BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Bureau du Professeur Wolkoff

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Jeu 9 Oct - 23:11

- Il ne me semble pas vous avoir entendu toquer à ma porte ni vous avoir autorisé à entrer. Et je ne compte même pas votre retard.

Serenna se figea en entendant les paroles du Professeur.

*on fait comme à la maison...*
Ses pensées l'aidait à garder un visage neutre.

*ne pas montrer ma peur... même si je suis sûre qu'elle le sait...*

Elle regarda le Professeur, puis le loup qui s'approchait du Pr Wolkoff.
*Au moins Kalis ne sera pas pénaliser d'avoir fait entrer son loup, c'est déjà ça*

- On m'a prévenu par note de votre visite. Le mot est vague donc vous aller m'expliquer le pourquoi de votre visite ici.


Elle regarda Kalis puis prit une inspiration avant de prendre la parole.

- Voilà je voulais déjà m'excuser de ne pas avoir frapper avant d'entrer. Mais pour en venir au but, nous avons été convoqué dans votre bureau car nous étions.. en train de lire.. un livre quelque peu particulier.
Je pense que vous connaissez la nature de ce livre.

Serenna n'osait pas aller plus loin dans ses explications.
Quelques secondes s'écoulèrent avant de prendre la parole.

- En réalité ma curiosité m'a fait venir jusqu'à vous. Nous parlions d'une... certaine forme de magie. J'ai donc voulu en savoir plus sur ce sujet. Mais comme vous devez déjà le savoir Myosotis nous a vu et donc convoqué dans voter bureau..

*je m'enfonce, je m'enfonce...*

Serenna était mal à l'aise, son comportement chantait, sa voix commençait à trembler et ses explications devenaient flous. Elle ne savait pas comment le professeur allait réagir. Les pulsations de son coeur s'accéléraient.. Elle se mit a regarder Kalis en espérait qu'il puisse l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Jeu 9 Oct - 23:31

- Comme je l'ai dit, la note était vague. Je ne sais rien de la raison de votre présence ici à par que vous avez apparemment fait une bêtise. Donc vous aller me dire en détail quel est cette bêtise en question.

Apres ses mots Serenna prit un temps pour se concentrer sur son rythme cardiaque. Sa main droite se crispait. Elle respirait doucement

*après tout j'avait un livre de magie noire dans les mains. Il avait l'air intéressant mais c'est interdit...*
Un sourire discret se dessina sur ses lèvres
*le règlement nous stipule qu'il est interdit d'être en possession d'un livre de magie noire... bon calme toi Serenna ça va mal finir*

Son visage redevenait neutre. Elle prit une grande inspiration et se lança. Elle prit ainsi la parole en regardant son professeur dans les yeux.

- Donc comme je le disait je voulais me renseigner sur un sujet qui me paraissait intéressant. Il s'agit de la magie noire. Je sais qu'il ne nous est pas permis d'avoir et de lire un livre concernant ce sujet dans l'enceinte de l'établissement mais l'ambiance sombre de la salle commune et de la solitude éphémère nous a porté jusque là. Kalis n'a fait que de venir en aide à ma curiosité.


Serenna savait que Kalis risquait peut être plus qu'elle étant plus "habitué" aux colles. Elle essaya alors d'atténuer les charges qui pouvaient être portés sur lui.

*Et bien j'ai plus qu'à attendre...*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Dim 12 Oct - 19:12

- Myosotis m'a montré ses souvenirs, je sais déjà tout. Je sais également a qui appartient le livre en question et qui a commencé cette conversation sur la magie noire.

Serenna semblait soulager.
*ouf, heureusement que je n'ai pas inventé d'histoire*

Serenna regardait le Professeur Wolkoff enlever la couverture brune qu'avait placé Kalis pour cacher le livre.

*Dommage que se genre de livre soit interdit ici. ils sont si beaux et si intéressants*

- De plus, l'ambiance de la salle commune n'est pas sombre. C'est bien vous qui l'êtes. Cette salle a tout ce qui faut pour la rendre chaleureuse à des vrais serpentard malgré sa position souterraine. Pour la solitude, cessez de faire vos insociables et cet état cessera.

*bon d'accord, il est probable que mon comportement m'ait donné l'image d'un lieu froid. Mais il est vrai que cet endroit est accueillant, sinon je ne passerai pas la plupart de mon temps là-bas*
Serenna se contenta d'acquiescer les paroles du professeur. Les paroles de Mme Wolkoff la rendirent presque muette. Serenna fit un pas en arrière essayant de rester dans l'ombre. Elle ne savait plus quoi dire. Seuls quelques mots hésitants sortirent de la bouche de la jeune fille.

- Je ne sais pas si sombre est le mot exact mais il est frai que la salle commune est merveilleux seulement l'ambiance n'était pas la meilleure ce jour là...

Elle regarda Kalis qui ne réagissait pas.

- Vous êtes vraiment irrécupérables! Kalis, à nouveau, tu me déçois! En tant que Serpentard, je m'attendais à bien mieux de votre part. Mais voila que vous agissez de manière irréfléchi! Vous risquez le renvoi pour posséder un tel livre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Lun 13 Oct - 22:00

Serenna assistait à la scène sans intervenir. Apres tout pourquoi intevrnir dans une cause qui était déjà perdue d'avance.
Elle regardait alternativement Kalis et le professeur.

-Je ne pensais pas que ce serait aussi grave.

- Pas aussi grave?! Encore une preuve de votre stupidité!
La directrice de maison semblait être vraiment énervée ce que Serenna comprenait tout à fait. Apres tout ils avaient commis une grave erreur en lisant un livre de magie noire.

- Savez vous au moins pourquoi on interdit cette pratique? Je ne parles pas des raisons stupides au Ministère, non. Prenez l'exemple de Durmstrang. La magie noire est acceptée mais ils auraient le même genre de discussion que ce que nous avons en ce moment s'ils avaient fait ce que vous avez fait dans la salle commune! Heureusement que Myosotis était là. Kalis, toi même, je le lis dans ton esprit, tu sais les effets secondaires de cette pratique! Je suis moi même une connaisseuse dans ce domaine. Il m'arrive de pratiquer cette magie mais jamais je n'ai fait un tel affront à mon maitre que d'apprendre en cachette. Lorsque l'on touche à la magie noire, on se doit d'être en présence d'un professionnel! Ce n'est pas pour rien qu'il y a des professeurs spécialisés! La magie noire n'est pas dites sombres pour rien. Elle est puissante et elle a sa propre vie. Elle est comme un poison s'insinuant dans vos veines, une drogue qui, si vous êtes faibles, prendra le contrôle de votre corps! Même le célèbre Gellert Grindelwald a finit par tomber dedans, et voyez le résultat! Si je vous revois ou si j'apprend qu'on vous a à nouveau surpris avec ce genre de bouquins, je vous renvoi IMMEDIATEMENT! J'espère que vous comprenez à quel point ce que vous avez fait est dangereux, même une simple lecture suffit à détruire une vie. Vous voulez tuer vos proches et finir dans une prison pour la fin de vos vies?!

Serenna se contenta d'acquiescer les paroles de Mme Wolkoff. Elle avait raison.

- Vous êtes comme deux enfants ignorants jouant avec un couteau qui trainait là. Stupide! Surtout venant de toi Kalis. Ce n'est pas la première fois! Je t'interdis d'entraîner en plus tes camarades. Je fouillerais ton dortoir, une cure te serais bénéfique! Tu connais très bien les risques maintenant mais BON SANG IL TE PASSE QUOI DANS LA TETE!

*Je me pose la même question madame...*

Kalis ne regardait pas le professeur. Elle le fixa alors en espérant qu'il arrête de regarder son loup.
Certes cet animal était magnifique mais pourquoi se réfugier quand il nous ai demandé de répliquer ?

-Cesse de fixer ton loup, il ne t'apportera aucun secours. Il reste là ou il vire dehors. Et répond quand on te pose une question!

Serenna s'effaçait peu à peu.
Kalis prit soudainement la parole.

-A vrai dire....Je ne sais pas ce qu'il se passe exactement dans ma tête. Beaucoup de choses..sans doute.

Serenna le regardait.

-Je sais que j'ai fais des conneries. Beaucoup même. D'un côté, c'est vrai j'avoue, la magie noire m'attire un peu trop sans doute. Je me rends compte que cette magie me bouffe un peu plus chaque jour. Je n'ai jamais eu l'intention d'aller étudier autre part qu'ici, pour beaucoup de raisons mais surtout car on ne m'a pas laisser le choix. Je regrette tout ce que j'ai fais.

*et moi donc..*
Serenna baissa les yeux par honte.

-Je vais essayer de ne pas résister à la terrible envie de partir à la recherche d'un autre livre de magie noire, ce qui va être sans doute très dur. Mais je promets de faire des efforts. Je n'ai jamais été très bon en classe, je vais essayer de travailler plus, ça aussi ça va être très dur.
je ne sais pas si vous croyez un mot de ce que je vous dis, mais au final, j'men fous. Voilà et maintenant...si vous pouviez vous calmer, s'il vous plaît.

Mme Wolkoff avait changé de comportement.
-Bien, nous avançons enfin. Kalis, n'oublis pas qu'on ne me fait jamais de promesses si on ne les tiens pas. Trahis ta parole et tu sauras ce qu'a vécu Chat avant sa perte de mémoire.

*il ne trahira pas ses paroles..*

Elle prit un grande inspiration sentant le verdict arriver.

*verdict...?*

- Venons en à la punition. Trente point en moins pour Serpentard chacun. Pour m'avoir obligé, moi, votre Directrice de maison, à enlever des points de ma propre maison, la sanction en sera plus lourde. Jusqu'au 31 Décembre, vous aiderez Rusard et Hagrid dans leurs tâches pour entretenir le château tout les soirs. Je vous accordes le dimanche pour travailler vos devoirs. Ne pensez pas que la sanction s'arrête là. J'en reparlerais avec la Directrice. Mais maintenant, vous avez intérêt à vous tenir à carreau. La menace d'exclusion n'est pas une blague.

*... On ne recommencera pas...*

- Madame je pense que le message est passé. Kalis et moi avons fait une grosse erreur et nous le regrettons. -Elle jeta un regard à Kalis avant de continuer.- Sachez que nous ne recommencerons pas.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Dim 14 Déc - 3:16

[HJ : je sais pas si la destinataire de ce RP aura le temps de le lire et d'y répondre avant je sais plus quelle date choisis par Molly pour le graaaaand événement ^^ mais bon au moins j'aurais été bien à fond en l'écrivant ^^ > vous pourrez en juger en le lisant et en voyant l'heure d'envoi, qui explique cette invitation un peu farfelue ^^ Et exceptionnellement, Molly a accepté que je mette le lien de la musique écoutée en boucle lors de l'élaboration de ce ma-gni-fi-que RP, voilà, si le cœur vous dit de le lire avec l'ambiance adéquate x) alors cliquez ici (pas sure que ça colle entièrement avec le texte vu que je n'ai pas exactement écris au rythme de la musique -forcément, j'ai pas écris ce pavé en 10min, logique-, mais y a les grandes lignes ^^) allez, je vais partir dormir avant d'être irréversiblement hors-service.]



Regard bleu vif aérien. Regard noir d'encre veiné d'or. Et le silence électrisant de l'attente d'une décision.
Mains jointes dans le dos, visage posé malgré la fossette à mi-chemin entre le menton et la joue droite, j'observais le professeur Wolkoff alors que le déroulement de la journée filait en boucle dans ma tête.

Moi qui d’habitude me levais dix minutes avant le début des cours, enfilant en hâte sur mon uniforme, foulards colorés et accessoires excentriques en avalant de quoi tenir jusqu'au déjeuner, je m'étais aujourd'hui -un jour sans cours- levée bien plus tôt et avais longuement réfléchis avant de me décider pour un jean noir sobre et une chemise blanche assez classe dont les manches bouffantes dissimulaient les multiples cicatrices de mes bras.

