BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Le parc, Le lac noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Sam 24 Jan - 18:19

Les gens qui patinaient sur le lac gelé derrière elle poussaient des cris de joie. Il faut dire qu’il était rare que la Directrice donnent l’autorisation aux élèves d’enfiler leurs patins mais de là à pousser des cris jusqu’au point où on aurait pu croire qu’il s’agissait de singes affamés exaspérait Myosotis. Elle n’en montrait rien, mais sa tête allait explosé et cela était sans doute dû à la fine poudre de veine de Vénus qui était restée dans sa blessure et qui se baladait désormais dans ses veines, transportée par son sang. Sa main restait crispée sur la touffe de cheveux. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle n’avait pas envie de les lâcher. Et… Peut-être que ces cheveux rouges pouvaient lui être utile dans l’avenir ? C’est pour cette raison qu’elle les fit discrètement glisser dans la poche de sa cape d’hiver. Elle l’avait sortie de son armoire car elle en avait marre d’être le centre de toutes les attentions. Ses tenues parfois excentriques lui valaient beaucoup de regards réprobateurs et bien qu’elle n’en ait jamais tenu compte, Myosotis n’avait pas la force de les supporter ce jour-là. D’autant plus qu’elle ne voulait pas se faire remarquer pour éviter que quiconque ne voit son continuel malaise. Parfois, la douleur était tellement forte qu’elle parvenait à lui arracher une grimace de douleur qui déformait momentanément son visage. Les pensées de la semi-vampire fut interrompues par la réponse du jeune homme. Il avait laisser planer un silence bien trop long pour être involontaire avant d’ouvrir la bouche pour laisser s’échapper ses premières paroles adressée à la préfète de Serpentard.

"Hm, ce n'est rien, j'ai déjà eu un aperçu de choses bien pires qui pourrait m'arriver. Myosotis ? Original, comme prénom. Je m'appelle Duncan... Draper. »

L’hésitation dans sa voix lorsqu’il avait prononcé son nom de famille piqua la curiosité de la demoiselle, mais elle n’en montra rien, restant de marbre. Un sourire poli se dessina sur ses lèvres écarlate et ses yeux se plissèrent, accentuant leur forme en amande. Duncan semblait être plus ou moins solitaire, comme s’il tentait en vain de cacher un secret. Ou peut-être préférait-il tout simplement la solitude ? Trouvant les sujets de conversation de ses camarades bien moins interessant que le silence qui plane dans l’air lorsqu’on est seul ? Quoiqu’il en soit, Myosotis ne l’avait jamais vu parler avec personne en dehors de Aurore, la Vélane avec qui le Poufsouffle avait dansé lors du bal de Noël. A part le petit instant de doute qui avait ralentit les paroles du jeune homme, quelque chose d’autre frappa la fille aux cheveux noirs: la voix du garçon. Elle était douce, grave, profonde et… étrangement chaleureuse. Elle dégageait une telle force qu’aucun adjectif ne pourrait la qualifier clairement. Tout comme la Serpentard, le garçon à la chevelure de feu ne disait plus rien, sûrement lui aussi perdu dans ses pensées. Il faut dire que le froid n’aidait pas. Duncan sortit de la profondeur de ses esprits avant Myosotis n’ait pu en faire de même et prit par conséquence la parole en premier, laissant un faible sourire s’afficher sur ses fines lèvres. Lorsqu’il parla, une vapeur d’un blanc transparent s’échappait de sa bouche et s’évaporait dans l’air. Ses paroles furent les suivantes:

"Ton oiseau est comme ton prénom: peu commun. Je n'en ai jamais vu de tel. Tout ce que je côtoie, ce sont des hiboux."

Une lueur brillait au fond des yeux limpides du jeune homme. Il ne semblait pas s’en rendre compte, mais son regard donnait bien plus d’information sur le fond de sa pensée que ses paroles ne le faisaient. Il voulait en savoir plus sur la demoiselle et il s’y prenait très mal. Pensait-il réellement que discuter de Phosphène allait pousser la demoiselle à parler de sa vie ? Mmmh.. il se trompait. S’il posait des questions sur le semi-phénix, alors sur le semi-phénix il obtiendrait des réponses ! Préférant rester debout pour ne pas mettre sa blessure à rude épreuve, Myosotis croisa les bras devant elle tout en continuant d’observer le Poufsouffle. Sa réponse ne fut pas immédiate, tout comme celle de Duncan ne l’avait pas été. Après tout, s’il voulait laisser planer un silence entre chaque réponse, alors autant le faire dans les deux sens Non ? La semi-vampire aimait bien s’adapter à la personne qu’elle avait en face d’elle, tel un caméléon qui s’adapterait à son environnement. Le vent gelé soufflait sur leur visage déjà gelés. La Serpentard n’avait pas froid, bien qu’elle n’ait enfilé qu’un top et un short sous sa longue cape noire. Cape noire qui lui allait d’ailleurs comme un gant. Elle la serrait à la taille mais devenait de plus en plus ample au fur et à mesure qu’elle descendait. Cette cape d’hiver touchait le sol, cachant de se fait les basket en toile noire qu’avait enfilées la demoiselle. Après avoir fait semblant de réfléchir un instant (car bien évidemment, Myosotis n’avait pas besoin de réfléchir), elle prit la parole avec le même ton qu’elle avait utilisé pour se présenter:

« Oui.. Ce n’est pas un Phénix à part entière comme tu peux le constater. Phosphène est à moitié colibri, ce qui explique sa petite taille et son plumage émeraude. Malgré ça, il a exactement les mêmes capacités qu’un véritable Phénix ! Les larmes aux pouvoirs magiques, une grande force, son chant et bien d’autres choses encore… Mais bref, assez parlé de Phosphène. Parle moi de toi, Duncan. Ca fait longtemps que tu as ce tatouage ? Et… Pourquoi l’avoir fait à cet endroit, et si grand ? Les flammes ont-elles une signification particulière à tes yeux ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Mar 3 Fév - 13:26

Les ténèbres l'enveloppaient, mais il savait où aller. Il avait fait une reconnaissance du terrain les jours précédents, et tout marchait comme prévu. La partie la plus délicates et incertaine avait été d'esquiver les préfets dans les couloirs. Ça n'avait été si dur que ça. Il avait juste suffit à Thanaël d'être aussi discret que d'habitude et de rester aux aguets.

*Pauvres préfets. Si inquiets de ce qui ce passe dehors qu'on pourrais presque fêter Santa Klaus dans les couloirs sans se faire remarquer.*

Il avait entendu des rumeurs de problèmes avec les centaures, et il avait surprit (une fois de plus) une conversation entre des élèves faisant état de la disparition d'une préfète des Gryffondor. C'était trop intéressant pour qu'il ne s'en mêle pas, et surtout surement assez dangereux pour qu'il y reste. Mais il pensait que si la mort n'avait pas voulue de lui quand il était enfant, elle ne voudrait surement pas de lui non plus maintenant. Elle lui avait tout pris de toute façon. Certes, il avait bien une famille d'adoption envers qui il serait éternellement reconnaissant, mais il ressentait un manque, comme un vide qui ne pourrait plus être comblé. Alors si il ne devait pas revenir de son escapade dans la forêt, qu'il en soit ainsi. Et oui, plus une chose était dangereuse, plus elle avait son attention.
Il était sortit de sa chambre sans faire de bruit et c'était glissé dans la salle commune sur la pointe des pieds. Aucun autre Serpentard en vue, il sortit donc dans les couloirs. Il avançait dans l'ombre en longeant les murs, en s'arrêtant régulièrement pour épier le moindre bruit. Le seul moment où il faillit se faire prendre fût lorsqu'il passa vers la Grande Salle. Un préfet en sortait au moment où Thanaël arrivait, et il  eu juste le temps de se cacher derrière un pilier. Le préfet continua et Thanaël reprit son chemin vers la sortie. Il dû aussi faire preuve de patience fut lorsqu'il arriva dans le hall du collège. Il avait aperçus une silhouette, peut-être deux, qui devaient discuter ensemble devant la porte. Il se cacha et attendit.

*Scheiße !! J'aurais aimé avoir la carte du Maraudeur.*

Il surprit une partie de sa conscience lui souffler "et la cape d'invisibilité tant que tu y est !"
Il sourit et se re concentra sur les silhouettes plus loin. Impossible de savoir à quelle maison appartenaient elles de là où il était situé. Elles finirent par s'en aller. Il regarda sa montre.

*Minuit et demi. Je suis presque plus rapide que je l'avais escompté*

Il se faufila dehors et se dirigea vers le lac. Longer les berges était le moyen le plus sûr d'arriver à la forêt. La neige crissait sous ses bottes et il faisait noir, mais il connaissait le chemin grâce à une brève reconnaissance qu'il avait faite au préalable. Il continua d'avancer et fini par avoir de la neige a mi-mollet.

*Une congère. Ferais mieux de dégager de là*

Ceci lui rappela quelques souvenirs de vacances au ski avec sa nouvelle famille, et il ne pût s'empêcher de sourire en repensant aux bons moments. Mais pour moment, il devait sortir de là où son escapade pourrait bien se finir plus tôt que prévue si il restait coincé dans la neige. Il sortit sa boite d'allumettes et se ravisa. Si elles lui avaient étés utiles dans le château, l'endroit était trop exposé aux courants d'air pour qu'il puisse les utiliser correctement. De plus un sortilège Lumos devrait rester assez discret pour être utilisé.Il fit donc Lumos et sortit du tas de neige. Il repris sa progression, en étant tout de fois plus prudent. Il avait assez perdu de temps comme ça. Il finit par s'arrêter, et incanta une nouvelle fois Lumos pour lire son plan assez sommaire du parc de Poudlard. Il n'avait pas encore fait un quart du chemin vers la berge, et l'horloge continuait de tourner. Il allait repartir et presser le pas lorsqu'une voix l'interrompit, le faisant sursauter et trébucher dans la neige. Il n'y avait aucun bruit hormis celui d'une bourrasque de vent glacé de temps à autre, et il n'avait entendu arriver personne, ce qui le surpris encore plus :

-"Tu compte aller loin comme ça ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Mar 3 Fév - 18:03

L'attente devenait presque insupportable.Louanne était en danger dans la forêt , gardée par des centaures.La Directrice et les autres étaient partis depuis un moment déjà , et ils ne revenaient toujours pas.Cherchaient ils encore la préfète en chef ? Ou peut être négociaient ils avec les hybrides ? La préfète des Poufsouffle qui avait préféré rester au château , ruminait dans son coin.Ce qui était sûr pour l'instant , c'est que rien n'était arrivé au groupe de sauvetage , car sinon , les centaures auraient attaqué le château.Enfin c'est ce que la jeune femme pensait.Elle avait donc ajouter un pull en dessous de son kimono car elle avait décidé de guetter ses camardes à l'extérieur.Avant de sortir de la salle commune , elle prit sa baguette qu'elle avait laissé sur une petite table.Sureau et coeur de dragon.Le jour où elle était allée acheté sa baguette lui revenue d'un coup à l'esprit.C'était une belle journée , paisible.Ollivander avait fait tester à Winonna un bon nombre de baguette , avant de sortir d'une de ses étagères , sans grandes espérances et désespéré , une baguette de sureau.
La préfète était déjà arrivée au niveau du hall du château.Arthur était sur le seuil de la porte , regardant vers la forêt.

