BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 La salle de bain des Préfets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Sam 12 Juil - 0:27

La salle de bains des préfets est une salle de bains située au cinquième étage et réservée à des étudiants spéciaux de Poudlard : les préfets comme son nom l'indique, mais aussi les capitaines des équipes de Quidditch des quatre maisons. Elle est accessible grâce à un mot de passe. C'est une salle entièrement recouverte de marbre blanc au centre de laquelle se trouve une immense baignoire de la taille d'une piscine. Une centaine de robinets font couler de l'eau et des bulles de bains variées ainsi que divers parfums. Au dessus de la baignoire se trouve un vitrail sur lequel on peut voir une sirène assise sur une pierre. C'est la quatrième porte à gauche après la statue de Boris le Hagard.
   


Mot de passe : "Fraîcheur des pins"

Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: La salle de bain des Préfets   Sam 12 Juil - 0:40

Myosotis se trouvait attablée devant un énorme livre ouvert à la bibliothèque lorsqu’elle fut prise d’un mauvais pressentiment. Elle venait de sortir le livre en question de la réserve, profitant de l’absence de la bibliothécaire pour s’y rendre. Un livre de magie noire, parlant de divers sorts tels que Sectumsempra ou encore celui du Feudeymon que Myosotis savait si bien maîtriser. Peut de sorciers y parvenait, mais là n’est pas la question. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait l’impression que quelque chose d’horrible allait se passer, ou se passait en ce moment même. Sa respiration était comme bloquée et elle ressentait un étrange pression dans la poitrine. Mais que pouvait-il bien lui arriver ? La bibliothèque était absolument déserte et calme. Le seul bruit qui brisait ce calme par moment était produit par Myosotis lorsqu’elle tournait les pages de son livre. Même Madame Pince avait dû s’absenter pour aller parler à la directrice pour mettre au point un nouvel horaire pour les vacances. Presque tous les élèves ayant quittés l’école pour les vacances, même les couloirs étaient désormais silencieux. Même Peeves commençait à s’ennuyer, ne sachant plus que faire maintenant que l’école était vide. Très peu de personne avaient eu l’autorisation de rester au château pour les vacances. Myosotis et Anya en faisaient partie ainsi qu’une quinzaine d’autres élèves. Les quelques élèves qui avaient décider de rester encore quelque temps au château avaient décidé de se retrouver près du cercle de pierre pour admirer le coucher du soleil. La bibliothèque était donc des plus silencieuses. C’est alors que la petite noiraude entendit un étrange bruit… Un bruit raisonnant dans sa tête… Comme si elle était la seule à pouvoir l’entendre. Un bruit d’objet tombant lourdement dans un verre d’eau. Myosotis n’était pas folle au point d’entendre des voix, et même si sa journée avait été longue, elle n’était pas plus fatiguée que d’habitude. Baissant ses yeux émeraude vers son pendentif en forme de Serpent, la petite noiraude s’en empara délicatement avant de le relâcher, bondissant sur ses pieds: le pendentif était brûlant. Cela voulait dire qu’Anya avait un problème et appelait son amie à l’aide. Et sûrement un énorme problème vu qu’elle n’avait même pas eu le temps de dire à Myosotis où elle se trouvait. Le lien qui s’établissait entre les deux filles lorsqu’elles utilisaient ce moyen de communication était beaucoup plus long que ça d’habitude. Redoutant le pire, la petite noiraude émit différentes hypothèses, gérant en même temps le sentiment de panique qu’elle commençait à ressentir au plus fond de son être.

*Un bruit d’eau… Peut-être le lac ?!*

Ne réfléchissant pas plus longtemps, Myosotis se précipita vers la seule fenêtre de la bibliothèque qui lui permettait de voir le lac en entier. Le soleil commençait à disparaitre derrière l’horizon, colorant joliment le ciel de ces magnifiques couleurs orangées que l’on peut voir seulement en été. Il n’y avait personne sur les rives du lac et l’eau de celui-ci ne bougeait pas; c’était le calme plat. Elle resta un instant devant la fenêtre, balayant la surface et les rives du lac de ses yeux émeraudes. Trop absorbée par l’inspection du lac, elle ne remarqua pas une silhouette au loin en train de s’approcher du château. Si Myosotis l’avait vue, peut-être l’aurait-elle reconnu et elle aurait réagit autrement ? Allant à la rencontre de cette silhouette pour lui permettre de se rendre plus vite sur les lieux ? Peut-être que Myosotis et la silhouette aurait pu établir un plan d’attaque tout en se rendant sur les lieux ? Beaucoup de peut-être, mais ces « peut-être » sont bien inutiles étant donné que Myosotis ne remarqua pas cette silhouette. Réfléchissant du mieux qu’elle le pu, elle commença à faire tourner son anneau argenté serti d’une émeraude qui se trouvait à son annulaire droite. C’était cette même bague que Crépuscule lui avait rendu quelques jours plus t^pt. Mais si ce bruit d’eau ne venait pas du lac, d’où pouvait-il venir ? Mais oui, bien sûr: les toilettes ! La petite noiraude sortit de la bibliothèque -qui rappelons-le, se trouve au quatrième étage- aussi vite que ses jambes le lui permettaient; c’est-à-dire à une vitesse surhumaine. En même pas dix secondes elle se trouva aux premières toilettes qu’elle devait vérifier; celles se trouvant au même étage que la bibliothèque. Elle entra en trombe, ouvrant la porte à la volée. Aucun bruit de lutte ne s’échappait des cabinets. Il n’y avait absolument personne, que ça soit dans les toilettes des garçons ou dans celle des filles qui se trouvaient juste en face. Ne perdant pas une seconde de plus, la petite noiraude repartit en courant vers les escaliers. Arrivée la-bas, elle eut un moment d’hésitation. Devait-elle monter au cinquième étage ou descendre au troisième ? Il n’y avait pas de toilettes au cinquième étage… Suivant son instinct, elle commença a descendre les marches d’escalier quatre à quatre, mais un cris strident l’arrêta au milieu de celui-ci. Le cris ne provenait pas du troisième étage, mais du cinquième. Faisant volte-face, la petite noiraude ne mit qu’une dizaine de seconde pour se rendre au cinquième étage. Certains tableaux tombaient sur son passage à cause de sa vitesse, provoquant les cris d’indignation des occupants qui ne savaient pas ce qui les avait fait tomber.