*Pas envie qu'elle aille imaginer que je me drogue ou tente de me taillader les veines*
Sans retirer les nombreux pendentifs multicolores accrochés à mon cou, perles et amulettes, j'avais néanmoins opté pour des converses noires, plus passe-partout et sérieuses que mes bottines aux couleurs et écusson de ma maison. Et j'étais resté figée devant mon image, m'interrogeant sur l'issue de ma demande avant d'adresser une grimace au miroir
"Tss, c'est qu'un bal, arrêtes de te casser la tête ! Et arrêtes de te parler toute seule aussi tant qu'à faire.." Emportant un foulard du même bleu que mes yeux, car le noir et blanc seulement ça fait pingouin -quoique avec ma crinière d'atebas, on s'éloigne du type-costard-cravate-sérieux- j'était sortis de ma salle commune et avait pris la direction des cachots.

J'avais à nouveau marqué un temps arrivée au seuil de ma destination, stoppant mon allure déterminée, la main à hauteur de visage, doigts repliés formant un poing suspendu dans les airs à quelques centimètre du bois de la lourde porte. Le bureau de Miss Wolkoff, professeur de potion et de défense contre les forces du mal. Finalement ma peau avait heurté le bois et j'étais entrée dans la pièce après avoir entendu la jeune femme m'en donner l'autorisation. Mon regard avait imperceptiblement parcouru le bureau, que je voyais pour la première fois. Une croisé de plusieurs salles à en voir les portes qui le parcouraient. Egalement une bibliothèque sur la droite, et sur la gauche une vitrine contenant des souvenirs de la maison Serpentard. Et en face de moi un bureau derrière lequel le professeur était installée, ne manquant rien de mon observation des lieux aussi discrète soit elle. Je lui avais fait un signe de tête, un peu gênée de me trouver là, dans ce bureau pourtant ouvert à tous par la fonction de professeur de sa locataire, mais si peu fréquenté en raison des nombreuses rumeurs circulants à son sujet. Pourtant, j'avais depuis longtemps jugé que ce n'était que des racontars, proférés par des ignorants qui cherchaient seulement à descendre et rejeter une personne qu'ils ne comprenaient pas. Mais il y avait quelque chose dans cette pièce, en la présence de la jeune femme, qui imposait le respect.
Je l'avais salué d'un
"Miss Wolkoff" avant de m'avancer dans la pièce, me plaçant devant son bureau, immobile. Alors qu'elle attendait visiblement que j'explique la raison de ma présence, je pris une inspiration censé m'apporter courage mais qui se contenta de m'apporter de l'oxygène, logique. Enfin, c'est toujours ça de pris

- Ma requète va certainement vous sembler incongrue, mais je souhaitais néanmoins vous la soumettre. C'est à propos du bal de Noël annoncé par la Directrice...
A mon grand soulagement, mon timbre de voix était habituel, étrangement chantant bien qu'il soit bas. Mais surtout il était fluide, sans saccades issues du stress. J'avais réfléchis quelques instants, cherchant la meilleure formulation possible afin que la jeune femme comprenne que je pensais réellement ce que je disais. Elle avait quand à elle levé un sourcil interrogateur après cette entrée en matière, se demandant certainement ce qui allait suivre. Sans compter qu'étant Directrice de la maison Serpentard, elle pensais surement qu'un quelconque problème lié au bal m'aurait poussée à parler aux responsables de ma maison, professeur ou préfets Poufsouffle.

-... Je suppose qu'en raison de votre statut à Poudlard vous allez y participer, mais je voulais savoir si.. heu, si vous vouliez bien également y aller avec moi.
Je n'avais pas pu m’empêcher de prononcer les derniers mots en regardant n'importe où dans le bureau à partir du moment où il ne s'agissait pas des yeux noirs-dorés de la jeune femme, ce qui ne permis pas de savoir quelle fut sa première réaction en entendant mon invitation. Lorsque je reposais mes yeux sur son visage, celui ci était à son habitude neutre et inexpressif.
*Punaise elle doit se demander ce que j'ai bu ou fumé, je vais passer pour une cinglé à demander à ma prof de potion de venir au bal avec moi*
J'avais involontairement mordiller mes lèvres avant de préciser.
- Certains y vont en amis, et même si on ne puisse pas vraiment dire que nous le sommes, et bien cela signifie que l'on peut quand même y aller avec quelqu'un qui ne soit pas vraiment notre.. cavalier ? Aehm je ne souhaite pas vous mettre dans l'embarras, et je comprendrai parfaitement que vous ne puissiez, ou ne vouliez pas accepter mais je souhaitais quand même vous dire que.. Je serais heureuse d'y aller avec vous.

Le silence de la jeune femme ne me gênait pas, à sa place j'aurai certainement mis du temps à savoir que répondre à une telle requête, et même tout simplement à l'assimiler. Mais maintenant que j'avais en quelque sorte "plus rien à perdre" puisque j'avais dit le fond de ma pensé, la tension m'avait quitté et j'avais perdu mon apparence "officielle" pour retrouver mes mimiques enjouées et vivantes, parlant avec mes mains, mon demi-sourire habituel au visage
-... Je suis pas hyper fan des danses mais je me débrouille quand même donc si vous voulez je peux vraiment être votre cavalière, je connais les pas de valse, d'autres aussi.... A la base je préfère jouer de la musique en fait à ce type de soirée, ma famille est musicienne -enfin pas seulement mais en résumé- et je sais pas si les boissons se payent mais dans ce cas vu que c'est moi qui vous invite et bien je vous payerais un verre. Perso je bois pas mais bref, et.. et je suis vraiment en train de commencer à raconter n'importe quoi là, avais-je achevé en la regardant, à moitié prise d'un fou rire devant le ridicule de la situation.
Elle allait me faire interner à l'infirmerie dans les secondes qui suivaient si je continuais sur la même lancée.
J'avais passé une main dans mes cheveux, ce tic que j'avais lorsque j'étais gênée avant de lui sourire, un vrai sourire cette fois, celui qui laissait apparaître mes deux fossettes et non que celle de droite, ce qui me fis aussitôt froncer les sourcils et enfouir le bas de mon visage dans mon foulard.

*Ah ! Tu lui as fais le sourire des Howl, Ash ! Toi qui ne veux jamais le faire... -oui ben justement je voulais pas j'ai pas fait exprès. -pourtant c'était un sourire sincère, et non ton sourire sarcastique. -justement, j'ai l'impression qu'on peut lire en moi quand je le fais et je déteste ça. Et c'est pas possible je me remets à parler toute seule, mais arrête !*

Levant à nouveau le menton devant la jeune femme, j'avais repris la parole, les mains jointes dans le dos.
- Honnêtement là j'ai un peu dérapé mais en même temps, monologuer face à une personne qui ne montre absolument pas ce qu'elle pense, c'est assez déstabilisant, faut pas s'étonner que les élèves passe leur temps à raconter pleins de chose sur vous. Oui bon pas la peine de faire comme si de rien était, autant être franc, vous savez que je les ai entendus -voir, pour l'armée de gladiateur au banquet de début d'année, j'avoue que c'est moi qui est sortit le truc mais c'était à prendre au second degré sauf que ces idiots ont rien compris- et je sais que vous le savez et vous savez même que je le sais que vous le savez et bref, je suppose que si vous acceptiez cela créera d'autres rumeurs, mais moi je vous proposais juste pour passez du temps avec vous, je vous apprécie beaucoup -même si je m'endors un peu à vos cours d'histoire de la magie- alors voilà, je me suis encore écartée du sujet, mais est-ce que vous acceptez ?

Mes yeux plongèrent dans ceux de la jeune femme.
Regard bleu vif aérien. Regard noir d'encre veiné d'or. Et le silence électrisant de l'attente d'une décision.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Lun 15 Déc - 0:54

-Ow..
Voilà comment j'avais résumé, avec la plus grande éloquence digne des orateurs les plus grandioses, ce que provoquait dans mon esprit la réponse de Miss Wolkoff. Je m'étais attendu à tout sauf à ça. Bon, d'accord, plutôt que "tout", disons à quatre vingt dix pour cent une réponse plus ou moins développée dont l'idée principale serait "non", et à dix pour cent l'éventuelle possibilité d'un oui. Mais là, j'obtenais ni un non, ni un oui, juste.. un questionnement ? Le pourquoi du comment.
*Et cette question aussi, de savoir quel effet cela me ferait de me trouver au centre d'une rumeur, de sentir le regard des autres.. Si elle croit que c'est ça qui va m'arrêter ! Mais si j'avais su que c'était en partie pour cela qu'elle hésiterait... Et puis le sourire en coin qu'elle a eu, comme si la situation ne l’embarrassait pas, elle, mais plutôt l'amusait*
J'étais toujours face à la jeune femme, mais l'étonnement de ne pas recevoir de non d'office m'avait comme assommée, et je la fixais pendant quelques instants sans répondre quoique ce soit de censé, si ce n'est, bien sur, ce "Ow.." magnifiquement révélateur de mon état d'esprit.

- Pourquoi vouloir allez avec vous.. le murmure avait à peine franchit mes lèvres que celles-ci formèrent mon demi-sourire, fossette incluse.
Et bien, je dois avouer que c'est une excellente question. Honnêtement au début je ne voulais pas y aller à ce bal -je pense même que je devais tirer une tête de trois mètres de long à l'annonce de la Directrice, mais comme je passe les vacances de Noël ici je me suis douté que ce serait difficile de passer au travers.
Mon ton pensif à l'évocation de ces souvenirs se teintait d'une allure concentrée, ce visage réfléchi que j’arborai lorsque je répondais avec un soucis de sincérité.
J'avais pensé y aller avec mon jeune frère aussi, qui rêve de voir Poudlard, chose peut-être impossible puisqu'il n'a pas montré de réelles aptitudes à la magie, puis l'on m'a dit que je ne pouvais inviter quelqu'un d'extérieur de l'école..

J'avais secoué la tête, chassant l'image du regard remplis de rêve de mon jeune frère avant de me re-concentrer sur celui de la potionniste.
Et puis tant qu'à y aller, autant essayer d'en profiter, mais vu que cela ne me passionnait pas au point d'échanger secret de beauté ou détails vestimentaires avec les autres filles de ma maison, et bien je me suis dis que j'allais vous proposer de m'accompagner. Peut-être pour que se soit plus sérieux -oui je peux vous assurer que je sais être sérieuse, avec une allure digne et tout et tout-, mais peut-être pas non plus, pourquoi ne pas passez tout simplement du temps à un bal, comme n'importe quel Homo Sapiens Festivitus ? Non, je sais, je vous ai choisi parce que... parce que j'ai craqué pour votre enthousiasme lors de l'annonce dans la Grande Salle, cet air si détendu et heureux de l’événement, votre allure tellement encline à répondre aux sollicitations des élèves Serpentards, votre visage ravi à l'idée de passer vos vacances à la préparation de cet événement, oui, vraiment, cela doit être cela qui m'a poussé à vous demander comme cavalière.
J'avais énoncé la fin de ma tirade avec presque le même sérieux que j'avais auparavant et seule une lueur de malice dans mon regard clair détrompait mes propos. *Elle avait tellement une tête de tueuse à ce jour là...*

- Quand aux rumeurs, avais-je repris avec un haussement d'épaule, je ne m'y attarde pas plus que vous. Il y aura toujours une personne pour critiquer qui on est ou ce que l'on fait. Alors ne pas faire ce que l'on veut dans la crainte de ce que les autres en penseront, ça me tente pas spécialement. Et puis, ajoutai-je avec un sourire narquois, généralement j'arrive très bien à me défendre...
Le souvenir de cette fille, persuadé que mes multiples entailles sur les bras étaient la conséquence de tentative de suicide, et qui était resté bouche-bée en m'entendant dire avec désinvolture que pas du tout, seulement la traces de puissants acides moldus infligés lors de trafics américains dont j'avais fait les frais pour m'être opposée à la CIA. Depuis elle ne m'adressait plus la parole, pensant certainement que je faisais partie de groupes terroristes. *Sur ce coup là j'étais partie plutôt loin dans mes délires -Nan, tu crois ? Pas du tout enfin Ash.. Bon allez, reviens dans le présent*
...Et puis sinon un sortilège peut être si facilement, si rapidement et surtout si malencontreusement lancé sur un pauvre élève dont l'esprit s'égare dans de noirs desseins de commérages... Non, je plaisantais, pas de magie dans les couloirs je sais, avais-je achevé en levant les deux mains en signe d'innocence.