- " Tu n'arrives pas à dormir , toi non plus ? Qui pourrait dormir en même temps ... "

- " Ils mettent du temps , tu ne trouves pas ? "

- " Les centaures sont coriaces , tu sais. "

- " Viens , on va faire un tour dans la grande salle."

Les deux jeunes gens entrèrent dans la salle , et inspectèrent une nouvelle fois , comme Winonna l'avait fait plus tôt dans la soirée.Mais un mouvement dans le hall attira l'œil de la préfète des jaunes et noirs.

- " Je reviens Arthur. "


Elle se dirigea hors de la pièce.Personne était dans le hall , mais une ombre tourna vers le lac.Winonna sortit sa baguette , et elle suivit l'ombre hors du château.Il y avait beaucoup neiger depuis quelques jours , ce qui déplaisait fortement à la jaune et noire qui préférait le printemps.Sans un bruit , elle s'approcha de la silhouette , qui venait d'incanter un Lumos.Winonna put se rendre compte que cette ombre était un jeune homme.La jeune fille n'approcha pas plus , elle ne voulait pas s'enfoncer dans la neige.Le jeune homme énonça à nouveau Lumos pour regarder une carte.La préfète décida d'intervenir.

-" Tu comptes aller loin comme ça ? "

Le jeune homme se retourna , prit sur le fait.A son tour , la préfète lança un Lumos.Elle éclaira l'espace situé entre le jeune homme et elle.

- " Monsieur Howenstod , n'est ce pas ? Le couvre feu est passé depuis plusieurs heures maintenant , mais ça vous le savez .Quoi que vous avez l'intention de faire , vous allez devoir repousser cela à plus tard , et rentrer avec moi , tout de suite."

Elle regarda attentivement le jeune homme , en attendant que celui ci se rapproche d'elle pour qu'ils puissent rentrer au château.Certains élèves étaient vraiment inconscients , et il allait falloir remédier à cette insouciance.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Mar 3 Fév - 20:41

- " Monsieur Howenstod , n'est ce pas ? Le couvre feu est passé depuis plusieurs heures maintenant , mais ça vous le savez .Quoi que vous avez l'intention de faire , vous allez devoir repousser cela à plus tard , et rentrer avec moi , tout de suite."

C'était parfait. Tout avait été minutieusement pensé et préparé. Mais encore une fois, la petite part de hasard relative à chaque plan avait jouée contre lui. Thanaël s'était fait attraper alors qu'il n'avait même pas atteint le lac. Une vraie déception. Qu'importe; il réessaierait. C'était si enivrant de se faufiler au nez et à la barbe des préfets.... Enfin il tenterait de réessayer, si la punition qu'il allait recevoir pour s'être aventuré dehors malgré le couvre feu le permettrait.
Mais il avait des problèmes plus urgents dans l'immédiat : s'étant rapproché de la préfète, il allait commencer à lui expliquer qu'il était somnambule et qu'il ne comprenait pas pourquoi il était ici lorsqu'une idée lui traversa l'esprit : et si il partait au contraire en direction opposée à la Pouffsouffle qui lui faisait face ? Elle n'avait pas l'air de s'être équipée pour une randonnée dans la neige, alors que Thanaël savait où étaient cachés les skis de fond qu'il avait reçu de ses parents par hiboux quelques semaines auparavant. Le plus dur serait de courir dans la neige sans raquettes.
Une fois arrivé au lac, il n'aurait plus qu'à chausser ses skis et il fausserait compagnie à la préfète; qui s'emblait par ailleurs plus ou moins détester la neige, à en juger par la distance qu'elle laissait entre elle et la congère dans laquelle Thanaël s'était engoncé quelques instants plus tôt. De toutes façons, son cas était déjà bien avancé, et il ne pourrait guère l'aggraver.
Il ne doutait pas qu'il se ferait renvoyer après ça, mais si le reste de son plan marchait, il imiterait les tactiques des Jäger finlandais lors de la guerre d'Hiver, et espérait bien ainsi contribuer à la victoire contre les centaures. Et peut-être que dans ce cas là, on lui pardonnerait et on le laisserait réintégrer l'école. En revanche si les rumeurs étaient fausses et qu'il n'y avait jamais eu la moindre tension entre les humains et les créatures de la forêt, ce serait plus problématique. Il se cacherait dans la forêt et le parc pendant l'hiver, et ressortirait une fois les beaux jours revenus; son histoire devrait s'être tassée. Enfin, si il survivait. Non pas qu'il ne fût pas capable de survivre en pleine nature, sa famille d'adoption passait pratiquement tout leurs hiver dans un chalet isolé de tout au cœur des Alpes bavaroises, et puisqu'ils faisaient énormément de randonnée, ils lui avait appris comment survivre en pleine nature pendant quelques semaines. Mais le soucis, c'est que les animaux qui peuplent les Alpes sont très certainement inoffensifs comparés aux créatures qui vivent dans la Forêt Interdite. Et puis si elle porte ce nom, c'est bien qu'il y a une raison non ?

C'est donc l'esprit en ébullition que Thanaël revint à la hauteur de la préfète, mais il essaya de cacher ses pensées au cas où elles se reflèteraient dans son attitude. Ils commencèrent à retourner vers le château lorsqu'il fit volte face sans crier garde et partit en courant vers le lac, faisant voler la neige à chaque pas, et disant tout de même à l'encontre de la Pouffsouffle :  "Désolé Miss ! J'ai bien peur que vous ne deviez rentrez seule cette fois !".
Il avait déjà distancé la jaune et noir et se voyait déjà les skis aux pieds, glissant en direction de la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Jeu 5 Fév - 9:37

Howenstod n'avait pas répliqué. Sans un mot , il s'approcha de la blonde , qui le regardait avec un regard désapprobateur , et les deux jeunes gens commençaient à se diriger du côté du château.Mais la préfète sentait le jeune homme ruminer derrière elle.

* Hum , il me fait du soucis.Il faut qu'on le surveille de près.Je dois en parler avec ... *

- "Désolé Miss ! J'ai bien peur que vous ne deviez rentrez seule cette fois !".


Sur ces mots , la Poufsouffle se retourna sur elle même , et vit le jeune homme courir dans la neige.Sans exiter , elle lui lança un Locomotor Mortis.Celui tomba la tête la première dans la neige , et essayait de se sortir de là , en vain.Winonna se rapprocha de lui , le prit par le col , et le tira en arrière :

- " Voyons Monsieur Howenstod , croyez vous que je suis née de la dernière pluie ? Je suis obligée d'enlever cinq points à Serpentard pour votre comportement.Vos préfèts , ainsi que la Directrice , seront au courant de votre petit plan dès leurs retours.Vous vous expliquerez avec eux.Je vous avais donné une chance pourtant de rentrer sans problème au sein de l'établissement scolaire."

Le jeune homme avait de la neige dans les cheveux et sur sa joue.Il regardait fixement la préfète.Winonna aurait bien voulu le comprendre , mais malheureusement il ne disait rien , et il ne semblait pas être tout là.Elle se rapprocha du serpentard , et lui confisqua sa baguette , qu'elle rangea dans une poche de son kimono , puis elle pointa sa baguette sur Thanael , et elle formula Wingardium Leviosa. Le homme commença à flotter dans les airs.

- " Bon , nous allons rentrer au château maintenant , et tous les deux ! "

La poufsouffle fit avancer Thanael avec sa baguette , et les deux élèves partirent pour le château.La blonde n'avait aucune idée de l'heure , le temps avait dû passer assez vite depuis son entrevue avec Arthur.Mais depuis qu'elle était sortie du bureau de madame Dragonneau , quelques heures plus tôt , Winonna ne pensait qu'à une chose : que Louanne rentre saine et sauve , avec les préfets , la Directrice , ainsi que les professeurs qui étaient partis à son secours.



Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Jeu 5 Fév - 10:22

Thanaël fulminait intérieurement. Deux plans ruinés en quelques minutes; la Pouffsouffle avait fait fort. Peut-être avait-elle un don pour réduire à néant les projets contraires aux règles ? Il s'était fait arrêter si facilement que s'en était insultant. Hors de question de dire à la préfète ce qu'il pensait d'elle au même moment; elle avait déjà l'air assez énervée comme ça. Et puis il se dit qu'il avait assez de chance pour s'en tirer avec juste cinq points de moins. N'empêche que cette dernière avait beaucoup plus de mordant et de réactivité qu'elle ne le laissait penser au premier abord. Pourquoi avait-il tendance à oublier que les gens d'ici utilisaient la magie pour à peu près tout et n'importe quoi ?
"Arrête de penser comme un moldu ou tu finira par avoir de gros soucis..." lui avait dit ses parents dans leur dernière lettre.

Justement les gros problèmes étaient bien là. Il était encore en train de courir lorsque ses jambes se collèrent ensembles, ce qui le fit tomber dans la neige la tête la première. Ses bras étaient encore libres, et il chercha à se sortir de là. Mais la préfète le tira par le col et ce qu'elle lui dit ne le rassura pas du tout :

- " Voyons Monsieur Howenstod , croyez vous que je suis née de la dernière pluie ? Je suis obligée d'enlever cinq points à Serpentard pour votre comportement. Vos préfets, ainsi que la Directrice , seront au courant de votre petit plan dès leurs retours. Vous vous expliquerez avec eux. Je vous avais donné une chance pourtant de rentrer sans problème au sein de l'établissement scolaire."

