BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Les couloirs du chateau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 15 Avr - 20:07

Le regard que me lançai le garçon qui venait d'arriver était empli de jalousie. Je ne comprenais pas pourquoi, en ce moment. Toujours avachi sur ma chaise, je fixais le jeune homme curieusement, les sourcils légèrement froncés. Que voulait-il ?

-"Pourquoi ce regard ? Je n'ai rien fait de mal..."

Il continua de me regarder un instant, quelques secondes, puis se tourna vers Molly, ignorant au passage les paroles que je lui avais posées. Mes sourcils se froncèrent un peu plus tandis que mes bras se croisèrent contre mon torse. Il avait du culot de me snober comme ça !
Son regard rivé sur la jeune fille, il lui posa sur un ton calme:

-"Que fais-tu ici ? Et en compagnie de ce garçon ?"

Ce que je n'aimais pas, c'est qu'on parle de moi à la troisième personne, comme si je n'étais pas présent. Après avoir raclé ma gorge pour signaler de ma présence, je me positionnais dans une posture grotesque (coudes sur mes genoux, main soutenant ma tête) et lui répondit d'un ton railleur:


-"Cette gentille fille est venue à mon secours pendant que je souffrais le martyr tout seul. Sinon, rien de très spécial."

Comme lui à cet instant, je focalisai mon regard sur le sien, en signe de défi.
520 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 15 Avr - 20:39

Molly se mit à rougir comme une pivoine. La voix posée de James, laissait entendre pour qui le connaissait qu'il bouillonnait de rage. Ca allait encore finir en dispute, pour changer... Et le gnome n'arrangeait rien...


- Ben écoute, comme il vient de te le dire, il souffrait, et je lui ai proposé mon aide. C'est un crime ?


- Pourquoi il est pas allé à l'infirmerie directement ?


- Bonne question, bien que cela ne te regardes pas !


* Hors de question que je me laisse marcher sur les pieds ! Je suis libre de mes actes, et je ne fais rien de mal. Et puis il faut pas être né de la dernière pluie pour se douter de pourquoi il n'est pas allé à l'infirmerie !*


- Tu ferais mieux de rentrer dans notre salle commune je t'y rejoins quand j'aurais fini.


- Hors de question ! Tu viens avec moi !


- Non James ! Je ne suis pas ta propriété ! Je suis encore libre de mes actes, et je ne fais rien de mal !


Molly regarda le gnome, espérant qu'il lui viendrait en aide, comme elle l'avait fait pour lui. Après tout, il lui devait 2 services, c'était lui qui l'avait dit.
797 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 15 Avr - 21:24

Je les laissai discuter entre eux. Puis lorsqu'ils eurent fini, je pris appui sur mes jambes et me releva tant bien que mal. Mes jambes me faisaient encore mal mais elle soutenait le poids de mon corps. Je m'avançais doucement vers le garçon, mes cheveux cachant en partie mon visage. Pour mieux le voir, j'ai fait glisser les mèches rouges derrière mes oreilles avec ma main. Le regard que je lui lançais montrait une émotion assez proche de la colère, dû au fait de mes sourcils légèrement plissés. Mais cela n'était que pour l'impressionner. 
Je pense que ça a marché, vu qu'il a reculé d'un pas. A moins que ce soit pour avoir sa baguette à portée de main, vu qu'il plongea l'une de ses mains dans la poche de sa robe. 

Mais, comme lui, je l'ai ignoré et j'ai revêtu le haut de ma robe, parce que je commençais à avoir froid. En défroissant l'habit après l'avoir enfilé, j'haussais la voix pour répondre de manière indifférente:

-"Elle ne te suivra pas. Elle n'est pas obligé de te suivre. Donc, ne l'oblige pas à faire quelque chose dont elle ne veut pas, ou je serai obligé moi aussi d'intervenir. Et, crois-moi, ce ne serait pas de bonne augure pour toi."


Je fixai maintenant mon regard dans le sien, soutenu. S'il sort sa baguette maintenant, autant lancer un Repulso puis faire sortir Molly de cette pièce.
Il recula encore de quelques pas et jeta un coup d'oeil à la jeune fille. Puis il soupira et lança un simple:

-"Tu m'expliqueras tout ça à la Salle Commune alors..."