-Et par conséquent, et bien oui, je renouvelle ma proposition. Miss Wolkoff, accepteriez vous de m'accompagner au Bal de Noël ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Lun 15 Déc - 3:41

Comment rester stoïque avec une prof pareille ? Réponse : absolument impossible.
J'avais pourtant tant bien que mal conservé un visage sobre alors que la jeune femme riait face à moi.
*Le moment tellement gênant pendant lequel on se demande de quoi ris l'autre... Surtout lorsqu'il s'agit de quelqu'un qui d'habitude ne sourit même pas.. Misère si elle continue je me casse de son bureau en courant, et encore, heureusement, HEUREUSEMENT que je n'ai pas fait ma demande en publique dans la grande salle ! *

Et je n'étais pas encore au bout de mes peines lorsque la potionniste cessa de rire. Son sourire n'augurait rien de bon, le ton qu'elle avait en disant "-Miss Howl, vous m'épatez." non plus. Et voilà qu'en plus de tous ça elle avait contourné le bureau, jusqu'à ce trouver face à face avec moi, jouant nonchalamment avec une de mes dreads alors qu'elle continuait à parler, ce qui bien sur, me fit complètement perdre le fil de ce qu'elle racontait. Quelques mots néanmoins firent écho dans mon esprit. *J’hallucine ou elle a bien dit qu'elle acceptait ? -C'est bien ce qu'elle a dit Ash. -Ow.. (oui cette interjection commence à devenir habituelle, que voulez vous c'est comme ça ^^) -Mais elle accepte juste pour emmerder la directrice, pas top-top sympa de se servir de toi comme ça Ash. -Pas faux Call, mais maintenant qu'elle a dit oui j'ai tout mon temps pour lui faire remarquer qu'elle pourrait accepter juste pour accepter.*

-Me permettez-vous de tenir le rôle du cavalier et de venir en tenue trois pièces ou préférez-vous me voir en robe? Comme vous êtes celle qui m'a invité, c'est à vous que reviens le choix. Et votre robe, de quelle couleur sera-t-elle?
La jeune femme avait posé ces questions avec désinvolture, la voix douce et envoûtante de celle qui maîtrise la situation, et qui en profite. Alors qu'elle retirait sa main de mes cheveux, elle enchaîna sur une remarque à laquelle je ne su ce que j'étais censé répondre *elle espère que "faire rougir de honte des couples pris en flagrant délit" va m'amuser ? What ? C'est bien ce que je disais, impossible de rester stoïque avec cette prof, ça promet pour la soirée..*
Je restai silencieuse quelques instants, assimilant l'ensemble de ses propos et profitant de ce court instant de répit de ce face à face. *A croire qu'elle teste mes limites.. Ce qui pourrait être logique vu le côté inhabituel de la situation.. Et je dois avouer qu'elle est douée puisque j'ai été à deux doigts de ne plus pouvoir tenir debout. Mais je ne porte pas le surnom de Crapule pour rien, et au point où on en est... *

Remarquant que je retenais ma respiration depuis l'instant où elle s'était campé face à moi -un certain temps oui, mais sans difficulté avec mes entraînements de voile lorsque je n'étais pas sur Poudlard- et je stoppais mon apnée avant d'afficher un sourire amusé.

- Et bien j'imaginais plutôt une harmonie de bleus, mais en femme galante que je suis, j'accepterai votre choix de couleur tant que celui-ci ne soit pas le rose. En revanche..
Ma fossette se creusa d'avantage alors que j'avançais d'un pas vers la jeune femme, réduisant dangereusement la distance qui nous séparait à quelques centimètres.
...En revanche puisque je vous invite, il se trouve que j'ai le rôle du cavalier, et que je serai ravie de vous voir... en robe de soirée.

Je la fixai quelques instants, la tête légèrement inclinée puisqu'il se trouvait que j'étais légèrement plus grande qu'elle. *Miss Wolkoff en robe de soirée, elle qui ne porte jamais de robe en dehors de ses robes professorales, j'avoue être un peu curieuse.. -Ash t'es pas cool, tu aurais détesté qu'elle te demande ça. -Peut-être, mais elle n'a pas été particulièrement correcte en montrant qu'elle acceptait l'invitation dans le but d'agacer Mme Dragonneau, sans compter qu'elle m'a pas mal cherché avec ses manières -faut dire que c'est pas du tout toi qui a commencé en te ramenant dans son bureau pour lui demander de t'accompagner au bal... -Rhooo, aller, encore une dizaine de secondes et...*
...et je m'éloignai d'elle d'un pas en arrière, avec une mimique oscillant entre l'amusement et provocation mais qui au final se transforma en un sourire sympathique.

- Je ne suis pas sure qu'étant deux femmes l'on puisse être contraintes à jouer "le cavalier" et "la cavalière", le plus attendu étant plutôt une synchronisation des couleurs. Donc pas de rose. Le bleu vous convient ou vous souhaitez... ? Personnellement je suis peu à l'aise en robe et talons, je pensais donc plutôt porter une tunique cintré avec un slim ou un legin -à moins que vous n'y voyez une objection- et je vous laisse libre arbitre pour votre tenue, robe ou costume trois-pièces.
*Je suis même trop sympa là, j'aurai du lui faire croire plus longtemps que je la voulais en robe.. Trop tard*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Lun 15 Déc - 20:17

- Oh non, tenue élégante oblige lors d'un bal. Je m'attends à vous voir avec une tenue convenable. Si ça peut vous aider, je mettrais une robe, bien que je n'aime pas ça. Et des talons.
Bien, où voulez-vous que nous nous rejoignons et à qu'elle heure?


- Dix minutes avant le début de la soirée, à côté de la Grande Salle, l'espace entre celle-ci et les cachots.

- Miss Wolkoff, la saluais-je avant de reculer en direction de la porte. Je me retournai à mi chemin, lui adressant une dernière remarque "Et voyez vous, il est possible d'être élégant sans être guindé. Quant à être convenable, et bien vous auriez du accepter une des propositions des professeurs masculins de cette école, si cela avait tant d'importance pour vous."
Je lui souhaitai une bonne journée avant de me tourner en direction de la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Ven 26 Déc - 18:47

Baissant la poignée, la demoiselle ne fut pas surprise de constater que la porte était verrouillée. Elle observa un instant cette porte de bois qui semblait vouloir lui résister. Elle toqua à plusieurs reprises mais personne ne répondit. Le bureau d’Anastasiya était totalement silencieux. De la lumière était visible par le trou de la serrure; il y avait donc bel et bien quelqu’un qui se trouvait dans cette salle. Après avoir retenu un soupire, la Serpentard fit un pas en arrière. Ce n’était certainement pas un panneau de bois qui l’empêcherait de se rendre dans cette pièce. Pour éviter les dégâts, elle pointa sa baguette qu’elle venait tout juste de sortir de sa cachette sur la serrure. Après avoir marmonné quelques paroles, elle fut forcée de constater que la porte n’avait pas été fermée par un sortilège simple et encore moins à l’aide d’une clé. Perdant patience, elle se mit à genoux et enleva de sa tresse l’un des nombreux sixtus [HJ: Oui j’aime bien ce mot suisse qui signifie « épingle à cheveux »] noirs qu’elle y avait glissé. Les moldus avaient parfois de bonnes idées et celles concernant le crochetage de serrures étaient sans doutes les meilleures ! Après quelques instants à faire bouger la petite épingle dans la serrure, un déclic se fit entendre. Myosotis se releva et entra dans la pièce. Ce n’était pas dans le bureau même qu’un feu avait été allumé mais dans une pièce juste derrière. Une pièce dont la porte n’avait pas été fermée correctement et qui laissait par conséquent filtrer la lumière. Après avoir déposé ses escarpins sur l’énorme meuble qui se trouvait au centre de la salle, la demoiselle aux cheveux noirs s’approcha de la porte entrebâillée. Cette dernière tourna sur ses gonds lorsque la jeune fille la poussa lentement. La pièce était illuminée par un feu de cheminée qui crépitait joyeusement. Un jeune homme recouvert de bandage légèrement ensanglanté était étendu sur un canapé. Myosotis s’en approcha lentement. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle reconnu Tom, l’ami d’Anya qui était un peu… spécial. Oui. Spécial était sans doute le therme approprié pour d’écrire un Dracunus. Se retournant lentement, la fille aux cheveux noirs vit que son amie était assoupie dans un fauteuil. Elle semblait dormir profondément. Un sourire vint éclairé le doux visage de Myosotis. Qu’est-ce que cette dresseuse de Dragon pouvait être belle. Vêtu d’un léger pyjama en soie, elle se trouvait sûrement dans cette position depuis un moment. Son menton posé dans sa main. Sa respiration était plus ou moins lente. Mais la semi-vampire n’était pas dupe. Elle s’approcha lentement du fauteuil, comme attirée par le charisme presque surnaturel de son amie. Elle posa alors sa main froide sur le visage serein de la demoiselle et caressa un instant sa joue. Pour finir, la jeune demoiselle se baissa lentement. Ses lèvres rouges ne se trouvaient plus qu’à quelques centimètres de celle d’Anya. Myosotis avait fermé ses yeux, n’entendant plus rien en dehors du léger crépitement du feu. Elle se rappela alors de la peur qu’elle avait ressentie au début d’année concernant Anya. En effet, la Préfète avait cru qu’elle était tombée amoureuse de son amie. Après tout, cela n’aurait pas été si impressionnant que ça car [code]au fond, les deux filles sont véritablement liées l’une à l’autre… Rouvrant légèrement ses yeux, la demoiselle aux cheveux d’un noir de jais sentit que ses cils venaient de caresser la joue de la Professeur soi-disant endormie. Oui. Soi-disant. Car toutes les personnes qui peuvent se vanter de connaitre Anastasiya, dont Myosotis, pourront vous affirmer que la jeune femme ne dormait pas. Elle n’aurait jamais laissé un homme qui venait de se faire agresser sans surveillance. Et… Sa respiration était bien trop profonde pour être naturelle. Elle faisait donc semblant de dormir. Dans un murmure, ses lèvres frôlant celles de son amie, Myosotis prit la parole.

« Hé… La Belle au bois dormant... Quand tu auras fini de faire semblant de dormir, tu me feras signe. »
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Dim 28 Déc - 23:42

Myosotis n’avait pas bougé d’un centimètre lorsque son amie avait rouvert les yeux. Elle s’était contentée d’ouvrir complètement ses propres paupières en esquissant un sourire. Juste avant qu’Anya prenne la parole, la semi-vampire avait doucement retiré sa main de la joue si douce de sa directrice de maison pour la poser sur l’accoudoir, juste à côté du coude de « la belle au bois dormant » comme elle venait tout juste de la nommer. Bien que les portes soient fermées, il y avait des légers courants d’air qui faisait danser les flammes dans la cheminée. Ces dernières faisait varier l’étendue des ombres des objets de la pièce. Myosotis n’était jamais venue dans les appartements privés d’Anya mais elle ne s’était pas attardée sur la décoration simple des lieux. Elle appréciait simplement le fait que les murs ne soient pas recouvert d’objets bizarres.

« Tu ne devrais pas être ici, Chryso'. Que va dire ton petit ami si tu l'abandonnes alors que je le bal n'est pas encore terminé? »

Myosotis ne pu s’empêcher de froncer légèrement ses fins sourcils lorsqu’elle entendit par quel surnom Anya venait d’appeler Crépuscule. « Ton petit ami » ?! Rien que ça ? La semi-vampire n’aimait pas le terme « petit ami » et encore moins lorsqu’un déterminant possessif était placé juste avant. La demoiselle aux cheveux bouclés d’un noir de jais n’avait jamais compris pourquoi les gens pensaient que d’autres personnes pouvaient leur appartenir… A ses yeux, Crépuscule ne lui appartenait pas. Elle ne le voyait pas comme un objet qu’elle pouvait perdre, donner, casser, et bien d’autres choses. Il s’offrait à elle comme elle s’offrait à lui, mais ça s’arrêtait là. Entre eux, il n’y avait pas de possesseur et encore moins de possédé. Ils se complétaient l’un l’autre mais ne se détenait pas. Ils ne se considéraient pas comme des choses et ne se considéreraient jamais comme tel.

