servit un verre de jus de fruit et en proposa à la jeune préfets des Poufsouffle.
En voyant Winonna observer deux personnes qui avaient l'air de bien s'amuser sur la piste de danse, elle lui demanda:

- Qui sont-ils ? Ils sont dans ta maison ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 16 Déc - 15:44

J'avais passée des heures à me préparer et j'avais mise autant de temps à cause de l'état de nervosité qui me tenait depuis le matin et qui avait freiné ma préparation. La douche brulante que j'avais prise m'avait aidée à me détendre un peu et la belle robe que Ginny m'avait envoyée m'avait rassurée.
Mais je n'étais pas la seule à être si nerveuse, comme moi d'autres de mes camarades féminines voulaient être parfaites pour plaire à leur cavalier.

J'avais enfilée ma robe et m'avais admirée un moment devant le miroir en tournant sur moi-même pour juger de son effet sur moi. Un tissu de satin rouge, un bustier serré parsemé de faux diamants blancs, une jupe légère s'arrêtant aux genoux. Ensuite il y eu le maquillage : crayon noir, mascara, far à paupière gris argenté, rouge à lèvre couleur fraise, le tout assez discret. Ma coiffure avait été simple à faire : un chignon libre dont quelques mèches ondulées s'en échappait. J'avais enfin terminée en enfilant des escarpins argentés, un collier de perles blanches et boucles d'oreilles assorties, ainsi que des gants sans doigt en dentelle fine, blanche et cousus de files argentés, montant jusqu'aux coudes. Toute ma tenue était assortie et, moi qui n'étais pas vantarde, je me trouvais particulièrement jolie.

Maintenant j'étais devant les portes de la grande salle avec tous mes camarades de Poudlard pour attendre que les portes s'ouvres. Mais surtout j'attendais mon cher cavalier, Jack, en faisant les cent pas, très nerveuse que tout ça commence. J'espérais plus que tout lui plaire dans cette tenue et j'avais hâte de danser quelques valses dans ses bras. L'émotion avait rosit mes joues, me rendant un peu plus jolie sans que je m'en rende compte et je ne remarqua pas non plus quelques regards envieux de jeunes hommes venus seuls au bal.

Très vite je vis Jack arriver vers moi et son élégance me coupa le souffle une bonne minute, le temps pour lui de se planter devant moi avec un sourire conquis.

-- Bonsoir Victoria. Tu es ravissante !
-- Bonsoir ... Merci Jack, toi aussi tu es ... Très beau.

Ma rougeur augmenta avec mon sourire et il me tendis son bras, je le pris et tout de suite après les portes de la grande salle s'ouvrirent. L'émotion et la joie d'aller danser me rendais distraite et m'empêcha d'entendre le discours de la directrice, je n'avais d'yeux que pour mon poufsouffle que je ne quittais du regard. En entrant dans la pièce je fus quand même attirée par la splendeur de la décoration : petites tables plus intimes, stalactites et autres déco de glace, c'était vraiment merveilleux.

La première valse monta et envahis l'atmosphère de son rythme envoutant et charmeur et Jack n'hésita pas à m'entrainer sur la piste de danse. Comme cet après-midi un autre souvenir me vînt en tête, celui de ma mère m'apprenant à danser ... Ce que je mis en pratique de suite quand je senti les bras du jeune homme autour de moi, une main dans la mienne et l'autre sur ma taille. J'étais déjà grisée par la situation alors que mon cavalier, qui s'avérait être bon danseur, me faisait tourné au milieu de plusieurs autres couples.