Il fit demi-tour et sortit de la pièce, tout en prenant le soin de ne pas refermer la porte derrière lui. Je laisse échapper un sourire et me dirige moi aussi vers la porte. Je la ferme aussitôt la main sur celle-ci et m'adossa contre le bois.

-"Qui c'est celui-là ?"
1353 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 15 Avr - 21:39

Molly était devenue blanche comme un fantôme. Mimi retrouverait son amie bien plus tôt que prévu... La Gryffondor allait passer un mauvais quart d'heure dans la salle commune à n'en pas douter...


Regardant le gnome elle lui dit :


- Celui là, c'est James, mon petit copain...


La jeune femme se laissa tomber le long d'un mur et mit sa tête entre ses jambes... Comment allait-elle se sortir ce cette situation ? Elle entendit des bruits, mais ne releva pas la tête pour voir ce qui se passait. James devenait de plus en plus jaloux, de plus en plus insupportable... La tête toujours entre les jambes, les larmes commençaient à monter aux yeux de la blondinette, qui faisait tout pour les empêcher de couler. Larmes de rage ? de tristesse ? c'était la confusion la plus totale dans l'esprit de la jeune femme.


Et qu'allait penser le gnome ? Elle l'avait mit dans la bouse de dragon lui aussi...
690 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Jeu 16 Avr - 20:11

Maintenant, je comprenais mieux la réaction de ce fameux James. Il avait peut-être cru que nous nous sommes réunis ici pour faire des choses pas très catholique, et vu comment elle fut après son départ, je pensais que mes hypothèses étaient exactes. Mais ma réaction ne changea pas. J'ai longtemps regardé Molly pleurer en silence, sans un mot pour la perturber ou quoi que ce soit d'autre. Dans ces moments-là, il fallait laisser écouler le flot de sentiment qui nous ronge. Je le sais bien, ça m'est arrivé de le faire.
Me redressant de tout mon poids sur mes pieds, je m'avançai vers elle, adossé contre un mur, puis m'accroupis juste en face. Elle leva doucement le visage vers moi, les yeux gonflés de tristesse. Avec un soupire d'exaspération (je crois), je lui lançai:

-"L'amour est trop compliqué. Mieux vaut rester ami avec des personnes que l'on apprécie, c'est beaucoup plus simple. Mais c'est mon propre opinion et tu peux avoir le tien."

En disant cette phrase, j'ai pensé à Aurore Grayford, que je n'avais pas revu depuis le bal. A ce moment, j'espérais sincèrement qu'elle allait bien. Puis j'ai reporté mon attention à la jeune fille en face de moi.

-"Va vite le rejoindre pour tout lui expliquer. Je peux me débrouiller seul maintenant. Merci de ton aide."

Après avoir prononcé les mots que je voulais, je me suis relevé et retourné vers la porte, où cette fois-ci j'ai actionné la poignée pour sortir. Je devrai retourner à la salle commune pour me nettoyer, avant d'aller me coucher.
1178 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarCédric Walster
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 6 Mai - 14:39

Après avoir posé ses affaires dans la Salle Commune des Gryffondor, Cédric sortit dans les couloirs du château. Il n'était encore jamais allé à Poudlard ; tout lui était absolument inconnu. Les mains dans les poches, le jeune Allemand essayait d'adopter une attitude cool et décontractée pour essayer de vite se faire de nouveaux amis. Tout était plus simple en Allemagne ! Tellement plus simple. Cédric, tout en marchant songea à ses trois meilleurs amis laissés en Allemagne, Ewald, Mathias et la jolie Franziska qu'il appelait souvent Ziska. Tous les quatre n'arrêtaient pas de faire le bazar pendant les cours et enchaînaient les heures de retenues et les discours du Directeur. Mais ils s'en foutaient... Ils prenaient ça à la rigolade.
Maintenant qu'ils n'étaient plus là, Cédric se sentait tellement vide. Plus le courage d'enfreindre le règlement. Sans, Ewald, Math' et Ziska, cela ne servait à rien. Et puis, l'idée de recevoir une deuxième beuglante d'Anélie le terrorisait.
La première c'est quand il avait essayé de jouer au Quiddich avec Ziska. Il avait lancé le Souaffle tellement fort qu'il avait brisé la vitre de la salle de sortilèges. En plus de cela, le ballon rouge sombre avait assommé le professeur qui faisait cours aux 1 ère année. Le renvoi était passé à un cheveu...

