BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 La grande salle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Mer 22 Avr - 11:11

Maryliss déboucha dans la Grande Salle. Elle se frotta les yeux et bailla... Ses cernes apparentes et son teint pâle indiquaient que sa nuit avait encore été secouée par des cauchemars. La jeune fille recommença à bailler de plus belle. Elle avança vers la table des Serpentard et s'assit sur le banc. Elle entendaient des chuchotements autour d'elle...

"C'est elle qui nous as toutes réveillée en pleine nuit hier ! ", " Elle a l'air vraiment mal en point...", " Elle s'appelle Maryliss c'est ça ?"

Mary soupira, longuement. Si ces filles pensaient être passée inaperçues elles se trompaient... La jeune fille pris un toast et le recouvrit de confiture de fraise. Elle se servit un jus de citrouille puis le sirota lentement. Alors qu'elle allait croquer dans son toast, Mary sentit l'agitation monter dans la Salle. Le courrier arrivait... Une chouette effraie plutôt maigre vola vers elle ; Ylis, la chouette de sa mère. Le volatile laissa tomber la lettre sur le toast de la jeune fille.

* Stupide Chouette ! Tu ne mériterais pas que je te donne à manger ! *    

Maryliss soupira puis à l'aide de quelque mouchoir essuya le papier couvert de confiture de fraise. Elle ouvrit sa lettre et commença à la lire.
Bonjour ma chérie,
J'espère que tu te plais à Poudlard et que tu passes de bons moments. Tu nous manques énormément à la maison. Lucy s'ennuie beaucoup sans toi ; elle parle de toi à longueur de journée et s'imagine ce que tu pourrais faire à Poudlard. Papa lui, est inquiet ; l'idée d'avoir sa petite fille (grande fille pardon !) loin de lui le mets mal à l'aise !
La maison n'est pas pareille sans toi. Elle est vide, silencieuse... Mais cela m'oblige à passer du temps avec Lucy. C'est vrai que comme elle n'a pas de pouvoirs magiques je passe moins de temps avec elle, trop occupée à veiller sur toi.
Mais bon, parlons de Poudlard ! Tu m'as dit que tu avais été envoyée à Serpentard. Cela ne m'étonne pas, c'est la maison parfaite pour toi. Les Serpentard sont malins, rusés, ambitieux, loyaux mais parfois incompris... Comme toi ! C'est étrange car au même âge, le Choixpeau m'a envoyée à Serdaigle ! Puisse l'intelligence de cette maison t'être favorable ! J'espère que tu te plairas dans cette maison.
Maintenant, j'aimerai que tu me parle de tes rêves. En fais - tu plus depuis que tu es à Poudlard ? Arrives - tu à dormir en ce moment ? Cela me fait mal au cœur de te laisser toute seule avec ces maudits rêves... Mais bon, je suis sûre que tu peux t'en sortir seule.
Aurais tu la gentillesse de donner quelque chose à manger à Ylis ? Cette chouette est beaucoup trop maigre...
Je vais maintenant te laisser vaquer à tes occupations.
Passe une bonne journée et écris - moi vite !
Maman


Maryliss posa la lettre de sa mère à côté d'elle. En l'espace d'un instant, elle pensa à son père, sa sœur et sa mère, tout en grignotant son toast. Comme ils lui manquaient.
* Bon dépêche toi Mary, tu vas être en retard aux cours !*
La jeune fille avala les restes de son toast et but son jus de citrouille à longues gorgées avant de partir de la Grande Salle, sa lettre à la main.




2384 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 24 Avr - 20:58

C'était avec une très bonne humeur que j'entrais dans la grande salle : mes cauchemars avaient disparus, j'avais retrouvé le chemin des salles de classe et les beaux jours revenaient. Je ne pouvais imaginer que mon enthousiasme ne puisse être gâché aujourd'hui.

Donc je m'asseyais avec un sourire malicieux que j'avais toujours quand je rêvassais et me servais mon petit déjeuner sans me presser. J'entendais d'ici la voix de mon père résonner dans ma tête depuis mes souvenirs les plus récents que j'avais de lui :

** - Oho ! Jeune fille ! Encore en train de préparer quelque chose ! **

Ce quelque chose étant souvent une nouvelle potion à essayer ou une nouvelle figure acrobatique de vol. Toujours un peu risqué mais amusant et excitant et qui se terminait à coup sûr par maman soignant mes blessures.

Mais cette fois je ne faisais vraiment que réfléchir à certains événements inattendus qui s'étaient produits récemment alors que j'entamais mon chocolat chaud et mes toasts confiturés.

* Je me demande vraiment comment j'ai fais ! Et deux fois en plus ! ... Bon j'ai de la chance que je sois tombé sur deux personnes pas rancunières sinon bonjour les problèmes ! *

- Eh Ria ! Tu penses à moi ?

je sursautais, une fois de plus surprise par Eric, mon préfet de maison, et lui lançais un regard faussement fâché alors qu'il s'installait avec moi avec le même sourire complice que j'avais maintenant.

- Bonjour. Et oui je pense à toi ! Enfin ... A mon dérapage.
- Oh ! Ne t'en fais pas comme ça ! Ca arrive !
- Quoi ? T'en connais beaucoup, toi, des gens qui font des informulés quand ils pètent un plomb ?
- ...
- Bon !

Je reportais mon attention sur le vide en face de moi en croquant dans mon toast sans plus un mot. Mais Eric ne semblait pas vouloir partir et je me tournais encore vers lui avec un air agacé.

- Quoi encore ?
- Rien ... On m'a dit que tu l'avais refait. Si tu comprends le truc et que tu le travail tu pourras y arriver de toi même.
- Mais ... c'est qui "on" ? Et tu crois que je n'essais pas de comprendre ?
- Ria ! Calme toi !

Je lui lançais un regard noir en continuant de manger mais sans pouvoir m'empêcher d'écouter ce qu'il allait me dire.

- Ok ok ! Si tu veux rester agacée ! Mais je veux juste dire que tout le monde n'apprend pas de la même façon. Surtout avec les informulés qui sont difficiles.

Je me radoucis et le préfet le lu sur mon visage à ma façon de le regarder et de me détendre physiquement. Nous nous sourions avant qu'il ne se lève pour repartir et qu'il ne revienne ensuite sur ses pas pour me lancer sur un ton moqueur :

- Au faite ton chéri te cherchait !
- Jack n'est pas ...
- Je ne parlais pas de Hamilton. Mais de mister Loyd.

Eric quitta la grande salle pour de bon en me laissant là avec mes pensées, bien sûr qu'il n'avait pas parlé de Jack puisque cette histoire - ou non histoire - datait de plusieurs mois déjà et j'avais été bien idiote d'y repenser. Et Jérémy ? Pourquoi me cherchait-il ? Nous n'étions pas vraiment amis même si j'étais assez proche de son amie à lui, Polly.

* Bah ! Il doit chercher Polly ! Voilà ! *

Retrouvant ma sérénité je me remis à sourire doucement, à la manière des Lester en pleines réflexions ... Ou peut être même en pleine préparation d'un projet.



rp unique
2476 caractères validé par Molly


Dernière édition par Victoria Lester le Ven 24 Avr - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 26 Avr - 15:56

La vie de la jeune Serenna était bien étrange depuis le décès de sa chère maman. Elle vivait tel un fantôme jusqu’à cette soirée où la jeune fille c’était en quelque sorte réveillée. Malheureusement, c’était la colère qui faisait avancer Serenna. Molly, la Gryffondor de sixième année était l’auteur de cet éveil. La jeune Serpentard se demandait comment une élève sérieuse pouvait basculer dans une méchanceté gratuite aussi rapidement. Molly l’avait surprise et vraiment énervée. Serenna avait donc commencé sa journée en repensant à toute cette agitation de fin d’année.
Elle pensait aussi à Kalis et à Rory. Les deux avaient été directement touchés et ça Serenna ne le supportait pas.
En arrivant dans la grande salle, après avoir parcouru de multiple fois les couloirs de Poudlard, la Serpentard mit ses mains à l’intérieur de sa cape à la recherche de chaleur. Cependant un incident vint retenir son attention. Alors qu’elle avançait vers la table de sa maison, Serenna se rendit compte qu’elle n’avait pas sa baguette.
Il était très très rare que la jeune fille n’ait pas sa baguette sur elle. Elle était comme son arme de protection en cas de problèmes. La jeune fille devint blanche et se mit à paniquer. Elle fouilla alors dans toutes les poches de sa cape mais en vain. Elle renversa alors le contenu de son sac en plein milieu de la grande salle à la recherche de sa baguette. Malheureusement la jeune fille ne trouva rien. Quelques regards emplis d’une curiosité malsaine vinrent se fixer sur la Serpentard. Elle releva la tête et leur lança un regard noir.

