BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Les couloirs du chateau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Sam 8 Nov - 18:29

- Et bonjour… hum Ash me semble-t-il.
- Exact, répondis-je avec un signe de tête à la jeune femme qui venait d’apparaître. Elle était vêtue de sa robe de sorcier noire -ce qui me rappela au passage que j'étais toujours avec mes habits moldus, jean bottes en cuir jaune vif et t-shirt multicolore- et accompagnée d'un hibou. D'ailleurs un loup noir nous avait également rejoint, s'installant aux cotés du jeune homme.

Je tendis une tasse à Serenna alors que Kalis sortait une lettre de sa poche, dont les pliures usées montraient à quel point elle avait été lue et relue. Il s'était plongé dans la lecture.
*Me demande ce que c'est... Mais je n'irais certainement pas faire ma fouineuse pour le savoir, pour qu'il soit autant absorbé ça doit être du sérieux*
Je reportais mon attention sur la jeune femme au visage moqueur. Mon demi-sourire ironique qui creusait ma fossette apparut sur mes lèvres alors que je la questionnais
- Et toi ? Que fais tu de bonne heure ici, dans les couloirs du château ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Sam 8 Nov - 18:43

- Exact

Serenna fixa son regard sur la poufsouffle.

*J'ai une bonne mémoire*
Serenna se mit un sourire.

Soudain elle vit une ombre s'approcher de Kalis. Elle fut alors captivé.
Elle tendit le bras pour faire partir son hibou en voyant que c'était le loup de Kalis.
Demon parti alors aussitôt.

Elle regarda Kalis.
- Je ne sais pas pourquoi mais Demon a un peu peur de ton loup.

Elle caressa le pelage noir de cet animal magnifique.
*il est pourtant très beau*

Puis Serenna observa son ami sortir une lettre de sa poche.
- Toi tu as reçu un lettre qui te tracasse.. mais je ne te demanderais rien dessus. Je pense que c'est personnel.

La serpentard tourna alors son regard vers Ash avant de s'asseoir aux côté de Kalis.
La poufsouffle essaya de lancer une conversation tout en lui donnant une tasse de café.

- Et toi ? Que fais tu de bonne heure ici, dans les couloirs du château ?

Serenna tendit la main alors vers la jaune et noir.

-Merci, et bien moi j'aime beaucoup déambuler dans les couloirs donc voila je suis là.

Evidemment la jeune vert et argent avait menti. Serenna ne cherchait qu'un truc, le calme afin de se changer les idées.
Quoi de mieux pour cela que de parler aux autres d'un sujet complètement différent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Sam 8 Nov - 19:54

-Ne t'inquiète pas. Si je dis à mon loup de ne pas dévorer Demon, il ne le fera pas.

Serenna soupira.

-Bah ouais ça pourrait être sympa de pas récupérer mon hibou en petit bouts...

-Non ce n'est pas personnel si tu veux tu peux la lire.

-t’es sûr ?

Serenna prit la lettre que Kalis lui tendait. Elle l’ouvrit délicatement car elle semblait abimée.
*il a dû la lire et la relire plusieurs fois*
La vert et argent lui lança un regard avant de lire la lettre.

*"Cher Kalis,
Je ne sais pas si tu te souviens de nous, de moi pour commencer. Je suis ta mère, celle qui t'a éduquer, qui t'as donné la vie.Je ne sais pas si tu répondras à cette lettre  mais au final..Qu'elle importance ? Tu es parti, tu nous as abandonnés...Ca ne m'as jamais empêcher de continuer à t'aimer à la folie, de ne jamais cesser de t'aimer. Sans doute ne t'en n'es tu jamais rendu compte...Peut être que je ne te l'ai pas assez montrer...Jamais je ne pourrais me le pardonner et te pardonner à toi aussi d'être parti. On aurait put régler les choses mais tu as préféré partir. Tu dois te demander comment nous savons que tu es là. Je le sais car je t'ai inscrit dès la naissance à Poudlard. Je ne t'envoie une lettre que maintenant car je n'ai jamais trouvé le courage de le faire avant. Je n'ai pas grand chose à te dire, juste que tu me manques et que nous espérons qu'on pourra un jour te revoir mon chaton.Ta mère qui t’aime. »*


Serenna s’arrêta un moment, elle était très ému de la situation de Kalis. Une sorte de tristesse er de compassion vint envahir la jeune fille. Elle prit une grande inspiration afin de ne pas montrer se qu’elle ressentait. Elle reprit alors la lecture.

*"Kalis, Je ne sais pas si tu te souviens de moi, j'espère que si. Tu m'as abandonner. Du jour au lendemain je t'ai haïs. Aujourd'hui...Je t'aime encore beaucoup mais tout comme maman je ne te pardonnerais jamais d'être parti. Jamais.
J'aimerais tellement te revoir...
Je t'aime, Perlen. »*

Elle ferma les yeux et replia le parchemin.
Serenna lança alors un regard attristé à son ami et posa sa main sur la tasse de Kalis.

-Dis t'aurais pas encore un peu de rhum s'il te plaît ?

-Je pense que tu n’en as pas besoin. Tu veux pas plutôt du café ?!

Serenna le regarda désormais avec bienveillance.
Cela avait due être difficile de recevoir une lettre aussi émouvante. Il y avait tant de haine mais aussi tant d’amour dans les propos de ces deux femmes. Apres tout il n’y a qu’un pas entre la haine et l’amour. Serenna pensait qu’il y avait un peu de cruauté dans les lettre de ce genre.
Mais elle ne pouvait lui dire ses pensées, il avait dû être déjà assez attristé comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 9 Nov - 9:24

- Je crois que je ne vais rien reprendre du tout.

Après ces mots, un léger sourire se dessina sur le visage de Serenna. Elle regarda son ami.
Le loup de Kalis vint poser son museau sur les genoux repliés du jeune homme. Elle avança sa main pour caresser l'animal au pelage noir.
Elle posa sa tête sur l'épaule de Kalis et prononça quelques mots.

- Tu sais Ka, la vie ne nous donne pas toujours ce que l'on veut. Tu rêves d'un monde meilleur, et surement d'une vie meilleure et je pense que nous rêvons tous de ceci.

Elle regarda Ash avant de continuer.

- De plus quoique tu fasses, que ce soit considéré comme bien ou non, la vie ne te fera pas de cadeau pour tes actes. La vie est comme elle est. Si elle doit être triste par moment c'est comme ça. Si tu dois pleurer rien ne peut t'en empêcher sauf une chose : l'amitié (ou l'amour quand il ne te détruit pas). Alors dis-toi que dans les moments sombres, tu pourras toujours compter sur tes vrais amis.
Et c'est avec tes vrais amis que tu vivras les moments les plus drôles et joyeux. Alors souris un peu. Soit heureux, ne penses plus au passé même s'il te rattrape.

Serenna prit le visage de Kalis est y dessina un sourire.
En ce moment, Serenna ne tenait que grâce à l'espoir alors pourquoi ne pas le faire partager... ?!
Elle se rendit compte que ses mots avaient été très étranges, mais cela un peu tard. Ainsi, en attendant une quelconque réaction du serpentard et de la jaune et noir, elle se leva et alla chercher son hibou. Elle tendit le bras et l'appela. Demon se posa alors sur son bras. Serenna regarda le loup de Kalis et alla s'asseoir à côté de lui. Son hibou n'était pas parti pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Jeu 13 Nov - 10:11

Serenna regardait Kalis jouer avec sa baguette le sourire aux lèvres. Kalis ne prononçait aucun mots depuis quelques minutes mais le simple fait qu'un sourire vint se dessiner sur la visage de celui-ci suffisait à rendre heureuse Serenna. Ses mots n'avait peut être pas été bête.

*tu es tellement mieux avec se sourire, et au moins tu devrais comprendre que quoiqu'il arrive je serais toujours là.*

La jeune vert et argent sourit à son tour en le regardant. Elle caressa son hibou et lui donna une friandise.

-Sinon Ash ça va ? tu n'as pas trop peur de nous ? Tu sais tu peux le dire si c'est le cas.