Dernière édition par Victoria Lester le Mer 17 Déc - 22:26, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 16 Déc - 17:10

La jeune demoiselle avait attendu impatiemment que Crépuscule sorte de son dortoir, installée dans son fauteuil tout en admirant sa manucure fraîchement faite. Durant cette attente qui lui parut interminable, certains garçons s'étaient permis de la siffler; comme le font parfois les moldus lorsqu'ils croisent une jolie fille en ville. Mais dès que Myosotis relevait la tête, ils arrêtaient immédiatement, ne voulant pas s'attirer d'ennui. Lassée, la semi-vampire avait fini par les ignorer. Les élèves qui avaient été rejoints par leur cavalier ou leur cavalière quittaient la Salle Commune pour se rendre dans la Grande Salle. Cindy n'avait pas tardé elle aussi à descendre les marches de pierre pour faire son entrée dans la salle des Serpentard, perchée sur ses talons hauts. Beaucoup de filles qui n'appréciaient pas la fille Farley (et il y en avait des tonnes) semblaient choquées par la vulgarité de ses vêtements. Elle avait enfilé une robe extrêmement courte. On pouvait être certain que si Cindy se penchait en avant, on aurait une vue imprenable sur sa culotte (si elle en portait une, ce qui pouvait d'ailleurs être remis en question...). Cette robe sans manche ni bretelle la boudinait et on craignait que sa poitrine opulente ne s'échappe du bustier. L'intégralité du tissu sombre était recouverte de paillette argentée. On avait l'impression de se retrouver face à un énorme poisson aux écailles scintillantes. Myosotis ressentit de la pitié pour cette jeune fille, bien qu'elle la haïssait. Cindy semblait avoir de la peine à descendre des escaliers à cause des talons de ses chaussures qui devait faire au moins huit centimètres de haut. Chaussures argentées dans lesquelles on pouvait se voir, comme s'il s'agissait d'un miroir. Les grosses boucles d'oreille en argent de la fille Farley se balançaient d'avant en arrière, suspendues aux oreilles de la jeune fille. Elle portait à son poignet un bracelet plutôt joli, lui aussi en argent. C'était sûrement la seule chose plus ou moins belle qu'elle portait en ce moment même. Étrangement, elle n'avait pas mis de collier (sûrement pour que les regards soient entièrement concentrés sur sa poitrine et non pas sur un quelconque pendentif). En effet, les garçons n'étaient pas admiratifs face à Cindy comme ils l'avaient été en voyant leur Préfète. Ils semblaient plutôt être affamés et certains laissaient même couler un fil de bave de leur bouche en regardant le postérieur moulé par la robe de la fille Farley. Anouk descendit juste après, mais personne ne la remarqua. Ce qui était extrêmement dommage d'ailleurs, car elle était vachement mignonne coiffée d'une simple tresse sur le côté. Myosotis lui adressa un sourire resplendissant que sa camarade s'empressa de lui rendre. Les deux Serpentard riaient souvent ensemble lorsque personne ne se trouvaient autour d'elles. Il faut dire que ce n'était pas bien vu de trainer avec la semi-vampire, mais cette situation lui convenait parfaitement. Anouk s'approcha de sa préfète tout en cherchant quelqu'un de ses yeux marron.

-Excuse-moi Myo' mais tu n'aurais pas vu Emile ?

Les lèvres écarlate et brillantes de Myosotis s'étirèrent en un large sourire. Alors comme ça Anouk se rendait au bal avec Emile ! Elle qui disait qu'elle ne voulait pas laisser de faux espoirs au jeune homme...

-Oui oui, il me semble que je l'ai aperçu près du tableau de Salazar, à côté de l'entrée !

-Ah oui, il est là-bas ! S'exclama Anouk en regardant dans la direction indiquée. Bon bah... Merci ! Et à plus tard.