*Quoi ?! Qu’est ce qu’ils peuvent m’énerver ! Retournez à vos occupations*

Serenna rangea toutes ses affaires avant de s’asseoir à la table de sa maison.
*Mais qu’est ce que j’en ai fait ? Si j’apprends que quelqu’un me l’a volée il s’en mordra les doigts !*

La jeune Serpentard reprit des couleurs et se mit à réfléchir à tous les endroits qu’elle avait parcouru depuis la dernière fois qu’elle avait utilisé sa baguette magique. De morgues minutes s’écoulèrent. Depuis quelques temps elle passait ses journées à déambuler dans les couloirs et extérieurs du châteaux sans s’en rendre réellement compte, alors se rappeler de l’endroit exact où elle avait laissé sa baguette allait être long et fastidieux. De plus, une voix vint perturber et stopper les recherches de la jeune fille. Un Serpentard qu’elle connaissait bien vint l’interrompre le fil de ses pensées.

-Serenna tu vas bien ? Tu a l’air ailleurs ?
La jeune fille ne répondit pas.

-Serenna ?
Enfin sur un ton sec elle répondit au jeune homme du nom de Kai.

-Quoi ?
-Tu as l’air pensive. Tu as perdu quelque chose ?
-ça te regarde ? Non ! Alors laisse moi… Elle le regarda et lui fit un de ses sourires hypocrites. S’il te plait.
-… Tu ne vas quand même pas m’en vouloir toute ta vie.
-Mais qu’est ce que tu dis ?
-Je pensais que..
-Mais non, là j’ai perdu un truc et j’essaie de me souvenir de l’endroit où j’aurais pu la mettre. Et… il me faut de la concentration. Merci.
Il soupira.

-Je peux peut-être t’aider.
-Non c’est bon merci je peux me débrouiller toute seule.
Le jeune homme n’insista pas plus et rejoignit sa bande d’amis.
Serenna se replongea dans ses recherches avant de sortir de la grande salle.



(Rp unique)
2599 Caractères validé par Molly


Dernière édition par Serenna le Dim 26 Avr - 16:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Mer 29 Avr - 17:27

Serenna avait passé une bonne partie de la journée dans la grande salle à ne rien faire. Kalis l'avait rejoint à l'heure du déjeuné et semblait impatient de retrouver son chéri. La jeune Serpentard était tellement heureuse qu'ils se soient trouvés.
Dès l'arrivée de Rory, un sourire béat s'affichait sur le visage de Kalis. Il semblait tellement heureux. Serenna resta là à les regarder sans même penser à manger.

*le bonheur touche enfin Kalis*

Mais une interrogation vint interrompre le cours des pensées de Serenna.
- Bon, j'ai un truc à vous proposer... Je vous en voudrais pas si vous refusez, mais il faut absolument que je fasse des recherches à la bibliothèque... dans la Réserve. Aucun prof ne voudra comprendre ni me donner une autorisation, alors il va falloir que j'y aille en douce. Partants ?

Kalis accepta instantanément. Puis tous les regards se tournaient sur Serenna.
- On y va ?

Elle se mit à sourire.
-Bien sûr qu'on y va, quelle question ! Ayant déjà voulu y entrer je peux vous dire que les autorisations sont presque impossibles à obtenir...

*Ils doivent cacher de merveilleux livres ayant comme contenu des sujets tous plus intéressants les uns que les autres *

Serenna jeta un coup d'oeil autour d'elle en essayant de paraitre normal aux yeux de tous. Elle vit Kai et ses amis les regarder avec interrogation. Serenna leur fit alors un sourire. Ils continuèrent à manger sans prendre en compte la conversation inaudible des trois élèves. Puis la jeune fille reprit la parole en souriant.
-Alors quel est le plan ?



1222 caractères validé par Molly
Rory 0099ff
Kalis #00cc00
Serenna #006600
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Jeu 30 Avr - 14:27

- J'en sais trop rien... Je pense que le mieux et d'y aller un vendredi ou un samedi soir... On aura l'air moins louches qu'en soir de semaine, vu que pas mal d'autres décideront sûrement de sortir eux aussi après le couvre-feu... Évidemment les préfets le savent et seront de sortie. Mais si on y va un peu avant l'heure fatidique, ils auront plus de chance de choper les autres pendant qu'on sera dans la réserve, et par conséquent, ils seront occupés au moment où on décidera de sortir. Faudra aussi qu'on se mette d'accord sur une histoire à raconter au cas où on se ferait prendre. C'est pas infaillible, c'est sûr, mais c'est tout ce que j'ai de mieux à proposer pour l'instant. Si vous avez une objection ou une meilleure idée...

Serenna écouta avec attention son ami Rory. Elle comprit alors que cette idée d'aller dans la réserve lui trottait dans la tête depuis quelques temps. Il avait presque tout prévu. La seule chose qu'on ne pouvait prévoir était la présence ou non d'un préfet dans les couloirs. Il devenait donc évident de commencer à agir juste avant l'heure du couvre feu afin de ne pas trop éveiller les soupçons. Cependant il fallait être prudent. Les tableaux communiquent entre eux dans le monde magique. Elle regarda alors Kalis et Rory avant de prendre la parole.

-Cela me semble plutôt correct comme plan. Un sourire se dessina sur son visage. Mais nous ne pouvons prévoir ce qui n'est prévisible. Cependant nous sommes trois, un nombre plutôt intéressant quand il s'agit de mettre au point ce genre de plan. Je propose donc que nous nous séparions au moment d'entrer dans la réserve. En exemple vous pourriez y aller tous les deux pendant que je surveillerais. Ensuite je vous rejoindrais. Si besoin je peux prendre mon hibou. Il est très malin et pourrait nous signaler le moindre mouvement nous mettant en danger.
Serenna fit une pause et continua.
Quant à l'histoire à raconter j'ai une idée, peut-être pas infaillible non plus mais elle peut fonctionner. Comme vous avez déjà eu de gros problèmes avec la direction je pourrais leur dire qu'il s'agissait de mon idée, ensuite je leur raconterais une histoire qui expliquerait mon envie de trouver un livre présent dans la réserve. Je pourrais donc leur dire que j'avais besoin de votre présence.
Je ne suis pas sûre d'être claire mais demandez moi si vous ne comprenez pas ce à quoi je pense.


Serenna les regarda attentivement afin de déceler une quelconque interrogation et attendit une réaction.


1973 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Sam 2 Mai - 17:17

Serenna ne pensait pas cette réaction venant de ses amis. Elle pensait qu'elle réussirait à les convaincre afin qu'ils n'aient pas trop de problèmes mais aucun d'entre eux ne semblaient être d'accord pour que la jeune fille prenne toute la responsabilité en cas de problème. Elle les écouta alors chacun à leur tour lui expliquer qu'ils ne la laisseraient pas et que dans tous les cas les préfets ne la croiraient pas. Ce qui était surement vrai.
Cependant l'idée de faire venir nos animaux restait. Ainsi le Chat et le Loup de ses deux amis viendraient accompagner le Hiboux de Serenna.
Après quelques minutes de construction du plan nous en vînmes au jour précis de l'action. Rory proposa d'agir le lendemain, ce qui semblait convenir à Kalis. Serenna acquiesça afin de montrer son accord. Le plan allait enfin prendre forme.
Serenna espérait que tout se passerait bien. Elle espérait que le projet ultime de Rory ne le ferait changer en rien.
Certes elle ne le connaissait pas depuis longtemps mais Rory c'était affirmé dans le duo que formait Kalis et Serenna. Ils étaient presque devenu un trio infernal  la recherche de sensation fortes pour palier leur vie bien triste et monotone.
Revenant à ses esprits, la jeune Serpentard regarda autour d'elle comme pour surveiller les regards malveillants qui pourraient se poster sur les trois amis.
AU début elle ne vit personne mais à force d'observer les autres élèves, Serenna se rendit compte que les trois réveillaient la curiosité malsaines de certains. Elle vit un groupe de Serpentard qu'elle connaissait les regarder. Elle interrompra alors ses amis et leur chuchota.

-Rory, Kalis, il va falloir qu'on soit encore plus discret jusqu'à demain. Je propose que l'on communique par Hibou ou en se donnant rendez-vous dans des endroits peu fréquenter si problème, nous sommes observé.. et avec la réputation que l'on a le complot vient très vite aux esprits des gens.
Serenna jeta un léger coup d'oeil vers le groupe de Serpentard.
Je vais donc partir pour ne pas éveiller plus de soupçons que cela. Si besoin je vais dans la salle commune.