Elle se mit à rire. La pression commençait à descendre peu à peu. Apres tout les trois sont encore jeune, ils doivent s'amuser même si la vie peut leur donner du fils à retordre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Jeu 27 Nov - 12:04

- Peur ? Et de quoi serai-je censé avoir peur Miss ? Ah, parce que vous me regardez en souriant. Ciel, oui, c'est terrifiant.
Les mots avaient franchis mes lèvres sous un ton sarcastique non dissimulé, mais je continuai d'une voix rauque dénuée de malice
- Les "méchants" ne sont pas forcément ceux qui portent le cuir et l'acier, et ce ne sont pas deux jeunes Serpentards qui vont m'impressionner quand bien même ils soient attirés par des bouquins.. "non admis dans la liste scolaire".
Mes yeux se perdirent un instant dans le vague alors que le visage de mon frère aîné me revenais en mémoire. Je haussais les épaules, chassant les souvenirs. "Soit heureux, ne penses plus au passé même s'il te rattrape." venait de dire la jeune fille à Kalis. *Mais si non content de nous rattraper, le passé nous engloutis, s'insinuant en nous, vivant en nous, indissociable du présent, indissociable même du futur ?*
Je me tournais vers les deux Serpentards. La complicité qui se voyait en eux me soutira un sourire. Une complicité discrète, mais forte, liée à quelques gestes et mots qui avaient du sens pour eux.
*Bon, si je veux pouvoir passer à ma salle commune mettre mes fringues de cours avant d'y aller en cours va falloir que je me bouge.*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Jeu 4 Déc - 18:27

Je venais de sortir précipitamment du cour de potion et je m'étais réfugiée ici, dans la cour intérieure du château, et plus précisément dans un angle mort du mur. Je n'avais pas pu retenir mes larmes dès que j'étais sortit de la salle et maintenant j'étais une vrai fontaine, n'arrivant plus à m'arrêtée, assaillis de centaines de souvenirs de l'époque où j'étais encore avec mes parents.
Je laissais couler tout ça, mes larmes mais aussi une certaine pression qui me tenait depuis déjà une bonne demi heure. Au moins j'avais réussit à tenir le coup jusqu'à la fin du cour.

*Ok ... Ca va ... Calme toi maintenant ... *

Je réussit à me calmer toute seule au bout de quelques minutes, en silence et je fus contente de ne pas avoir attirer l'attention sur moi. J'essuyais les dernières larmes sur mes joues et sortais de mon trou pour rejoindre mon prochain cour.
Sur le chemin je croisa tout de même plusieurs regards curieux et je me doutais que ma petite crise de larmes devait se voir sur ma figure. J'essayais de ne pas y faire attention et me forçais à penser à mes prochains cours et devoirs qu'il me restait à faire pour finir la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 14 Déc - 14:56

Le bal ... Depuis l'annonce de la directrice il y avait quelques jours à peine l'effervescence n'était pas descendu, elle avait même l'air de s'accroitre au fur et à mesure que la date arrivait. Dans les couloirs je voyais demande sur demande, certaines étaient refusées et l'atmosphère changeait en larmes et déception, et d'autres étaient acceptées dans la hâte d'y être déjà.

Mais en attendant ce soir-là nous avions encore cour et les professeurs essayaient de tenir leur élèves comme ils pouvaient. Je me doutaient bien que pour miss Wolkoff le problème ne se posait pas, ou se résolvait rapidement, tout comme pour madame Dragonneau ou monsieur Diagon. Tout ceci me faisait bien rire même si comme tout le monde j'attendais cette soirée avec impatience. J'avais déjà reçu ma robe, envoyée par Ginny, et j'avais hâte de me faire jolie, de valser dedans aux bras d'un garçon.

Toujours prise dans mes pensées par un de mes camarades poufsouffle en particulier, je traversais le couloir du 3e étage pour rejoindre mon prochain cour de l'après-midi. Quand je senti une main m'attraper le bras, surprise je me retourna pour voir qu'il s'agissait de mon préfet et je me dégagea sans ménagement.

-- Eric ? Qu'Est-ce que tu veux ?!!

-- D'abord bonjour chère Ria...

-- Il n'y a que mes amis pour m'appeler comme ça ! Pour toi c'est miss Lester !

-- Oh te fâche pas !

Il me lança un sourire qui se voulait amicale mais depuis la dernière fois - la première en faite - il m'agaçait et je ne pouvais pas vraiment l'expliquer. Il vit à mon regard noir qu'il n'arriverait pas à m'amadouer et continua, disant ce pourquoi il m'avait accosté.

-- Tu veux bien être ma cavalière au bal ?

-- Quoi ? Ah non ! Surement pas avec toi !

-- Tu m'en veux encore pour Aylen ? Aller ça va être bien ! Et de toute façon ton chéri sort avec quelqu'un ! Tu vois même moi j'avais aucune chance.

Je me souvenais bien de la seule fois où j'avais discutée avec le préfet de serpentard, Eric était intervenu et avait même oser draguer Aylen, je ne savais même pas s'il avait été sérieux ou non. Et maintenant il m'invitait au bal. Je souffla d'exaspération, Eric était bien une des rares personne ici qui ne m'intimidait pas, et je n'hésita donc pas pour l'envoyer balader.

-- Eric j'ai dit non ! Et Aylen ne m'intéresse plus ! Maintenant j'ai un cour alors salut !

-- Mais aller ! ... Attend, tu t'es trouvée quelqu'un d'autre ? Je peux savoir qui c'est ?

Je commençais à m'éloigner pour aller en cour quand son insistance "made in molly" me stoppa dans mon élan et je ne pu m'empêcher de rougir. Le préfet jaune et noir me lança un sourire de conquérant que j'avais en vie de lui faire ravaler. Je repris mon chemin en lui répondant d'une manière pas du tout convaincante.

-- Mais non ! Y a personne ! Et mêle toi de tes affaires !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 14 Déc - 23:06

- Eric, tu es telle une commère qui attend l'info du siècle. Il me semble que Victoria est mal à l'aise. Je te suggère donc de partir et de demander à une autre demoiselle de t'accompagner. Merci Eric.

J'allais continuer mon chemin quand quelqu'un me sauva la mise en obligeant Eric à passer son chemin. Encore énervée par le préfet je me retourna vers la personne en soufflant d'exaspération pour la remercier mais fus stoppée dans mon élan en reconnaissant le jeune homme qui hantait mes pensées depuis des jours.

-- Merc...
- Je ne suis qu'un homme mais je dois dire que je ne comprend pas le comment du pourquoi.

Je ne comprenais pas trop le sens de ses paroles, je ne m'étais pas du tout attendu à le croiser ici aujourd'hui et il me fallu une bonne minute pour reprendre mes esprits. Heureusement pour moi il ne vit rien, me tournant le dos pour voir Eric s'éloigner avec un air boudeur, vexé même. jack reprit avec un ton hésitant.

*Si lui est nerveux, moi je suis quoi ?*

- D'ailleurs, je voulais te demander quelques chose. C'est assez délicat sachant que nous ne nous connaissons que depuis quelques jours...

Il se retourna pour finir sa requête et planta son regard dans le mien, me faisant rater un battement de cœur. Un profond sentiment d'espoir m'envahis et en même temps j'avais du mal à croire que ce que j'attendais depuis l'annonce du bal allait peut être arriver.

- Mais, j'aimerais beaucoup que tu sois ma cavalière pour ce bal.

Une main tendue, ses yeux dans les miens, mon cœur battant la chamade, et cette phrase qui résonna une seconde dans ma tête. Mon sourire s'élargit comme pour répondre d'avance à la question qui suivit.

- Accepterais tu de m'accompagner ?
-- Oui ... Oui ! Avec plaisir !

Ma voix avait d'abord été murmure avant d'être claire et sans hésitation, j'attrapais sa main et je me fis l'effet d'une princesse face à un chevalier. Comment c'était possible d'être si romantique pour un simple bal ? Je n'arrivais pas à croire ma chance mais mon cœur battant à mille à l'heure et le nœud dans mon estomac me confirmèrent que je ne rêvais pas.

Malheureusement la sonnerie de l'école me rappela à l'ordre et je lâchais sa main en sursautant, soudain affolée.

-- Oh ! Excuse-moi ! Je suis en retard !