*C’est une question de vie ou de mort, fermez-la bon-sang !*

Tout en courant, Myosotis réfléchissait à toute vitesse. Quel lieu du cinquième étage pouvait contenir de l’eau étant donné qu’il n’y avait pas de toilettes ?! Mais oui, bien sûr: la Salle de bain des préfets! Pourquoi n’y avait-elle pas pensé plus tôt ?! S’en voulant profondément de ne pas s’y être rendue directement et d’avoir perdu du temps à inspecter les toilettes, elle continua sa course effrénée, passant devant une statue. Arrivée devant la quatrième porte à gauche après la statue de Boris le Hagard, elle ouvrit celle-ci d’un coup de pied phénoménale, faisant presque sortir le panneau de bois de ses gonds. Des petites fissures se formèrent dans le bois d’un blanc immaculé de la porte. En temps normal, il fallait donner un mot de passe pour que la porte s’ouvre, mais elle n’avait pas le temps de donner un mot de passe pour que la porte décide enfin de s’ouvrir. A vrai dire, le temps était compté et la petite noiraude avait d’autre choses à faire que de se creuser les méninges pour retrouver un satané mot de passe. Si la porte devait subir une telle ouverture à nouveau, il était certain qu’elle se briseraient en mille morceau. Myosotis vit un homme agenouillé à côté de la baignoire géante qui était remplie à ras-bord. Il était en train de noyer une jeune fille totalement dévêtue. Le corps de la fille en question était hors de l’eau, mais sa tête était fermement maintenue dans l’eau moussante par la poigne de fer de l’homme. L’arrivée fracassante de la noiraude lui avait fait tourné la tête en direction de la porte. Le doux rayons du soleil qui passaient par le vitrail venaient se poser à la surface de l’eau, provocant des reflets sur les murs blancs de la pièce. La fille dénudée avait d’étranges arabesques sur toute la surface de son corps et la petite noiraude était sûre d’une chose: elle n’avait jamais rien vu de tel. Par contre, Myosotis était sûre d’une chose: elle avait déjà vu cet homme quelque part… Une photo en tout cas. Et en effet elle l’avait vu dans un vieux journal quelques jours plus tôt, dans l’aile abandonnée en compagnie d’Anya. Tout comme sur la photo du journal, l’homme avait des cheveux coupés très court. Il avait également des cicatrices sur le visage et une barbe mal rasée. On pouvait aussi voir une fine cicatrice sur l'un de ses yeux qui était en réalité un œil de verre. La jeune fille aux yeux émeraudes savait qu’il n’avait que vingt-trois ans mais il paraissait en avoir trente. En reconnaissant la jeune fille que l’homme tentait de noyer, Myosotis ne pu empêcher un cri de s’échapper de ses lèvres:

-ANYA !!!!

L’homme se releva d’un bon, s’apprêtant à se jeter sur Myosotis. Mais elle fut plus rapide et se retrouva devant lui en l’espace d’une seconde. Celui-ci, ne s’attendant pas à se retrouver face à un vampire (même semi) fut troublé durant un court laps de temps, arrêtant son geste. Ce trouble momentané permit à Myosotis de lui envoyer un coup de pied circulaire digne des plus grand judokas en pleine face, lui arrachant un cris de douleur ainsi que son oeil de verre. L’oeil en question roula et tomba dans la baignoire de la taille d’une piscine. La petite sphère en verre flotta un instant à la surface de l’eau avant de couler, se perdant au milieu du peu de mousse qu’il y avait dans la baignoire. Anastasiya, qui avait pu enlever sa tête de l’eau grâce à l’intervention de son amie, s’était retirée contre le mur, toussotant pour vider ses poumons remplis d’eau. Elle semblait affaiblie et mal au point. Une lueur de démence apparut dans l’unique oeil sombre de Maxim Komaroff. Le trou qu’avait laissé l’oeil de verre dans le globe oculaire donnait envie de vomir. Il se jeta sur Myosotis les bras en avant et la souleva avant de la plaquer contre le mur de marbre blanc en la tenant par la gorge, l’étranglant à moitié. La noiraude tenta tant bien que mal de reprendre son souffle. Dans un geste désespéré, elle tenta même de lui infliger des coups de pieds, mais Komaroff ayant les bras tendus, il était bien trop loin d’elle pour qu’elle l’atteigne. La rage qui s’était emparée de lui était telle qu’il aurait pu tuer toute sa famille si celle-ci s’était trouvée devant lui à ce moment là. Retenue à une trentaine de centimètre au-dessus du sol, Myosotis essaya tant bien que mal de se défaire de l’emprise de Maxim à l’aide de ses deux mains. S’il y avait bien une créature qui pouvait être douée d’une telle force, c’était un vampire. Et rien ne pouvait arrêter un vampire enragé. Absolument rien. Enfin… Presque rien… Mais la petite noiraude n’y pensa pas tout de suite malgré le fait qu’elle ait lu un livre à ce sujet quelques minutes plus tôt. Ne voulant pas perdre plus de temps avec la noiraude Maxim la jeta de toutes ses forces contre des casiers à l’opposé de la pièce, près de la porte. Les casiers en questions se plièrent sous le choc, et Myosotis tombée à terre perdit connaissance, ne pouvant plus voir ce qui se passait ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Sam 12 Juil - 1:56

Toujours couchée sur le sol, au pied des casiers, Myosotis reprit peu à peu ses esprits, rouvrant ses yeux verts. Elle n’arriva rien à voir pendant quelques instants, sa vue totalement brouillée par de petites étoiles. Arrivant enfin à y voir plus clair, elle vit Maxim allongé sur Anya, la mordant à mainte reprises. La petite noiraude s’apprêta à crier mais se résigna… Si elle le faisait, Komaroff risquait de tuer son amie pour de bon.  Les pires craintes de Myosotis étaient en train de se révéler vraies: l’ennemi d’Anya était bel et bien devenu un vampire. Le pire dans tout ça, s’était d’entendre les cris d’Anya sans pouvoir agir. L’école étant désormais vide, personne ne pouvait les entendre. Priant pour qu’un miracle se produise, Myosotis essaya de se redresser, mais sa tête lui faisait beaucoup trop mal pour qu’elle puisse faire le moindre geste. C’est alors qu’une silhouette floue passa devant elle est se jeter sur l’agresseur de la Serpentard, envoyant ce dernier de l’autre côté de la baignoire géante. Myosotis ne reconnut pas tout de suite Tom, un Dracunus dont elle avait fait la connaissance un jour aux Trois balais. Anya les avait présenté l’un à l’autre. C’était donc lui cette silhouette que Myosotis aurait pu voir si elle avait pris plus de temps pour inspecter le parc depuis la fenêtre de la bibliothèque… Il fallut peu de temps au vampire pour se ressaisir et contourner la baignoire encore remplie. Le sang écarlate d’Anya dilué avec l’eau de la baignoire recouvrait le carrelage au pied de Tom. La dresseuse de dragon et le Dracunus échangèrent quelques paroles, mais Myosotis avait bien trop mal à la tête pour se concentrer sur ce qu’ils se disaient. Tom se releva et se plaça devant Anya, la protégeant de son corps tel un bouclier humain. Désormais les deux hommes se faisaient face. Pendant ce temps, Myosotis avait rampé jusqu’à un pilier de marbre pour ne pas attirer l’attention de Maxim Komaroff. Elle se releva péniblement, s’aidant du pilier pour tenir debout car elle était encore sonnée par sa collision avec les casiers. Sa tête lui faisait atrocement mal, elle voyait les murs autour d’elle bouger mais elle devait réfléchir. Et réfléchir vite. Qu’est-ce qui pouvait bien arrêter un vampire ? Comment pouvait-elle l’anéantir ? C’est alors qu’elle se rappela de quelle manière les Moldus tuaient les vampires au Moyen-Age: à l’aide du feu bien sûr. Mais Myosotis risquait de carboniser Anya et Tom si elle attaquait de cette façon. Myosotis trouvait que le temps avait ralentit autour d’elle… Il semblait même s’être totalement arrêter. Mais peut-être était-ce dû au fait qu’elle soit encore un peu sonnée ? La belle sirène se trouvant sur le vitrail s’était cachée derrière la pierre sur laquelle elle était habituellement assise, pleurant et poussant des petits gémissements à peine audibles. La mousse de la baignoire scintillait à cause des rayons du soleil couchant. Etant de nouveau entièrement lucide, Myosotis retira sa baguette magique qui se trouvait dans la poche arrière de son jeans, soumise à un sortilège d’extension indécelable. Elle observa un instant le serpent en relief qui se trouvait sur son manche. Les yeux émeraudes du serpent semblaient fixer la jeune fille. Le simple fait de voir ce serpent lui donna un courage indéfinissable. Si elle agissait, elle devait agir vite pour ne laisser aucune possibilité à Maxim de s’échapper. Espérant du plus profond de son âme qu’Anya et Tom allaient obéir à son ordre, elle prit son courage à deux mains. Sans réfléchir une seconde de plus, Myosotis cria à plein poumon, sortant de sa cachette par la même occasion en se plaçant en face des trois personnes:

- TOM ! ANYA ! A LA FLOTTE !!!

