BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Le parc et ses extérieurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Ven 21 Nov - 21:43

En écoutant la rouge et or, Serenna se rendit compte que Louanne n’avait pas réagit à ses dernières paroles.
Elle se mit à sourire et garda cette réflexion dans un coin de sa tête.
Cependant Serenna était assez satisfaite de sa réponse quelque peu mystérieuse.

- Un domaine secret... Il y a beaucoup de domaine encore secret, malgré les illustres sorciers qui nous ont précédés...

*Si tu savais réellement quel domaine m'intéresse, du moins m'intrigue, tu ne dirais pas ça..*
Un regard satisfait apparu sur le visage de la jeune serpentard.

Mais rapidement la conversation tounait vers l'état de sa maman. Serenna devint alors pale et mal à l'aise. Elle se leva rapidement et appela son hibou. Elle regarda la préfète et prononça quelques mots.

- Je préfères pas en parler.
Serenna se figea alors devant Louanne et lui fit un large sourire comme pour effacer se qu’il venait de se produire.
Elle prit une grande inspiration. Elle devait rester calme et continuer à faire comme si de rien était.

-Bon je sais que tu as remarqué mon mal-aise mais si tu pouvait éviter d’en parler autour de toi ce serait vraiment gentil de ta part et je t’en serais très reconnaissante.

Le temps commençait à se dégrader depuis que la jeune vert et argent avait mis les pieds dehors. Serenna se mit alors face au vent tournant ainsi le dos à Louanne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Dim 23 Nov - 19:12

- Ne t'en fais pas, je ne dirais rien, ce n'est pas à moi d'en parler aux autres. Et puis surtout ce ne concerne que ta famille, moi je ne suis la que pour que tu puisses te confier à une personne externe à ton cercle habituel si tu en as besoin..

A ses paroles Serenna ne répondit pas. Elle essaya de se concentrer sur le vent qui la poussait de plus en plus.

- Je pense qu'on devrait rentrer, car il va se mettre à pleuvoir je pense, et personnellement je commence à avoir froid, et à être mal à l'aise sur le sol. Tu viens avec moi ?

Serenna ne voulait pas forcement rentrer, elle adorait ce temps. Le vent qui soufflait et les nuages gris qui se formaient émerveillaient la jeune serpentard.
*C'est tellement beau... je voudrais rester mais bon je vais rentrer c'est peut être mieux*

-Oui on devrait peut être rentrer..

Sur ses paroles, Serenna se dirigea vers la Préfète afin de continuer le chemin ensemble.
Tout en marchant, Serenna observa tous les changements de temps, elle observa tous les mouvements que pouvait avoir les arbres à cause du vent. La vert et argent suivait aussi du regard on hibou noir afin d'être sûre qu'il rentre bien avec les deux élèves.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Dim 30 Nov - 14:14

Ambre venait de descendre près de la Grande Porte pour commencer sa ronde lorsqu’elle aperçut deux silhouettes par la fenêtre, au fond du parc, non loin de la Forêt Interdite. Retenant un soupir d’exaspération, elle sortit dans l’air froid nocturne en direction des élèves pour leur demander de rentrer le plus rapidement possible avant que le couvre-feu ne soit dépassé.

Soudain, une lumière éclaira la lisière de la forêt sur un cercle d’une dizaine de mètres de diamètre, faisant fuir un vol d’oiseaux perchés sur les arbres. Les sourcils d’Ambre se froncèrent et, voyant que la lueur ne s’éteignait pas, elle accéléra le pas.  

* Mais qu’est-ce qu’ils font ? Ils veulent attirer vers eux toutes les créatures dangereuses qui existent dans cette forêt ? *

C’est alors que des éclairs colorés jaillirent d’entre les arbres, accompagnés du sifflement caractéristique des sortilèges. Ambre évita de justesse un sort de Stupéfixion qui était passé au travers des branches, ces maléfices ayant la propriété de passer à travers les arbres. La Serdaigle s’enfonça dans la forêt sur quelques mètres avant de se retrouver face à un Scroutt à Pétard qui venait de planter son dard dans le bras d’une élève à terre.  Il ne lui fallut que quelques secondes pour analyser la situation et prendre une décision rapide. L’une des créatures était neutralisée et comme suspendue dans les airs, mais sa position, caractéristique du Maléfice d’Entrave, indiquait qu’elle ne resterait pas longtemps immobile. Deux autres Scroutts à Pétard s’étaient tournés vers la nouvelle arrivante et leur posture était clairement agressive. Ambre serra sa baguette d’ébène entre ses doigts, cherchant un sortilège efficace pour mettre quatre Scroutts à Pétard hors d’état de nuire.

* Eh bien, chers élèves, Rosier vient vous aider… Mais vous risquez quand même de vous faire tuer dans la foulée lorsque l’Ombre se réveillera. *

La fluidité mentale de l’Ombre commençait en effet à se mettre en place tandis qu’Ambre cherchait une solution efficace.  Se battre contre quatre Scroutts à Pétard tout en veillant à ce que les deux élèves restent sains et saufs aurait peut-être été possible pour une Ombre, mais c’était sans compter sur ses instincts agressifs. Ce genre de combat serait plutôt long et donnerait le temps à l’Ombre de prendre le contrôle, ce qui constituerait un danger non négligeable pour les deux élèves, en même temps que de faire naître des soupçons quant à sa rapidité. Il fallait donc neutraliser les créatures toutes ensemble et avant qu’elles n’attaquent. Par conséquent, il fallait employer un sortilège à la limite de ceux que l’on pouvait utiliser devant un élève de Poudlard, voire complètement interdit.

* Oh, peu importe ! Il ne servira à rien de rester dans la magie dite « correcte » s’ils meurent. *

Toute cette réflexion n’avait pas duré plus de quelques secondes grâce aux capacités de l’Ombre. Ambre leva sa baguette et d’un mouvement sec et rapide, traça un arc de cercle devant elle. Un éclair rouge de la forme de cet arc apparut durant une fraction de seconde, illuminant brièvement les alentours d’une lumière sanglante avant de disparaître. Les trois Scroutts devant la Serdaigle se retrouvèrent réduits à l’état de poussière. Le même sort arriva cependant aux arbres situés dans la trajectoire du sortilège, et quelques uns, à la limite de son champ d’action, se retrouvèrent seulement scindés en deux, c e qui était en réalité le plus dangereux. Les troncs tombèrent avec un bruit sourd, par chance à l’opposé de là où étaient les élèves. Ambre se tourna rapidement vers le Scroutt penché sur Melinda et lui envoya un Sortilège de Stupéfixion dans le ventre. Il s’effondra lourdement sur le sol. Ambre n’avait pas osé l’inclure dans le sort précédent de peur de toucher la Serdaigle et avait donc décidé de  s’en occuper à part.

Une fois tout danger écarté, Ambre s’appuya contre un arbre, ferma ses paupières et se massa les tempes, attendant que la vague de rage de l’Ombre reflue. Tout s’était passé très vite, l’intensité de cette haine restait donc tout à fait contrôlable pour la Préfète. Quelques secondes après, elle ouvrit les yeux et prit le temps d’identifier les deux élèves en les dévisageant de son regard froid.

- Encore…

Ambre soupira en reconnaissant Kalis. Elle identifia ensuite la deuxième élève comme étant Melinda Bobbin, à Serdaigle. Sa blessure n’était pas négligeable, mais ce n’était pas non plus une urgence.

- Bien. Félicitations. Vous avez failli vous faire tuer par quatre Scroutts à Pétard. Des explications ? Demanda-t-elle d’un ton sec et glacé.

Elle promena ses yeux d’acier sur les deux fautifs, attendant une réponse rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Mar 2 Déc - 15:39

- On se promenait et... Ils ont surgis de nulle part alors qu'il ne devrait plus y en avoir ici... Je sais pas pourquoi...Mais Kalis n'y est pour rien !

- C'est vrai j'y suis pour rien ! J'vous jure, on était juste en train de discuter quand ces choses bizares nous ont attaqués. Fallait bien se défendre.

Ambre leva les yeux au ciel et jaugea sans rien dire les deux élèves qui se tenaient devant elle pendant quelques secondes avant de reprendre.

- Evidemment que ce n’est pas de votre faute si ces Scroutts à Pétard ont attaqué. Mais reconnaissez tout de même que lorsque l’on remarque quelque chose de suspect à la lisière de la Forêt Interdite le soir, le réflexe le plus intelligent n’est pas vraiment de s’en approcher et d’utiliser un Lumos Maxima. Comme si vous n’alliez pas vous faire repérer à un kilomètre à la ronde en utilisant ce sort... Vous auriez très bien pu rentrer au château sans chercher à vous avancer comme des aventuriers sans peur et sans cerveau. Ce n’est pas pour rien qu’il existe un couvre-feu extérieur et que cette forêt est appelée Forêt Interdite.

Ambre dirigea son regard gris vers les deux Scroutts qui n’avaient pas été réduits en poussière. D’un mouvement de baguette, elle les rassembla en un tas qu’elle enferma dans du verre.