En repensant à cela, Cédric ricana discrètement.
*Ca lui apprendra à nous faire récurer toutes les toilettes avec des brosses à dents à celui là !*

L'unique fils Walster continua de marcher, empruntant des dizaines de couloirs différents plus ou moins bondé de monde. Il regarda chacun des tableaux, chaque escalier, chaque salle de cours, analysant peu à peu le château.
*C'est vachement grand...*

Cédric poussa un long sifflement admiratif, tout en continuant de regarder autour de lui. Il repensa un instant à ses anciens amis. Pensaient -t-ils  à lui ? C'était la question...
*T'es trop sentimental, p'tit gars. Tu devrais te bouger le behind et aller trouver de nouveaux amis au lieu de te fourrer dans une timidité débile.*

Cédric soupira. Ziska lui manquait. Il s'était découvert amoureux d'elle trop tard... Le jeune Allemand s'adossa à un mur et soupira.
-Guter Gott... lâcha t-il en Allemand.

Elle et lui c'était insensé. Surtout maintenant qu'il n'était plus là, en Allemagne. Il recommença à soupirer, adossé contre son mur...

Couleur :#ff3300
RP libre

1843 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 6 Mai - 23:47

Carlotta marchait sans empressement, comme à son habitude. Elle n’était pas pressée, elle n’était pas en danger… Elle se promenait tout simplement, à la découverte des murs de ce château. Maryliss Brown était avec elle, sans doute un peu plus en arrière puisque la Preiss avait pris de l’avance, non pas pour la semer ou pour lui paraître impolie mais bien parce qu’elle s’était perdue dans ses pensées. Souvenirs du passé peut-être, mais qui saurait vraiment dire de quoi il retournait ? Les pans de sa robe de sorcière qu’elle avait revêtu par-dessus son uniforme flottaient au rythme de ses pas sans que cela ne la dérange, ses cheveux virevoltaient à peine sur ses épaules. De la simplicité, voilà ce qui se dégageait de Carlotta, ainsi qu’une certaine rigueur à peine visible dans ses foulées. Le château était en pierre apparente et c’est par besoin de sensations qu’elle tendit la main, laissant ses doigts érafler la dureté d’un mur jusqu’à y ressentir un léger picotement. Elle n’était pas seule.

Carlotta savait qu’il ne s’agissait pas de Maryliss Brown, celle-ci était derrière elle alors que les bruits qu’elle entendait venait de devant. Lever la tête peut-être, cela semblait une bonne idée pour voir de qui il s’agissait, mais elle ne préféra pas. Attendre, faire l’innocente, la vulnérable… Mais elle n’avait pas de raisons de se comporter ainsi, plus maintenant, en ce lieu où il ne pouvait actuellement rien lui arriver. Alors elle se décolla du mur, esquiva une armure de métal argenté comme il y en avait beaucoup en Poudlard et leva enfin les yeux et chose particulière, elle sourit. Quelqu’un se tenait adossé contre un mur, et ce quelqu’un venait de parler dans une autre langue que la jeune fille reconnu très bien et c’est d’une voix où aurait presque pointé de la malice qu’elle s’exprima.


-Göttern sind nicht da.

Son allemand était bon et elle n’avait pas paru hésiter sur un seul mot, ni buter sur la moindre prononciation. Visiblement, Carlotta cachait plus d’une chose mais en même temps, personne ne lui avait rien demandé…

- Pourquoi donc cet air si triste ? demanda-t-elle au garçon.

Finalement, elle était repassée à la bonne vieille langue classique, non pas qu’elle était à court de mots mais bien parce que ça ne se faisait pas vis-à-vis de Maryliss Brown qui était censée l’accompagner dans cette visite des couloirs et donc du château lui-même.

1928 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarCédric Walster
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Jeu 7 Mai - 19:25

Le jeune homme regarda à nouveau autour de lui. Son regard se porta sur l'amure qui se trouvait à sa gauche. Il entrevit une silhouette de jeune fille derrière l'armure... La nouvelle venue sortit peu à peu de sa cachette puis s'exprima dans un Allemand on ne peut plus clair.

-Göttern sind nicht da.
-Die Götter sind immer noch da.

