BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Troisième cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Sam 23 Mai - 18:14

Ava était installée au fond de la classe. Ses cheveux roux étaient assez reconnaissables et elle voulait se faire discrète... Alors que leur Professeur se présenta lui et sa manière d'enseigner, Ava posa sa baguette sur son bureau. Elle n'aimait pas la ranger dans son sac, elle préférait l'avoir toujours à disposition...
M. MacOwl claqua ses mains l'une contre l'autre, et la petite fille de 11 ans sursauta. Elle rougit comme une pivoine lorsqu'il l'interrogea du regard voulant savoir ce qu'elle savait sur le sujet...


- Miss Anderson Professeur. Et bien on ne sait pas qu'elle forme a réellement un épouvantard. Ils prennent la forme de notre plus grande peur. Ils aiment les endroits noirs et confinés, c'est pourquoi on les retrouve souvent dans des placards, des armoires... Le moyen de les combattre est le rire. Il faut imaginer l'épouvantard avec une forme risible, bien que cela puisse être difficile si l'on se retrouve paralysé par notre peur.


Anton qui était assis deux rangs devant sur la droite de la jeune fille s'était retourné pour l'écouter et lui fit un sourire très chaleureux. La réponse de la boule de feu était digne d'un Serdaigle, et il ne cessait de se demander pourquoi Ava n'avait pas rejoint sa maison...


#cc9900
978 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Sam 23 Mai - 23:03

J’étais arrivée étrangement en avance devant la salle de Défense Contre les Force du Mal. Pour une raison inexpliquée, le Professeur Wolkoff ne dispensait plus ce cours –ni aucun cours d’ailleurs –. Des bruits plus absurdes les uns que les autres couraient sur la raison de sa soudaine disparition. Le dernier en date : elle serait retournée en Russie pour régler des problèmes illégaux. Même s'il me plaisait à les entendre, je ne croyais pas un traître mot de ces histoires farfelues. J’étais assez pressée de rencontrer son successeur. Il n’était arrivé que depuis quelques jours, mais les rumeurs allaient de bon train le concernant. Il aurait été auror et aurait arrêté une bonne centaine de criminels, pour la plupart aujourd’hui morts ou à Azkaban.  

J’entrai dans la salle en lui lançant un « bonjour Professeur ».  Il était grand, brun, ténébreux tout à fait charmant en fait. Son allure lui donnait une prestance bienvenue pour les Défenses Contre les Forces du Mal. Je m’assis dans en plein milieu de la classe ni trop devant si trop au fond. Il y avait une chaise vacante à coté de moi. *S’installera qui voudra !*

Le professeur se présenta puis nous informa  du déroulement de son cours. *Théorie puis pratique, c’est noté !... Il veut entendre les mouches voler… les questions de vie ou de mort…* Je déglutis ; tout à coup Mr MacOwl paraissait bien moins sympathique à mes yeux. Puis il annonça le sujet de notre cours. *Les épouvantards ! Quel sujet intéressant !* Il interrogea ensuite la petite Ava Anderson pour qu’elle nous dise ce qu’elle savait à leur propos. Un grand silence suivit les explications de la Poufsouffle. *Quelqu’un va ajouter quelque chose ?*

Comme personne ne se décidait, je levai la main. Le Professeur MacOwl  m’interrogea :
- J’ajouterai à ce qu’a dit Miss Anderson, que la formule pour rendre un épouvantard inoffensif est Riddikulus. On peut facilement faire le rapprochement étymologique avec l’adjectif « ridicule » car l’épouvantard devient en apparence risible après avoir subi cette formule. Cependant, imaginer l’épouvantard sous une forme ridicule et dire la formule ne suffisent pas à les combattre, il faut franchement rire.

Je me tus attendant une autre intervention.

caractère : 1792 validé par Molly


Dernière édition par Roxane Finnigan (Préfète) le Sam 30 Mai - 21:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Sam 23 Mai - 23:32

Keira était entrée en silence dans la salle de classe, au milieu d'autres élèves et s'était installée vers le milieu de classe et s'était plantée à une table où il n'y avait encore personne. Elle s'installa à côté d'une gryffondor et lui dit timidement bonjour, elle n'avait pas vu d'autre place et avait peur d'importuner la jeune femme.

- « Je… je peux m.. m'a… m'assoir là ? »

Elle déglutit et s'installa quand un autre élève la bouscula et sortit un parchemin vierge, sa plume et son encrier qu'elle avait réussi à ne pas encore casser cette année. Elle releva la tête pour écouter son professeur attentivement et se ratatina quand elle l'entendit appeler la demoiselle de la maison poufsouffle, elle fut soulagée d'entendre une de ses camarades répondre et se mit à gratter la réponse avec frénésie.

Elle passa un petit bout de langue entre ses lèvres en continuant de faire courir la plume sur le papier et leva timidement les yeux vers son professeur pour voir comment cela allait évoluer. Elle craignait une partie pratique et la vue de cet horrible jouet qui faisait un bruit monstrueux et qu'elle ne supportait pas et avait le don de la paralyser sur place. C'était probablement idiot, mais jusqu'à preuve du contraire, c'était le bruit qui était sa plus grande peur, elle ne s'en connaissait pas d'autre jusqu'à présent et n'était pas pressée de vérifier l'hypothèse selon laquelle c'était vrai.

Elle se mordilla la lèvre et se remit à gratter tout ce dont elle pouvait se rappeler sur les épouvantards, ce qui se résumait à bien peu de choses étant donné qu'elle pensait se souvenir de la formule sans être sûre pour autant. Sa voisine confirma cette idée et elle continua de griffonner sur son parchemin, priant pour que l'intervention de sa voisine attire le regard du professeur loin, très loin d'elle. Non pas qu'elle se sentait incapable de répondre, elle pourrait sans doute dire une ou deux choses, mais elle doutait d'ajouter quoi que ce soit de pertinent et son bégaiement ne l'aiderait pas à donner une réponse claire et distincte.

Elle garda sa plume en main et la fit tourner en attendant impatiemment la suite du cours. Quand elle releva franchement la tête, elle écarquilla les yeux en voyant le professeur. Ce n'était pas celui de d'habitude ! Il était où l'autre ? Puis elle se souvint d'une vague histoire de professeur remplaçant et hocha doucement la tête avant de rebaisser le nez vers sa feuille, un peu perdue quand à ce qu'elle devait faire. Elle ne se souvenait plus d'où elle en était et lâcha un petit "Verdeke" à voix basse avant de se relire pour retrouver ses mots.


2082 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Dim 24 Mai - 22:39

J'avais repris l'habitude d'arriver en avance en cours, non pas parce que mon envie d'apprendre était revenue mais plutôt parce que ma flemme s'était envolée. Donc j'attendais que mes autres camarades n'arrivent à leur tour et que notre professeur nous fasse entrer, quand deux de mes amis me rejoignirent.

- Salut Ria.
- Coucou Polly ...

La jolie blonde m'adressa un sourire auquel je répondis ainsi qu'au brun qui l'accompagnait. Mais Jérémy semblait gêné par quelque chose et n'osait pas vraiment me regarder en face. Il était vrai que depuis que cette rumeur qui courait sur moi et mon adoption je n'avais pas eu l'occasion de parler au jeune homme. Polly dut sentir l'atmosphère quelque peu tendue entre nous car elle crut bon de s'éloigner et de nous laisser seuls.

- Je vous laisse je vais relire mon manuel.
- Non mais ... !
- Alors ? Euh ... Ca va ?

Je me résignais et me tournais vers Jérémy qui dansait d'un pied sur l'autre en se passant sa main dans sa nuque, un sourire tordu sur les lèvres. Je me raclais la gorge en essayant de faire partir la gêne qui ne me quittait pas depuis deux minutes.

- Ouais ... Et toi ?
- Bah ... Ca va. Enfin avec les révisions ...
- Ah ... Tu ... Tu veux toujours que je t'aide ? Pour les potions ?
- Bah, si toi tu veux ... Je ne veux pas que tu te fasse de fausses idées.
- De fausses ... Pourquoi ?
- Tu sais ... A cause de tes parents ... Adoptifs, je veux dire.

Jérémy semblait de plus en plus mal à l'aise en se passant la main dans ses cheveux, comme un tic nerveux. Je compris après une minute de réflexion ce qu'il voulait dire, il pensait sans doute que j'allais imaginer qu'il ne s'intéresserait à moi seulement à cause des Potter et donc il avait penser annuler nos rendez-vous pédagogiques.
Je soufflais de soulagement et lui souriais de façon rassurante en lui répondant :

- D'accord. Il n'y a pas de problème, enfin pas pour moi.
- Bien. Pour moi non plus.

Le temps de notre discussion la porte de la salle de cours s'était enfin ouverte et tous les autres étaient arrivés, ayant commencés à entrer et à s'installer. Polly passa devant moi avec un air moqueur que je ne compris pas et entra dans la salle avec Jérémy.

Haussant les épaules et oubliant l'air particulier de ma camarade de chambre, j'entrais à mon tour dans la classe et fus surprise de voir que Miss Wolkoff était abente, remplacée par un jeune homme qui semblait avoir beaucoup d'expérience du terrain.

* Tiens, encore un nouveau. Il a pas l'air d'avoir toujours été prof celui là.*

Détournant mon attention du professeur je chercha mes amies du regard et repéra bien vite Roxane. Malheureusement elle s'était déjà trouvé un voisin de table et je me résignais à m'installer avec Jérémy qui venait de me faire signe de le rejoindre.

Très vite le cours commença, d'abord par une rapide présentation du nouveau postulant en défense contre les forces du mal et de sa façon de gérer son cours.

* Théorique ... silence, plume et parchemin. Pas de baguette. Pratique ... rigueur, discipline et apprentissage ... Eh beh ! On peut pas faire plus clair ! *


Mais je perdis bien vite mon peu d'enthousiasme en entendant un mot qui ne me plaisait pas du tout. Pire que ça, je pensais y avoir échappé pour cette année, voir même pour toute ma scolarité.

- L... Les épou... Vantars ?!

J'avais murmuré alors qu'ensuite le professeur interrogeait une jeune Poufsouffle qui jouait au quidditch avec moi. Ma Roxy suivit mais je n'écoutais plus, me sentant comme très loin d'elle, de tout le monde. Je commençais à paniquer intérieurement, à commencer par ce bégaiement stupide qui me reprenait après des mois de bien être. J'avais soudain une furieuse envie de sortir de cette prison scolaire en courant comme si ... Comme si ces mangemorts étaient de nouveau là. Parce que je savais très bien ce qu'allait représenter mon épouvantard. J'en avais maintenant le souffle court, voir même coupé par la peur.

- Ria ? Ca va aller. Il n'y a pas d'épouvantard ici ... Tu m'entends ?

Une main attrapa la mienne et je sursautais imperceptiblement comme si tout à coup on me ramenait sur terre. Je me tournais vers le propriétaire de cette main chaleureuse et cette voix qui murmurait pour moi. Jérémy. Jérémy et son geste de réconfort qui était pout moi une bouée de sauvetage. Jérémy et sa voix basse qui m'était si rassurante. Je restais accrochée à ses yeux bleus et mes méninges se remirent en route.