La jeune fille adressa un sourire à ses deux amis avant de prendre une pomme et de s'éclipser discrètement de la grande salle.


1792 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 10 Mai - 0:27

Je m’étais réveillée tôt ce matin comme si une partie de mon inconscience s’était écriée « On est le 10 mai  2031, Roxane. Tu as seize ans aujourd’hui ! ». J’avais ouvert les yeux sans aucun souvenir de rêve ni même de m’être endormie. Un large sourire c’était affiché sur mon visage. J’avais toujours cru que les anniversaires étaient des jours importants, pas temps par leur utilité en elle-même mais plus tôt par leur symbolique. Oui, j’aimais qu’on me souhaite mon anniversaire. J’aimais penser que je comptais assez pour quelqu’un pour qu’ils prennent la peine d’y penser. *Fêter la vie.* On ne pouvait pas savoir ce que l’avenir nous réservait, si on serait là demain  –à moins d’être devin, mais ce n’est pas vraiment la question–. Et peu être que c’était une bonne chose : *A quoi bon finir de lire un livre si on connait déjà la fin ?* Alors oui, j’étais sure que cette fête était importante.

Je m’étais habillée avec une jupe légère gris perle et un chemisée bleu clair. J’avais décidé de laisser de coté mon uniforme Gryffondor. Après tout nous étions dimanche et je pouvais me vêtir comme bon me semblait. J’attachai mes cheveux en une queue de cheval pour dégager mon visage comme ma mère aimait. En je regardant dans le miroir je pus presque la voir derrière moi en train de me tenir par l’épaule et me chuchoter qu’elle me trop jolie. Je souris : ces moments de complicités avec mes parents rien ne pouvait les faire disparaitre.
Je descendais les escaliers et traversai les couloirs qui séparaient la Tour Gryffondor  et la Grande Salle. La pièce presque vide. Un groupe de Serpentard discutait à leur table, une Poufsouffle déjeunait seule et un chat tigré trainait dans les parages. Je m’assis sur le banc des Rouge et Or et choisis un bol de céréales. Je me souvins que ma mère me préparait des crêpes les matins de mes anniversaires. J’en pris une en l’honneur de sa tradition. Je me plongeais dans les souvenirs quand j’entendis le bruit caractéristique de la livraison du courrier.

Des centaines de hululements d'oiseaux envahirent la salle pour trouver le destinataire de leur chargement. Je vis des lettres tomber en direction de la table des Serpentard. Je scrutais le plafond invisible qui laissait voir un ciel sombre et orageux, en l’attente de voir un hibou familier. Soudain je vis le Grand Duc  qui m’apportait souvent mon courrier.  Il portait un paquet de taille moyenne entre les serres acérées. Il vint se poser sur la table rouge et or, vide et poussa le paquet dans ma direction. Je lui caressai la tête et lui offris du miam-hibou.  Il s’envola dans un petit hululement satisfait.

Je me penchai vers mon cadeau ; une lettre était ficelée dessus. Je l’ouvris et des petits feux d’artifices explosèrent dans une joyeuse musique. Je sentis le regard des Serpentard se poser sur moi mais je n’y fis pas attention. *Papa…* Je souris, bien entendu mes parents n’avaient pas oublié mon anniversaire.  Je dépliai la lettre et me mis à lire la belle écriture de ma mère :


Ma chérie,

Déjà seize que tu es venue au monde mais il me semble que c’était hier, quand tu étais un tout petit bébé qui demandait toute notre attention. Aujourd’hui tu as bien grandi, tu n’a plus autant besoin de nous. Tu es même partie vivre loin. Tu n’es plus mon bébé mais tu restes ma fille chérie.

Seize ans. Je me souviens de moi à ton âge : j’étais excité comme une puce à cette nouvelle. Mes parents n’avais toujours dit que c’était une étape. C’était l’ancienne majorité, celle de leur époque avant que la Roumanie adopte l’âge de dix-sept ans comme les autres pays d’Europe. C’est à cet âge que tu quittes l’enfance. Pour symboliser ce passage, on avait une tradition ancestrale dans la famille ; c’est le cadeau que je te fais aujourd’hui. Ma mère qui le tenait de sa mère m’a offert le même à ton âge. Elle disait qu’on pouvait remonter loin les générations des propriétaires de ce cadeau. J’espère que tu la passeras à ta première fille comme le veux la tradition. Maintenant fini le suspense. Ouvre-le.


 Je m’emparais du paquet et décollai les bords délicatement à l’aide de ma baguette. J’avais toujours aimé faire durer l’attente en prenant soin de ne pas déchirer le papier. Mon père riait en me voyant faire mais ma mère rabâchait qu’elle faisait pareil quand elle était petite. *Je lui ressemble bien plus que je ne le crois.* Au bout d’une trentaine de secondes j’aperçus un pant de tissu. J’ouvris le paquet un peu plus grand. A l’intérieur reposait une robe magnifique. J’avançai mon bras pour touché l’étoffe douce et brillante. Je pouvais dire sans me tromper qu’elle était en soie.  Je la dépliai et la mis devant  moi comme si je la portais. Je tournai sur moi-même pour admirer sa légèreté. Sa couleur bleu foncé jouait avec la luminosité du tissu pour donner l’impression d’une nuit profonde à demi éclairée pas la lune. Au niveau de la taille le tissu se resserrait vers une pièce en argent qui illuminait toute le vêtement. Les épaules était brodées de la même couleur que le tissu et venait s’accrocher au reste en formant un col carré. Cette robe était époustouflante. Une vague de fierté m’envahit. *Elle m’appartient.* Je la contemplai encore quelques instants et me rassis. Les Serpentard ne m’avaient pas quittée des yeux mais je m’en fichais éperdument.  *Voilà mon le cadeau familiale. La plus belle robe qui ne m’ait jamais appartenue.*


J’allais la reposer dans le paquet que je remarquai un étrange collier qui devait se trouver sous la robe tout à l’heure. Je laissai la tenue sur le banc et l’intéressai au bijou.  La chaine en or était assez simple mais le pendentif m’intriguait. C’était une sorte de retourneur de temps comme on avait pu les voir des les livres sauf qu’en son centre flottait un objet comme s’il se fichait de la gravité. Je l’inspectai de plus près… c’était une écaille d’Opaloeil. *Le plus beau dragon qui n’ait jamais existé !* J’avais toujours rêvé de rencontrer ces géants magnifiques. A la Réserve on en parlait comme des dieux, des légendes vivantes. J’eus le souffle coupé. On décrivait leurs écailles nacré et iridescente. Je la montai à la lumière. *Ce n’est pas qu’une légende…* J’étais stupéfaite de l’incroyable beauté de mes cadeaux. Je passai le collier autour de mon cou me promettant de le porter en permanence.

*Comment ma mère a fait pour ne jamais me parler de ces parures familiales ? Voulait-elle garder le secret jusqu’au bout, pour que je suis époustouflée ? En tout cas l’effet était réussi.* Ma famille maternelle vivait depuis très longtemps dans la Réserve de dragons de Roumanie et je me demandais depuis quand remontait cette tradition et quelle bête avait bien du fournir une telle écaille. Je me mis à penser à mes ancêtres. * A quoi ressemblaient-ils ? Quelle vie avaient-ils menée ?* Un frisson de bonheur et de mystère me parcourut.

Quelques instants plus tard je me retournai vers la porte d’entré et vis Ria entrer Je lui adressai un grand sourire.

rp avec Ria (Amy et Lune si elles veulent)
5579 caractères validé par Molly


Dernière édition par Roxane Miccurea Finnigan le Dim 10 Mai - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 10 Mai - 11:24

Ce matin là, étant sur le point de quitter ma salle commune pour aller déjeuner, j'avais cette affreuse impression d'avoir manqué quelque chose. Quelque chose dont je n'avais cessé de me dire de ne surtout pas oublier depuis deux jours. En lien avec le dernier courrier que Ginny m'avait envoyée avec un colis. Je tournais en rond dans la salle commune et n'arrêtais pas de faire des allers et retours entre la porte d'entrée et celle de mon dortoir, en croyant toutes les 30 secondes m'être rappelé quoi.

* Ah mais oui !!! Voilà !!! *

Je courus dans mon dortoir pour aller chercher un paquet dans ma penderie et vérifiais pour la dixième fois au moins que tout était là. J'avais peur que ça n'aille pas mais le meilleur moyen de le savoir était encore de se jeter à l'eau.

Sans perdre plus de temps je sortais en courant de ma salle commune et rejoignais la grande salle avec mon paquet sous le bras. J'affichais un grand sourire, ayant hâte de voir le résultat de ma petite surprise. Malheureusement je n'avais rien pu acheter de neuf, et ce paquet mystère n'était que de la récupération.