* Comme ça, des analyses pourront être effectuées. Les Scroutts à Pétard n’ont pas l’habitude d’attaquer en groupe et ils sont censés avoir disparu. Je me demande ce qui a pu motiver ce sursaut d’agressivité… *

Elle se tourna ensuite vers Kalis et Melinda. Visiblement, ils pensaient qu’une sanction allait tomber.

- Vous n’êtes concrètement pas entrés dans la Forêt Interdite et je ne vais pas sanctionner parce que vous dépassez le couvre-feu de deux minutes. Mais vous devinez aisément que j’ai le devoir d’informer la Directrice de cette attaque pour le moins surprenante. A présent, éloignons-nous de cette forêt, je ne tiens pas à y rester jusqu’à ce que d’autres créatures nous tombent dessus.

Le regard d’Ambre se posa alors sur Melinda. Robe déchirée, bras ensanglanté, elle était plutôt mal en point.

- Antoy, file de là. Rentre au château et ne traîne pas en route.

Ambre observa le garçon s’éloigner vers la Grande Porte dans l’obscurité du soir. C’est alors qu’un hibou grand-duc qu’elle reconnut comme étant celui de la Directrice s’approcha du garçon, lui confiant un rouleau de parchemin scellé. La Serdaigle n’y prêta pas plus d’attention et se tourna vers Melinda.

- Au fait, le Sortilège d’Entrave peut être très utile, mais dans cette situation, je te le déconseille fortement. A part si tu veux neutraliser les Scroutts à Pétard un par un et attendre de te faire attaquer par surprise lorsque celui qui est dans ton dos se remet à bouger. Mais passons. A présent, je t’emmène à l’infirmerie. Te sens-tu en état de marcher ou est-ce qu’il faut que je te fasse léviter jusqu’au château ?


Dernière édition par Ambre (Préfète en chef) le Mar 2 Déc - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Mer 10 Déc - 9:50

Deux jours après ma dernière lettre aux Potter, Ginny m'avait rapidement répondue et avait joint un colis plus remplit que je ne l'aurais voulus. Il contenait plusieurs pulls tricotés par sa mère, Molly Weasley, quelques pantalons plus chauds et surtout une cape d'hivers épaisse à souhait.

Cette après-midi là j'étais donc dehors pour profiter de cette cape, emmitouflée dedans comme dans un cocon de coton, avec un sourire ravit. Depuis que les températures avaient baissées je n'étais pas sorti me promener dans le parc mais aujourd'hui rien ne s'y opposait.
J'avançais tranquillement dans l'herbe blanchis par le temps en admirant le paysage autour de moi et j'imaginais à quoi il ressemblerait dans quelques semaines quand nous serions en plein hivers. Le lac noir serait complètement gelé et les élèves qui le voudront pourront marcher dessus et faire du patin. La forêt pour le moment sombre, et presque inquiétante, serait saupoudrée de neige comme un gâteau d'anniversaire de sucre glace. Et toute cette étendue de pelouse autour de moi ressemblerait à une gigantesque couette blanche et épaisse. Oui vraiment ce paysage déjà très beau deviendrait bientôt magnifique à voir.

Tout en rêvassant je m'étais éloignée du château sans m'en rendre compte et quand je repris mes esprits je dû réfléchir une minute pour me réorienter. Je n'étais pas loin de la cabane de Hagrid mais je savais qu'il était occuper pour le moment.

*Hum ... Je fais quoi ? J'ai pas envie de rentrer tout de suite*

En regardant autour de moi je fini par apercevoir un jeune homme, un peu plus loin dans le parc, qui apparemment avait eu la même envie que moi d'une balade entre deux cours. Il était seul mais j'avais comme l'impression que c'était une habitude chez lui et je ne pu m'empêcher d'avoir de la sympathie pour lui. Je décidais d'aller lui parler et mon audace me surprit alors que je le rejoignais, moi si réservée avec les autres depuis mon arrivée ici.
En m'approchant je vis qu'il avait mon âge et qu'il était de serpentard, il me remarqua enfin quand j'arrivais près de lui et je lui souriais doucement.

-- Bonjour, je suis Victoria, je me promenais et je t'ai vu seul, et comme j'étais seule aussi je me suis dit que je pouvais venir te parler. Enfin si tu veux, si je te dérange je m'en vais ... Excuse moi je suis bavarde quand je suis nerveuse.

*Quelle idiote ! Il faut vraiment que je travail sur ma timidité ! *

J'attendis que le jeune homme me réponde en espérant qu'il ne me prenne pas pour une folle et que je ne lui ai pas donné l'envie de fuir.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Ven 12 Déc - 13:26

Molly remontait le chemin du lac en compagnie de Jack et arrivèrent dans le parc. Il pleuvait à seau d'eau, et le jeune homme lui demandait comment elle allait.

- Ca va merci...

Se retournant rouge d'une colère toute neuve, elle le menaça de sa baguette en cèdre.

- Si tu répète à qui que ce soit que je me suis étalée dans la boue, tu auras un sortilège de furoncles, et crois moi, je le maîtrise à la perfection !

Puis la blondinette remonta la pelouse avec le Poufsouffle à ses côtés. C'est alors qu'ils entendirent des bruits un peu plus bas. Avec le peu de luminosité qu'offraient les fenêtres du château, on y voyait pas à 2 mètres.
Alors que le groupe se rapprochait d'eux, Molly et Jack entendirent des voix qui leur disaient de fuir, de courir le plus vite possible vers le grand hall.
Serenna et Ally arrivaient essoufflées et toutes rouges, pataugeant dans la boue et cherchaient à fuir le lac le plus vite possible.

- Qu'est ce qui vous arrive ? vous en avez eu assez d'être trempées et vous vous décidez à rentrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Mer 17 Déc - 14:55

J'entrai dans le parc où la rosée matinale faisait scintiller l'herbe. *J'y suis enfin* , pensai-je. Depuis l'âge de onze ans je rêvais d'être élève à la grande et prestigieuse école de Poudlard, malheureusement j'étais née en Roumanie et l'école à laquelle j'étais rattachée était Durmstang. Je n'y avais pourtant jamais mis les pieds, ma famille préférant faire mon éducation elle-même. Tout ce que je savais à ce jour je le devais à Mr Iofur, mon professeur  particulier. Mais un jour l'élève avait dépassé le maître et il fallut m'envoyer dans une école de sorcellerie.
  Je n'avais encore jamais fait face à une grande foule et j'avouai que cela ne faisait peur. J'avançai doucement vers la porte du château, espérant profiter le plus longtemps possible de la magnifique vu sur la lac. Un instant ses eaux sombres se soulevèrent et je pus apercevoir de géantes tentacules bleues. J'eu un frisson. Je souris :
*Je n'ai pas peur des dragons mais un petit kraken me terrifie.*
  Je sourirai et me retourna vers la porte. Je ne pouvais pas traîner la directrice n'attendais dans son bureau à huit heures tapante. J'avais quinze ans et j'était pétrifiée à la seule idée de me retrouver seule dans ce monde qui m'étais jusqu'à lors inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Sam 20 Déc - 9:59

Après être restée quelque temps au bal, la jeune Serdaigle décida qu'il était temps de tirer sa révérence, alors d'un pas tranquille elle se leva de sa chaise, rangea son petit carnet de cuir et jeta un dernier regard à l'ensemble de la grande salle : Les différents couples dansaient, les autres observaient ou commentaient. Ally eu un léger sourire, au loin elle reconnue Serenna, une Serpentarde et Winonna la préfète de Poufsouffle, des éclats de verre jonchaient le sol.
Sans plus de cérémonie, la petite brune rassembla le reste de ses affaires et quitta la salle de bal.
Errant comme une âme en peine, traversant les nombreux couloirs du château, ses pas l'emmenèrent au parc de l'école, tout était relativement calme puisque la majorité des élèves étaient en train de danser.
 

Les arbres avaient perdus la totalité de leur feuillage en ce mois de décembre, il y avait une légère brise, il n'allait pas tarder à neiger. La jeune Serdaigle était assise dans l'herbe, elle était emmitouflée dans son gros manteau de laine multicolore et portait des gants noirs. D'un geste rapide elle sortit son petit carnet et relue attentivement ses notes. Au cours de cette soirée elle avait pu remarquer plusieurs types de comportements,tous plus étonnant les uns que les autres.
Pour la première fois depuis son arrivée elle avait vu ces jolies "statues de cire" s'animées pour créer un parfait ensemble, un magnifique tableau de couleurs. Machinalement elle mit ses mains dans ses poches et se rappela soudain de la lettre de sa grand mère, le fait que Serenna, la jeune Serpentarde est lue ces confidences. Ally ne savait pas vraiment si la jeune fille allait demander des explications. A dire vrai elle préférait ne pas y penser pour le moment. A cet instant précis il n'y avait que la bleu et bronze et le début de l'hiver, rien de plus mais rien de moins.
Elle n'avait pas de pensées précises, seulement quelques mots qui venaient au fil de ses réflexions sur le monde et son environnement, elle cherchai simplement à découvrir comment fonctionnait ce système scolaire et magique, elle avait perpétuellement la sombre impression d'être en décalage avec le monde extérieur, a vrai cela n'était qu'une façade, une étiquette qu'elle imposait, histoire d'éviter les questions embarrassantes et les regards un peu trop insistants. Bien sûr, la Serdaigle n'irait pas jusqu’à dire que la solitude lui pesait affreusement mais il y avait certaines limites à ne pas franchir.
Tout cela la mettait plutôt mal à l'aise, dans ses moments là, elle en venait à se détester encore plus que d'habitude.