* Il a raison, moi non plus je n'ai pas vu de malle ou d'armoire agitée ... Je suis bien bête de paniquer si vite ... C'est comme avoir peur du grand méchant loup seulement en lisant un roman ... Oui je ne craint rien ... Et ce prof n'a pas l'air idiot, il n'aurait pas apporté ce genre de créature ici. Pas tout de suite ... Pfff et il aura fallu que je bégaye encore ! La honte ! *

- Ca va mieux ?
- Oui ... Merci.

Toujours en murmurant discrètement, Jérémy continuait de s'inquiéter pour moi. Je lui renvoyais un sourire timide pour calmer son inquiétude. Il me tenait encore la main et ne semblait pas vouloir la lâcher et à vrai dire je ne le voulais pas non plus, je ne savais quelle conséquence ça aurait s'il m'abandonnait maintenant. Je m'étonnais moi même d'avoir réussit à me calmer, sans savoir exactement quand je m'étais remise à respirer normalement et à lui sourire aussi aisément. Mais je m'étonnais aussi de la facilité de Jérémy à me réconforter, me demandant si Jack aurait fait mieux.

* Une chose est sûr ... Je me suis renforcé *

4203 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Troisième cours   Lun 25 Mai - 20:14

Maryliss déboucha dans la classe de son éternel pas nonchalant et s'assit lourdement à la table la plus éloignée du bureau du professeur. La jeune fille posa sa tête entre ses bras croisés, sentant son souffle sur la manche de sa robe de sorcier. Ses yeux bleus clairs scrutaient la salle... Ce regard se posa sur le professeur.

*Un nouveau ? Oh, on va bien voir ce qu'il va nous présenter...*

- Bien, bonjour. Je suis votre professeur remplaçant, Siddel MacOwl. Appelez-moi Professeur, ou Professeur MacOwl. J'assurerais dorénavant les cours de DCFM. Tous mes cours se dérouleront de la même façon, sauf exception. Sur chaque sujet, nous aborderons d'abord la partie théorique. Théorique signifie silence, plume et parchemin. Pas de baguette. Une fois que vous aurez assimilé la théorie, nous passerons à la pratique. Pratique signifie rigueur, discipline et apprentissage. Pas de fantaisie. Cette matière est très sérieuse, je vous demanderais donc d'être extrêmement attentif. Nous étudions ici les questions de vie ou de mort. Et nous allons commencer sans plus tarder. Très bien ! Silence, plume et parchemin ! Rangez-vos baguettes, écoutez avec vigilence, et dites-moi tout ce que vous savez sur les épouvantards ! Qui veut commencer ? La demoiselle de la maison Poufsouffle au fond peut-être ?

*Non... Pas de la théorie...*

Maryliss cacha sa tête entre ses bras, soupira puis sortit sa plume, son encrier et un parchemin, écoutant d'une oreille ce que disait ses camarades de classe. Contrairement à ce qu'avait demandé le professeur MacOwl, elle garda sa baguette sur sa table. La blondinette comprit que le sujet du jour était les Epouventards. Elle en avait beaucoup entendu parlé et avait lu quelques lignes sur eux dans les livres. Mais sa fainéantise et sa fatigue l'empêchait de lever la main. Après un long soupir d'ennui elle finit par prendre des notes sur son parchemin, accoudée à sa table, la tête dans la main.

*Bon, allez Mary... Bouge toi le behind et lève ta main !*

La jeune fille à moitié endormie d'ennui leva finalement la main. Dès que le professeur MacOwl l'eut interrogé, Maryliss commença à parler.

- Hum... Je tiens à ajouter une petite chose en plus des remarques de mes camarades. Comme Miss Anderson l'a dit, l'Epouvantard prend une forme différente en fonction de nos peurs. Il y a donc deux façons de s'en débarrasser : le rire mais aussi la malice. Quand on rencontre un Epouvantard, il vaut mieux se déplacer en groupe. Si on se déplace accompagné, l'Epouvantard va essayer de faire peur à toutes les personnes présentes. Il va donc se transformer en toutes les peurs de toutes les personnes. Il n'aura pas l'apparence d'une seule peur mais de plusieurs en même tant, et toutes ces peurs combinées, ce n'est pas très effrayant... C'est une erreur courante que font les Epouvantards.

Maryliss se tut et s'affala sur sa chaise.

2265 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Troisième cours   Mar 26 Mai - 9:48

Miss Diggory était assise à une des premières tables de la salle de classe, comme à son habitude. Le cours était suivi principalement  par des élèves de Poufsouffle mais Winonna avait pût apercevoir une vert et argent ainsi que la préfète des Gryffondor : Roxane Finnigan. Un nouvel enseignant apparu dans la pièce et il se présenta.

* MacOwl ? Jamais entendu parler. *

Il présenta aussi le déroulement typique de ses cours, que Winonna approuva avec joie. Elle pensa alors qu'il allait être un très bon professeur, même si la préfète des jaunes et noirs aimait beaucoup lorsque Miss Wolkoff enseignait cette matière. Le jeune professeur parla ensuite d'épouvantards. Les élèves avaient déjà étudié cette leçon l'année passée avec la directrice de Serpentard. Ils avaient même été confrontés à leur épouvantard. Monsieur MacOwl n'avait peut être pas été mis au courant des cours enseignés précédemment, ou tout simplement il voulait vérifier les connaissances de chacun. Winonna se tût et laissa participer ses camarades. Ava, la nouvelle recrue de l'équipe de Quidditch commença, puis se fût au tour de Roxy et enfin celui de Maryliss. La majorité des autres élèves prenaient des notes sur un parchemin, tout comme Winonna.

996 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Mer 27 Mai - 21:56

La poufsouffle rousse se mit à réfléchir à toute vitesse. Pour éviter de marmonner et de déranger ses congénères, elle coucha sur papier plusieurs idées qui lui venaient en tête avant de pouvoir les donner à l'oral. Après tout, chacun avait sa manière de réfléchir et quand Keira ne pouvait pas réfléchir à voix haute, elle prenait des notes incompréhensible sur ce qu'il se passait dans sa tête. Le professeur leur demandait de réfléchir à leurs atouts, à ce qu'il savaient d'eux-mêmes pour pouvoir combattre efficacement cette bestiole. Elle reprit donc les questions principales pour se mettre en situation.

/Quels sont mes avantages : je connais mes peurs et j'ai une idée de comment les court-circuiter

Que sais-je de moi-même : j'ai peur des bruits forts, je peux mettre des bouchons d'oreilles. J'ai aussi peur des potions inconnues depuis mon petit jeu de troisième année. Mais je peux peut-être lier les potions à des bons souvenirs. Et puis il y a les moqueries quant au bégaiement, cela pose encore problème
/

Elle prit une grande inspiration et leva la main pour attirer l'attention de son professeur. Gardant un air aussi calme et serein que possible, elle se décida à partager sa réflexion avec la classe, espérant que son professeur en serait satisfait.

- "M... Monsieur ? Si je puis me p... permettre, nous avons plusieurs avant...tages à notre disposition. Selon moi, le fait que nous soyons n... nombreux peut en être un. Si nous nous avançons à plusieurs vers l'ép...p...pouvantard, il est possible que ce dernier mette p... plus de temps à choisir la personne ciblée.

N... notre âge peut l'être aussi, nous n'avons p... pas encore eu l'occasion, pour beaucoup, de c... connaître des peurs paralysantes qui pourraient nous nuire. Ici aussi, le t... travail de groupe permettrait d'empêcher l'épouvantard de s'en sort...tir trop facilement si l'on s'interpose. D... De plus, beaucoup d'entre nous, p... pour ne pas dire tous, sommes capables de nous d... défendre pour gagner du temps.

C... Certaines peurs peuvent se c... combattre avec des moyens logistiques. Le son en se b... bouchant les oreilles par exemple.


Elle reprit sa respiration et aborda, moins sûre d'elle, une partie où elle questionnait on professeur plus qu'autre chose car cette réflexion avait amener des questions qui la turlupinaient.

- "J... Je me demandais également... P... pensez-vous qu'un sort de confusion pourrait f... faire gagner du temps à son lanceur ? Et aussi... Les t...t...t...thérapies visant le contrôle des ph..phobies peuvent-elles réduire l'impact d'un ép... p... p...pouvantard ?

Elle déglutit, consciente d'avoir beaucoup parlé de ne pas savoir maîtriser son bégaiement autant qu'elle l'aurait souhaité et se mit à rosir légèrement. Ce professeur était un brin intimidant, il ne semblait pas méchant, mais exigeant et la jeune fille était consciente qu'elle avait besoin d'une très bonne note dans ce cours si elle souhaitait un jour devenir médicomage.

Elle espérait aussi ne pas s'être trop embrouillée dans son discours, elle avait tenté de garder un fil directeur au moyen des questions posées par son professeur, mais craignait que ses idées ne soient pas passées correctement. Elle inspira aussi discrètement que possible, commençant à appréhender la réaction de ses camarades et du maître de défense qui se tenait devant elle.

#cc9900
2623 caractères validé par Rory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Mer 27 Mai - 21:58

La jeune Poufsouffle était très fière d'elle. Elle venait de faire gagner 10 point à sa maison. Elle afficha un sourire sincère et regarda Keira.
Ensuite le Professeur enchaîna sur l'anticipation. Savoir affronter un ennemi, c'est le connaître, connaître ses faiblesses, et connaître nos avantages.


Là, la petite rousse était complètement larguée. Qu'attendait le Professeur MacOwl comme réponse ? Elle avait beau réfléchir, se creuser les méninges tout ce qui lui vint à l'esprit fut :


*Ben on est plusieurs, donc l'épouvantard ne saura pas quelle forme choisir, mais ça à déjà été dit... Je ne vois pas quelle genre de réponse est attendue... Ça m'énerve !*


Le regard bleu fixé sur la table, elle réfléchissait à toute allure se mordant l'intérieur de la joue, frustrée de ne savoir quoi répondre au Professeur.
Elle savait par contre quelle était sa plus grande peur grâce, ou à cause d'Anton et ses bêtises pour apprendre des choses à sa petite sœur qui n'avait pas encore l'âge pour entrer à Poudlard. Sa plus grande peur, depuis qu'il lui avait montré l'illustration était les détraqueurs.


Keira prit alors la parole pour exposer ses idées, et il en ressortit celle d'Ava, qui se dit que malheureusement, la réponse proposée n'en était pas une puisque déjà citée, mais s'en voulu de ne pas l'avoir quand même dite.

1045 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Troisième cours   Ven 29 Mai - 19:28

Maryliss, fière d'avoir fait gagner des points à sa maison afficha un sourire ravi. Cette minuscule "victoire" l'incitait à participer encore plus. Quelques questions du professeur MacOwl parvinrent à ses oreilles : "Quels sont vos avantages ?", "Qu'allez vous faire ?".