Je partis en courant, non sans un dernier coup d'œil sur le poufsouffle, un grand sourire aux lèvres que rien ne pourrait effacer aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 4 Jan - 15:35

Lune et moi avions commencé de monter les marches qui menaient à l’infirmerie dans un silence presque religieux. J’avais la tête basse car j’étais perdue dans mes pensées. La scène repassée en boucle dans ma mémoire et tous ce que je pouvais constater me donner des frissons. *C’est peu être moi qui doit y aller à l’infirmerie… *, pensai-je en retenant un soupire.

- Bon..., et bien mon doigt n'a pas l'air d'aller trop mal  maintenant. Enfin je ne saigne plus, c'est déjà ça. Par contre j'ai encore mal. Mais ça va, hein…, me rassura Lune.

Je me mordis la lèvre inferieure. *Qu’est-ce que je suis bête ! Lune va à l’infirmerie à cause de moi et je ne fait que penser à ma petite personne !*, me dis-je.  Je lui glissai un énième « Désoler » car c’était là seule chose que j’étais capable de faire. Je ne pouvais pas la regarder dans les yeux alors que c’était moi qui l’avais mordu bien qu’involontairement.

- Heu... Si je ne suis pas trop indiscrète, puis-je savoir ce que tu as dit à Victoria avant qu'on parte? me demanda-t-elle.

Je relevai les yeux. Oui, elle avait été indiscrète mais je ne lui en voulais pas et lui répondis:

- Je lui ai demandé si elle pouvait m’attendre dans la Grande Salle car je dois aller voir le garde-chasse et je ne sais pas où il se trouve.

Je repris après un silence :

- Et je ne savais pas si l’infirmière voudrait te garder plus longtemps à cause de ton doigt…

J’avais baissé la tête sur le dernier mot. Je m’en voulais vraiment mais j’étais trop perturbé pour le laisser voir. *Avais-je paru impolie ?*  J’accumulais gaffes sur gaffes avec mes amies, enfin si elle me considéraient toujours comme telle.
On avait atteint le quatrième étage. Le soleil n’était toujours pas levé en cette matinée d’hiver. Les élèves, eux sortaient de leur léthargie et commençaient à affluer dans les couloirs. En regardant dehors j’aurais pu me croire chez moi. Les hauts pins de la Forêt Interdite me rappelaient ceux centenaire de la Réserve et la neige immaculée semblait provenir des rudes mois d’hiver de Roumanie.  Certains soir, je me languissais de ma maison  d’où  je pouvais voir le feu des dragons illuminait le ciel toute à nuit, mais en deux semaines, ici était aussi devenu chez moi et je savais que quand je quitterais l’école mes amies, les professeurs et même les portraits me manqueraient. *Peu être pas celui de la dame en surcharge pondérale qui insinue que je devrais retourner à Durmstrang à chaque fois que je passe dans son couloir.*
En une dizaine de minutes, Lune et moi étions devant la porte de l’infirmerie. Là, il y avait une grande affiche sur laquelle était inscrit en caractère rouges et italiques "FERMETURE MOMENTANE DE L'INFIRMERIE LES VISITES SONT INTERDITES". Et un peu plus bas le message continuait "Pour toutes coupures, blessures et autre fractures frappez à la porte trois fois."
*Bizarre, je n'avais encore jamais vu l'infirmerie fermée*, pensai-je. Je me tournai vers Lune, elle semblait aussi perplexe que moi. Je haussai les épaules en réponse à sa question muette *Non je ne sais pas non plus ce qui se trame à l’intérieur.*   Je toquai à la porte car Lune ne pouvait pas le faire de sa main invalide. Mrs Pomfresh mis deux minutes à arriver. Deux minutes de long silence crispés.

- Quoi ? demanda-t-elle d'un ton si sec qu'il nous fit reculer. Qui c'est encore fait un petit bobo ?

- Lune Roveside, Madame, dis-je. Elle s'est fait mordre le doigt par mon rat...


Dernière édition par Roxane Miccurea Finnigan le Mer 7 Jan - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Lun 5 Jan - 21:00

Roxane releva la tête en entendant la question de Lune.
Elle avait l'air de trouver que celle-ci était effectivement indiscrète.
*Elle trouve que c'était indiscret. Tant pis. Il faut bien parler. Et puis, elle n'est pas obligée de répondre si elle ne veut pas .*
Mais elle répondit quand même :
- Je lui ai demandé si elle pouvait m’attendre dans la Grande Salle car je dois aller voir le garde-chasse et je ne sais pas où il se trouve.
*Ha oui, sans doute à cause de son rat. Je crois que Louanne en a parlé tout à l'heure. Et bien tant mieux ! Parce qu'il n'est pas question qu'il m'attaque une nouvelle fois. D'ailleurs, il est passé où ce petit animal ? *
Le rat était perché sur l'épaule de sa propriétaire et regardait Lune avec une once de défi et de contentement dans les yeux. Lune jeta un regard sur sa main bandée et releva la tête pour fusiller du regard le rat qui semblait s'amuser de la situation.
*Super. J'ai le doigt en sang, ce pauvre rat se moque de moi et je suis obligée d'aller à l'infirmerie avec sa propriétaire qui, J'en suis sure n'est pas innocente d'en cette affaire. J'aurais très bien pu y aller toute seule ! -Lune arrête ! T'es trop dure ! Essaie d'être plus, heu… amicale. Qu'est-ce qui m'arrive ? D'habitude je ne suis pas comme ça. C'est la morsure qui m'a fait changer, ou quoi ? C'est à se demander ! Ce n'est pas possible qu'elle ait dit à son rat d'attaquer, tu était juste à côté et elle n'a rien fait de spéci… attends,maintenant que j'y pense, l'instant juste avant que l'animal me saute dessus, elle semblait bizarre, comme si elle était autre part et qu'elle avait perdu tout contact avec le présent… Mais bien sur, tout cela ne s'était passé qu'en un centième de seconde et j'ai très bien pu rêver. Il n'y a aucun moyen de vérifier. Mais si cette hypothèse s'vérait être juste ? Et que Roxane entretenait une sorte de connexion invisible avec son rat,(Elle semblait très attachée à lui, d'ailleurs)cela voudrait dire que… Mais non, c'est n'importe quoi, Pourquoi m'en voudrait-elle au point de vouloir me blesser ? Certes cela était une petite blessure mais qui sait où cela peut-il mener ? -Non, Lune, tu t'égare dans des raisonnements complètements impossibles.-Peut-être mais je ne lui fais quand même pas confiance. Surtout si elle est avec ce..rat.*
La jeune fille ne savait pas quoi penser de sa camarade de maison. A vrai dire, elle avait l'esprit un peu embrumé.
Mais l'éducation de Lune lui avait appris à être polie en toute circonstance. C'est pourquoi elle répondit à sa compagne.
-Ha, d'accord. Pardonne moi pour mon indiscrétion… Tu n'étais pas obligée de répondre si tu ne le voulais pas.
Lune était polie certes, mais avait parlé assez froidement. Roxane ne répondit pas, fuyant le regard de Lune.
Les deux filles continuèrent donc à monter en silence. Lune marchait à côté de Roxane mais conservait ses distances avec le rat. Elle n'avait pas envie de parler pour le moment.
Ce fut Roxane qui brisa le silence en premier.
- Et je ne savais pas si l’infirmière voudrait te garder plus longtemps à cause de ton doigt…
Après un instant de silence, Lune répondit :
-Ho, tu sais, un petit sortilège et c'est fini. Cela prendra deux minutes tout au plus.

Roxane semblait perturbée et embarrassée.
*Sans doute qu'elle culpabilise. Ho, et puis tant pis. Qu'elle se débrouille toute seule, j'en ai marre de jouer la fille réconfortante et rassurante… - T'en a marre ? Tu rigole ? C'est quand la dernière fois que tu l'as fait,hein ?*
Les deux jeunes filles arrivèrent rapidement à l'infirmerie. A leur grande surprise, un panneau était affiché sur la porte en bois :

FERMETURE MOMENTANE DE L'INFIRMERIE LES VISITES SONT INTERDITES
Pour toutes coupures, blessures et autre fractures frappez à la porte trois fois.