* L'eau, miroir, feu*

C'est sur cette pensée plus qu'incompréhensible que Ally se leva d'un bond et se dirigea d'un pas décidé vers le lac noir, s’apprêtant à faire la chose la plus absurde qu'elle n'ai jamais fait, mais pour son bien et pour la suite il fallait qu'elle le fasse le plus rapidement possible. La suite du programme, elle la savait parfaitement, demander quelque chose de très spéciale après le bal de noël. Elle l'avait décidé et ne pourrait pas revenir en derrière, les choses étaient ainsi faites.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Mar 30 Déc - 16:21

Je m'étais réveillée tôt ce matin là et comme je n'arrivais plus à dormir j'avais décidé de faire un tour dans le parc enneigé de Poudlard. Comme je l'avais imaginé quelques semaines auparavant le paysage blanc devant moi était des plus merveilleux et il était d'autant plus magique que ce à quoi je pensais en ce moment. Le bal était terminé depuis quelques jours mais la fin de la soirée tournait en boucle dans mon esprit depuis tout ce temps.


flash back

La soirée arrivait à son terme et après un dernier verre Jack m’entraîna sur la piste de danse pour les dernières valses. J'étais moins timide que ces derniers temps mais tous ses sourires et ses mains sur moi provoquaient sur mon cœur une tachycardie qui ne voulait pas s'arrêter.
Une ... Deux ... Trois valses et l'orchestre cessait pour de bon au bout de vingt minutes. Les élèves qui étaient restés jusqu'au bout finirent par rejoindre la sortie de la grande salle et selon le lieu de leur salle commune, montèrent ou descendirent dans les couloirs du château.

Mon cher cavalier me prit la taille et suivit le flot de nos camarades jaune et noir dans le couloir des cuisines. Sa main glissa le long de mon bras et finit par prendre ma main le temps d'arriver à notre salle commune et je nouai nos doigts pour lui faire comprendre que nous étions sur la même longueur d'onde.
Nous restâmes silencieux jusqu'à ce que nous fussions arrivés devant les escaliers où, comme nous, d'autres couples se séparaient ici. Jack prit la parole avant moi avec un sourire en coin totalement craquant.

-- Bon, voilà, J'ai passé une bonne soirée.
-- Oui, moi aussi.
-- Alors ... Bonne nuit Ria.
-- ... Bonne nuit Jack, et merci.

Je lui renvoyai un sourire en coin qui se voulait complice et sans réfléchir plus longtemps je me penchai sur le Poufsouffle pour lui laisser un bisou sur la joue. Me rendant soudain compte de mon geste je me mis à rougir et montai dans mon dortoir avec l'impression de m'enfuir comme une voleuse.

Fin flash back


Oui c'était ce moment précis qui tournait en boucle dans ma tête depuis cette nuit là et je me demandais sans cesse ce que Jack pensait de tout ça. Avait-il passé une si bonne soirée que moi ? M'appréciait-il autant que moi je l'appréciais ? Et mon baiser n'était pas une erreur ?
Il se mit à neiger à ce moment là et malgré la beauté de la chose je repris mes esprits et décidai de rentrer me mettre au chaud. Vu l'heure je rejoignis la grande salle pour un bon chocolat chaud et peut être pour retrouver les quelques amies que je m'étais faites ces derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Dim 11 Jan - 10:56

Le parc était plutôt vide, en ces temps froids. La neige recouvrait toute l'herbe qui se trouvait dans ce vaste espace, et le gel avait remplacé l'eau sombre du lac.
Depuis les portes du château, on pouvait voir des traces de pas se baladant dans le parc, des traces de nombreux élèves allant par ci, par là, se promener entre amis, ou entre amoureux, peu importe. Car ce n'est pas de ces pas là que je veux parler. C'est cette trace de pas, seule, qui s'éloignait des autres, pour aller dans un coin isolé sur parc, où la personne serait seule.
Au bout de ses traces, l'on pouvait voir un jeune garçon, assis sur un sol dépourvu de neige, et en face de lui, une zone d'une largeur de 2 mètres et d'une longueur d'à peu près 10 mètres où toute la neige présente à l'intérieur de cette zone avait fondue. Le garçon, tenant fermement une baguette entre ses mains, avait l'air essoufflé.
Évidemment, ce garçon, c'est moi, si vous ne l'aviez pas compris.

J'étais totalement exténué après cette séance d'entraînement. Mais je me sentais heureux. J'avais enfin maitrisé le sortilège que j'essayais d'apprendre depuis un certain temps. Je savais comment le démarrer et comment l'arrêter. Et heureusement que je savais l'arrêter ! Avec un sortilège aussi puissant dans les mains, je pourrai aisément me défendre en cas de duel de sorcier. Bien sûr, je n'aurai qu'à doser la puissance du sort avant de le lancer, pour pas qu'il ne tue l'adversaire.
Mon corps s'allongeait sur l'herbe mouillé, tandis que ma tête tomba sur de la poudreuse qui n'avait pas totalement fondue. Je devrais donc prendre une douche plus tard.
Le ciel, dépourvu de nuage, scintillait de milles feux avec le soleil l'inondant d'une couleur bleue. Je levais la paume de ma main droite vers le ciel, si bien que j'avais le dos de ma main dans ma vision.
Et j'observais le deuxième cadeau de mon père: la bague familiale. Elle m'a été livré dans une boite rouge brique, et était accompagné d'une chaine en argent. La bague était grosse et ronde, finement ornée. Un saphir brillant couronnait le tout, enveloppé par un X géant, où l'on pouvait lire le nom de famille de mon père. Oui, je ne porte pas le sien, il m'est insupportable. Mais, en tant que dernier descendant, je me dois de porter l'héritage de mon père.

Ma main descendait doucement, tandis que je réfléchissais à la raison de ces cadeaux. Bien que ce soit des objets familiaux, à quoi pouvaient-ils bien servir ? Surtout cette bague, qui n'avait rien de spécial à mon goût ? Que pouvait-elle faire ? Rien. C'est juste pour dire que j'appartiens à cette vieille famille...
Je soupirai, tandis que mes yeux se fermaient lentement, emplis de fatigue...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Dim 11 Jan - 20:23

J'ai entendu une voix, non loin de moi. C'était un peu faible, car la neige avait bouché mes oreilles alors que je m'assoupissais. Grognant, je me relevais vivement, curant de mes doigts les derniers morceaux de poudre blanche coincé dans mes oreilles. Il n'avait pas encore neigé, si bien que la bande d'herbe que j'avais créé grâce à mon sort était toujours sans poudreuse fraiche. Je souriais doucement, en me rappelant le moment où j'ai lancé ce sort... Cet animal si flamboyant... J'espérais que personne ne m'avait remarqué en train de le réaliser, ou j'allais avoir des ennuis !

Mes mains étaient gelées jusqu'au point qu'il fallait les amputer. De vitesse, elles se réfugièrent automatiquement dans les poches de mon pull-over. Cependant, j'ai senti un papier froissé. Qu'est-ce que ça faisait là ? Je l'attrapai et le fis sortir de l'endroit où il se trouvait. En le dépliant, je pouvais lire deux mots écrits de ma main:

"Theia Floges"

Le deuxième héritage que m'avait donné mon père. A la façon dont il me l'a donné, il ne peut s’agir que de quelques explications: soit c'est un sortilège, soit c'est un mot de passe pour entrer dans une pièce secrète du château. Je n'avais jamais entendu parlé d'un sortilège de ce nom-là, d'autant plus que ce n'est pas la langue utilisé généralement pour les incantations, ce qui est plutôt bizarre. Et si c'est un mot de passe, je n'arriverai jamais à trouver le passage en question, le château est vraiment trop grand. J'avais prévu d'essayer l'un des deux aujourd'hui, mais la fatigue que j'ai accumulé ne me laisse d'autres choix que de rentrer à la salle commune.
Rangeant le bout de papier dans ma poche, je traçais mes pas dans la neige, en direction des portes de l'école.

Je n'avais pas rêvé, c'était bien une voix qui m'avait réveillé. Une voix de femme, en plus. Et qui n'était que le professeur de Potion et de Defense Contre les Forces du Mal. Je la trouvais bizarre comme prof, elle était plutôt froide, mystérieuse... Quand j'étais petit, mes maîtres et maîtresses n'étaient pas comme ça, bien au contraire. Mais bon, on ne peut pas avoir tout dans la vie !
Défense Contre les Forces du Mal... Cette femme s'y connaissait vraiment ? Ma curiosité commençait à prendre le dessus. J'avais envie de savoir... Est-elle vraiment qualifiée pour ce poste ? D'autant plus que je viens d'apprendre un sort qui m'a tout l'air d'être des Forces du Mal, non ? Devrais-je courir le risque de lancer ce sortilège ici ? Défier un professeur m'attirera des ennuis ?
Je suis peut-être calme, c'est vrai, mais avoir de la sagesse... Je ne crois pas non.