* J'espère qu'elle comprendra. Et puis comme on dit, c'est l'intention qui compte *

Je repérais bien vite Roxane, lui fis un coucou de la main, et trottinais jusqu'à elle sous quelques regards désapprobateurs de mes  camarades de maisons. N'y faisant pas plus attention que ça je me jetais sur mon amie pour une étreinte chaleureuse dès que j'arrivais à sa hauteur :

- Bon anniversaaaiiire Roxyyy !!!

Nous eûmes droit à de nouveaux regards noirs que je fis disparaître avec un de mes regards de travers dont j'avais le secret depuis mes 8 ans. Encore une preuve que je retrouvais mon caractère d'avant, mais pour l'heure, ce n'était pas important. Je lâchais la Gryffondor et lui souriais encore de toutes mes dents en cachant le paquet dans mon dos pour la faire trépigner d'impatience. Ce qui fonctionna à merveille.

- Tu as quelque chose pour moi ?
- Non pourquoi ?
- Aller ! Donne le moi !

Souriant malicieusement je remarquais un autre paquet sur le banc, avec une robe d'une belle étoffe, et un magnifique bijou à son cou. Je reconnus sans mal une écaille nacrée de mon dragon préféré dans une très belle reproduction de retourneur de temps.

- Ouha ! Il est super ton cadeau Roxy ! Ça vient bien d'un Opaloeil ?

Roxane acquiesçait avec un air fier et tendis les bras pour avoir son cadeau d'anniversaire de ma part. Oui, mais après avoir vu le beau bijou accroché à son cou j'avais honte des miens, qui ne rivalisait certainement pas avec mes présents. J'hésitais mais finis par lui donner mon paquet improvisé.

- Excuse moi, il est même pas emballé … Bon anniversaire quand-même.

J'avais fais avec les moyens du bord, m'aidant de Ginny pour m'envoyer tout ça par grand duc postal. Et je regardais maintenant mon amie de 16 ans sortir du sac : une dédicace de Harry sur une photo simple … Une autre de Ginny sur une photo d'elle prenant la pose avec les Harpies de Holyhead … Un grimoire élimé sur de vieux récits datant du moyen âge sur les dragons … Et pour finir un jeu de société de quidditch. Je jetais un énième regard gêné à la Gryffondor en justifiant le choix de mes cadeaux.

- Désolée j'avais pas trop les moyens … Mais je me rattraperais la prochaine fois !!! Les dédicaces je pensais que ça te ferait plaisir comme on en a parlé une fois. Et le livre était à ma mère. Il n'y que le jeu qui est neuf.

* Tout mon argent de poche y est passé *

J'attendais de voir comment elle allait réagir, nerveuse comme quelqu'un qui aurait fait une bêtise. Dans ce cas là, une erreur de cadeau pour un anniversaire.

2827 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 10 Mai - 13:37

- Bon anniversaaaiiire Roxyyy !!! lança Ria en m’étreignant.

Des regards noirs fusèrent de toutes parts. *Quoi ? Ils sont jaloux que leurs amis ne pensent pas à leur anniversaire ?* Je me désintéressais finalement d’eux pour me ré-concentrer sur ce qui intéressait réellement. Ria m’avait lâchée et étalait un sourire malicieux sur son visage. Elle cachait un objet derrière son dos. *Un cadeau ?* Je souris à mon tour et lui lançai :
- Tu as quelque chose pour moi ?

Je lui fis un de mes plus beaux sourires celui où je laissai apparaître mes deux grandes fossettes de part et d’autre de mon visage. La Poufsouffle nia, sans réelle intention de me le faire croire. Je le jetai sur elle pour essayer d’attraper la chose qu’elle tenait dans sa main. Mais Ria était debout et j’étais assise ; il lui était facile de m’empêcher de l’atteindre.  Finalement je pris une fausse bouille triste et lui dit d’un air suppliant :
- Aller ! Donne le moi !

Ria n’en fit rien et je fis semblant de m’offenser. Surement pour détourner la conversation, elle s’intéressa aux cadeaux que j’avais reçus de mes parents. La robe bleue était toujours posée sur le banc et le collier trônait fièrement autour de mon cou. La Poufsouffle s’enthousiasma en complimentant mes cadeaux. Elle remarqua même que l’écaille venait d’un Opaloeil. J’acquiesçai à son sens de l’observation. Cependant je n’avais pas oublié qu’elle cachait quelque chose dans son dos.  Je tendis le bras dans sa direction, en lançant un sourire malicieux. Les autres élèves de la salle devaient nous prendre pour des gamines mais je m’en fichais éperdument.  

- Excuse moi, il est même pas emballé … Bon anniversaire quand-même.

Je lui souris pour montrer qu’il n’y avait rien de grave. Je lançai :
- Tu sais dans un cadeau d’important ce n’est pas trop le papier qu’il y a dessus mais plutôt ce qu’il y a dedans.

Je me tus car Ria me montra enfin mon cadeau. Ou devrais-je dire mes cadeaux ! Je n’en avais pas attendus autant de sa part. C’est vrai que j’aurais été déçue qu’elle ne m’apporte rien mais là… là… j’étais gâtée. Il y avait une dédicace d’Harry Potter et une autre de sa femme. Bien sûr comme tout le monde je les voyais comme des héros, mais ce n’est pas tant la dédicace en elle-même qui me faisait plaisir. Je savais que Ria n’aimait pas qu’on sache pour son secret. Par ce cadeau elle m’offrait une petite partie de son histoire qu’elle voulait bien partagé avec moi.
Mais ce n’étais pas tout, il y avait aussi un vieux grimoire sur les dragons. Une relique en soit qui avait traversé les âges et qui traitait de mon sujet favori. Et en dernier un magnifique jeu de société sur le Quidditch dont j’avais hâte d’apprendre les règles. J’étais comblée.

Ria me lançai un regard inquiet comme quelqu’un pris en faute. Puis elle prit la parole :
- Désolée j'avais pas trop les moyens … Mais je me rattraperais la prochaine fois !!! Les dédicaces je pensais que ça te ferait plaisir comme on en a parlé une fois. Et le livre était à ma mère. Il n'y que le jeu qui est neuf.

Sans attendre la fin de sa réplique je me jetai dans ses bras pour lui témoigner mon affection. Je ne savais pas de quoi elle avait eu peur mais il n’y avait pas de raison. Sans la lâcher je lui dis :
- Il ne fallait pas ! tu en as fait beaucoup trop ! Le livre de ta mère en plus ! Je sais combien il doit compter pour toi… Vraiment merci je suis super heureuse !

Je la lâchai finalement, m’assis de nouveau sur le banc et poussai ma robe pour lui faire une place. Je n’arrivai pas à enlever ce sourire satisfait de mes lèvres. *Décidément cette journée s’annonce parfaite !* Je ne vis pas un petit hibou entrer dans la pièce et laisser tomber un lettre qui finit sa course sur ma tête. *Qu’est-ce que… ?* J’attrapai l’enveloppe et la déchirait. Je reconnus tout de suite l’écriture de Charlie.

Je me retournai vers Ria qui elle aussi semblait intriguée.
- Ça vient de ton oncle roumain, lui lançai-je.

J’en revins à ma lettre sans faire plus attention à la réaction de la Jaune de Noire. Je traduisis le roumain en anglais pour qu’elle puisse comprendre.


Miccurea,


On m’a dit que tu avais seize ans aujourd’hui, -par on j’entends, mon calendrier bien entendu.- Alors je t’envoyais cette lettre  pour te souhaitais un joyeux anniversaire. Comme tu l’as surement déjà remarquer je ne joins pas vraiment de cadeau à ce courrier car celui que je compte de faire et immatériel.


Comme tu l’as dit dans un de tes lettres tu étais amie avec ma nièce d’adoption Victoria Lester. – D’ailleurs, passes-lui le bonjour de la part –. Alors voilà alors mon cadeau sera de convainque ma très chère petite sœur de me laisser la garde de sa fille adoptive pendant une ou deux semaines, histoire que vous vous voyiez pendant les vacances. Elle m’a toujours dit qu’elle rêver de votre la Reserve alors c’est l’occasion.  


J’espère que mon cadeau te fait plaisir.
Je t’embrasse.
Charlie W.


Je me retournai vers Ria en attendant sa réaction.


3931 caractères validé par Molly


Dernière édition par Roxane Miccurea Finnigan le Dim 10 Mai - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 10 Mai - 14:31

Après mes explications gênées je fus surprise et soulagée quand Roxy se jeta à mon cou. Je refermais mes bras sur elle alors qu'elle me confia ses pensées.