Il avait de la neige plein la figure, mais au moins il avait eu la confirmation qu'il se tramait bien quelque chose. Il regarda alors fixement la Pouffsouffle, essayant de deviner plus de détails, mais en vain. Et en y repensant, c'est vrai qu'il avait eu une chance de rentrer sans incident. Mais il avait préféré l'autre option; et il avait perdu. Cinq points en moins.... Quand les autres vont l'apprendre... Il allait devoir travailler pour regagner ces points perdus avant que les préfets ne soient de retour. Enfin il allait essayer, puisqu'il venait de se faire confisquer sa baguette. Il se rappela avoir rencontré une préfète Serpentard peu de temps auparavant.
*Génial. Myosotis va vraiment se rappeler de moi après ça. Enfin tout les autres aussi. Comme si j’avais besoin de ça.*

C'est alors qu'il commença à flotter dans les airs. La préfète venait de lui lancer un Wingarduim Leviosa pour le ramener au château comme un vulgaire sac à patates. Mais au moins c'est sûr qu'il ne s'enfuirait plus.

- " Bon , nous allons rentrer au château maintenant , et tous les deux ! "


Il resta silencieux le long du trajet et commença à réfléchir à des explications plutôt convaincantes pour la directrice et les préfets, car nul doute qu'il serait convoqué dès leur retour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Sam 14 Fév - 15:55

Une longue semaine venait de s'écouler, le week-end était enfin arrivé. C'était donc le moment parfait, selon Serenna, pour faire un tour sur les rives du lac noir.
En se réveillant ce matin, la jeune fille avait soudain eu l'envi de sortir pour prendre l'air. Elle avait passé toutes ses journées depuis le décès de sa maman à arpenter les couloirs entre cours et salle commune. Il fallait qu'elle sorte. Elle était sorti, pour une fois, de son lit avant les autres filles qui partageaient sa chambre. C'était sans faire de bruit qu'elle se glissa dans une robe avant d'enfiler sa cape de sorcier, avant de rejoindre le hall d'entrer du collège.
Une fois devant la grande porte, Serenna c'était mis à chercher la cachette de Demon, qu'elle trouva presque immédiatement avant de l'appeler. Elle ouvrit la porte de façon plutôt rapide et couru en direction du lac. Son hibou la suivait évidement. La jeune fille courrait à toute allure. Pendant ces quelques minutes Serenna se sentait vivre. Le vent s'engouffrait dans sa cape et la faisait virevolter derrière elle. Il en était de même de ses long cheveux d'or. Elle croisa d'ailleurs plusieurs élèves mais de s'arrêta pas pour autant.
Il ne lui restait plus que quelques pas avant d'arriver au bord de la falaise qui surplombait le lac. Une fois arrivée au pic, la jeune fille se stoppa net avant de lancer un regard enthousiasmé à Demon. Ce moment dura 7 secondes, puis la jeune fille dévala la falaise avant d'arriver sur la rive du point d'eau.
Il lui fallu quelques minutes avant de reprendre entièrement son souffle. Serenna se laissa tomber au sol. Son souffle était court et rapide.
Trois minutes s'écoulèrent avant que le son de son souffle désormais plus doux fut caché pas les battements d'ailes de son hibou. Il semblait énervé, excité. Serenna se redressa et s'essaya les jambes repliées sous elle.

-Calme toi Demon.

L'oiseau se posa sur un rocher non loin de la jeune fille.
Serenna plongea son regard sur l'horizon.

- C'est tellement magnifique. Tu vois là-bas, on croirait voir les ondulations d'une créatures sur l'eau. Avec les rayons du soleil cela créer un tableau merveilleux.

Une légère brise vint caresser le visage de la jeune Serpentard. Elle prit une grande inspiration et ferma les yeux.

- Je ne pourrais plus vivre ça avec maman...

Un silence fit son apparition. Serenna s'allongea sur le sol humide qui entourait le lac noir. Elle se concentra alors sur tout ce qu'elle entendait. Il y avait déjà le claquement du bec de Demon, ainsi que tout ces mouvements. Elle entendait les divers sons des créatures qui nageaient dans le lac, ainsi que le vent, elle se concentra sur les bruit des feuilles de tous les arbres qui constituaient la lisière de la forêt interdite; puis écouta tous les cris provenant de cette forêt. Serenna vivait dans un monde riche. La nature qui entourait le collège était immense et magnifique, du moins aux yeux de la jeune troisième année. Enfin elle se concentra sur le son que produisait sa respiration, elle écoutait les battement de son coeur en tentant de discerner le son du sang qui coulait dans ses veines.
Toujours allongée, elle ouvra les yeux en attendant que les heures passent.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Ven 27 Fév - 15:23

Il avait ressentit le besoin d'air frais dès que le soleil s'était levé. Il s'était donc mis en route vers le parc du château immédiatement après s'être habillé, sans même passer par la Grande salle pour y déjeuner. La possibilité d'une rencontre avec un préfet ou un professeur lui avait coupé l'appétit. Il sentit sur lui les regards des ses camarades de chambre qui se doutaient qu'il se passait quelque chose ces derniers temps, notamment à cause de ses absences à répétition le soir; mais il ne s'expliqua pas. Si ils voulaient des explications, ils devraient les demander.
Ce fut lorsqu'il traversa les lourdes portes du hall d'entrée qu'il réalisa qu'il ferait mieux de rester à l'intérieur de l'établissement, surtout au vu de ses récentes péripéties avec une certaine préfète Pouffsouffle. Mais après réflexion, le grand air lui ferait du bien, et en plus il avait encore le droit de sortir.

Si il erra sans but pendant un moment, la vue des berges du lac lui rappela qu'il y avait caché du matériel qui aurait dû servir à son expédition dans la forêt. Thanaël grinça des dents en évoquant au passé l'éventualité de la réalisation de son projet. Il avait tout si bien préparé que même encore maintenant il lui semblait impossible qu'il ai pu échouer. Il décida d'aller vérifier si tout était encore en place, et récupérer ce qui pouvait être transporté discrètement dans une robe de sorcier.
Le paysage commençait à changer, signe de l'arrivée prochaine du printemps. La couche de neige commençait à fondre, et le ciel bleu contrastait avec celui des jours précédents. Seul le fond de l'air restait froid et indiquait que l'hiver persistait.

* L'hiver bat en retraite. Mais une belle retraite organisée* s'amusa t-il à penser.

Il descendit la pente en direction de la rive sans se presser outre mesure. La nature s'éveillait un peu après l'épisode neigeux des jours précédents, et il en aurait fallu peu pour qu'il n'aille pas en cours de la journée, au profit d'une balade dans le domaine de l'école.

Il fut coupé de ses pensées lorsque quelqu'un cria son nom. Il se retourna dans la direction d'où venait le cri et vit une élève qui avait l'air d'avoir des problèmes. Il décida de s'approcher, car le nombre de personnes connaissant son prénom dans l'école était si peu important que quelques dizaines de secondes à peine auraient suffis pour tous les nommer; de plus la manière qu'avait eu la jeune fille de l'appeler ressemblait plus à un cri de détresse qu'à une salutation. Il trottina jusqu'à la personne, et s'aperçut seulement qu'il s'arisait de Melinda, la Serdaigle qu'il avait rencontré tout récemment. Il ne l'avait pas reconnu immédiatement car elle avait attachée ses cheveux en une queue de cheval, alors que la dernière fois qu'il l'avait vue cette dernière avait laissée libres ses longs cheveux bouclés.
Il n'était plus qu'à quelques mètres de la Serdaigle lorsqu'il vit ce qui n'allait pas. Le sweatshirt de la jeune fille était enroulé autour de son poignet droit, était imbibé de sang et gouttait par terre, ponctionnant la neige de petits points rouges.
Il se précipita alors auprès d'elle, et tenta d'analyser ce qui lui était arrivée. Si il lui arrivait la même chose qu'elle, il ne servirait à rien et les mettrait peut-être en danger. Elle était en tenue de sport, et semblait être tombée.
Il arriva au même moment vers elle, et lui demanda immédiatement de s'assoir par terre.

-Assied toi là, dit-il en désignant une pierre. Laisses moi regarder ton bras.

Il essaya de défaire le sweatshirt qui faisait office de pansement. Le nœud était serré, et le tissu était si imbibé de sang qu'il en avait légèrement gonflé, rendant la tâche plus difficile. Il remarqua au même moment que sa main était toujours rouge et même légèrement noire au milieu de la paume; et cela lui rappela qu'il n'avait toujours pas traité ses brulures. *Plus tard*, se dit-il. Lui n'avait pas mal, alors que Melinda nécessitait des soins plus urgents que les siens. Thanaël fut tenté d'aller plus vite en coupant le vêtement, mais Melinda ne serait très certainement pas d'accords du tout. Il voyait bien que la Serdaigle faisait la grimace pendant qu'il s'échinait sur ce satané nœud, mais il n'avait pas d'autre solution. Il finit par le défaire et laissa tomber le sweatshirt par terre pendant qu'il examina la blessure. Il y avait du sang partout sur le poignet, et impossible de discerner quoi que ce soit au milieu de toute cette hémoglobine.

-Tu peux tenir ton bras ? demanda t-il à la jeune fille.