Ma baguette sauta directement dans ma main. Elle savait certainement ce que j'allais faire. Une jeune fille accompagnait la professeur, j'ai donc pensé que je devais éviter de la blesser. Alors, rien qu'une petite dose de la puissance du sort devrait suffire à faire peur, non ?
Elles étaient dans mon dos. Mais je devais juste les visualiser dans ma tête, pour que le sort s'y dirige de lui même. Enfin, c'est elle que je veux viser. Pas cette jeune fille. Levant ma baguette vers le ciel, je murmurais les mots du sort avec un sourire en coin:

-"Feudeymon"

Une forte aura jaillit de la baguette, qui se transforma peu à peu en un oiseau fait de flammes foncés, obscures, terrifiantes. Cet oiseau, ou plutôt cet aigle, fit demi-tour et fonça directement sur cette professeur. Le regard tourné, voyons si cette femme sait se défendre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Dim 11 Jan - 22:57

La suite de mon récit n'a plus rien de normal. D'habitude, même si certaines personnes sont douées de magie et qu'il y a certains animaux magiques pouvant donner naissance à des hybrides, et avec des hommes, les choses restaient normales. Mais, à partir de ce moment, j'ai commencé à me méfier de tout.
Non seulement cette femme enseignait la défense contre la magie noire, mais en plus, elle était elle-même une défense contre la magie noire ! Enfin, le feu, seulement. C'est ce que j'ai cru comprendre. Enfin bref, passons au récit.

Mon feu fut rapidement instable, la liaison qui reliait mon esprit au sort fut brisé. Les flammes commencèrent à se propager. C'était impossible ! Il y avait une vingtaine de minutes, j'ai pu le lancer facilement et l'arrêter facilement aussi ! Le stress de l'attaque m'avait fait perdre toute concentration. Et aussi cette femme, qui n'était même pas surprise de cette attaque, qui souriait grandement de cette attaque. Elle fut entièrement engloutie par ces flammes. Avait-elle fait exprès... ?

*Elle est morte... J'ai tué un prof.*

Moi qui croyait qu'elle pouvait l'arrêter... Quel idiot que je suis ! Et mes flammes incontrôlables qui se dirigeaient vers la jeune fille... Il fallait que je la sauve ! Je me suis mis à courir rapidement vers elle, aussi vite que mes jambes fatiguées le pouvait. Et c'est là que les choses bizarres commencèrent...
Premièrement, le Feudeymon n'atteint pas la fille: il était littéralement absorbé. Absorbé. Attiré par quelque chose. Le Feudeymon. Mon regard stupéfait se tourna vers la cause de l'aimantation du feu.
Deuxièmement, la prof était toujours en vie. Ouioui, toujours. Dénudée, mais toujours en vie.
D'habitude, lorsque je vois une femme nue, je ne peux m'empêcher de fuir cette personne. Mais la stupéfaction que m'apportait cette nouvelle à l'heure actuelle ne permettait pas que je détourne le regard. Sa peau était intacte. Aucune brûlure, alors que moi, j'en ai souffert pendant des mois entiers.

Des écailles. Je pouvais voir des écailles sur sa peau. Cette prof n'était pas normal. Elle n'était pas humaine. Ma stupéfaction fut rapidement remplacé par la peur. Malgré moi, j'ai réveillé une chose que je n'aurai pas dû. Je pense qu'elle va me faire la peau. Je pouvais me défendre, mais du feu contre quelqu'un qui résiste au feu... Je me suis mis dans de beaux draps. Vraiment.

Elle s'approchait de moi, après avoir mangé de ce qui restait de mon sort. Même le Feudeymon ne l'atteint pas. J'essayais de reculer, de fuir, mais mes jambes restaient paralyser par la peur. Ah, si j'étais un Animagus  ou tout autre type d'humains aux capacités étonnantes, peut-être aurais-je pu sortir de ce mauvais pas ? Mais tout ce que j'avais, c'était deux mots sur un papier, une bague, et un long objet que je n'ai pas encore déballé. Mon troisième héritage.
Des flammes parcourait sa peau nue tandis qu'elle se trouvait à peine à deux pas de moi. Elle me fit la morale sur le sort que je venais de lancer, tandis que ses flammes m'entourait dangereusement. Me brûler à vif, voilà ce qu'elle compte faire.

Elle était maintenant en face de moi, la chaleur me faisant transpirer à grosse goutte. Ou la peur, je n'en savais que rien. Elle annonça qu'elle allait me punir. Avec une voix grave, terrifiante, sadique...
Qui me rappelait mon père. Cet homme qui, gentil et adorable, renfermait un côté sombre qui s'afficha après le départ de ma mère. Et c'est pour mon bien, disais-t-il, que je devais rester éloigner de ma mère ? Tu parles, ça n'arrangeait que lui...
Ma peur laissa doucement place à une colère amère, si amère qu'elle me fit oublier un moment que je me tenais face à un semi-dragon. Mes poings se fermèrent, mes sourcils se plissèrent. L'affronté que je suis refaisait surface, tandis que je regardais droit dans les yeux dorés de Mlle Wolkoff.

-"Vous voulez me punir ? Allez-y. Faites-vous plaisir. Martyrisez-moi. Torturez-moi. Mais je n'attendrais pas que vous le fassiez."

Mes jambes de plomb redevinrent du bois. J'ai sauté en arrière, droit vers les flammes. Elles n'ont pas l'air si douloureuses que celles que j'ai du affronter pendant 5 ans.
En fait... SI. Si aigüe. Si forte. La douleur est multiplié par 10, voir 100, au pire, 1000 fois ! A peine ai-je traversé les flammes qui m'entourait que je tombais comme une loque sur l'herbe brûlant. Ma peau commençait sérieusement à rougir. C'était impossible de garder ma dignité pour ma part.
J'ai hurlé. Hurlé à la mort. Hurlé à m'en égosiller la voix. S'il fallait un moyen d'évacuer la douleur, c'était par l'expression orale.
Je rampais au sol, la peur m'étant revenu. Mes bras complètement brulés me faisait mal à chaque mouvement. Pourtant je fuyais. Je ne voulais pas en avoir plus. Le tissu qui recouvrait ma peau brûlait lentement sur mon dos, lapant ma peau devenue à sang. Encore un peu et je serai cuit à point.
J'ai voulu récupérer ma baguette. Mais, elle devait être en train de bruler dans ma poche actuellement.

Voilà l'une des erreurs de ma vie, avoir sauté dans les bras de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Dim 11 Jan - 23:32

L'eau me faisait du bien. J'étais à demi-conscient, je ne distinguais pas grand chose de ce que je voyais. Je voyais un long chemin bleu devant moi. Et une tête hirsute à moitié nue qui me versait de l'eau sur le corps. Je voyais pleins de points blancs qui scintillait devant moi. Et je voyais mon père, qui me criait dessus une fois de plus. Qui me regardait avec des yeux féroces. Qui me montrait sa déception envers moi. J'avais ce goût amer dans la bouche. Sûrement à cause de l'eau. En parlant d'eau...
Je voulais me dégager de son emprise. Mes bras et mes jambes se débattaient doucement, tandis que mes lèvres ne cessaient de murmurer un "Lachez-moi..." auditible. Je ne voulais pas de sa pitié qu'elle m'accordait. Je voulais juste méditer sur une défaite que je viens d'essuyer. Une défaite aussi bien physique que morale. J'ai cru faire bien: c'est tout le contraire. Mon caractère à vouloir tout surpasser a eu raison de moi. Mes bras repoussait la femme avec insistance.
Mon côté effronté avait pu me coûter la vie. Je ne pourrais pas devenir un grand spécialiste des flammes. Mes jambes reprenait des forces.
Suis-je la honte de mon père ? Surement. C'est pour ça qu'il me hait. J'ai réussi à me dégager d'elle.
Je flottais sur l'eau. Ma peau commençait à se refroidir, tandis que je regardais le ciel d'après-midi. J'avais l'impression que des lambeaux de peau se secouait autour des blessures. Mais je ne sentais pas la douleur.

Je me suis forcé à me redresser. Je n'avais presque plus d'habits, juste quelques morceaux de tissus qui entourait un membre par ci, par là. Je n'avais plus de baguette, je ne pourrais plus jeter aucun sort. En fermant les yeux, je sortais doucement de l'eau.
Mes blessures me faisaient mal, mais je pouvais marcher, c'est tout ce qui comptait. Passant doucement mes pieds l'un devant l'autre, je prononçai sans m'être retourné:

-"J'ai été assez puni comme ça non ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Lun 19 Jan - 13:58

Alors que le Professeur Wolkoff partait, Mme Dragonneau reprit :

- Bien qu'il en soit ainsi ! M. Aylen, Miss Winonna, M. Clive,et M. Arthur vous resterez au château. Pas d'objection M. Arthur ! Il y a un petit groupe de Gryffondor qu'il va falloir surveiller, et veiller à ce qu'ils ne viennent pas nous gêner dans cette mission sauvetage !
Allons y plus une minute à perdre ! Je ne sais pas où Miss Louanne a bien put être emmenée, ni ce qu'il a put se passer depuis hier ! Mais une chose est sûre, on n'en ressortira pas sans combattre !