Sans attendre qu’ils exécutent l’ordre qu’elle venait de leur donner, la petite noiraude pointa sa baguette sur Komaroff. Celui-ci devait être surpris de la voir à nouveau sur ses deux pieds, car il ne bougea pas. Peut-être avait-il oublié sa présence, bien trop occupé avec Anya et Tom? Myosotis murmura alors la formule magique entre ses dents, tout en se concentrant sur un sentiment bien particulier: la rage. C’était comme si une boule de feu se formait dans le bas de son ventre avant de monter dans son bras pour finalement, s’échapper de sa baguette, grossissant tout au long de son voyage. Un serpent enflammé de la taille d’un basilic se dirigea droit sur Maxim, Anya et Tom, la gueule grande ouverte. D’après ce que Myosotis arriva à voir, Tom attrapa Anya par la taille et sauta dans l’eau en l’entrainant avec lui. Tétanisé, le vampire eut tout juste le temps de lever ses bras devant son visage crispé, comme s’il voulait se protéger des flammes qui lui arrivaient droit dessus. Carbonisant le corps sur le coup, les flammes firent ensuite plusieurs fois le tour de la pièce, dirigées par la baguette de Myosotis, comme un concert était dirigé par le chef d’orchestre. Les flammes passèrent plusieurs fois au dessus de l’eau dans laquelle Tom et Anya étaient sensés se trouver. Tout en tournant, les flammes prirent plusieurs formes différentes; un dragon, des chimères ou encore un lion… C’est alors que tout s’arrêta. Le feu disparu au moment même où Myosotis avait abaissé sa baguette. Elle n’avait jamais réussit à faire apparaitre un feu de cette taille… Fatiguée par la concentration que lui avait demandé un tel sortilège, la Serpentard s’adossa au pilier derrière lequel elle s’était cachée quelques instants plus tôt. Se laissant glisser jusqu’à ce que ses fesses touchent le sol, elle fixait de ses yeux verts le corps carbonisé de Maxim qui était désormais à terre devant la porte. Il n’y avait aucun autre corps au sol, ce qui voulait dire qu’Anya et Tom avaient eu le temps de plonger dans l’eau. Mais il fallait encore qu’ils survivent tous les deux… Tout avait brulé dans la pièce en dehors du vitrail en hauteur et du pilier contre lequel Myosotis était adossée. En une fraction de seconde, des millions de questions virent se bousculer dans la tête encore douloureuse de la Serpentard. Est-ce qu’Anya avait réussit à retenir son souffle assez longtemps ? Avaient-ils été blessés par le feu produit par Myosotis ? Et si Tom ou Anya s’était noyé, les poumons s’emplissant d’eau ? La petite noiraude ne se le pardonnerait jamais. Il n’y avait qu’un cercle de marbre qui était resté blanc: l’endroit où Myosotis se tenait pendant que le Feudeymon dévastait la pièce. Le métal des casiers ainsi que les robinets de marbres avaient littéralement fondus. Pas tous, mais la plupart. N’ayant pas la force de bouger, la main toujours crispée sur sa baguette, le jeune fille baissa ses yeux émeraude sur celle-ci. Elle observa le serpent en relief, finement sculpté dans le bois sombre de sa baguette. Les deux petites pierres formant les yeux du serpent étaient normalement vertes mais à chaque fois que la demoiselle utilisait la magie noire, les pierres devenaient écarlates. C’était également pour ça que Myosotis chérissait sa baguette plus que tout: elle lui ressemblait. Le temps semblait s’être arrêter et les questions continuèrent de fuser dans l’esprit de la noiraude. Est-ce qu’Anya et Tom ne ressentaient réellement aucune douleur dans une eau bouillante ? Peut-être que Myosotis s’était trompée… Peut-être que les Dracunus et les Dresseurs de dragon ne supportaient pas plus que n’importe quel humain les hautes températures ... ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Sam 12 Juil - 3:04

Le marbre blanc était devenu noir et un robinet avait explosé à cause de la chaleur, laissant désormais un jet d’eau s’en échapper pour atterrir dans la baignoire déjà pleine. Une odeur immonde de pneu brulé, dégagée par le corps calciné, s’empara petit à petit de la pièce. La sirène du vitrail était en train de pleurer, affolée par toute cette agitation. Elle semblait tout de même reconnaissante envers la noiraude de ne pas avoir fait monter les flammes à sa hauteur. Les yeux toujours rivés sur la forme noire allongée au sol, le regard de Myosotis fit attiré par un mouvement à la hauteur de la baignoire; c’était Tom qui déposait Anya sur le rebord de la baignoire. Ils n’avaient pas pu sortir immédiatement de l’eau car le sol était brûlant et dégageait même de la fumée par endroit. En les voyant en vie, une vague de soulagement envahi la jeune fille, la faisant soupirer au passage. Elle se détendit peu à peu, respirant profondément. Ils étaient en vie… Tous les deux. Anastasiya ayant été très affaiblie par le combat, elle avait sûrement eu beaucoup de peine à rester dans l’eau aussi longtemps. Pourtant Myosotis avait fait tout son possible pour ne pas faire trop long, mais une fois lancé, un tel sortilège était impossible à arrêter… enfin, presque, étant donné que Myosotis y était parvenue. N’ayant toujours pas la force pour se relever, la noiraude observa silencieusement Tom et Anya, cette dernière portant la chemise du Dracunus sur ses épaules. L’eau de la baignoire avait d’ailleurs commencé à bouillir à cause de la chaleur dégagée par les flammes, mais heureusement Anya et Tom ne semblaient pas avoir souffert de la température de l’eau. Appuyant sa tête contre le pilier, Myosotis regarda son amie et le jeune homme s’approcher du corps carbonisé. La petite noiraude n’écouta pas leur conversation, perdue dans ses propres pensées. Elle s’en voulait un petit peu de ne pas avoir pensé au Feudeymon plus tôt, laissant le temps à Maxim de torturer Anya. Elle aurait dû y penser tout de suite ! Elle s’en voulait également pour différentes choses. Comme le fait d’avoir laisser Anya seule dans le château tout en sachant qu’un fou était à ses trousses. Elle se rappela la peur qu’elle avait vue au fond des yeux de son amie lorsqu’elle lui avait parlé de Maxim Komaroff dans l’aile abandonnée. Quelle idiote elle avait été d’avoir pu penser que son amie n’avait pas besoin d’être surveillée en permanence ! Elle lui avait promis de veiller sur elle, mais elle avait lamentablement échoué. Ce qui venait de se passer n’aurait jamais dû se produire. Myosotis aurait dû anéantir Komaroff avant même qu’il ait le temps de poser sa main sur Anya. En tout cas, telles étaient les pensées de Myosotis. La Serpentard était beaucoup trop dure avec elle même, mais jamais de sa vie elle ne s’était félicitée pour quoi que ce soit. Elle trouvait toujours des choses qui n’allaient pas dans ses propres actes. Elle était beaucoup plus critique lorsqu’elle devait se juger elle-même que lorsqu’elle jugeait le comportement d’une autre personne. Elle avait toujours été comme ça, depuis sa plus tendre enfance elle voulait atteindre la perfection. La noiraude posa ses yeux émeraudes sur le corps désormais méconnaissable du vampire. Elle aurait pu le réduire en cendre, mais n’avait pas pu le faire pour la simple et bonne raison que son amie et le jeune homme étaient retenus sous l’eau et que le temps était compté. S’ils avaient trouvé une autre cachette, peut-être aurait-elle prit du plaisir à réduire le corps de Komaroff en cendre. Il avait fait souffrir son amie et personne au monde n’avait le droit de faire une telle chose. Myosotis avait peu d’ami au seins de l’école, et il était hors de question que qui que se soit touche ne serait-ce qu’un cheveux des personnes qui lui étaient chers. Tout en regardant Tom et Anya à tour de rôle, elle croisa la regard de son amie. Elle lui adressa alors un faible sourire, espérant que sa présence ne les dérange pas. Malgré qu’ils ne se soient vu que peu de fois, la Dresseuse et le Dracunus semblaient étrangement proches. Esquissant un sourire, la petite noiraude s’imaginait déjà Anya et Tom vivant une belle histoire d’amour. Revenant bien vite à la réalité, Myosotis posa ses yeux émeraude sur le Dracunus qui l’observait. C’est alors que ce dernier s’adressa à elle:

- Myosotis c'est bien ça ? Je te remercie pour ton aide. Et aussi, bravo pour ce Feudeymon ! Tu maîtrises merveilleusement bien ce sort pourtant très instable. C'est en soit un exploit.


Pour tout réponse, Myosotis lui adressa un sourire timide tout en hochant légèrement la tête de haut en bas. Ce n’était que la troisième fois qu’elle lançait ce sort correctement. La dernière fois qu’elle l’avait lancé, c’était un peu avant de rejoindre Poudlard. Elle s’entrainait en cachette avec son Professeur qui n’était autre que son voisin dans une vieille grotte retirée dans les montagnes. Anya commençait à s’agiter car elle croyait avoir perdu sa baguette, mais Tom l’avait récupérée. Il la lui rendit immédiatement pour la calmer. Le soulagement se lisait au fond des pupilles sombre de la Serpentard. Myosotis pensa à sa tante et son oncle, qui risquaient eux-aussi leur vie en ce moment même, en Transylvanie. Que diraient-ils lorsqu’ils apprendraient que leur « petite fleur » avait détruit la salle de bain de l’école ? Seraient-ils fiers d’elle parce qu’elle avait contribué à sauver la vie de son amie ? C’est alors que, pour la deuxième fois de la semaine, Myosotis repensa à un homme qu’elle n’avait jamais vu de sa vie: Alaric, son père. Mais où pouvait-il bien être ?! La petite noiraude sortit de ses pensées en se pinçant l’arrête du nez à l’aide de deux doigts. Elle avait l’impression qu’un marteau piqueur raisonnait dans sa tête. Décidant qu’il était tant de se remettre debout, elle se redressa tant bien que mal, sa main toujours refermée sur sa baguette qui avait une fois de plus dévoilé une partie de sa puissance. Tout en s’approchant d’Anya et de Tom, elle glissa une mèche de cheveux noire derrière son oreille. Elle jeta un coup d’oeil circulaire à la pièce, évaluant les dégâts. Elle savait maintenant où allait partir l’argent que sa tante avait déposé sur son compte chez Gringotts étant donné qu’elle n’aurait pas besoin de l’utiliser pour louer une chambre au Chaudron Baveur. Les réparations à faire dans cette pièce allaient être de taille. Myosotis posa une dernière fois ses yeux sur le corps brulé qui se trouvait maintenant à ses pieds. Elle se racla la gorge et s’adressa à Tom. Elle lui proposait qu’il se charge de déplacer le corps jusqu’à la lisière de la forêt pendant qu’elle et Anya iraient à l’infirmerie. Myosotis expliquerait ce qu’il s’était passé à la Directrice pendant que l’infirmière s’occuperait des plaies d’Anya. Les deux filles le rejoindraient ensuite pour aller enterrer la dépouille de cette pourriture au fond de la forêt. La Serpentard regarda les morsures que son amie avaient un peu partout et s’apprêta à lui proposer un peu de son sang avant de se résigner. Ce n’était sûrement pas une bonne idée vu la façon dont elle avait réagit la dernière -et la seule- fois qu’elle lui en avait donné. Mais si Anya lui en demandait, alors Myosotis la laisserait en boire. Peut-être pas autant que la dernière fois, mais juste assez pour que ses plaies se referment. Tom accepta après un instant d’hésitation. La petite noiraude se pencha et aida son amie à se relever. Myosotis essaya d’ouvrir le casier dans lequel se trouvait les affaires d’Anya, mais celui-ci étant en partie fondu, elle dû recourir à la magie pour exploser la porte. Après tout, un dégât de plus ou de moins… Elle aida ensuite son amie à enfiler des vêtements secs, pour ne pas qu’elle se mette le concierge à dos en recouvrant les sols d’eau. Pour répondre à la demande d’Anya, la petite noiraude lui rapporta un sac léger qui semblait pourtant contenir plus d’objet qu’il n’y paraissait. Les deux filles sortirent enfin de la salle de bain et se dirigèrent au premier étage pour se rendre à l’infirmerie. Myosotis entendit encore pendant un bon moment le bruit du jet qui s’échappait du robinet explosé. A vrai dire, elle l’entendit jusqu’à ce que les deux filles se retrouvent en haut des escaliers. Elles mirent beaucoup de temps pour descendre les escaliers. Anya souffraient atrocement à chaque marche qu’elle descendait. Heureusement qu’il existait un raccourci que peu de gens connaissaient pour passer du troisième étage au premier sans passer par le deuxième. Durant toute la durée de leur déplacement, Myosotis n’ouvrit pas la bouche et Anya ne parlait que pour dire quand elle se sentait trop mal. Les deux Serpentard firent plusieurs pauses pour que la Dresseuse de Dragon puisse se reposer. Elles entendaient le grincement des armures mais ne croisèrent pas Rusard ni aucun autre professeur d’ailleurs. C’est ainsi qu’elles se rendirent à l’infirmerie sous les regards choqués des portraits, certains leur posant même des questions sur leur passage.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Lun 13 Oct - 14:14

Molly et James étaient arrivés devant la statue de Boris le Hagard. Après avoir bien regardé autour d'eux, la rouge et or se dirigea vers la 4e porte à gauche. La jeune femme s'assura que la porte n'était pas verrouillée, ce qui aurait put être le cas si une personne l’occupait.

- Fraîcheur des pins !

La porte s'ouvrit et la jeune femme suivit de son compagnon entrèrent dans la grande pièce.

- Whoua !!!

- Tu n'étais jamais entré avant ?

- Jamais ! mais toi je suppose que oui.

C'est en affichant un grand sourire que la porte se verrouilla derrière les deux Gryffondor.

- Ne soit pas surpris, et détend toi un peu ! fais moi confiance, on ne se fera pas prendre.

- Comment ?

- J'ai mes petits secrets... mais puisqu'on est ensemble, je vais te le dire... Mimi...

- Mimi Geignarde ?

- Oui, Mimi est une grande amie. Depuis 6 ans que je suis ici, elle m'a été fidèle et moi envers elle. Je lui fait entièrement confiance. Elle saura nous prévenir s'il y a quelqu'un et attirer l'attention de ce visiteur gênant ailleurs pour qu'on puisse se faufiler sans être vus.