Cédric sourit. Une Allemande... Le jeune homme l'observa. Elle était petite, avec des cheveux d'un brun clair, presque cuivré. Il observa l'uniforme qu'elle portait. Sa cravate verte et argent lui indiqua qu'elle appartenait à la maison Serpentard. On ne lui avait pas dit grand chose sur cette maison, si ce n'est qu'ils étaient vraiment malins…

-Pourquoi donc cet air si triste ?
-Peut être parce que j'ai quitté le pays... Peut être parce que je ne connais rien ici... Peut être parce que je change de vie… Mouais, ça dois être ça, dit il avec un fort accent Allemand.

Cédric recommença à sourire. Ses mains dans les poches il recommença à regarder autour de lui. Il appercut une autre jeune fille de Serpentard qui rejoint la première.
*Y en a encore combien ?! *
- Je pense qu'on ne devrait pas traîner. La nuit ne va pas tarder à tomber. Ah, au fait je m'appelle Cédric. Nice to meet ! Peut être qu'on se reverra en cours ?

Cédric ne tandis pas sa main aux deux jeunes filles. Il se contenta de sourire puis se dirigea sans le couloirs ; peut être qu'on le suivrait... Mais au plus profond de lui même, il n'avait pas envie qu'on le suive. Pour le moment, deux mots restaient dans son esprit : solitude et adaptation. Il se dirigea vers d'autres couloirs, laissant les deux jeunes Serpentard seules.

1268 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 10 Mai - 10:37

Cela faisait maintenant une heure que la jeune fille avait quitté la grande salle. Elle avait rejoint sa salle commune afin de ne pas trop éveiller les soupçons sur le plan qu'ils avaient soigneusement préparé. Après cette heure, Serenna, assise sur son fauteuil habituel dans la salle commune Serpentard, jeta un coup d’œil autour d'elle est murmura quelques mots comme pour prévenir son hibou qu'il était temps d'aller rejoindre Kalis et Rory. La salle commune était calme depuis déjà trente minutes et la jeune fille avait assisté à différentes scènes d'élèves se disant au revoir car chacun rejoignait son dortoir.
Ainsi pendant ces quelques dizaines de minutes, Serenna se préparait à partir discrètement, comme elle le faisait souvent.
Après avoir sorti une friandise pour chouette et hibou d'un sachet, elle tendit le bras afin que Demon vienne se poser pour partir.
La jeune fille jeta à nouveau un coup d’œil autour d'elle (on n'est jamais trop prudent) et ne vit personne. Enfin, après une bonne heure, la jeune fille sortit de sa salle commune et prit un chemin aléatoire dans les couloirs avant de rejoindre les deux amoureux au point de rendez-vous prévu lors de la mise en place du plan. Serenna déambulait alors dans les innombrables couloirs de se château en observant le moindre mouvement suspect d’un préfet ou d’un professeur, avant d'apercevoir au loin des ombres. La jeune fille vérifia sa montre, l'heure du couvre-feu n'était pas encore arrivée. En s'approchant, capuche sur la tête, nul n'aurait pu la reconnaître. Seul son écusson aurait pu la trahir. Mais après tout combien sont les élèves de la maison Serpentard ?
Plus elle s'approchait des ombres plus elle distinguait les formes, couleurs. Elle s'aperçut alors très rapidement qu'il s'agissait de Rory, Kalis et de leur animaux respectif. Elle reconnu instantanément le loup noir du Serpentard.
Les deux semblaient occupé à.. parler ? Elle s'approcha sans un bruit avant de lâcher son hibou aussi discret qu'elle. Il se posa sur l'une des poutres du couloir, tandis que la jeune fille s'arrêta non loin des deux garçons.
Elle les regarda un instant avant de relever sa capuche, laissant ses longs cheveux dorés tomber sur ses épaules et dans son dos. Ils se retournèrent.

-Personne dans les couloirs, personne près de nous. On peut y aller.
*j'espère que je n'aurais pas à me servir de ma baguette..*
Elle ajouta, d'une voix un peu hésitante.
-D'ailleurs, s'il se passe quoique ce soit ayant besoin de l'utilisation de la magie je ne pourrais rien faire... j'ai.. perdu ma baguette je ne sais où dans le château cette semaine.. et impossible de remettre la main dessus.. Voilà je préférais que vous le sachiez avant de commencer..
Les trois se dirigèrent alors vers la bibliothèque. Serenna scrutait la moindre petite ombre présente dans les couloirs. Après quelques minutes. Ils arrivèrent à l’entrée de la bibliothèque.



