BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 La voie 9 3/4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: La voie 9 3/4   Sam 28 Mar - 10:53

La voie 9¾ est le nom d'un quai secret aménagé au cœur de la gare ferroviaire de King's Cross, à Londres. Il vous permettra à vous, apprentis sorciers, d'accéder aux voitures du Poudlard Express, un train spécial rouge écarlate qui vous conduira au collège Poudlard et vous ramènera ici même à la fin de votre année scolaire et au début de vos vacances. Le train en question qui provoque une grosse fumée blanche n'attend jamais les retardataires. L'heure, c'est l'heure ! Avant l'heure, ce n'est pas l'heure, et après l'heure, ce n'est plus l'heure ! Il faut savoir que cette voie magique a, comme beaucoup de lieux, une histoire qui lui est propre. Au milieu du XIXème siècle, Ottaline Gambol, la ministre de la Magie, projette de relier Londres et Poudlard par une voie de chemin de fer, mais l'idée de construire une gare ferroviaire exclusivement réservée aux sorciers en plein cœur de Londres est très vite abandonnée. C'est Evangeline Orpington, le ministre de la Magie de l'époque, qui eut l'idée d'utiliser la nouvelle gare moldue de King's Cross et d'y créer une voie cachée, la voie 9¾. 
La voie 9¾ est invisible aux yeux des moldus. Elle se dissimule entre les voies 9 et 10. On y accède par magie, en traversant au pas de course un mur de brique, pour finalement se retrouver sur le quai d'où part et arrive traditionnellement le Poudlard Express, menant à Poudlard. En traversant cette voie qui sera certainement bondée, vous pourrez y croiser des personnages bien différents les uns des autres. Certes, il s'agira sans aucun doute des parents de vos camarades, mais leurs différences vous sauteront aux yeux ! Certains d'entre eux seront vêtus de longues robes aux couleurs variables tandis que d'autre porteront de simples habits moldus ! Il est vrai que certains sorciers prennent la peine d'enfiler des vêtements dits "normaux" mais ils ne font pas tous cet effort ! Il y aura également beaucoup de bruit tout au long de ce quai: entre les animaux en tous genres, les détonations provoquées par les baguettes de vos camarades trop heureux de retrouver leurs amis et les cris de parents qui cherchent leurs enfants, il est totalement impossible de s'entendre réfléchir !
Dépêchez-vous ! Votre train va bientôt partir !


Dernière édition par Maître du Jeu le Sam 8 Aoû - 0:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Dim 12 Avr - 20:10

Pour la première fois de sa vie, Eléanor allait quitter ses parents pour plusieurs semaines. La rentrée était arrivée à une vitesse impressionnante, et elle était sur le quai pour partir à Poudlard. La veille, elle avait fait les courses sur le Chemin de traverse et s'était procurée tout le matériel de sa liste. Certaines choses lui avaient semblée étranges... Mais son père l'avait conforté dans ses choix. Le passage chez Ollivander's avait plus qu'inquiété la petite fille. Son père, un sourire attendri au lèvre l'avait poussé dans la boutique.

- Tu dois y aller seule. C'est un achat important que celui de ta première baguette ma puce...

- Mais...

Elle n'avait pas eu le temps de rétorquer que déjà la sonnette indiquait sa présence, et un monsieur s'était approché d'elle.

Maintenant, elle n'arrivait plus à détacher ses doigts encore marqués par l'enfance de ce morceaux de bois si précieux! Sur le quais de la gare, elle l'avait caché dans la poche de son pantalon, mais elle était prête à dégainer.
Bien sur, Eléanor n'y connaissait rien, et elle aurait été incapable de lancer le moindre sort. Mais elle se sentait invincible. Comme le soir d'Avril où Alan, son père, avait séché son journal comme par magie.

Sur le quai de la gare, juste entre la voie 10 et 9, un mur. On lui avait expliqué qu'il fallait qu'elle court pour passer à travers. Mais au pied du mur (et c'était le cas de le dire) cela lui semblait clairement ridicule. Pourtant, elle prit son élan et s'élança.