Il fouilla dans ses poches et sortit sa trousse de secours. Il l'avait avec lui un peu par hasard, car il avait eu la flemme de la ranger dans sa valise; et le plus pratique avait été de la fourrer dans sa veste. Il finit par la trouver, et la déballa sur le sol. La seringue d'adrénaline qu'il avait utilisée l'autre soir s'y trouvait toujours et elle roula sur le sol sans qu'il y fit attention. Il prit une compresse et après y avoir versé du sérum physiologique, il entreprit de nettoyer la blessure. Il dû s'y reprendre à plusieurs reprises car à cause de la quantité de sang présente sur le bras de Melinda. Il parvint enfin à un semblant de propreté de la blessure, et pût y distinguer une pierre logée dans le creux du poignet; et qui était la cause de ce saignement. L'enlever aurait présenté trop de risques pour la Serdaigle, et il n'escomptait pas la voir se vider devant lui sans rien faire. Il reprit des compresses et les badigeonna de désinfectant. Après avoir désinfecté la plaie, il y appliqua de nouveau des compresses et les maintint en place avec des bandes de sparadrap. Il ne pouvait faire mieux à cause de la pierre.
Il remarqua que Melinda grelotait. Il s'en voulut de ne pas avoir pensé à elle :

*Mais quel abruti ! On est en hiver et elle est au repos ! Bien sûr qu'elle doit se les geler !*


Il allait prendre une couverture de survie mais se ravisa. La jeune fille n'avais certainement pas envie de se retrouver sous ce drap tout brillant lorsqu'ils reviendraient au château. Thanaël lui passa donc sa veste autour des épaules. Il ne se serrait pas embarrassé de telles futilités en temps normal, mais il savait que les rumeurs allaient bon train à Poudlard, et il ne voulait pas être la cause de railleries supplémentaires sur le compte de la Serdaigle.
Son pansement était déjà plein de sang et complètement inutile. Il le refit aussi vite qu'il le pût afin d'endiguer le saignement. Des craquements dans la foret derrière lui le firent accélérer. Il se doutait que l'odeur du sang finirait par rameuter des créatures, mais il espérait avoir le temps de ramener Melinda à l'infirmerie avant de se faire dévorer.
Elle ne présentait pas d'autres blessures, mais il lui demanda tout de même par acquis de conscience si elle avait mal ailleurs :

-Tu as mal autre part ? Sinon on peut se mettre en route tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Ven 27 Fév - 23:12

Il a peine le temps de la rattraper avant qu'elle ne tombe par terre et ne se fasse encore plus mal. Melinda s'était levée soudainement après qu'il lui ait refait un pansement et elle avait faillit tomber à cause des vertiges. Il la réinstalla sur la pierre où elle était assise en s'exclamant :

- Mais enfin ! Qu'est-ce qui t'as pris ? Faut pas te lever aussi vite ! Pas avec la quantité de sang que tu as perdue !

Il s'arrêta. Il venait malgré lui de dire quelque chose qui ne rassurait jamais la personne concernée. Il tenta de se corriger pour éviter que Melinda ne panique :

-Enfin, je pense. C'est pas si sûr que tu ait perdue beaucoup de sang. On est vite impressionné par tout ce rouge.....

Là aussi il s'arrêta. Ses explications étaient également peu rassurantes tout compte fait.

*Tait-toi tu ne fait qu'empirer les choses*

Il décida de regarder le bras de la Serdaigle pendant qu'elle reprenait ses esprits.

- Tu as mal plutôt à l'avant bras ou à l'épaule ? Attends, on faire plus rapidement. Tu as mal si je touche ici ? dit-il en touchant du bout des doigts le bras de Melinda.

Elle ne lui indiqua une légère douleur, mais rien qui ne pouvait justifier la sensation de perdre un bras quelle avait décrite plus tôt.

-Tu permet ? dit-il en écartant très légèrement le t-shirt de la jeune fille au niveau de la clavicule.

Là non plus, rien. Aucune déformation qui indiquerait une fracture ou une luxation. Il lui restait à vérifier l'omoplate, mais il ne toucha pas au t-shirt de Melinda. Il aurait dû le relever au dessus de l'épaule, et la Serdaigle ne serait certainement pas trop d'accord pour partager autant d'intimité avec un garçon qu'elle connaissait à peine. Il se contenta de vérifier au travers du t-shirt. Melinda tressaillit.

*Bon ok. L'omoplate... c'est pas commun ça... surtout sur une chute alors qu'elle s'est rattrapée...*

Il revint alors vers la clavicule et l'épaule. Il appuya sur l'épaule de la blessée et regarda si l'os se déformait. Melinda gémit; mais toujours aucune déformation de visible.

-Hmm bon je crois que rien n'est cassé. Mais pour que tu ait mal comme ça, l'épaule doit être luxée. Ou alors elle est juste déplacée, et dans ce cas il t faudra juste la remettre en place. Mais ci c'est bien ça, ce n'est pas normal que ça fasse aussi mal. Tu est stressée en ce moment ? Ça pourrait expliquer en partie la douleur.

Il prépara deux morceaux de tissus et en fit une écharpe pour soutenir le bras de la jeune fille. C'était d'ordinaire prévu pour les fractures d'épaule, mais si cela la soulageait un peu, autant l'utiliser. Car il ne voulait pas utiliser les doses de paracétamol et d'autres antidouleurs qu'il avait dans la trousse de secours; même si ça lui fendait le cœur, il ne pouvait les utiliser pour soulager Melinda sans risquer de se les faire confisquer par la suite. Une fois l'écharpe en place, il remballa tout son matériel et le rangea dans sa veste avant d'aider la Serdaigle à se relever. Dès qu'elle fut sur ses pieds, ils repartirent en direction du château.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Lun 23 Mar - 18:36

On était en fin d'après midi...
Maryliss avait pris sa plume, son encrier, plusieurs parchemins et un support dans un petit sac. Sa mère lui avait recommandé cet endroit pour lui écrire une lettre : Mary comprenait pourquoi, maintenant. L'air frais du début de soir, la douce sensation que produisait l'herbe fraîche sous sa jupe, la brise légère soufflant dans ses cheveux blonds mais surtout le mystérieux et profond lac noir. * Maman avait raison. C'est un super endroit.* pensa t-elle
Elle émit un sifflement admiratif avant de sortir ses affaires et commencer à écrire...

Chère Maman, Chère Papa
Je me plait déjà beaucoup à Poudlard. L'ambiance du château est très agréable. J'assiste aux cours de mon emploi du temps et me familiarise peu à peu avec le monde des sorciers.
Maman, tu voulais connaître le choix du Choixpeau. Il m'a finalement envoyée à Serpentard (comme j'étais fière). Je me plait beaucoup parmi les Serpents !
J'ai hâte que tu m'envois de tes nouvelles. Lucy, papa et toi vous me manquez terriblement.

J'espère voir au plus vite ta chouette effraie voler vers moi avec ta réponse quand je petit déjeunerai dans la Grande Salle. Embrasse Papa et Lucy de ma part, surtout !
Maryliss...


Inutile d'en rajouter plus. Mary n'avait guerre d'imagination ce soir. Elle fourra sa lettre dans son sac, et pris un nouveau parchemin et un crayon à papier. Elle s'apprêtait à dessiner un portait. Maryliss commença la forme du visage en un seul trait précis : il était fin. Elle dessina maintenant les yeux. Ils étaient grands ; l'iris était grande et grisée. Les cils de ce visage étaient fins et allongés. Maryliss continua et en quelques minutes, un nez en trompette et une bouche pulpeuse.
Enfin, Mary termina par la partie qu'elle aimait le plus dessiner : les cheveux. Elle s'appliqua puis admira le résultat final. Les cheveux étaient ondulés et légèrement grisés par le crayon. L'ensemble était concluant. * Un vrai chef - d'œuvre ! Lucy adorerai !*

Maryliss consulta sa montre : 17 h 22. Vite ! Elle se dirigeait vers la volière de l'école pour envoyer sa lettre quand soudain elle entendit un bruissement derrière elle...
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Mar 24 Mar - 16:54

Maryliss se retourna. Elle eut la surprise de tomber sur une jeune Serdaigle aux longs cheveux bruns maintenus en une jolie tresse. *Quel dommage d'attacher de si beaux cheveux...* La jeune fille semblait rejoindre un groupe de fille qui papotait un peu plus loin. Mary l'aborda :
- Salut ! Tu m'as fichu une trouille pas possible ! Comment tu t'appelles ? Moi c'est Maryliss ou Mary c'est plus court. Tu n'as pas lu la lettre que j'écrivais quand même !

La Serdaigle n'avait pas l'air détendue... Ah Maryliss... Elle avait l'art de metre les gens mal à l'aise ce qui l'arrangeait parfois. Mais pas là. La Serdaigle avait l'air sympathique. Maryliss Lui adressa un grand sourire malin elle attendit sa réponse...
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Mer 25 Mar - 7:25

- Excuse-moi ! Ma curiosité est trop... affirmée. Mais ton dessin était très réussi ! répondit - elle

* Elle a vu mon dessin ?! Mais c'est qu'elle est discrète la Serdaigle !* pensa Maryliss. La bleu et bronze continua...

- Tu écrivais une lettre ? Je ne l'ai pas vue, ne t'inquiète pas. D'ailleurs, je ne l'aurais jamais lue. Il y a tout de même une nuance entre curiosité et indiscrétion. Peut-être l'ai-je franchie à l'instant-même... J'interprète mon attitude comme une manifestation de ma curiosité accrue mais, si tu t'es sentie atteinte de ton côté, alors j'ai été indiscrète sans en avoir pris conscience. Dans ce cas je m'en excuse davantage.


* Mais c'est qu'elle parle bien en plus !* admira Maryliss.

- Mes amis disent parfois que je suis la caricature vivante d'une Serdaigle... Au fait, je suis Alicia, Alicia Wildsmith, enchantée ! C'est très joli, Maryliss... L'une de mes meilleures amies s'appelle Mary et je crains de créer une confusion en t'appelant ainsi. Je préfère garder ton prénom en entier !

Obligée de répondre quelque chose, Maryliss répliqua :
- Je suis également enchantée de faire ta connaissance, Alicia ! Je suis ravie que tu n'ai pas lu ma lettre : les lettres c'est vraiment personnel, j'en écrit beaucoup et j'ai horreur qu'elles soient lu par une autre personne que son destinataire.

Elle marqua une pause, puis relança à Alicia un sourire malin.

- Tu... tu aimes mes dessins ? J'en suis ravie ! Je dessine beaucoup pour passer le temps... Oh ! Mais je papote, je papote... Tu as peut être envie de rejoindre tes amies ! Elles sont là bas n'est - ce pas ? Les pieds dans le lac ? Dit leur de faire attention : il peut y avoirs des êtres de l'eau près du bord...

Pensant à un Strangulot accroché à la jambe d'une des deux jeunes filles au bord du lac, Maryliss émit un petit rire discret.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Dim 29 Mar - 12:50

Quelques jours après sa rencontre avec Alicia Wildsmith, Maryliss revint près du lac, en début d'après - midi. Elle n'avait pas pris ses nouveaux parchemins et elle le regrettai amèrement. Car elle n'avait qu'une seule envie : dessiner. Si elle avait eu ses affaires elle se serait fait un tatouage temporaire avec sa nouvelle encre dorée et sa grande et belle plume...
Mary se sentait seule. Elle savait ce que son père lui aurait dit : "Bouge toi, petite sotte ! Va te faire des amis, parle à des gens ! Ils ne vont pas te manger tout de même".

