BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Les couloirs du chateau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 18 Fév - 18:28

Pestant après les idées farfelus des jumeaux, qui nous valaient à tous les trois une énième course poursuite contre Rusard, j'avais fini par opter pour un replis stratégique parmi les passages secrets des étages. Tendant l'oreille, rien d'autre que mon souffle court et les battements saccadés de mon cœur ne firent écho, et je repris mon chemin d'un pas nonchalant *mmh j'espère que les jumeaux s'en sont tiré aussi.. en même temps une infiltration dans les bureaux, mais qu'est ce qu'ils font pas ses deux là, la prochaine fois qu'ils m'embarquent dans un truc pareil je.. *
Jamais personne ne saura ce qu'il adviendra de Vladimir et Enrica dans un cas pareil étant donné que mes pensées se stoppèrent net à la vue d'une personne quelque pas plus loin. L'originalité des passages secrets de Poudlard, c'est qu'au moins la moitié du château semble les connaitre.. Je me rapprochais en gardant la même allure -après tout, impossible de me faire une remarque sur la non-justification de ma présence ici vu qu'elle était dans le même cas- observant la jeune fille. Assise sur le sol, dos contre la pierre, elle était bras et jambes repliés, semblant attendre simplement que le temps s'écoule

*mais pourquoi elle ne va pas plutôt dans sa salle co..? Rhoo non, c'est la préfète des Gryffons, elle va me refiler à Rusa..la Préfète des Gryffons ?!*

Le souvenir de la soirée passé avec Vladimir dans la salle commune des Poufsouffle, alors que la Directrice avait fait une entrée plus que surprenante accompagnée d'élèves de d'autres maisons me revint en mémoire, et je ne pu retenir une exclamation

- Tu es là finalement ?
Parcourant les derniers mètres qui me séparait de la brune, je lui précisai le sens de ma phrase avec un sourire de soulagement sur le visage
- Je me suis fait tout un film avec ton absence et les rumeurs sur les centaures, sans compter la visite de la directrice dans notre salle co avec toute la ribambelle de Préfets dont tu ne faisais pas parti.. Mon frangin arrêtait pas de me dire qu'Arthur non plus n'était pas là, mais n’empêche, pour que la Directrice s'amène en pleine nuit après le couvre feu..
*Ash tu viens de te griller en lui parlant  d'un truc que tu n'étais pas censé savoir.. trop tard* ..bien que lors de notre dernière rencontre tu m'ais laissé me scratcher au sol en DCFM, je m'inquiétais un peu sur ton absence quand même

En même temps que je prononçais ces mots, je pris appuis contre le mur et m'asseyais en tailleur à gauche de la jeune femme. J'avais jusqu'à présent parlé avec naturel, ponctuant mes propos de gestes, mais mes mains se figèrent dans les airs lorsque la proximité avec la jeune femme me fis enfin remarquer qu'elle ne semblait pas aller très bien. *Oh misère, si ça se trouve les films que je me faisais ne sont pas que des rumeurs*
- Hum.. Tu n'as pas l'air en top forme, sans vouloir te vexer

Immobile à ses côtés, j'hésitais sur la réaction appropriée lorsqu'on trouve au détour d'un passage secret par le plus grand des hasards une Préfète -en chef qui plus ait- en train de se morfondre pour X raisons. Les quelques secondes de réflexion n'avaient malheureusement pas aboutit à une décision convaincante.
- Diantre, je ne sais pas trop quoi faire, la rencontre avec une demoiselle en détresse devrait se solder par l'appel de sa Préfète mais tu es la Préfète.. Plus sérieusement, si je peux faire quelque chose pour toi, j'ai en stock des blagues nazes si tu veux rire, des mouchoirs et une épaule si tu veux pleurer, des jambes pour aller chercher du secours, du café dans mon sac, éventuellement je peux même faire des tours de magie -moldue cela va s'en dire, pas de sorcellerie en dehors des cours je sais je sais- pour t’émerveiller et te faire oublier ce qui te rends si songeuse. Ou si tu veux parler je peux être une auditrice attentive et même faire de mon mieux pour apporter des réponses censées

Tournant la tête vers elle dans un tintement de perles, j'achevais avec un sourire

- Et bien sur si ma présence t'indispose, je peux partir loin d'ici -par contre si tu pouvais éviter de m'enlever des points pour traîner dans les couloirs quand mon emploi du temps indique que je dois être en études, ça m'arrangerai. De toute façon ces heures de travail personnel ne sont jamais de grande efficacité chez moi alors autant éviter une surpopulation des salles..
Bweff, exprimez vous très chère, que j'exauce vos rêves
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 20 Fév - 18:19

Ria répondit à Lune :
- Oui j’ai reçu le même hibou et je l’ai vu en cours mais on n’a pas eu le temps de parler aujourd’hui … J’espère que ce n’est rien.
-Je l'espère aussi. Répondit-Lune. Enfin, il ne faut pas imaginer plein de trucs non plus, peut-être devait-elle juste aller voir un professeur ou quelque chose comme ça…

- Allez viens, on verra ça demain, reprit la Poufsouffle,  en attendant on va faire un tour … Il est encore tôt, tu veux aller où ?
-Heu, je ne sais pas. Tu es fatiguée ?
-Un petit peu, admit Ria.
-Ne t'inquiète pas, moi aussi. Je dois rendre un devoir au professeur Opale, tu m'accompagne ?

Victoria acquiesca et les deux jeunes filles se dirigèrent vers le bureau de leur professeur de métamorphose. Elles discutèrent de tout et de rien, de trucs de filles, comme les garçons, les vêtements, les cours, leur vie avant Poudlard,…


[HG: -suite du rp au bureau de Opale
- Avec accord de Victoria pour le Libre Arbitre]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 20 Fév - 22:12

*Tiens elle se rappelle de mon nom.. Ash, en même temps les profs n’arrêtent pas de te reprendre pour tes commentaires intempestifs en cours, comment une préfète pourrait oublier ton nom ?*
- Et tes excuses étaient acceptées Louanne, sinon je me serais arrangé pour te le faire comprendre avec un petit vol plané lorsque c'était à moi de lancer le sort
La jeune femme avais repris sa position initiale, lovée contre le mur la tête entre ses bras. Je l'observais quelques instants, dépliant mes jambes croisées en les sentant s'engourdir. Mon mouvement aurait pu faire penser à quelqu'un qui ne pouvait me voir -comme la Préfète en question- l'illusion que je m'éloignais, pourtant je restais là, assise contre la pierre froide des murs du passage. Le ton qu'elle avait emprunté pour me répondre n'engageait franchement pas à la conversation mais je n'arrivais pas à me décider à partir.
*Elle dit que cela ne m’intéresserai pas plus que ça. Donc il y a bien un truc qui ne va pas. Et ce truc, quelqu'il soit -en espérant qu'il ne soit pas aussi catastrophique que les scénarios imaginés avec Vlad'- a eu pour conséquence qu'elle vienne dans les passages secrets. Seule. C'est pas logique, perso moi j'irai avec Charlie et le jumeaux, voir des potes s'ils ne sont pas dispo.. Mais peut-être que justement ses potes à elle ne sont pas là ? /Oui Ash, ils sont surement à l'étude, eux. / Mets la en veilleuse Listo, je réfléchis. Donc Louanne ne vas pas bien mais elle ne peut-ou ne veut- pas en parler. En même temps, elle ne m'a pas clairement dit de partir, et c'est pas forcément la meilleure solution de la laisser seule ressasser ses idées noires. Conclusion, tu fais quoi Ash ? Comme d'hab Call, j'improvise en essayant de limiter la casse..*
- C'est vrai, on ne se connait pas plus que ça. Mais tes potes n'ont plus tu ne les connaissais pas avant de faire leur connaissance, faut bien une première conversation..
J'avais prononcé ces quelques phrases d'une voix basse, sans le ton ironique que j'utilisais habituellement. Certaine pourtant qu'elle m'avait entendu, le dénuement des murs du passage secret laissait les sons se promener sans le moindre obstacle et ma voix, lorsqu'elle n'était empreinte de sarcasme, avait une tonalité grave qui attirait l'écoute.
Redevenue silencieuse, je fis tournoyer machinalement entre mes mains une de mes atebas, le visage toujours tourné vers la jeune femme. Ma décision prise, j'avais choisi de ne pas m'éloigner tant que mon regard ne croiserait le sien, et que les yeux noisettes de la Gryffondor n'affirmeraient pas que ce soit réellement ce qu'elle attendait de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mar 24 Fév - 16:33