#006600
fin de Rp pour Serenna
2327 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Lun 18 Mai - 21:48

Un cri, des tremblements, des sueurs froides, Serenna avait eu une nuit bien agitée. Des bruits étranges, un craquement, une ombre en mouvement Demon se précipita sur Serenna. Une lettre tomba.

Ma chère fille,

Depuis quelques temps nous avons du mal à nous parler, j’ai donc décidé de t’écrire. Je sais que tu es aussi triste que moi de cette situation, peut être même plus, mais nous ne pouvons revenir en arrière. Ce qui est fait est fait malheureusement.
Ton frère est partie je ne sais où Hier, je me suis penché sur quelques souvenirs présent dans la maison et j’y ai retrouvé un album photo que ta maman avait confectionné. Te souviens-tu de cet album ? Tu y avais même mis un dessin que tu avais fait lors de notre voyage en France.
J’ai regardé chacune des photos, soigneusement attachées, pendant des heures. Je l’ai feuilleter encore et encore en espérant qu’un jour tout redevienne comme avant. Et j’ai fermé les yeux. Je vous revoyait jouer dans le parc, vous chamailler, et je repensait à votre mère. C’était une femme extraordinaire. Elle vous donnait tout ce qu’elle avait, elle vous donnait tout l’amour qu’elle pouvait vous donner et je me rend compte aujourd’hui que je n’ai peut être pas été le père idéal.
Ma fille je suis peut être un monstre à tes yeux mais rien ne peut changer l’amour que j’ai pour toi et ton frère. Pardonne moi de mes erreurs et reviens. Je t’en conjure, reviens.
Maël et toi êtes tout ce qui me reste ne m’abandonnez pas, essayons de reformer une famille telle que nous l’étions avant.
Tu as grandi je le sais et je prend conscience que loin, sont les souvenirs de toi petite, lorsque ton innocence me caressait le cœur et ta douceur m’attendrissait l’âme. Loin est l’époque où ton regard fragile et incertain cachait timidement des bonheurs simples et sains.Loin, sont la pureté et l’imprévoyance suspendues à cette frêle candeur infantile de ton âge.

Serenna je te demande pardon
Un père qui tient à sa fille.





Un regard lasse, un visage impassible Serenna brula le parchemin.
*Incedio*
Des lambeaux n'ayant pas subi le sort du feu virevoltèrent vers des destinations différentes. Les cendres noircissaient les mains frêles de la jeune Serpentard.
Quelqu'un l'avait-elle remarqué au milieu de ce couloirs sombre et froid ?


Rp unique (suite dans les toilettes des filles)
1823 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 5 Juin - 3:14

Marchant dans les couloirs, seule, j'attendais que le temps passe jusqu'à mon prochain cours. Non pas que j'eus hâte, mais je m'ennuyais. Et puis les cours, ça permet de ne pas penser à autre chose. Dans l'ombre d'un couloir, je m'installai sur un banc en pierre, face à une fenêtre donnant sur le lac noir. La vue aurait été magnifique si le temps avait été un peu plus ensoleillé ce jour-là, mais le temps était comme mon humeur, morose... Enfin installée, je pris mon boursoufflet entre mes mains, le câlina un instant avant de le poser sur ma droite, sur la pierre froide.

- Allez Peeta, profite, il doit bien y avoir une araignée dans le coin, régale-toi !

Cette idée me fit frissonner violemment, puis, reprenant mes esprits alors que ma boule de poils se mettait en chasse, je pris mon carnet de croquis et repris mon dessin de la veille. C'était un magnifique trois mât semblable à un Galion Espagnol dont la proue représentait un strangulot géant en or. Je m'attelai à la représentation de l'équipage, chacun à des poste bien précis. Pendant que je dessinais, mon esprit vagabondait en des terres isolées encore inexplorées. J'aimais à m'évader ainsi, dans un monde qui n'appartenait qu'à moi, et en ces temps troublés cela m'était très utile. Le drame de la forêt avait perturbé de nombreux élèves, certains changeant totalement de comportement que je comprenais pas. Ne connaissant pas très bien le professeur disparu, j'avais certes montré mon soutien en proposant un édifice qui avait d'ailleurs été monté, mais je n'étais pas plus affectée que cela. Juste, la forêt m'inquiétait un peu plus, même si elle m'intriguait toujours autant.