Hochant la tête en signe d'approbation, James enleva ses vêtements et se retrouva en maillot de bain. Molly se délectait du spectacle. Brun, une musculature fine mais visible du batteur, des yeux bleus à s'y plonger dedans, Molly n'en revenait pas de plaire à un garçon comme lui. D'autant plus qu'il avait toujours été plus que gentil avec elle...
Reprenant ses esprits, la rouge et or, se mordit la lèvre sous le sourire moqueur de son chéri, se déshabilla en hâte. Elle se retrouva en bikini, prit sa baguette, quelques serviettes et se dirigea vers la baignoire de la taille d'une piscine.
D'un geste de sa baguette, Molly actionna tous les robinets, des couleurs, des parfums et des bulles emplissaient la baignoire si majestueuse.

- Regarde ! elle va chanter !

Molly montra du doigt le vitrail représentant une sirène sur un rocher. Ce dernier prit vit et une douce mélodie emplit la pièce.

Les deux amoureux glissèrent alors dans l'eau chaude et parfumée. James prit Molly dans ses bras musclés et l'embrassa comme jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Lun 13 Oct - 15:57

*Bon sang mais il comprend pas le message ou quoi ? je l'amène ici et il fait des longueurs !! c'est exaspérant !!*

Molly se remit en face de son beau James, et fit parcourir ses doigts sur ses abdominaux si bien dessinés.
Sous ses doigts le brun frissonna.

- Tu as froid ?

Molly esquissa un sourire, car elle le savait, James n'avait pas froid. Il devait brûler à l'intérieur, et la jeune femme s'en amusait.

- Si ce n'est que ça... je peux ajouter de l'eau chaude, mais on risque de se noyer...


La rouge et or ne put s'empêcher de rigoler, mais se trouva vite muette, les lèvres de son compagnon refermant les siennes.
La jeune femme prit James dans ses bras, lui la serrant fort, et ils se laissèrent aller au fond de l'eau, les bulles éparses les chatouillaient.
L'ancien batteur savait faire réagir Molly au quart de tour, et il ne s'en privait pas, mais de son côté la jeune femme n'allait pas en rester là. Il la chercherait, il la trouverait...

Les deux jeunes gens remontèrent à la surface, James plaquant Molly contre le mur de la baignoire, et l'embrassa derechef, tandis que la rouge et or s'amusait à faire courir ses doigts sur le torse de son beau batteur, leurs souffles s’accélérèrent, le rythme cardiaque de Molly battait les records, et le rouge lui monta aux joues.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Mar 14 Oct - 10:12

- Grrrr tu me rends folle.... tu es trop sage ! Je n'ai pas envie de l'être....

La jeune femme laissa aller sa tête contre l'épaule de James, et ferma ses yeux. Les sensations que lui procurait le rouge et or étaient justes magiques. Elle avait l'impression de vibrer sous ses doigts, et de son côté, elle en était sûre, lui savait comment la faire réagir...
Molly passa ses mains derrière sa tête, prenant le cou de James entre ces dernières.

- Pas aujourd'hui ma puce, ni ici...

Soupirant, Molly savait que la partie était perdue d'avance. Elle connaissait James depuis suffisamment longtemps, -six ans exactement- pour savoir qu'il était aussi têtu et avait la tête aussi dure qu'un scroutt à pétard.

- Oui... d'accord... de toute façon, je ne tiens pas à ce que Mimi nous voient, bien que je suis sûre qu'elle respecterai notre intimité. N'est ce pas Mimi ?

*Personne de répond. J'avais raison, elle n'est pas là*

- Tu vois ? elle n'est pas là. Bon sortons avant d'être tous fripés comme des momies...

C'est déçue que Molly sortit de l'eau, et s'enroula dans une serviette. A n'en pas douter, James devinait la déception de la jeune femme.

- Désolé ma pu...

D'un regard qui en disait long, la rouge et or l'interrompit.
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Jeu 23 Oct - 21:51

C'est en meilleure santé que Winonna avait commencé sa journée , en effet , son coup de froid s'était atténué , mais il ne fallait pas rêver , les hauts fins s'étaient finis pour cette année.Nous sommes en Octobre , et le froid avait commencé à prendre ses positions.La jeune fille , après avoir effectué tous ses devoirs , avait décidé d'aller dans la salle de bain des Préfets.Elle allait pouvoir se relaxer un peu et profiter de cette salle somptueuse.La Capitaine de la maison Poufsouffle passa devant la statue de Boris , et s'avança vers la quatrième porte , puis murmura :

- " Fraicheur des pins. "

La porte s'entrouvrit , et la jeune blonde pénétra à l'intérieur de la pièce.Elle posa son sac vers l'entrée , s'approcha d'un divan , et s'assit dessus pour retirer sa cape de sorcière.Celle ci laissa apparaître un kimono violet orné de belles fleurs blanches.Elle enleva également son pantalon noir , et ses petites chaussures.Elle s'approcha des robinets et commença à en ouvrir quelques uns.Un parfum merveilleux s'échappèrent de ceux ci.Miss Diggory enleva son kimono , sous lequel elle portait un maillot de bain blanc  , et le posa délicatement au bord de la baignoire . Puis elle s'immergea dans l'eau , sereine.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Lun 23 Mar - 12:18

Molly arrivait tout juste au 3e étage complètement essoufflée, plus précisément à l'angle du couloir, quand elle vit la brune partir dans l'autre direction. La blondinette n'avait pas du tout prévu ça, elle avait espéré au contraire, qu'elle arriverait avant que la Préfète en Chef ne sorte... Elle aurait pu ainsi lui foncer droit dans les bras, la serrer très fort sans avoir à parler, mais le destin en avait décidé autrement...
Saisissant sa chance avant que Louanne ne soit complètement partie Molly l'interpella :

- Lou' attend !

Voyant que son amie n'avait pas l'intention de s'arrêter, la jeune femme reprit :

- Tu comptes me fuir longtemps comme ça ? j'étais venue m'excuser ! J'ai pris conscience que... que... que j'ai mal agit. Tu as dû vivre l'enfer là bas.... je, je suis désolée...

Qu'allait il se passer ? Louanne reviendrait elle vers Molly pour l'incendier ? Partirait elle sans un regard ? Autant de questions qui se bousculaient dans l'esprit de la rouge et or et qui n'arrivait plus à faire bouger ses jambes, soudain devenues aussi lourdes que si elles avaient été collée à l'aide d'un sortilège de glue perpétuelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Dim 21 Juin - 22:39

Molly avait depuis quelques temps, le sentiment d'être fatiguée. Elle avait besoin de réfléchir dans un endroit où elle saurait qu'elle serait tranquille. Elle avait donc prit quelques affaires dans sa salle commune et avait entreprit de descendre les 2 étages qui la séparait de son lieu de Prédilection : La salle de bain des Préfets.
La jeune femme, six ans plus tôt n'aurait jamais imaginé que devenir la meilleure amie de Mimi Geignarde lui offrirait ce privilège. En effet, le fantôme aux couettes et aux lunettes rondes partageait avec la blondinette tous les mots de passe de cette salle de bain magistrale.

Cela était un privilège, et Molly savait pertinemment qu'elle était la seule élève dans tout le château, préfets et capitaines mis à part à pouvoir profiter de ce lieu.


Arrivée devant les lourdes portes en bois massif, la lionne, après s'être assurée de ne pas être vue, donna le mot de passe permettant d'entrer : fraîcheur des pins.
A peine franchies, les portes se fermèrent et se verrouillent. Plus personne ne pourrait entrer, plus aucune personne faite de chair et de sang.


Comme à son habitude, la jeune femme agita sa baguette en direction des robinets qui s'ouvrirent les uns après les autres, laissant couler bulles, parfums et bains moussants aux couleurs aussi diverses que variées.