De l'autre coté, des enfants de tout âges se pressaient autour des portes.
La brunette ouvrit de grands yeux étonnés. Elle n'avait pas peur, et se sentait rassurée: tout ces gens étaient comme elle! Elle n'était pas bizarre, comme toutes ses copines de l"école le lui disait.
Très vite, la cloche indiquant le départ prochain du train sonna. Eléanor se précipita dans les bras de sa mère.
Ce n'était pas la peur qui lui tordait le ventre, mais un curieux sentiment. Entre l'appréhension et l'excitation de découvrir un nouveau monde. Sa mère l'embrassa, retenant ses larmes.
Puis son père se rapprocha d'elle, s'agenouilla et lui remonta la fermeture éclair de sa veste.

Une question qu'elle n'avait pas osé poser jusque là sortit sans crier gare de la bouche de la petite sorcière:


- Tu es comme moi toi aussi hein?

En guise de réponse, Alan sourit de plus belle et acquiesca. Sa fille se mit à rire, entoura son cou de ses bras et lui posa un baiser sur le front. Puis, elle se retourna vivement, et attrapa son sac, le porta à bout de bras refusant l'aide que ses parent lui proposèrent, et monta dans le train.
Après un dernier au revoir par la fenêtre de son compartiment, Eléanor vit les silhouettes de ses parents devenir toutes petites. Puis disparaitre.
Eléanor était prête à partir pour Poudlard.


RP unique
2204 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarCédric Walster
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Dim 26 Avr - 22:11

Cédric poussait son chariot, à travers la gare de King's Cross, sa mère à ses côtés. Héron, son hibou, regardait les gens qui se hâtaient. Des Moldus pressés, en voyage d'affaires, tout simplement en voyage ou en retard. Des Moldus rattrapés par le temps qui file si vite... Cédric regarda sa mère. Elle s'était élégamment coiffée d'un chapeau cloche noir, habillée d'une robe noire et chaussée d'escarpins vernis. Le jeune homme la trouvait extrêmement classique mais très distinguée. La mère et le fils marchèrent en direction des voies 9 et 10.
- Tu es prêt ? demanda Anélie.
- Bien sûr.
Anélie Walster regarda autour d'elle puis attrapa son fils par la manche de son pullover. Les deux sorciers foncèrent vers le mur qui leur faisait face. Ils se retrouvèrent dans une toute autre gare, qui semblait plus ancienne. Cédric fut frappé par la splendeur de la locomotive rouge face à lui : le Poudlard Express. Autour de lui, embarquaient quelques élèves. Anélie sourit à son fils et lui caressa les cheveux d'un geste tendre.

- Bon et bien tu vas devoir y aller, mon grand garçon. Papa serait très fier de toi. Je suis très fière de toi.
- Merci maman.
- Tache de ne pas faire de bêtises, n'oublie pas de nourrir Héron, de m'écrire souvent et...
- Je sais maman. Tu m'as déjà fait ce discours quand je suis parti à l'école de sorcellerie Allemande !
- Oh, oui... Bon... Eh bien... A bientôt mon grand. Passe une bonne année... Je t'aime.
- Je t'aime aussi.

Anélie posa un tendre baiser sur les cheveux blonds de son unique fils. Cédric sourit, l'embrassa sur la joue puis soupira. Il prit ses bagages et la cage d'Héron, puis monta dans le train. Il s'engouffra dans un compartiment puis passa sa tête par la fenêtre. Il lança un dernier sourire à sa mère puis le train démarra, direction Poudlard...

Rp unique
1385 caractères vérifié par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Lun 13 Juil - 11:44

Je n'avais jamais pris le Poudlard Express, même pas pour aller à Poudlard cette année car le Ministère avait tardé à donner le feu vert pour que j'entre dans cette école, ce qui expliquait que j'avais raté ma rentrée.

Mais ça, c'était loin derrière moi, ce qui ne l'était pas en revanche c'était mon estomac noué après tant d'heures de voyage. Noué aussi parce que je ne verrais plus si souvent mes amis avant deux mois, même si j'allais passer quelques jours chez l'une d'entre eux, et que j'allais revoir les Potter après des mois d'absence. 

Pendant quelques années, après ma sortie d'hôpital, ils avaient été tout pour moi. Ils avaient tant fait pour que je remonte la pente que j'espérais qu'ils voient comme j'avais changé, en même temps que j'avais peur qu'ils ne remarquent rien.