Se saisissant de sa baguette, affichant un regard plus que déterminé, Mme Dragonneau fit ouvrir la porte de son bureau d'un coup de baguette. Les centaures étaient allé trop loin ! Jamais ils n'auraient dû kidnapper une élève de Poudlard !! Ils allaient se battre, et la jeune femme aux cheveux rouge mettrait toute son l'ardeur, et sa combativité à sauver la Préfète des rouges et or. Ses élèves allaient voir une Directrice au summum de sa puissance magique, de sa colère et de son courage.

Marchant dans les couloirs, avant d'atterrir sur la pelouse du parc menant à la forêt interdite, Mme Dragonneau s'arrêta quelques instant avec Miss Myosotis.

- Je compte sur vous pour rester discrète concernant votre petit secret... Et vous allez m'expliquer cette histoire d'intuition Miss...
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Mer 21 Jan - 19:47

Myosotis avait suivit ses camarades et sa directrice hors du château. La nuit était fraîche et la lune brillait dans le ciel au milieu d’une farandole d’étoile. Les yeux levés au ciel pour admirer cette nuit dégagée, la demoiselle au cheveux noirs fut bien vite ramenée à la réalité par Madame Dragonneau qui s’empara discrètement de son bras pour lui faire ralentir l’allure. Mais pourquoi faisait-elle cela ? Après avoir creusé un écart assez grand entre elles et le reste de la troupe, la dame à la chevelure flamboyante lâcha dans un souffle:

« Je compte sur vous pour rester discrète concernant votre petit secret... Et vous allez m'expliquer cette histoire d'intuition Miss… »

Presque choquée, la semi-vampire faillit s’arrêter : est-ce que la Directrice la sous-estimait en sous-entendant qu’elle n’était pas capable d’être discrète lorsqu’il s’agissait de l’un de ses propres secrets ?! Ne ralentissant pas sa vitesse malgré ce petit choc électrique qu’elle avait ressentit en entendant cela, Myosotis se contenta de refermer un peu plus son emprise sur le manche de sa baguette qu’elle avait sortie quelques instant auparavant, lorsqu’elle avait traversé le château en direction du parc. Parlant à voix basse, la demoiselle répondit à toute vitesse sur un ton assuré et convainquant:

« Ne vous inquiétez pas pour mon secret Madame. Connaissant les capacités d’Ambre, elle doit se douter fortement de ma véritable nature, mais cela ne me dérange pas plus que ça. Quant à Eric, il ne voit pas plus loin que le bout de son nez. C’est un homme me direz-vous. Mais ne vous en faites pas pour moi, Madame la Directrice, je ne ferai rien qui risquerait de dévoiler mon secret… »

Ambre et Eric étaient les deux seuls élèves à qui Madame Dragonneau avait demandé de venir. Le reste de la troupe était composée des professeurs. Les premiers d’entre eux venaient d’ailleurs de pénétrer dans le bois sombre, suivit de près par les deux préfets. Myosotis et la Directrice arrivaient à la lisière de la forêt. Tout comme les autres l’avaient fait, la semi-vampire et la dame rousse allumèrent l’extrémité de leur baguette pour y voir un peu plus clair. Myosotis n’en avait pas besoin, mais il était mieux pour elle et son secret qu’elle fasse comme les autres.

« Ah oui, Madame… Pour ce qui est de l’intuition que j’ai eue concernant Ambre… Ce n’était rien. Vraiment. Elle me semble tout simplement plus forte que les autres lorsqu’il s’agit de garder son sang froid. Rien de plus. »

Bien évidemment, cela n’était pas l’exacte vérité. Ambre était une Ombre et c’était pour cette raison-là que la semi-vampire avait donné son nom. Mais même si cette vérité n’était pas complète, ce n’était de loin pas un mensonge ! Suite à cette remarque, la Serpentard aux yeux émeraude entra aux côtés de sa directrice dans la Forêt Interdite. Myosotis ne savait absolument pas comment toute cette histoire allait se terminer… Peut-être bien, peut-être pas. Ce qui était sûr, c’est qu’une bataille allait avoir lieu. La nuit allait être longue, et rouge.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Dim 8 Fév - 19:17

Il devait savoir. Il devait vérifier. Être sûr que les rumeurs n'étaient pas que des rumeurs. Une préfète qui manque à l'appel disait-on. "Parfait, voilà une superbe occasion de visiter le coin" s'était-il dit. C'est donc ainsi que Thanaël était sortit du château pour prévoir son itinéraire. Il allait enfreindre une bonne demi-douzaine de règles de l'école en réalisant son idée, alors autant que ce soit parfaitement planifié.
Il devrait avoir une idée assez précise du chemin qu'il emprunterait pour aller jusqu'à la forêt, endroit où était sensée avoir disparut la Gryffondor, et il devait cacher son équipement à un endroit discret qu'il pourrait rejoindre même en pleine nuit. Il avait en effet reçu de ses parents adoptifs quelques jours auparavant une paire de skis de fond et de raquettes. C'était pour qu'il puisse se promener au abords du château, lui expliquait la lettre qui y était jointe. Ce fut donc par pur hasard qu'il reçu ce dont il avait besoin au bon moment. Après avoir étudié visuellement la topographie des lieux, il décida que le meilleur chemin serait de rejoindre le lac et d'en longer la rive jusqu'à la forêt.
Il chercha donc une cachette pour son matériel le long du lac et finit par en trouver une dans un tronc creux; et il espéra qu'aucune créature ne viendrait les en sortir avant lui. Il remonta en direction de l'école lorsqu'il s'aperçut qu'il allait manquer le couvre-feu. Arriver en retard attirerais trop l'attention pour qu'il ait le champ libre le moment voulu.
Il commença à remonter et s'arrêta pour contempler le paysage.  La neige était tombée dru, et une tempête se préparait, à en juger par les nuages s'amoncelant dans le ciel. Le vent soufflait fort et rugissait comme un fauve, s'engouffrant dans le manteau de Thanaël, le faisant voler malgré la doublure d'hiver qui l'alourdissait. C'était un temps comme il les adorait, et il serait bien resté là des heures entières, mais un bruit le ramena au présent. Une jeune fille venait littéralement d'émerger de la souche du saule cogneur.
*Surement un passage secret. Me demande bien où il mène.*

De là où il était, il vit surtout la coiffure de cheveux bouclés châtain qu'arborait l'autre élève; et cela lui rappela vaguement une élève de Serdaigle aperçue en cours. Mais il devait se tromper, car celle à qui il avait pensé était apparemment une bonne élève, qui avait toujours beaucoup de questions et une bonne maîtrise des sorts. Pourquoi diable irait-elle dehors, de surcroît par un passage secret ?
Ne pouvant prendre le risque qu'elle ait vue son manège et qu'elle le raconte aux préfets (allez savoir de quoi sont capables ces élèves "modèles"), il décida d'aller la voir pour engager la conversation et comprendre ce qu'elle avait précisément vu de ses agissements. Il s'approcha calmement, souleva sa capuche et retira ses gants de cuir et lui dit avec un grand sourire :

"Salut. Le vent souffle diablement fort ce soir. Exquis non ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Lun 9 Fév - 11:24

-Ecoutes... Je ne sais pas ce que tu fais dehors, tout seul, au crépuscule, mais... Je te promets de ne parler de cela à personne, si bien sûr... Toi aussi tu restes muet, comme une tombe, à propos de ce que tu viens de voir.

Il ne put s'empêcher de sourire en entendant la jeune fille parler. Il comprit immédiatement d'où elle était originaire et cela lui rappela quelques souvenirs de vacances en France.

-"Paris" murmura-t-il en se remémorant leur halte de quelques jours. C'était une belle ville, mais beaucoup trop de monde à son goût.
Le vent hurlait mais l'autre élève s'était rapprochée pour qu'il puisse l'entendre, et elle avait sortit sa baguette et jouait avec de manière tout à fait naturelle. Il comprenait bien qu'elle cherchait à l'intimider par ce geste, sinon pourquoi l'aurait-elle sortie ? Une manière de calmer sa surprise de voir quelqu'un dehors à cette heure peut-être. Il n'était sûr de rien, et ne voulait pas s'engager sur la voie de la provocation avec elle, car il ne la connaissait que de vue, et sa première intuition avait été juste : c'était bel et bien la Serdaigle qu'il avait vu en classe, ce qui était encore plus étrange de la trouver dehors par ce temps. Il s'attendait plutôt à ce qu'elle soit à la bibliothèque en train d'étudier. Il fut d'ailleurs assez tenté de lui demander ce qu'elle faisait, mais elle lui retournerait la question dès qu'il l'aurait posée, et il n'était pas tout à fait disposé à lui parler de son plan. De plus, même si il lui arrivait encore de penser "moldu" au sens de croire certaines choses impossibles, il avait toutefois vite comprit qu'embarrasser quelqu'un qui a une baguette et qui sais s'en servir était assez souvent une mauvaise idée. Il s'apprêtait à repartir en balbutiant une excuse comme à son habitude lorsqu'il rencontrait quelqu'un; mais il fit exactement le contraire. Il resta et dit à la bleu et argent :

-Si tu savais. Même les tombes parlent. C'est en voyant sa mine interloquée qu'il continua. Non, tu ne pourrais comprendre. Il passait déjà pour un original auprès de la moitié de l'école, alors une personne de plus ou de moins... Et il s'était compris.