*Et qu’est-ce que ça peut lui faire, à elle, si Crépu est resté seul dans la Grande Salle ? Serait-elle jalouse la ‘tite Wolkoff ?*

Myosotis savait pertinemment qu’Anastasiya était une excellente légilimence. Peu de gens le savaient, et elle était presque fière de faire partie de ce cercle restreint. Malgré cela, elle ne la craignait pas, car, étant une semi vampire, personne -ou presque- ne pouvait lire dans son esprit. Le sourire en coin de la Serpentard s’était crispé aux paroles de son amie. Lorsqu’Anya se releva en la poussant, la Préfète se laissa faire, n’opposant aucune résistance. Mais après tout, pourquoi aurait-elle empêché sa directrice de maison de se relever ? Myosotis posa ses yeux verts qui envoutaient plus d’une personne sur son amie qui lui tournait le dos pour vérifier l’état de santé du Dracunus. Il semblait aller bien malgré son état et dormait profondément. Après cela, la Dresseuse de Dragon à l’allure quasi fantomatique partit en direction de sa cuisine personnelle.

« Tu devrais partir. Une élève n'a rien à faire dans les appartements de son professeur, voir de sa directrice de maison. »

Myosotis s’était installée dans le fauteuil qu’Anya venait de quitter. Elle avait passé ses fines jambes par dessus un même accoudoir. Sa robe de soie verte glissa le long de sa cuisse pour finir sa course plus bas, en un petit tas de tissus. La demoiselle s’en fichait amplement. Après tout la semi-vampire avait déjà vu son amie vêtue du plus simple appareil dans la Salle de bain des préfets, donc ce n’était pas des cuisses dénudées qui allaient déranger l’une des deux demoiselles. Il faut également garder à l’esprit que seulement 2 ans (environ) séparaient les deux Serpentard. Anastasiya était la plus jeune Professeur de Poudlard depuis des siècles. Madame Dragonneau également était jeune, n’ayant que trente ans environ. Peu de Directeur et Directrice peuvent se vanter d’avoir été nommé(e) à ce poste si jeune !

« Et toi tu n’aurais pas dû danser avec Ash. Un professeur ne danse pas avec un élève, et un élève d’une autre maison qui plus est. »

La semi-vampire avait répondu ça du tac au tac, sans se rendre compte que cette remarque pouvait être prise pour de la jalousie pure et simple. Non.. Non Myosotis n’était pas jalouse de Ash. Enfin, c’est ce qu’elle tentait en vain de se mettre dans la tête depuis qu’elle avait aperçu Anya danser avec la Poufsouffle. Croisant les doigts pour qu’Anastasiya n’ait pas entendu, ou même compris les paroles de Myosotis, cette dernière se leva. Elle s’approcha de son amie, bien trop rapidement pour qu’un simple mortel ait pu la voir se déplacer. En un clin d’oeil, la semi-vampire s’était retrouvée appuyée contre le plan de travail, juste à côté d’Anya, sa tête légèrement penchée sur le côté ce qui avait fait rouler ses boucles pour finalement les faire pendre dans le vide. D’une voix presque envoutante, elle demanda:

« Personne ne vient jamais dans tes appartements Anya. Donc personne ne me verra. Mais si après tu estimes que nous ne pouvons plus nous parler comme auparavant parce que tu es mon professeur, alors dis le moi. Dis le moi et je partirai. Je commencerai peut-être même à t’appeler Madame, si c’est ce que tu veux. Tu n’as qu’à me le dire, et je le ferai. »
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Dim 11 Jan - 15:11

Pourquoi riait-elle ? Il n’y avait rien de drôle… Myosotis vit son amie lever sa tasse devant ses lèvres tout en gardant ce même sourire énigmatique aux lèvres. Et quelles belles lèvres… Reprenant ses esprits, la semi-vampire écouta les paroles d’Anya sans ciller, le coin de ses lèvres se soulevant légèrement.

*C’est sûr que pour ne rien faire dans les normes, elle ne fait vraiment rien dans les normes…*

Ses pensées se stoppèrent là, car quelque chose ne clochait pas dans les paroles de son amie… Depuis quand Anastasiya avait-elle besoin et appréciait-elle attiré l’attention ? Ce n’était pas son genre. Vraiment pas son genre. Et pourquoi lui mentait-elle ? Pourquoi se sentait-elle obligée de lui parler comme elle parle aux autres personnes ? C’était Myosotis qu’elle avait face à elle, et pourtant on avait l’impression qu’elle s’adressait à quelqu’un de totalement différent. Quelqu’un qui ne le connaissait pas. Ce qui était loin d’être le cas de la Serpentard… Elle elle la connaissait. Et même si leurs chemins s’étaient un peu séparés avec le temps, elle restait la même. Un peu dégoutée par l’attitude qu’Anya avait envers elle, son visage restait pourtant totalement impassible.

« Tu n'es pas jalouse j'espère? J'en aurais presque l'impression devant ton attitude loin de ta maîtrise habituelle. »

QUOI ? Comment pouvait elle croire une chose pareille ? Quoique… elle n’avait pas tort au fond. C’était peut-être bien une certaine forme de jalousie, mais ça, Myosotis ne l’avouerai jamais. Elle était bien trop fière pour ça. Elle n’avait pas envie de finir comme les ados de son âge qui ne cessent de se poser des questions sur qui est réellement la personne qu’ils aiment. Non, elle ne voulait pas finir comme ça. Plongeant son regard dans celui d’Anya avant de poser sa dernière question, la semi-vampire remarqua que les yeux de son amie étaient entièrement doré. Le noir habituel avait disparu. Ceci la déstabilisa quelques instants, mais elle reprit vite contenance pour faire demander à son amie si oui ou non elle devait partir. Anya avait déjà ouvert la bouche pour répondre mais quelque chose l’arrêta dans son élan: la respiration de Tom s’accélérait, il était en train de se réveiller. Après avoir posé sa tasse, la professeur contourna le plan de travail et la semi-vampire. Myosotis était profondément blessée en voyant le regard d’Anya rivé sur le canapé où était allongé le Dracunus. Etait-elle donc aussi peu importante aux yeux de la dresseuse que cela ?

« Tu pourrai au moins me répondre… »

Elle avait dit cela les yeux rivés au sol. Pour seule réponse, elle entendit Tom murmurer les début du prénom d’Anastasiya. Myosotis ne pu s’empêcher de lever les yeux au ciel face à se tableau plus que pathétique. Bien que le jeune homme soit un Dracunus, il était aussi faible qu’un pauvre humain. C’était affligeant… Comment Anya pouvait elle si admirative face à cet être qui ne savait même pas se protéger lui même ni se soigner ? Se mordant la lèvre du bas, la semi-vampire se rendit compte qu’elle partait une fois de plus dans ses délires de jalousie maladive… Anya avait-elle donc dit VRAI ? Myosotis était donc réellement jalouse de toutes les personnes auxquelles son amie montrait de l’importance… 


« Bon, vu que tu as l’air si occupée, je vais te laisser. Toute manière… Il me semble que ma présence ici te fait plus chier qu’autre chose. »

Après avoir dit ces mots sur un ton glacial, la noiraude partit en direction de la porte sans même prendre le temps de récupérer ses escarpins. Arrivée face au panneau de bois, elle posa sa main froide sur la poignée et s’arrêta, comme si elle attendait de voir la réaction d’Anya.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Mer 14 Jan - 14:24

Après avoir poussé un soupire quasi inaudible, la noiraude abaissa la poignée sur laquelle sa main était toujours posée et ouvrit la porte. C’est alors qu’un bruit de verre brisé se fit entendre derrière elle. Ce qu’il y avait de particulier avec ce bruit là, c’est que le verre ne s’était pas brisé sur le sol car le bruit semblait être étouffé. Comme si le verre en question avait été serré trop fort dans une main. Les doutes de Myosotis disparurent à l’instant même où l’odeur du sang vint chatouiller ses narines; Anya avait bel et bien péter un verre et s’était apparemment coupée. Regardant pas dessus son épaule, la Serpentard vit son amie qui lui tournait le dos, faisant face à un petit meuble qui n’était pas là quelque seconde auparavant. La porte se referma dans un claquement sonore. La Dresseuse de Dragon se retrouvait-elle seule dans cette pièce ? Seule, à boire comme une personne qui tentait d’oublier un quelconque souvenir ? Myosotis l’avait-elle délaissée tout comme Anya l’aurait fait si les rôles avaient été inversés ? Non. Non pour la simple et bonne raison que la semi-vampire n’était pas comme la jeune demoiselle russe. Elle ne voulait pas l’abandonner. Ni maintenant, ni jamais. Un lien indéfinissable les unissait et pour rien au monde elle ne souhaitait le briser. C’est pour cette raison qu’elle s’avançait en ce moment même en direction de la jeune demoiselle qui lui tournait le dos depuis un moment. Dans les deux sens du terme. Les yeux devenus rouges de Myosotis fixaient inlassablement la main ensanglantée d’Anya. Arrivée à sa hauteur, elle s’en empara et l’observa un instant. Une irrésistible envie de gouter à ce sang s’empara de la semi-vampire, mais elle n’y succomba pas, restant de marbre. Seule la couleur de ses yeux la trahissait. A l’aide de ses deux mains, la Serpentard ouvrit les doigts couverts de sang de son amie, bien décidée à retirer les bouts de verre qui y étaient enfoncés. Lentement et sans un regard en direction du visage d’Anya, Myosotis enleva une à une les petites particules coupantes et transparentes qui parsemaient sa plaie ouverte.

« Je suis sûre que tu l’as fait exprès. Ca ne te ressemble pas de perdre le contrôle pour si peu. »

Elle avait dit cela dans un murmure glacé. Elle déposait les petits morceaux de verre brisé sur le petit socle de bois, à côté du verre de Vodka qu’Anya avait précédemment vidé. Elle faisait cela machinalement, comme si elle ne voulait pas réfléchir. Elle savait que si elle se mettait à penser, sa nature de semi vampire prendrait le dessus et la forcerait à vider la Dresseuse de Dragon de la totalité de son sang. Une fois que tous les petits débris de verres furent retirés, Myosotis posa la paume de sa main sur les plaies ouvertes de la demoiselle russe. Elle fixa alors cet endroit précis et entra dans une sorte de transe. Cela ne dura pas plus d’une dizaine de seconde; l’air ambiant devint glacial, l’intensité des flammes de la cheminée diminua à tel point que le feu s’éteignit presque et les yeux rouges de la Serpentard virèrent au bleu clair. Un bleu pur, presque transparent. La main d’Anya devint momentanément glacée mais lorsque Myosotis retira sa propre main, tout s’arrêta brusquement. Le feu reprit sa taille habituelle, l’air se réchauffa et les yeux de la semi-vampire redevinrent rouge. Les plaies de la russe s’étaient totalement refermées mais le sang recouvrait toujours sa main. Comme un aimant, la noiraude était attirée par le sang encore frais de son amie. Elle baissa la tête jusqu’à ce que ses lèvres effleurent la paume de la main d’Anya. Aussi étrange que cela puisse paraitre, la semi-vampire ne sortit pas ses crocs. Elle se contenta de dépose un doux baisser au milieu de cette main si douce avant de se redresser. L’ombre d’un sourire éclairant son visage, elle passa sa langue sur ses lèvres écarlates pour gouter à ce sang si tentant. Plongeant ses yeux encore plus rouge dans ceux de la Dresseuse, elle pencha légèrement la tête sur le côté, souriant de plus belle. La russe pouvait mettre toute la distance qu’elle désirait entre elle et Myosotis, jamais rien ne changerait. La Serpentard ressentirait à jamais ce besoin de protéger la jeune professeur comme si un lien indéfinissable l’y forçait. D’une voix lente et profonde, elle demanda:

« Dis-moi… Est-ce que tu veux que je parte ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Chrysopelea
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Ven 16 Jan - 17:44

Les cris d’Anya se répercutait contre les murs de la pièce. Elle avait explosé son verre vide en le lançant de toutes ses forces contre l’un des mur… Le sourire qui étirait les lèvres écarlate de Myosotis ne disparut pas pour autant. Au contraire, il s’élargissait au fur et à mesure que la rage grandissait dans les yeux de la Dresseuse de Dragon. Même les paroles insensées qu’elle lui avait lancée en pleine face n’avaient pas réussit à déstabiliser la Serpentard qui restait plantée là sans bouger. Sa respiration était lente et ses yeux dévisageaient son interlocutrice. Anya n’avait jamais réagi de cette façon à son encontre… Les deux filles s’étaient toujours adoré et jamais rien ne les opposait… Enfin. Ca c’était avant. Tout avait changé depuis que l’ainée des deux était devenue professeur et qu’elle ne partageait plus son temps libre avec la semi-vampire. A vrai dire, les deux demoiselle ne partageaient plus rien. Mais qu’est-ce qui avait bien pu les séparer à ce point ? Sûrement était-ce le nouveau poste d’Anya qui lui montait à la tête. Peut-être la Dresseuse ressentait-elle un besoin profondément caché de s’éloigner de Myosotis juste par peur d’aimer ? Oui… Oui ça devait être ça; elle ne supportait pas ce sentiment d’attachement. Souriant toujours, la semi-vampire fit un pas en avant et murmura doucement :