*Qu'est ce qu'il se passe ? L'infirmerie n'est jamais fermée normalement.*
Lune échangea un regard avec Roxane,qui haussa les épaules, ne sachant pas non plus ce que cela pouvait bien signifier.
Sa camarade toqua trois fois et la porte s'entrouvrit légérement deux minutes plus tard, laissant passer la tête de Mrs Pomfresh qui demanda assez séchement :
-Quoi ?
Roxane et Lune eurent toutes les deux un mouvement de recul. L'infirmière se radoucit, en voyant les deux jeunes filles.
-Qui s'est encore fait un petit bobo ? Demanda-t-elle, son regard passant de Lune à Roxane.

- Lune Roverside, Madame,commença Roxane. Elle s'est fait mordre le doigt par mon rat…
Lune montra sa main entourée de la serviette tachée de rouge.
-Bon, attendez moi là, Miss Roverside, je reviens.
La porte se referma et les jeunes filles entendirent des voix et du bruit de l'autre côté. Quelques instants plus tard, la porte se rouvrit et Mrs Pomfresh sortit, refermant celle-ci derrière elle. Elle tenait sa baguette dans une main et un bocal opaque dans l'autre.
-Asseyez-vous là Mademoiselle.,dit-Mrs Pomfresh en désignant deux chaises placées à gauche de la porte.Je ne peux pas vous faire entrer pour le moment. Excusez moi. La directrice ne veut aucune visites. Il y a quelques, heu comment dire,... problèmes cette année. Mais oubliez ce que je viens de vous dire, montrez moi donc la plaie.
Elle s'assit face à Lune et enleva doucement le bandage improvisé. En dessous, le sang avait déjà commencé à coaguler.
Mrs Pomfresh nettoya délicatement le sang, révelant une plaie ouverte de plus ou moins trois centimètre de long entre le pouce et l'index de Lune.
*Hoo, il y est allé fort, le rat. Si on était chez les moldus, j'aurais eu droit à deux ou trois points de suture. *
-Alors, la plaie est assez profonde et a atteint une veine. Je vais être obligée d'utiliser la magie, cela ne se refermera pas tout seul sinon. Les moldus auraient recousu mais je n'ai pas ce matériel chez moi, déclara-t-elle esquissant un sourire.
Je vais vous demander de ne pas bouger pendant quelques secondes, Miss. Cela ne devrait pas faire mal. Peut être sentirez vous un pincement mais ne vous inquietez pas, c'est normal.
-D'accord, dit-Lune, mi-figue mi-raisin.
Elle n'avait encore jamais été soigné à la magie et elle apréhendait un peu. Sans raison, elle le savait bien.

L'infirmière leva sa baguette et la tint dirigée vers la main de Lune, à deux centimètre de celle-ci. La jeune gryffondor se figea.
-Episkey , incanta Mrs Pomfresh
La plaie se referma instantanément et Lune n'eut pas mal, elle sentit juste un petit pincement à l'endroit de la blessure.
-Voilà, reprit l'infirmière, en relachant la main de Lune.
-Merci beaucoup Mrs.
-Je vais juste mettre un peu de crème pour ne pas que tu ait une cicatrice, c'est juste au cas où.
L'infirmière déboucha le bocal et étala la crème bleue turquoise qui se trouvait à l'intérieur sur la main de Lune.
Ensuite, elles se levèrent, Lune remercia encore une fois Mrs Pomfrey et se dirigea vers les escaliers avec Roxane.
-Et, n'oubliez pas, Miss, si vous avez encore mal , revenez me voir.Au revoir, dit-elle en refermant la porte sur les deux jeunes filles.

Lune se tourna vers Roxane. Elle avait retrouvée sa bonne humeur. Comme si ses doutes et mauvaises humeurs s'étaient envolés avec la blessure.
-Bon, ben, c'est fini maintenant, déclara-t-elle à Roxane en souriant. Oublions cela, tu veux. Descendons rejoindre les filles dans la grande salle.
Lune n'avait pas envie de se disputer avec sa camarade et se raisonna en se disant que Roxane n'avait aucune raison de l'attaquer et que son rat avait eu peur d'elle et de ses cris.
Néanmoins, quelques interrogations persistaient mais Lune les chassa de son esprit, pensant qu'elle en saurait plus en temps voulu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 7 Jan - 18:02

Lune montra à l’infirmière la serviette tachée de pourpre qui entourait son doigt invalide. J’eu un petit sourire navré puis replongeai mes yeux vers le sol. *Ah ! Le sol je peux en faire une dissertation depuis le temps que je le regarde.  Les pierres grises et irrégulières semblent avoir été taillées à même le planché, comme si elles avaient toujours été ici, que c’étaient dans l’ordre des choses. Les plus grandes d’entre elles doivent mesurer entre 5 et 6 pieds et les plus petites n’en déplacer pas un. Ça et là un heurt nous rappelle que le château existe depuis plus de milles ans et qu’il avait dû voir passer d’avantage  d’élèves qu’on ne peut l’imaginer. * Je souris malgré moi. *Je ne suis pas sûre que ça intéresserait mes professeurs.*
Mrs Pomfresh était revenue de l’infirmerie avec un bocal contenant une sorte de crème bleue turquoise opaque. *Contre les cicatrices.*, pensai-je. J’aidai souvent ma mère à en étaler sur le visage ou le dos de mon père après l’une de ses énièmes brulures. Quelques fois la peau était si carbonisée que la lotion ne faisait pas totalement effet. Certains poison aussi rendait la crème inactive comme le venin de Pensedefer ukrainien, dragon particulièrement redouté et redoutable, à qui je devais ma longue cicatrice à l’épaule.
L’infirmière demanda à Lune de s’asseoir sur l’une des chaises que je n’avais jusqu’alors pas remarqué.

-Je ne peux pas vous faire entrer pour le moment, excusa-t-elle. La directrice ne veut aucunes visites. Il y a quelques, heu comment dire ... problèmes cette année. Mais oubliez ce que je viens de vous dire, montrez moi donc la plaie.

Mrs Pomfresh s’assit à coté de Lune et enleva le mouchoir. Je détournai les yeux. *C’est bête, la vue du sang  ne m’a jamais vraiment déstabilisé, mais là, le goût me revenait à la bouche et je….* Je secouai la tête pour me plus y penser. Je restais retrait pour ne pas déranger l’infirmière et sa patiente.

-Alors, la plaie est assez profonde et a atteint une veine, constata-t-elle. Je vais être obligée d'utiliser la magie, cela ne se refermera pas tout seul sinon. Les moldus auraient recousu mais je n'ai pas ce matériel chez moi. Je vais vous demander de ne pas bouger pendant quelques secondes, Miss. Cela ne devrait pas faire mal. Peut être sentirez vous un pincement mais ne vous inquiétez pas, c'est normal.

Lune acquiesça  et Mrs Pomfresh incanta « Episkey ».  Quelques temps après Lune se levait et remerciait sa soignante.  Je lui adressai un sourire aussi amical que je le pus.  On ne dirigea vers les escaliers quand l’infirmière nous rappela.

-Et, n'oubliez pas, Miss, si vous avez encore mal, revenez me voir. Au revoir, nous dit elle avant de refermer les grandes portes de l’infirmerie.

-Bon, ben, c'est fini maintenant, me sourit Lune qui avait retrouvé toute sa joie de vivre. Oublions cela, tu veux. Descendons rejoindre les filles dans la grande salle.

-Okay, lui répondis-je simplement le sourire aux lèvres.

Elle allait tout oublier et retrouver sa vie normale. Je devrais en faire autant. Cette nuit j’avais mal dormis. *C’est peut être qu’un rêve Roxane ?* Je descendis les trois étages de marches qui nous séparaient de la Grande Salle. Il devait être près de dix heures maintenant car les élèves affluaient dans les couloirs de l’immense château. Le soleil s’était levé et inondait les pièces de sa lumière jaunâtre. On avait perdues deux ou trois heures de notre matinée à cause de Sob. Il avait cessé de trembler et frottait sa petite tête de rongeur sur mon cou. Il voulait que je le prenne dans ma main, je le savais. Je le décrochai de mon pull pour le caresser doucement de ma main droite. Il avait eu peur et ses dernières heures je l’avais délaissé. Je me souvins que Louanne, la préfète de Gryffondor, m’avais demandé de le montrer à Hagrid. Sobolani n’allait pas aimer ça.
En arrivant dans la Grande Salle on retrouva Victoria à sa table en compagnie d’Amy Handerson dont j’avais aussi fait la connaissance au bal de Noël. J’étais contente de la revoir alors je lui adressai un petit signe de la main. Je proposai à Lune de finir son petit déjeuner commencé il y a plus d’une heure. Je lui souris et m’assit sur le banc réservé aux Rouge et Or de façon a voir mes camarades de Poufsouffle et de pouvoir leur parler en signe tout en restant à coté de Lune.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 11 Jan - 10:11

Je venais de sortir d’un cours et je m’étais installée ici pour attendre calmement le prochain après cette heure de liberté que j’avais sur mon emploi du temps. J’aimais bien venir dans la cour intérieur du château : ce lieu où nous pouvions croiser tous les élèves entre deux cours ou qui comme moi prenaient le temps de se poser, avait son charme. Mais comme partout dans cette école il était envahi de courants d’air qui me firent frissonner et je resserrais ma cape autour de moi.