- Plus facile à dire qu'à faire...murmura tout haut la Serpentard.

Ses pas rapides se dirigèrent vers le bord du lac. Elle s'assit. Le chant des petits oiseaux résonnait dans ses oreilles. Toujours cette même sensation : la fraîcheur de l'herbe sous sa jupe. Mary expira profondément... Elle caressa l'eau et frissonna : elle était très froide.

* Comment les amies d'Alicia peuvent - elle mettre leurs pieds dans une eau aussi glacée ?*se demanda la Vert et Argent.

A quoi bon se poser des questions... Maryliss était fatiguée : très fatiguée. Elle s'allongea et ferma les yeux et bailla. Le soleil tapait sur son petit visage pâle. Un instant elle se crut à Marcelle... euh non... Marseille, la ville où elle avait grandit... Sous le poids de la fatigue elle s'endormit, avec pour berceuse, l'éternel chant des oiseaux.

* Pourvu que je me réveille... ou que quelqu'un me réveille... Sinon, je suis dans la patacitrouille...*
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Lun 30 Mar - 18:57

Rêve de Maryliss...
Je suis dans une forêt, profonde, très profonde. Les arbres sont hauts et leurs longues branches cachent le ciel d'un gris pâle. Je suis habillée d'une longue robe blanche, salie par la boue, qui traine derrière moi. Soudain, j'entends un bruissement qui venait des arbres : des pas.

- Qui est là ? je demande, la voix tremblante.

Aucune réponse. Un grand vide ; un grand silence. Un silence
de mort. J'ai peur et je commence frissonner. Je n'ai pas ma baguette. Je n'ai donc aucun moyen de défense face aux dangers de la forêt : juste mes paroles.

- Montrez vous, voyons ! insistai - je, d'un ton rassurant.

il fait de plus en plus froid : je me frotte mes bras, dénudés par ma robe à bustier, pour les réchauffer. Soudain, je vois une silhouette encapuchonnée d'une cape noire marcher d'un pas lent à travers les arbres : elle tient ma baguette dans sa main gauche, et sa baguette dans sa main droite. La silhouette pointa sa baguette vers moi. Je commence à grelotter et à verser une petite larme. Le vent souffle et mes cheveux volent... La nuit tombe peu à peu...

- Que faites vous ? Vous n'avez pas l'intention de...

- Avada Quedavra...

Je veux hurler, courir, résonner la silhouette mais tout ce passe vite. Un jais de lumière d'un vert pâle me touche au cœur. Je m'écroule sur le sol, maintenant jonché de cendres. La silhouette se penche vers moi. Je ne veux pas voir la suite... Non... JE NE VEUX PAS !

Je sors du rêve...



Maryliss se réveille en un hurlement déchirant. Elle ouvre les yeux, rapidement.

- Ce n'était qu'un rêve Mary, un rêve. Rien qu'un tout petit rêve de rien du tout ! se rassura la Vert et Argent en un murmure.

Elle observa que tout le monde l'observait autour du lac. Trois jeunes Serdaigle se trouvaient près d'elle : Alicia se trouvait avec elles.

* Par la barbe de Merlin ! Dans le genre "méga honte" tu bas les records, Mary ! Ne reste pas là comme une cloche, voyons ! Dit quelque chose !*

- Euh... Salut ! Je suis désolée, pour... le cri. C'était involontaire... Euh... Ca va ?

* Super, Mary ! T'as rien trouvé de mieux ?*


Maryliss voyait son reflet dans l'eau. Elle était encore plus pâle que d'habitude...
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Mar 31 Mar - 16:39

Mary aurait aimé hurler au gens qui la regardait de la laisser tranquille et de repartir d'où ils étaient venus. Mais, elle chassa vite cette idée de sa tête trop occupée à reprendre son souffle. Son cœur battait à la chamade et une énorme migraine était venue s'ajouter à son malheur. Elle vit Alicia la regarder longuement avec ses amies, puis la Serdaigle vînt s'assoir à côté d'elle ; elle avait l'air assez curieuse de la raison qui avait poussé Maryliss à pousser un tel cri... La question d'Alicia confirma ses propos...

- Ça ne va pas ? Je suppose que tu as fait un mauvais rêve...

* Nan, jure !* pensa Mary.
Elle regretta d'avoir penser cela... Alicia était une fille sympathique, très sympathique : la preuve ! Elle lui demandait si elle allait bien et acceptait même de jouer le rôle de confidente !

- Je... j'ai fais un... horrible... cau... cauchemard ... hoqueta Maryliss, ayant toujours des difficultés à reprendre son souffle. Je... je ne veux pas en parler je suis désolée Alicia... Vraiment désolée...

Les larmes remplirent les yeux de la Vert et Argent. Elle voulut pleurer...
*Non, pleurer c'est pour ceux qui n'arrive pas à surmonter les difficultés !* se dit Mary.

Elle plongea son regard d'un bleu pâle dans les yeux de la Serdaigle, attendant de voir sa réaction...
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Mer 1 Avr - 14:14

Mary regarda Alicia, longuement, quand soudain, la jeune Bleu et Bronze cria d'une voix plus qu'audible aux personnes présentent sur le lac :

-Arrêtez de la regarder comme ça ! Vous n'avez donc rien d'autre à faire ?

Maryliss ne l'aurait pas cru capable d'une telle chose. La Serdaigle se retourna vers elle et lui sourit.

-Respire... Les autres sont partis, ne t'inquiète pas. N'aie pas peur d'expulser ton angoisse...

La Vert et Argent suivit son conseil. Elle inspira une grande bouffée d'air frais et l'expira lentement, essayant au mieux de reprendre son calme. Elle se sentait protégée, aux côtés d'Alicia. Toujours avec le sourire, la jeune fille continua :

- Je comprend très bien que tu ne veuilles pas en parler. Les rêves, c'est comme les lettres après tout, c'est personnel...

Malgré son stress, Maryliss put sourire. Un sourire discret, mais tout de même un sourire.

- Oui... C'est comme les lettres en effet... Comme les lettres... murmura Maryliss.

La jeune blonde regarda le lac, d'un air absent : elle allait mieux, mais ne savait plus quoi faire. Fallait t-il qu'elle parle de son rêve à Alicia ? Ou à Madame Pomfresh ?

- Alicia ? Tu me conseillerais de faire quoi ? Je suis totalement perdue : ce rêve m'a totalement déstabilisée ! Je ne sais absolument pas quoi faire...

* Je pers mes moyens... Elles vont me prendre pour une folle les amies d'Alicia ! D'ailleurs, il y en a une qui me regarde bizarrement... Oh, c'est pas grave ! De toute façon, tout le monde me regardera bizarrement demain ! A quoi bon...*
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Ven 3 Avr - 19:04

- Prends ton temps pour te détendre... Ne panique pas. Si tu ressens le besoin de parler de ce cauchemar, que ce soit dans l'instant qui suit ou bien plus tard, n'hésite pas à me le dire. Je ne te jugerai pas...

Voilà la réponse que Mary attendait... Elle avait le choix... Alicia marqua une pause, scrutant ses amies près du lac.

*Bah pourquoi elles restent pas avec Alicia ? Ah... C'est moi... Je pose problème. Mais d'un autre côté Alicia à le droit de rester avec qui elle veut !*

Une intervention de sa nouvelle amie l'arracha de ses pensées.

- Si tu ne veux pas parler de ton rêve à quiconque, je te conseille de l'écrire. Ça te libérera. C'est ce que je fais depuis bien longtemps, d'ailleurs...

La Serdaigle sortit un joli petit carnet bleu marine.

-J'écris mes rêves, bons comme mauvais, puis je les "épluche". J'essaie de deviner à quoi leurs différents éléments se rapportent dans la réalité, par rapport à ce que j'ai vécu dans la journée, tout ça.... Ça semble rébarbatif dit comme cela, mais en fait ça fait beaucoup de bien.

- Je faisais ça quand j'étais petite ; ma mère me conseille la même chose. Mais j'ai remarqué qu'aucun élément rencontré dans la journée ne ressort dans mes rêves, rarement en tout cas. Je rêve souvent, et ce sont souvent des cauchemars. Mais merci beaucoup pour tes conseils Alicia.

Mary marqua une pause, perdue dans ses pensées. Alicia devait la prendre pour une folle... Malgré ça elle sourit. Elle continua.

- J'ai l'impression de gêner tes amies... et j'ai envie de rentrer à ma salle commune. Ah... oui. Je vais souvent près du lac dans l'après midi pour dessiner. N'hésite pas à venir me voir parfois ! Tu es la seule amie que j'ai rencontrée depuis mon arrivée à Poudlard, et je ne suis pas douée pour me faire des amies...

Son sourire devint un sourire rêveur et mélancolique... Maryliss frissonna : il faisait froid...
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Jeu 9 Avr - 0:00

Le parc commençait à reprendre des couleurs après l'hiver. Comme beaucoup d'autres élèves, Thanaël retournait s'y promener régulièrement. Il était tranquillement assis par terre, appuyé contre un arbre, et contemplait le lac. Il cherchait juste un peu de tranquillité. Il avait amassé des brindilles sèches à coté de lui, et de temps en temps il les lançait en l'air et leur envoyait des petites flammèches, essayant plusieurs combinaisons de durée et d'intensité afin de n'avoir qu'un petit tas de cendre comme résultat. Et en plus cela lui permettait de se perfectionner en sortilèges informulés. Et d'ailleurs pour du pin, cette baguette avait l'air de particulièrement aimer le feu... Tout comme lui....

N'ayant plus de brindilles à portée de main, il fit léviter celles qui étaient plus loin à coté de lui. Il fut interrompu dans sa manœuvre par plusieurs croassements qui semblaient distants, mais impossible d'en déterminer la provenance précise. Il n'en fit pas grand cas et continua à faire léviter les morceaux de bois vers lui. Il venait de finir d'en faire un petit tas lorsqu'un nouveau croassement se fit entendre. Encore une fois, il semblait distant, et sûrement provenir d'un des oiseaux de la forêt. Il recommença à expérimenter la combustion des brindilles.