- Il ne fallait pas ! Tu en as fait beaucoup trop ! Le livre de ta mère en plus ! Je sais combien il doit compter pour toi… Vraiment merci je suis super heureuse !

* Moi aussi je suis heureuse ... Vraiment. *

- Je suis contente que ça te plaise.

Ensuite nous nous lâchions et je m'installais à coté de mon amie qui me fit une place, débarrassant le banc de l'autre paquet. Elle resplendissait de bonheur et j'étais fière d'y avoir un peu contribué, et j'ajoutais avec un sourire amusé :

- Et ne t'inquiète pas pour le livre, il devrait plus t'intéresser qu'à moi. J'ai encore une grosse collection de livres de potions de maman dans mon coffre à Gringotts.

Mais la jeune fille ne me répondis pas, son attention étant attiré ailleurs. Une autre lettre venait de lui tomber sur la tête et me fit rire doucement avant qu'elle ne l'ouvre. Bien sûr avec son anniversaire elle l'allait pas arrêter de recevoir des hiboux toute la journée. Roxy se tourna une seconde vers moi pour me dire de qui ça venait.

* Mon oncle ?! ... Roumain ?? ... J'ai pas ... *

Mes pensées furent interrompues par mon amie qui se mit à lire sa lettre et très vite je compris qu'elle parlais de Charlie, le second de la fratrie Weasley, qui travaillait avec les parents de cette dernière. Je me penchais sur Roxy pour lire moi aussi la missive mais je ne compris un traitre mot de ce qui était écrit. Je comprenais pourquoi elle me lisait sa lettre directement.

Et le contenu me surprit assez, j'avais du mal à croire que Roxy avait parlée de moi à Charlie. Charlie que je voyais rarement, au moment des fêtes de famille. Et, il était vrai, que je tannais à chaque fois pour aller voir la réserve. J'avais aussi du mal à croire qu'il acceptait enfin d'affronter une autre sorte de dragon : Ginny, qui avait toujours refusée que je m'éloigne si loin de la maison.

Mais aujourd'hui j'allais beaucoup mieux, j'avais des amies formidables, je me sentais plus forte et surtout en paix avec la perte de papa et maman. J'étais sûr que Ginny me laisserait partir en Roumanie cette fois et je cria de joie à l'idée de voir la réserve et de passer une partie de l'été avec ma chère Roxane.

Une fois de plus nos voisins de table nous fusillèrent du regard et je plaquais ma main sur ma bouche pour me taire. La minute suivante je regardais Roxy et nous éclations de rire toutes les deux.

1945 caractères validé par Molly


Dernière édition par Victoria Lester le Lun 11 Mai - 22:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 10 Mai - 21:23

Amy s'était levée tôt ce matin la. En effet, elle savait que le dix mai serait un jour spécial, celui de l'anniversaire de Roxane. Cela faisait à peu près une semaine que la jeune fille cherchait un cadeau pour son amie en prévention de ce jours. Mais, n'ayant pas d'idées, elle décida plutôt de lui écrire un texte. Oui un texte. Cela pouvais paraitre stupide, mais Amy se disait que des mots étaient plus forts que n'importe quels bibelots qu'elle pourrait acheter, vu son budget extrêmement réduit.
Ce fut donc soucieuse de savoir si ses ébauches d'écritures avaient touchées à leurs but,  qu'elle se dirigeât vers la grande salle. Roxane et Victoria étaient déjà présentes, en train de bavarder sur un sujet dont Amy ne chercha pas à connaitre la nature. En effet, elle arriva discrètement vers son amie de Gryffondor, afin de la prendre par surprise,  et la serra dans ses bras:


-Joyeux anniversaire !

Lui dit-elle, tout sourire. La jeune Poufsouffle sorti un parchemin neuf sur lequel elle avait écrit de sa fine écriture les mots destinés à son amie. Elle y avait notée a peu près ceci:


Chère Roxane,
Ne sachant pas quoi t'acheter (honte à moi...) j'ai donc écrit un texte (quoiqu'assez court) afin de te souhaiter un bon anniversaire. En effet, pour moi, la force des mots me semble être  un flot irrésistible de  pensées gorgées de pureté qui, à peine effleurées, me mènent jusqu'aux étoiles. J'espère que c'est la même chose de ton côté.
Je sais bien que mon avis compte peu, mais je tenais tout de même à te le faire partager.
Aucune lueur ne subsiste dans l'obscurité, si ce n'est celle de l'âme, si celle ci est claire.Et ton âme l'est. Pour la simple et bonne raison que tu es mon amie.
Ça parait n'être rien, mais c'est déjà énorme pour moi.
Je t'aime fort ma belle et te souhaite un bon anniversaire.
Amy


Anxieuse, elle attendit que son amie ai terminée sa lecture, et tentait d'anticiper sa réaction.  

                                             
                                                                                                        1500 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 11 Mai - 20:45

En ce dimanche matin de mai, Lune s'était réveillée avec le chant des oiseaux. La plupart des filles de son dortoirs étaient encore endormies. La jeune gryffondor s'habilla avec un jeans léger, un t-shirt à manches courtes et un gilet turquoise.

C'est en se disant qu'elle pourrait sortir dans le parc cet après-midi, qu'elle se dirigea vers la grande salle, pour prendre son petit-déjeuner. Du haut des escaliers du hall d'entrée, Lune vit passer Victoria, qui courait vers la grande salle. Elle était sur le point de l'interpeller quand elle vit que la poufsouffle portait un paquet sous le bras.

*Tiens, mais qu'est-ce que c'est ? On dirait un cadeau… d'anniversaire ? Mais de qui ? *

Soudain, Lune plaqua sa main sur sa bouche. Aujourd'hui, c'était l'anniversaire de Roxane !

*Hoo, et moi qui ai complétement oublié. En plus, Ria me l'avait rappelé, il y a quelques jours. Et, je n'ai pas prévu de cadeau !! Hooo, qu'est-ce que je suis une mauvaise amie ! Même pas capable de se rappeler de l'anniversaire de ses amies...*

Lune, son sourire ayant disparu, retourna rapidement dans son dortoir.

*Il faut que je trouve quelque chose… Un truc à moi, que je pourrais lui donner… hum, réfléchissons. Un livre, j'en ai plein. Je ne sais pas si Roxy aime les livres. *

Tout en réfléchissant, la jeune fille fouillait sa malle et passait en revue tous les livres qu'elle possédait.

*Le quidditch à travers les âges ? C'est n'est pas mal. Elle joue au quidditch. Le seul problème est que elle l'a déjà sans doute et en plus, j'aimerais le garder…*

Après quelques minutes, Lune tomba sur le livre à offrir.

* « Le meurtre de Roger Ackroyd » d'Agatha Christie. Un livre moldu que m'avait offert mon grand-père. Juste avant qu'il meure… Non, ne pense pas à ça ! *

Lune chassa ces pensées de sa tête et se releva. Elle n'avait pas d'emballage… Finalement, elle mit le roman dans un vulgaire sac, et après réflexion, y ajouta quelques choco-grenouilles.

Elle se dépêcha ensuite de rejoindre ses amies dans la grande salle.

En passant, les deux grandes portes de bois, Lune vit que Roxane était avec Amy et Ria, à la table des Gryffons. Des paquets cadeaux gisaient, vides sur la table et les trois jeunes filles riaient, discutaient et s'esclaffaient, comme des meilleures amies. Lune regarda son sac, au bout de son bras. Elle regarda les trois jeunes filles de quatrième et sixième année, qui s'entendaient si bien. Et petit à petit une boule se forma dans la gorge de Lune et elle eut envie de faire demi-tour et de courir le plus loin possible de ces trois jeunes filles, ses amies. Le dernier mot avait du mal à passer. La deuxième année, vit, pour la première fois le si grand écart d'âge entre elle et les filles. Elle comprit que jamais, celles-ci ne pourraient la considérer comme une véritable amie. Elle resterait toujours, « la gentille petite sœur, sur qui il faut veiller »

Lune avait envie de s'enfuir, mais une des filles l'avait déjà vue. Elle ne pouvait plus faire demi-tour. Elle se força donc à avancer et essaya de sourire, mais, elle savait que son sourire n'était pas assez naturel. Elle fit un effort, pour Roxane. Pour ne pas trop gâcher sa journée d'anniversaire.

-Joyeux aniversaire Roxy !!, fit-elle, essayant de se débarasser de la boule dans sa gorge.

Lune ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit. Elle tendit donc son cadeau à Roxane. Pendant que celle-ci regardait dans son sac, la jeune gryffondor regarda les cadeaux déjà sur la table. Une robe magnifique, un livre, un bijoux, de nombreuses lettres, et encore d'autres choses.