Mais quelque chose le choquait. Lui qui était si réservé, si à l'écart des autres et qui évitait leur contact, que lui arrivait-il ? Il n'avait pas été comme ça depuis des années; au point qu'il ne se rappelait même pas quand était la dernière fois qu'il avait parlé a quelqu'un d'étranger à sa famille avec autant d'aisance et de désinvolture.  C'était comme si il ne se contrôlait plus lui même. Comme si il n'était pas rongé par la nuit où ses parents était morts. Mais il voyait en même temps les pièces se mettre en place. Il comprenait ce qui lui arrivait. Ce pourquoi il était venu ici. Son but ultime. Si il commençait à se comporter de cette façon, c'est qu'il allait mieux. Il était sur la bonne voie; il pourrait peut-être retrouver ses souvenirs et trouver des explications finalement.
Il se doutait bien que cet état ne durerait pas longtemps, car il n'était encore pas remis. C'était juste une intuition qu'il avait eu. Alors pour éviter de se retrouver sans savoir quoi dire devant la jeune fille lorsque sa personnalité timide reprendrait le dessus, il décida de couper court et d'aller directement au but :

-Allons, pas besoin de s'énerver. Nous avons tous nos secret qu'il est préférable de garder non ?

Il se rappela alors d'un gala où ses parents l'avait emmenés en France. Ils lui avaient pour l'occasion appris quelques mots de français, mais se souvint que sa prononciation était un peu... Germanique. Mais cela avait fait rire.
Le vent continuait de se déchaîner, et faisait voler son manteau dans son dos. Il tendit néanmoins son avant-bras en direction de la jeune fille, lui sourit, et lui dit dans le meilleur français qu'il puisse :

-Mademoiselle, me ferez vous l'honneur de me laisser vous raccompagner jusqu'au château ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Mar 10 Fév - 12:40

Il riait intérieurement. Qu'es-ce qui lui avait pris de faire ça ? Il avait voulut désamorcer le conflit et par le fait même éviter de se prendre un sort de la part de l'autre élève, et pour ce faire s'était proposé de la raccompagner au château. Bon certes c'était un peu... dépassé comme concept, mais il aimait cet usage sympathique. Il se dit lui-même qu'il était vraiment étrange : il était resté dans son coin pour le bal de Noël, et se proposait de raccompagner une fille lors d'une tempête de neige. Enfin, raccompagner une demoiselle dans une tempête de neige n'avait rien d'extraordinaire en soi (sauf si bien sûr la demoiselle en question est un peu Amazone sur les bords, mais dans ce cas elle le fera sûrement savoir au premier homme venu l'aider); mais bon, c'était étrange comme revirement de situation tout de même.
Au moins, la jeune Serdaigle avait accédée à sa requête, non sans hausser les sourcils pendant un court instant (ce qui ce comprenait puisqu'on ne devait pas lui demander ce genre de chose tout les jours).
Elle passa son bras sous celui de Thanaël et invoqua un sort qui fit fondre la neige sous leurs pieds, le prenant au dépourvu. Mais ce qu'elle lui dit juste après le fit sourire :

-Danke schön Junge.

Il n'avait donc toujours pas amélioré sa prononciation pour avoir été mis à jour aussi facilement. Il pensa également que la bleu et argent devait être très cultivée pour réussir en cours, parler anglais et au moins un peu d'allemand (et en plus son accent n'était pas mal du tout. Il y avait toujours un petit quelque chose de Français dans son parler, mais ça donnait du cachet).
Elle continua :

-Hum… Je suis désolée si j’ai été… Excessive...

La voir se confondre en excuses le mis un peu mal à l'aise, car il y était aussi pour quelque chose dans l'affaire. Si il s'était enfuit comme à son habitude, rien ne se serait passé. Mais il n'aurait pas fait un bout de chemin en si charmante compagnie.
Alors là, rien n'allait plus. Il avait spontanément engagé la conversation avec une personne jusque là inconnue, et en plus voilà qu'il commençait à songer que c'était agréable de ne plus être seul pendant quelques instants. Soit son état empirait, soit il redevenait normal.
La jeune fille le tira de ses pensées :

-Moi c'est Melinda au fait.

Il ne pouvait que répondre en précisant son nom.

-Et moi Thanaël. C'est également un peu ma faute si on a faillit refaire "Règlement de comptes à O.K. Corral". Je suis pas aussi... intrusif d'habitude. Et au fait, sympa l'accent. Tu doit avoir une sacrée pratique de l'Allemand non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Ven 13 Fév - 0:16

-Non pas du tout, à part les cours de Beauxbâtons... Mais je ne parle pas allemand couramment. Trop compliqué. De toute façon, il n'y a aucun cours de langues ici.

Elle venait donc de là-bas... Intéressant. Thanaël ignorait qu'il existait des échanges entre les écoles de magie. Il faillit sursauter lorsque Melinda lui dit qu'elle trouvait l'Allemand difficile. Pas du tout voyons ! Avec une bonne maîtrise de l'anglais et du français, on pouvait déjà arriver à quelque chose. Ne reste plus qu'à apprendre ces fichues déclinaisons et le tour est joué ! Mais il comprenait que certains trouvent sa langue natale difficile.
Ils venaient de passer la cabane de Hagrid lorsqu'elle se figea d'un coup, comme si elle était sous l'emprise d'un sort. Elle démontra le contraire en lui ordonnant de rester où il était. Il ne broncha pas, car la Serdaigle était plus agée que lui et avait peut-être remarqué quelque chose de potentiellement dangereux que lui n'aurait pas remarqué. La forêt était toute proche après tout.
Il l'observa cependant, prêt à l'aider si la situation dégénérait. Elle revint après quelques instants, et il eu juste le temps d'apercevoir que son visage affichait une face résolue ou inquiète, car ne put avoir  que le temps de le remarquer que la jeune fille reprit sa constance. Elle explique néanmoins la raison de son arrêt :

-Désolé ! Je croyais que c’était encore un scroutt-à-pétard, j'ai une sainte horreur de ces trucs !

Il fut surpris par la réponse. Certes, les scroutt-à-pétard était des animaux dangereux, mais de là a les voir partout il y avait une certaine marge... Il ne lui posa de questions sur cette aversion pour ces créatures, mais son regard dû le trahir car elle continua comme pour se justifier devant une question informulée :

-Oui, ils sont… Agressifs et téméraires ces derniers temps.

Melinda remonta sa manche et lui montra une cicatrice assez importante, qui devait avoir été causée par un scroutt, à en juger de comportement vis-à-vis de cette espèce. Cela expliquait aussi pourquoi elle était si méfiante.
Thanaël ressenti soudainement une vive douleur dans le dos et le torse. Il chancela, mais plus à cause de la surprise que de la douleur, mais laissa tout de même échapper un gémissement. Il sera les dents et attendit que la douleur passe. Elle repartit aussi vite qu'elle était arrivée, pour laisser place à des fourmillements. Ses propres cicatrices le faisaient souffrir désormais. Il ne pu le croire. Les cicatrices sont des blessures refermées non ? La douleur n'est plus, elle est postérieure au processus de cicatrisation... Pourquoi la seule vue d'une cicatrice, aussi grande soit-elle, avait réveillé la douleur des siennes ? Il décida d'en toucher deux mots à l'infirmière. Même si son cas était pour le moins inhabituel, elle avait de l'expérience et peut-être avait-elle déjà eu ce genre de cas ?
La douleur partie, il se redressa, desserra les mâchoires et dit à la bleu et argent :

-C'est impressionnant. Tu as faillit y rester je présume. Ne restons pas là; au cas où ils auraient envie de finir le travail.

Il préféra ne rien dire à propos de ce qui venait de lui arriver. Il espéra même qu'elle n'ait rien vu, ou qu'elle pense qu'il avait grelotté. Même si il se doutait qu'à une distance aussi courte, la Serdaigle avait bien dû voir quelque chose. Elle était intelligente après tout.

Ils reprirent leur avancée, mais il ne pu s'empêcher de prendre dans sa main libre le pendentif qu'il avait autour du cou, et il le serra entre ses doigts, comme si le contact du métal froid le protégerais des multiples dangers qui rôdaient dans la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Ven 13 Fév - 15:54

Il était définitivement un mauvais acteur. La Serdaigle avait immédiatement remarquée son malaise, et le lui fit comprendre :

-Attend... Tu te fiches de moi ? Tu as failli t'évanouir ! Tu crois que je n'ai rien vu ? On va passer par l'infirmerie.