Peeta goba une araignée un peu plus loin, déclenchant un écœurement profond en moi. J'avais bien assez à faire avec mes propres problèmes pour m'occuper de ceux de l'école. Inquiète pour mon père, je baissai la tête, fermai les yeux, et me mis à pleurer.
1504c validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 3 Juil - 12:53

Je me tournais et me retournais dans mon lit depuis des heures, depuis que je m'étais couché. Après le succès de ma potion sur les multiplettes de Dean et moi, nous avions revus notre liste et nous avions décidé que nous irions à la bibliothèque la nuit même.

Je jetais un œil à mon réveil magique : 23h30 … Je soupirais. Ca faisait à peine quelques jours que nous avions monté notre plan et que nous nous étions entraîné ensemble aux sortilèges dont nous aurions besoin. Ca allait trop vite, et cette réussite miracle en sortilège m'inquiétais. Est-ce que je travaillais mieux sous pression ? Ou était-ce parce que j'avais un but ? Parce que je voulais vraiment réussir ? Un peu des deux sans doute.

Un nouveau coup d'oeil au réveil : 23h50 … Je me levais doucement de mon lit et attrapais la pile de vêtements que j'avais préparé au pied de mon lit, ainsi que mon sac. Je me glissais tout aussi doucement dans la salle de bain et ma dépêchais de me changer, troquant ma chemise de nuit contre mon jogging encore sale de ma fabrication de potion, plus tôt dans la journée. J'optais ensuite pour un chignon serré, histoire de ne pas être dérangé dans notre marche ou dans mes recherches.

Enfin minuit, je sortais de mon dortoir sur la pointe des pieds, en gardant mes chaussons pour ne pas faire de bruit. Oui je trouvais ça bête quand les gens sortaient se promener en pleine nuit avec des chaussures, à croire qu'ils avaient envie de se faire repérer. Je retrouvais Dean dans la salle commune, près de la porte d'entrée et tout aussi prêt que moi de mener à bien notre plan. Je lui souriais et nous sortions rapidement dans le couloir.

Dean sorti de sa poche un sachet et prit une bonne dose de poudre d'obscurité avant de la jeter dans le couloir. Très vite tout devint noir et sombre jusqu'au bout, où se trouvait le hall de Poudlard. Je fouillais dans mon sac et en sorti nos multiplettes trempées dans le nox oculus. Quand j'enfilais les jumelles sorcières je fus tout aussi impressionnée que pendant nos essais de ce midi, et apparemment Dean l'était aussi, d'après son large sourire. Nous nous mettions en route, remontant vers la Grande Salle, le cœur battant affreusement dans notre cage thoracique par la nervosité de faire une telle bêtise et par la peur de nous faire prendre.

Arrivés dans le hall, Dean jeta une autre poignée de poudre qui se répandit jusque dans les couloirs alentours. Nous trouvions le bon et montions les escaliers pour le premier étage où, une fois de plus mon camarade assura notre traversée par une nouvelle poignée de poudre. Je lui murmurais doucement.

- Tu es sûr que t'en a pris assez ? Il en faut pour le retour aussi.
- Oui je crois.

Essayant de calmer ma panique qui menaçait de déborder, je continuais d'avancer en posant ma main sur le mur comme si les multiplettes allaient soudain nous lâcher et nous laisser dans le noir. Nous n'étions qu'au premier étage et la bibliothèque était au quatrième, elle me paraissait si loin et si inaccessible en cet instant. A tout moment je m'attendais à ce que Rusard, un préfet ou encore un professeur nous surprenne, et Dean devait être aussi peu rassuré que moi car je le vis sursauter une fois ou deux quand un bruit craquait dans ce vieux château.

Nous traversions encore les trois couloirs qui nous séparaient de notre destination, ainsi que les escaliers qui allaient avec, aidés d'une bonne dose de poudre d'obscurité, et nous arrivions enfin devant les grandes portes en chaîne de la bibliothèque. Je ne vis pas Dean regarder son sachet presque vide avec inquiétude, trop occupée à soupirer de soulagement d'y être enfin. J'oubliais pour le moment que nous devions encore rentrer à notre salle commune, beaucoup moins nerveuse d'être arrivée jusque là.

rp avec Dean (fictif) - suite à la bibli
2988 caractères
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 5 Juil - 19:49