Tu sais beaucoup de choses Anya mais tu en ignores tout autant. Si ce n’est pas plus…

Après avoir dit cela, elle se mit sur la pointe des pieds et déposa un rapide baiser sur la joue d’Anya. Bien trop rapide pour que la jeune professeur n’ait le temps de faire quoi que ce soit. Les paroles que Myosotis venaient de dire pouvaient paraître insensées mais elles ne l’étaient de loin pas. Sûrement la russe n’allait rien n’y comprendre car, aveuglée par la rage, elle n’était sûrement pas en état de comprendre. Mais la semi-vampire espérait au plus profond d’elle que ces paroles la travaillent ne serait-ce qu’un minimum et qu’elle remette son comportement agressif en question. Après tout, Myosotis ne lui avait absolument rien fait, en dehors du fait qu’elle lui avait donné son amour et sa confiance. Faisant volte-face, la noiraude sortit des appartements de son professeur, oubliant totalement de récupérer ses escarpins noirs qu’elle aimait tant. Elle avait tellement pris cette mauvaise habitude de marcher dans le château sans porter de chaussure qu’elle ne remarqua rien. C’est donc pieds nus qu’elle contourna le bureau professoral et qu’elle sortit de la seconde pièce, se rendant sans doute dans sa salle commune. La Serpentard n’allait pas abandonner de si tôt. Après tout Anya était la première à lui faire comprendre ce que c’était que d’être proche de quelqu’un. La première qui s’inquiétait pour elle. La seule qui la comprenait. L’unique…
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Ven 10 Avr - 13:37

Thanaël se tenait devant la porte du bureau du professeur Wolkoff. Il venait chercher de l'aide en potions et sortilèges, mais impossible de franchir ou même de toquer à la porte. Il ne savait pas encore comment formuler sa demande. "Bonjour Miss, j'aurais besoin de votre aide pour apprendre des trucs utiles quand on veut braquer une banque" aurait certes été rapide et direct, mais sûrement pas du goût de sa directrice de maison. Il décida de passer en revue tout ce qu'il avait appris jusqu'à présent :


FLASHBACK

Il y avait un peu de monde à la bibliothèque ce jour là. Ash et Thanaël venaient d'y entrer pour commencer leurs recherches, et ils décidèrent de se séparer, puis de mettre en commun leurs résultats quelques jours après. Alors qu'il passait devant la réserve, le Serpentard se fit la réflexion qu'il faudrait que son associée et lui puisse accéder à l'endroit, car il y avait à n'en pas douter des ouvrages qui leur seraient utiles. Il avait une pile assez importante de livres traitants de l'histoire de la magie, et plus particulièrement celle du siècle dernier, là où deux braquages avaient étés tentés, et peut-être il pourrait en dénicher quelques informations. Il avait aussi des livres sur les sorts de défense et les potions de soins, car il lui faudrait également avoir des questions précises à poser aux professeurs.
Après plusieurs heures, il avait réussit à faire une liste des potions qui seraient très certainement utiles lors de la visite de Gringotts. Malheureusement, trop d'entre elles étaient trop longues à préparer en des temps raisonnable, comme la Felix Felicis (ben oui, un peu de chance ne fait de mal à personne, surtout si on essaye de faire un coup pareil) ou le Polynectar. Il faudrait donc en "emprunter" quelque part. La potion d'Amnésie pouvait s'avérer utile, tout comme du Poussos ou de l'essence de Dictame. Il secoua la tête en soupirant. Les potions requises étaient vraiment spécifiques, il n'allait pas être facile de s'en procurer une quantité suffisante sans attirer l'attention.
Concernant les sorts, ceux d'ouverture de portes et de lumière, ainsi que ceux de destruction seraient indispensables. Ceux de défense et d'immobilisation également. Et encore mieux, quelques uns avec des effets pratiques sur la cible, comme Silencio. Ceci le rassura un peu. C'était en majorité des sorts basiques mais il était capable d'en effectuer un bon nombre, et il avait encore la possibilité de s'exercer aux autres.
Quand aux informations sur la banque, il n'avait pas apprit grand chose, et espérait que la Poufsouffle avait eu plus de réussite que lui.


FIN DU FLASHBACK


Il soupirai. Non, c'était vraiment trop demander à la potionniste de l'école. Elle se douterait bien de quelque chose, c'était évident. Le Serpentard releva la tête en entendant des bruits de pas arriver dans sa direction, et espéra que ce n'était pas le professeur Wolkoff, où bien il serait plus ou moins pris au piège.


                                                                                                                  rp avec Ash
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Ven 10 Avr - 15:37

Allure vive et déterminée, je parcourais les couloirs des cachots dans un but bien précis. Rejoindre le bureau de Miss Wolkoff, potionniste et professeur de Défense contre les Forces du Mal, parfois remplaçante pour le cours d'Histoire de la magie.
* La personne la mieux qualifiée dans Poudlard pour nous apprendre le nécessaire, le b.a-ba en quelque sorte, qui nous serait utile dans notre projet*
Notre projet.. un air malicieux sur le visage, je repensais à la rencontre avec Thanaël, Serpentard de troisième année, il y a quelque jours au lac. Il ne nous avait pas fallut longtemps pour mettre en place un magnifique projet sur pied : Le Braquage de Gringott. Et après plusieurs recherches dans la bibliothèque il était apparu évident que certains domaines serait à approfondir.. Maîtrise des sortilèges, possession de potions, connaissances historiques sur la Banque..
D'où l'idée d'un passage dans le bureau d'Anastasiya Wolkoff.

Bon, bien sur, aller la voir pour lui demander avec un sourire étincelant de nous donner de précieuses informations permettant d'accomplir la casse du siècle n'était pas la meilleure approche, nous sommes d'accord. Mais il y a bien un moyen de passer outre ce petit détail.
Et puis honnêtement, quand on décide d'aller visiter une banque comme Gringotts, il faut bien au minimum être capable de visiter le bureau d'un professeur, non ?

* Professeur qui comme chacun sait est d'une gentillesse absolue et d'une douceur maternelle incroyable.. tant qu'on ne tombe pas sur son armée de gladiateurs revenus de la Mort et pactisant de la secte des Stögarlums.. *
Je souriais en repensant à cette rumeur que j'avais volontairement lancé en début d'année pour montrer aux premières années à quel point il était ridicule d'être effrayé par les rumeurs habituelles qui couraient à son sujet. Bon, soit. Il faut admettre qu'elle a un "truc" qui peut mettre un peu mal à l'aise, mais elle était professeur tout de même, désigné comme tel selon la décision de la Directrice.
* Parce que tout les professeurs ont toujours été clean peut-être Ash ? Ombrage.. / Pas nommée par le Directeur Call../ Et Quirrell ? / Lui, si. Mais c'était un homme charmant, n'est ce pas ? Bien qu'il ait pour petit défaut d'avoir Lord Voldemort scotché à l'arrière de son crâne.. *

Tournant l'angle du couloir, j'arrivais devant la porte du bureau. Sans pouvoir retenir un sourire en voyant face à celle ci mon acolyte.. Les grands esprits se rencontrent
Après avoir effectué chacun de notre coté des recherches à la bibliothèque, nous en étions donc parvenu à la même conclusion. Wolkoff.
*Sans compter que si on obtient son autorisation écrite pour aller dans la réserve c'est le double bingo.. *
Je m'approchais de lui en le saluant.

- Salut Thanaël. Je vois que nous avons eu la même idée pour passer la journée.. Plutôt en approfondissement ou soutient scolaire ? Me concernant, avec les BUSES qui approchent, il est temps que je me magne si je veux passer l'année supérieur

Sans un mot sur la véritable raison de ma présence ici -après tout, Miss Wolkoff est peut-être capable de nous étendre de son bureau- je fis face à la porte, le poing levé pour y toquer.

* La dernière fois que je me suis tenue ici, c'était pour une invitation à un bal.. est ce qu'un jour je passerai dans son bureau pour une raison "normal" ?*
Contrairement à la fois précédente, je n'avais pas mis de tenue chic, seulement mon uniforme plus passe partout et correspondant mieux à l'aspect officiel de notre requête. Deux élèves sérieux et désireux de progresser dans leurs études.
Par ailleurs, je n'avais pas sur moi mon habituelle besace de cuir, qui était pour l'heure dans mon dortoir après avoir subit un sortilège d'Extension indétectable. Je préférais attendre avant de la reprendre avec moi, dans le cas ou des effets secondaires apparaissent en public.
*Pour l'instant en tout cas il fonctionne, et ça sera nettement plus efficace pour transporter balais et autres objets encombrants discrètement*

Me re-concentrant sur l'instant présent, mes doigts heurtèrent la porte de bois que j'ouvris après avoir entendu l'autorisation du Professeur. Entrant dans la salle avec Thanaël, je la saluais d'un signe de tête.

- Professeur Wolkoff
Thanaël fit de même et je poursuivis avant de perdre le fil de ma réflexion.
- Je venais par rapport aux cours, pour savoir s'il était possible de voir certains sortilèges, et potions avec vous..
Désignant brièvement le Serpentard sans le regarder, évitant ainsi de montrer que l'on se connaissait d'un peu plus longtemps que notre rencontre devant sa porte, je poursuivis ma tirade avec naturel. Comme lui aussi on peut peut-être le faire en binôme, pour les sortilèges c'est plus pratique.. Enfin, c'est selon vos disponibilités bien sur.

Je m’arrêtais là, laissant le soin à Miss Wolkoff de décider de la suite des événements, à moins que Thanaël ne donne quelques précisions auparavant.
Plus qu'à attendre le verdict, debout dans ce bureau auquel je n'avais cette fois ci jeté aucun regard contrairement à mon passage en décembre. Mes yeux bleus étaient restés fixer sur la jeune femme dès l'instant où nous étions rentrés dans la pièce, curieux de savoir quel aspect allait prendre la tournure des événements.



RP avec Than' et Wolkoff
(après tout c'est son bureau, alors elle a droit à la parole xD)
couleur Ash : #660033
couleur Than' : #009900
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Sam 11 Avr - 3:45

-Suffit les mensonges. La vérité ou je vous tire les verres du nez!
L'injonction du professeur m'arracha un sourire ironique. La vérité, décidément, elle y tenait à sa vérité.. Toujours à demander le pourquoi du comment, une façon pour elle de s'assurer de tenir les ficelles du jeu ? Et le pire, c'est qu'elle l'obtenais toujours sa vérité, allez y, citez moi un seul élève qui aurait maintenu des mensonges devant elle ? Aucun, n'est ce pas ? Dans son dos oui, elle avait droit à toutes sortes de rumeurs, mais en face à face, lorsque Wolkoff pose une question, elle obtient sa réponse.
*à moins de biaiser.. mensonge par omission. Après tout, il est exact que Than' et moi souhaitons apprendre sortilèges et potions, seulement je n'ai pas précisé dans ma demande qu'ils auront pour utilité l’assaut d'une banque. Tout comme je n'ai jamais exprimé clairement pourquoi je l'avais invité au bal.. Mais là l'enjeux est différent et biaiser ne sera pas suffisant*

Mon sourire s'accentua, creusant ma fossette. Le regard toujours fixé sur la jeune femme, je parcouru la distance qui me séparait de son bureau, avançant de mon pas aérien d'acrobate, veillant à ne pas modifier l'emplacement des divers objets et parchemins qui recouvraient la pièce. Les perles suspendues à mes cheveux et autour de mon cou tintèrent lorsque je m'arrêtai devant la potionniste.
- Comme je vous l'ai dit, nous souhaitons en apprendre plus sur certains sortilèges, ainsi que sur certaines potions. Éventuellement sur certains sujets d'Histoire de la Magie

Mon timbre de voix était enjouée et ironique, tel qu'il était en cours.
*Jusqu'à là, il s'agit de la pure vérité, et bien qu'elle puisse penser que pour une élève non foutiste comme moi -qui s'endors même dans lors de certaines matières- c'est un peu contradictoire, elle doit bien savoir que comme les jumeaux je bosse lorsque ça m’intéresse.. Donc que si je lui demande des cours particuliers, c'est que je suis motivée et que par conséquent je me tiendrais en parfaite élève modèle. Reste le problème de lui dire pourquoi, pourquoi je veux ces cours particuliers*

Mes doigts effleurèrent la surface du bureau, les pouces suivant l’arrête du meuble en s'écartant l'un de l'autre. Alors qu'ils s'étaient suffisamment éloignés pour me permettre de m'appuyer de manière stable sur le bureau, mes paumes se calèrent contre le bois. Je restais silencieuse une très courte durée, d'un de ses silences qui donne à l'interlocuteur le pressentiment qu'il ne va pas tarder à entendre ce qu'il ne voulait pas entendre, sans pour autant avoir la volonté d'instaurer un malaise, non. Juste le silence inconscient qui précède l’énonciation d'une vérité.. Vérité qui pour ma part franchis mes lèvres avec un ton grave et un air rêveur.