*Génial. Maintenant elle va penser que la vue d'une cicatrice me fait tourner de l'œil. Sympa comme réputation. *

Il préféra néanmoins se taire plutôt que de passer pour un idiot en essayant de se justifier comme quoi la vue du sang ou des blessures ne lui faisait pas peur. Ceux qui font ça dans de telles situations passent constamment pour des machos un peu simplets qui essayent de prouver qu'ils sont des vrais durs.

*Un comportement tout à fait réducteur. Il n'y a pas de honte à avoir mal. La douleur est de toute façon liée à l'humain comme l'est la respiration. C'est intrinsèque.*

Il avait aussi noté la fermeté avec laquelle Melinda lui avait indiquée qu'ils passerait à l'infirmerie. La jeune fille avait du caractère, ça ne faisait aucun doute.  Il ne réagit pas, car il avait bien prévu d'y passer, mais plus tard.
*Tant pis, ce sera fait* pensa t-il.
Alors qu'ils remontaient le chemin qui menait au château, et entre deux dérapages sur le verglas, elle rompit le silence qui s'était installé depuis quelques instant et lui posa une question :

-Alors... D'où te vient cet accent de l'est ? Allemagne ? Autriche ?

Il lui répondit de manière naturelle, comme si rien ne lui était arrivé plus tôt :

-Autriche. Une petite ville dans les Alpes de Brandenberg. Ça doit pas trop t'aider.... Hmmm disons que c'est au sud de Munich. Je suis plus précis comme ça ? C'est une région vraiment magnifique. L’Écosse me paraît plate à coté.

Il ne pu s'empêcher de rire à cette dernière remarque. Il s'arrêta vite cependant car la douleur revint, mais moins forte qu'avant. Il continua, sans savoir si l'autre élève voulait parler à son tour :

-Tu sais, j'ai failli aller à Durmstrang. Enfin, c'est ce qu'on m'as dit. Apparemment, mon père préférait l'institut car il était beaucoup plus proche que Poudlard, mais ma mère qui elle a fait ses études ici ne jurait que par cet endroit. Comme tu peut t'en douter, mon père qui ne pouvait rien lui refuser, a finit par accepter qu'ils m'inscrivent ici. Il était perdu dans ses pensées et ne réagissait plus à ce qu'il disait:  J'ai commencé des recherches pour savoir d'où je venais. C'est important pour moi. Je n'ai plus vraiment de personnes encore en vie pour me le dire. Alors je cherche des points d'ancrage dans mon présent, puisque je n'ai pas de passé.

Il se rendit compte qu'il parlait sans interruption et qu'il venait de dévoiler une partie de lui même qu'il n'aurait jamais pensé extérioriser, et sentit ses joues s'empourprer.
-Excuse-moi... Je.. Je te dérange avec mes problèmes.. Et je te raconte des choses dont tu n'as rien à faire...
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Sam 14 Fév - 14:26

-Je suis vraiment, vraiment désolée pour ta famille, même si je sais que tu as dû entendre dire ça des milliers de fois. Mais sincèrement... Je... Enfin je ne peux pas dire que je te comprends, je n'ai aucune idée de ce que tu vis, mais... Je peux sans doute essayer... murmura-t-elle ne relevant les yeux.

Il fut surpris de la réplique de la Serdaigle. Il avait déjà entendu des dizaines de fois des condoléances de la part de personnes connaissant son histoire. Mais avec le temps, il sentait si elles étaient sincères ou non. Et la jeune fille faisait partie de ces quelques personnes là; elle avait l'air vraiment touchée par ce qui lui était arrivé. Dénuée de sensibilité disait-elle ? Elle était méfiante, c'est sûr, et tout à fait compréhensible envers un inconnu; mais elle venait de prouver qu'elle avait bien plus de sensibilité qu'elle ne le pensait.
Il soupira et pris la parole :

-Je ne sais pas.... C'est à dire que je n'en parle pas beaucoup d'habitude. En fait juste à mes amis. Donc pratiquement jamais. Je n'en ai presque pas ici....

Il sentit une vague de froid lui parcourir l'échine et le spectre apparu.
-Parles. Tu n'a justement que très peu de connaissances dans cet endroit. Une de plus ne fera pas de mal. Et elle a l'air très bien, elle ne pourra avoir qu'une bonne influence sur toi. Si tu ne parle jamais de ton passé, comment veut-tu t'en séparer ? Tu te plaint que tu n'as pas d'amis, mais ils ne viendrons pas d'eux mêmes à toi. Fait des efforts. Alors parle lui de ton histoire. Elle est prête à l'écouter.

Il repartit comme il était arrivé.
-Oui, tu as raison. Il le faut, murmura Thanaël en guise de réponse.

Il se tourna vers Melinda et commença son récit.

-Alors ... par où commencer ? Comme tu le sais, je viens d'une petite ville d'Autriche. J'ai une famille tout à fait charmante qui s'occupe bien de mon frère et moi. Mais ce ne sont pas mes vrais parents. Les miens sont morts ils y a des années, lors de la nuit du réveillon de Noël. Un incendie a ravagé la maison. Je ne sais toujours pas comment je m'en suis sortit et pourquoi pas eux. Ce n'est pas juste. Pourquoi ? Je ne le saurais jamais... Des amis à eux m'ont recueillit à la sortie de l'hôpital. La femme était une amie de ma mère; elles s'étaient rencontrées à Poudlard. Donc la magie était déjà un peu connue à la maison, si je puis dire. Elles étaient d'ailleurs Serdaigle toutes les deux.  C'est assez étrange non ? Ma mère était bleu et bronze, et je suis Serpentard... Avant d'arriver ici, j'étais gardé à la maison, car impossible de retourner avec d'autres enfants. Le seul que je pouvais accepter était le fils de ma nouvelle famille. Mon frère du coup. Il est parti étudier la nature dans l'est. Dragons et plantes sauvages tout ça... Il a trouvé un biologiste aussi aventureux que lui qui a accepté de prendre un apprenti. Alors je n'ai plus trop de nouvelles, car ils sont souvent plus ou moins perdus quelque part... Mais je sais que tout va bien pour lui.
Depuis cette nuit il y a six ans, il m'est devenu presque impossible de renouer du lien avec les autres. Le voyage par le train a été juste affreux. J'ai fini par me trouver un coin tranquille à l'arrière. Je ne pouvait pas rester dans un compartiment avec d'autres. Ils étaient trop... heureux. Ma première année c'est déroulée assez bien, malgré le fait que je doive être tout le temps avec beaucoup de monde. La deuxième année c'est déroulée assez convenablement, je commençais à me faire à la présence des autres, sans pour autant m'en approcher. Et puis cette année, je commence à parler aux autres. Peut-être que quand je sortirais d'ici je serais normal....


Il préféra ne rien dire sur ses troubles. Sa fascination du feu et de la mort. Il n'évoquerait ce sujet là qu'avec ses plus proches amis, si tant est qu'il en ait un jour. Il voulait bien continuer et en dire plus, mais il avait été coupé dans son histoire, et il ne pouvait dire pourquoi. Peut-être était-ce parce qu'il ne s'était encore jamais confié comme il venait de le faire, ou bien parce qu'il avait trop de choses à dire et qu'il ne savait pas comment tout raconter ? Sa seule certitude du moment était qu'il venait d'en dire plus à Melinda qu'à beaucoup de monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Mar 17 Fév - 13:20

Ce matin la neige avait cessé de tomber. Le ciel était d’un bleu azur absolument magnifique et la lisière de la forêt interdite dévoilait quelques animaux curieux et fantastiques. Tout semblait annoncer le début d’une belle journée. Je grelottais dans ma cape d’hiver en attendant mes amies. Il était vrai que j’avais pris un peu d’avance sur notre rendez-vous fixé à sept heures du matin. On devait depuis plusieurs jours déjà passer voir le garde-chasse Hagrid. Sobolani, mon rat, avait pour la première mordu l’une de mes camarades, Lune Roverside. J’avais trouvé étrange car il n’était pas de caractère peureux ou méchant. La préfète en chef de Gryffondor m’avait demandé de le faire ausculter par Hagrid et je n’avais pas osé protester.
Je jetai un coup d’œil furtif à ma montre. Sept heures cinq minutes. *Elles devraient déjà être là. Ont-elles bien reçu mon message ?* Je me rappelais pourtant bien les avoir griffonnés sur un bout de papier et de les avoir envoyés hier soir.

Désolée, je ne peux pas aller chez Hagrid ce soir.
Je vous raconterai.
On ira demain, à 7h du matin si ça vous va.
Bisou Roxane.  

