BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Les cuisines de Poudlard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les cuisines de Poudlard   Lun 6 Juil - 1:22

[Rp libre]

Azel-Grace se prélassait au soleil. Les beaux jours avaient fait leur apparition, et il n'était pas rare de voir les élèves une fois leur cours terminés, prendre un bain de soleil dans le parc de Poudlard. L'air y était tellement agréable. Les plus courageux s'aventuraient même jusqu'à se baigner dans le lac... Mais hors de question pour notre demoiselle d'aller ne serait-ce y plonger un petit orteil. En effet, celle-ci avait malheureusement pour elle une peur bleue de tout ce qui pouvait se trouver sous l'eau. Et pourtant Dieu sait qu'elle adorait nager. Mais elle n'avait encore jusqu'à présent jamais réussi à vaincre cette peur terrifiante des créatures marines ou toutes autres créatures d'ailleurs, parfois une simple petite araignée ou fourmi qui lui montait sur la jambe pouvait la faire se tortiller dans tous les sens, quitte a passer pour une folle aux yeux des autres. Enfin, une phobie malheureusement cela ne se contrôle guère, et elle avait beau étudier certaines de ces "bestioles" en cours, elle n'en perdait pas plus sa peur pour autant. 

Cela faisait maintenant deux bonnes heures que notre jeune fille profitait du soleil, qu'elle en eut quelque peu le teint écarlate. Elle ne faisait rien à part regarder les autres élèves s'amuser. En ce jour, elle n'avait guère envie de compagnie à proprement parler, et préférer de loin être dans le fil de ses pensées sans en être perturbée. Mais au bout de deux heures à faire la crêpe, elle commença à avoir une soif intense. Et chacun le sait, il faut s'hydrater correctement lorsqu'il fait chaud comme cela. Le seul souci pour Azel c'était qu'elle détestait l'eau, rien de tel pour elle qu'une bonne citronnade ou tout autre jus sucré pour se désaltérer. 

C'est ainsi qu'elle prit la direction des cuisines. Elle n'y avait encore jamais mis les pieds, mais la soif la tenaillait tellement qu'elle décida pour une fois d'y aller, elle était également poussée par la curiosité. Elle s'était toujours demandé comment cela se passait là bas? Car une fois à table les plats arrivaient par magie, mais elle se doutait bien qu'ils venaient de quelques part, et chacun savait de toute façon que les cuisines regorgeaient d'elfes de maison. 

Une fois devant le tableau, elle réfléchit quelques instant, un trou de mémoire momentané venant la perturber, elle ne se rappelait plus comment il fallait entrer. Il lui fallut bien dix minutes avant de ne se souvenir qu'il fallait chatouiller la poire verte jusqu'à ce que celle-ci se transforme en poignée. Une fois le tableau franchi, elle resta bouche bée. La pièce était si grande, si magnifique... La cheminée lui parut immense dans cette pièce qui était pourtant déjà bien grande. Un rictus se dessina sur ses lèvres, voir s'afférer de cette manière les efles de maisons, la fit rire. Ils étaient loin d'avoir l'air malheureux et bien au contraire avaient l'air de se plaire dans cette environnement. Elle ne put s'empêcher d'avoir tout de même de la compassion pour eux, travailler autant pour autant d'élèves elle en était admirative. 

Se raclant la gorge, elle tenta d'arrêter un des elfes:


"Excusez-moi, est-ce possible de...."


Elle n'eut le temps de finir sa phrase, que celui-ci avait déjà disparu pour réapparaître à l'autre bout de la pièce. Elle vit un tabouret non loin d'elle, elle décida de s'asseoir, et attendit soit qu'un elfe fasse enfin attention à elle, soit que quelqu'un d'autre entre dans la pièce car elle savait de la bouche de plusieurs élèves que celle-ci était pas mal fréquentée en temps normal.

2812 caractères validé par Ambre
Couleur Azel : #ff0000

Revenir en haut Aller en bas
avatarGarance D
Eleve Poufsouffle Eleve Poufsouffle

MessageSujet: Re: Les cuisines de Poudlard   Mer 15 Juil - 14:51

La nuit était noire. La salle plongée dans l'obscurité était simplement illuminée par la lumière de la lune et les quelques étoiles qui parsemaient le ciel. Une ombre se faufila à travers la petite salle ronde et basse de plafond, et s'engouffra dans un tunnel court. Ses cheveux s'emmêlèrent, sa chemise de nuit se tâcha, et sa baguette, toute neuve et encore à l'essai, guidait l'élève de Poudlard, telle un bâton guidant un aveugle.
L'ombre se glissa hors d'un tonneau, s'échappant ainsi de sa salle commune, et rasa les murs pour finalement rejoindre une salle peu éloignée de la première. Ses pas se faisaient des plus silencieux. Sa robe de sorcière s'accrochait à la pierre sans pour autant s'abîmer. Enfin, elle atteignit un tableau représentant une nature morte.
*L'entrée des cuisines … Enfin !*
Elle entra dans cet endroit où l'affairement était à son comble : des centaines de petits êtres travaillaient là sans relâche, ne cessant de mélanger divers ingrédients dans des bols, de façonner des pâtes en boules, d'enfourner des petits gâteaux dans des fours, de récurer des casseroles et poêles utilisées, de dresser des viennoiseries sur des grands plateaux en argent …
Le petit matin approchait, et les elfes de maison préparaient déjà le petit-déjeuner des jeunes sorciers de Poudlard.
L'éclairage jaune des lampes de cette salle n'éblouit pas la jeune Poufsouffle. Ses cheveux châtains étaient brillants sous cette lumière artificielle, ses yeux s'illuminaient devant le courage et l'ardeur dont faisaient preuve les serviteurs du château.
Elle rangea sa baguette dans la poche intérieure de sa cape et se tourna vers les elfes. L'un d'eux s'arrêta devant elle, la reconnaissant, et lui dit :

- Tiens, Garance ! On vous sert la même chose que d'habitude ?