Je venais de descendre du train et j'étais plantée là, au milieu du quai, à attendre je ne savais trop quoi. Jérémy et Polly devaient déjà être loin et j'étais déçue de ne pas leur avoir dit au revoir correctement alors que je voyais une centaine de camarades se faire des accolades et se saluer de la main. J'essayais d'apercevoir Ginny ou Harry pour rentrer le plus vite possible, et en même temps je voulais voir une dernière fois Roxane, Amy, Lune et les autres.

Alors que je piétinais dans mon coin, je fus surprise par un bras autour de mes épaules et je me retournais sur Gabrielle avec un air fatigué et inquiet.

- Eh ! Ria fais pas cette tête ! On se revoit dans à peine deux mois ! Et sinon les hiboux ça existe. 
- Oui je sais.
- Alors souris. A moins que ça soit la séparation avec ce garçon que tu ne supportes pas.
- Quel garçon ?

Je n'avais pas eu le temps de répondre que Jérémy était revenu vers moi, Polly au bras visiblement heureuse de rentrer chez elle. Gabrielle m'envoyait un clin d'oeil complice et les saluait avant de rejoindre sa famille.

- On ne vous attends pas ?
- On n'allait pas partir sans te dire au revoir quand même.

Mon coeur s'accélérait, soudain léger, sans que je ne comprenne - ou alors je ne le voulais pas - et je pris Polly dans mes bras en souriant. Cette dernière me chuchotait à l'oreille pendant notre accolade :

- C'est lui qui a insisté.

Elle me sourit d'une façon toute aussi complice que la Serdaigle un peu avant, et ensuite ce fut le tour du Poufsouffle de me serrer contre lui. Me revint soudain en tête l'atmosphère lourde de tout à l'heure, et comme j'avais ressenti ce bien être aussi en compagnie de Jack. Le visage de ce dernier envahit mes pensées mais fut d'un coup remplacé par l'image du brun qui ne me lâchait pas. Mon coeur se mit à battre et moi à paniquer intérieurement le temps qu'il me relâche enfin. 

* C'est pas grave, c'est rien ! Tu es fatigué ! Demain ça sera oublié ! *

M'empêchant de rougir, je leur fis un dernier signe de la main alors que les deux Poufsouffles ne s'éloignent pour de bon. Mais avant que j'ai pu m'étendre sur mon coeur lourd, je fut attaquée par une furie châtain qui me serrait contre elle à m'en étouffer. 

- Amy ! Tu m'étouffes ...
- Tu vas me manquer Ria ! Mais tu m'écriras ? 
- Promis, toi aussi tu vas me manquer.

Ma meilleure amie me relâchait après deux bonnes minutes et je lui collai un gros bisou sur la joue avant qu'elle ne reparte au pas de course dire au revoir à quelqu'un d'autre.

Je soupirai de lassitude, de nouveau seule, et attendis encore pour apercevoir ma famille ou d'autres amis.

rp libre
2613 caractères validé par Ambre


Dernière édition par Victoria Lester le Jeu 23 Juil - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Lun 13 Juil - 14:50

Après avoir traversé toute la campagne écossaise et anglaise, le Poudlard Express arriva enfin à la gare de King's Cross, sur la voie 9 3/4. Le flot d'élève se déversa sur le quai où attendaient de nombreux parents.
Lune avait passé le voyage avec des élèves de son année, qu'elle connaissait plus ou moins. A l'arrivée, elle attendit que la foule sorte et dégage le passage pour sortir à son tour. Mais sa valise s'était bloquée dans le filet à bagage au dessus de la banquette. Elle tira et poussa mais la grosse malle ne voulait pas tomber. La jeune gryffondor monta alors sur la table afin de voir ce qui coincait. La fermeture s'était ouverte et s'était glissé entre le mur du compartiment et le filet à baggages. Lune se hissa dans le filet et tira d'un coup sec sur le cordon. Celui-ci se débloqua et la valise tomba sur la banquette. La gryffon, déséquilibré partit en arrière et se réceptiona d'une manière hasardeuse sur la table.


*Wow… qu'est-ce qu'il s'est passé là ? *

Lune se redressa, se mit debout et retomba sur le siège, son genoux ayant laché. Elle attendit quelques minutes, le temps de retrouver son souffle et que la douleur se dissipe et attrapant la poignée de sa valise, sortit du train, en boitant et trainant sa grosse malle derrière elle.