J’avais choisi trois petites chouettes hulottes pour leur porter. Je les avait même regardé d’envoler et disparaître au coin d’une tour.  
Le froid commençait  à m’engourdir les mains malgré mes gants en écailles de dragon et mes jambes s’entrechoquaient  à travers mes collants de laine trop fin. Sept heures dix, toujours personnes. Je contemplai la forêt devant moi, je n’avais jamais vu autant d’animaux en lisière. *Ce trame-t-il quelque chose ? Les rumeurs de l’enlèvement de Louanne sont-elles fondées ?* Un frisson d’horreur me glaça l’échine - ou peut-être était-ce le froid ?- Je reconcentrai mon regard sur l’entrée du château.  Victoria, Lune et Amy allaient débarquer d’un moment à l’autre.
Sob se mit à mordiller mon ongle pour me rappeler sa présence. * Comme si je pouvais l’oublier ! Je suis tout de même coincer à l’extérieur  cause de lui* Je le pris dans ma main gauche  en rangeant ma baguette dans ma poche.

- Alors qu’est-ce que tu as, mon gros ? lui demandai-je en le portant à hauteur de mon visage.

Bien entendu, c’était un rat, il ne me répondit pas mais ses grands yeux globuleux et noirs me regardaient avec un air moqueur.  Je l’embrassai sur la tête et le reposai sur mon épaule. Puis je remis en place mon bonnet au couleur de ma maison qui laissait seulement entrevoir ma mèche blanche. Quelques nuages couleur moutons s’invitèrent dans le ciel et cachèrent pendant une dizaine de minutes le soleil. Heureusement il n’y avait pas de vent.
Soudant j’aperçue  les deux poufsouffles et la gryffondor descendre l’escalier du hall. Je regardai ma montre. Sept heure douze minutes. Je leur souris malgré leur retard et dévoilai mes deux grandes fossettes. Après tout peu importait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Jeu 19 Fév - 11:28

Ce matin là je m’étais levée un peu plus tôt que d’habitude car je devais rejoindre Roxane et Lune dans le parc à 7h avec Amy. Déjà qu’en temps normal je n’étais pas du matin mais cette fois là c’était encore pire. Je ne savais pas comment j’avais fait pour me trainer hors de mon lit ni pour m’habiller alors que j’avais l’impression de dormir debout. Une fois prête j’avais rejoint la salle commune avec Amy où nous avions croisées plusieurs élèves qui, eux, étaient du genre matinal. J’étais tellement dans le brouillard que je me souvenais à peine d’y avoir croisée Jack avant de sortir avec mon amie et, mon état somnolent me rendant câline, je me souvenais vaguement m’être pelotonnée dans ses bras une minute pour lui dire bonjour comme si je n’avais une fois de plus fait que rêver du jeune homme.

Amy et moi venions enfin de passer les lourdes portes du château, emmitouflées dans nos capes d’hivers, quand je senti des bout de papier dans mes poches. Je les sorti pour les lire  et me rafraichir la mémoire alors que nous avancions pour rejoindre une des filles que nous apercevions déjà de loin. Il s’agissait de deux missives reçues la veille, l’une de Roxane et l’autre de Hagrid que j’avais prévenu de notre visite.



Désolée, je ne peux pas aller chez Hagrid ce soir.
Je vous raconterai.
On ira demain, à 7h du matin si ça vous va.
Bisou Roxane
.
 



J’ai hâte de te voir et de rencontré tes amies
Je vous attendrais avec le petit déjeuner
Amitié, Hagrid
.




Je remis les papiers dans ma poche et me concentrais sur la route alors que je somnolais encore. Il est vrai que nous ne savions pas pour combien de temps nous en aurions et les cours commençaient à 8h. Il était donc plus pratique de déjeuner chez Hagrid plutôt que de sauter un repas ou d’arriver en retard car le temps nous aurait manqué. Et puis le garde chasse serait sans doute content d’avoir de la compagnie pour une fois.

Soudain, alors que nous arrivions enfin à la hauteur de notre amie qui s’avérait être Roxane, mon esprit embrouillé se rendit enfin compte de se qui s’était passé avec Jack et je me mis  à rougir en étouffant un cri d’exclamation. La surprise et la gêne qui m’envahirent la seconde d’après me firent tomber à la renverse et je me retrouvais étalée de tout mon long au pied de la rouge et or. Je me redressais en restant assise dans la neige une minute sous le fou rire des filles en m’inquiétant de l’incidence de mon geste envers le Poufsouffle.

* Oh non ! Qu’est ce que j’ai fais ?!! Il va croire que je l’aime bien … C’est le cas idiote ! … Oui mais si il ne me voit que comme une amie ? On ne fait pas un câlin à un simple ami de cette façon là ! J’oserais plus jamais le regarder en face ! *

Je finis par secouer la tête en me rendant compte quelques minutes plus tard de l’hilarité de mes amies et du faite que j’étais par terre, de la neige partout dans mes cheveux et sur ma cape. Je me levais et me justifiais avec un sourire troublé, toujours rougissante.

- Euh … Je crois que je perds la tête ce matin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Dim 22 Fév - 19:15

Lune regarda par une fenêtre d'un couloir. La neige blanche recouvrait tout le parc. La cabane de Hagrid était aussi blanche. De la fumée sortait du conduit de cheminée.
*Très bien, il est là. * J'espère que les filles ne m'attendent pas depuis longtemps.
Par la fenêtre suivante, Lune vit que Victoria et Amy rejoingnait Roxane, à mi-chemin entre le château et la cabane de Hagrid.
*7h 15. Elles ne sont pas bien à l'heure elles non plus. *
Lune se calma. Elle était dans le hall, elle passa sa cape fourrée autour de ses épaules et se glissa dehors. Une rafale de vent glacée lui balaya la figure et ses cheveux voltigèrent.
-Pff, il fait froid, marmona Lune, pour elle-même , j'espère qu'il fait chaud chez Hagrid. *
La jeune fille replia la capuche par dessus sa tête et fourra ses mains dans ses poches. Elles se dirigea ensuite vers les trois jeunes filles. Victoria était maintenant assise dans la neige et les deux autres s'esclaffaient.
Lune sourit. *Qu'est ce qui se passe de si drole ? * Elle s'approcha et fit un signe de la main à Roxane, qui regardait dans sa direction. Celle-ci lui répondit.
La gryffondor courut les derniers mètres, contente de retrouver ses amies. Arrivée devant elles, elle les salua :
-Salut les filles ! Désolée pour le retard mais je n'ai pas vu le temps passer.
Pourquoi est ce que vous riiez ? Et pourquoi t'es par terre, Ria
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   Lun 23 Fév - 20:29

Amy était arrivée très tôt ce matin la avec son excellente amie, Victoria. Des grosses cernes ornaient ses yeux, et elle luttait pour ne pas s'endormir en chemin. Elle était bien emmitouflée dans d'innombrables gilets, pulls, capes... Elle avait mis également un bonnet, une écharpe, des gants... Mais
elle ne savait pas si c'était une excellente idée, car la chaleur l'engourdissait et lui donnait deux fois plus envie de dormir.

Bref, les deux amies  étaient descendues de leur salle commune. Ria avais l'air fatiguée, beaucoup plus qu'Amy d'ailleurs. L'amie de la Poufsouffle sorti deux morceau de papier de sa poche.
Curieuse, la jeune fille regarda par dessus de l'épaule de Ria afin de voir de quoi il parlaient:


                    Désolée, je ne peux pas aller chez Hagrid ce soir.
                                           Je vous raconterai.
                                           On ira demain, à 7h du matin si ça vous va.
                                           Bisou Roxane.


Amy avait également reçu ce message de leur amie. Elle regarda le second, connaissant le premier:

          J’ai hâte de te voir et de rencontré tes amies
                                     Je vous attendrais avec le petit déjeuner
                                          Amitié, Hagrid.


Oh, le second était donc d'Hagrid! Le célèbre garde chasse de Poudlard... Enfin célèbre... Sa mère lui avait tellement parler qu'elle s'imaginait quasiment un héros de conte de fée. Cette pensée la fit presque rire. Presque. Elle était tellement crevée qu'elle n'y arrivait pas.

Soudain, Ria rougis et éclata de rire, puis s'interrompit, apparemment gênée. Amy réfléchis. Pourquoi son amie riait elle ainsi? Puis s'arrêtait de manière si brusque? Une image lui revint alors en mémoire, celle de Victoria serrant Jack dans ses bras, tellement fatiguée qu'elle venait seulement de se rendre compte de son geste. Elle éclate de rire a son tour. Pauvre Ria ! Elle faillit lui dire qu'ils étaient trop mignons tout les deux. Mais elle se retint:


- Euh … Je crois que je perds la tête ce matin.
-Aha pas la peine de te justifier ! Je sais que ta gêne viens de ce qui c'est passer avec Jack, ce matin.

Sourit Amy en lui faisant un clin d'oeil complice. Elle continua a rire mais silencieusement cette fois.
Ce fut le moment que choisi Lune pour arriver:


Salut les filles ! Désolée pour le retard mais je n'ai pas vu le temps passer. Pourquoi est ce que vous riiez ? Et pourquoi t'es par terre, Ria
-Coucou Lune ! Tu va bien ? Pas trop crevée? Ne t'inquiète pas ce n'est pas grave. Et bien... je laisse Ria t'expliquer d'accord?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le parc et ses extérieurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le parc et ses extérieurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Le parc-