-Que me vaut ce beau sourire furtif ?
A peine ma question posée, j'avais enchainé sur autre chose en remarquant le regard fixe de la jeune femme.
*Diantre Ash, ne vas pas faire foirer cette discussion avec ta curiosité.. En même temps Call, question curiosité elle est pas mal non plus, me demander ce que j'ai fais comme conneries.. Va expliquer ça à une préfète tiens*
- Hum, je ne vois pas du tout de quoi tu parles lorsque tu insinues que j'ai "encore du faire une connerie" "Encore" en plus.. Comme si c'était dans les habitudes, mais voyons, je suis un ange
J'avais prononcé les derniers mots en battant des cils, affichant un air angélique, sourire aérien et yeux grand ouvert à la Chat-Potté -comme dans un dessin animé moldu, avec pour différence un fond bleu ciel d'été au lieu d'une nuit d'encre.
Après trois secondes d'un silence quasi religieux, mon sourire ironique refit surface et j'avouais d'un ton coupable.
- Infractions contre l'application de la loi et de l'administration de la justice, complicité d'atteinte à la vie privée, infraction contre les droits de propriété, complicité d'opération frauduleuses en matière de contrats et de commerce.. Je crois que c'est tout.
Me ravisant, j'ajoutais le plus sérieusement possible
- Dans le cas où Rusard n'ait pas choppé les Jumeaux, sinon on peut rajouter non assistance à personne en danger -Cette personne étant Rusard bien sur, car je n'ose imaginer ce que Vlad' et Enrica lui feront subir pour les avoir empêché de passer le temps escomptés dans le bureau des profs
Enfin, je suppose qu'ils y retourneront puisque oui, on est plutôt obstiné dans la famille.. Vlad' aussi l'est. Mais il a choisi Poufsouffle, comme moi, alors que Enrica a laissé le Choipeaux l'amener à Gryffondor. Plus Charlie qui est à Serdaigle, histoire de bousculer la tradition Serpentard de la famille maternel.. même si Magnus était un Serpent.
*Et Balti.. Pourra-t-il seulement venir un jour à Poudlard..*
Secouant légèrement la tête en fronçant les sourcils, je repoussais loin cette pensée avant de me retourner vers la Gryffondor
- Et toi, tu as des frères et sœurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Jeu 26 Fév - 17:27

Une branche craqua soudain à la droite d’Ambre et ses paupières se relevèrent brusquement, dévoilant ses iris qui avaient repris leur couleur d’acier habituelle. Le soleil matinal lui brûla douloureusement la rétine et elle plissa les yeux pour réduire le flot de lumière crue qui y pénétrait. Ambre n’avait aucune idée de l’heure, ni du temps qu’elle avait passé assise contre un arbre dans le froid glacial à refouler la vague de haine de l’Ombre. Elle ne parvenait pas à penser ou à ressentir quoi que ce soit si ce n’était son corps frigorifié emmitouflé dans sa cape gelée, la douleur de ses yeux aveuglés par le soleil levant, le sourd mal de tête qui faisait battre le sang à ses tempes, et surtout, un épuisement total. Elle devait avoir utilisé toute son énergie pour repousser les pulsions meurtrières déclenchées par l’attaque des Centaures, mais elle était bien en peine d’obtenir un souvenir précis de sa lutte mentale. Tout s’était déroulé dans le brouillard d’une sorte de demi-conscience et la seule certitude qu’Ambre avait à l’heure actuelle était que l’Ombre s’était rendormie dans les profondeurs de son esprit. La Serdaigle se redressa avec difficulté et se remit sur ses deux pieds avec une grimace de douleur. Lorsqu’elle tenta de faire un premier pas, tout le parc se mit à tourner autour d’elle au rythme du sang qui battait à ses tempes. La migraine ne passait pas.

* En prenant en compte le fait que mon esprit était déchiré en deux il y a quelques heures, ce n’est pas le pire… *

Ambre s’appuya de nouveau au tronc d’arbre, attendant que sa vision se stabilise et que son vertige se dissipe, et serra la mâchoire avant de commencer à se diriger vers le château. Après avoir parcouru l’interminable distance qui la séparait de la Grande Porte, elle s’accorda quelques minutes de pause dans le hall d’entrée désert. Un bruit de conversations résonnait depuis la Grande Salle remplie d’élèves prenant leur petit-déjeuner. Ambre n’était pas passée devant un miroir, mais il était évident qu’entrer pour manger attirerait la curiosité. Elle se résigna donc à monter d’abord dans sa salle commune pour avoir l’air plus présentable avant de redescendre. La plupart des élèves prenant leur petit-déjeuner, les couloirs étaient, par chance, presque déserts. Ambre emprunta tous les passages secrets qu’elle connaissait pour arriver le plus vite possible devant le heurtoir en forme d’Aigle.

* Je ne suis peut-être même pas en état de réfléchir pour résoudre son énigme… Par Salazar… *

La Serdaigle s’engagea alors dans un passage secret, ses pas résonnant légèrement sur le sol.

« […] Ensuite d’où vous vous permettez d'entrer dans le bureau des profs ? Vladimir et Enrica... Quand est ce qu'ils arrêteront ces deux-là ?...
Pour te répondre, je n'ai ni frère, ni sœur. J'ai eu une amie, moldue, que j'ai aimée comme une sœur... Mais…  Enfin ça c'est du passé. Que veux-tu savoir d'autre ? »


Ambre s’immobilisa, mais il était trop tard pour faire demi-tour. Ses pas devaient avoir été entendus et elle venait de prendre un brusque tournant qui avait fait apparaître Louanne et Ash devant ses yeux. La Préfète lâcha un bref soupir et avança de quelques mètres pour se rapprocher des deux filles. Elle avait repris un visage de marbre et son habituel regard froid et perçant, mais la neige fondue qui gouttait de sa cape et les cernes sous ses yeux montraient sans aucun doute possible qu’elle avait passé la nuit dehors.

- Bonjour à vous, dit-elle simplement d’une voix inexpressive lorsqu’elle fut assez proche de Louanne et d’Ash.

Ambre leur adressa un léger sourire, mais ses yeux restèrent froids. Par politesse, elle ne pouvait pas repartir brusquement et devait demander des nouvelles de Louanne tout en restant discrète sur la nature des derniers évènements.

- Je suis navrée d’interrompre votre conversation, mais la décence me pousse tout de même à demander comment vous allez.

Les pupilles d’Ambre se fixèrent sur Louanne, puis sur Ash, les jaugeant du regard par simple habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 27 Fév - 3:53

Bon. Il était temps de faire quelque chose là. Le principe d'un passage secret, c'est tout de même d'être inconnu par la plus grande partie du public, non ? Et bien en l'espace de moins d'une heure, trois élèves s'étaient -par le plus grand des hasards- retrouvées face à face dans les dédales de Poudlard.

Alors que la Préfète des Gryffondor répondait à mes questions, provoquant un sourire de ma part avec l'allusion à mon air soit-disant candide, des pas avaient commencé à se faire entendre dans le couloir.
*Tu m'étonnes qu'elle a su que je courais pour échapper à Rusard, on entend tout d'ici..* Louanne eu encore le temps de me dire qu'elle n'avait pas de frère et sœur, mais une amie qu'elle avait longtemps considéré comme telle avant que ne surgisse une jeune femme.
*Ambre Rosier*
Sans avoir jamais eu vraiment affaire à elle, je la connaissais de nom, vu qu'elle était la Préfète des Serdaigle, et que Charlie avait déjà parlé d'elle. Sans compter que son allure était facilement reconnaissable. Un air froid et distant, sans compter sa politesse extrême, ses tournures de phrase que l'on ne s'attendrait pas à entendre à son âge.

La Serdaigle avait encore fait quelque pas avant de prendre la parole

- Bonjour à vous
Je suis navrée d'interrompre votre conversation, mais la décence me pousse tout de même à demander comment vous allez.

*Mmh, ça serait plutôt à moi de te poser cette question vu ton allure*
La nouvelle venue avait beau garder une expression pour le moins inexpressive, qui ne laissait pas transparaître la moindre information de ce qu'elle pensait, ses vêtements à l'inverse laissaient filtrer des informations.
*Trempée. A moins d'avoir une la joyeuse idée de faire des longueurs dans le lac, c'est qu'elle est resté suffisamment dehors pour être couverte de neige.. A cette heure ci. Quoi de plus normal me diriez vous. Une petite nuit à la belle étoile hein ? Ben tiens, et après on dit que les Serdaigle sont des bosseurs toujours fourrés à la bibliothèque, que dalle. En attendant Ash elle pose une question et tu n'y réponds pas. Pas à moi qu'elle pose la question Call, mais à Louanne*
La jeune femme avait en effet d'abord posé son regard sur la Préfète des Gryffondor. Et bien qu'elle m'avait ensuite observé de ses yeux gris d'acier, il était évident que la réponse de Louanne était celle qu'elle attendait. Normal, un seul coup d’œil suffisait pour voir que j'allais parfaitement bien, assise décontractée contre le mur, mes yeux malicieux.