La jeune fille scruta les visages de tous les gens qui se trouvaient là. Le père de son ami, Guerric, devait venir la chercher. Il était sans doute de l'autre côté du passage magique. Lune s'assit sur sa valise, dans un endroit calme et entreprit de masser sa jambe.
Autour d'elle, tous les élèves couraient dans tous les sens, rattrapant l'un, embrassant l'autre. Victoria était de l'autre côté du quai, seule à regarder l'agitation. Lune l'avait aperçue dans le train, en compagnie du garçon avec qui elle avait parlé. Comment s'appelait-il déjà ? La gryffondor ne savait plus.
Elle se leva et renonçant à traîner sa valise derrière elle, se dirigea vers la poufsouffle. Cette fois-ci, elle ne lui sauta pas dessus, étant fatiguée par le voyage.


-Coucou Ria. Ca va ? Tu attends tes pa… heu, les Potter ?


Lune rougit légèrement, gênée de sa gaffe. Elle espérait que cela n'affecterait pas trop son amie.


-Hum… Moi, c'est le père d'un ami d'enfance qui doit venir me chercher. Je vais passer les vacances chez eux, mes parents ne sont pas encore rentrés... Mais il est moldu, donc je crois qu'il est de l'autre côté.




réponse à Ria - rp libre
1863 caractères validé par Ambre
couleur Lune : #ff66ff


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Mar 14 Juil - 13:07

Quelques minutes seulement venaient de passer quand une autre de mes amies me rejoignit. Je fus ravie de pouvoir dire au revoir à Lune mais j'étais fatiguée et cachais ma joie à travers un autre sourire lassé. Par chance Lune semblait aussi épuisée que moi et ne se formalisait donc pas de mon peu d'enthousiasme.

- Coucou Ria. Ca va ? Tu attends tes pa… heu, les Potter ? ... Hum… Moi, c'est le père d'un ami d'enfance qui doit venir me chercher. Je vais passer les vacances chez eux, mes parents ne sont pas encore rentrés... Mais il est moldu, donc je crois qu'il est de l'autre côté.

La petite Gryffondor parut gênée par quelque chose mais je n'avais pas capté par quoi. Elle aussi attendait qu'on vienne la chercher et je la comprenais. J'avais hâte de rentrer prendre une douche et de m'allonger un peu sur mon lit.

- Salut Lune. Oui moi aussi, j'attends Ginny. Mais pour le père de ton ami, oui, s'il est moldu il ne passera pas la barrière, tu devrais le rejoindre. 

rp libre - réponse à Lune
Ria 3366ff 
752 caractères validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Mar 14 Juil - 23:45

*Vive les vacances !* C’était la première  chose à laquelle j’avais pensé en montant dans le Poudlard Express. Les cours s’étaient finis l’avant-veille pour nous permettre de boucler nos valises à temps. J’avais eu du mal à fermer la mienne car j’étais partie moins chargée qu’au retour. C’était la première fois que je montais dans le célèbre train rouge, j’étais arrivée mi-décembre dans l’école, mes années scolaires ayant toujours commencé en janvier.   

Mon énorme valise frappait contre les parois du couloir. Je cherchais un compartiment vide depuis près d’une quinzaine de minute. J’avais vu Ria avec son « ami » Jérémy alors je n’avais pas voulu les déranger. *Amy doit surement être avec eux.*. Ash devait être avec les innombrables membres de sa famille et surement Rory était-il avec son petit-ami. Bref, le train était déjà en marche et je n’avais  toujours pas trouvé de siège. Finalement je m’étais installée aux places libres dans le fond du train.

J’avais sorti un livre pour que la solitude ne me pèse pas. Quand la vendeuse de confiserie était passée j’avais acheté quelques chocogrenouilles pour cinquante mornilles environ. J’avais même piqué un somme alors que j’essayais de contempler le paysage des Highlands. Mais au bout de trois heures de trajet je n’avais plus rien à faire et je commençais sérieusement à m’ennuyer. Je me levai et me mis à déambuler dans le train. A travers les vitres je vis des groupes d’amis qui s’amusaient et rigolaient. A cet instant mon coeur se serra. *Pourquoi suis-je seule, alors que tout le monde est avec ses amis ?* Au fond de moi je préférais ne pas savoir.
 