La blondinette s'attarda quelques instants sur le vitrail de la sirène qui se brossait nonchalamment les cheveux assise sur son rocher, sa queue de poisson trempant dans l'eau .



La sixième année retira alors ses vêtements, s'attacha ses cheveux en une petite queue de cheval et s’immisça doucement dans l'eau chaude les yeux fermés. Elle avait l'effet instantané de détendre tous les muscles de son corps.
Après avoir entreprit de nager quelques longueurs dans cette baignoire de la taille d'une piscine, la Gryffondor entendit le ricanement familier du fantômes de la tuyauterie du château.
Mimi Geignarde venait très certainement saluer son amie, mais aussi glaner quelques potins croustillants à échanger avec la jeune femme.


Ce n'était un secret pour personne : Molly adorait savoir tout ce qui se passait dans le château, et la plupart devaient bien se demander comment la rouge et or se tenait aussi bien informée de toutes les situations.
Mimi et elle formaient un duo infernal sur les ragots et potins du château et se les racontaient comme les deux grandes amies qu'elles étaient.


- Coucou Mimi ! C'est bon tu peux venir !


Molly s'était installée confortablement et attendait tout sourire le fantôme de la jeune fille aux lunettes rondes.

Rp avec Mimi Geignarde
#cc0033
2075 caractères validé par Molly


Dernière édition par Molly Dawkins le Jeu 25 Juin - 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Jeu 25 Juin - 5:33

[Dans la peau de Mimi]

Mimi sortit la tête de l'eau et fit mine de nager aux côtés de la jeune blonde, à l'exception qu'elle n'était pas mouillée et ne flottait pas grâce à l'eau mais à sa condition de fantôme. Elle sourit tristement à sa jeune amie, derrière ses grosses lunettes épaisses puis ricana.

-Bonjour Molly, ça faisait longtemps que je ne t'avais pas vu ici... j'ai cru que tu ne voulais plus me voir...

Elle fit mine de plonger puis remonta et mima avoir bu la tasse. Elle s'éleva alors dans les airs et alla s'asseoir sur l'un des nombreux robinets autour duquel elle tournicota son doigt, des gestes inutiles mais quand on est un fantôme depuis plus de quatre-vingts ans, on s'occupe comme on peut. Elle tourna la tête vivement vers son amie qui l'observait avec un grand sourire, toujours aussi amusée par les nombreuses mimiques de la pauvre victime de la chambre des secrets...

-J'ai pleiiiiins de choses à te raconter si tu le désires ! Hiiiiiiiiiii !

Et elle savait à quel point son amie adorait ces moments privilégiés avec elle. Et elles étaient deux à les aimer, car Molly était la seule amie de Mimi qui se sentait particulièrement seule la plupart du temps, ruminant sa tristesse d'avoir quitter ce monde trop tôt.

-Je ne sais pas par où commencer... Tu vas bien ?

Avec l'excitation de voir son amie, elle en avait oublié les bonnes manières...

1056 caractères, validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Jeu 25 Juin - 19:56

Molly était tellement contente de retrouver son amie. Elle lui avait cruellement manqué ces derniers jours, et l'augmentation des rondes des Préfets dans le château avaient été la principale raison de la désertion de la blondinette dans ce lieu qu'elle affectionnait particulièrement.


Les yeux brillants d'excitation, Mimi semblait trépigner de tous les potins qu'elles allaient pouvoir s'échanger. Alors la Gryffondor répondit au spectre :


- Je vais bien... 


Un je vais bien lourd de sens qui laissait entendre tous les tracas de la blondinette.


- Ecoute, en fait je suis un peu perdue ces derniers temps... J'ai surpris James McCall, mon ex comme tu le sais, en train d'embrasser Garance ! Il cherche à la manipuler pour se venger de toute évidence, et comme si cela ne suffisait pas il a même tenté de m'embrasser ! Je n'ai pas revu Louanne, et je n'ai aucune nouvelles d'elle non plus. Et comme si cela ne suffisait pas, en défense, on a étudié les épouvantards. Une chose est sûre, je ne m'attendais pas à me confronter à moi même !


La sixième année ferma les yeux, soupira un bon coup en penchant la tête en arrière.


- Et toi alors ? Dis moi tout ! Qu'à tu appris d'intéressant dans tes tuyaux ? Peeves a prévu un nouveau tour ? Le Baron Sanglant fais encore des siennes ? Et les élèves ? Raconte moi tout !!!


La jeune femme sourit à celle aux couettes, attendant ses dernières révélations glanées dans les tuyaux de tout le château...


#cc0033
1129 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Sam 27 Juin - 1:41

[Dans le rôle Mimi]

La jeune fille aux cheveux blonds sous entendis qu'elle n'allait pas si bien que cela et donna quelques explications rapides à Mimi. Molly savait parfaitement que son amie ne s'étendrait pas beaucoup sur le sujet, égocentrique comme pouvait l'être la pauvre jeune fille à lunette. Seul son malheur était réel, celui des autres n'était souvent que futilité. Mais elle répondit tout de même sur un ton gentil à sa jeune amie.

-Si tu veux qu'il lui arrive quelque chose, il est possible de s'arranger !

Mimi avait le visage fendu d'un large sourire machiavélique, elle adorait colporter des ragots et s'entendait plutôt bien avec Peeves lorsqu'il s'agissait de lui donner des idées de bêtises à faire. Elle avait déjà l'air songeur, réfléchissant à une idée rapide, mais elle se rappela qu'elle avait des choses à raconter à la jeune Gryffondor qu'elle n'avait pas vu depuis longtemps.

-Les cours d'Etude des Objets Magiques va reprendre... Et le professeur Morgane sera remplcée par un charmaaaant jeune homme à ce que j'ai vu...

Les joues grises du fantôme s'assombrirent légèrement, indiquant sa timidité et son excitation. Si elle avait été de chair, elle aurait été rouge pivoine ! Elle toussota, comme pour se reprendre et prit soudain un air mystérieux.

-Et il y a une nouvelle disparition au château !

Mimi avait lâché l'information comme une bombe, laissant la jeune Molly, impatiente, dans le plus grand des secrets... Elle savait parfaitement que cela éveillerait au plus haut point sa curiosité, et déjà on pouvait apercevoir de l'intérêt dans le regard de la rouge et or.

1263 caractères, validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Dim 28 Juin - 17:04

La curiosité de Molly était à son comble. Mimi savait pertinemment comment appâter son amie...


- Un charmant jeune homme ? Humm intéressant


Mais avant même d'avoir pu poser plus de questions le concernant une nouvelle bombe fut lâchée : une nouvelle disparition au château !


- Une nouvelle disparition ? Qui ? Où ? Quand ? Raconte-moi tout !! Je veux tout savoir !!


Suspendue aux lèvres grises et transparentes du fantôme qui flottait dans les airs, la blondinette bougea ses bras dans l'eau pour ne pas s'engourdir les membres. Elle n'osait cependant pas trop bouger non plus, car cela aurait été selon elle un manque de respect, et à coup sûr, le spectre se serait alors vexé.




- Alors, Mimi dis moi tout !! C'est la vampire ? Myosotis ? Bon débarras si c'est elle ! Ou alors il s'agit de son petit copain ?
Tu crois qu'elle lui a pompé le sang ? Comment on devient un vampire ? Tu le sais toi ? Faudrait que je le lui demande...



La sixième année regarda alors la jeune fille aux couettes toussoter pour avoir le silence et lâcher la bombe qu'elle détenait.