Myosotis lui répondit d'une simple sourire. Elle fixait sa camarade qui s'éloignait vers le brun aux yeux turquoise, Emile. Grand, drôle, charmant ; le Serpentard avait tout pour plaire. La Préfète ne comprenait d'ailleurs pas pourquoi Anouk s'obstinait à le rembarrer. Peut-être était-ce à cause de son appareil dentaire ? La semi-vampire ne trouvait pas cela plus dérangeant que ça, mais sûrement sa camarade n'avait-elle pas le même avis sur la question. Perdue dans ses pensées, Myosotis n'avait ni vu ni entendu Crépuscule s'approcher. Elle ne le remarqua que lorsque le Gardien se planta devant elle, un sourire illuminant son visage angélique et une main tendue en direction de la Préfète. Souriant à son tour, la demoiselle s'empara de la main de son cavalier. Ce dernier la tira à lui pour l'inciter à ce lever, ce que la Serpentard s'empressa de faire. Le Préfet déposa un tendre baiser sur les lèvres de la semi-vampire avant de la complimenter sur sa tenue. L'Attrapeuse flatta également son cavalier pour les efforts qu'il avait fait. Tout d'eux s'en allèrent ensuite en direction de la Grande Salle, Myosotis tenant le bras que Crépuscule lui avait si gentiment tendu. Les couloirs des cachots étaient déserts, mais à peine étaient ils arrivés dans le hall d'entrée qu'ils durent se mêler à la foule. Aidée par sa petite taille, la Préfète parvint facilement à se faufiler entre les élèves pour arriver au premier rang. Elle n'avait nullement envie de rester en retrait, la vue bouchée par les personnes plus grandes qu'elle. Elle avait tiré son cavalier par la main et ce dernier avait suivit son sillage sans trop de difficulté. Arrivés à destination, les deux Serpentard attendirent comme tout le monde l'ouverture des portes. Crépuscule s'était glissé derrière Myosotis et l'avait enlacée au niveau de la taille avant de déposer de légers bisous dans le creux de son cou. Ce geste eut le don de faire frissonner et sourire la demoiselle. À l'arrivée de la Directrice, le Préfet se redressa, gardant néanmoins sa cavalière dans ses bras. Madame Dragonneau souhaita la bienvenue à ses élèves juste avant que les grandes portes de bois ne s'ouvrent. Une Grande Salle entièrement redécorée s'offrait à eux. Une partie des Professeurs étaient déjà installés à une des tables rondes, sirotant tranquillement une quelconque boisson alcoolisée. Ils accueillirent les élèves en leur souriant avant de retourner à leur sujet de discussion. Un troupeau de filles gloussait tout en admirant leur professeur d'astronomie. Pourtant, celui-ci semblait être nettement plus intéressé par Morgane qui se tenait juste à côté de lui. Crépuscule se trouvait désormais à côté de la noiraude. Il lui prit la main et l'entraina à l'intérieur de la Grande Salle, suivant le mouvement de la masse d'élève qui s'y engouffraient. Une fois que tout le monde eut le temps d'admirer la beauté de ce lieu magique, la Directrice reprit la parole pour annoncer qu'Ash, une Poufsouffle, devait ouvrir le bal en dansant la première valse.