Au bout d'un moment, il commença à avoir des doutes sur l'origine de ces cris. Et si c'était vraiment ce dont son frère l'avait mis en garde ? Il s'arrêta quelques instants. Pourquoi fallait-il que sa mère ait toujours raison ? Il posa sa baguette dans l'herbe et émis un long sifflement aigu. Il attendit plusieurs dizaines de secondes, et constatant qu'il ne se passait rien, il recommença.

*Si cette fois ça marche pas, je finit le tas de bois et ensuite j'essaye de dormir.*

Une branche craqua dans la forêt. Un courant d'air balaya le parc du château, faisant onduler la surface du lac. Et ce fut tout.

Le lac... Il n'avait jusqu'alors jamais vraiment fait attention à quel point il pouvait être... hypnotisant. Le paysage formait un ensemble assez harmonieux à regarder. Au bout de quelques minutes, une brindille tomba juste devant son nez, le tirant de ses rêveries. Il leva la tête et aperçu un oiseau couleur de jais perché dans les branches au dessus de lui. Thanaël cligna des yeux, posa encore sa baguette et siffla une nouvelle fois en tendant le bras devant lui. Le volatile répondit au sifflement et descendit de l'arbre en planant, puis vint se percher sur l'avant bras du Serpentard.

-Donc maman avait raison... Sale bête tu pouvait pas rester chez nous plutôt que de lui donner raison en venant ici ? Méchant corbeau, comment je fais pour expliquer au parents que tu est ici maintenant hein ?

L'animal lui répondit en croassant et par de petits mouvements saccadés de la tête.

-Quoi ? Je te comprends pas trop là.... L'oiseau lui mit un coup de bec dans la main. Aïe ! Mais ça va pas non ?! Si tu as la dalle il suffit de demander à manger ! Aller, ici ! dit-il en tapotant son épaule de sa main libre. L'oiseau s'y déplaça en marchant sur son bras, enfonçant ses serres afin de garder l'équilibre.

-Saligaud ! La prochaine fois je penserais à mettre une armure, dit Thanaël en serrant les dents.

Une fois arrivé sur l'épaule, le corbeau recommença ses mouvements de tête et croassa à l'oreille de Thanaël.

-Oui d'accord ça vient ! Il prit du miamhibou dans sa veste et le donna à son corbeau. Qui faillit lui emporter le bout des doigts. Hé !! Fait attention espèce de goinfre ! Pourquoi tu me regarde comme ça ? Je vois bien que t'en veux plus, mais c'est pas tout pour toi !

Constatant qu'il n'en n'aurait pas plus, l'oiseau commença à picorer la veste du Serpentard.

-Benzin !! Nicht !! s'emporta Thanaël, faisant fuir l'animal qui s'envola plus loin dans l'herbe. L'élève soupira et se résigna à lancer d'autres miamhibou au corbeau. L'animal les attrapa au vol.

Le garçon ne savait pas quoi faire de son oiseau maintenant qu'il était à Poudlard. Le renvoyer ? Pas après un voyage pareil ! Il faudrait qu'il se repose un peu. Le mettre à la volière ? Mauvaise idée aussi. Il finirait par devenir dangereux si il restait enfermé trop longtemps. Il avait finit par tuer une chouette la dernière fois qu'il était resté enfermé. Ne restait que le laisser divaguer dans le parc et la forêt. Mais il fallait espérer que rien ou personne n'attaque son corbeau. Il décida d'opter pour la dernière solution. Il reviendrait le voir régulièrement, puis lorsque l'oiseau serait prêt, il le renverrait à la maison.

-Et il va falloir que je me débrouille pour te trouver à manger aussi... Rhoo la galère.... J'ai pas que ça à faire moi ! Il me faudrait plus de temps. Le temps d'ailleurs, qu'es-ce que c'est ?? Le découpage du temps est sûrement la plus belle invention de l'Homme vois-tu. Après tout, on a bien découpé le temps qui passe en saisons et en jours pendant des siècles avant de le faire en heures et en secondes. Mais pourtant, que nous le découpions ou non, il continue de s'écouler.... Entre temps, l'oiseau était revenu se percher sur son avant-bras, Et nous finirons tous par redevenir poussière... Enfin, techniquement, on va surtout nourrir les organismes nécrophages, et ainsi devenir une toute dernière fois une partie de la chaine alimentaire... La plus basse certes, mais il faut bien un commencement non ? Après plusieurs secondes, il réalisa ce qu'il venait de dire : Mais attends, pourquoi je te raconte ça moi ?


                                                                                                                  RP avec la sublime et magnifique Ash
rèf couleur #009900
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Jeu 9 Avr - 0:32

Comment les choses arrivent ? Par hasard ? Parce qu'on a tout fait pour qu'elles arrivent ? Parce qu'un seul infime éléments à suffit à les déclencher ?
C'était sur ces belles réflexions que j'étais arrivée au Lac Noir de Poudlard, sans savoir si ces pensées portaient sur ma façon de choisir le chemin de ma balade ou bien sur les événements plus ou moins récents de Poudlard. Moi qui d'habitude ne me départissais pas de mes mimiques enjouées et moqueuses, voilà que j'arborais un visage grave et rêveur. Songeur en somme. L'air vif de la journée brûlait mes pommettes alors que mes yeux se posait sur le paysage.
*Même si l'hiver est passé il laisse encore quelques traces..* Il y avait pourtant quelques élèves ici et là, et je m'en éloignais en longeant l'étendue d'eau, toujours plongée dans mes songes. Mes chaussures noires flanquées de l'écusson des Poufsouffles s’enfonçaient dans l'herbe humide du bord de lac, laissant apparaître le chemin que j'empruntais. A chaque pas retentissait le tintement des perles de mes atebas lorsqu'elles s'entrechoquaient le long de mon dos, mais bientôt je m’arrêtais, laissant le silence revenir. Face au lac, le regard dans le vague.

*Surface plane et pourtant.. * Un sourire s'inscrit sur mes lèvres. *Ce qui n'est pas clairement définit comme interdit n'est pas de l'ordre de l'interdit, n'est ce pas ? Après tout, lors du Tournois des Trois Sorciers, le champion de Durmstrang avait pour habitude de le faire.. *
Il m'avait fallu moins d'une minute pour poser ma besace en cuir sur l'herbe, à coté de mes chaussures, mon uniforme plié au dessus -enfin, plié, posé de manière pas trop bordélique quoi. Un pas après l'autre, je m'approchais de l'eau, sans pouvoir retenir une grimace lorsque celle ci toucha ma peau.
*Oui il y a du soleil, mais pas suffisamment et surtout pas depuis assez longtemps pour qu'elle puisse chauffer..*
Continuant néanmoins d'avancer. Quand on vient d'une famille qui habite au bord de l'Océan, l'eau glaciale n'est plus un problème après avoir pris l'habitude de nager en toutes saisons. L'eau atteignis ma taille et dans seul mouvement je m'élançais sous l'eau.
Non sans frissons bien sur. Mais le plaisir d'être dans cette sorte d’apesanteur en valait la peine. On se sent toujours plus léger dans l'eau, surtout l'eau salé. Enfin, le lac fera bien l'affaire. J'ouvris les yeux, mais ma vue était si trouble que c'était à peine si je pouvais distinguer ce qui se trouvait à 2 mètres.
*Pas ça qui va m’empêcher de nager, de toute façon tant que je ne m'aventure pas trop dans le fond du lac je ne risque rien, et vu que je ne tiens pas particulièrement à rencontrer les Strangulots *

Continuant à nager, je m'éloignais des abords du Lac, gagnant peu à peu le milieu de celui-ci. M'en rapprochant tout du moins, le corps dans une gangue glaciale qui comprimait mes cotes, pressant l'air hors de mes poumons. Quelques bulles s'échappèrent à travers mes lèvres et je n'attendis pas plus longtemps avant de refaire surface (blop xD). Je repris mon souffle, pieds battant l'eau pour me maintenir debout, les mains posées négligemment sur celle-ci, les doigts effleurant délicatement la surface gelée. Me laissant tomber en arrière, je flottais sur le dos, les yeux plongés dans le bleu du ciel.
Le temps s'était écoulé depuis cette fameuse nuit. Presque un mois ? Certainement.. Et pourtant je ne risquais pas d'oublier ce moment. Le message de Magnus, les préfets de Serpentard et Serdaigle dans la salle commune des Poufsouffle, ainsi que la directrice, ma courte rencontre avec les deux Préfètes en Chef dans les passages secrets de Poudlard et.. et le Professeur d'Histoire de la Magie. Mon soupir forma un nuage blanc dans l'air froid, mon visage se laissant petit à petit recouvrir par la surface du Lac Noir, yeux grands ouverts. Des gouttes d'eau se collèrent à mes cils, couvrant ma vue alors que je replongeais. Toujours sur le dos, j'apercevais la surface sous un mètre d'eau, jouant de la lumière qui la traversait, fascinée comme à chaque fois, alors que des bulles d'air perçaient l'eau, reflétant le soleil.

Cette fois encore, la température me figeais, me laissant évoluer avec une lenteur nonchalante. Déjà je n'y faisais plus cas, l'esprit tourné vers les événements d'un mois.

*Comment un tel truc peut se produire à Poudlard ? Le lieu considéré comme étant le plus sur -avec Gringott évidemment- et pourtant, une élève enlevée, l'équipe enseignante obligée de lancer une opération de sauvetage et finalement, le décès du professeur Leeloo.. Comment un peuple aussi sage que les centaures peut tout d'un coup décider de mener une guerre ? Eux qui d'habitude n'écoutent que les étoiles, voilà qu'ils avaient écouté ce fameux homme noir dont la Directrice avait parlé lors de son discours dans la Grande Salle.. *
A nouveau je me laissais porter à la surface, sortant la tête de l'eau. D'un geste de la main je repoussais les mèches de cheveux qui gênaient ma vue, me rendant compte seulement à ce moment que je claquais des dents.
*Au moins une demi heure que je suis en plein milieu du Lac par ce temps, je vais finir par faire une hypothermie et perdre mes orteils.. ou alors me transformer en Strangulot.. Plus qu'à rentrer*

Je me mis à nager vers la rive, avec un pincement au cœur en pensant à Charlie. La précaution de la Directrice l'avait obligée à rentrer tout comme les autres première et deuxième années. Rentrer à la maison.. Rien que de me souvenir de son visage blanc de fureur, lèvres pincées et sourcils froncés lorsqu'elle avait appris la mesure de sécurité.. ça me laissait un sentiment étrange. Comme un manque. La tribu Howl avait vu l'un de ses membres quitter précocement Poudlard. Connaissant Charlie elle allait tout faire pour revenir étudier ici le plus tôt possible, quitte à supplier 24h/24 les parents. J'eu un petit sourire en imaginant la scène.