D’ailleurs en pensant à ma cape je me rappelais soudain que j’avais prêtée une des miennes d’hivers à Roxane la veille. Evidemment elle ne me m’avait pas rendue tout de suite vu la journée que nous avions passée hier. Une journée mémorable pour ma part car j’avais été en super compagnie avec ma meilleure amie - ma chère Amy – mais aussi avec Roxane et Lune.

Alors que je m’asseyais sur un des bancs en pierre je me remémorais cette veille de reprise des cours :

Après un petit déjeuner qui avait trainé en longueur et qu’Amy et moi étions repassées par notre salle commune pour nous habiller plus chaudement, nous avions enfin retrouvée nos amies dans le hall et étions sortis toutes les quatre dans le parc enneigé de Poudlard.

Roxane avait fait une remarque sur la beauté du paysage à laquelle nous avions toutes acquiescées. Ensuite nous étions parties d’un pas décidé vers la cabane de Hagrid, le cher vieil ami de mon tuteur, avec Amy et moi en tête. Je ne savais déjà plus ce que nous nous étions dit mais je me rappelais avoir passée mon temps à rire avec les filles.

Malheureusement pour Roxane, et Sobolani, Hagrid n’était pas chez lui et malgré moi je m’étais inquiétée pour le demi-géant. Chose qui était inutile quand je m’étais souvenue de son métier : garde chasse, qui impliquait de travailler loin de sa cabane. Il avait dû aller dans la forêt interdite pour y passer toute la journée.

Très vite notre attente du garde chasse s’était transformée en bataille de boule de neige et nous avions oubliée Hagrid pour des heures d’hilarité au milieu de la neige et de notre guérilla improvisée.
Quelques heures plus tard nous étions toutes les quatre rentrées au château trempées et grelottantes de froid mais avec toutes des sourires éblouissants de joie partagée. Je me rappelais avoir pensée, espérée très fort en faite, que cette joie entre nous ne disparaisse pas une fois que nous nous serions quittées dans les minutes suivantes.

Un grand sourire revint sur mes lèvres en repensant à la journée d’hier et en me rappelant aussi que nous nous étions toutes données rendez-vous dans le hall aujourd’hui pour retourner voir Hagrid. Cette fois j’espérais que ma chère Mel soit de la parti, je tenais tellement à ces quatre filles que j’avais du mal a croire en mon bonheur.

Soudain un énervement d’impatience me prit et je savais que j’allais être intenable pour le reste de la journée, en attendant 16h, en attendant Amy, Roxy et Lune …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 16 Jan - 14:28

En sortant de cours Serenna en profita pour grignoter quelque chose, elle n'avait pas manger depuis la veille. Elle avait les bras chargés. Son sac étant trop petit ou du moins les livres étant trop nombreux elle avait du mobiliser ses deux petit bras. Evidement comme un malheur ne vient pas seul un chahut incessant vint faire son apparition à la sortie des autres cours. Tous ses élèves qui semblaient tellement heureux de sortir commençaient à courir et donc la bouscula. Serenna ne s'appelait pas Musclor donc certains de ses livres tombèrent au sol dans un bruit de fracas presque inaudible à cause de ce brouhaha infernal produit pas les autres élèves. Elle soupira et reprit un grande inspiration afin de ne pas montrer le désespoir qu'elle ressentait. Elle s'agenouilla alors, afin de ramasser ses livres. Serenna s'aperçut avec colère que son carnet vert faisait parti de ces livres au sol. Elle le ramassa instantanément et rapidement. Une fois debout elle eu un regard noir se qui par le plus grand des miracles effrayait en quelque sorte quelques élèves qui la croisaient.
Apres quelque pas, Serenna déposa son regard désormais adouci sur une silhouette qu'elle connaissait de mieux en mieux.
Il s'agissait de Kalis. Elle s'arrêta puis se mit à sourire.

*Il est enfin revenu*

Serenna observa alors Kalis, capuche sur la tête s'avancer dans les couloir surement pour rejoindre la salle commune. Il devait surement tout juste d'arriver.
La jeune vert et argent le rejoignit et l'interpella.

- Kalis !!
Le visage de Serenna s'était enfin illuminé. Elle avait retrouver son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 16 Jan - 17:58

Serenna n’eut pas le temps de dire quoique ce soit que Kalis s’était jeté dans ses bras. Tous les livres de la jeune fille tomba à nouveau par terre. Serenna se mit à sourire. Elle le serra dans ses bras. Il se recula. Son loup noir s’approcha de la jeune fille tel un chat ronronnant. Le loup ne voulait surement qu’une chose, être caressé. Serenna se mit alors à genoux vers le loup et lui caressa la tête.

-Ne t’inquiète pas je ne t’oublis pas.
Elle se mit à rire en caressant le loup.

Puis elle ramassa à nouveau tous ses livres. Décidément ce n’était pas son jour. Mais qu’importe Kalis était revenu. Apres avoir entassé le livre de Sortilèges, de métamorphose, de décence contre les forces du mal, Serenna reprit son carnet vert. Mais cette fois-ci en se relevant elle n’avait plus le même regard qu’elle avait lancé aux autres brutes de ce collège. Son regard était plus doux malgré se petit quelque chose qui marquait un vide après le décès prématuré de sa maman.
Kalis qui avait l’air tellement enthousiaste prit la parole.

-Alors comment ça va ici ? Du nouveau ?

Elle le fixa droit dans les yeux et prit une grande inspiration.
-Tu sais… Il se passe des choses étrange ici. Depuis mon retour les préfets semblent inquiet, les professeurs sont dans le même état. De plus la directrice parait stressée et je ne sais pourquoi. Peut être en rapport avec les centaures qui nous ont attaqué Ally, Jack, Molly et moi avant le bal. Mais cette affaire avait été étouffé donc je ne sais pas.

Elle commença à marcher.

-Viens je vais poser mes livres. Lors du bal il s’est passé de nombreuse chose aussi… Poudlard ne sera jamais calme. Et…
Serenna hésita un moment avant de lui annoncer la mort de sa mère mais elle renonça en pensant qu’il venait seulement d’arriver. Les drames de Poudlard devaient lui paraitre bien plus intéressant.

-Et... toi comment s’est passé ta semaine avec Diagon c’est ça ?!
En attendant la réponse de Kalis, la jeune Serpentard observa les élèves afin de ne pas refaire tomber ses livres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Sam 17 Jan - 12:08

Donc arrivant de la volière j'avais rejoint l'intérieur du château avec ma camarade rouge et or pour aller à l'infirmerie où nous traversions plusieurs couloirs en silence le temps d'y parvenir.
Et heureusement que Mazdah était là car le faite de ne pas être seule m'aidait à ne pas trop penser à ma chère Mel et à imaginer n'importe quoi qui aurait pu me faire mourir de peur. Tiens ? Mais depuis quand Melinda était devenue "ma chère Mel" ? Surement depuis que je l'avais vu si mal et que j'avais commencée à m'inquiéter pour elle il y a quelques minutes.

Je relançais un énième sourire crispé mais sincère à la gryffondor en me demandant si je devais relancer la conversation ou si elle me trouverait trop bavarde.