Mais puisque la Gryffondor n'avait pas répondu immédiatement, j'avais lancé tout naturellement d'un ton espiègle

- Pour tout dire, ce lieu manque cruellement de fauteuil et de chocolat chaud, m'enfin on fait avec ce qu'on a. Pourtant, vu l'augmentation de fréquentation de ce passage, l'idée mérite réflexion.
*Ash, pourquoi faut-il toujours que tu racontes n'importe quoi quand quelqu'un pose la simple question "ça va ?" c'est fou ça, limite t'avais qu'à rien dire et laisser Louanne répondre*
Me tournant vers celle ci, je la regardais porter son attention sur Ambre.

Depuis mon arrivée dans le passage, elle avait tour à tour été sur la défensive, sèche et soupirante, puis souriante, allant même jusqu'à rire quelques instants avant de parler d'un ton détaché. Alors au final difficile de savoir vraiment comment elle allait.. En tout cas je n'étais pas la seule à avoir remarqué qu'il y avait un "truc". J'aurais bien demandé "qu'est ce que tu as Louanne ?" après son "que veux tu savoir d'autre ?" tiens.. Même si finalement je n'étais pas sûre de vouloir savoir la réponse. Dès qu'on me parlait de Préfets, je repensais lorsque ceux ci avaient débarqué dans ma salle commune.
Cette pensée me fit jeter un bref regard à la Serdaigle
*au final je sais même pas si l'un d'eux nous avais vu avec Vlad'.. Et mais attends, si ça se trouve elle sait ce que Louanne a, si ça a un rapport avec le passage de la directrice, et elle prendrait donc de ses nouvelles.. Oy, mais c'est compliqué c'tte affaire, y a des trucs pas nets. Ash en même temps si t’arrêtais de chercher à savoir le pourquoi du comment d'un truc qui ne te concerne absolument pas.. *
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 27 Fév - 17:41

- Pour tout dire, ce lieu manque cruellement de fauteuil et de chocolat chaud, m'enfin on fait avec ce qu'on a. Pourtant, vu l'augmentation de fréquentation de ce passage, l'idée mérite réflexion.

- Je vais bien. Comme toujours... Toi par contre, désolé de te le dire Rosier mais tu as une sale tronche.. Tu ferais bien de te reposer un peu.


Ambre observa Louanne pendant quelques secondes sans rien dire. Elle avait le comportement exact de quelqu’un qui cherchait absolument à éloigner des souvenirs douloureux. Néanmoins, son ton plutôt sec avait déclenché un début d’irritation chez la Serdaigle que celle-ci n’arrivait pas à s’expliquer. Ce n’était habituellement pas ce genre de paroles qui pouvait lui faire perdre son calme de statue.

- Effectivement, finit-elle par lâcher. Ne sois pas désolée. Une « sale tronche », comme tu le dis si bien.

Mais la Serdaigle n’eut pas la possibilité d’approfondir cette question. Un nouvel éclair de douleur lui vrilla le crâne tandis que l’irritation se muait en un profond agacement. Les lointains bruits produits par les élèves et le souffle de l’air contre les fenêtres des couloirs éloignés devinrent presque insupportables pour son ouïe soudain trop sensible, comme un frottement sur une peau à vif. Ambre serra les dents et ferma les paupières pour ne pas que ses yeux la trahissent, tout en gardant son visage inexpressif. Elle était affaiblie et vulnérable, et l’Ombre en profitait pour se manifester à chaque occasion. Sa main se crispa instinctivement contre son réflexe de jouer avec sa baguette.

* Et meeerde… *

Ambre rouvrit les yeux et esquissa un nouveau sourire dénué de toute chaleur.

- Bien. Nous sommes dans un passage secret. Par conséquent, on y rencontre l’une des plus fortes concentrations d’élèves de tout le château. Trois élèves dans moins d’un mètre carré dans notre cas. Surprenant, n’est-ce pas ?

* Laissons-les parler de ces passages secrets pendant que j'essaie d'endiguer ça. *

La Préfète ne savait pas si ses iris s'étaient assombris, commençant à tirer sur le noir comme lors de l'attaque des Centaures. Elle espérait qu'ils avaient gardé leur couleur habituelle, mais elle n'avait aucun moyen de le savoir et ne pouvait rester indéfiniment les yeux fermés. Ambre adopta donc un visage calme et serein malgré la fatigue qu'il laissait transparaître afin de dissuader toute tentative plus insistante d'interrogatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Sam 28 Fév - 20:31

- Je ne sais pas si on peut dire surprenant, mais en tout cas ça devient trop étouffant. Ash viens on sort de la !!

Ambre attendit que la tapisserie masquant le passage secret se referme derrière ses deux camarades avant de se laisser aller contre le mur derrière elle. Son visage perdit sa neutralité pour afficher une grimace de douleur.
Une minute seule, sans personne pour tenter ses instincts d’Ombre. C’était tout ce qu’il lui fallait pour reprendre un contrôle presque normal. Ambre se força à respirer lentement et profondément et vida son esprit de toute pensée. Elle se maintint dans cet état jusqu'à ce que ses battements de cœur ralentissent et que l’odeur d’un sang imaginaire arrête de revenir régulièrement dans ses narines. Ses iris s’éclaircirent progressivement jusqu’à retrouver leur teinte gris foncé habituelle et ses muscles se relâchèrent.
Soudain, des pas venant de l’endroit où Louanne et Ash étaient parties se firent entendre, de plus en plus forts. Ambre reprit son inexpressivité et sa tranquillité d’il y a quelques instants avant d’apercevoir la Préfète-en-Chef qui revenait vers elle. Elle resta silencieuse lorsque Louanne la fit asseoir sur les dalles froides du passage et ne parla pas plus pendant les quelques minutes suivantes où les deux Préfètes s’observèrent.

- J'ai remarqué tes prunelles, et la crispation de ta mâchoire... En plus vu les marques sur ton visage tu sembles exténuée. Que t'arrive-t-il Ambre ?

Ambre ne sourit pas, mais ses yeux se fixèrent sur Louanne avec plus d’attention. Il fallait trouver une solution, et rapidement. La voie la plus simple était de lancer une remarque acerbe pour blesser la Gryffondor et s’en aller le plus vite possible, mais Ambre était trop exténuée pour en formuler une et trouver la dose de sarcasme adéquate. La Serdaigle retint une nouvelle grimace lorsque son mal de tête déclencha une nouvelle palpitation de douleur dans ses tempes. Elle attendit que la vague passe, prit une longue inspiration et commença à parler d’une voix contrôlée.

- Tout d’abord merci, je te revaudrai ça un jour.

Ambre s’interrompit quelques secondes, relevant l’hésitation qui se reflétait sur le visage de Louanne depuis le début, et finit par continuer.