817 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Sam 4 Juil - 3:42

[Dans le rôle de Mimi]
Mimi observa l'adolescente avec un air entendu, puis toussota pour qu'elle comprenne qu'elle allait lui apporter sa réponse. La jeune fille retrouva son calme et le silence, et observait le spectre avec un regard avide.
- Tu souhaites vraiment le savoir n'est-ce pas?
Elle laissa encore un peu son amie mariner, puis lança sa bombe:
- Oui une disparition étrange et douteuse... Un élève de Serpentard... Quelqu'un sait où il est, mais personne d'autre ne le sait... ni pourquoi il a quitté le château...
Mimi observa les yeux pétillants de la petite blonde puis reprit d'un ton avide, qui se transforma en tristesse palpable:
- Et le nouveau professeur est vraiment très mignon, dommage que je ne puisse pas me rendre à ses cours...
Ses dernières paroles s'étouffèrent dans un petit sanglot, comme à son habitude, Mimi recommençait à s'effondrer pour peu de choses. Dans un petit cri aiguë, elle s'envola et fis mine de plonger dans le bassin, restant sous la surface, attendant une réaction de son amie. Mimi n'était presque jamais heureuse, sauf lorsqu'elle racontait des potins et elle prenait un malin plaisir avec les quelques rares personnes qui l'avaient appréciée durant sa mort, à les faire culpabiliser d'être vivants, espérant être cajolée par quelques mots agréables. Molly était l'une de ces personnes, et l'adolescente immatérielle commençait à bien la connaitre et savait qu'elle avait trouvé en elle une amie compatissante. Elle allait très certainement tomber dans le panneau de ses larmes de crocodile une fois de plus... 
1227 caractères, validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Sam 4 Juil - 13:49

Alors que Mimi venait de balancer une bombe dans la marre, la Gryffondor se mit à réfléchir à toute vitesse sans trop écouter la suite...


* Un élève de Serpentard a disparu... Hum étrange... Ça mérite enquête...*


Revenant au moment présent, Molly vit que Mimi sanglotait... Même sans avoir écouté de quoi il retournait, il suffisait à la jeune femme de prendre un ton compatissant avec le spectre qui retrouverai sa joie de vivre...


- Je te comprends Mimi... C'est bien dommage...


Cherchant à toute allure quoi raconter au fantôme pour retourner sur un sujet moins ennuyeux, la rouge et or lui lâcha une info toute croustillante...


- J'ai aussi une info pour toi ! Et une info de taille !


La jeune fille aux lunettes rondes fonça dans les air droit vers Molly et mit son visage à quelques centimètres du sien, avide de connaitre ce nouveau rebondissement...


- L'autre jour, à la bibliothèque en faisant des recherches pour un devoir, je suis tombée sur le dragon caché dans la forêt ! J'avais besoin d'articles de la gazette, et devine quoi... Victoria Lester, la Poufsouffle a été internée à Ste Mangouste étant gamine ! Elle aurait perdu ses parents pendant la guerre et aurait alors percé le fond de son chaudron ! Il y a même des articles des médicomages de l'époque qui parlent des conséquences sur son avenir... Tu te rends compte ? On comprend mieux pourquoi elle pleure tout le temps celle là !


La rouge et or était très fière d'annoncer la nouvelle à Mimi qui semblait stupéfaite...

1163 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Jeu 9 Juil - 4:30

Mimi écouta avec avidité ce que sa jeune amie racontait. Elle adorerait pouvoir colporter une telle histoire, elle, la professionnelle du ragot à Poudlard. Plus la rouge et or parlait, plus le sourire gris de l'adolescente décédée s'élargissait d'un air machiavélique. Elle regarda la jeune fille par dessus ses lunettes et lança dans un cri soudain:
- Peeves va adorer ça! Dis, tu veux bien bien que je le lui raconte hein? 
Elle se mit soudain à voler en tourbillon dans la salle de bain en poussant un cri strident à percer les tympans, puis redescendit pour faire de nouveau face à son amie et lança, avec tout le culot dont elle pouvait faire preuve:
- Passer son temps à pleurer de cette façon, ça veut forcément dire que quelque chose ne va pas la dedans! Elle est folle voilà tout!
Oui, Mimi ne croyait pas si bien dire, elle se décrivait d'ailleurs elle-même dans ses propos, mais bien sûr elle n'avait aucunement la sensation de parler d'elle en quoi que ce soit!


771 caractères validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Jeu 9 Juil - 13:38

La blondinette esquissa un sourire à Mimi... Elle ne se rendait pas compte qu'elle faisait son propre portrait...


- Mimi, tu sais bien que je partages mes infos avec toi, après ce que tu en fais...


Un clin d'oeil au fantôme, et la sixième année plongea sous l'eau pour faire quelques longueurs de brasses avant de sortir de son bain.


Enfilant une serviette autour de son corps, la rouge et or se saisit de sa baguette et vida la baignoire.


- Au fait, je reste cet été au château ! On aura l'occasion de se raconter pleins de choses...


Une fois habillée, comme à leur habitude, Mimi traversa un des murs de la salle de bain, et visita le couloir afin de s'assurer que Molly puisse sortir tranquillement de la salle de bain, sans subir de représailles de la part d'un Professeur, d'un capitaine ou pire, d'un Préfet...


Sortant donc de la majestueuse salle de bain, la blondinette vit au bout du couloir une Serdaigle. 


* Rosier ! Fais ch**r !*


Mais des cris venant des toilettes proches d'où se trouvaient la préfète, indiquaient que de l'eau coulait dans les couloirs...


* Mimi je t'aime ! Il faudra que je lui trouve une nouvelle info bien croustillante pour la remercier ! *


Alors que la Préfète des bleus et bronze faisait demi tour, la Gryffondor ne perdit pas une seconde pour partir dans le sens contraire, échappant ainsi aux ennuis !


Fin du RP
1038 caractères validé par Molly


Dernière édition par Molly Dawkins le Jeu 9 Juil - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   Lun 10 Aoû - 16:22

La baignoire en forme de piscine était rempli à raz bord d'une eau à la fois rouge et bleu avec des bulles jaune à certain endroit. Assit sur le bord, des gouttes d'eau coulant le long de sa peau, Crépuscule était détendu. Son regard s'était perdu depuis quelques minutes sur le vitrail de la sirène. Cette dernière paressait paisiblement sur son rocher, ouvrant un oeil de temps à autre à chaque éclat de voix.
Une éclaboussure et une voix sortit le serpentard de ses songes.

- Qu'est-ce qui te préoccupe encore ?

Réprimant un soupir après s'être fait éclabousser, le brun tourna la tête vers le châtain qui barbotait dans l'eau.

- Pour une fois, rien.
- Si tu le dit.

Clive repartit faire une longueur sur le dos et les yeux bleus roi de Crépuscule ne le quittèrent pas.
Pour une fois que tout allait plutôt bien dans la vie du brun, il n'allait pas se plaindre. Ça faisait trois semaines qu'il était en vacances et il ne lui restait plus qu'un quart de révision pour être au niveau pour sa septième année. Le châtain avait été d'une aide remarquable pour tout ce qui était théorie et potion et le préfet des Poufsouffles avait complété la formation en aidant à la pratique. Un trio qui fonctionnait plutôt bien, malgré les différences de caractères et de maisons.
De ce fait, Crépuscule pouvait vraiment apprécier cette soirée. Rusard leur avait donné quelques jours de congé dans leurs surveillances nocturnes et les trois préfets en avaient profité pour s'organiser une petite soirée...
Le retardataire ouvrit justement la porte et la referma. Le brun n'eut pas besoin de se retourner pour savoir qu'il s’agissait d'Eric, et Clive arrêta de nager pour lui adresser un signe de la main ainsi qu'une pique anodine dont il avait le secret.