* Mouais en attendant, la Tribu Howl est plus que dispersée.. Magnus en perdition dans sa découverte du monde, Charlie renvoyée de force à la maison, Hayao je préfère même pas savoir ce qu'il fait, Vlad' qui lui doit être encore de corvée avec Rusard -la virée dans la salle des profs était vraiment la connerie de trop qui lui aura valu la punition du siècle- sans compter que Enrica est constamment occupé pour maintenir leur commerce souterrain de prototype de balais de compétition.. Sympa à Vlad' d'avoir tout pris sur son dos pour nous éviter de trinquer aussi, mais m'étonnerai qu'En puisse tenir longtemps pour gérer leurs magouilles toute seule.. *

Sur ces dernières pensées, j'atteignis le bord du lac et en sortis absolument frigorifiée, avançant machinalement jusqu'à mes affaires, sans autres préoccupations que de renfiler mon uniforme pour ne pas perdre mes pieds. Alors que je l'enfilais, je remarquais qu'un jeune homme se trouvait non loin, adossé à un arbre
*J'avais pas fais gaffe à l'aller.. soit il est arrivé après, soit il est là depuis le début et ça serait encore une preuve que quand je suis dans mes pensées je suis complètement à coté de la plaque.. éh mais il est avec un corbeau ? Original*
Mes doigts gourds tentaient maladroitement de faire mes lacets, et je fini par renoncer avant d'attraper mon sac.
*Toute façon mes chaussures sont délacées les trois quart du temps*
Tournant à nouveau la tête vers le jeune homme, je l'observais quelques instants avant de m'avancer vers lui. Taille normale, plutôt moyenne, cheveux noirs.. rien de particulier mais pourtant son visage m'évoquait quelque chose. Ses vêtements me rappelèrent son identité
*Serpentard, c'est un des Poursuiveurs. Dans l'équipe de Quidditch de Poudlard depuis cette année.*

- Salut.
Je m'assis en tailleur pas loin de lui, face au Lac Noir, et sortis de ma besace ma thermos de café, me servant une tasse, l'entourant de mes mains gelées.

*Diantre, j'ai les ongles violets.. à tout les coups mes lèvres aussi. Je vais passer pour une illuminée à nager en cette saison. Enfin. Ça a eu l'effet escompté, pouvoir repenser aux derniers événements tranquillement.. Prête à passer à la suite. *
Je pris une gorgée, fermant les yeux. L'arôme du café acheva de me remettre mon humeur habituelle et ce fut avec mon demi-sourire habituel, fossette à mi chemin entre le menton et la joue, que je me retourna vers le Serpentard.

- Moi c'est Howl, Ash Callisto Howl. Je suis batteuse chez les Poufsouffle.
Je lui désignai du menton la thermos avant de le fixer de mes yeux bleus.
- Tu veux une tasse ?



#660033
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Jeu 9 Avr - 12:43

- Salut.

Thanaël se retourna en direction de son interlocuteur, ou plutôt interlocutrice.

-Moi c'est Howl, Ash Callisto Howl. Je suis batteuse chez les Poufsouffle. Désignant le thermos qu'elle venait d'ouvrir, elle en proposa au Serpentard :

- Tu veux une tasse ?

Il ne répondit pas pendant quelques secondes. Les gens d'ici on vraiment le contact facile, pensait-il, ou alors c'est moi qui suis pas net. Surement les deux...

Il allait répondre à la Poufsouffle lorsque son regard plongea dans les yeux bleus de la jeune femme.
*Bleus... Comme l'océan... Manque plus que des cris de mouettes et on s'y croirait...*

Mais le seul cri vint de son corbeau, toujours perché sur lui; mais il le fit taire d'un mouvement de main.

-Salut. Oui je me rappelle de toi. C'était le premier match de la saison.

Faisant descendre le volatile de son épaule, il continua.

-Je suis Thanaël Howenstod. Un des poursuiveurs Serpentards. Si j'en veux ? Bien sûr, je ne résiste jamais à l'appel du café, dit-il en souriant. D'ailleurs, si j'étais un Pokémon, ce serait sûrement le meilleur moyen de m'attraper. Une Café Ball... Ce serait intéressant non ?

Un détail attira néanmoins son attention. La jaune et noir avait les cheveux mouillés et les lèvres violettes, mais son uniforme était encore sec. Alors soit elle était tombée dans le lac et avait eu le temps de se déshabiller avant finir dans l'eau, soit elle venait de nager dans une eau frigorifique.

-Dit donc, tu ne viens quand même pas de piquer une tête par cette température là ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Jeu 9 Avr - 14:26

Je lui avais mis une tasse dans les mains avec un sourire en entendant sa réflexion sur les pokémons, acquiesçant la proposition de créer une Café Ball.
-Dit donc, tu ne viens quand même pas de piquer une tête par cette température là ?
Mon sourire s'accentua.

- Il semblerait que si.. J'aime nager et la température ne me gène pas, j'ai l'habitude. Tant que j'ai mon café après aucun soucis ! Et puis.. il y a quelque chose d'exaltant à nager début printemps dans un lac d'Ecosse. C'est comme.. voler avec un planeur, réussir à dérober un truc à Gringott ou escalader l'Himalaya, c'est complètement farfelu mais ça donne un de ces pep's !
*Bon je viens en à peine 5 minutes de perdre toute crédibilité il va me prendre pour une illuminée plus de doute possible*

Je pris une nouvelle gorgée de café, un œil sur l'oiseau que le jeune homme avait retiré de son épaule. J'avais perdu toute notion du temps et n'avais aucune idée de ce que j'étais censé faire, si j'avais un cours ou s'il m'était possible de rester encore quelques instants dans le parc. Après quelques secondes de réflexion, j'optais pour la seconde possibilité, franchement plus attirante que d'aller s'enfermer dans une salle écouter un prof des heures durant.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Jeu 9 Avr - 18:57

- Il semblerait que si.. J'aime nager et la température ne me gène pas, j'ai l'habitude. Tant que j'ai mon café après aucun soucis ! Et puis.. il y a quelque chose d'exaltant à nager début printemps dans un lac d'Ecosse. C'est comme.. voler avec un planeur, réussir à dérober un truc à Gringott ou escalader l'Himalaya, c'est complètement farfelu mais ça donne un de ces pep's !

Il sourit en entendant la Poufsouffle énumérer des activités "farfelues".

-Je vois bien ce dont tu parles.... . Avant on faisait un peu de chute libre avec mon frère, mais notre mère m'as menacé de briser mes jambes et ma carabine si on continuait, donc j'ai préféré arrêter. Non pas que je m'inquiétais pour mes jambes, c'est juste que j'aimais particulièrement cette carabine de biathlon. Elle était très précise, alors ça m'aurais embêté qu'elle la casse. Elle ne l'aurait peut-être pas fait, mais j'ai préféré ne pas prendre de risques.
Le problème, c'est que je viens d'un petit village des Alpes, et même si on y est très bien, la vie y est parfois un peu monotone. Alors quand je m'ennuie, je grimpe sur un sommet, n'importe lequel, et je lance de la paroi pour tout redescendre en wingsuit. Bon ma mère n'est pas vraiment au courant... Sinon... Je sais même pas ce qu'elle m'aurait fait...


Il bu un peu de café.

-On me dit souvent que je suis suicidaire. Mais bon, on meurt tous un jour non ? C'est bien la seule certitude que nous avons quand à notre avenir. Alors autant que ce soit en s'amusant un bon coup. J'admet quand même que je force un peu le destin en faisant tout ça... Mais je connais la mort depuis si longtemps qu'elle ne me fait plus peur maintenant. A vrai dire, disons juste que plus un truc est dangereux et stupide, voire même dangereusement stupide, et plus j'ai de chances d'accepter de le faire....

Il laissa passer un instant, et reprit du café.

-Tu parlais de Gringott. C'est vrai que réussir à y dérober un truc doit être vachement grisant... L'endroit est dit le plus sécurisé au monde. Enfin, c'est aussi ce qu'on dit de Poudlard non ? Et quand on voit ce qui c'est produit il y a quelques semaines....

Il fut une nouvelle fois interrompu par le corbeau. Prenant du miamhibou dans sa veste, il le lui lança à l'aveugle, sachant très bien que l'oiseau le récupèrerait.

-Je disais donc, que au vu des événements qui se sont déroulés dans un endroit dit sécurisé comme cette école, pourquoi n'y aurait-il pas de failles de sécurité dans la banque ? On disait bien Alcatraz comme étant la prison dont il était impossible de s'évader... Il eu un petit ricanement. C'est bien pour ça que certains s'en sont échappés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Jeu 9 Avr - 21:39

*Il semblerait que je ne sois pas forcément la plus délurée de nous deux.. *
Au fur et à mesure que le Serpentard parlait, une idée s'installait dans mon esprit. *Gringott.. *
Bien que je ne connaisse que de vu le jeune homme, quelque chose dans sa façon d'être m'invitait à poursuivre la conversation. Peut-être sa façon de raconter ses souvenirs, ou l'évocation des moments passés avec son frère qui me rappelait la complicité que j'avais avec les miens. Ou peut-être tout simplement ses propos, qui se distinguaient des paroles habituelles des élèves de Poudlard -bien que ces temps ci, les sujets comme la mort étaient plus "à la mode" avec les événements du mois dernier.
Le jeune homme lança de la nourriture au corbeau alors que je repensais à ses derniers mots.
Il avait dit "on meurt tous un jour non ? C'est bien la seule certitude que nous avons quand à notre avenir. Alors autant que ce soit en s'amusant un bon coup", soit un état d'esprit extrêmement proche de celui de la Tribu Howl.

J'avais trempé mes lèvres dans ma tasse, buvant une nouvelle gorgée les sourcils légèrement froncés, mon sourire inchangé. Ma mimique de Crapule qui élaborai une nouvelle théorie.