- Tu as donc remarqué… certaines choses. Tu n’as sûrement pas besoin de confirmation quant à ma fatigue, mais pour le reste, je ne pense pas pouvoir te donner une explication satisfaisante.
Tu dois savoir d’où je viens, du moins en partie. Je suis une Rosier, certes, mais ma mère venait de la lignée Blackburn. Chacune de ces familles qui revendiquent leur statut de « Sang-Pur » entretient ses relations avec les autres et tisse une toile complexe, presque inextricable. Tu as sûrement entendu parler des phénomènes de consanguinité, mais il n’y a pas que ça. Les amitiés, les relations professionnelles et les protections, tout y passe. Certains envient le statut de ceux qui sont nés au sein de ces familles. Bien sûr, tout est facilité. Des proches placés à des postes stratégiques, des problèmes financiers inexistants ou en cas de ruine, des relations prêtes à proposer leurs ressources pour un jeune sorcier prometteur ou tout simplement pour le fils d’une connaissance dont le nom figure dans la liste des Vingt-huit Sacrées, le soutien non négligeable d’amis haut placés si besoin, et bien d’autres choses. Même notre société d’après-guerre n’est pas exempte de toute corruption ou inégalité. Un univers doré, en perspective.
Mais s’il y a beaucoup à gagner lorsqu’on y entre, il y a au moins autant à perdre. La plupart abandonne son humanité au profit d’un opportunisme de survie. La loi qui y règne n’est en général ni celle de l’amour ou de l’amitié. Je parlerais plutôt d’utilité mutuelle. Ces grandes familles paraissent solidaires entre elles, mais si l’une aide l’autre, c’est qu’elle attend quelque chose en retour de son investissement. Si plusieurs personnes se lient dans un projet, disons professionnel, leur réussite dépendra de l’échec de ceux qui détiennent actuellement les rênes. Il y a toujours des exceptions, mais on est souvent, soit un chasseur, soit une proie, peut-être les deux à la fois, mais jamais ni l’un ni l’autre. Tu connais la capacité à ne laisser filtrer aucun sentiment de ceux qui se disent « Sangs-Purs ». C’est une armure de protection qui leur permet de dissimuler leur vraie nature. Ils semblent tous se ressembler, mais brise la carapace et ce que tu verras pourras te surprendre. Vois Edward Nott, à Serpentard, celui qui a les yeux vairons. Une intelligence certaine, un charisme non négligeable. Un des sorciers les plus prometteurs de sa génération. Mais oublie cette façade, et je peux te dire que tu découvriras un froussard qui fait tout son possible pour avoir une position sûre.
Voilà pourquoi je ne vais pas aller plus loin en ce qui me concerne. Lorsqu’on rentre dans les intrigues des Sangs-Purs, on y perd beaucoup plus que son innocence. Et je te déconseille fortement d’en gratter ne serait-ce la surface.


Les mains croisées sur ses genoux, Ambre n’avait pas quitté les yeux de Louanne. Elle avait retrouvé son calme initial et attendait une quelconque réaction de la Gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 1 Mar - 17:54

Ambre se contenta de lever froidement un sourcil en écoutant Louanne et un éclair indéchiffrable traversa brièvement son regard lorsqu'elle l'entendit dire qu'elle était de "sang pur".

- Merci d'avoir trouvé un prétexte pour t'éloigner avec Howl. Peut-être aurais-je dû préciser.

La Serdaigle était en train de retrouver un comportement plus distant, mais celui-ci était tellement ancré en elle qu'il finissait toujours par revenir. Parler lui avait permis de mieux ordonner ses pensées et à renforcer la barrière mentale qui retenait ses instincts d'Ombre.

- En réalité, si nous étions toutes les deux de vraies "Sangs-Purs" dans le sens technique du terme, nous serions génétiquement tarées à cause de siècles de mariages consanguins. C'était, avant la guerre, un mot plutôt utilisé pour désigner une position politique, mais son sens s'est peu à peu dénaturé.
Mais merci, cette fois pour l'aide que tu me proposes, reprit-elle plus doucement. Je saurai m'en souvenir en temps voulu.


Ambre esquissa un léger sourire, tout en sachant que demander de l'aide à quelqu'un faisait partie des dernières choses qu'elle pensait à faire lorsqu'elle rencontrait un problème. Mais il était inutile de s'étendre plus sur ce point. La Serdaigle se leva, épousseta sa cape où la neige fondue commençait à sécher et se tourna vers la sortie du passage. Elle allait rejoindre rapidement sa salle commune et éviter de croiser d'autres personnes dans les couloirs. Ambre marcha quelques pas, soulagée de constater que son vertige s'était au moins atténué, mais avant d'aller plus loin, elle se retourna et s'adressa à Louanne avec un regard entendu :

- Au fait, j'oubliais. Trop d'élèves dans ce château gâchent déjà le peu d'intelligence qu'il leur reste à spéculer sur des rumeurs sans queue ni tête. Inutile de leur fournir du matériel en plus.

La Préfète avait lancé cette réplique d'un ton détaché, mais sa voix froide et contrôlée laissait sous-entendre que, même si elle n'avait pas jugé utile de se montrer insistante voire intimidante avec Louanne, la menace qui apparaissait en filigrane dans ses paroles était bel et bien présente.

- Sur ce, passe une excellente journée.

Ambre sortit sans se retourner, mais il lui sembla entendre les pas de la Gryffondor qui, elle aussi, quittait le passage secret quelques mètres derrière sa camarade.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Lun 2 Mar - 1:19

Diantre, cette journée commençait fort.. Infiltration matinal des bureaux des professeurs en compagnie des jumeaux, a observer avec curiosité l'intérieur pendant qu'ils cherchaient je ne sais quoi, suivi d'une course poursuite contre Rusard -et miss Teigne évidemment.. Bien sur, la course poursuite se termine -pour ma part- dans les passages secrets où je croise, oh, surprise ! La préfète en chef des Gryffondor, qui se morfond alors que tout porte à croire qu'elle avait disparue durant un certain temps. Et tant qu'à faire, BAM, voilà une deuxième préfète qui débarque, Serdaigle cette fois ci, au comportement tout aussi inhabituel que la première. Comment donc allait bien pouvoir s'achever une journée pareille ?
Bon.

En attendant, je m'étais magistralement faite expulser du passage "secret" et je me retrouvais dans le couloir, encore peu fréquenté vu l'heure. Oui parce que faut pas croire, je ne suis pas complètement à coté de la plaque non plus, j'ai bien capté que le
"Je ne sais pas si on peut dire surprenant, mais en tout cas ça devient trop étouffant. Ash viens on sort de la !!" était une manœuvre pour me faire vider les lieux. De là à me prendre la main pour me faire sortir, merci bien, je suis pas une gamine non plus, suffisait de me demander gentiment de partir, je l'aurai fait.. *en même temps Ash, tu passe ton temps à faire des conneries, comment les gens pourraient imaginer ne serait-ce qu'un seul instant que tu peux être sérieuse ? Voir que cette attitude te permet justement de passer au delà de tout les problèmes que tu as en tête constamment ? Ça m'apprendra à tenter d'aider la gryffon tiens, et de vouloir lui remonter le moral.. prochaine personne qui fait la tronche, il peut être certain que je ne lui tendrais pas la main*
Je n'avais pu retenir un petit soupir, adossée contre le mur du couloir, regardant vaguement deux-trois élèves le traverser.
Louanne m'avait écarté de la conversation, c'était net. Sans compter qu'elle m'avait menacé de me retirer 20 points si je restais à traîner dans les environs..
*Il serait plus sage de vider les lieux Ash.. mouais, si ce n'est que c'est lorsque l'on m'oblige à faire quelque chose que je fais l'inverse. Sans compter les yeux de la Serdaigle. Ils ont changés de couleurs j'en suis certaine.. mais ça veut dire quoi ?*

J'aurais pu laisser mon cerveau partir à cent à l'heure sur la question pour me trouver une centaine d'hypothèses plus ou moins convaincantes, mais mon regard s’arrêta sur un visage reconnaissable.
- Charlie ? Qu'est-ce que..
Avant de pouvoir lui demander ce qu'elle faisait ici, elle me glissa un papier plié en quatre dans les mains en me coupant la parole.
- Vlad' s'est fait coincé par Rusard, il lui a dit qu'il a tout fait tout seul mais bien sur, Rusard est persuadé qu'Enrica est dans le coup. Elle a eu le temps de me passer ça avant de tenter de se planquer, j'sais pas si elle a réussi.. En tout cas toi tu passes à travers, donc garde ça, j'ai pas envie qu'on me voit avec ce truc
Elle avait désigné le papier du menton en prononçant la dernière phrase. Dépliant consciencieusement la feuille, je tentai de déchiffrer l'écriture de Vladimir
-.. Une liste de noms et d'adresses ? C'est quoi ?

Charlie avait haussé les épaules avec humeur, montrant clairement qu'elle n'était pas disposé à réfléchir sur le pourquoi du comment des magouilles des jumeaux. Le papier rejoignit donc une poche intérieur de ma cape sans autres questions à son sujet.
L'esprit toujours focalisé sur les deux préfètes, les yeux rivés sur la tapisserie qui dissimulait le passage secret, je m'entendis demander à ma sœur

- T'en penses quoi de ta préfète ?
- Je sais pas, je la connais peu. Elle est solitaire, un peu distante. Elle s'occupe bien de son poste mais sans être particulièrement chaleureuse.
Je souris en entendant la réponse. Trois phrases, simples et sans curiosité face à ma question. Tout à fait Charlie. J'aurai d'ailleurs été bien en peine pour lui répondre, dans le fond, je ne savais pas ce qui m’intriguais. Il y avait bien un truc oui mais.. Hum. Plus le temps passait, plus j'avais l'impression qu'il se passait des choses bizarres dans le château. *ou alors c'est toi qui devient parano Ash*
- Et la préfète de Gryffondor ?
Charlie avait froncé les sourcils avant de lâcher un simple "je ne la connais pas."
Je restais encore quelques instants songeuse, les yeux dans le vague.
*Je pourrais demander à En' plutôt.. *

Revenant à l'instant présent, je fis un petit signe de tête à Charlie, qui me disait repartir à la bibliothèque -quelle surprise pour une Serdaigle- puis, remarquant que l'entrée du passage secret s'ouvrait, fis volte face pour m'en éloigner.