- Ses connaissances supplémentaires, que ce soit sous forme de sortilège, d'Histoire, d'élaboration de potion et tout autre forme dont vous êtes en possession, et dans la capacité de me transmettre, aurait pour objectif de faciliter, et sécuriser, un projet qui me tient à cœur.
Comme à chaque fois que je m'impliquais sérieusement dans une chose quelconque, mes yeux bleus brillaient, regard droit et sincère porté sur le visage de Miss Wolkoff.
- Et pour être plus précise, ce projet concerne l'élaboration de l'infiltration de Gringotts Wizarding Bank, du prélèvement de certains éléments s'y trouvant, et des moyens à mettre en oeuvre pour en ressortir, vivants de préférence.

Mon regard n'avait cillé à aucun instant de ma tirade.  
* Elle a voulu de la vérité ? Elle est servie. La seule partie que je n'ai pas mentionné, c'est le rôle de Than' là-dedans. Mais ça, c'est à lui de le faire, de choisir. Une intervention maintenant l'assimilerait à mon complice, co-fondateur de cette aventure, mais un silence peut le sauver de la punition qu'elle risque de m'infliger pour lui avoir demander de l'aide dans le but de réaliser le casse du siècle. Un silence peut dire qu'il ne vient ici uniquement dans l'idée d'un soutient scolaire*
J'avais par réflexe familiale eu l'attitude de Vladimir et Enrica lorsqu'ils se faisaient chopper. Le moins exposé à des problèmes prenaient sur lui. Thanaël étant un Serpentard, il aura affaire à la potionniste plus régulièrement que moi, mieux vaut qu'il soit relativement en bons termes avec elle. Je n'avais quand à moi plus que deux ans à tirer, et ma réputation auprès de Wolkoff avait du être faite depuis longtemps déjà.
*Une crapule qui dort à certains de ses cours alors qu'elle a les moyens d'être bonne élève lorsqu'elle y mets du sien, et qui ensuite se permet de frapper à la porte de son bureau pour lui faire des demandes farfelues, valse ou braquage selon son humeur du jour.. Ah, elle doit avoir une belle image de moi tiens !*
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Sam 11 Avr - 19:01

*Qu'on ne me dise plus jamais que ma chambre est mal rangée. C'est un bordel, certes, mais un bordel organisé. Ici...* fut la première réaction de Thanaël lorsqu'il entra dans le bureau du professeur Wolkoff.

-Faites attention où vous marchez jeunes gens!

Ils avancèrent un peu et Ash pris la parole expliquant à la professeur la raison de leur venue, selon ce qu'ils avaient établis un peu plus tôt. La réponse surpris quelque peu le Serpentard.

-Suffit les mensonges. La vérité ou je vous tire les verres du nez!

*Bon, ce fut rapide. J'espère juste qu'on est meilleurs braqueurs que menteurs.*

La Poufsouffle reprit la parole, expliquant à nouveau ce qui était convenu de dire. Peut-être qu'en insistant, ils finiraient par convaincre qu'ils n'avaient aucune arrière pensée.

- Comme je vous l'ai dit, nous souhaitons en apprendre plus sur certains sortilèges, ainsi que sur certaines potions. Éventuellement sur certains sujets d'Histoire de la Magie. Ses connaissances supplémentaires, que ce soit sous forme de sortilège, d'Histoire, d'élaboration de potion et tout autre forme dont vous êtes en possession, et dans la capacité de me transmettre, aurait pour objectif de faciliter, et sécuriser, un projet qui me tient à cœur.

*Elle en fait pas un peu trop là ?*

Si ce que Ash venait de dire l'interpella, ce qui suivait le fit carrément blêmir.

- Et pour être plus précise, ce projet concerne l'élaboration de l'infiltration de Gringotts Wizarding Bank, du prélèvement de certains éléments s'y trouvant, et des moyens à mettre en œuvre pour en ressortir, vivants de préférence.

*Okay. La franchise et l'honnêteté. Bon gros revirement de situation plutôt soudain, mais après tout pourquoi pas ? Il est énoncé dans les lois de Murphy qu'aucun plan ne résiste aux premiers instants du combat. Bon elle énonce aussi que tout ce qui peut mal tourner va mal tourner. Mais pourquoi notre plan tournerait-il mal ?*

Il ne pouvait pas rester sans rien dire. Son associée venait de prendre sur elle la responsabilité de toute leur affaire. Ne rien dire aurait été contraire à toutes les valeurs en lesquelles il croyait. Bon certes, soutenir Ash et déclarer son appartenance à une telle association l'exposait à plus de problèmes que la Poufsouffle étant donné que c'était sa directrice de maison qu'ils avaient devant eux. Mais il n'y pensait pas vraiment sur le moment. En fait, il ne pensait plus vraiment à autre chose qu'à ce projet de braquage.

-Si je peux me permettre, c'est un projet qui nous tient à cœur. Un plan comme ça c'est bien mieux à deux. Donc nous ne mentons pas lorsque nous demandons du renforcement en potions et sortilèges. Même en tout autre domaine que vous jugeriez utile à la réussite de ce projet. On est pas difficile vous savez. Surtout si lesdites connaissances peuvent, comme ma camarade l'as soulignée, nous permettre de rester en vie. Enfin, au moins de survivre le temps de se trouver un endroit où se soigner de manière décente.
Et puis, franchement, c'est pas tout les jours que vous devez avoir des élèves aussi passionnés par un projet non ? Cela ne vous plairait-il pas de concourir à la réussite de l'un de ces projets ?


Il remarqua au passage un ouvrage sur le sol, sans nom. Un livre discret au possible, sans nom sur la couverture, d'aspect ancien ? Son cerveau réagit au quart de tour. Le livre semblait renfermer quelques secrets qui avaient l'air... particulièrement intéressants. Dans le genre qui sont interdits. Voire même très interdits. Donc dangereux; ce qui était très intéressant. Dangereux et puissants même. Ce qui était encore plus intéressant. Thanaël appréciait particulièrement le pouvoir. Le Choixpeau ne s'était pas trompé finalement. Il regarda la potionniste d'un regard en coin, ce qui sous entendait un mauvais coup en préparation dans son esprit.

*Bon, à défaut de pouvoir revenir ici dans la nuit, il va falloir le prendre discrètement. Si elle tourne le dos 2 secondes....*
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Dim 12 Avr - 18:59

Alors ça c'était... intéressant. Comment le professeur Wolkoff avait-elle fait pour s'énerver et se redresser sans rien faire tomber de tout ce qui avait pris place sur son bureau. Cet endroit défiait les lois de la gravitation. Vraiment. Elle voulait des explications ? Il allait les lui donner. Il venait de se suicider en avouant sa part de responsabilité dans le braquage, alors un peu plus ou un peu moins..... Et de plus ils lui causaient désormais de manière un peu moins formelle, puisqu'ils venaient de lui dévoiler leur plan.

*Une guerre ? Le truc qui permet de faire exploser et brûler des trucs en toute légalité ? Surtout si les trucs en questions sont des organismes vivants cherchant activement à vous tuer ? Mais c'est génial ça ! Bon on y meurt aussi, mais c'est secondaire comme problème. Enfin, est-ce d'ailleurs vraiment un problème ?*

- Pourquoi ? Je pense que c'est pour la même raison que vont tout les voleurs dans une banque non ? C'est pas très original, certes. Et c'est un fait que nous aurions pu nous contenter d'une petite banque lambda. Mais, peut-être sommes nous juste un peu plus... fêlés que la normale, alors on a choisit cette banque en particulier. Et puis, à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Braquer une banque n'as pas d'intérêt si on n'acquiert pas une petite renommée au passage. Alors tant qu'à faire, autant prendre celle qui a le plus de chances de nous donner une bonne notoriété.
Il s'arrêta, pensant avoir résumé la raison de ce braquage plutôt correctement. Il lui vint à l'esprit une autre remarque, qu'il ajouta :

-Et puis bon, si d'aventure il s'avérerait que nous ayons des... capacités pour exercer ce genre de profession, et bien, le plus dur aura été fait. Pourquoi pas ? Certains sont doués pour conduire, d'autres pour monter des murs, d'autres pour faire des potions; alors pourquoi certains ne seraient-ils pas doués pour vider les coffres d'une banque ?

Il ne fit pas la remarque comme quoi une guerre entre sorciers et gobelins leur faciliterait la fuite, les deux camps étant trop occupé à se défendre de l'autre pour attribuer des ressources à la recherche de deux fugitifs. Il était suicidaire, mais son instinct de survie lui intima de se taire sur ce point. Tenter ce braquage sous entendait ressortir du bureau. Vivant. Et là, sa directrice de maison semblait.... légèrement remontée. Peut-être avait-elle aussi tentée un coup comme celui-là dans sa jeunesse et y avait perdue un ami; d'où un fort ressentiment envers les autres braqueurs amateurs. Ou pas. Peut-être qu'elle cherchait juste à les protéger en fin de compte. Mais ils sauraient bien se protéger tout seuls.

-Je tiens aussi à préciser que nous n'avons jamais pensés pouvoir en ressortir sans laisser de traces. Mais nous pensions que vous pourriez nous aider à en laisser le moins possible.

2238 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Dim 12 Avr - 20:27

*Ash, faut que tu réagisses là, Caius Iulius Caesar a questionné, le peuple doit donner la réponse . Absolument Call, et tu me propose quoi ? Parce que là perso j'hésite entre sortir de ce bureau en claquant la porte, râler après la potionniste ou tout simplement laisser éclater ce rire qui me coupe le souffle, mais j'ai comme l'impression qu'aucune de ces propositions ne soit acceptable.. pourquoi faut-il que j'ai envie de rire dans les situations de ce genre ? Attends Ash, j'ai une autre idée, t’arrête de penser, ça évitera qu'elle ne lise tes pensées.. mouais, ça risque d'être encore pire à l'oral dans ce cas*
Après la réponse de la jeune femme, j'étais restée statufiée, à l'endroit exact ou je me tenais lorsque je lui avait parlé, mâchoires serrées et regard noir.

Un peu parce qu'elle s'était permise de lire mes pensées, un peu aussi suite à sa remarque sur le théâtre, mais surtout par l'attitude qu'elle avait eu pour nous répondre. C'est difficile d'être poli ? Ou tout du moins de ne pas utiliser conneries, kamikazes, gamins irresponsables et sans cervelles pour parler de deux de ses élèves en moins de trois minutes ? Sans compter les "fermez là" et tout autres joyeuses expressions.. Parce que là, honnêtement, un professeur censé se serait contenté de répondre non à notre requête et informer le conseil disciplinaire que deux élèves ne voulaient pas rentrer dans le moule avec les autres moutons.. Au lieu d'être à deux doigts de nous crier dessus comme un enfant qui hurle après avoir été informé que quelque chose ne se passerait pas selon son point de vue.

*Mais aurions nous fait part de notre projet à un autre professeur ?* Je chassai de ma tête ces dernières pensées, n'ayant pas particulièrement envie que la potionniste se les approprie à nouveau. *Espérons juste que Thanaël aura déduit de ce qu'elle a dit qu'elle est légilimens, et qu'il ne s'égarera pas dans ses pensées comme moi.. Tiens ça pourrait être pratique pour le braquage d'être occlumens, ou même légilimens mais bon là on peut rêver pour qu'elle nous apprenne un truc pareil je suppose*

J'écoutais le jeune homme répondre à la question de la potionniste, ne voyant rien à redire par rapport au résumé qu'il avait fait oralement de leur projet, me contentant d’enchaîner sur sa dernière phrase.