-Je disais donc, que au vu des événements qui se sont déroulés dans un endroit dit sécurisé comme cette école, pourquoi n'y aurait-il pas de failles de sécurité dans la banque ? On disait bien Alcatraz comme étant la prison dont il était impossible de s'évader... C'est bien pour ça que certains s'en sont échappés.
Prenant le temps de finir mon café, je réfléchissais avec soin aux mots que j'allais utiliser.
*Il est plutôt sympa mais je le connais peu et c'est pas le moment de me faire griller avec une de mes conneries, les parents sont suffisamment furax avec Vlad'.. En même temps, cette impression d'être sur la même longueur d'onde me tente bien à approfondir la question de Gringott*
Jouant avec ma tasse vide entre mes mains, la laissant glisser entre mes paumes jointes avant de me détourner du Lac auquel je faisais face jusqu'à présent. Plantant mon regard dans celui de Thanaël, je m’adressai à lui le plus sérieusement du monde.


- Poudlard et Gringott ont toujours été considérés comme des lieux surs, c'est vrai. Et pourtant, le Professeur Dumbledore est mort ici, et bien d'autres lors de la bataille de Poudlard contre Lord Voldemort.
Je m'étais brièvement arrêté, me demandant si le nom de Voldemort le gênait. Cela ne semblait pas être le cas, peut-être par sa nature moldu évidente, soit parce qu'il était Serpentard, soit il savait le dissimuler. Je repris le fil de mes pensées, ponctuant mes propos de mes habituels gestes de mains.
- C'est également le cas du professeur Leeloo. D'un autre coté, Gringott a été cambriolée par Potter et ses amis il y a quelques années.. Tu parlais d'Alcatraz, mais la prison des sorciers, Azkaban, a elle aussi vu ses prisonniers partir gambader dans la nature. Il est surement vrai que chaque endroit possède ses failles de sécurité, plus ou moins importante, mais forcément présente. Il n'y a jamais de risque zéro.

Mon ton se fit moins sérieux, ma voix grave devenant elle même plus légère.
- Alors cambrioler Gringott, oui, pourquoi pas, avec un plan qui tient la route, un matériel adéquat, une bonne condition physique et un plan de secours -voir plusieurs, c'est plus prudent.
J'avais souris. *Si on peut définir quelque chose de "prudent" en lien avec "cambrioler Gringott" bien sur*
- une bonne condition physique, mais un esprit assez farfelu. Du genre à décider d'aller nager en début printemps alors qu'on se promène le long d'un lac, ou bien du genre à sauter en chute libre du sommet d'une montagne..
Le même sourire malicieux au visage, j'attendis de voir comment le jeune Serpentard réagirait à mes propos. Surpris ? Amusé ? ...Enthousiaste ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Jeu 9 Avr - 22:59

Une fois qu'il eu finit de parler, la Poufsouffle plongea son regard dans celui de Thanaël.

- Poudlard et Gringott ont toujours été considérés comme des lieux surs, c'est vrai. Et pourtant, le Professeur Dumbledore est mort ici, et bien d'autres lors de la bataille de Poudlard contre Lord Voldemort.

Elle marqua un petit arrêt après l'énonciation du nom du mage noir. Il se demanda si c'était par superstition, ou tout autre chose. Il voyait bien que même des années après, le seigneur des ténèbres continuait de faire naître quelques sentiments dans le cœur des gens. Thanaël ne connaissait personne qui avait vécu ces événements directement d'Angleterre, mais il comprenait bien ce qui ce passait dans l'esprit des gens. Lui même venant d'Autriche, on insistait encore sur la façon dont Hitler avait finalement ruiné le Reich, et particulièrement l'Allemagne. Alors certes, comparer les deux personnages était surement étrange et réducteur, mais c'était la meilleure comparaison qui lui venait à l'esprit.

-C'est également le cas du professeur Leeloo. D'un autre coté, Gringott a été cambriolée par Potter et ses amis il y a quelques années.. Tu parlais d'Alcatraz, mais la prison des sorciers, Azkaban, a elle aussi vu ses prisonniers partir gambader dans la nature. Il est surement vrai que chaque endroit possède ses failles de sécurité, plus ou moins importante, mais forcément présente. Il n'y a jamais de risque zéro.

*Et c'est d'autant plus vrai que la surface à protéger est étendue*
Il repensa aussi à la grande évasion d'Azkaban. Tout le monde connaissait cet épisode.

- Alors cambrioler Gringott, oui, pourquoi pas, avec un plan qui tient la route, un matériel adéquat, une bonne condition physique et un plan de secours -voir plusieurs, c'est plus prudent. Une bonne condition physique, mais un esprit assez farfelu. Du genre à décider d'aller nager en début printemps alors qu'on se promène le long d'un lac, ou bien du genre à sauter en chute libre du sommet d'une montagne..

La voix de la jeune femme avait changée, et elle arborait désormais un sourire au milieu de son visage.
Le Serpentard ne sut vraiment quoi lui répondre immédiatement. Venait-elle... ? Mais oui. Il ne rêvait pas. Il commença à sourire.
-Une personne pas vraiment normale pourrait comprendre que tu viens de lui proposer d'aller braquer une banque. Enfin pas n'importe quelle banque. LA banque. Et par le fait même s'exposer à moult dangers, tous plus mortels les uns que les autres, risquer à n'en pas douter de petites vacances d'une durée indéterminées à Azkaban, et se faire renvoyer de l'école. Mais aussi, en cas de réussite, de réussir là où si peu on aussi réussi, devenir plus riche que dans les rêves les plus fous et éventuellement laisser son nom à la postérité. Il laissa passer quelques secondes. -Ah et aussi avoir la possibilité de faire exploser deux ou trois trucs au passage, c'est important de le préciser. En somme, un rêve pour tout suicidaire légèrement timbré.

Bien qu'il ne s'en rendait pas vraiment compte, un large sourire éclairait désormais son visage.

-En tout cas, si quelqu'un me proposait un coup comme ça, je lui conseillerais d'avoir une bonne maîtrise des sortilèges défensifs, des fois que. Qu'il ait aussi quelques potions avec lui. Et peut-être aussi un bon balai, et assez d'expérience de vol pour pouvoir s'en servir à grande vitesse tout en exécutant des manœuvres plutôt périlleuses. Si il pouvait survivre dans la nature quelques temps, ça pourrait aussi lui servir si il est traqué par des légions d'Aurors du jour au lendemain. Et pour un coup comme ça, je lui dirait qu'il aussi préférable d'avoir quelqu'un pour surveiller le couloir pendant qu'il vide les coffres...
Mais bon, je ne suis pas un expert cambrioleur, et tu est une élève sage et disciplinée de la très respectée école de magie Poudlard. Cela ne t'est bien évidemment jamais venu à l'esprit.


Après quelques instants, toujours souriant, il reprit la parole pour quelques mots :

-A moins que je ne me sois trompé ? Après tout, certains disent que je ne suis pas normal....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   Ven 10 Avr - 0:30

Le Serpentard resta indécis quelques instants, surement surpris par mes propos. Mais il se reprit rapidement et commença à me répondre avec un sourire. Au fur et à mesure il devenait évident qu'il avait saisit ma proposition qui était à peine déguisée, monter un plan pour cambrioler Gringott et s'y tenir jusqu'à la réussite ou bien se faire chopper par quelqu'un. "en cas de réussite, de réussir là où si peu on aussi réussi, devenir plus riche que dans les rêves les plus fous et éventuellement laisser son nom à la postérité." *et même un échec conserverait le prestige de ceux qui ont tenté l'impossible.. *
Le jeune homme conclu en comparant une telle aventure avec un "rêve pour tout suicidaire légèrement timbré."
Ce qui ressemblait particulièrement à un oui... Oui à l'aventure, oui aux risques, oui aux rêves, oui à la révolution, aux explosions et courses poursuites !
Alors que le jeune homme énumérait les aspects techniques nécessaires pour une telle entreprise, je repris ma thermos, me versant une deuxième tasse de café et égalisant celle du Serpentard. Les mots clés formaient une liste qui se gravait dans ma tête, une donnée après l'autre.
*Sortilèges défensifs, potions, balais -et compétences qui vont avec, autonomie en milieu hostile, complicité entre les acteurs*
-A moins que je ne me sois trompé ? Après tout, certains disent que je ne suis pas normal....

Prenant la pause d'une élève "sage et disciplinée", je m'adressai à lui d'une voix posée accompagné d'une moue angélique.
- Comme chacun sait, je suis une élève ab-so-lu-ment modèle, un plaisir pour les professeurs et un exemple pour tous. En raison de quoi, c'est avec le plus grand sérieux que je vous fais part, Mr Thanaël Howenstod, de ma décision de vous convier en invité d'honneur, et membre permanent siégeant au conseil du groupe actif et terroriste "HoW&HoW", spécialiste dans le braquage de banque et autres affaires plus ou moins délicates de sortilèges, potions et j'en passe..
J'appuyais ma tirade en levant ma tasse comme pour trinquer
- Très cher, buvons à la réussite de notre entreprise !

Souriant, je pris une gorgée avant de réfléchir à haute voix.
- En ce qui concerne les sortilèges, je me débrouille plutôt pas mal avec ceux que je connais, mais bien sur il faudra approfondir tout ça, et en apprendre d'autre avant le jour J.. pareil pour les potions, lister celles qui pourraient nous être utile, trouver un moyen de les réaliser.. M'étonnerai qu'on puisse le faire en plein cours.. Demander des cours particulier d'approfondissement ? Moi pour les BUSES, toi.. bah y a des exam' aussi en fin de troisième année, moins important mais tout de même, l'excuse pourrait passer..
Les yeux dans le vague, je poursuivis l'énumération
- Balais pour deux joueurs de Quidditch ça ne devrai pas poser grand problème, si certains prototypes de En' et Vlad sont intéressant on pourrait même les utilisés, un moyen de transport inconnu par les autorités donne un effet de surprise.. Après il y a toutes nos aptitudes personnels sur différents sujets qui sont bonnes à prendre...

Je regardai à nouveau le jeune homme, donnant encore mon avis sur certains points.
- Surtout il va falloir se renseigner un maximum, sur la banque, ses plans, ses défenses, voir quels sont donc ses points faibles, connaitre son histoire sur d'autres tentatives -réussites ou non- d'effraction, lister les coffres visés, passez du temps à la bibliothèque pour en apprendre le maximum et en profiter pour améliorer notre niveau de sorcellerie par n'importe quel moyen.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le parc, Le lac noir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le parc, Le lac noir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Le parc-