*Bonne question...*

Maryliss commença à jouer avec une mèche de ses cheveux pendant qu'une demoiselle de Poufsouffle donnait son avis. Ses bégaiements exaspéraient la Vert et Argent... Néanmoins sa réponse était très bien pensée selon la jeune fille. Maryliss se creusa la tête pour essayer de trouver d'autres choses dire... Après une courte recherche de quelques minutes, Mary leva une deuxième fois la main.

- Euh... Comme l'a dit ma camarade de Poufsouffle, le fait que nous soyons nombreux peut être un avantage. Cela embrouillera l'Epouvantard au fil de ses... hum... "transformations". Après... lutter contre un Epouvantard est un défi purement mental, qui est parfois difficile à relever. Notre avantage devant l'Epouvantard c'est avant tout notre force de caractère. Quelqu'un de courageux aura moins de mal à jeter le sort contrairement à une personne sensible. Notre deuxième avantage c'est notre liberté de mouvement. Nous pouvons baisser les yeux à tout moments si l'Epouvantard prend une forme vraiment... hum... effrayante. Enfin, notre troisième avantage est notre état d'esprit. Si l'on se dit que la forme que prend l'Epouvantard n'est qu'une illusion, se sera plus simple pour nous de jeter le sort...  

*Eh bah Mary ! Tu es en forme aujourd'hui !*


Maryliss se demanda si une autre personne allait prendre la parole... En tous cas, elle attendait avec impatience l'avis du professeur MacOwl. Une fois de plus elle s'avachit encore plus sur le dossier de sa chaise et tripota sa mèche de cheveux blonds pour patienter.


#993366
1425 caractères validés par Rory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Sam 30 Mai - 4:03

- Alors ? Quelqu'un a une idée pour la suite ? Comment allez-vous faire pour ne pas vous retrouver démuni face au monstre d'épouvantard ? Que savez-vous de vous-même ? Ou que pouvez-vous dire de plus sur la créature ? Quels sont vos avantages ? Qu'allez-vous en faire ? Une idée ? Une suggestion ? Je suis ouvert à toutes propositions -tant qu'il s'agit de lutter contre notre épouvantard. Alors, qui veut se lancer ?

Tournoyant ma plume entre mes doigts, j'écoutais attentivement les diverses questions et réponses du cours. Attentivement ? Oui oui, absolument. J'ai beau être la caricature même de l'élève ironique qui ne suit le cours que d'une oreille et ouvre la bouche pour faire ses propres commentaires, il peut m'arriver de me tenir correctement. Quand le cours m’intéresse particulièrement, ce qui semblait être le cas.


*Nouveau prof, que fait Wolkoff ? Et celui ci, est ce qu'il sera au niveau pour la remplacer ?.. Les épouvantards..*

Oui, c'était indéniable, ce cours m’intéressait.. Je n'avais jamais eu l'occasion de me trouver face à une de ses créatures -sous entendu épouvantard, les profs étant une espèce de créature plutôt connue à Poudlard ^^- et je ne pouvais m’empêcher de jeter des regards à la grosse malle sur le bureau du Professeur MacOwl. La théorie je la connaissais plutôt bien, et j'attendais avec impatience le moment de passer à la pratique.
*Passer à la pratique.. pourquoi vouloir être confrontée à ta peur Ash ? Pour la connaitre Call.. *

Siddel MacOwl avait raison de dire qu'à notre age il était certainement rare que l'on puisse avoir déjà été confronté à une situation particulièrement effrayante.. J'avais beau faire le tour, je ne voyais pas ce qui pouvait réellement me faire peur.. ni les insectes, ni le noir, ni le vide.. Les espaces clos m'étaient désagréables, mais sans plus. La mort ? Ce n'était pas réjouissant, certes, mais lorsqu'on la côtoie fréquemment elle devient moins froide, moins... lointaine. Alors quoi ? La peur d'avoir peur ? S'il y avait bien une chose qui désespérait mes parents c'était bien mon détachement, presque de l'inconscience...
*Une tête à claques quand tu t'obstine à faire un truc inconscient, oui Ash tu peux le dire - du moins le penser - tu es une véritable tête à claques dans ces cas là.. Chut Call, je cherche. Chercher ?.. au fond de toi, tu le sais Ash la forme de ton épouvantard...*

Des élèves avaient commencé à répondre au professeur, Keira une Poufsouffle de mon année, et Maryliss, une élève de Serpentard, cette dernière parlant de voir l'épouvantard comme une illusion afin de limiter sa peur. Et puisque beaucoup déjà avaient donné leurs avis, puisque ce cours m’intéressait et parce que le prof me paraissait correct, je consentis à participer


- Puisque l'on parle d'illusion... minimiser les conséquences d'une rencontre avec un épouvantard peut éventuellement nous donner la force de nous battre contre lui, mais en retournant le principe, le résultat sera peut-être plus efficace. Les épouvantards sont des créatures effrayantes, qui savent faire surgir de nous nos appréhensions, mais nous sommes des êtres dotées de conscience - du moins je l'espère pour chacun d'entre nous, ajoutais-je un ton plus bas avec un petit sourire en coin - ce qui signifie que l'on peut essayer d'être plus malin que lui. Le tromper. Lui donner l'illusion que nous avons peur d'une chose, dont il prendra la forme avant de s'apercevoir que cela est sans effet sur nous. Voir même l'inciter à prendre une forme, qui pour nous est hilarante, tout en nous convainquant mentalement que c'est la pire forme à nos yeux, pour en convaincre l'Epouvantard lui-même..

Un peu songeuse, je laissais mes derniers mots s'estomper dans la classe. Un tel tour de passe passe était-il possible ?
*Te connaissant Ash, face à l'épouvantard tu ne tenteras même pas d'appliquer ta théorie.. plutôt voir en face à face ce dont tu as peur, hein ? Pas sur Call, avec tout les autres élèves qui pourront regarder.. bah, on verra bien comment se poursuit le cours*

#660033
3158 caractères validés par Rory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Sam 30 Mai - 20:21

Je jouais avec une mèche de mes cheveux blancs quand le Professeur MacOwl pris la parole. Il distribua les points aux différentes maisons. Gyffondor en gagnait cinq grâce à moi et j’avouais en être assez fière. *Je ne sais pas vraiment ce qui crée en chacun le sentiment d’appartenance à un groupe quelconque et l’envie qu’on a de le défendre. Les maisons en sont un bon exemple. Tous les élèves de Poudalrd prônent la supériorité de la leur comme un vrai patrimoine qu’ils se doivent de défendre.*
Je secouai la tête pour rediriger mes pensées vers le cours. Je notai ce que le Professeur disait tout en me demandant à quoi ressemblerait mon épouvantard. *De quoi as-tu vraiment peur Roxane ?  Qu’est-ce qui te terrifie tellement que tu n’oses même pas y penser ? Que cachent tes rires et tes pleurs ? Que trouverait-on en creusant la carapace que tu t’es construite ? De quoi as-tu vraiment peur ?*

J’eus soudainement très froid : les poils de mon avant-bras s’étaient dressés sur eux-mêmes. J’essayai vainement de me réchauffer. *Ce froid-là ne vient pas de la température extérieure.* Mon cœur se mit à battre plus vite. *De quoi as-tu vraiment peur ?* Je secouai une nouvelle fois la tête pour ne pas sentir cette boule qui se formait dans mon ventre, cette peur que je réprimai et dont je ne connaissais même pas le nature.
J’entendis à peine Keira Green, Ava Anderson et Ash Howl prendre la parole tour à tour pour exposer leurs points de vue. Je ne compris que les termes de « solidarité » et de « ruse » pour vaincre un épouvantard à moindre frais. Mais je savais déjà que je n’en aurais pas usage ; je voulais connaitre l’apparence de ce qui m’effrayait le plus. *Connaitre son épouvantard et l’une des meilleures façons de nous connaitre nous-mêmes.*

Ce fut ensuite Dean Eloy qui prit la parole, pour raconter ce qui sonnait à mes oreilles comme de l’inconscience pure. « Peut être que certaines personnes n'ont aucune peur. », disait-il. *N'avoir peur de rien ! Impossible !* Je me savais assez souvent tourmentée et du genre à me prendre la tête pour des broutilles mais j’étais sure que ces personnes-là n’existaient pas.

Je levai la main et répondis après l’interrogation du Professeur MacOwl :

-Si je peux me permettre de rebondir sur ce que vient de dire Mr Eloy, je ne pense pas que des personnes sans peur existent. Chacun de nous est effrayé par quelque chose, dû à un traumatisme profond ou pas ; parfois simplement une peur qu'on pourrait qualifié d'« idiote » -bien qu'aucune ne le soit réellement-. C’est en partie ce qui nous rend humain. Même les personnages de nos contes de fée ont peur, ils savent seulement l’affronter. Ne pas avoir peur n’est pas être courageux, c’est simplement idiot voir impossible. Le vrai courage c’est d'affronter ses démons. C’est cette bravoure qu’on nous enseigne dans les livres pour enfants. Alors sur ce point j’irais contredire Mr Eloy : je ne pense pas que le fait de n’avoir aucune peur nous aide face à un épouvantard, car je ne pense même pas à cette possibilité.  
Cependant je le rejoindrais sur le fait qu’à mon avis, le meilleur moyen de ne pas être effrayé par un épouvantard c’est de savoir en quoi il se transformera et par conséquent se connaitre soi-même.

Je me tus car j’avais dit tout ce que j’avais à dire, et pour une fois, sas ressentir aucune gène. Je replongeai les yeux gris vers mon parchemin bien rempli par tout ce qu'avait dit Mr MacOwl. Je croyais en ce que je venais de raconter pourtant j’étais incapable de me l’imposer à moi-même. *Qui es-tu, Roxane ? De quoi as-tu vraiment peur ?* La boule dans mon ventre avait un peu diminuée ; parler m’avait aidé à comprendre. Comprendre ce que je ne voulais pas savoir, car tout au fond de moi je savais pertinemment la forme que prendrait l’épouvantard une fois face à moi.

#ff6600
3028 caractères validés par Rory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Lun 1 Juin - 9:45

* Comment ça qu'est-ce qu'on va faire ?! Moi je vais partir d'ici le plus loin et le plus vite possible !!! ... Pfff des avantages. Si on était sur un terrain de quidditch ou dans un cours de potion ... Oui, mais on n'y est pas ! Alors j'ai pas d'avantages ! ... Ce que je sais de moi c'est que je me suis perdue ... *

Comme si Jérémy savait ce qu'il se passait dans ma tête, il exerça une pression sur ma main une seconde avant de se tourner vers le prof et les quelques camarades qui se lancèrent dans des réponses demandées. Leurs idées étaient pas mal mais j'étais si sûre que mon épouvantard était imbattable que je restais butée sur mon idée de partir d'ici en courant.

Mais ma résistance ne supporta pas longtemps les très bons raisonnements de mes collègues de classe. Il était vrai qu'avec un bon mental ou un très bon niveau magique les épouvantards pouvaient être trompés ou manipulés. Mais en étais-je capable ? Ce n'était pas parce que j'avais dérapé une ou deux fois et que je me mettais plus facilement en colère que j'avais totalement retrouvé mon sale caractère - comme disait mon père - et je ne savais pas vraiment si j'étais prête à affronter ma peur.