* Q'Est-ce que je pourrais dire ? " En quelle année tu es ? ,  " Tes matières préférées ?  ... Elle va me trouver indiscrète ... Et puis Mel ? J'espère qu'elle va bien. Et qui était ce garçon avec elles ? *

Le temps de me poser toutes ces questions nous étions presque arrivés à l'infirmerie mais je n'avais toujours pas ouvert la bouche. Je me repassais en boucle le moment où j'avais aperçus mon amie avec la prof de potion et ce jeune homme que je n'avais pas reconnue jusqu'à ce que ça fasse tilt dans mon esprit. Il s'agissait de Duncan Draper notre nouveau gardien de quidditch. Lui aussi allait mal ? Maintenant j'étais doublement inquiète et je n'étais plus vraiment consciente de ce qui pouvait ce passer autour de moi.


Dernière édition par Victoria Lester le Ven 23 Jan - 12:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Sam 17 Jan - 20:00

En voyant Kalis prendre toutes les affaires qui encombrais ses petits bras, Serenna eu un léger sourire.

-Merci tu n'es pas obligé de tout prendre.

Mais Kalis lui prit aussi son sac vert. Elle le regarda et lui fit un sourire. Ses yeux étaient lumineux tout comme son visage. Kalis était tellement gentil. Cependant Serenna remarqua un regard insistant de la part du jeune homme. Elle ne fit aucune remarque.
Apres lui avoir demandé comment s'était passé sa semaine au Chaudron Baveur il répondit.

-Ah euh oui oui j'ai passé ma semaine avec Diagon. Il était génial avec moi.
Elle le vit sourire.

-Je suis contente de revoir ton sourire.
Elle le regarda à nouveau puis détourna ses yeux bleus droit devant elle. On ne sait jamais avec les autres élèves ce qu'il peut arriver.

-Euh...J'ai l'impression que ca va pas fort...Je me trompe ?
Serenna s'arrêta alors comme coupé dans ses pensées.

-Euh... je ne peux rien te cacher mais je t'avoue que je ne suis pas assez courageuse pour en parler maintenant.
Elle se dirigea alors vers Eva, une fille qui partageait sa chambre.
Attend je te prends se livre, Eva m'avait demandé de lui prêter.
Serenna prit un livre et s'éloigna de Kalis afin d'aller le porter à son amie.

Apres quelques paroles échangées avec Eva elle retrouva Kalis.

-Excuse moi, je devais lui porter ce livre.
Elle baissa la tête comme pour détourner la conversation qu'ils avaient eu avant l'épisode du livre.

-Tu es sûr que tu ne veux pas que je prenne mon sac ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Lun 19 Jan - 10:03

Serenna accorda un nouveau sourire au jeune homme. Mais après quelques secondes Serenna se rendit compte de quelque chose. Kalis n'avait pas l'air bien. Il secouait la tête comme pour effacer une pensées qui lui venait. Sans savoir de quoi il s'agissait Serenna continuait à avancer quand elle se rendit compte qu'il ne la suivait pas. Que se passait-il dans la tête de Kalis ? Pourquoi semblait-il si mal ?
Elle retourna sur ses pas et s'approcha de lui.

-Kalis ?
Elle fronça légèrement les sourcils afin de montrer son incompréhension.

-Kalis ça ne va pas ?
Elle se mit devant lui et tenta de capter son attention.

Kalis serrait de plus en plus fort la anse du sac de la jeune fille. Tout son corps paraissait crispé et son esprit semblait se battre contre quelque chose que la jeune Serpentard ignorait.
Serenna s'empressa alors d'aller demander de l'eau aux élèves qui passaient. Elle humidifia un bout de tissu et le passa sur le visage de son ami.
Le regard de Kalis devenait de plus en plus noir et il serrait de plus en plus fort le sac de la jeune fille.

-Vient Kalis il faut que tu t'asseyes.

Heureusement l'une des salles de cours à côté d'eux était ouverte et vide. Serenna entra et prit une chaise puis la déposa contre un mur dans le couloir afin de ne pas déranger un futur cours. Ce n'était pas le moment de se faire réprimander par un préfet et d'être envoyé chez la directrice.
Directrice, préfets... mais oui c'é-est ça la solution !

-Kalis réponds moi ! veux tu que j'ailles prévenir un préfet ou la directrice de maison ? Je ne sais pas ce que tu as mais tu commences à me faire peur Ka' !

Serenna commençait vraiment à avoir peur pour lui mais aussi de lui. Son visage avait changé en quelques secondes. En attendant sa réponse elle lui prit le bras afin de l'accompagner jusqu'à la chaise. Une fois assis, Serenna posa sa main sur le visage du Serpentard.

-Je ne sais pas à quoi tu penses mais essais de penser à autre chose.


*je ne pense pas que ça l'aide vraiment mais bon... je ne sais pas quoi faire*
Elle prit une grande respiration et attendit une réponse, un signe de Kalis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 23 Jan - 17:21

Comme je venais de le dire j’étais si inquiète pour mon amie et mon camarade de Poufsouffle que je n’avais plus trop conscience de se qui se passait autour de moi. Jusqu’à ce que Mazdah me tire soudainement de mes pensées en me tirant littéralement par le bras.

-Quelle bande de crétins !
-- Hein ?

* Qu’est-ce qui se passe ici ? *

Je n’eu pas le temps de m’en inquiéter plus que ça que déjà la Gryffondor nous éloignait d’un curieux vacarme. Elle reprit sur un ton rassurant :

-Ça va Victoria ? Il ne faut pas s'inquiéter. Je suis sûre que ça ira.

-- Oui merci … Et excuse moi je dois te sembler bien bête de réagir comme ça.

* Mais je ne me suis pas attachée à quelqu’un comme ça depuis papa et maman … A part avec Harry et Ginny *

Heureusement pour mes nerfs qui furent misent à rude épreuve en repensant à mes parents et en faisant le lien avec Melinda, nous arrivions très vite à l’endroit voulut.
Mazdah s’arrêta pour m’adresser un dernier sourire rassurant quand la porte de l’infirmerie s’ouvrit sur la fameuse Serdaigle qui me donnait tant de frayeur depuis maintenant 20 minutes.

- Ria ! Salut ! … Vous allez où comme ça ?

-- Melinda !!!

J’attrapais les mains de mon amie en lui lançant un regard des plus inquiets et en continuant :

-- J’allais te voir bien sûr ! Je t’ai vu du haut de la volière avec miss Wolkoff et Duncan ! Et lui ? Il va bien ? Il est de ma maison ! Qu’est-ce qui s’est passé ? Ca va ? Tu es tombée dans le lac ? Ou alors vous vous êtes fait attaqués par un animal ? A ce qu’il parait ils deviennent fous ! Je ne veux plus que tu t’approche de la forêt !

Mon monologue déversé sur un ton paniqué laissa Melinda et Mazdah bouche bée et plus que surprise. J’avais même réussit à effrayer la Serdaigle et je la lâchais en m’en rendant compte. Je me sentis soudain toute honteuse et m’excusa ensuite en mettant une distance respectable entre nous, rouge de gêne.

--Désolée … J’étais inquiète … Maintenant je le rends comte que je suis une idiote. Tu as l’air d’aller bien … Et voici Mazdah je l’ai croisée à la volière et comme elle devait aller à l’infirmerie aussi ...

Je me tournais, encore honteuse et bête, vers Mazdah qui salua Melinda d’un signe de tête. Je ne savais plus où me mettre et j’attendais qu’une des deux filles réagisse.

*Oh non ! j'ai tout gâchée ! Elle vont me prendre pour une folle ! *
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 23 Jan - 21:53

En attendant la réponse de son ami, Serenna caressa le loup noir. Puis en voyant Kalis secouer la tête afin de répondre négativement à sa question, elle prit un temps pour respirer. Le regard de Kalis était de plus en plus noir. Il semblait regarder tous ces élèves qui déambulaient dans les couloirs en le fixant. Serenna se retourna et leur indiqua de façon plus ou moins aimable qu’il n’y avait rien à voir ici.
C’est donc avec toute son arrogance qu’elle leur destina ces mots.

-Vous désirez quelque chose ?  Je sais que Kalis est devenu une star (de l’ombre) mais désolé de vous décevoir il ne signera aucun autographe.

Certains élèves semblaient rire de la situation, mais surtout de l’état dans lequel était le jeune homme.
Voyant que quelques élèves restaient figés à papoter et à lancer des rumeurs infondées Serenna commença à s’énerver.

-Bon il faut vous le dire en quelle langue ?!