Ria et Amy, ne semblait pas avoir oublié l'anniversaire de leur amie, elle. Elle étaient des amies loyales et dignes. Lune ne pouvait pas en dire autant d'elle. Elle releva les yeux, honteuse. Roxane était en train de déballer le cadeau. Elle regarda à l'intérieur et une lueur de surprise apparut dans ses yeux, sembla-t-il à Lune.

A ce moment-là, elle se sentit mal. Elle avait besoin de respirer. Elle avait l'impression que si elle restait là, une minute de plus, dans ce silence oppressant qui avait envahi le petit groupe à son arrivée, elle allait s'évanouir. Lune bafouilla quelques mots, avant de se sauver.

-Je suis … désolée Roxane, vraiment désolée… Il faut que.. que j'y aille…

Et elle courut vers la sortie, avant que les filles aie le temps de la retenir.

 #cc0000
Suite au cercle de pierre

3375 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 11 Mai - 22:52

Amy arriva quelques minutes après la lettre de Charlie. Elle non plus n’avait pas oublié mon anniversaire. *Ah, je les adore ces filles !*. Elle avança à grand pas dans notre direction et arriva à notre hauteur.
-Joyeux anniversaire ! dit-elle en souriant.

Je lui souris à mon tour en prenant la lettre qu’elle me tendait. Je déchirais délicatement l’enveloppe et lus la lettre qui m’était adressée. *Ne sachant pas quoi t'acheter (honte à moi...)… Il ne faut pas… la force des mots me semble être  un flot irrésistible de  pensées gorgées de pureté qui, à peine effleurées, me mènent jusqu'aux étoiles. J'espère que c'est la même chose de ton côté… Ça très beau et très poétique… Aucune lueur ne subsiste dans l'obscurité, si ce n'est celle de l'âme… Vrai !...  Ça parait n'être rien, mais c'est déjà énorme pour moi… Ça l’est pour moi aussi…*
Je finis de lire la lettre et adressai un grand sourire à Amy.  Et comme je l’avais fait à Ria une bonne  dizaine de minutes plus tôt je me levai pour l’enlacer. La tenant toujours dans mes bras je lui dit :
-Ton cadeau et magnifique, je l’adore.

Je savais que ces quelques mots devaient être suffisants.  J’étais en train de me rasseoir quand Lune arriva dans la pièce. *Toute la bande est réunie !* Je souris à la deuxième année pour l’inviter à nous rejoindre. Elle sourit à son tour mais quelque chose sonnait faux. *Elle ne va pas fort en ce moment ?* Elle me souffla quand même :
- Joyeux anniversaire Roxy !

Elle me tendit un sac en matière tout à fait original. Je me demandai d’abord si le cadeau était le sac n lui même mais je vis un livre à l’intérieur. Je le sortis précieusement et lis le titre.  *Le meurtre de Roger Ackroyd ?*Je n’avais jamais entendu parler de ce livre. Je lus la quatrième de couverture pour me renseigner. *Oh un livre moldu ! J’ai toujours rêvé d’en lire un !* Je le retournai pour remercier Lune de son cadeau tout en mangeant l’une des chochogrenouille qui se trouvait dans le sac, mais elle me devança. Elle s’excusa prétextant devant partir et s’enfuit à toutes jambes. Je n’eus pas le temps de la rattraper –ou pas le reflexe peu être–. Je me retournai vers les Poufsouffle toute aussi estomaquée que moi.

Je tentais de reprendre mes esprits en articulant :
- Vous, vous savez ce qu’elle a ?


1781 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Sam 16 Mai - 16:07

Après la merveilleuse nouvelle que Roxy venait de recevoir de mon "oncle roumain" je vis Amy arriver vers nous. Elle prit Roxy par surprise avant de s'installer à notre table et de souhaiter ses vœux à son tour.

* Il ne manque plus que Lune et nous seront au complet. Elle ne devrait pas tarder *

Souriante, heureuse, je vis la Poufsouffle donner une lettre à la Gryffondor, et je me permis de lire par dessus l'épaule de Roxane. Il s'agissait d'une simple lettre mais si émouvante et poétique qu'elle me fit presque monter les larmes aux yeux. La reine du jour enlaça bien sûr notre amie :

- Ton cadeau et magnifique, je l’adore.
- Oui je suis d'accord avec elle. Amy c'est super beau.

Par chance et avec bonheur Lune arriva juste après et je lui fis un grand sourire en la voyant. Mais la petite Gryffondor semblait préoccupée et une lueur d'inquiétude passa furtivement dans mon regard alors qu'elle souhaita un bon anniversaire à Roxane d'une petite voix qui ne me disait rien qui vaille.
La jeune fille lui donna un sac bizarre d'où elle cachait un cadeau et apparemment des chocolats. Roxy en sorti un livre moldu et était ravit mais Lune semblait vraiment mal ce matin. Après des excuses elle s'enfuit en courant en nous laissant là, sans comprendre quoi que ce soit.

- Vous, vous savez ce qu’elle a ?

Je regarda Roxy puis Amy, mais personne ne semblait savoir et mon regard se teinta pour de bon d'inquiétude. Je voulais la suivre et aller lui parler, l'écouter si elle en avait besoin mais je me retins de lui courire après. Je sentais que pour le moment elle ne voulait pas nous voir, qu'elle avait besoin d'un peu de solitude.

* Elle viendra nous parler quand elle le voudra ... Enfin j'espère *

Tout en m'inquiétant pour Lune je me perdais dans mes pensées qui dévièrent sur les cours et je me souvins soudainement que j'avais une tonne de devoirs à faire. Je me levais précipitamment mais avec une grimace de mauvaise volonté et m'excusais auprès des filles.  

- Je suis désolée mais je vais devoir vous laisser, j'ai trop de travail ce matin. On se voir pour le déjeuner.

Les étreignant une dernière fois, je leur fis encore un coucou en m'éloignant et finis par sortir pour de bon de la grande salle.


fin de rp pour moi
1745 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La grande salle   Mar 26 Mai - 14:04

Il pleuvait encore et encore. C'était le déluge. En allant à la Grande Salle, Winonna avait pût remarquer quelques fuites d'eau aux fenêtres. Elle se demanda alors si les fenêtres étaient si vieilles que ça ou est ce que c'étaient de nouvelles qui avaient été mal posées. Ou peut être les deux. La poufsouffle était débordée de parchemins à rendre et avait décidé de travailler dans la Grande Salle. Peu de monde était présent. La majorité des élèves avait préféré rester dans les salles communes au chaud pendant que d'autres étaient en cours. Posée à la table des jaunes et noirs, elle sortit ses manuels et commença à les feuilleter tranquillement, prenant des notes de temps à autres sur un carnet gris. Une mèche de cheveux vint la gêner pour écrire. Elle posa sa plume et attacha sa chevelure claire en queue de cheval haute. Lorsqu'elle fit ce geste, elle regarda par la fenêtre.

***

Le pont de Poudlard, un jour pluvieux du mois de Mars 2030






-" Hey Diggory, attends moi ! "

-" Keegan, je n'ai vraiment pas le temps. "

-" Ecoute, l'année prochaine je ne serais plus là. "

-" Luke, arrête de me parler de ça. "


-" Et toi arrête de fuir la vérité. Tu m'aimes, c'est évident. "

La jaune et noire s'arrêta net. Le jeune serpentard s'approcha d'elle doucement et la prit dans ses bras.

-" Et c'est réciproque."

***




Ce souvenir fût interrompu par l'arrivée d'élèves bruyants qui étaient contents d'avoir finis leur journée de cours. La pluie venait de cesser mais il faisait pas encore assez beau ( et chaud ) pour sortir dans le parc. La préfète rangea toute ses affaires et sortit rapidement de la salle en direction de la salle commune de la maison Poufsouffle.


Rp Unique
1288 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Jeu 11 Juin - 23:30

Thomas étouffa un bâillement en entrant dans la Grande Salle et se dirigea machinalement vers la table des Serdaigle. Il passa une main dans ses cheveux châtains et longea un banc pour essayer de se trouver une place libre, ses yeux passant sur les derrières des têtes des élèves sans les voir... Jusqu'à ce que la vision d'un jeune garçon blond fasse remonter en lui le lointain souvenir d'une conversation datant d'une petite heure, à un moment où il n'était pas encore très réveillé...

- Hé, Júrekson ! Roranicus... Rory ! C'est bien ça ? Je peux m'asseoir ?

Le dénommé Rory lui jeta un regard encore ensommeillé et bâilla devant sa part de tarte à la citrouille. Thomas estima qu'il pouvait s'installer et s'assit à la gauche du garçon.