Ma peur ? Ou mes peurs ? Parce qu'en y réfléchissant le meurtre de mes parents avait plutôt engendré deux peurs. Certes le fait de voir les corps de ses parents était une peur logique, mais d'un autre coté je ne serais pas la seule dans ce cas. Si tout le monde ne se concentrait que sur ça, cet épouvantard allait ressembler à un cimetière à lui tout seul. Et puis la mort est imbattable contrairement à ma deuxième peur. Quitte à devoir affronter mon passé et à pouvoir combattre quelque chose, il valait mieux que je me concentre sur mon ennemi.

* Oui dans un sens ... Depuis des semaines je peux parler de mes parents sans problème, et de mon adoption aussi ... Le seul blocage, mis à part mon séjour à Sainte Mangouste, reste le sujet des Mang... Ouais bah c'est pas gagné... Mais si je veux vraiment avancer et finir ce que j'ai commencé cette année, il faut que ... *

- Psst ... Ria. T'es encore partie.

Jérémy venait de me sortir de mes pensées, une fois de plus, alors que monsieur MacOwl était en plein exposé pour résumer le cours et les pertinentes interventions de mes camarades. Je pris le portoloin en marche et me penchais sur mon parchemin sans me rendre compte que Jérémy m'avait lâché la main. Ma plume évoluait frénétiquement dans un bruissement que j'aimais beaucoup et je me concentrais dessus pour me détendre.

Néanmoins le très long discours de notre professeur devait bien prendre fin un jour et ses dernières paroles m'atteignirent comme un stupéfix foudroyant.

- Quelqu'un veut-il encore ajouter quelque chose ou a-t-il besoin d'une information supplémentaire avant de passer à la pratique ?
- Pa... Passer à la pratique ? Maintenant ?

J'avais soudain la nausée, comme le jour de ma remise à niveau au Ministère de la Magie qui m'avait permis d'entrer à Poudlard avec 6 ans de retard. Bon d'accord, cette fois c'était un peu plus effrayant et je ne devais pas être la seule à être dans cet état. Si ?

#0000ff
2410 caractères validé par Rory
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Troisième cours   Lun 1 Juin - 11:00

Installée au fond de la salle, la blondinette écoutait le cours, une fois n'était pas coutume depuis qu'elle savait qu'elle allait redoubler.
En effet, les épouvantard avaient été un sujet survolé l'année précédente, et la peur de la Lionne avait été alors d'être abandonnée. Mais depuis ce jour là, beaucoup de choses s'étaient passées. Elle avait dit adieu à ses Moldus, et ce, pour toujours Elle avait aussi quitté James pour un autre James. Louanne était partie du château, leur amitié semblait belle et bien perdue à tout jamais. Elle ne pouvait plus être abandonnée, voilà comment elle voyait les choses, ayant choisit elle même d'abandonner les autres avant qu'ils ne le fassent pour elle.
Cependant, elle ne savait pas quelle peur était la plus dominante chez elle. La Gryffondor profita de l'occasion qu'offrait le Professeur MacOwl de revoir ce sujet de cours, et se dit qu'il serait facile de laisser l'épouvantard la lui montrer plutôt que de suivre bêtement les conseils et afficher une peur choisie à l'avance. Après tout, si jamais elle devait tomber sur un épouvantard un jour, elle ne saurait pas qu'il serait dans le placard, la malle ou l'objet auquel elle ferait face, et se dit donc, que le meilleur moyen d'apprendre était de laisser la créature se transformer en une peur qu'elle ne connaissait pas, ou peut être refusait de voir.




C'est donc avec impatience, qu'assise à côté d'un Serdaigle, Henry Cook, elle serra dans sa main sa baguette, blanchissant au passage les jointures...

1201 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Lun 1 Juin - 20:29

La jeune fille soupira de soulagement à la réponse de son Professeur. Si certaines hypothèses n'étaient pas réalisables, elles avaient au moins obtenus une réponse que Keira s'empressa de noter sans regarder son parchemin et en écoutant toujours M. MacOwl et ses conseils et remarques à l'attention de la classe.

Elle releva la tête et parvint à se cogner le genou dans la table en entendant le Professeur parler de pratique. Elle se mordit l'intérieur de la joue et laissa les larmes s'accumuler devant ses iris avant de prendre une grande inspiration pour lâcher un "aïe" aussi discret que possible. Elle ne s'attendait pas à passer à la pratique si vite, mais peut-être ni avait-il rien d'autre à dire sur les épouvantards ? Ou peut-être fallait-il qu'ils expérimentent pour pouvoir comprendre certaines choses par eux-même ? La jeune femme n'aimait pas vraiment l'expérimentation, ce n'était pas du tout son domaine.

Elle voulu lister les peurs qu'elle se connaissait le plus rapidement possible dans l'improbable cas où elle devrait passer devant la classe. Elle avait du mal à se concentrer et marmonna entre ses dents sans se rendre compte que des sons sortaient effectivement de sa bouche.

- "Alors... le son, j'aime pas le son, pas le fort. Non p... pas le trop fort. Quand ça exp...p...plose. C'est horrible ça. J'aime pas non plus. Les autres, quand ils se moquent, mais ça, ça arrive même sans épouvantard."

Elle se pinça l'arrête du nez et déglutit. Elle savait déjà qu'elle avait peur des sons trop forts, mais comment l'épouvantard pourrait-il représenter cela ? Elle ne pouvait pas le deviner à l'avance, pas plus que les explosions d'ailleurs. Serait-ce un bête chaudron, un singe à cymbales qui la terrifiait tant enfant, une véritable simulation visuelle et sonore de l'explosion ?

Les événements qui y était liés étaient tout aussi désagréables, mais elle n'avait jamais eu peur des marmites en cuisine pourtant. Seuls les chaudrons instables la rendaient vraiment nerveuse et le bruit... Le bruit lui était insupportable. Elle n'arrivait pas à le gérer et c'était un combat quotidien qui l'avait rendue calme et patiente, toujours prompte à apaiser qui elle pouvait pour éviter le bruit.

Bien, si c'était un chaudron, elle l'imaginerait malade et qui vomissait. Ce serait moins horrible. Et si c'était du bruit, il faudrait qu'elle avise le moment venu. Quant à savoir ce qui sortirait avec cet épouvantard, elle décida de laisser le sort décider. Ces deux peurs se valaient probablement pour elle et si elle avait une vague idée de comment vaincre l'un des deux, l'autre n'aurait pas sa peau pour autant.

Elle prit note des dernières instructions du professeur et posa sa plume, un air neutre imprimé sur le visage. Peu importait qu'on lui sorte les rires de ses camarades, les chaudrons dangereux ou les sons à rendre sourd, elle les ridiculiserait sans éprouver le moindre remord. Peut-être gagnerait-elle 5 autres points pour sa maison.

2367 caractères validé par Molly
Couleur #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
avatarMolly Dawkins
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Troisième cours   Mer 3 Juin - 16:54

Molly s'était saisie de sa baguette et avait poussé son sac du pied dès que le Professeur leur avait annoncé la pratique. Elle s'était avancée en tête de file, faisant honneur à sa maison, le courage en avant. Elle avait hâte de découvrir quelle forme allait prendre l'épouvantard une fois relâché.
Elle avait répété la formule avec les autres élèves, et se prépara à devoir affronter la créature.
C'est donc en fermant les yeux qu'elle inspira et expira lentement, faisant le vide dans sa tête, ne pensant à plus rien d'autre qu'au noir. Elle ne visualisait rien non plus dans sa tête, décidée à laisser faire l'épouvantard.
Bien concentrée, elle pointa alors sa baguette sur la malle et d'un hochement de tête fit signe au Professeur MacOwl pour lui intimer d'ouvrir la malle.


Une forme tourbillonnante, faisant penser à du linge en cours de lavage dans le tambour d'une machine, fit son apparition. Un tourbillon de couleurs vives, rose framboise, jaune, vert émeraude commença à se matérialiser en une personne...


* Quoi ?! Qu'est-ce que ? NON ! Impossible ! Je ne comprends pas !*


L'épouvantard venait de prendre la forme de la personne qui devait l'affronter. Molly faisait face à Molly. Une blondinette aux cheveux dorés, en tenue d'uniforme réglementaire, face à une autre blondinette, cheveux attachés, tee chirt vert émeraude, jean brut et baskets noires montantes lui faisait face avec un sourire sombre. 


- Riddikulus ! Riddikulus !


Impossible pour la 6e année de s'affronter elle même. Elle ne voyait pas en quoi se ridiculiser ou tout du moins ridiculiser la créature...
Elle tenta encore une fois :


- Riddikulus !


Rien à faire. Elle regarda alors le Professeur de défense venir à son aide, ne sachant pas si l'épouvantard allait tergiverser à prendre une nouvelle forme, si MacOwl allait devoir faire face à sa propre peur et la ridiculiser, ou ridiculiser Molly l'épouvantard.
C'était un échec pour la lionne, qui ne se serait jamais attendue à se voir dans la créature, et ne comprenait pas pourquoi elle avait cette peur cachée au fond d'elle même.


1639 caractères validé par Molly


Dernière édition par Molly Dawkins le Mer 3 Juin - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Jeu 4 Juin - 3:21

J'avais à peine eu le temps de réagir à l'injonction du prof que les tables avaient volé aux extrémités de la salle, dégageant l'arène.. le fauve allait bientôt être libéré, et il nous faudrait l'affronter.
* Affronter quoi Ash, l'image de ta peur ? Ou ta peur elle même ?*
C'est à peine si j'essayais de répondre à ma propre question, ne cessant de peser le pour et le contre. Laisser le vide m'envahir pour voir apparaître mon épouvantard ? Ruser et l'influencer en évoquant une peur passagère ? Après tout c'était l'occasion rêvé pour jouer le jeu, il y avait un prof pour superviser et un groupe d'élève pour faire diversion.. "affronter sa peur donc".
Lançant ma besace non loin d'un mur d'un geste ample de la main, je reportais mon attention sur le cours. Les élèves, placés dans une file -à peu près- face au bureau, lançaient des "Riddikulus" d'entrainement, marmonnant la formule le plus distinctement possible.

*La moitié doit attendre avec impatience de passer devant la créature et l'autre moitié échafauder les théories les plus originales pour y échapper.. m'étonnerait que grand monde soit concentré sur cet échauffement*
De bonne grâce je sortis néanmoins ma baguette comme les autres, récitant l'incantation en accentuant la syllabe soulignée par Pr MacOwl.