Mais après ça, la jeune vert et argent n’aurait jamais imaginé ce qu’il se passerait ensuite.
En revenant près de Kalis, Serenna entendit une voix non loin d’eux. Il s’agissait d’une voix masculine.

-Eh regardez y a Antoy qui pleure ! Il pleure vraiment !

Apres cela Serenna prit le bras de Kalis en voyant son regard noir. Son coeur battait de plus en plus fort et sa respiration s’accélérait. Serenna savait que Kalis allait vraiment s’énerver. Mais jusqu’où allait-il aller, elle l’ignorait. C’est alors qu’elle vit Kalis se lever et foncer sur ce jeune serdaigle le poing serré.

*non fait pas ça !!!*

Serenna courut alors du plus vite qu’elle le pû vers le serdaigle. Son pouls s’accélérait, elle avait peur de ce qu’il pourrait se passer. Elle eut alors une monté d’adrénaline. Ses cheveux se balancèrent violemment dans le mouvement de ses pas. Serenna dépassa alors Kalis avant de se mettre juste devant le bleu et bronze comme pour le protéger malgré que ses propos est été d’une méchanceté indigne d’un élève de Serdaigle, d’ailleurs indigne de ce collège. Elle accrocha sa main à la cape du serdaigle afin qu’il ne se sauve pas. Kalis allait surement faire l’erreur de sa vie en frappant un autre élève. Heureusement Serenna savait qu’il ne lui ferait aucun mal, c’est d’ailleurs pour ça qu’elle c’était interposée.
Dans son élan Kalis avait frôlé le visage angélique de Serenna. Mais il y avait eu plus de peur que de mal. En voyant le jeune serpentard courir en direction de la salle commune, elle resta telle une statue quelques secondes. Puis elle se tourna vers le serdaigle qu’elle tenait fermement.
Elle lui lança un regard noir avant de prendre la parole. Elle commença d’abord par l’applaudir.

-Je te félicite, aujourd’hui tu as fais preuve d’une grande intelligence en te moquant ouvertement d’un autre élève. Aujourd’hui tu as honoré ta maison, tes couleurs avec dignité.

Evidement devant ces mots le jeune homme ne sut quoi dire, seul quelques éclats de rire retentir aux côtés des deux élèves.

*oeil pour oeil, dent pour dent*

Serenna tourna alors le dos au Serdaigle et à ses amis avant de ramasser ses affaires. Evidement les chuchotements et les rumeurs allaient être lancé à partir de ce moment précis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 28 Jan - 12:05

La surprise passée Melinda me répondis sur un ton rassurant même si je décelais un fond de nervosité :

-Hum... J'étais dans le parc, quand Miss Wolkoff a souhaité m'entretenir d'un sujet, et Duncan est arrivé... Il se trouve... Que sa baguette s'est auto-enflammée … Mais moi je n'ai rien ne t'inquiète pas, j'étais juste là au mauvais moment. Et Duncan va bien aussi, mais il n'a juste plus de baguette … Et non tu n'es pas idiote du tout, juste très sensible.

* Oh le pauvre ! Ca aurait pu très mal finir ! *

Mais j’oubliais bien vite Duncan, étonnée de la véracité des propos de Mel. Nous ne nous connaissions pas depuis longtemps mais c’était comme si, elle était tombée dans le mille, j’étais effectivement très sensible. Je ne l’avais jamais été avant … Avant l’été de mes 11 ans, mes parents avaient même du mal à me tenir tranquille quand j’étais petite … Mais depuis ces cinq dernières années c’était tout le contraire, j’étais trop prudente, trop sur mes gardes, trop inquiète et trop souvent.

Sauf bien sûr depuis ma rencontre avec ma chère Amy, suivis de Mel et de Roxane. Et bien sûr toutes les autres rencontres à coté comme Louanne, Lune et Molly de Gryffondor ; Aylen, le préfet de serpentard (même si ce fut une rencontre brève) ; sans oublier le pauvre Duncan et mon cher Jack de ma maison qui m’aidaient tous à me sortir de ma coquille un peu plus chaque jours. Mon cher Jack ? Je le connais à peine ?! Ca fait deux fois aujourd’hui que je dis ça.

Bref juste après que Mel m’ai donnée son explication pour m’avoir fait peur elle ne me rassura pas plus en parlant de loup-garou dans la forêt interdite. Je savais qu’il y en avait mais très loin, dans les coins les plus sombres et les moins inaccessibles de ces immenses bois d’Ecosse, à des kilomètres de Poudlard. Mais en ce moment les animaux semblaient perdre la tête alors sait-on jamais, il fallait rester prudent.

Mazdah était restée avec nous et avait captée notre conversation inquiétante, je ne savais pas ce qu’elle en pensait et elle semblait être le genre de personne à bien savoir cacher ses états d’âme, tout le contraire de moi. En tout cas elle se rappela pourquoi elle était venue avec moi.

-Hum, ne m'en voulez pas les filles mais je dois aller à l'infirmerie … Je vous rejoins plus tard si ça ne vous gène pas.

-- Bien sûr, j’espère que ce n’est pas grave.

Ensuite je me tournais vers Melinda pour voir si ca la dérangeait, et puisqu’elle avait l’air de savoir lire en moi si facilement je lui fis comprendre d’un regard que moi ça ne posait pas de problème et que c’était comme elle voulait. Il restait du temps avant le dîner et l’idée de le passer à faire une nouvelle connaissance en flânant dans les couloirs était sympah.


Dernière édition par Victoria Lester le Lun 2 Fév - 8:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Lun 2 Fév - 9:21

-A plus tard Mazdah !

La minute d’après je me retrouvais seule dans le couloir avec Melinda mais la gêne de tout à l’heure avait disparu. Un silence s’installa mais mon amie Serdaigle nous trouva vite un sujet de conversation qui me fit rougir tout de suite.

-Alors tu es allée au bal avec Jack ? Et depuis... Ça va entre vous deux ?

Elle me lança même un sourire malicieux qui en disait long sur ce qu’elle attendait de moi : un exposé complet avec pleins de détails … Seulement je n’avais rien à dire. je n’avais pas revu Jack depuis le bal, enfin en cours mais nous n’avions pas encore réussit à nous voir seul à seul et ça me touchait plus que ce que je l’aurais imaginée.

* Si ca va ? Je ne sais même pas si il y a un « nous deux » *

Je perdis mon sourire pour un air triste et j’allais ouvrir la bouche pour lui répondre quand quelqu’un nous interrompis par son arrivée surprise, derrière Melinda.
Ils avaient l’air de se connaitre et, d’après la tête de mon amie, elle n’était pas ravie de voir le jeune homme qui apparemment était aussi à Serdaigle. Il attendit dans une minute de silence avant d’intervenir.

-Alors Mel, tu ne me présentes pas à ton amie ?

-Victoria, Adam, Adam, Victoria … C'est un...
-Ami intime. Très intime,
-Si tu nous laissais Joli Cœur ?
-Mesdemoiselles.

Je n’eu pas le temps de répondre un bonjour ou un au-revoir au jeune homme qui d’après son accent venait aussi de France. Durant le temps de leur échange Mel c’était forcée à rester polie et à affichée un sourire ravis qui sonnait faux. Adam, puisque c’était son nom, semblait plutôt à l’aise avec notre amie commune et l’avait montré par des clins d’œil charmeurs qui me surprirent mais qui n’eurent aucun effet sur moi, malgré une certaine beauté apparente.

Et après cinq minutes de tensions de la part de ma chère Mel, Adam s’en retourna comme il était arrivé dans un froissement discret de capes. Melinda se retourna sur moi avec, à son tour, un air confus et je lui posais la première question qui me passa par la tête.

-Un ami intime ? J’ai comme l’impression que t’en a plus à raconter que moi.