*Mais qu'a-t-elle bien pu faire pour mériter une telle punition ?*

Myosotis n'eut même pas le temps de répondre à sa propre question, car ses yeux se posèrent sur la personne qui allait accompagner Ash. Ce n'était pas un cavalier, mais une cavalière. Et pas n'importe qui : Anastasiya Wolkoff, la Directrice des Serpentard. Ouvrant de grands yeux, les sentiments de la semi-vampire s'embrouillaient dans son esprit. Du dégout, de l'amusement, de l'étonnement, de la jalousie, de la surprise. Son sourire s'était crispé sur son visage et il disparut peu à peu. Serrant la mâchoire, la jeune fille se concentra. Elle était en train de contrôler ses sentiments, pour ne faire ressentir plus que l'un d'entre eux ; l'amusement. Un sourire réapparut, plus détendu que l'ancien. Myosotis se permit même de laisser un petit rire s'échapper d'entre ses lèvres rouges. Pendant ce temps, d'autres couples avaient rejoint la piste de danse, dans un tourbillon de tissu. La Préfète posa ses yeux sur Crépuscule qui, comme d'habitude, avait un visage de marbre. Se sentant observer, le Gardien baissa ses yeux d'un bleu roi envoutant sur sa cavalière et laisser échapper l'un de ses rares sourires. N'attendant pas une seconde de plus, la Préfet se plaça devant Myosotis et l'invita à danser comme la coutume le demandait. Acceptant d'un simple sourire, la demoiselle se laissa entraîner sur la piste. C'est alors que quelque chose la frappa de pleins fouets ; elle n'avait jamais dansé de sa vie. Comment avait-elle fait pour oublier ce « petit » détail ?! S'en voulant à elle-même, elle chercha désespérément du regard quelqu'un qui pourrait la sauver du pétrin dans lequel elle venait de se fourrer. Devait-elle le dire à Crépuscule ? Non... Non, elle ne le ferait pas. Elle n'avait ni envie, ni droit de le faire. Elle avait accepté, maintenant elle devait assumer. Respirant profondément, ses yeux se posèrent sur un couple de septième année qui dansait terriblement bien. Focalisant son attention sur leur pied, elle continuait malgré tout de suivre Crépuscule qui la menait au milieu de la piste. Après quelques instants, elle avait compris de quelle manière il fallait si prendre. Le Gardien s'était arrêté et lui faisait désormais face, un sourire resplendissant inscrit sur son visage. Myosotis le lui rendit tout en posant sa main gauche juste en dessous de l'épaule de Crépuscule et sa main droite dans la main que le jeune homme avait levée. Le jeune homme fit alors le premier pas et tout s'enchaîne extrêmement vite. Les deux Serpentard dansèrent ensemble sans le moindre souci. À les voir ainsi, on aurait pu croire qu'ils avaient fait ça toute leur vie, ce qui n'était pourtant pas le cas de la noiraude qui dansait pour la première fois. On voyait sans trop de peine que Crépuscule s'y connaissait en valse, car il faisait cela d'une façon tellement naturelle ! Aussi étrange que cela puisse paraitre, la demoiselle dansait bien. Très bien. Mieux que certaines filles qui, elles, savaient danser la valse depuis des années. Les yeux émeraude de Myosotis étaient plongés dans le regard bleu roi de Crépuscule. Ils ne faisaient plus qu'un.


Dernière édition par Myosotis (Adjointe) le Mer 21 Jan - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 16 Déc - 17:58

Molly était descendue de la salle commune au bras de James. La blondinette affichait un sourire majestueux. Elle était au bras de son prince, idéal masculin de ce que recherchait la jeune femme depuis tant d'année. James lui apportait la sérénité, le confort et réconfort, l'amour et tant d'autres choses que la Gryffondor n'avait jamais retrouvé depuis que ses biologiques avaient appris qu'elle était une sorcière.
Ils étaient le couple parfait pour la jeune femme.
En arrivant dans le hall, une foule bien dense était déjà formée autour de Mme Dragonneau. Malgré ses escarpins, Molly n'arrivait pas à voir quoi que ce soit. La foule s'était entassée afin d'être les premiers arrivés.

- Soit patiente ma puce...

Un bras autour de la taille de la jeune femme, James venait de lui murmurer ces quelques mots au creux de l'oreille avant de l'embrasser dans le cou.

- T'ai-je dis que je te trouvais sublime ?

La blondinette ne put réprimer un sourire, alors que les portes de chêne s'ouvraient enfin... C'est sous des exclamations que la foule s’engouffra dans la Grande Salle avant de s'arrêter et de s'écarter.

- Mais qu'est ce qui se passe ?

La jeune femme, au bras de son ancien batteur entra alors à son tour, et avait le regard vissé vers le plafond magique. La Directrice et ceux qui avaient participé s'étaient surpassés sans aucun doute. Son regard dévia alors sur le reste de la pièce. Des tables rondes, aux nappes argentées, des chaises à barreaux assorties étaient disposées autour de la piste de danse, et au fond, à la place de l'estrade, une scène avait été aménagée. Les douze sapins trônaient fièrement, et tout ce décors avait éclipsé l'annonce que venait de faire Mme Dragonneau.

C'est alors que Molly vit son Professeur de potion, au bras d'une élève. Elles prenaient place sous les regards de toute la population du château, et se mirent à danser. La blondinette ne put s'empêcher de pouffer, et, voyant d'autres couple s'engager sur la piste, lança un regard plein de malice à James, et l'entraîna avec elle au milieu des autres pour danser à son tour sous les feux des projecteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La grande salle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande salle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Les couloirs-