Peu de temps après, celui ci s'approcha de la malle, s’apprêtant à l’ouvrir face à une de ces Gryffondor impatient de "rencontrer" si l'on peut le formuler ainsi, leur plus grande peur.
Muette, j'observais la forme s'extraire de la malle, tourbillonner sans consistance avant de se matérialiser face à la jeune fille. Rien que cette apparition me laissait immobile, d'une curiosité de voir enfin pour la première fois cette créature dont j'avais souvent entendue parler.. Mais la suite fut tout aussi intéressante.
L'épouvantard, alors qu'il prenait consistance face à la Rouge&Or, s'ornait petit à petit d'une tenue moldue et d'une chevelure blonde, jusqu'à être la réplique même de la demoiselle qui se trouvait dans l'obligation de réagir en lançant le sortilège. La stupéfaction de la jeune fille était criante de vérité : elle ne se connaissait pas cet épouvantard.. cette peur jusqu'alors inconnue la paralysait et les sortilèges lancés étaient sans résultats.

Un haut-le-cœur me fit vaciller. Quoi de pire que de se voir dans le regard de la Peur ? J'avais la poitrine oppressé, rien que de voir Molly et son clone me donnait une sensation d'insécurité.
*Parce que la peur n'est pas l'épouvantard, la peur est en nous.. et toi Ash, pourrais tu regarder ta peur dans les yeux ? Connais tu son visage ? Te connais tu ?* Serrant la mâchoire, le regard brillant, je tentais de faire taire cette voix qui ne me quittait jamais, qui me poussait toujours à voir une chose et son contraire, à écarter une chose pour en choisir une autre, éloignant parfois en une seule seconde une infinité de possibilités. La dualité qui sommeillait en chacun de nous, s'éveillant lorsque nous étions confronté à un choix.. A nouveau mon regard se posa sur la Gryffondor, qui tentait un énième "Riddiculus" avant de lancer un regard au professeur, regard plus lumineux qu'une fusée de détresse tirée sur une mer noire. Bien sur, MacOwl pouvait s'avancer, l'épouvantard quittant l'enveloppe de Molly pour prendre celle de la peur du professeur avant que celui ci la riddikulise.. Mais déjà je m'avançais de mon pas aérien, déterminé à passer outre ma peur, à m'immobiliser face à l'épouvantard et l'obliger à prendre une allure hilarante.

Rendue aux cotés de la jeune fille qui avait échouée, je l'observais un bref instant, comme pour comprendre ce qui pouvait la pousser à avoir peur d'elle même. Si cela était une simple crainte de sa propre dangerosité, jamais elle n'aurait paru si surprise de voir son clone.. Non, elle n'avait pas peur de s'auto blesser, du moins pas physiquement, avoir peur de soi même était certainement une allégorie, une représentation d'un sentiment enfoui en soi, et la jeune fille venait de le découvrir sur le vif, après s'être élancée face à la créature qui se trouvait actuellement derrière moi.. et qui, je le devinais, changeait de forme à cet instant même. Le regard toujours planté dans celui de la jeune fille, je le laissais se métamorphoser, sans plus aucune surprise possible quant à son aboutissement. Lui tournant le dos, je sentais sa silhouette haute et fine qui se découpait, l'épaule abaissée par un sac en bandoulière de cuir.. Je pouvais sans aucun soucis imaginer la crinière multicolore qui retombait sur ses épaules, le tintement qui l'accompagnait à chaque mouvement de tête, je pouvais même sentir son souffle dédaigneux, une unique expiration rapide qui avait le don d'exaspérer les personnes auquel il s'adressait
Adressant à Molly un sourire crispé, je fis lentement volte-face avant que la jeune fille ne puisse voir les larmes qui commençait à perler silencieusement entre mes cils.

Mon demi tour effectué, je constatais de mes propres yeux ce que "Call" m'avait jusqu'à présent fait comprendre, et ce que mes sens avaient devinés. Après Molly Dawkins, voilà que Ash C. Howl prenait place dans l'arène.

*Quoi de plus étonnant ? Ta bien aimée professeur de potion t'a tout de même estimée avoir "le cerveau grillé d'un gryffondor en manque de conneries suicidaires" et bien en voici la preuve, tu as le "même" épouvantard qu'une Gryffondor.. A quand l'ouverture d'un groupe de parole entre élèves clonés ?" *
La gorge serré, je laissais les larmes glisser le long de mes pommettes alors que je levais ma baguette face à mon "moi", qui fit de même dans une symétrie parfaite, sa manche glissant le long de son bras tout comme le tissus qui s'était abaissé sur ma propre peau, atteignant le coude. L'infime différence me sauta violemment aux yeux alors que l'épouvantard dardait sur moi son, mon regard bleu.

*Ash sans ses cicatrices.. Ash sans le même passé. Sans les même choix. Sans le même choix... et si c'était ce choix là qui était le bon ? Est ce que je n'aurais pas du plutôt.. *
Fronçant les sourcils, j’entrouvris légèrement la bouche, prête à lancer le sortilège, voulant être prête à lancer le sortilège.
Je ne voulais pas de cette peur.

Et pourtant je savais qu'elle ne me quitterait pas, et même dans un paradoxe inexplicable je conservais volontairement mes fines cicatrices comme le blason de ce que j'étais, de ce que j'avais fait, de ce que j'avais choisi.. pour ne pas oublier. Et malgré cela, l'épouvantard qui me regardait avec ce sourire un brin provocateur que j'avais constamment sur le visage, cet épouvantard réveillait à nouveau en moi le doute, ma main n'était plus aussi sure, mon bras tremblait alors que mon cœur rebelle sautait des battements

*Cet épouvantard n'est pas toi. Il n'est pas non plus tes choix. Ceux là t'appartiennent, et tes marques sont le témoignage de ton bon choix. Bientôt, bientôt j'irais à Gringotts, et bientôt tout cela sera fini.. quelqu'en soit l'issue, il y en aura une, et une seule.*
Au moment ou professeur et élèves s’apprêtaient à intervenir en mon absence de réaction, j'affirmais ma prise sur la baguette, lançant d'une voix clair le sortilège.

-Riddikulus !

Mon clone se figea un bref instant avant de se modifier légèrement, reprenant la tenue vestimentaire que j'avais lors de ce fameux bal de Noël, alors que j'avais invité le Pr. Wolkoff. Reproduisant avec entrain la valse que j'avais dansé à cette soirée, l'épouvantard provoqua quelques rires discrets dans la masse des élèves ayant conservé le souvenir de ces instants auxquels ils avaient assistés.
Bonne joueuse, je n'étouffais pas le petit rire que j'avais moi même en "me" voyant tournicoter dans la salle de cours aux bras d'un-e cavalier-e imaginaire.

L'épouvantard, désarçonné de ces rires, quitta l'enveloppe qui m'était propre pour prendre l’apparence d'une autre peur, celle de la personne qui prenait ma place. Sans jeter un œil pour voir s'il s'agissait du professeur ou d'un élève, j'effectuais un demi tour pour retourner près de mon sac. Croisant la route de la Rouge&Or qui m'avait précédé, je lui lançais plus sèchement que je ne le souhaitais
"Lorsque sa plus grande peur est intimement liée à soi même, la moindre des choses c'est de la connaitre.. du moins l'accepter pour la dépasser. Le courage, c'est de voler droit vers la flamme en en connaissant les risques. Pas de foncer tête baissée sans rien avoir à quoi se raccrocher."
Sans un regard pour les autres, je pris mon sac et m'assis sur une des tables poussées au fond de la salle, ruminant les dernières minutes.

D'un coté il y avait cette peur pétrifiante que j'avais ressenti, paralysante au point de laisser mes larmes couler, la poitrine oppressée pas la vue de mon double. Et puis le fait que ce double ne porte pas mes cicatrices, détail qui avait du échapper au regard des autres.
*Tant mieux, ils ne connaissent pas la "vrai" raison de ta peur comme ça.. oui super, au lieu de savoir que mes choix, enfin un choix en particulier, m'obsèdent, ils penseront juuuuste que je me fais peur à moi même..*
Je ne suivais le cours que d'une oreille, le visage sombre et les yeux dans le vague.
Ce cours était de ceux qui me laissait pensive, écartant un bref instant mon apparence enjouée et ironique qui attirait le regard, laissant place à une simple fille qui aimerait se fondre dans la masse. Etre la crapule de service permettait de rire de tout et d'éviter les sujets déplaisants.. Mais quelque part cette attitude n'était qu'une façade qui me permettait d'avancer.
En attendant, c'était la file qui avançait... un par un les élèves lançaient le sortilège et la question de savoir l'épouvantard du professeur m'effleura quelques instants, avant que je ne reprenne entièrement mes esprits, chassant de mes souvenirs le regard de mon double pour me focaliser sur les apparitions des différentes peurs.
*C'est tout de même intime de voir tout ça.. et un moyen de faire connaissance assez spéciale, "tiens, salut, toi aussi tu as peur de toi ? Oui, c'est ab-so-lu-ment affreux.." *
Un fin sourire étira mes lèvres alors que je suivais les transformations de l'épouvantard, attendant de voir s'il reprendrait forme humaine..



#660033
8 043 Caractères validé par Rory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Jeu 4 Juin - 11:24

Keira vit la gryffondor s'avancer et elle fut étonnée de voir une représentation parfaite de la chevelure blonde et du regard pétillant. Qu'est-ce qui pouvait bien lui faire peur pour qu'elle se représente elle-même à présent ? La Poufsouffle pencha la tête sur le côté en réfléchissant et secoua la tête, voyant Ash, de sa propre maison, s'avancer pour faire face à sa peur à elle. Le changement de l'épouvantard se produisit dans un grand bruit et elle agrippa la première main venue en gémissant, se couvrant une oreille de l'autre. Elle n'avait plus qu'à espérer que personne à part sa victime n'avait remarqué ça, sinon elle allait devoir donner des explications. Quand elle regarda de nouveau vers Ash et l'ennemi du jour, elle constata qu'ici aussi, il s'agissait de la personne elle-même. C'était horrible de voir que les gens avaient peur de quelque chose liés à eux-même.

La jeune Green se sentit soudain bien privilégiée avec sa peur qu'elle pouvait éviter avec un peu d'ingéniosité et de bon sens. Mais vivre avec des peurs liés à soi-même, cela voulait forcément dire que c'était quelque chose qui vous accompagnait tout le temps, un état d'esprit, un souvenir, un choix, quelque chose d'ancré en la personne. Et pourtant, là où la Gryffondor n'avait pas pu se débarrasser de son épouvantard, probablement surprise par sa forme, Ash semblait s'être préparée au pire et elle ridiculisa son ennemi. Keira eut un petit sourire en voyant la robe et la frénésie avec laquelle virevoltait la "fausse" Ash.  

Sans trop savoir comment, elle s'était retrouvée devant et se mit à paniquer avant de reprendre son calme, baguette en main, et d'avancer d'un pas peu sûr. Encore une fois, le bruit qui indiquait le changement, cet horriblement claquement qui la fit serrer les dents.

Elle attendit de voir ce que l'épouvantard avait choisi, trop déconcentrée par le bruit pour se focaliser sur une peur, et peut-être pas assez attentive aussi, cela lui arrivait d'oublier des choses parce qu'elle était dans la lune. Quand elle vit les formes de jouets, elle ne comprit pas et, après avoir froncé les sourcils, haussa les épaules et leva sa baguette.

- "Riddi..."