- On ne t'attendait plus.
- Je vois ça... J'ai eu une galère de dernière minute. Un c** a renversé un des pots dans la salle commune et ne l'a pas ramassé. J'ai du nettoyer moi-même et m'occuper de la plante pour qu'elle se remette à pousser correctement...
- Pauvre de toi.
- Ferme-là Clive.

Le châtain se mit à rire avant de plonger et d'immerger à côté de Crépuscule qui avait un petit sourire moqueur. Le blond délaissa ses affaires, sa serviette et sa mauvaise humeur passagère dans un coin de la pièce et rejoignit ses deux amis sur le rebord.
Il finit par soupirer avant de tourner la tête vers le brun.

- Mais regardez ça ! Serait-ce vraiment un sourire sur le visage du si imperturbable Crépuscule ?!

Le regard noir qui fusa ensuite ne fit qu'augmenter l'hilarité du blond. Ce dernier se redressa et sauta alors dans la piscine faisait éclabousser l'eau tout autours de la baignoire. Crépuscule encore plus mouillé qu'avant se laissa alors glisser à son tour dans l'eau bouillante tandis que le Serdaigle rouvrait des robinets pour combler la perte. Un jet violet rebondissant sortit de l'un d'eux et amusa grandement le blond qui le poursuivit.
Entre rire et éclaboussures l'ambiance resta sur cette note joyeuse tout le long. La sirène c'était légèrement redressée n'arrivant pas à dormir et souriait en regardant les trois jeunes hommes s'amuser.

Crépuscule devint pensif au bout d'un moment, la tête reposant contre le rebord, il regarda le plafond. Puis, coupant la discussion entre les deux autres, il dit enfin ce qui lui trottait dans la tête.

- J'ai reçu une lettre de la direction.
- Je savais bien que quelque chose te travaillait.
- Et qu'est-ce qu'elle disait ?

Le brun redressa la tête et plongea ses yeux bleu dans ceux jade du blond en face de lui, alors que le châtain nagea pour venir à côté de lui.

- L'année prochaine, je ne serai plus Préfet.

La révélation fit un blanc dans l’atmosphère chargé de chaleur. Clive perdit son sourire moqueur alors qu'Eric s'agita, faisait naître des vaguelettes autours de lui.

- Tu plaisantes ?!
- Non.
- Arrête de nous faire marcher !
- Eric, il est sérieux.
- Mais... Pourquoi ? T'as rien fait de mal ?! T'as toujours été exemplaire et t'étais même en bonne position pour devenir Préfet-en-Chef !
- Clame-toi Eric.
- Mais Clive !
- Par Rowena ! Laisse Crépuscule parler !

Les deux fixèrent alors le brun attendant qu'il reprenne la parole.

- Je ne serais plus Préfet, car j'ai été promu Capitaine de mon équipe de Quidditch.


Un micro sourire passa sur le visage de Crépuscule quand il vit la tête déconfite du Poufsouffle, qui n'en revenait pas de s'être emporté aussi facilement. Le blond se jeta alors sur lui pour le couler, mais échoua. Le Serdaigle quand à lui s'était détendu.

- T'es vraiment un Serpentard jusqu'à l'os ! Tu m'as vraiment fait flippé Crépu !
- En tout cas y en a une qui va être déçue.
- Ah, qui ?
- Chrysopelea.
- Mais oui ! Ta petite préfète va se retrouver toute seule pour faire ses rondes.
- Myo sera contente pour moi, si je suis content d'être à ce poste. Et c'est le cas.
- Vous êtes vraiment très proche tous les deux. Vous avez vraiment une relation fusionnelle...
- Oui. On s'entend très bien et on se comprend sans même se parler.
- Vous ne pourrez plus profiter des coins sombres du château, c'est dommage... Vous qui mettez toujours une distance pudique entre vous... Ça va être encore plus dur pour toi de te retenir de la toucher...
- Je saurais rester gentleman, et puis on saura trouver d'autre endroit. En temps que capitaine, j'aurais la clef des vestiaires de Serpentard...
- Attend !? Vous avez déjà couché ensemble dans les couloirs ?
- Qu'est-ce qui te surprend ? Faut bien faire monter la température de temps en temps...
- Je pensais pas que Myosotis était-
- Attention à ce que tu vas dire.

Le blond fut coupé dans son élan face au regard noir que lui lança Crépuscule. Il le regarda alors et déglutit difficilement. En le voyant torse nu, il vit à quel point le Serpentard avait maigri. Et pourtant il avait reprit du poids depuis son retour. Ses yeux se posèrent sur ses muscles fins et ruisselant d'eau. Il était toujours impressionnant par sa carrure mais maintenant il avait en plus un charme presque mystique aux yeux du blond qui se dégageait de lui.
Détournant alors les yeux, il reprit la conversation. Crépuscule s’apaisa alors.

- J'envie votre relation. Sérieux, la dernière fois que je me suis fait quelqu'un, j'étais bourré et c'était avec un Gryffondor de septième année. Et c'était pas même pas un bon coup. Franchement, les Lions sont trop orgueilleux par rapport aux Lionnes, j'ai toujours était déçu par ces mecs. J'ai envie de dire, heureusement que j'étais cuis et en manque, parce que je me serais jamais tapé un mec aussi efféminé normalement. Sans déconner, je cherche pas un mec pour avoir l'impression d'être avec une nana !
- T'as pas envie de te caser au lieu d'enchaîner les plans culs ?
- Put**n mais si, mais franchement... J'ai fait le tour de Poudlard et personne n'a fait battre mon coeur plus vite.
- Romantique ?
- Déconne pas non plus, je cherche juste la bonne personne. Et pourtant j'ai deux fois plus le choix que la moyenne. Alors je préfère me vider les bourses que de rester frustré. Mais franchement, vivement que les vacances soit terminés qu'il y ait un peu plus de monde...
- Pauvre de toi.
- Fous toi de ma gueule ! En attendant, on t'as jamais vu avec aucune meuf.
- C'est vrai. Tu ne nous cacherais pas quelque chose Clive ?
- Moi ? Rien que tout le monde ne sache déjà.
- Tout le monde ? Ou juste les Aigles ?
- Oh, oui. Peut-être la deuxième option.
- Tu devrais sortir plus souvent de ta tour et te mêler aux autres. Ça te changerait.
- Et qu'est-ce qu'on ne sait pas alors ?
- Je suis fiancé.
- Sérieux ?
- Oui, depuis notre deuxième année avec la fille de l'associé de mon père.
- Et pourquoi tu ne nous l'as jamais présenté ?
- Elle habite en Amérique. Normalement elle vient me voir à chaque vacance, mais cette année elle ne pouvait pas. Alors je suis resté au château.

Eric poussa un soupire avant de plonger sa tête sous l'eau sous le regard des deux autres qui se mirent à rire. Remontant à la surface, le blond se mit à ronchonner comme quoi il en avait mare d'être entouré de personnes qui respirait l'amour idyllique en permanence.
Clive l'arrosa alors et le poufsouffle répliqua en aspergeant à la fois le châtain et le brun. Une bataille d'eau s'en suivit sous les gloussements silencieux de la sirène.
La soirée continua sur cette même touche de bonne humeur, avec d'autre conversation plus ou moins sérieuses tandis que la lune flottant dans le ciel sombre.

Rp Unique
Caractère : 6554
Crépuscule : #3366ff
Clive (f) : #ff9900
Eric (f) : #9933cc
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La salle de bain des Préfets   

Revenir en haut Aller en bas
 
La salle de bain des Préfets
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Les couloirs-