- Un crime parfait n'existe pas, il reste forcément des traces, matérielles, ou tout simplement sous forme de témoins, oculaire ou non. Et nous le savons. Mais après tout, qui donc irait lancer une guerre après les sorciers parce que deux de ses mineurs ont fait une chose interdite ? Selon vos propres mots, nous sommes des gamins irresponsables, alors pourquoi lancer une guerre ? Autant punir directement les fauteurs de troubles, qui se trouve être Thanaël et moi-même. On prend le risque, on assume les conséquences. Poudlard n'en sera pas non plus impliqué si nous passons à l'acte pendant les vacances, lorsque nous ne sommes plus à charge de l'école.


*Elle va encore dire que je prends tout à la légère.. alors qu'au contraire on a retourné le problème sous tout les angles avec Than', elle croit vraiment que si on était des têtes brûlés on serait là, dans son bureau ? Depuis longtemps qu'on serait à Gringotts oui, au lieu de rester à Poudlard anticiper le maximum de problèmes avec une bonne préparation.*

2629 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Lun 13 Avr - 3:14

Ma première pensées fut que j'aurais du suivre la précédente me proposant de quitter le bureau en claquant la porte. Au moins je serais dehors, certes avec une punition pour avoir manquer de respect à un professeur, mais au moins dehors. Ce qui ne semblait plus être une possibilité envisageable.
A l'instant où la potionniste avait prononcé "-Silence mortels, Caius Iulius Caesar prend la parole!" j'avais  non seulement compris qu'elle avait une fois de plus lu mes pensées, mais aussi que la situation s'était nettement aggravée.
Un frisson m'avait parcouru l'échine en sentant l'atmosphère de la pièce se modifier. Glaciale. Glaciale et en même temps pesante, lourde, comme lorsqu'un orage s’apprête à éclater en été. Une ambiance à vous recroqueviller, à fermer les yeux en espérant que cela passe.. Ce qui bien sur ne fut pas le cas.

La jeune femme avait contourné son bureau avant de tourner autour de nous comme un oiseau de proie.
*Non. Comme un Serpent. Impressionnant.. On dirait une femme serpent.. qui hypnose. Qui hypnose avant de tuer.*
Comme déconnecté de la réalité, j'observais le déroulement des événements sans réagir au fait que c'était autour de Thanaël et MOI que la Femme-Serpent évoluait. Puis elle avait reprit la parole avec un timbre de voix que je ne lui avait encore jamais entendu, tenant des propos que jamais un professeur n'aurait tenus. C'était du délire, du pur délire. Fermant les paupières j'essayais de rassembler mes idées.
*Tout ce que je pense est entendu. Tout ce que pense Than' est donc aussi entendu. Et tout de que nous avons pensé -et dit- ne lui a pas plu. Et il ne reste plus beaucoup de temps pour la persuader du bien-fondé de notre entreprise. *
J'ouvris les paupières et palis en voyant la scène.
Thanaël, face à la jeune femme, qui le tenait par la mâchoire. Près. Beaucoup trop près.
Avant de lui dire d'une voix doucereuse "-Maintenant, je veux toute... la vérité. Que cherchez vous à voler là-bas. "

*Alors là, sérieusement, m'étonnerait qu'il puisse lui répondre quoique ce soit, dans cette position il doit juste faire au mieux pour ne pas perdre connaissan.. Ow*
Je venais d'apercevoir les yeux de la jeune femme, qui n'étaient plus noirs ourlés de doré comme je les avais toujours vu mais bleus, d'un bleu électrique. Cette femme n'était pas Anastasiya Wolkoff. C'était absurde et affolant mais c'était la seule conclusion que je pouvais avoir en la voyant. Pas la potionniste.

Arrivée à ce moment là, après avoir déjà vu et entendu la jeune femme depuis une dizaine de minutes, il aurait été logique que ce soit la vision de trop qui nous achève sur place -à moins que la Femme-Serpent ne se charge de le faire- et pourtant cela eu pour effet de me redonner contenance. Un sursaut d’énergie qui me poussait à ne pas laisser Thanaël dans cette situation. Un choc aussi qui ferma mon esprit, bloquant toute mes pensées derrières la plus urgente : retrouver Wolkoff.
Bon, physiquement c'est pas difficile de la retrouver, elle est juste devant Thanaël. Mais mentalement ou.. psychiquement, je ne savais pas trop à vrai dire, c'était pas la potionniste. Or, si en entrant dans le bureau on avait besoin de la potionniste pour obtenir des informations, là on avait besoin de la potionniste pour sortir de ce bureau avec autant de membres attachés les uns aux autres que nous en avions lorsque le seuil de la porte avait été franchis dans le sens inverse.

-Il n'y a peut-être "pas d'objets à récupérer pour la survie ou la destruction du monde" dans les entrailles de Gringotts, mais il y a de quoi changer un peu ce que le monde est..

Ma voix n'avait été qu'un murmure s'évaporant de mes lèvres, mais je savais qu'elle m'avait entendu. Après tout elle avait même entendu mes pensées plus tôt dans l'entretien, pas difficile là d'entendre une voix, aussi basse soit-elle.
J'avançais d'un pas vers eux, montrant par ce simple geste que je ne laisserai pas le Serpentard seul. Mais aussi que je ne comptais pas me battre contre elle, bien que cela puisse être une réaction d'auto-défense logique. D'une part, cela ne servirait à rien. Contrairement à ce que la plupart des professeurs pensaient, je savais me battre en duel et utiliser beaucoup de sortilèges, certains même en informulé. Je ne l'avais jamais montré puisque c'était Magnus, mon frère aîné qui me l'avait appris. Et aussi parce que moins les gens savent de vous, plus vous passez sans faire de vagues, sans être repéré.. Mais cela aurait été de la folie de sortir ma baguette. Je savais ne pas avoir le dessus sur elle, que ce soit la potionniste ou.. la "Femme-Serpent". Encore moins alors que le jeune homme était si proche d'elle.
C'était donc les mains vides que je m'approchais d'eux, les jambes flageolantes certes, mais bien décidée à nous sortir de ce pétrin. La fiole que je portais à mon cou depuis la fameuse nuit où les centaures attaquèrent les enseignant de Poudlard heurtait ma poitrine à chaque pas. Une fois à leurs cotés, le contact brûlant du verre contre ma peau, je tentais ce qui me semblait fou à faire, mais la seule chose à faire. Tout raconter. Tout raconter à une personne que je ne connaissais strictement pas -peut-etre aurais je été tenté de dire "personne que je ne connaissais presque pas" si cela avait été Wolkoff, mais ce n'était
pas Wolkoff. Tout raconter alors que je ne l'avais jamais raconter à qui que ce soit ? Seule ma famille me connaissait sur ce point. Et un peu Than' aussi, à qui j'avais expliqué certaines choses lors des moments passés ensemble à parler du projet Gringotts.

-Mon nom est Ash, Ash Callisto Howl..
Peut-être était ce surprenant de m'entendre me présenter à la fin de ma 5e année scolaire, mais puisque la Femme Serpent m'était inconnue, ça avait une certaine logique. Et puis peut-etre que la potionniste m'entendrais, d'où qu'elle soit.
-...Je suis la quatrième enfant de la famille. L’aîné, vous le connaissiez peut-etre, c'était un Serpentard.. Magnus. Il est diplômé désormais. Le plus jeune, peut-être que vous ne le verrez jamais. Il s'appelle Hayao, il a 10 ans et il rêve d'aller à Poudlard. Mais on n'a jamais su s'il était sorcier, car il a bien trop à faire à se débattre de sa maladie pour tenter de faire voler des objets ou briser du verre comme les enfants de son âge. Ses cellules s'auto-détruisent. Il a constamment besoin de dons sanguins et autres pour continuer à vivre..

Je n'avais pas relevé mes manches pour montrer les multiples marques blanches qui striaient mes bras. Elle devait bien le savoir, elle voyait tout, observait tout, écoutait tout, toujours. Peut-être même que l'évocation de mon frère lui rappelait ce que j'avais dit lors de mon invitation au bal, lorsqu’elle avait voulu savoir pourquoi je l'avais choisi. Et que je lui avais répondu que mon premier vœux avait été d'inviter mon jeune frère, mais que cela n'était pas autorisé.

-... Magnus a toujours voulu étudiez la science et les potions pour trouver un remède, mais ce genre de recherche nécessite des fonds de financement.
Lorsque j'ai rencontré Thanaël, l'idée de braquer Gringotts c'est d'abord faite par jeu. Et puis, en y réfléchissant, en se rendant compte de quels coffres nous comptions cambrioler.. Au bout d'un moment je me suis rendu compte que cet argent pouvait sauver mon frère. Et d'autres. Tout cet argent qui repose dans des coffres, par cupidité, par pouvoir, par de "nobles" familles de "Sang-pur". A quoi sert-il si ce n'est conserver leurs positions élevées dans la société pour une minorité ? Il n'y a rien de particulièrement précieux que nous souhaitons prendre dans la banque. Pas un joyau distinct. Seulement suffisamment d'argent dans le coffre des riches pour permettre à ceux qui en ont besoin d'en avoir. Hayao. Heinrich, que connaissait Thanaël. Et tout les autres.


Je restais songeuse, sans même regarder comment réagissait la Femme-Serpent. Je l'avais presque oubliée. Presque.
Secouant la tête en reprenant une respiration comme lorsqu'on se réveille, je croisai le regard de Thanaël.

*Hum, désolé si tu ne comptais pas parler d'Heinrich Than' mais c'est sortis tout seul.. Voilà que je me reparle à moi-même, c'est grave ? Quoique. C'est signe que je suis toujours moi. Et Wolkoff a beau avoir de moi une "image belle et bien pitoyable" elle n'avait de moi qu'une image. Tout comme elle n'a de Thanaël qu'une image.. les premières pensées les plus visibles sont parfois une belle barricade de nos souvenirs les plus intimes. Barricade qui peut voler à tout moment mais barricade tout de même Wolkoff.. C'est de pire en pire, non seulement je me parle à moi même, mais maintenant je parle à Wolkoff dans ma tête. Alors qu'on a même plus Wolkoff mais une Femme-Serpent en plus.. En même temps y a un aspect plus pratique à parler par penser, ça va plus vite, c'est plus spontanée.. Bon. Ash, Call, Listo, Wolkoff et Femme-Serpent, on arrête là les dommages inter-crâniens, arreeeeete de penser Ash*

-Voilà. Si vous relâchez la mâchoire de mon ami peut-être sera t-il possible pour lui de vous parler d'Heinrich. Sinon, je pense que tout est dit mais si ce n'est pas le cas vous pouvez toujours nous re-questionnez sur autre chose, à moins que Thanaël veuille déjà préciser quelque chose que j'aurai omis.. Ah, si. Vous nous demandiez pourquoi vouloir cambrioler Gringotts et ainsi nous attirer des ennuis. Si le nous concerne seulement Than' et moi, et bien vu que nous avons déjà des ennuis, la différence ne nous tuera pas, ou peut-être que si, mais au moins on aura essayé. Et si le nous concerne Poudlard, ou même l'ensemble des sorciers, alors sachez que non, nous ne voulons pas cela. Et c'est bien pour cela que nous comptons nous préparer -sortilège, potions..- de manière à éviter tout dommage collatéral.

Sans chercher à voir les yeux de la jeune femme se trouvant à ma droite, ce qui aurait pu m'indiquer s'il s'agissait encore de la Femme-Serpent où si la potionniste était revenue de sa petite virée intra-neuronal, je laissais la parole à Thanaël. Si tout du moins il lui était possible de parler avec les ongles de la jeune femme fichés dans le cou.




Infos Hors RP:
 
7940 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Lun 13 Avr - 12:49

- Silence mortels, Caius Iulius Caesar prend la parole !