Elle ne put pas finir la formule que le premier jouet, un clown, se mit à tapoter son tambourin. Désarçonnée, Keira recula d'un pas et constata que le son n'était pas si fort, elle voulu retenter la formule, mais l'épouvantard semblait s'amuser. Un autre jouet se mit en place, un petit singe à cymbales qui se mit à la frapper l'une contre l'autre dans un bruit fort, trop fort pour être celui d'un jouet, beaucoup trop fort.

Les autres suivaient, ils étaient une dizaine à s'être mis en route et la jeune femme n'entendait plus rien que le bruit, le vacarme et le brouhaha qu'ils produisaient. Quand le dernier jouet, un train électronique, se mit en marche, il fit plus que bruit que le Poudlard Express entrant en gare. Elle hurla, se couvrant les oreilles et reculant autant qu'elle le pouvait pour s'extraire à cette horreur. Elle n'entendait plus que la douleur qui battait dans ses tempes et ne voyait plus que les images douloureuses liées à ces sons, la terreur d'une fillette perdue au milieu d'une fête foraine sur laquelle on marche parce qu'elle n'arrive pas à se faire entendre. L'attente dans un hôpital moldu parce qu'elle a été retrouvée seule et qu'on ne sait pas qui elle est, les piqûres froides, les prises de sang et le bruit, toujours le bruit qui lui fait tourner la tête.

Mais se boucher les oreilles ne servait à rien, le professeur l'avait dit. Même ses pensées étaient envahies par la peur insidieuse que l'épouvantard avait choisi et elle avait beau secouer la tête, cela ne changeait rien. Cette peur irrationnelle, liée à souvenir d'enfance idiot qui ne s'était même pas mal terminé puisque ses parents l'avaient retrouvée quelques heures après son admission. Et pourtant, le bruit. C'était sa plus grande peur.

#cc9900
3103 caractères validé par Rory
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Jeu 4 Juin - 13:19

Déjà plusieurs personnes étaient passées devant la créature. Certains avaient réussi, d'autres pas du tout... C'est donc dans un état d'esprit mitigé, que la jaune et noir s'avança à son tour. Une créature ressemblant à un cheval aux yeux blancs, bariolé de toutes les couleurs arc en ciel était là à regarder Ava. Dans un bruit qui fit sursauter une fois encore la petite fille, l'épouvantard se chiffonna comme une boule de papier, et se mit à tournoyer. Les couleurs vives laissèrent alors place à du noir, et une forme immense. Noire, à capuche, laissant apparaître une main putride, grise, et recouverte de verrues, un râle s'échappait de là où aurait dû se trouver normalement sa bouche.
La créature qu'Anton avait montré à sa jeune sœur des années auparavant était là, bien réelle face à l'élève.


Fermant les yeux, se concentrant de tout son possible, pour imaginer ce détraqueur de manière risible, elle eu l'idée de le transformer en ballerine. Une jolie petite ballerine en justaucorps rose, orné d'un tutu de la même couleur...


Alors toujours les yeux fermés, bien concentrée sur cette image, elle lança son sort :


- Riddikulus !


La boule de feu ouvrit ses yeux bleus aussi bleus que l'océan un jour d'été et vit sa demie réussite. L'épouvantard était devenu rose.


* Zut je me suis trop concentrée sur la couleur et pas assez sur l'ensemble*


Néamoins, il fallait bien admettre que dans cette couleur l'épouvantard ne lui faisait plus du tout peur. Un tutu aurait été parfait pour que la jeune fille puisse en rire ouvertement, mais quelques rires dans la file derrière elle, lui confirmèrent qu'elle était sur le bon chemin. La jeune fille se joignit donc aux autres en laissant sonner son rire argentin et la créature arrêta aussitôt son attaque pour se retrouver stupéfaite, se plaquant d'elle même contre la malle vaincue par le rire de la classe.


Ava laissa donc la place au prochain élève en retournant vers le fond de la salle et sourit à keira. Elle n'avait pas réussit complètement non plus, mais la blairelle se voulait rassurante envers son ainée. Les Poufsouffles étaient connus pour leur gentillesse avant tout, une des qualités premières de la rousse aux cheveux lisses.

1754 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Jeu 4 Juin - 14:46

Pendant ce temps, au fond de la salle... Un jeune homme s'interroge. Pas forcément sur la signification de ce qui apparaît devant ses camarades de classe, non, même si certains auraient très clairement besoin de faire un tour chez un psy... D'ailleurs, ça existe ça, dans le monde des sorciers ? Il ne s'est jamais vraiment posé la question jusqu'à présent. Voilà un point à éclaircir un de ces jours... Non, il se demande ce qui pourrait bien se passer lorsque son tour viendra.

Car si certains semblent s'attendre et se préparer à la forme que prendra pour eux l'épouvantard, lui n'en a absolument aucune idée. Pas qu'il n'ait aucune peur, loin de là, mais déterminer laquelle serait la plus à même d'être sélectionnée...

... C'est quoi ce boucan ??

Tout autour de lui, d'autres semblent être incommodés par le bruit... En cherchant un peu plus, il remarque une véritable armée de... jouets pour enfants ? Qui pourrait avoir peur de jouets ? Auraient-ils sous leurs yeux la palme de la peur la plus ri... Ah, peut-être pas, en fait. Keira, au premier rang, tente comme elle peut de se boucher les oreilles, incapable d'agir. Sa peur, serait-ce le bruit que font ses jouets ?

Heureusement, quelques instants plus tard, MacOwl fait disparaître la ménagerie, et un calme relatif revient. Laissant le Serdaigle seul avec ses pensées, une fois de plus.

Manquerait plus qu'il reste dans sa boite et que rien ne se passe... j'aurais l'air malin tiens...

Chassant cette pensée d'un petit rire nerveux, le jeune homme se plonge à nouveau dans ses réflexions. Espérant trouver une réponse avant que son tour n'arrive.

1247 caractères validé par Molly
Revenir en haut Aller en bas
avatarWinonna Diggory
Prefet Poufsouffle Prefet Poufsouffle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Troisième cours   Jeu 4 Juin - 16:19

Le jeune fille venait de finir de recopier ce qui était noté au tableau lorsque le professeur décida de faire répéter à ses élèves la formule. C'était maintenant l'heure de la pratique. Plusieurs élèves passèrent dont Miss Green et Miss Anderson. Certains avaient moins bien réussi que d'autres, mais maintenant ils savaient exactement de quoi ils avaient peur et ils allaient pouvoir travailler dur pour affronter l'épouvantard sans être déstabilisés la prochaine fois, s'il y en avait une.
Ce fût au tour de Winonna. L'année dernière, l'épouvantard était apparu sous forme d'une vague, rappelant un très mauvais souvenir à la préfète des Jaune et Noir mais elle avait réussit à lancer le sort. Depuis, la jeune fille avait travaillé sur cette peur de l'eau, qu'elle avait vaincue avec détermination durant l'été qui avait suivi le cours de Miss Wolkoff. La jeune fille s'approcha  et attendit que son épouvantard apparaisse. Elle avait vidé son esprit et était posée, déstressée. Mais la panique monta aussi vite que de la lave lors d'une éruption volcanique lorsque la créature se transforma. Il fallait regarder au sol pour pouvoir voir l'épouvantard de Winonna. C'était une petite femme, sur un carton, qui avait l'air de dormir dans la rue. Cette femme, aux cheveux clairs, serrait très fort dans une main un badge de préfète usé par le temps. Elle regardait intensément l'élève dans les yeux. La jeune fille fût estomaquée.

-" Je ne veux pas finir comme ça ."  dit-elle pétrifiée, en serrant très fort sa baguette de charme.  

Cet épouvantard n'avait peut être pas vraiment de sens pour ses camarades, mais la Poufsouffle savait pertinemment ce qu'il signifiait. Depuis qu'elle était entrée à Poudlard quatre années plus tôt, la jeune fille ressentait une pression folle sur ses épaules. Porter le nom de Diggory depuis juin 1995 n'était pas facile. Tout le monde pensait à ce "pauvre Cedric" tué par un partisan de Voldemort.
Pourquoi devait elle vivre avec le fantôme de son cousin, qu'elle n'avait jamais connu, sur le dos ? Pourquoi tant de pression de la part d'Amos ? Pourquoi Cédric était-il un sujet tabou ? Ils savaient pleurer la mort de Cédric tout le temps mais dès que Winonna posait une question : silence radio. Personne ne pouvait lui en parler dans son entourage, malheureusement pour la jeune femme qui voulait avoir des réponses à ses interrogations. La Diggory ne voulait pas décevoir Amos, elle était la seule descendance qu'il lui restait.

Cet épouvantard représentait la peur de l'échec. C'était Winonna qui était assise là, par terre, démunie et seule. La peur de ne pas réussir, de décevoir sa famille et tomber dans l'oubli. Voilà ce qui effrayait la Jaune et Noir. La peur au ventre et se sentant impuissante,  la préfète ne pût lancer le riddikulus et se mit à pleurer. MacOwl s'occupa de l'épouvantard tandis que la jeune fille fila s'asseoir sur sa chaise, en sanglots, la tête dans les mains, honteuse et déboussolée d'avoir échoué devant ses camarades de classe.



2395 caractères validé par Rory


Dernière édition par Winonna (Préfète) le Jeu 4 Juin - 17:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Jeu 4 Juin - 20:21

Le professeur MacOwl nous demanda de nous lever. J’eus à peine de temps de ranger mes affaires que les tables étaient toute entassées dans le fond de la salle. Il nous fit répéter la formule plusieurs fois dans le vide pour être prêt quand notre heure viendrait. J’accentuai la pression sur la baguette de charme ; la boule dans mon ventre était réapparue et semblait bien plus grande que la précédente. *Calme-toi. Tu n’a rien à craindre.* La forme exacte de son épouvantard était intime. *De quoi à tu vraiment peur, Roxane ?* Je décidai, sûrement pour me préserver, de « tromper » l’être qui se nourrissait de nos peurs. J’allais lui fait prendre une forme moindre. Laquelle ? Il fallait que je choisisse rapidement car mon tour pourrait vite arriver.