Mais au lieu de lui renvoyer son sourire malicieux et interrogateur mon regard se voila une fois de plus d’un air triste en pensant à Jack et au vide de son absence post-bal. Il me manquait tellement et j’enviais tellement Mel et son histoire d’amour que je soupçonnais exister entre elle et cet intriguant Adam.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 8 Fév - 11:24

-Hum hum. Comment t'expliquer... C'est... compliqué.
-- Mais … Tu n’es pas obligée …

Il se passa une bonne minute où Mel fut soudain passionnée par ses cheveux et où je la fixais d’une manière qui se voulait rassurante. Si elle pouvait lire dans mes pensées elle verrait que je ne voulais rien savoir si elle, elle ne le voulait pas, moi-même j’avais peur qu’un jour mon passé refasse surface mais il se passa tout le contraire. Melinda se mit à parler avec un air qui me fendis le cœur, mais peut-être qu’au fond elle avait besoin d’en parler à quelqu’un et qu’après elle se sentirait mieux. Je l’écoutai donc attentivement, comme une vraie amie que j’espérais devenir pour elle.

-Je le connais depuis que j'ai 11 ans, et on a commencé à sortir ensemble l'année dernière. Sauf qu'un jour, je ne sais as ce qu'il lui a prit, il m'a insultée de... Sang-de-Bourbe. Lui est issu d'une vieille famille aristocratique de Sang-Purs tu comprends. Bref ma venue à Poudlard est tombée au bon moment, jusqu'à ce que lui aussi profite de l'échange. Il semble être profondément repenti mais comment te dire... Maintenant il me fatigue tellement que je meurs d'envie de l'envoyer se faire cuire une bouse de dragon !

-- Ah d’accord, oui en effet c’est compliqué. Vous vous aimez encore mais tu ne sais plus comment faire avec lui vu … Enfin bref, si tu as besoin d’en parler encore je suis là.

Je lui souriais gentiment et la Serdaigle se détendit avant de s’excuser à propos de Jack. Mon regard s’assombrit un tout petit peut une fois de plus et je lui répondis sur un ton qui se voulait détacher, sans importance.

-- Oh c’est rien. C’est juste que je ne l’ai pas beaucoup vu depuis que les cours ont reprit, il doit avoir trop de travail, ou alors il s’en fiche, c’était juste un bal… Je ne sais pas pourquoi ça me touche comme ça.

J’en avais soudain les larmes aux yeux et ma poitrine me faisait mal, j’avais l’impression d’étouffer mais pourtant je ne pensais pas à mes parents en ce moment. Je soufflais profondément en tirant sur le col de ma chemise et me forçais à sourire en essuyant une larme discrètement.

-- Ah ces courant d’air … Et sinon on devait aller chez Hagrid avec les filles, il est quelle heure ?

Je pouvais peut être trompé les autres en souriant mais ma voix venait de me trahir avec tous ces trémolos, je me raclai la gorge et eu soudain envie de ranger mon sac déjà en ordre alors que nous avancions cote à cote.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 11 Fév - 13:52

J’arrêtais de fouiller dans mon sac pour rien et relevais la tête sur mon amie en gardant un papier dans les mains. J’essayais de sourire comme si de rien n’était mais d’après la mine peinée de Melinda mon état émotionnel n’était pas passé inaperçu. Malgré ça elle ne me fit aucune remarque, surement que, tout comme moi, elle n’était pas très douée pour consoler les gens et je ne lui en voulais pas, je lui en étais même reconnaissante. La Serdaigle tenta quand même un geste de réconfort en serrant mon bras de sa main et cela me surprit et me ravis, c’était signe d’une belle amitié … A mon avis.
La minute d’après elle me répondit avec un air encore plus désolé et je m’en voulus de réagir si profondément au manque actuel du Poufsouffle dans ma vie.

-Oh, hum... En fait j'ai des tonnes de devoirs à rattraper et avant de vous rencontrer, j'avais l'intention d'aller à la bibliothèque... Mais on peut se retrouver pour manger plus tard ?

Je lui renvoyais un grand sourire, les traces de ce stupide chagrin ayant disparus de mon visage et de ma voix, et je lui répondis à mon tour alors qu’elle s’éloignait déjà en direction de la bibliothèque.

-- Oui bien sûr ! Avec plaisir ! A tout à l’heure !

Je m’en retournais ensuite de mon coté, n’étant plus très loin de la grande salle et j’entendis la grosse horloge de Poudlard sonner la demi.

* Ah bah voilà je sais quelle heure il est. On doit se retrouver dans le hall avec Amy, Roxane et Lune, à 16h *

A la pensée de cette balade je retrouvais ma bonne humeur et oubliais Jack pour le moment. Je finis par remarquer que je tenais un papier dans les mains et je jetais enfin un œil dessus en voulant le remettre dans mon sac.



Devoir d’Etude des Objets Magique :
pour le prochain cours parler d’un objet que l’on voudrait étudier,
dire pourquoi et ce que l’on en sait, poser des questions si on en a
.




Je reconnu bien sûr mon écriture et qu’il s’agissait de notes prises pour un devoir que je ne me rappelais pas avoir fait. Sous le devoir à faire j’avais notée un dernier mot : Balais.

-- Oh mince j’ai oubliée de rendre un devoir !!! La prof va me tuer !!! Et les Potter aussi si elle  leur envoie un hibou !!!

* Bah oui je ne suis pas maso je ne vais pas leur dire *

M’affolant et me payant quelques moqueries de mes camarades à parler toute seule, je rejoignais la grande salle d’un pas pressé pour faire mon devoir avant d’aller chez Hagrid. J’avais le temps mais je voulais le rendre le plus vite possible, j’avais déjà perdue des semaines alors pas question de trainer une minute de plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mar 17 Fév - 17:06

Après être rentrée plus tôt dans la nuit, Winonna avait raccompagné Thanael aux cachots pour qu'il aille dans sa salle commune, mais elle avait gardé la baguette de celui-ci : sans baguette , il n'allait pas réussir à faire grand chose. Elle était ensuite remontée dans sa salle commune pour inspecter les lieux : tout le monde dormait, même l'indocile Ash. La jeune fille caressa son chat au passage, qui dormait sur son lit, puis sortit de la salle commune pour se diriger dans un couloir pour attendre les sorciers partis en mission. Miss Diggory se posa à terre, en tailleur et elle attendit les instructions des autres préfets. Le jour allait se lever et Clive passa chercher Winonna dans son couloir : les préfets devaient se retrouver vers la bibliothèque pour se préparer à gérer les élèves de leur maison respective en l'absence des professeurs. Un petit laps de temps passa et l'attente interminable fut payante : le patronus de Madame Dragonneau apparut devant les préfets pour les avertir de leur arrivée. L'équipe de sauvetage s'était rendue immédiatement à l'infirmerie pour se faire soigner. Winonna s'y rendit pour voir Eric. Par une fenêtre, elle vit Ambre, se diriger dans le parc, mais n'y prêta pas grande attention. En arrivant à l'infirmerie, elle vit Eric qui pleurait à chaudes larmes. La jeune fille avait l'habitude de le voir comme ça, il a toujours été assez ... sensible.

- " Eric, calme toi. Tu es rentré, vous êtes rentrés. Je suis là, Eric, ne pleure plus." Elle prit le jeune homme dans ses bras pour le consoler, celui-ci murmurait des trucs incompréhensibles à cause de ses sanglots.

Du haut de l'épaule de son camarade, elle eut la possibilité de voir les professeurs qui avaient l'air complètement anéantis : Miss Opale et Miss Morgane avaient les yeux très rouges, les autres étaient absents et... Miss Leeloo n'était pas là. Elle n'était pas rentrée au château.La jeune fille comprit que leur professeur était décédée, dans la forêt interdite, mais elle espérait par dessus tout voir Leeloo entrer dans la pièce et lui prouver le contraire. Elle aurait tellement voulu poser des questions à Eric, mais elle ne voulait pas le brusquer encore plus : il avait dû voir des choses terribles cette nuit. Elle espérait qu'aucune autre personne allait périr, et que cette querelle allait bien se terminer. La préfète jeta un coup d'œil en direction de Louanne, qui avait l'air d'aller bien, mais qui dormait. La directrice était sûrement dans son bureau mais ce n'était pas le moment de parler de la tentative de fugue de Monsieur Howenstood, Poudlard avait des problèmes plus importants. Les préfets qui étaient restés devant la salle, se séparèrent pour retrouver leurs camarades. La jeune fille décida de faire de même, et elle prit Eric par le bras. Il fallait qu'il dorme. Après un signe de tête de Madame Pomfresh, qui autorisait Eric à sortir, les deux préfets se dirigèrent vers leur salle commune, doucement mais sûrement, et surtout, ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les couloirs du chateau.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Les couloirs-