- Salut Thomas ! Comment ça va ?

- Très bien, Clive, et toi ?

- Tout va pour le mieux.

Thomas adressa un sourire à Clive, le préfet des Serdaigle, qui était assis à droite de Roranicus.

- Rory, je suis Thomas, Thomas Fawley. Je suis le capitaine de l'équipe de Quidditch. Rosier m'a parlé de toi ce matin dans la salle commune. Alors comme ça, tu vas peut-être nous rejoindre ?

Clive s'éveilla soudain et posa un regard intéressé sur Rory.

- Enfin ! Il faut dire que l'équipe est au point mort en ce moment. D'après sa carrure, je dirais qu'il ferait un bon Attrapeur, mais après tout, c'est toi qui décide, Thomas.

Le jeune capitaine hocha la tête en signe d'approbation et lança à Rory :

- Alors, parle-nous un peu de toi. Qu'est-ce que tu veux faire ?


RP avec Rory
1147 caractères validé par Ambre

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 12 Juin - 21:27

Thomas lança un regard surpris à Rory et essaya pendant quelques minutes de se remémorer sa conversation d’il y a une heure avec Ambre Rosier. Que lui avait-elle dit exactement ? Il n’en avait qu’un vague souvenir, mais après tout, il venait à peine de descendre de son dortoir pour aller dans la salle de bain des préfets - qui, rappelons-le, est également accessible aux capitaines – lorsque la sixième année lui avait adressé la parole. Thomas en avait juste retenu qu’il fallait qu’il parle à Roranicus Júrekson de l’équipe de Quidditch. Il tourna un regard vide vers Clive qui paraissait perplexe.

- Il n’a pas vraiment l’air de vouloir entrer dans l’équipe, Thomas…

- Je ne sais pas, je n’arrive pas à me souvenir de ce que Rosier m’a dit exactement ce matin. J’étais encore à moitié inconscient, si tu vois ce que je veux dire.

Clive esquissa un demi-sourire amusé tandis que ses sourcils se plissaient, signe qu’il entrait en pleine réflexion.

- Donc c’est Ambre qui t’a parlé de Rory ? Mmh… Je vois peut-être où elle veut en venir. Je suis préfet avec elle, je ne toujours pas comment elle fonctionne, mais j’ai travaillé assez longtemps avec elle pour deviner certaines choses. Mais pourquoi ne pas demander directement à l’intéressé ? Qu’est-ce qu’il s’est passé, Rory, pour qu’une préfète-en-chef qui a horreur du Quidditch se mette à parler de toi au capitaine de l’équipe ?

Thomas se tourna vers Rory dans l’attente de sa réponse, en affichant une moue toujours perplexe.



Thomas #006666
Clive #6600661193
caractères validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La grande salle   Ven 12 Juin - 22:27

Clive s’éclaircit soudain la gorge et se tourna vers Rory l’air sérieux :

- Je crois que j’ai compris ce qu’elle voulait, lança-t-il à Thomas par-dessus l’épaule de Rory avant de s’adresser à ce dernier : Tout d’abord, les élèves de première année ne sont pas autorisés à passer les essais, sauf exception avec signature de la directrice et toute la paperasse administrative. Ensuite, tu devrais savoir que tu as une conduite à rattraper, surtout vis-à-vis des élèves dont tu gâches plusieurs mois de travail en une seule petite balade d’une nuit après le couvre-feu. Et dernièrement, autant te dire que je préfère te voir sur un balai dehors pendant un match même si tu tiens à peine dessus, ce dont je doute, au lieu de te retrouver pendant ce temps n’importe où à faire n’importe quoi de strictement prohibé par le règlement.

Thomas s’agita sur son banc, l’air gêné, en observant Clive parler à Rory de son ton sévère.

- Ah oui, et encore une chose, Roranicus, tu devrais sérieusement réfléchir à ce que tu fais avant d’agir si tu ne veux pas te retrouver seul avec Antoy au bout du compte. Tu sais voler, tu as une bonne carrure d’Attrapeur et il me semble que la seule raison que tu as de ne pas vouloir jouer au Quidditch est la possibilité te balader où tu veux pendant que les préfets et les professeurs ne sont pas là. Je suis responsable de toi, Roranicus, et je n’ai aucune envie de me faire passer un savon par la directrice de maison parce que tu finiras seul et dépressif dans deux ans. Alors tu vas arrêter tes idioties et filer passer les essais pour rendre service à ta maison qui manque de joueurs de Quidditch en compensation des points que tu lui fais perdre régulièrement. Oh, et puis tu n’auras même pas besoin de passer les essais puisqu’on cherche désespérément un Attrapeur et que tu es pistonné par deux préfets dont une préfète-en-chef. Tu n’as pas d’objection à ce qu’il rentre directement dans l’équipe, Thomas ?

- Aucune, Clive, parvint à articuler le Capitaine, légèrement stupéfait.

- L’affaire est conclue, alors. N’oublie pas de venir aux entraînements, Rory, où je viendrai m’occuper de toi. J’ai joué au poste de batteur pendant deux ans jusqu’à ce qu’un Cognard me rende l’épaule inapte à exercer. Un accident fréquent chez les batteurs, et irréversible, mais il me reste tout de même un minimum de force pour pouvoir te déconseiller d’oublier malencontreusement de venir aux entraînements et aux matchs. Sur ce, à plus tard.

Thomas observa passivement Clive Williamson leur adresser un bref sourire amical en se levant de table et se diriger vers la sortie de la Grande Salle. Il lança ensuite un regard d’excuse à Rory et se plongea dans son porridge comme si de rien n’était.


2183 caractères validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
avatarArfanas Courtduhaut
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: La grande salle   Dim 14 Juin - 23:41

Me baladant dans les couloirs du château, je me fis la remarque qu'il n'y avait pas grand monde ce soir. Passant dans le hall puis dans la grande salle, je ne vis personne, pas même le chat de Rusard, qui pourtant avait la sale manie de me suivre quasiment partout. La grande salle était déserte, chose très étrange car à l'ordinaire il y avait toujours des petits Gryffondor qui trainaient par là. Le plafond affichait un ciel étoilé, je marchai donc jusqu'à la table réservée aux Serpentard et m'allongeai sur un banc face au plafond, le regard plongé dans le ciel étoilé et infini, je me mis à m'interroger:

* pourquoi  Godric Gryffondor accepte les sang-de-bourbes ? Est-ce si terrible  d'avoir une école
avec seulement des sorciers de sang pur ? Pourquoi Rowena Serdaigle et Helga Poufsouffle avaient soutenue
Godric Gryffondor face à notre fondateur et maitre Salazard Serpentard ? *


Toutes ces questions me restaient évidement sans réponses, le silence était apaisant et le banc confortable. Mes pensées s'évadèrent peu à peu ...

* Et il y a cette blonde toute charmante qui méprise les Gryffondor tout autant que moi. Amy qu'elle s'appelle, je crois, je ne connais pas son nom de famille mais c'est une fille tellement ... j'adore ça ! Quand elle prend la
parole je perd ma concentration, c'est étrange, cela n'est pas dans mes habitudes *


Après quelques minutes, il me semblait entendre du bruit non loin de là...


#336600
RP libre
1123 caractères, validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatarAmaury Slyme
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 15 Juin - 7:50

Amaury grogna en s'étirant, il s'était endormit sous une table comme à son habitude quand la grande salle était calme et se redressa sur les coudes avec un soupir. Il lui faudrait bien se lever et bouger un peu parce que rester sous cette table pourrait causer des frayeurs si certaines personnes décidait de passer par là. Le serpentard poussa donc une chaise du pied et roula sur le côté pour se redresser et s'asseoir dessus, histoire d'avoir l'air attablé et non endormi.

Il bailla, couvrant sa main de sa bouche et secoua brièvement la tête, passant sa main dans ses cheveux pour redescendre sur sa nuque.

- "Je me demande si je vais avoir un torticolis cette fois..."

Il tourna la tête vers la porte et vit enfin un garçon qui se tenait un peu plus loin. De sa maison à en juger par la couleur de son blason. Amaury fit claquer sa langue plusieurs fois en plissant les yeux pour tenter de se souvenir d'une potentielle rencontre, mais rien ne lui revenait. Il finit par hausser les épaules et leva la main pour saluer son camarade, se demandant s'il avait pu rater un autre sixième année comme lui où s'il s'agissait d'un aîné ou d'un cadet.

- "Salut."

Les yeux ambré du serpentard pétillèrent, il constata enfin qu'on était le soir et soupira en laissant sa tête retombé vers l'arrière, les yeux fermés.

- "La galère, j'ai dormi une bonne partie de l'aprem' là."