*Aucune envie de perdre 20 points, même si j'aurais bien aimé avoir le mot de la fin de cette affaire.. Alors accélère parce que là, il est clair que d'un avis extérieur tu "traînes dans le coin" Ash*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mar 3 Mar - 9:22

Serenna s’était levé avec une idée en tête : retourner dans la forêt interdite. Evidement il n’allait pas être simple de repartir à l’aventure avec tous les événements qui avaient eu lieux précédemment dans ce lieu sombre.
La jeune Serpentard déambulait alors dans les couloirs en quête d’un plan diaboliquement bien construit qui lui permettrait de rencontrer à nouveau les sombrals.
C’est donc avec l’esprit occupé, carnet et plume en main que la jeune fille avançait. Elle était comme dans une bulle rien n’aurait pû la distraire.
Evidement les couloirs étaient bondé d’élèves de tout âge, souvent en groupe. Les discussions en cours étaient très varié malgré quelques irréductibles sujets que l’on rabâchaient encore et encore.
la jeune fille avançait non pas de façon droite et régulière mais plutôt au grès de ses pensées. Tête baissé sur son carnet elle se mit à murmurer.

-Donc ils mangent principalement de la viandes, il faudra que j’aille dans les cuisines… pas facile les préfets rodent.. hum je sais je devrais y aller.. non ça ne fonctionnera pas…hum… bref on verra plus tard. Alors « les sombrais sont des créatures que seules les personnes ayant vu la mort peuvent voir »
Elle soupira.
J’aurais préféré ne jamais les voir. Enfin bref… comment retourner dans la forêt… comme la derniers fois.
Elle souriait.
Non quand même il ne faut pas exagérer…
Elle se mit à rire.

Apres de longues minutes de réflexion, un incident vint couper le fil des pensées de la jeune Serpentard. En effet une jeune fille venait de la percuter. La jeune fille se retrouva au sol.
Serenna s’empressa de ranger son carnet.

-Excuse moi je ne regardais pas où j’allais, tu vas bien ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Sam 7 Mar - 19:14

Elle l'avait fait. Il se doutait qu'il se ferait remettre en place par la directrice; mais pas comme elle l'avait fait ! Lui qui s'attendait à une convocation dans son bureau, et cette dernière qui en fait une annonce publique dans la Grande Salle. Certes elle n'avait nommée personne, mais le regard qu'elle lui avait lancée lui promettait bien pire si il recommençait. Il préféra baisser la tête plutôt que de risquer que son regard soit interprété comme un signe de contestation de l'autorité de la directrice. Au moins il avait appris ce qu'il aurait peut-être trouvé si il était parvenu jusqu'à la forêt.
Finalement, c'était pas si mal qu'il ait été arrêté par la préfète avant. Les centaures, c'était une chose, mais les Mangemorts, s'en était une autre. L'histoire de la famille Londubat était connue. Lui même n'était pas un Auror, mais allez savoir ce qui ce passe dans la tête d'un Mangemort lorsqu'il voit quelqu'un qui n'a pas de marque des ténèbres... Sûrement quelque chose de très primitif, du genre "moi tuer toi !"; même si dans son cas, n'étant pas sang pur, ce serait plutôt "moi torturer toi puis te donner à manger à un dragon". Bref... Entre ça et une professeur morte au champ d'honneur, il comprenait que la directrice se fasse du soucis pour son école. Au moins, il ne rentrerait pas. C'était bien la seule bonne chose de la soirée. Lors du retour dans les dortoirs, à l'arrière du rang comme d'habitude, il surprit des chuchotements d'élèves qui essayaient de savoir si la directrice avait fait un rappel des règles relatives au couvre-feu en visant une personne particulière ou d'une manière générale.

"- Je te dit qu'elle t'as regardée !  
- Non c'est pas moi ! Je ne suis pas sortit la nuit depuis deux mois !
- Mais taisez-vous, vous ne savez rien ! C'est Howenstod qu'elle regardait ! Je le sais grâce à un gars qui me devait un service, et qui lui même connaît quelqu'un de sa chambre. Et apparemment, ça fait plusieurs nuits qu'il va pas se coucher. Paraîtrait même que c'est pour aller chercher la chambre des secrets, car elle n'aurait pas été détruite !
- Vraiment ? Mais c'est grave alors ! Il va nous faire perdre la Coupe des maisons avec ses histoires !"


Il soupira. Vraiment, parfois la tranquillité des montagnes lui manquait plus que tout. Encore des rumeurs qu'il faudrait faire taire. Ou laisser courir, pourquoi pas. Après tout, ce serait amusant de voir les autres le suivre dans tout les couloirs pour vérifier si il avait trouvé la chambre des secrets. Franchement, il avait bien mieux à faire que de courir après un endroit, qui si il existait encore, était oublié de tous.





Le lendemain, les élèves de première et deuxième année s'en allèrent par le Poudlard Express, comme l'avait annoncée la veille la directrice. Il avait un remue ménage monstrueux dans la salle commune, les élèves se bousculant avec leurs valises et sacs en tout genre, ou courant vers leur chambre pour prendre un vêtement oublié au fond d'une armoire. Thanaël s'en amusa un peu, mais il regagna au plus vite sa propre chambre, zigzaguant au milieu des bagages. Certains disaient au revoir a des membres de leur famille comme si ils ne se reverrait jamais.

*Vraiment n'importe quoi...*

Une fois au calme, il se laissa tomber lourdement sur son lit et soupira. Que de chamboulement en si peu de temps... L'encadrement devait être débordé. Ce qui signifiait que professeurs et préfets allaient être particulièrement irritables pendant quelques temps. Si il restait discret, tout devrait bien se passer pour lui. Il porta attention a sa main droite. Le bandage de l'infirmière était toujours en place, mais il faudrait bientôt le changer car la plaie suintait en dessous, ce qui commençait par teindre légèrement le tissu.

*Plus tard.*

La vue du bandage lui rappela comment s'était terminée la conversation avec Melinda à l'infirmerie. Il ferma les yeux et essaya de se vider la tête. Trop de sentiments contraires s'y bousculaient. Elle n'avait pas à se mêler de ses affaires. Si il ne regrettait pas de s'être mis en colère, il se rendait compte être allé trop loin dans ses paroles. Encore une fois, il s'était emporté et constatait les dégâts. Voilà pourquoi il préférait rester seul. A moins que son irascibilité ne soie due à un manque de sociabilité ? Quoi qu'il en soit, il ne pouvait pas en rester là. Ne pas avoir de relations avec toute son école n'est pas tout à fait pareil que ne plus avoir de relations à cause de conflits encore à vif. La part de son esprit qui lui rendait la vie difficile à cause de remords venait de gagner le débat intérieur.

Il soupira longuement. Pourquoi fallait t-il que ce soit cette partie là qui gagne le plus souvent ? Il roula au bas du lit et se dirigea vers la sortie. Il vit que la salle commune était presque déserte en comparaison avec l'agitation qui y régnait précédemment. Quelques élèves étaient encore présents, et il nota les regards qu'ils lui lancèrent pendant le court instant où il traversa la salle. Il en déduit que la rumeur de la veille commençait donc à se répandre; à moins que ses camarades n'aient compris que les reproches de la directrice lui était adressés. Il sortit de l'antre des verts et argents et se dirigea vers le seul endroit où il était sûr de rencontrer la jeune fille. La tour des Serdaigles.

Ne sachant quand Melinda rentrerait ou sortirait, il décida de s'installer à proximité de la porte, là où il serait sûr de la voir passer. Assis par terre et emmitouflé dans sa cape, la fatigue accumulée au cours des derniers jours commença à resurgir. Il se mis à somnoler tout doucement, rouvrant les yeux par intermittence; mais finit simplement par s'endormir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 8 Mar - 10:21

Serenna se mit à regarder happy qui semblait ailleurs. Elle n’avait pas entendu la question que lui avait posé la Serpentard.

- Excuse moi je n'ai pas entendu j'ai un chien a 3 têtes qui aboies férocement dans le crane, tu disais ?

Un peu inquiète et intrigué Serenna reformula sa question.
- Je te demandais si tu allais bien ?