Thanaël revenait du parc, où il était allé vérifier l'état de son animal. Comme à son habitude, celui ci se portait bien, un peu trop même, et le Serpentard commençait à douter de la présence de prédateurs dans cette forêt. Ou alors l'oiseau manifestait des capacités de survie assez impressionnantes. Quoi qu'il en soit, il survivait encore et toujours, et ne semblait pas disposé à trépasser dans l'immédiat. Cela n'attristait pas tellement le Serpentard -c'était son corbeau tout de même !- mais il restait curieux de voir combien de temps l'oiseau pouvait tenir seul dans une forêt avec une telle réputation de dangerosité. D'un autre coté, la dangerosité de la forêt était bénéfique au corbeau en lui procurant assez de cadavres sur lesquels se repaître sans craindre d'avoir faim le lendemain. L'élève repartit de la lisère de la forêt une fois qu'il fut assuré que tout allait bien, et se rendit au château. Il avait envie de regagner la fraicheur de sa salle commune.

Il faisait encore jour, aussi décida t-il de couper par une aile du château abandonnée depuis bien des années. Complètement en ruine, elle avait été détruite lors de la bataille qui s'y était déroulée. Malgré l'abondance de trous dans les murs, de courants d'airs et de pierres jonchant le sol, l'endroit était très agréable, calme et peu utilisé, principalement pour la bonne et simple raison que le passage par cette aile était interdit. Cependant Thanaël avait jugé que le risque était minime en journée, les préfets ayant mieux à faire que de faire des rondes.

Son regard fut attiré à l'intérieur d'une des salles par un petit tas de parchemins au sol. À première vue, ils paraissaient relativement neufs par rapport aux murs de la pièce. Le Serpentard d'approcha et vit d'autres trace synonymes d'utilisation de l'endroit. Quelques bougies, des boites de confiseries tout droit sorties de chez Honeydukes. S'accroupissant pour feuilleter du regard les parchemins, il constata qu'il s'agissait de lettres de déclaration d'amour et de rendez-vous. Voir que la vie continuait malgré le chaos ambiant suscité par l'annonce de la directrice l'autre soir le fit sourire.


- Vous avez raison, murmura t-il. Il n'y a aucune raison d'avoir peur de la mort. Ce qui se passe en ce moment est terrible, mais ne vous arrêtez pas trop sur les faits ou vous déprimerez à coup sûr.

Attrapant un pavé gisant sur le sol, il le maintint fermement dans la main droite pendant que la gauche sortait sa baguette et y inscrivait une forme qui tenait à la fois du trident et du Y.

- Elhaz. La rune de protection. Qu'elle vous serve plus qu'à ceux qui ne se sont pas relevés après la bataille ici même.
Arrêtant de parler aux occupants habituels de l'endroit comme si ils étaient avec lui dans la pièce, il plaça le pavé dans un trou dans le mur qui formait comme une petite niche créée spécialement pour le recevoir.

Sortant de la salle, il reprit son chemin dans le couloir de l'aile et finit par en sortir; débouchant droit sur une vision assez inhabituelle, même avec les critères d'une école de magie.
Un élève de Serdaigle était baissé, avec un pavé en main à qui il venait de faire pousser deux bras et deux jambes en plus de le colorer en une espèce de violet. Le Serpentard en resta bouche bée pendant quelques secondes.


- Alors ça... c'est... surprenant. Tu as appris ce tour de passe-passe en cours ou dans un grimoire ?


* Parce que ça m'étonnerait qu'une magie comme celle ci se trouve enfermée à double tour dans la réserve.*

Il garda cette phrase pour lui. Il connaissait Roranicus de vue mais surtout de réputation, mais ce n'était pas Thanaël qui allait le blâmer pour ses infractions au règlement.

#006600
rp avec Roranicus
2921 caractères
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 5 Juil - 23:22

- Non rien de tout ça. Pour tout dire je ne suis même pas passé par cette salle. La seule chose que j'ai remarqué était un coin apparemment utilisé comme nid pour des amoureux... après tout ils ont bien raison, le coin est super sympa. Et pour le coup des chaises mordeuses... avec un piège pareil dans une salle de classe on accuserait immédiatement les Serpentards. Comme d'habitude....


Il regarda partir le pavé, se demandant combien de temps allait il gambader dans les couloirs. Le Serdaigle avait estimé la durée du sort à quelques jours à peine. C'était bien assez pour surprendre es élèves. Recentrant son regard sur Roranicus, il continua.