Il fit craquer son dos et se tourna vers le garçon, poussa une chaise du pied et la désigna du menton.

- "Ça te dit de t'asseoir ?"

#009900
1173 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarArfanas Courtduhaut
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 15 Juin - 14:59

Un grognement, semblable à quelqu'un qui se réveillait se fit entendre. Contrarié mais content de ne pas être seul, je jetai un coup d’œil sur la personne qui venait de sortir de sous la table de la maison de Serpentard.

* C'est un sixième année, enfin je crois. J'espère juste ne pas me faire rabrouer *

Mon camarade de ma noble et grande maison, qui est Serpentard, leva une main pour me saluer. Il paru étonné que la nuit nous ai recouvert de son doux voile scintillant d'étoiles. Je répondis à sa salutation par un signe de la main, tout en restant avachis sur mon banc. Il s'étira de nouveau puis se tourna vers moi et poussa une chaise avec son pied et me dit:

- "Ça te dit de t'asseoir ?"

Je le regardai alors...
* Il est de la maison soyons sociable, c'est une chance que ça ne soit pas un de ces pitoyables Gryffondor *
Etant de nature solitaire, mes parents m'avaient demandé de me sociabiliser un peu, ils étaient trop protecteurs. Je me redressai donc en réajustant mes dreads et lui répondis en me levant pour le rejoindre:

- " Volontiers, je m'appelle Arfanas Courduhaut. Je suis en première année, et toi ?"



#336600
871 caractères validé par Molly

Revenir en haut Aller en bas
avatarAmaury Slyme
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 15 Juin - 18:02

Un première année, cela expliquait peut-être qu'Amaury ne le reconnaisse pas immédiatement, il hocha la tête et décida de répondre à son camarade.

- "Slyme. Amaury Slyme. Sixième année."

Il détailla le première année d'un air impassible, il ne semblait ni tendu ni anxieux face aux élèves plus âgés ce qui était déjà un bon point, mais il y avait quelque chose qui se dégageait de lui. Amaury ne s'y attarda pas et regarda par la fenêtre avant de se tourner vers le premier année.

- "T'es pas dans le dortoir et apparemment, ni Miss Teigne ni Rusard ne t'on chopé. Qu'est-ce que tu fais ici si tard ?"

Le Serpentard devait avouer qu'il se sentait assez impressionné que le jeune ait pu passer outre ce fichu minou qui avait le don de fourrer son affreux museau plat là où il ne devait pas le faire. Le Serpentard fit craquer son coude et grimaça. Le gamin l'intéressait et il avait trouvé une occupation nouvelle : découvrir qui était ce type.

Le plafond magique était d'une étrange beauté ce soir-là, bleu foncé mais pas noir d'encre. Amaury aimait ce ciel qui lui faisait penser à l'été, c'était un ciel clair malgré la nuit et tout en velouté et en transparence.

Il se tourna vers son cadet et lui fit un petit sourire goguenard en désignant les autres tables.

- "On dirait que les autres n'ont pas daignés se joindre à nous. Je les pensais plus prompt à enfreindre le règlement. Il n'y a pas grand chose d'autre à faire qui vaille la peine ici. À part peut-être certains cours."

#009900
1161 caractères validé par Rory
Revenir en haut Aller en bas
avatarArfanas Courtduhaut
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 15 Juin - 19:17

Attrapant une chaise afin de m'y asseoir en tailleur, la cape de ma maison par dessus le dossier, pour être à côér de mon camarade, il se présenta:

- "Slyme. Amaury Slyme. Sixième année."

Il semblait surpris de me voir, si tard, dans la grande salle et me dit :

- T'es pas dans le dortoir et apparemment, ni Miss Teigne ni Rusard ne t'ont chopé. Qu'est-ce que tu fais ici si tard ?

- J'étais à la recherche d'éventuels camarades dans le château, mais j'ai trouvé personne, même pas Miss Teigne, j'ai donc marché jusqu'au hall et je n'ai trouvé personne non plus. Je suis donc venu par la suite dans la grande salle, et ne te voyant pas, j'ai cru qu'il n'y avait personne alors je me suis installé pour réfléchir. Le ciel étoilé me détend et m'aide à m'évader dans ma tête.

Amaury fit craquer son coude et fit une grimace qui indiquait que ça n'avait pas été indolore.
Les bancs sont confortables mais pas à ce point.

*Il aura pas mal de courbatures demain.*

Amaury me fit une remarque en me montrant les autres tables vide:

- On dirait que les autres n'ont pas daignés se joindre à nous. Je les pensais plus prompt à enfreindre le règlement. Il n'y a pas grand chose d'autre à faire qui vaille la peine ici. À part peut-être certains cours.

Acquiesçant de la tête, je lui répondis :

- Miss Teigne me suis partout ou je vais, il n'est pas rare que je la vois quand je me retourne dans les couloirs... peut être que ce chat, enfin que cette chatte, m'aime bien. je suis proche des animaux, j'aimerai bien avoir,
en plus de mon python royal, un autre animal aussi gentil et mignon.


Je sortis d'une des poches de mon sarouel une baguette magique à la réglisse et en proposa une à Amaury:

- Baguette magique à la réglisse ?


#336600
1314 caractères validé par Rory


Dernière édition par Arfanas Courtduhaut le Lun 15 Juin - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarArfanas Courtduhaut
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 15 Juin - 20:09

Un autre élève arriva discrètement, nous salua puis se tourna vers moi pour se présenter :

-"Moi c'est Kalis Antoy. Mais tout le monde m'appelle Ka. Enfin tout le monde. Mes amis. Enfin les personnes qui acceptent de rester en ma compagnie parce que je n'ai pas forcément une très bonne réputation ici."


Je le regardai avec mes petits yeux marron et lui tendis une baguette magique à la réglisse.

- " Baguette magique à la réglisse ? Moi c'est Arfanas Courtduhaut, on ne m'appelle pas par un diminutif parce que je n'ai pas parlé avec des gens cette année et ceux qui on eu la chance de me parler ont été horrifié par mon discours contre les sang-de-bourbe et les sang-mêlé, ce qui fait que je n'ai pas, tout comme toi, une très bonne réputation."

Je regardai de nouveau Amaury qui ne m'avait toujours pas répondu, je relançai donc ma demande :

- " Baguette magique à la réglisse ?"


#336600
685 caractères validé par Rory
Revenir en haut Aller en bas
avatarAmaury Slyme
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: La grande salle   Lun 15 Juin - 20:15

Amaury éclata de rire en entendant que le pauvre Arfanas était suivi par cette horrible chatte velue et dégoûtante. Il fut ensuite étonné que le jeune garçon ait un python royal et soupçonna une petite blague. N'ayant pas envie de rentrer dans un quelconque débat, il fut content de remarqué un autre de leur camarade dans la salle et lui sourit quand il s'installa près d'eux.

- "Enchanté Ka. Amaury, mais évite de m'appeler Momo, ça perd de son charme !"

Il fit un clin d’œil au nouvel arrivant et eut un petit sourire pour le premier année. Un python royal donc, le jeune garçon aimait les serpents ou les animaux dangereux, au choix. Le Vert et Argent décida donc de tenter les animaux dangereux.

- "Avec plaisir, j'aime bien ces réglisses. Dis-moi tu aimerais une acromentule, Arfanas ? Une jolie petite acromentule avec ses huit jolies petites pattes velues... Que nous pourrions aller chercher dans la forêt interdite par exemple !"

Le regard pétillant et malicieux du jeune homme ne montrait pas s'il était vraiment sérieux, mais il se voyait particulièrement voler un œuf d'acromentule pour pourvoir l'élever. Il n'était pas particulièrement fan des araignées, mais les créatures magiques étaient passionnantes et il ne voyait pas l'intérêt d'interdire l'accès à la forêt dès lors qu'on était capable de prendre soin de soi et de se défendre un minimum.

Il savait qu'il y avait des tensions avec les centaures, mais l'attrait de l'acromentule le séduisait assez pour vouloir tenter le coup.

Cependant, entendre le discours sur les sangs-de-bourbe et les sangs-mêlés le mit mal-à-l'aise, il ouvrit la bouche et la referma aussi sec. Il ne savait même pas s'il était sang-mêlé, il le supposait parce qu'il n'y avait plus beaucoup de sorciers qui pouvait se "vanter" d'avoir du sang uniquement sorcier. Il haussa les épaules avec un demi-sourire.

- "Je me fiche pas mal de savoir ce que disent les autres. Tant que tu me cherches pas de noises, je n'ai pas besoin d'en savoir plus. Pareil pour toi Ka. "


#009900
1582 caractères validé par Rory
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La grande salle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande salle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Les couloirs-