*Quoi ? Elle a pété les plombs ou quoi ?*

Elle commença à se déplacer vers eux. Autour d'eux. Une alarme mentale s'était déclenchée et hurlait dans sa tête. Quelque chose n'allait pas. Pas du tout. Mais il ne pouvait mettre le doigt dessus. C'était juste un ressentit. Une sensation inexplicable. L'alarme continuait de hurler et de lui intimer de prendre la porte au plus vite.
Il ne bougea pas. Il suivait du regard la professeur, qui tournait autour d'eux. Il avait déjà vu ça, mais c'était lorsque un prédateur se rapprochait d'une proie. Là, il commença à beaucoup s'inquiéter.

La vitesse de réaction de la professeur fut telle qu'il n'eut pas le temps de bouger. Même pas le moindre petit réflexe primaire. Elle était juste trop rapide. Alors qu'elle le tenait entre ses doigts plus surement qu'une panthère attrape une proie, la seule chose qui lui vint à l'esprit fut la surprise d'une rapidité pareille :

*Wie hat sie das gemacht? Das ist nicht normal ! Sie ist keine Mensch..* Réalisant ce qui se passait dans sa tête, il essaya de se calmer. *Non, reprends toi. Pense en anglais. Pas en allemand. T'es pas à la maison. Reste calme et ne bouge pas. Ne la regarde pas dans les yeux, et ça devrait aller. Comme avec un ours. Un ours énervé, rapide et agile. Pas bouger ? T'es marrant moi même, je vais pas aller où ? Me dévisser la tête et laisser le reste du corps se faire la malle ? Bien sûr...*

Ash s'avança et pris la parole. Elle commença à raconter une histoire. Son histoire. Pourquoi, au fond d'elle, le braquage avait un sens.

- [...] Seulement suffisamment d'argent dans le coffre des riches pour permettre à ceux qui en ont besoin d'en avoir. Hayao. Heinrich, que connaissait Thanaël. Et tout les autres.

Elle avait offert une ouverture à Wolkoff. Il allait aussi devoir s'expliquer.

-Voilà. Si vous relâchez la mâchoire de mon ami peut-être sera t-il possible pour lui de vous parler d'Heinrich. Sinon, je pense que tout est dit mais si ce n'est pas le cas vous pouvez toujours nous re-questionnez sur autre chose, à moins que Thanaël veuille déjà préciser quelque chose que j'aurai omis.. Ah, si. Vous nous demandiez pourquoi vouloir cambrioler Gringotts et ainsi nous attirer des ennuis. Si le nous concerne seulement Than' et moi, et bien vu que nous avons déjà des ennuis, la différence ne nous tuera pas, ou peut-être que si, mais au moins on aura essayé. Et si le nous concerne Poudlard, ou même l'ensemble des sorciers, alors sachez que non, nous ne voulons pas cela. Et c'est bien pour cela que nous comptons nous préparer -sortilège, potions..- de manière à éviter tout dommage collatéral.

Il attendit quelques secondes avant de parler. La jeune femme (si ce qu'il avait en face de lui était encore ça) lui maintenait la tête avec une main, faisant rentrer ses ongles dans sa peau. Il réussit à articuler quelques phrases.

-Je pense que ma camarade a tout dit concernant les précautions que nous voulons prendre pour éviter cette guerre que vous redoutez tant. Mes motivations sont semblables aux siennes. Le Heinrich dont parle Ash était un petit vieux de mon village. Il vivait correctement car il avait placé de l'argent de coté tout au long de sa vie. Il était sympathique comme tout, et connaissait énormément de choses. Puis il est mort. Et j'ai appris qu'il avait des dettes auprès de Sang-purs. Qui se sont servis après sa mort. Je suis parfaitement d'accord avec le fait de payer ses dettes. Mais tout homme mérite une tombe décente. Et dans son cas, il n'avait vraiment plus rien; pas même de quoi avoir une tombe. Alors c'est moi qui le lui ai creusé dans le carré des indigents. J'avais prévu de lui donner une tombe qui en soit une avec ce qu'on aurait sortit de la banque.
Ah, et aussi, lors de mon premier voyage dans le Poudlard Express; je me suis fait dégager du compartiment par une bande dont le chef était Sang-pur. Il s'en est bien assez vanté, de sa fortune et du prestige de sa famille. Alors lorsque nous avons parlés du braquage de Gringotts, j'ai repensé et je me suis dit que ce serait une bonne occasion de voir si sans or ils sont aussi différents des autres. Je pense que ce serait intéressant de voir l'ordre établit depuis des centaines d'années s'écrouler en l'espace de quelques heures; juste pour les voir pleurer et regretter un passé qu'ils ne reverrons jamais.... Ce n'est pas une croisade pour redonner l'argent des riches aux pauvres, ou encore pour l'avenir des prolétaires. Brûler ou exploser quelques une de leurs possessions rentre aussi dans cette optique là. C'est purement une douce vengeance.


Il ne lui dit pas qu'il n'avait jamais auparavant ressentit ce besoin de vengeance, et qu'il ne c'était éveillé qu'avec l'évocation de la banque et des coffres les plus en profondeur. Comme l'avait dit Ash, si tout était parti d'un jeu, des motivations intérieures les avaient rattrapés.
3853 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   Mar 21 Avr - 22:29

Me tenant au même endroit depuis que j'avais commencé à expliquer la raison du braquage, j'avais écouté Thanaël parler d'Heinrich et des Sang-Pur. *Une vengeance, oui, une douce vengeance.. *
L'instant d'après, le Serpentard était au sol, mais libre de ses mouvements. Alors que la Potionniste tournait encore autour de moi, me jugeant de son regard, je n'avais pu m’empêcher de jeter un bref coup d’œil à mon acolyte, rassurée de le voir se relever sans problème. La voix de la jeune femme, un léger murmure prononcé d'un ton bas, éloigna mes pensés de Thanaël.
L'entendre parler d'aider Hayao me surprit suffisamment pour que je ne puisse prononcer un mot.
*Hayao on l'a toujours aidé en famille, et voilà que la prof la plus à craindre de Poudlard propose de le mettre en contact avec des gens aptes à l'aider..* Muette, je n'eus pas la réaction de corriger à haute voix les paroles de la potionniste. *C'est Magnus qui aime la science et les potions, pas Hayao.. voilà ce que c'est d'avoir une famille nombreuse, les gens s'y perdent quand on parle de plusieurs frères en même temps.. Enfin bon.*
-Hayao n'est pas faible. Il se bat déjà depuis presque 10 ans pour vivre..
J'avais répondu d'un ton si bas que je ne savais même pas si ma phrase était audible, la fin se perdant même dans mes pensées *C'est moi qui risque d'être faible, et de ne plus parvenir à lui donner sang et autres nécessaires à sa survie, en une quantité toujours plus grande*

-Soit. Je peux peut être vous aider.
Relevant la tête, j'observai la jeune femme qui nous tournait le dos. Tout bien considéré, je crois que je n'avais jamais été aussi heureuse de voir Wolkoff. En même temps, après le tour de passe passe qu'elle nous avait fait et la rencontre avec la Femme-Serpent, toute personne à peu près logique aurait été enchantée de revoir les yeux noirs-dorés de la Potionniste. Elle avait fini par se tourner légèrement vers nous avant de poser sa question.
Que voulez-vous?
Et voilà que posée à brûle pourpoint je ne savais même plus que lui demander. Toutes les lectures des derniers jours se bousculaient dans ma tête, les donnés sur la banque et sa sécurité, les sortilèges adéquats pour ce genre de situation.. Après un court silence je pris la parole

- Et bien.. on voulait votre avis sur les sortilèges indispensables pour une telle entreprise, on en a déjà révisé quelques uns mais peut-être qu'on est passé à coté de certains qui pourraient nous être utiles. Concernant les potions, il y en a aussi qui pourrait nous être utiles sur place mais comme il serait difficile de les préparer à la vue de tous, avoir un endroit pour le faire nous arrangerait.. Sinon, pour la banque en elle même, on a fait quelques recherches afin de connaitre le terrain
-j'hésitai un bref instant avant de me décider à sortir une feuille de parchemins de ma poche, la tapotant du bout de ma baguette en laissant ainsi les caractères se modifier et transformer une banale feuille de cours en récapitulatif de nos recherches. Me dirigeant jusqu'à son bureau, j'y posais la feuille couverte de mon écriture- alors si vous connaissiez d'autres informations ou quoique ce soit qui puisse nous apporter un avantage.. Et hum, peut-être.. -je tournai la tête vers Thanaël avant de refaire face à la jeune femme- ..peut-être nous en apprendre un peu sur l'occlumencie aussi..

Je restais indécise, sans savoir si je devais préciser maintenant les sortilèges et potions que nous voulions connaitre. Vu comme ça, notre demande paraissait énorme, pourtant nous avions déjà travaillé sur les sortilèges avant d'aller la voir, certains même en informulé afin d'avoir la seconde d'avance parfois nécessaire pour surprendre son adversaire.


2926 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: bureau Wolkoff   Jeu 23 Avr - 22:06

Il se retrouva par terre dès que le professeur l'eut lâché. Elle se dirigea ensuite vers Ash et commenta la raison que la Pouffsouffle avait donnée pour cette visite de la banque. Revenant vers son bureau, elle leur répondit simplement :

-Soit. Je peux peut être vous aider.

Le Serpentard fut assez surpris de cette réponse, surtout que tout c'était déroulé plutôt mal pour eux jusqu'à présent.

-Que voulez-vous?

Venait-elle d'accepter de les aider ? Il ne le croyait qu'à moitié. Elle cherchait sûrement à savoir ce qu'ils avaient prévus.

*Changer d'avis comme ça.... soit on a des arguments du tonnerre soit elle est bipolaire...*

Son associée répondit avant lui à la question du professeur. Certes, il avaient fait des recherches, mais tout ce que pouvait savoir la potionniste de plus serait bénéfique. Les ouvrages de la bibliothèques étaient plutôt avares de renseignements sur la banque. Au moins, ils avaient fait une liste des sorts et potions qui leur seraient utiles, et c'était bien les domaines de prédilection du propriétaire de la pièce où ils se trouvaient. Marquant une petite pause, Ash se retourna vers lui. Il acquiesça d'un mouvement de tête. Il savait que les deux élèves avaient eu la même idée. L'occlumencie. La discipline leur serait surement plus qu'utile. Il avait bien entendu dire que ceux qui maîtrisaient cet art pouvaient cuirasser leur esprit de manière à ce que personne ne puisse y lire; mais cela lui paraissait encore un peu fou. Comme beaucoup de choses du monde magique d'ailleurs. C'est en voyant la feuille de parchemin sur le bureau qu'il réalisa vraiment la masse de travail qui les attendait encore malgré tout ce qu'ils avaient déjà fait.
1347 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: bureau Wolkoff   Lun 11 Mai - 0:57

*Bon et bien le sort est jeté. Elle a toutes les cartes pour nous faire expulser de Poudlard, avec une preuve manuscrite de ma propre main en plus, il lui suffit de communiquer ces infos à la Directrice. Sauf si.. * Était-il vraiment possible que Miss Wolkoff accepte de nous aider, ou tout du moins de ne pas nous arrêter ? Je restais quelques instants songeuse, le regard dans le vague, me demandant jusqu'où nous irions. *Jusqu'au bout Ash..*
Laissant la jeune femme prendre connaissance du contenu du parchemin, j'attendais la suite des événements. Après un moment de suspense qui me parut interminable, la potionniste nous fit comprendre d'un mouvement de tête qu'elle allait réfléchir avant de nous donner une réponse définitive..
*Fallait s'y attendre qu'elle nous donnerait pas des informations immédiatement, encore moins des cours d'occlumencie et compagnie.. Enfin, dans l'idée générale il semblerait qu'elle soit plutôt d'accord, et surtout dans l'immédiat on est autorisé à sortir de son bureau par nos propres moyens, en mettant une jambe devant l'autre, chacune étant rattaché au reste de notre corps. Vu que la Femme-Serpent ne semblait pas avoir le même objectif en vue, on peut s'estimer heureux.*

Saluant la jeune femme, je sortis de son bureau, Thanaël a ma suite.
Le braquage de Gringotts, à défaut d'obtenir des informations capitales et des savoirs immédiatement, venait néanmoins de prendre un autre tournant. Ce n'était plus des paroles en l'air d'un simple jeu. Ce n'était pas non plus un geste fou et désespéré.
C'était une vengeance réfléchie qui nous permettrait d'arriver à nos fins.




Fin du rp
1287 caractères validé par Molly

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bureau du Professeur Wolkoff   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bureau du Professeur Wolkoff
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Les couloirs-