- Euh oui pas trop mal juste un énorme mal de crane !
La jeune rouge et or se releva.
- Et toi pas trop de mal ?

-Non ne t’inquiète pas , c’est toi qui es tombée pas moi. Quant à ton mal de tête il serait peut être préférable que tu ailles à l’infirmerie…
Depuis le décès prématuré de sa mamn, Serenna portait une grande importance aux petits douleurs et petits bobos des autres.

-Je peux t’accompagner si tu veux ?
Les yeux cernés de Serenna regardait Happy de façon bienveillante.

Puis une pensée revint intriguer la jeune vert et argent.
-D'ailleurs que veux tu dire quand tu exprime qu'un chien à trois tête aboie dans ton crâne ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Lun 9 Mar - 11:42

La douleur fut fulgurante. Elle ne le traversa qu'un cours instant, mais il en sursauta et se mit sur ses pieds le plus vite qu'il le put sans se prendre les pieds dans sa cape. C'était le réveil le plus rapide qu'il ait jamais eu. Il regarda autour de lui pour comprendre ce c'était passé. Melinda était debout à coté de lui, et lui faisait face avec un sourire aux lèvres.

- Ça t'amuses de réveiller les gens comme ça ?

-Désolé, mais comme je sais que tu aimes bien la chaleur... Alors, qu'est-ce qui t'amènes camper devant le nid des Aigles ?

- Et bien je suis venu vérifier si quelqu'un était venu te poignarder dans ton lit.
Il laissa passer un cours instant, puis reprit : Non, sérieusement, je voulais te trouver; même si c'est apparemment le contraire qui c'est produit. Je suis venu pou m'excuser de la dernière fois.
Il était mal à l'aise, se sentait à la merci de la Serdaigle. J'ai dit des choses que je regrette, et... Il cherchait ses mots, ne sachant plus vraiment quoi dire. Je ne voulais pas que tu meurs, c'est juste que lorsque tu as appelée Pomfresh, ça m'a mis hors de moi, et tout mon ressentit c'est exprimé d'un coup... Normalement je serais resté sans rien faire, à refaire ce moment dans ma tête sans rien changer au résultat, mais quelqu'un m'a un dit il n'y a pas longtemps que m'isoler était une très mauvaise idée, que je devrais essayer d'arrêter de ressasser le passé pour vivre le présent. Ah, cette personne m'as aussi dit que j'étais normal, mais ça j'en doute encore. Sinon je suis assez convaincu par le reste, et j'essaye de faire des efforts en ce sens. Bref, je suis mal à l'aise de rester sans rien dire, alors je suis venu pour m'excuser.

Il vit que la jeune fille avait les bras croisés sur la croisés sur la poitrine et qu'elle affichait une mine totalement satisfaite.

- Tu te réjouis de ta position du moment n'est-ce pas ? Tu jubile intérieurement , ça se voit d'ici...
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Dim 22 Mar - 10:52

Un dimanche, Maryliss avait quitté sa salle commune pour explorer le château de ses propres yeux. Les larges couloirs étaient bondés de monde, voulant aller à Pré au Lard, à la bibliothèque ou simplement dehors pour profiter de la légère brise de Mars. La jeune fille aimait cette agitation : le château était encore plus vivant que dans les livres. Elle essaya d'avancer parmi la foule d'élèves de tout niveaux et de toutes maisons.
- Excusez moi ! Pardon ! disait - elle
Et on la laissait passer, elle, la nouvelle petite Serpentard à la quête du grand Château. Dès qu'elle eut enfin passer cette dure épreuve, Maryliss vit au loin un grand et étroit couloir sans aucun élèves. Vite ! Elle s'y aventura. Le couloir était couvert de tableaux mouvants qui lui disait "Bonjour !" quand elle passait devant eux. Alors que l'apprentie sorcière marchait, elle vit au loin une silhouette blanche, fantomatique perchée au plafond, un seau remplit d'eau dans ses mains : Peeves. Certains Serpentard lui avait longuement parler de ce fantôme farceur qui passait ses journées à faire tourner en bourrique les élèves du Château.
S'arrachant de ses pensées, elle vit un jeune élève de Poufsouffle passer en dessous de Peeves. * Il va lui lancer le seau sur la figure... pensa la jeune fille Il faut que j'aide ce Poufsouffle !*

- Bonjour Peeves ! s'écria Maryliss Belle journée n'est ce pas ?
Le fantôme ne répondit pas. Il voulait être sûr de ne pas manquer son coup. La sorcière se creusa la tête et inventa une ruse...
- Euh... J'ai entendu dire qu'une élève de 3ème année de Serdaigle voulait faire un mot à la Directrice pour te chasser du Château ! Tu devrais faire attention à tes arrières !
- Tais - toi, petite sotte ! chuchota Peeves. Tu vas me faire manquer mon coup !
- Oh ! Mais cela n'est pas mon intention voyons ! répondit Mary en adoptant un petit air angélique.
Le temps lui était compté ! L'élève n'était plus qu'à quelques mètres du fantôme... * A bas le règlement !* pensa t-elle en prenant sa baguette. * Il vaut mieux se faire punir pour une cause juste, que se faire punir pour une cause qui n'en vaut pas la peine.*
Alors, elle jeta le premier sortilège appris, en direction du seau.
- Wingardium Léviosa !
D'un seul coup, le seau commença à s'envoler, devant l'air ahurit de Peeves.
- Vas t'en maintenant !dit Maryliss à l'adresse de l'élève de Poufsouffle, avant de prendre ses jambes à son cou.

Elle courut dans les couloirs et s'arrêta à un escalier pour reprendre son souffle.
- Je vais sans doute avoir des problèmes... murmura t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Jeu 9 Avr - 19:27

Les couloirs étaient déserts en fin d'après midi. Evidemment, tout le monde préfère reste dehors pour profiter des dernières lueurs chaudes du soleil avant de rentrer dans le château vaquer à leurs occupations habituels. Et bien, moi aussi, je vaquais à mon occupation habituelle: les révisions. De mes propres cours. De magie. Interdite ou pas. Enfin, vous me comprenez. De l'entraînement à mes sorts et maléfices personnels. Surtout celui que je veux absolument maîtriser... Mais c'est très difficile depuis quelques temps. Plutôt depuis mon séjour à l'hôpital. J'ai un peu peur des dégâts qu'il pourrait me causer en plus des douleurs chroniques que je ressens de temps en temps. Mais cela ne m'a pas empêcher d'aller en direction de la Salle Commune pour pouvoir nettoyer mon corps de toute la suie et soigner ces brûlures. Mais surtout, SURTOUT, recoudre les endroits où mes habits ont été complètement calcinés. J'ai appris à coudre durant mon séjour à St Mangouste. C'est pas si compliqué, vous savez. 

Mais, le voyage s'est annoncé plutôt mouvementé. En effet, à un certain couloir du 2ème étage, j'ai été pris de douleurs partout sur le corps. Comme si ma peau fondait. Pris de panique, je commençais à courir, rendant les douleurs insupportables. Et c'est ainsi que j'ai trébuché au sol, les muscles de mes jambes me lâchant d'un coup sec. 
Avec un certain effort, je me suis levé à l'aide de la poignée d'une des portes du couloir. Sans le vouloir, j'ai actionné celle-ci et tomba une fois de plus à la renverse dans la salle que je venais d'ouvrir, apparement vide. Évidemment, à cette heure-ci, il n'y avait plus de cours dans tout le château. Fronçant des sourcils, serrant des dents, je me traînais au sol jusqu'à une chaise. Avec l'aide de mes bras, j'ai réussi à me hisser sur la chaise pour m'affaler dessus tel une moule sur son rocher. 



Je suis resté là pendant un bout de temps, jusqu'à ce que les douleurs se calment. La porte, vieille comme elle est, s'était refermée toute seule. Ca me faisait une chose de moins à faire, pour consacrer tout mon temps à geindre mes douleurs et mon comportement puéril. Je crois que j'ai appris une bonne leçon: jamais embêter un démon. Jamais.
Au endroit où ma peau criait grâce, celle-ci était toute rouge, dû aux effets secondaires des douleurs chroniques. Réparer des tissus brûlés mettait du temps, et je me connaissais assez dans ce domaine, mais de là à prendre autant de temps... J'avais dû être sacrément touché. 
Je poussai un soupir une dixième fois, pendant que le soleil se couchait et que la lune montrait le bout de son nez. Si j'aurai pu, je serai resté là pendant des heures.