Je passai devant le compartiment où se trouvait Ria ; Elle était toujours seule avec le beau Jérémy alors je n’osai pas la déranger. *Je la verrais plus tard.* Je continuai sur ma route et trouvai finalement Rory seul dans un wagon. Je passai la tête dans l’entrebâillement de la porte. 

- Kalis n’est pas avec toi ? demandai-je en sortant le Serdaigle de ses pensés.

- Non il est parti chercher à manger. 

- Je peux entrer ? questionnai-je en faisant en pas dans l’habitacle.

- Bien sûr !

Il poussa les affaires posées sur le siège face à lui pour me faire une place. Je passais la fin du trajet en sa compagnie. On évoqua nos souvenirs de l’année ; l’interview que nous avions fait pour le deuxième numéro du journal ; la fois où je l’avais surpris dans l’aile abandonnée ; notre première et assez houleuse rencontre aussi. Tous les bons moments y passèrent, ceux où nous avions eu nos plus grands fous rires, ceux où nous nous étions le plus amusés.
 
Quand le train entra en gare le bruit des freins fut insoutenable. Je me bouchai les oreilles tout en observant par la fenêtre pour tenter d’apercevoir mes parents. Seulement la masse de sorciers regroupés ici étaient ahurissante et je ne réussis pas à les trouver. Un fois le Poudlard Express totalement arrêté j’allai chercher ma valise puis descendis plus rapidement possible. Dehors la fumée du train dégageait une odeur rance qui me piquait le nez. J’avançais comme je pouvais dans le tumulte de parents et enfants, me perdant en « pardon » et autres « excusez-moi ». Alors que je me débattais avec ma valise en scrutant tous les visages des personnes autour de moi, je vis Ria et Lune un peu plus loin. N’ayant pas le temps d’aller les voir je leur fis un signe de la main et mimant un « bonnes vacances » avec les lèvres. 

Je continuai mon chemin tant bien que mal. Au bout de dix bonnes minutes je retrouvai mes parents parmi la foule. C’était bien eux : l’homme imposant aux multiples cicatrices, et la femme douce et élégante. Je me mis à courir dans leur direction oubliant toutes règles de bonne manière quand je bousculais des passants. Ils m’étreignirent avec joie. Ils m'avaient tellement manqué. Même le parfum de ma mère m’avait manqué. *Fleur de lilas et pointe de jasmin.* Je n’arrivais pas à me résoudre de les lâcher.  Je ne les avais pas vus depuis six mois alors que je n’avais encore jamais vécu loin d’eux plus de trois jours. Quand on se lâcha enfin je vis que leurs yeux brillaient, de fierté ou de bonheur je n’aurais su le dire.
  
Mon père prit parole pour me présenter l’homme qui se trouvait à ses cotés. C’était le père de Rory, Mr Embrekson. Ses enfants n’arrivèrent pas très longtemps après moi. Quand mes parents décidèrent qu’il était temps pour nous de partir, je serrais le Serdaigle dans mes bras lui faisant promettre de ne pas suivre le Lutin donneur de quêtes si celles-ci étaient trop dangereuses.
 
Mon père se mit à chercher un endroit calme où transplaner. Alors qu’on se dirigeait dans le sens opposé de la sortie de la voie, j’aperçus Ash avec toute sa tribu et ses parents.

- Call ! lui criai-je. Bonnes vacances ! Et fais bien attention aux Strögarlums, il parait qu’on en crée des armés dans la région !


- Bonnes vacances, me répondit-elle en souriant, sa crinière multicolore flamboyant au soleil. 

Mes parents m’interrogèrent du regard n’ayant sûrement pas compris de quoi je lui parlais. Je leur fis signe de ne pas essayer de comprendre, c’était notre truc, à nous trois des rédacteurs de l’Ephémère.  Finalement mon père me prit la main. C’était l'heure fatidique: celle du grand départ.

- Je compte jusqu'à trois. *Un, deux, trois*


Quand je rouvris les yeux je fus éblouie par le soleil qui se couchait sur l’horizon. Nous étions dans l’allé de platane, dos à ma maison. Ma mère fit un pas en avant pour se retrouver à notre hauteur. Mon père me tenait toujours par la main. 

-Bienvenue à la maison chérie, me dit-il.

Au loin deux dragons entamaient une danse nuptiale. Leur balai aérien me rappela à quel point j’aimais ma maison et qu'elle m'avait manquée.

rp unique.
4534 caractères validé par Ambre

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Mer 15 Juil - 18:34

Heureusement, Victoria ne releva pas et continua comme si de rien était.