J’avais une peur assez irrationnelle des limaces. *Surement un vieux cauchemar d’enfant…* Cela me semblait parfait pour le cours. MacOwl donna le départ et Molly Darkwins, sixième année de ma maison, s’élança. Tout d’abord l’épouvantard se transforma en un tourbillon grisâtre puis il commença à prendre une apparence humaine. *De qui Molly a-t-elle peur ?* C’était un petite blonde qui m’était bien connu ; bien connu car c’était Molly elle-même. La Gryffondor sembla aussi surprise que moi de voir la forme de son épouvantard. * Le Professeur MacOwl doit intervenir !*

Mais avant même que j’eus le temps de finir ma phrase mentale, Ash Callisto Howl s’était lancée dans l’arène à sa place. L’épouvantard se changea une nouvelle fois et apparut… Ash elle-même…  Seulement, à l’inverse de Molly, la Poufsouffle ne semblait pas surprise de se voir apparaître devant elle. Après un duel de regard entre les deux Ash la « vraie » ridiculisa l’autre en lui faisant reprendre la danse qu’elle avait effectuée avec le Professeur Wolkoff lors du bal de Noël. Cependant je fus incapable de rire. *De quoi as-tu vraiment peur, Roxane ? Qu’est ce qui t’effraies tellement que tu n’oses même pas y penser ?*

Un frisson me parcourut de toute part, j’en eus la chair de poule. Une peur irrationnelle, profonde personnelle. Je ne pus regarder le passage des autres, ni même les encourager de mes rires. À mesure que la file diminuait, mon cœur se mettait à battre plus fort. Mes yeux était tournés vers mes chaussures ; j’aurais été capable de décrire avec une grande précision le sol de pierre gris. *De quoi as-tu vraiment peur ?*

Quand vint mon tour, ma pression artérielle était à son maximum. *De quoi as-tu un vraiment peur ?* J’essayai de me rassurer moi-même, en vain.  *Il n’y a que deux issues possibles à cet instant : rendre mon épouvantard ridicule ou me ridiculiser moi-même en échouant.* Je relevai les yeux vers le tourbillon gris que formait l’épouvantard en recherche d’une forme. Je me convins mentalement que j’avais peur des limaces. Quand la Chose choisit enfin sa forme elle ressemblait en tout point à ce que je m’étais imaginé : une énorme limace baveuse de deux mètres de haut. Répugnante. Je pointai ma baguette dans sa direction et articulai distinctement :

-Riddik...

*De quoi as-tu vraiment peur, Roxane ? De quoi as-tu vraiment peur ? De quoi as-tu vraiment peur ? De quoi as-tu vraiment peur ?* Tout s’embrouillait dans ma tête. Ma peur n’était pas cette limace ridicule, j’en avais conscience.  *De quoi as-tu vraiment peur ?* J’avais mal à la tête comme lorsque l’on a une grosse migraine. Je n’arrivais plus à me concentrer sur autres choses que le « boom » régulier qui sonnait dans mon crâne.

Il me fallut trente secondes ou bien une minute pour pouvoir réentendre les bruits extérieurs ; je n’avais plus vraiment conscience du temps qui s’écoulait. Je discernai des bruits dans mon dos. Mes camarades s’étaient mis à chuchoter et j’en savais très bien la raison. L’épouvantard n’était plus une limace géante, il avait pris l’apparence de ce qui m’effrayait le plus. Je lui avais ouvert mon esprit sans vraiment m’en rendre compte. *Tu  aurais dû choisir autre chose que les limaces, imbécile !* Ce n’était pas vraiment d’affronter ma plus grande peur qui m’effrayait c’était plutôt les conséquences que cela allait engendrer.

Après une grande inspiration je relevai la tête, faisant face à moi-même. Brune, mèche blanche, un mètre soixante-neuf,  yeux gris, muscles discrets : c’était bien moi. A la seule différence qu’une lueur inconnue brillait dans son regard. Je savais pertinemment ce qu’elle incarnait, un pouvoir que seule moi-même avais : celui de me détruire. Bien sûr, on pouvait me tuer, m’obliger à faire je-ne-sais-quoi, mais j’étais la seule à prendre mes propres décisions, qui avaient une influence sur toute ma vie. Ma plus grande peur était de me réveiller un jour et de me plus me reconnaître. Ma plus grande peur était de regretter mes choix. Ma plus grande peur était mon avenir. Ma plus grande peur était de ne rien contrôler à ma propre vie.

Cependant j'étais prête à l'affronter. Je tendis ma baguette dans la direction de l’épouvantard. *Comment me ridiculiser ?* Je repensai à Ash qui était passée avant moi et qui avait eu la même peur. Elle s’était fait danser comme lors du bal de Noël. *En fait rien de plus simple, il ne suffit de trouver quelques choses que je trouve ridicule comme le rose et la dentelle.*

- Riddikulus ! incantai-je pour la deuxième fois.

Les habits du faux « moi » se transformèrent petit à petit : l’une de mes éternelles jupes centrés à la taille devint une horrible robe rose et bouffante ornée de froufrous et de dentelles ; mes chaussures prirent l’apparence d’affreuses sandales rose bonbon, et pour couronner le tout, un chapeau naquit sur ma tête. C’était un chapeau ample accordé à la robe, sur lequel semblaient vivre des oiseaux, tellement le nombre de plumes multicolores était impressionnant. La Roxane face à moi ressemblait à une mamie tombée dans une marmite de potion rose. Me voyant ainsi vêtue je ne pus qu’exploser de rire. J’avais réussi à me ridiculiser.

Je sortis de la file pour me poster à droite de la porte, dans un coin sombre pour me faire oublier. Toute allégresse s’échappa de mon esprit. Je me retrouvai seule. Dans un sens, tant mieux car je n’avais pas vraiment envie de parler. Je balayai la salle du regard en attendant la suite des événements. Je vis dans le fond Ash, elle aussi seule.  Son épouvantard avait pris, dans un sens, la même forme que la mienne. *Pourquoi la grande Ash C. Howl, crapule à ses heures perdues a-t-elle peur d’elle-même ?*



pour info, je tiens a dire que je n'ai copié personne; j'ai bien eu cette idée avant le poste de Molly et Ash
5115 caractères validé par Rory


Dernière édition par Roxane Finnigan (Préfète) le Jeu 4 Juin - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Troisième cours   Ven 5 Juin - 14:14

J'étais encore perdue dans mes pensées, essayant de retenir la panique qui menaçait de sortir de mon corps. Mon corps tremblait à moitié de peur et d'appréhension pour la suite des choses. J'étais si déconnectée que je n'avais pas capté que ma question était passée inaperçue auprès du prof et je ne vis pas non plus mes camarades se lever. Soudain je me sentis tirée en arrière alors que j'étais encore attablée. Monsieur MacOwl venait de faire de la place au centre de la salle pour le cours pratique et m'avait donc surprise et réveillée par la même occasion.

* Ouha ! C'est ça que les moldus appellent des montagnes Prusse ? *

Revenant à la réalité je rejoignais mes camarades dans la file de l'exercice en faisant bien attention à me mettre vers la fin de la queue. En passant, j'échangeais un sourire avec Jérémy qui avait bien besoin qu'on le rassure à son tour, et je vis que Polly prenait le relais que je ne pouvais pas prendre. Après tout, ils étaient amis depuis X temps.

* Bon aller ! Soit tu pars en courant, ce qui te ferait passer pour une idiote monumentale ... Soit tu te concentre sur une peur quelconque mais pas sûr que ça marche... Soit tu laisse ta peur se matérialiser... Mais là encore reste à  voir comment tu va réagir et on en revient à l'option de la fuite ... *

Perdue dans mes réflexions pour me préparer à cette fin inéluctable, je ne voyais pas la file se rétrécir petit à petit ni les différentes peurs de mes camarades. Jusqu'à ce qu'un brouhaha me fasse sursauter. Je vis une de mes camarades de maison incapable d'affronter sa peur et s'éloigner dans un coin après l'intervention du prof. Moi aussi allais-je rester bloquée comme ça et forcer notre professeur à se débarrasser lui même de ma peur ? Si ça arrivait je ne pourrais plus avancer, du moins au ralenti.

* Pauvre Keira. *

Une énième fois dans ce cours je me perdis dans mes pensées pour me concentrer à ma réaction et mon tour allait bientôt arriver. Je recommençais à paniquer car je ne me sentais pas prête et que j'avais l'impression que le sort faisait exprès de me mettre une pression pareille.

Finalement, la fille devant moi réussit à faire rire la classe, mais j'avais si peur que je ne remarquais pas qu'il s'agissait de ma Roxy chérie. Soudain, je me retrouvais en tête de queue. C'était mon tour. J'étais devant l'épouvantard mais pour moi ce n'était plus une simple créature, c'était mon cauchemar.
Il y eu un tourbillon gris ... Puis noir ... Puis une silhouette humaine. Je faisais tout pour trouver une autre peur, une parade, une diversion, mais je savais bien que je n'étais pas assez forte mentalement... Et il apparut à la vue de tous : un Mangemort, avec sa robe noire et son masque métallisé.

La classe avait déjà eu droit à un sombral, représentant de la mort, chose déjà bien assez effrayante, une représentation de ce que nous connaîtrions tous un jour, ou que nous avions connu. Elle avait aussi eu droit à un détraqueur qui pouvait aussi représenter la mort à sa manière.
Cette fois, voir se matérialiser l'ennemi du monde, un des responsable de tellement de douleur pendant des années ne fit que remettre une couche sur l'angoisse générale qui régnait dans la pièce.
Je ne restais plantée là, devant le meurtrier de mes parents sans pouvoir faire un geste. Je tremblais de la tête aux pieds en fixant mon cauchemar que je n'arrivais jamais à nommer, serrant ma baguette à m'en faire mal à la main. Cette douleur, je la ressentais et je m'en raccrochais pour ne pas oublier que j'étais dans une salle de classe.

Les autres attendaient que je réagisse - elle va s'écrouler ? Partir en courant ? ou le prof va encore s'interposer ? - Alors que le temps, qui semblait être de longues minutes pour moi, passait. Soudain, un geste près de moi me réveilla et je vis le prof prêt à intervenir.

- NON !!! Il est à moi !

En une seconde, ma peur disparut, remplacée par une fureur qui sommeillait en moi depuis presque 6 ans. Un désir de vengeance qui se cachait là depuis trop longtemps, et que j'avais mis de coté, trop occupée à être fragilisée par le manque de mes parents. Oui, je n'avais jamais eu peur de ces Mangemorts et je m'en souvenais maintenant. Ce fut avec un regard noir et flamboyant que je levais ma baguette sur l'épouvantard et que je jetais mon sort.

- RIDDIKULUS !!!

C'était finit, ils ne m'auront plus. Le faux Mangemort se prit soudain une grosse marmite sur la tête, et s'écroula avec des étoiles dansant autour du crâne. Comme dans les vieux films comiques que Harry m'avait montré quand il m'apprenait le monde moldu. J'adorais ces films et je me mis à éclater de rire, sincèrement amusée par la scène. Tant pis si les autres ne comprenaient pas. Moi, j'avais gagné cette bataille.

3705 caractères validé par Rory
Revenir en haut Aller en bas
avatarAnton Vlagasda (Thanaël)
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Troisième cours   Jeu 11 Juin - 16:03

Assis dans son coin au fond de la salle, Thanaël se serait changé en une pièce du mobilier bien volontiers si cela aurait pu lui permettre d'échapper à l'épouvantard. Il n'aimait pas spécialement devoir être devant toute une classe, mais il s'agissait en plus ici d'affronter sa peur devant tout ce monde. Il fit mentalement le tour de ses éventuelles peurs pour avoir une idée de la plus grande d'entre elles. Les araignées ou les serpents ? Non, il n'avait pas peur des petites bêtes, et même si cela aurait été amusant de voir un Serpentard ayant peur des reptiles, ce n'était pas son cas. Le vertige ? Non plus, il s'en serait rendu compte depuis longtemps. Ni l'eau et encore moins le feu. Pareil pour la mort. Il avait bien une peur, mais laquelle ? Aussi loin qu'il puisse s'en rappeler, il n'avait pas encore rencontré quelque chose capable de l'effrayer au plus haut point. La réponse devait donc se trouver dans un fragment de passé qui lui manquait. Sa curiosité prit le pas sur sa timidité et il décida d'aller voir par lui même, d'autant plus que le professeur semblait assez doué pour repérer les resquilleurs.