Pourtant, quelqu'un passa par là. Juste au moment où je commençais à pousser des jurons. Je crois que la personne m'a entendu, car la poignée de la porte tourna doucement. Je sens que j'allais être encore réprimandé...
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Jeu 9 Avr - 20:49

Molly avait passé son après midi à fuir James. Il la suivait comme son ombre et cela devenait de plus en plus dur à supporter pour la jeune femme. Elle s'était cachée dans les passages secrets un bon moment, et alors que la lune commençait à monter dans le ciel, la blondinette s'était décidée à remonter dans la tour. Oui, mais pas avant un petit détour, histoire de faire durer le plaisir d'être un peu seule.


Alors que Peeves s'amusait à préparer un mauvais coup au 1er étage, la rouge et or prit un passage secret qui la fit sortir au 2e. Elle marchait tranquillement, l'heure du couvre feu n'était pas encore là avant 1 ou 2 heures, mais un cri, ou plutôt une série de juron sortait d'une salle de classe.
La curiosité la poussant en avant, Molly s'assura que personne n'était autour, et de sa main droite, tourna lentement et doucement la poignée de la porte.
Le coeur battant à tout rompre, la jeune femme découvrit un garçon assez mal en point avachi sur une chaise.
Elle le regarda perplexe. Il semblait nerveux... Que pouvait il bien mijoter ici ?


- Heu Salut... C'est toi qui râle comme un gnome ?


S'approchant du jeune homme, Molly ne savait pas trop à quoi s'attendre de sa part. Allait-il l'agresser ? l'accueillerait-il avec sympathie ?
En y regardant de plus près, il semblait mal en point et souffrir le martyr.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: couloirs du chateau   Jeu 9 Avr - 21:03

Tout compte fait, ce ne fut ni préfet, ni professeur qui entra dans cette pièce, mais tout simplement une élève. Qui plus est à Gryffondor. Un soupir s'échappa de ma bouche tandis qu'elle me demandait si la personne qui avait poussé ce grognement était un gnome. Un gnome ? Ah pardon. Je suis comparé à un gnome. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres tandis que je regardais autour de moi, signalant qu'il n'y avait qu'elle et moi dans cette pièce. 

-"Je ne vois personne d'autre que nous deux dans cette salle de classe. Donc oui, je suis le Gnome. Enchanté."


Ma blague m'avait fait rire mais les rires font bouger la peau, donc il fut vite suivi par un deuxième grognement de Gnome. Pourquoi ne donnent-ils pas de morphine dans le monde des sorciers ? Ca calmerait totalement cette douleur insupportable...
Je regardais la jeune fille face à moi, pendant que mes bras entourait mon corps comme un cocon: jeune fille à la chevelure blonde, yeux chocolats, et c'est tout ce que j'ai pu remarqué alors que mon ventre commença à gargouiller. La souffrance m'emplissait tellement l'esprit que j'en avais oublié de manger. La paume de ma main droite rencontra automatiquement le plat de mon front, avant que je me rende compte que ma peau brûlait encore.

Vous n'avez pas tord: mon cerveau est un peu long à la détente.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Jeu 9 Avr - 21:27

Molly ne pu s'empêcher de sourire. La jeune femme en était sûre, la comparaison des grognements du jeune homme à un gnome l'avait fait sourire lui aussi.


- Enchantée le gnome. Moi, c'est Molly. Molly Dawkins.


* Voilà un surnom tout trouvé pour lui*


Alors que la jeune femme sourit à sa pensée, le roux émit un nouveau grognement.


- C'est moi qui te fais grogner comme ça ?


Alors qu'elle venait de poser la question, l'estomac du garçon se mit à gargouiller. Soupirant plus à cause de sa négligence qu'autre chose, la blondinette prit une chaise, s'installa à côté de son interlocuteur qui se tenait étrangement et sorti de sa cape quelques morceaux de gâteau qu'elle avait sauvé du repas du soir. Elle avait espérer se les garder pour plus tard, mais il semblait évident que le Gnome en avait plus besoin qu'elle.


- Tiens mange ! Et ne discute pas, ton ventre parle pour toi. Ça fait combien de temps que tu n'as pas mangé ? Et qu'est ce qui t'es arrivé pour être dans un état pareil ?


La Gryffondor s'attaquait au plus urgent. Le gnome avait faim. Il était mal en point, mais s'il ne mangeait pas rapidement, il ne pourrait pas aller bien loin, surtout dans l'état dans lequel il se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 10 Avr - 18:39

J'aurai dû me taire: voilà qu'elle commençait à m'appeler par ce surnom. M'enfin, ça m'évitait de lui donner ma véritable identité. De toute façon, personne me connait. A part quelques uns que j'ai vu vite fait. D'ailleurs, je me demande comment va Aurore... Je me perds, reprenons. Elle m'avait appelé le gnome, pendant que ma peau recommençait à me jouer des tours une énième fois. Ma bouche émit instinctivement un grognement grincheux. Mais elle (Molly) cru que je grognais dû fait de sa présence. Evidemment que non ! Mais dans l'actuel des choses, elle n'en savait rien. D'ailleurs, je préfère que ça reste assez discret. 

J'allais lui répondre, lorsque mon ventre voulu se joindre à notre discussion. Malheureusement, il parle en bulle, donc on comprend rien. Même si ce qu'il voulait dire, c'était "DONNE-MOI A BOUFFER !". Même si c'est assez vulgaire. Soudain, une odeur sucrée me parvint aux narines. Guidé par ce délicieux parfum, je levai la tête, et ce que je vis me fit literallement baver: un monceau de gâteau. La jeune fille avait récupéré des gâteaux de je ne savais où mais en ce moment même, j'étais bien assez heureux qu'elle soit passée par là. A une vitesse "surhumaine", j'ai récupéré ces gâteaux et les enfournait un par un dans la bouche. 
Au bout de quelques secondes, je me suis dis que c'était pas cool de lui prendre les pâtisseries de cette façon, sans la remercier. Donc, pendant que je gobais dégustais ces gâteaux, j'ai essayé de parler, en crachant quelques morceaux au passage:


-"Merchi beaucoup pour ches gateaux. Ch'est délichieux ! Che te dois quelque chose en échanche."

J'ai eu beaucoup de mal à avaler tout les gâteaux restant, mais au moins, mon ventre était calmé. Je poussais un soupir de délice et me suis étendu sur la chaise tel une larve sur son arbre. J'aime bien les comparaison.

Puis, elle me regarda avec insistance. Curieux, je me demandais si elle ne fixait pas quelque chose derrière moi. Après vérification... Non, c'est bien moi qu'elle regardait. Après réflexion, j'ai compris ce qu'elle voulait: que je répondre au reste de son ancienne prise de parole. En gros, pourquoi je grinche comme ça. Alors j'ai voulu répondre de manière courte, en disant la vérité, mais en gardant quelque peu le plus gros morceau de l'histoire.

-"Ce qui m'est arrivé ? Et bien, disons que j'ai voulu jouer avec le feu, mais que celui-ci ne m'a pas très bien obéis."


La loquacité et moi ne faisons qu'un.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 10 Avr - 19:01

Le gnome mangea en deux deux les gâteaux que Molly avait eu sur elle quelques instants plus tôt. Si elle avait sû, et si elle avait maîtrisé correctement le sort, elle aurait pu lancer un gemini afin d'avoir autant de gâteau qu'il en aurait mangé. Ainsi le garçon aurait été pleinement rassasié et Molly aurait eu ses réserves.


Il lui dit quelque chose qui ressembla à des remerciements. Et lui dit qu'il avait joué avec le feu mais qu'il ne lui avait pas bien obéi...


La curiosité de la blondinette, piquée au vif, les yeux de cette dernière se mirent à briller d'excitation. La lueur de la lune ne permettait certainement pas au garçon de s'en apercevoir, ce qui donnait un avantage tactique à la Gryffondor. Elle allait pouvoir mener sa petite enquête.


Plusieurs idées derrière la tête elle reprit en pouffant :


- Bah on verra plus tard pour un retour sur gâteaux


Souriant à son interlocuteur elle reprit :


- Tu ne peux pas marcher si ? à la manière dont tu te tiens j'en doute. Surtout que je devine à ce que tu m'as dit que tu as dû jouer avec un feudeymon. Tu sais que c'est stupide et qu'il faut une grande maîtrise magique de soit pour réussir à le contrôler ?
T'as de la chance d'être tombé sur moi si tu veux mon avis... En botanique, après le cours, j'ai trainé vers les serres et j'ai récupéré ceci.