 -Salut Lune. Oui moi aussi, j'attends Ginny. Mais pour le père de ton ami, oui, s'il est moldu il ne passera pas la barrière, tu devrais le rejoindre. 


* Hoo, elle a tellement de chance de connaître les Potter… Non, je ne dois pas dire ça, elle a perdu ses parents…Mais j'aimerais tellement les rencontrer. Mais ça va pas être possible, je ne veux pas que Ria croit que je suis amie avec elle juste pour rencontrer les Potter… *


La jeune gryffondor soupira intérieurement et chassa ces pensées de sa tête.


-Tu as raison, je devrais y aller.


Lune passa ses bras autour de la poufsouffle et la serra.


-Bonne vacances Ria, tu vas me manquer.


La jeune gryffondor s'écarta et sourit à son amie. A ce moment-là, Roxane passa loin, en leur adressant de grands signes de mains. Lune et Ria lui répondirent de la même façon. La plupart des élèves étaient déjà partis avec leurs parents. Lune décida de ne pas trainer. La route jusqu'à son village était longue.


-Bon, je vais y aller, déclara la gryffon en faisant claquer un bisou sur la joue de sa compagne, à l'année prochaine !


Et la jeune fille s'éloigna en faisant un dernier signe de main. Elle récupéra sa valise et la cage de sa chouette, les mit sur un chariot et attendit son tour dans la file pour passer la barrière magique. En effet, les sorties étaient régulées par un membre du ministère, afin de ne pas trop éveiller la méfiance des moldus.


De l'autre côté, régnait également une atmosphère bruyante et lourde. Lune s'éloigna un peu et parcourut la foule du regard à la recherche du père de Guerric, Mr Daniel Walford
Elle aperçut Harry Potter et sa femme Ginny. Il avait maintenant vieilli depuis la bataille de Poudlard, mais ils étaient autant impressionnants que dans les livres d'histoire. La gryffondor les observa quelques secondes, avant qu'ils ne disparaissent dans la foule. Elle trouva Mr Walford assis dans une caféteria, une tasse à la main. Lune, qui se voyait mal entrer avec son chariot « bizarre », lui fit de grands signes avec les bras. Quand il la vit, il sourit et se dépêcha de sortir rejoindre la jeune fille.
C'était un homme dont la taille était un peu en dessous de la moyenne, mais qui dépassait quand même Lune de plusieurs têtes. Il avait des cheveux bruns, qui se parsemaient de gris, par la quarantaine. Mr Walford était quelqu'un d'aimable et d'avenant, mais il s'emportait souvent quand la sécurité ou ses consignes n'étaient pas respectées. Son fils, Guerric avait hérité du caractère de son père, même si le garçon blond le niait. C'était d'ailleurs pour cela que Lune s'entendait avec le père et avec le fils.


- Miss Roverside, déclara L'homme, d'un façon distinguée, avec une petite courbette.
- Monsieur Walford, répondit Lune de la même façon.


Ils se jaugèrent du regard quelques instants, puis sourirent. Lui et la jeune fille se saluait de cette manière, en souvenir de la fois où Lune, Guerric et son père avaient regardé ensemble un film qui se passait à la Renaissance. Depuis, ils s'amusaient à se parler de façon noble. La jeune fille aimait beaucoup cette période de l'histoire, tout comme Mr Walford et son fils Guerric


-La voiture de Mademoiselle est avancée, continua-t-il en prenant le chariot des mains de la jeune fille.




-Vous m'en voyez ravie, dit Lune en souriant. Elle réalisait brusquement que ce ton de discussion lui avait manqué. Les vacances commençaient bien.


La jeune fille et Mr Walford sortirent de la gare et rejoignirent la voiture, garée quelques rues plus loin.


réponse à Ria - rp unique
2817 caractères validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Mar 21 Juil - 15:26

Ça y était, les derniers aux revoir venaient d'être fais. J'avais pu voir Lune. Même Roxy, restée à bonne distance, nous avait saluées. 