S'avançant, il se retrouva à passer après Kalis, un autre Serpentard avec qui il s'entendait bien. Apparemment, sa peur était de se retrouver enfermé. De ce que Thanaël savait de lui, ce n'était pas étonnant. On n'a pas un loup pour ami si on peut rester enfermé. Après qu'il eu défait son épouvantard, il s'écarta et Thanaël se plaça devant la créature.

La cage danseuse s'arrêta immédiatement, et disparut. Il chercha des yeux où pouvait donc être passé l'épouvantard et vit au sol un tapis noir qui se déplaçait lentement vers lui en glissant sur le sol. Le vert et argent eut un mouvement de recul. Il ne savait pas pourquoi, mais au fond de lui il savait qu'il devait avoir peur de la créature. Et il avait peur. Plus étrange encore, le nom de la créature lui revint à l'esprit : le Moremplis.

Son premier réflexe fut de laisser tomber sa baguette et d'envoyer sa main dans son dos pour y attraper sa carabine. Qui bien entendu n'y était pas. Il regarda sa main, vide, l'esprit ailleurs.

La cape noire se rapprocha un peu plus, et commença à se relever. Un bruit dans la salle le fit revenir à lui. Il se baissa et ramassa sa baguette, puis envoya le premier sort qui lui passait par la tête. Le bois de pin réagit parfaitement à l'informulé et une vague de flammes se dirigèrent sur l'épouvantard. Qui parut ne rien sentir. L'élève recommença encore. Puis ne put continuer en informulé, et dit d'un ton fort "Incendio" !! La panique le gagnait de plus en plus. On lui avait toujours dit que le feu purifiait bien des choses, et il essayait de faire partir la créature, mais le Moremplis qu'il avait devant lui était plus coriace que cela. Incendio !! Incendio, Incendio, Incendio !! cria t-il. Mais rien à faire.
L'épouvantard devait être ignifugé, car il ralentit à peine sa progression vers Thanaël, qui tourna la tête vers son professeur, et à la vue de ce dernier, il se remémora la formule pour le cours. Il se retourna et pointa sa baguette vers la cape noire qui lui faisait face, et prononça le sort.

-Riddikulus !

Il ne se passa rien. Il se concentra, imagina la bestiole avec un gyrophare et recommença.

-Riddikulus !!

Une lumière clignotante poussa sur le Moremplis, ce qui provoqua le rire de quelqu'un derrière lui. Il estima avoir réussi puisqu'il avait fait rire, et recula loin de l'épouvantard. Il était honteux de ne pas avoir réussi, mais savait au moins quelle était sa plus grande peur. Mais une question en chassait une autre : où avait-il donc pu rencontrer un Moremplis ? Son ancienne vie n'avait pas finit de le tourmenter. Il décida d'aller voir le professeur à la fin du cours afin de s'excuser, car il venait de se rendre compte avoir utilisé un sort autre que Riddikulus, qu'il avait bien faillit mettre le feu à la salle.

3049 caractères validé par Rory
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Troisième cours   Dim 14 Juin - 0:14

Maryliss observait avec attention comment chacun se débarrassait de sa peur... Certains avaient du mal, d'autres hésitaient. Ce n'était pas simple ; la Vert et Argent le savait. Son tour approchait à grands pas. Sa main était crispée sur sa baguette, elle frissonnait. Elle secoua la tête comme pour chasser la peur de son corps. Deux garçons de Serpentard affrontèrent leurs peurs à leurs tours. Soudain elle se retrouva en tête de file, face à une créature qu'elle identifia comme un Moremplis, ridiculisé par un gyrophare.
Mary respira un grand coup. Le Moremplis se changea alors en sa sœur, Lucy. Elle était là, devant elle et avait le haut du crâne en sang. Elle ne parlait pas, restait immobile et la fixait d'un regard vide.

- Oh... Non, non, non...murmura Maryliss tout doucement.

La Vert et Argent ne pouvait détourner le regard. Elle avala sa salive avec difficulté puis articula.

- Riddi... Riddi...

La formule n'arrivait pas à sortir de sa bouche. Elle qui avait pourtant acquise la théorie, échouait sur la pratique. Elle tomba finalement à genoux, sans pouvoir faire face à la forme qu'avait pris l'Epouvantard. Mary ne savait pas si un élève prenait sa place ou si MacOwl intervenait; elle était perdue dans ses pensées. Elle avait été lâche et... ridicule.



1001 caractères validé par Myosotis


Dernière édition par Maryliss le Dim 14 Juin - 0:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Troisième cours   Mar 16 Juin - 4:48

Pour une fois, ce n'était pas seule que j'arrivais en cours, mais accompagné de mon camarade Serpentard, Warren, que j'avais croisé dans les couloirs en venant. Malheureusement, je ne savais pas trop de quoi parler et il n'était pas très loquasse, donc nous arrivâmes en silence devant la salle de classe. Je me demandais quel serait le sujet du cours cette fois-ci. J'entrai tranquillement, tout le monde était déjà installé, et Warren et moi fûmes séparés. * Barf, tant pis, qu'est-ce que ça change ? * Je m'installai alors tranquillement, sortant mon éternel bloc de feuilles à carreaux moldu et mon stylo, prête à prendre le plus de notes possible, comme d'habitude. Le sujet du jour, les épouvantards... * Oh non ! Pas ça, je redoute ce cours depuis que j'ai entendu parler de ces trucs ! *

Je m'installai dans un coin reculé à moitié cachée par un pilier, paniquée d'avance à l'idée d'affronter ma peur. Monsieur McOwl se présenta et blabla et blabla, puis nous posa un tas de questions auxquelles je ne répondis pas, me calmant intérieurement tant bien que mal. A la question concernant nos avantages, je fus des plus attentives, écoutant chaque proposition, les notant discrètement, vu la remarque fait à un autre élève. * Pratique les stylos moldus, ça fait pas de bruit ! * me félicitai-je.

Soi-disant qu'on pouvait influencer l'épouvantard quant à la peur qu'il matérialiserait, oui, enfin pour cela il fallait déjà que j'arrive à sortir cette phobie de ma tête ! J'en avais deux à présent, et ni l'une, ni l'autre n'était préférable !

Après un long discours, et les notes officielles à prendre qui s'inscrivirent sur le tableau noir, le professeur proposa de passer à la pratique. Non je n'avais pas honte de mes peurs, mais je ne me voyais pas les rendre ridicules et je ne voulais clairement pas les affronter ainsi. Molly, une autre Gryffondor s'approcha en premier de la malle, fière et conquérante. Ce qui se produisit m'étonna alors beaucoup. L'épouvantard avait pris la forme... d'elle-même ? * Oh ça doit être la guerre dans sa tête pour avoir peur de soi-même ! * Malheureusement, elle-même paraissait étonnée de la forme choisie de la créature et elle perdit ses moyens. Lorsqu'une Poufsouffle s'avança pour lui prêter main forte, ce fut aussi elle-même qu'elle vit, mais elle se modéra beaucoup mieux... Beaucoup mieux oui, mais était-ce vraiment une crainte réelle ? Ou peut-être avait-elle décidé cette peur en fonction de la précédente observée... * Deux fois de suite le « même » épouvantard, d'accord, mais s'il s'agit de la phobie des abeilles ou je ne sais quoi... *

Pendant que je réfléchissais à cette manie étrange d'avoir peur de soi-même, L'épouvantard prit la forme de jouets bruyants * Pourquoi pas ! *, la mort * Classique, mais inévitable ! *, un détraqueur * pas étonnant !*, une élève elle-même ayant mal tourné * Un peu plus logique que les deux premières, mais tout de même, c'est une mode ou quoi ? *, une autre élève * Non mais sérieux ! *, puis un mangemort * Pauvre Ria ! *. Je voulais avancer, mais j'hésitai. Deux de mes phobies se battaient en duel dans ma tête. J'avançai doucement vers la malle où s'était recroquevillé la créature, baguette tendue en avant.


Tétanisée d'avance, mes peurs se mélangeaient et je m'inquiétais du résultat. Pensant d'abord voir apparaître une araignée, une phobie qui m'empêchait beaucoup de profiter des bonnes choses comme m'allonger dans l'herbe sereinement ou m'adosser à un mur en pierres, mais le tourbillon était trop haut et filiforme pour en être une. Ça avait la forme d'un être humain, ce n'était pas moi évidemment, et plus il se formait, plus mon cœur battait la chamade. Je fermai les yeux quelques instants, le laissant apparaître complètement. Voir la créature prendre forme était insoutenable. Je gardai les yeux fermé, puis j'entendis ce rire, machiavélique et forcé, ce rire qui m'effrayait depuis ma plus tendre enfance, ce rire qui m'avait hanté depuis mon sixième anniversaire.

J'ouvris les yeux, transpirant à grosses gouttes comme après un marathon, une sueur froide remonta mon échine lorsque mes yeux se posèrent sur les cheveux rouges frisés qui ornaient chaque côté de son crâne ridé dégarni, ce maquillage raté grossier et ce gros nez rouge. Il avait un regard de psychopathe lorsqu'il leva un couteau. Poussant un cri, je fis un pas en arrière et je tombai assise sur le parquet. J'étais aussi petite qu'à l'époque. Trop petite face à ce clown qui me paraissait géant... L'idée me vint soudain.

-RIDDIKULUS !

J'avais hurlé la formule comme pour cracher la haine de ce cauchemar ambulant, comme si le vrai clown qui m'avait tant fait peur toutes ses années allait m'entendre. Doucement, ce clown immense se dégonfla, se ratatina, et rapetissa jusqu'à atteindre la taille de mon boursoufflet. Son rire paraissait stupide et maigrelet, mon sourire se forma, s'élargit. Peeta, mon boursoufflet, aussi vif que ma chevelure, sortit de ma capuche et s'en approcha, lui faisant un câlin en grondant de plaisir. J'éclatai alors d'un rire franc. Le mini clown se mit alors à courir en direction de la malle, mais il était si petit qu'il avançait lentement et je me mis à rire encore plus. Peeta me regarda, ne comprenant pas. Je le pris dans mes mains et me relevai doucement.

Je n'allais pas prétendre avoir affronter ma peur définitivement, car cette phobie des clowns était depuis cette époque trop encrée en moi, mais je pourrais certainement la vivre plus décemment maintenant que j'avais cette image dans la tête. J'étais fière de mon travail !
4359 caractères, validé par Alice


Dernière édition par Alice Skellington le Mar 16 Juin - 5:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Troisième cours   

Revenir en haut Aller en bas
 
Troisième cours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: Les cours :: Défense contre les forces du mal-