La jeune femme sortir de son sac en bandoulière un mouchoir qui renfermait quelques feuilles. Sous le regard qu'elle devinait étonné du gnome elle lui expliqua :


- Primelius spomadoria, ça soulage les douleurs et ça soigne tout type de blessures magique. Bon c'est pas non plus des larmes de phénix, mais je pense que ça pourra t'aider vu ton état.


La jeune femme les lui tendit en lui expliquant :


- Tu les mâches et tu appliques.


Sous le regard septique du roux elle reprit plus sèchement :



- A moins que tu ne préfère que ça soit moi qui le fasse ? Mais on ne se connait pas assez, et je risque des ennuis si on sait que j'étais avec un garçon... Surtout si je te mâches ces feuilles...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 10 Avr - 19:34

Cette fille est incroyablement intelligente. Ce qui poussa à me méfier d'elle. Lorsqu'elle me sorti exactement ce que m'avait dit la demi-dragonne, je me suis demandé si carrément elle avait pris le contrôle de son esprit. Mais en tant que professeur, elle ne ferait jamais ça. C'est ce que je pense du moins.
Mes sourcils se froncèrent, ma bouche se rétracta et mon regard se focalisa sur le sien. Je ne savais pas si elle allait cafter ce qu'elle venait d'apprendre, mais je ne lui laisserai pas le temps. Même si je ne sais pas maîtriser le Feudeymon, j'ai d'autres sorts aussi puissant que lui. Enfin, j'en ai qu'un, mais il compte pour plusieurs !
Ma bouche s'ouvrit cette fois-ci pour lui répondre franchement:

-"Tu n'as aucunement le droit de dire que je suis stupide. Si je le fais, c'est pour une raison. Et puis, j'arriverai à avoir cette force mentale pour contrôler ce sort... Et je deviendrai le premier mage à y arriver. C'est une résolution que je veux absolument réaliser, et ce n'est pas la seule. Peu importe ce que l'on me dira, je m'entraînerai."

Mon regard était aussi ardent que ma peau qui brûlait encore actuellement. Sauf que je ne sentais plus totalement la douleur. J'étais concentré sur ce que je disais, et je guettais la moindre réaction de sa part. Mais ce qu'elle fit me mit complètement au dépourvu: elle me tendit une fois de plus quelque chose, mais cette fois-ci, c'était des plantes.
J'en avais jamais vu comme ça, et ça sentait pas très bon. Apparemment, ça servait à guérir les blessures magiques. Je me demande si ça marche aussi pour le feu de dragon...

Je les récupérai, tandis qu'elle m'expliqua ce que je devais faire. Les mâcher ? Les réduire en bouilli puis l'appliquer ? Je ne voulais pas vraiment le faire. Je préférais continuer de souffrir le martyr. Mais quand elle se proposa de le faire à ma place, j'ai vite changé d'avis. Non sans devenir un peu rouge suite à sa requête.
Le goût était vraiment affreux, mais quand j'ai posé l'onguent fabriqué par ma salive sur les plaies, ceux-ci se calmèrent instantanément. Un long soupir se dégagea de ma bouche tandis que mes muscles me lâchait encore tellement c'était jouissif. Je me suis remis au travail, à appliquer sur mes autres blessures, si bien que j'étais recouvert d'une chose verte et visqueuse un peu partout sur le corps. Bien entendu, j'ai du enlever le haut de ma robe pour étaler l'onguant, dévoilant mon faible physique. Mais c'est pas ça qui allait me faire honte.


-"Merci beaucoup, ça fait tellement du bien ! Je te dois deux fières chandelles, allumées ou éteintes, c'est comme tu veux."

Mes blagues ne sont pas si terrible que ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Ven 10 Avr - 20:09

Molly sourit plus pour faire plaisir que parce qu'elle trouvait la blague amusante. Cependant, elle regarda le gnome qui semblait apprécier sincèrement l'aide qu'elle lui apportait.
La jeune femme se demanda ce qu'elle pourrait bien lui demander mais ne trouvant rien pour le moment elle lui dit :


- Hum, on verra en fonction de la situation. Peut être aurais-je besoin de lumière ou au contraire d'être cachée...


Molly s'était sans le vouloir exposée dans cette phrase.  Tout en espérant qu'il ne chercherait pas à comprendre ce qu'elle avait voulu entendre par cela, elle reprit :


- On verra le moment venu.


La rouge et or ferma les yeux quelques instants. Ce chassé croisé avec James l'avait épuisée. Elle pencha la tête en arrière, mais se reprit bien vite. Elle ne voulait pas se laisser aller à ses états d'âmes avec un garçon qu'elle venait à peine de rencontrer.


Faisant un signe de tête vers les blessures du gnome, elle lui demanda :


- Tu te sens en état de marcher ? voir marcher rapidement si le besoin s'en fait sentir ? Je suppose que tu ne veux pas aller à l'infirmerie, et j'ai pas franchement envie qu'on nous pose des questions. Surtout si on vient à nous demander où tu as eu ces plantes... Mais si tu veux on peut rester ici. Ça me va très bien aussi...


Molly lui fit un sourire chaleureux. Peu lui importait la décision du Poufsouffle, elle le suivrait, hors de question de l'abandonner dans cet état..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 15 Avr - 18:39

Je n'avais pas vraiment compris le sens de cette phrase aux premiers mots. Enfin, si ! Mais plutôt sa façon de dire cette phrase m'a laissé perplexe. Et comme moi je suis un grand curieux, je voulais donc en savoir plus sur ces simples mots qui en disaient long.


-"Être cachée ? De quoi ? Un garçon te poursuit ? Remarque, ce serait logique, pourquoi serais-tu ici sinon ?"

J'ai encore ricané de mes blagues profondément assommante. Que le monde ait pitié de moi. Mais elle avait l'air d'apprécier celle-ci, ce qui semble plutôt rare par rapport aux personnes à qui j'ai l'habitude de parler. M'enfin bon, je manque de temps et d'encre, autant finir ce récit.
Après avoir posé ma question, elle balança sa tête en arrière. Mes doutes furent donc fondés, quelque chose la tracassait. Mes yeux se plissèrent de réflexion pour réfléchir à la chose. Je n'eu pas trop le temps de m'approfondir là-dessus, car elle revint bien vite à elle et me demanda si je voulais sortir de cette pièce ou non.
Actuellement, mes blessures ont beau s'être améliorées par rapport à l'instant d'avant, mes muscles étaient toujours aussi contractés, il serait donc difficile de marcher. Par ailleurs, même si les gâteaux m'avaient suffis, je ressentais encore une sensation de faim, et il faut succomber à ses convictions primitives. Après un moment de réflexion, je lui répondis:

-"Je pense qu'on va encore rester un peu ici, histoire de laisser mes muscles se reposer. Et puis de toute façon, personne peut venir nous embêter ici. Non... ?"


COMME PAR HASARD, pour contredire ce que je dis à chaque fois, quelqu'un passa dans les couloirs en criant un nom. Un nom qui me disait quelque chose. Soudainement, mes yeux s'agrandirent. Mes hypothèses étaient plus qu'exactes ! Même ma blague était totalement vraie ! Un garçon (vu que la voix était plutôt masculine) cherchait bien Molly dans le château. Mon expression effarée fut vite remplacée par un sourire malsain. Que veut ce garçon à propos d'elle ? Ou envers elle ? Je ne le savais pas mais je pensais à certaines choses... Et si je l'appelais, pour vérifier mes suppositions ?

Je n'en avais guère besoin: le dit garçon fouillait toutes les salles du couloir, au son des portes qui claquaient. Je repris une expression neutre, en fixant la porte, pendant que la poignée se tournait une troisième fois dans la journée.

-"Bonjour, tu  veux nous rejoindre ?"
1872 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   Mer 15 Avr - 19:41

* Malédiction ! Non ! *


James avait retrouvé sa petite copine, qui n'était pas seule... L'ancien batteur allait encore lui faire une crise de jalousie...
Regardant le gnome d'un regard implorant son aide, Molly avala sa salive la gorge sèche.


- Tu me cherchais ? Tu aurais pu m'attendre dans notre salle commune...


* Je suis sûre que Peeves doit être derrière tout ça ! Il aime tellement mettre son grain de sel partout celui là ! Du moment que ça fait des histoires, ce fichu esprit frappeur est content !! *


Comment la jeune femme allait expliquer le fait qu'elle le fuyait déjà depuis le petit matin, d'abord sur le terrain de quidditch, où jamais il n'aurait pensé aller la voir, puis ici, en compagnie d'un Poufsouffle...


Elle lança un regard au gnome en quête d'aide.


#cc0033
596 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les couloirs du chateau.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les couloirs du chateau.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Les couloirs-