J'avais regardé mes amies partir avec un sourire, fatigué mais un sourire tout de même, et je repartais dans mes pensées. Je rêvais d'un bon bain moussant et ensuite d'une longue sieste avant que Ginny ne m'appelle pour que je descende dîner. J'étais sûre qu'une fois rentrée à la maison, elle irait préparer un de mes repas favoris, peut être des lasagnes, ou un poulet rôti, et pourquoi pas une tarte aux fraises pour le dessert. 

Faisant de nouveau les cent pas, j'échangeais encore quelques salutations de la mains avec d'autres camarades en salivant d'avance pour le dîner. Quand enfin une main sur mon épaule me fit me retourner et dès que je vis le visage de Ginny et Harry je me jetais dans leur bras, bien évidemment ils me rendirent mon étreinte. 

Ensuite, toujours dans un silence apaisant, nous sortions tous les trois de la gare avec le bras de Ginny autour de mes épaules et ma valise aux mains de Harry. C'était si bon de se retrouver et de rentrer à la maison. 


Fin du RP
878 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Sam 5 Sep - 10:35

Onze heures moins le quart. Ridwen longeait le quai 9 ¾ d'un pas vif en tirant une valise particulièrement lourde. Elle n'avait pas pris la peine d'emprunter un chariot pour un seul bagage, mais elle regretta bien vite d'avoir fait ce choix. La valise l'encombrait, cependant personne ne pouvait s'en douter en la voyant déambuler avec son éternelle démarche légère. Personne ne pouvait penser qu'en réalité elle peinait à avancer avec un tel poids à traîner. La jeune fille se fraya un chemin jusqu'au train en serrant les dents - d'une part parce que son poignet commençait sérieusement à la faire souffrir, et d'autre part parce qu'elle n'appréciait pas particulièrement la foule. Ce n'était pas chose aisée car le quai était déjà bondé à cette heure. Autour d'elle, une multitude d'élèves se retrouvaient et discutaient avec animation. Certains faisaient leur adieux à leurs parents - avec quelques larmes, parfois. Des bribes de conversations parvenaient sans cesse à ses oreilles, de tous les côtés. Des chats passaient devant elle en frôlant ses chevilles, une grenouille gambadait le long de la voie, et quelques chouettes s'agitaient dans leurs cages. La célèbre locomotive écarlate se dressait avec majesté, encadrée d'un panache de vapeur.  
Ridwen, quant à elle, n'avait aucun animal et avait déjà dit au revoir à ses "parents" côté moldu. Enfin, elle n'avait personne à qui raconter ses vacances d'été. Elles faisaient pâle figure face aux récits captivants de ses camarades, pourtant elle n'en avait jamais passé d'aussi agréables. Elle avait pu se promener à loisir dans une maison spacieuse et vivre avec une vraie famille, chose impossible dans le foyer où elle avait passé huit ans de son existence. La jeune fille s'était attachée à ce nouvel environnement si chaleureux. En conséquence, le départ n'a pas été facile, et à présent elle était de nouveau seule.  
Ridwen trouva l'atmosphère plus sombre que les années précédentes. Les vitres du plafond incurvé de la gare filtraient une lumière limpide, mais elle s'en sentit étrangement détachée, comme si un voile obscur la séparait de la magie du lieu. Elle connaissait la raison de cet étrange ressenti: les événements inquiétants qui ont eu lieu l'année passée l'ont fortement affecté - et elle n'était pas la seule. Elle croyait percevoir une tension parmi la foule qui se pressait sur le quai, elle ressentait l'inquiétude des parents qui se séparaient de leurs jeunes enfants.
Ridwen, quant à elle, entrait en cinquième année à Poudlard. C'était pour elle quelque chose de particulier, outre l'appréhension de revenir dans un lieu où la sécurité n'était peut-être plus assurée. Elle avait la sensation d'avoir franchi un cap. Le temps passait si vite... Il ne lui restait à présent que trois ans à passer au château.
Perdue dans ses pensées, elle manqua de percuter un élève qui montait à bord du dernier wagon. Reprenant ses esprits, elle s'empressa de hisser sa valise à l'intérieur avant de d'y entrer à son tour.


RP unique (suite dans le Poudlard Express)
2399 caractères
Revenir en haut Aller en bas
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Sam 5 Sep - 14:43

Kalis ne jetait aucun regard à l'homme qui se tenait à côté de lui. Il restait silencieux jusqu'au départ du train, balayant la foule à la recherche de ses amis et particulièrement de Rory. Depuis sa disparition, il n'avait eu aucun contact avec lui et ça lui brisait le coeur...
Malheureusement, une fois encore, il ne le trouva nul part. Il fixa la pointe de ses chaussures, sentant une larme au coin de son oeil. 