- De la magie expérimentale dis-tu... En voilà une chose intéressante. Je fais moi aussi quelques essais parfois, tout seul dans mon coin ou avec mon frère. C'est sûr que ce serait très intéressant d'en faire ici, mais d'un autre coté, je crois que ce serait la meilleure façon de faire sauter le château. Parce que je suppose que les élèves en Islande sont un peu plus disciplinés que certains de Poudlard... Quand au fait de ne rien avoir vu, si ça peut te rassurer, à part pour les travaux de groupe, on ne me demande pas vraiment mon avis en temps normal donc je ne risque pas d'en parler à bien beaucoup de monde. Et en plus, je n'aurais aucun intérêt à te dénoncer. En revanche qu'ils y mettent une prime en bel or et je pourrais être tenté. Mais puisque ce n'est pas le cas, tu n'as rien à craindre Júrekson, je ne suis d'ailleurs jamais passé par ici de toute façon.

Voyant la mine septique du Bleu et Bronze à l'annonce de sa capacité à faire de la magie non conventionnelle, il décida de lui prouver le contraire


- Hmm tu as pas l'air convaincu... Douterais tu de moi ? Y'a pas que les Gryffondor qui se débrouillent en métamorphose.

Prenant sa baguette et pointant sa main droite, il se concentra et murmura "Ignis Corpus". L'effet fut immédiat et la forme de la main s'estompa pour laisser place à une flamme. Un large sourire lui fendant le visage, il dit au Serdaigle :

- Alors ? Satisfait ?


1613 caractères
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: couloirs chateau   Mar 7 Juil - 16:19

La proposition du Serdaigle fit pétiller les yeux de Thanaël. Il ne pouvait évidemment pas la refuser.


- Oui pourquoi pas. Je touche un peu à tout alors ça pourrait être intéressant. Très intéressant même. On pourrait se trouver une vieille salle à côté, au moins si on fait exploser quelque chose il n'y aura que très peu de dégâts collatéraux, dit-il en désignant d'un coup de tête l'aile abandonnée. Reste à voir avec qui tu souhaites experimenter tout cela. Il se sentit obligé de préciser. Ah, je préfère te prévenir, la plupart de mes expérimentations sont... Hmmm... Disons relativement dangereuses. Voire presque mortelles. Pour moi. Et pour les autres. Mais bon, c'est ainsi que je conçois les expériences magiques. Il n'y a pas vraiment d'intérêt si c'est absolument sans danger. Il faut bien un peu de challenge. Rien ne vaut la satisfaction de réussir un sort particulièrement difficile et dangereux. C'est extrêmement gratifiant. Enfin bon; si tu as peur d'y rester, je comprends que ça ne te tente pas trop.


Détournant les yeux, il regarda dans la direction de laquelle il venait, contemplant les ruines d'un regard vide.

- Concernant les sorciers et leurs inventions que nous étudions ici... Oui c'est sûr qui si ils s'étaient contentés de faire ce qui était autorisé, nous serions encore aujourd'hui à peine plus avancés qu'au moyen-âge. Certes le conformisme a du bon, c'est un peu jouer la sécurité. Mais rien ne vaut l'expérimentation et la nouveauté. A quoi ressemblerait la magie sans Merlin, Gwendoline la fantasque ou nos fondateurs ? Et franchement, qui peut affirmer que leur invention était réellement ce qui était désiré ? Comme la branchiflore par exemple, on ne peut pas vraiment dire que c'était recherché... Sinon, concernant l’avis des gens d’un autre pays sur le sien, j’y suis passé aussi tu sais. Le plus souvent c‘était « les Autrichiens, vous êtes comme les Allemands, vous ne rigolez jamais et vous travaillez tout le temps ». Autant dire que ni l’un ni l’autre ne sont justes… ajouta-t-il, un sourire malicieux sur le visage.


Le Serdaigle lui rendit son sourire et le regarda d'un air enjoué. Deux élèves passèrent en courant à coté d'eux rappelèrent à Thanaël qu'il avait encore des choses à faire.

- Bon, je vais te laisser avec tes pavés et tes chaises mordeuses. Ce fut un plaisir, et n'oublie pas pour le club à la rentrée car je n'aurais pas oublié.

Roranicus lui rendit son salut et le Serpentard repartit en direction des profondeurs du château.


fin du rp
1979 caractères
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les couloirs du chateau.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Les couloirs-