-Pourquoi tu pleures ? 

Kalis leva les yeux et fixa l'homme qui lui parlait. Il était plus grand que lui, brun et un air sévère qui le dissuadait à chaque fois de répliquer lorsqu'il lui faisait des remarques.
Le jeune homme secoua la tête.

-Non monsieur, je ne pleure pas.


Celui ci lui lança un regard courroucé auquel Kalis ne répondit pas. Il retins un soupir.

Au bout d'un moment, alors que 11H approchait, il aperçut quelques têtes familières au loin comme certains de ses amis. Il voulait les rejoindre mais il savait pertinemment que les hommes qui l'accompagnait ne le laisserait pas filer avant le départ du train. Il resta donc immobile à les observer, serrant la bandoulière qu'il portait sur son épaule, sa valise à ses côtés. Quand une fumée épaisse s'échappa du devant du train, Kalis devina qu'il s'apprêtait à partir. Ceux qui l'accompagnait aussi. L'homme à côté de lui ne lui adressa qu'un léger signe de tête sans aucun sourire.

-Donne nous de tes nouvelles. Et évite les heures de colle. Si on apprend que tu en a eu, ca va chauffer pour toi.


Sur ces mots, l'homme s'éloigne sans rien ajouter, suivi par quelques autres.
Kalis lâche cette fois ci un long soupir douloureux. Il rentre en dernière année à Poudlard. La question qu'il appréhendait le plus était sans nul doute: "Que fera il après ?"
Il savait qu'il allait devoir retourner chez lui mais la perspective de ne jamais revoir ses amis le rendait malade. Il s'approcha de la porte ouverte d'un wagon et s'engouffra dans le Poudlard express. 




(Rp unique)
1524 caractères
Kalis: #009900
L'homme: #ff0000
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   Jeu 10 Sep - 22:29

Rouvrant les yeux, Crépuscule resserra sa prise sur les épaules de Myosotis. Le Quai était légèrement bondé. Devant eux, ce dressait la grande locomotive rouge. Le Poudlard Express. Le brun aimait bien cette vielle locomotive rouge. Comparé au train moldu d'aujourd'hui, elle avait sut garder le charme de sa forme retro. Et il trouvé ça fascinant.
La main de Myosotis caressa la sienne et la détachant de son épaule. La noiraude lui prit la main et ils s'engagèrent sur le quai. Elle le guidait. Il lui faisait confiance. Ils passèrent à côté de famille et d'autres étudiants et du personnels du train. Il vit alors une jeune fille galérer à monter sa valise dans le train. Lâchant la main de sa noiraude, Crépuscule alla l'aider. Il hissa la valise et lui sourit.

- Ça va aller pour la suite ?
- Hum, opina-t-elle en rougissant, Merci Aylen.
- Bien.

Il pouvait sentir dans son dos les yeux de Myosotis se lever aux ciels face à la réaction de la jeune fille. Il se retourna et lui reprit la main. Même si dans quelques heures il ne serrait plus préfet, il continuerait à aider les autres. Ça lui permettait de rester un jeune homme aimable et sur qui on pouvait compter. Il se créait un réseau comme aimait le dire son père, "Tous le monde connait les Aylen, mais personne ne sais vraiment qui ils sont véritablement." Et cette jeune fille dont Crépuscule ne connaissait pas l'identité en était un exemple même...


Arrivant à la fin du convois Myosotis monta dans la rame. Elle se retourna pour bloquer l'accès au brun. Un sourire malicieux passa alors sur ses lèvres et tirant les pans de la chemise du brun, elle plaqua un baiser sur ses lèvres. Ils étaient à peu prêt de la même taille à cette instant. La Serpentard mit fin à l'échange brutalement et se sauva avec un sourire dans le train. Crépuscule la suivit. Seul un éclat dans son regard bleu roi pouvait attester de son amusement.

RP Unique
Caractères 1538
Crépuscule : #3366ff
Jeune Fille : #ff6666
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La voie 9 3/4   

Revenir en haut Aller en bas
 
La voie 9 3/4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2031/2032 (2015/2016) :: Le train-