La blairelle acquiesça d'un signe de tête et se dirigea vers le fond de la pièce à pas lent. Trouvant au coin d'un feu crépitant un tabouret en bois (trop petit pour elle), elle s'y assit et attendit ce que l'elfe lui avait promis. Il reparut avec un plat rempli à ras bord de fils entrelacées d'une couleur rouge.

- Des spaghettis à la bolognaise … Tu sais que j'adore ça !

Il lui tendit une fourchette argentée et posa à coté de la jeune fille une carafe d'eau avec un verre.

- Merci infiniment, tu me sauves la vie …

Elle sourit à l'elfe, qui s'éloigna, et entama son plat.
Ce n'était pas la première fois qu'elle venait en pleine nuit manger un petit quelque chose aux cuisines. Elle ne mangeait pas dans la grande salle, s'y sentant trop mal à l'aise après ce qui venait de lui arriver avec James. Elle savait que des rumeurs courraient derrière elle, soufflant d'un vent froid des paroles qui lui rappelleraient sa naïveté et sa crédulité. Le pire était qu'elle était visible par tout le monde, et donc par Molly qui, elle le savait, cherchait la jaune et noire sans relâche. Elle s'efforçait de l'éviter, et cela durait déjà depuis quelques semaines. Trop d'événements s'étaient produits ces derniers jours, et tout s'emmêlait dans la tête de l'adolescente. Entre ce fameux coup de vengeance dont elle était le pantin, la mort du professeur Leeloo puis celle de son amie Louanne, sa défaite aux deux matchs de Quidditch, contre les Gryffondor et contre les Serdaigles ... Rien ne pouvait être pire que tout ça réuni. Alors les émotions et sentiments s'accumulaient dans le cœur de la Poufsouffle. Sa tête était envahie de souvenirs qui se succédaient les uns aux autres, tous plus déchirants les uns que les autres.
Ainsi, pour échapper à toute l'agitation qui pouvait l'entourer et aux rumeurs qu'elle avait peur d'entendre, et aussi parce qu'elle avait faim à force de ne pas manger comme les autres dans la grande salle, elle venait se réfugier dans les cuisines où elle dégustait des petits plats, souvent les restes de ceux envoyés quelques heures plus tôt sur les grandes tables en bois de la salle au plafond magique. Ces derniers temps, s'attendant à la visite de la jeune fille à l'air triste, ils prenaient le temps de lui préparer une assiette contenant un plat qu'elle affectionnait particulièrement.
Ses visites étaient devenues quotidiennes, et les elfes venaient tour à tour parler à la jeune fille, tentant pour certains de la faire sourire, de la faire rire pour d'autres. D'autres encore essayaient de la réconforter en lui disant que c'était une mauvaise passe, que tout allait s'arranger, qu'il ne fallait pas s'inquiéter pour des problèmes comme ceux-là. Mais la Poufsouffle, qui esquissait un sourire parfois, à l'occasion, retournait une demi-heure plus tard dans sa salle commune, le vendre plein et la tête toujours bouillonnant de multiples souvenirs et sentiments qu'elle ne pouvait calmer. Personne jusque là n'avait réussi à l'apaiser, sauf une elfe. La petite Winky, une elfe recueillie à Poudlard après avoir été libérée par son maître qu'elle affectionnait beaucoup, venait voir Garance et lui parlait de son ancienne vie et de ses problèmes d'elfe. Les deux filles se trouvaient des points communs et aimaient converser ensemble, l'une réconfortant l'autre. Ce soir-là, Winky vint s'asseoir à coté de Garance et lui raconta un de ses bons souvenirs du temps où elle était toujours elfe de maison chez Mr Croupton. Et la blairelle lui conta sa journée, passée seule dans son dortoir vide et dans les salles de classe, courant entre chaque cours afin d'éviter le plus de monde possible. Elle lui avoua avoir songé à quitter ses couvertures en patchwork pour aller discuter avec Mimi Geignarde. Mais la sachant commère et peu discrète malgré son état fantomatique, elle resta finalement sur son lit, attendant avec hâte que ses camarades dorment pour pouvoir, comme chaque soir, aller grignoter une pâtisserie aux cuisines.
L'elfe se leva après le discours de son amie, portant son assiette à laver, et reparut quelques secondes plus tard avec un petit plateau d'argent couvert de mini gâteaux.

- Oh Winky, c'est trop gentil voyons, il ne fallait pas …

L'elfe insista, et Garance, ne sachant que choisir, prit un éclair au chocolat, pas plus gros que son pouce. Elle le mangea à petites bouchées, et quand Winky tendit le plateau de nouveau, lui suggérant d'en prendre un autre, la blairelle agita la main devant l'assiette, étant déjà rassasiée.

- Tu sais que je n'ai pas une grande faim ces derniers temps … Je me contenterai de ça, merci.

Winky n'insista pas, tourna les talons et fit quelques pas avant de transplaner pour attérir quelques mètres plus loin, où elle déposa le plateau d'argent. Elle échangea quelques mots avec un autre elfe, qui semblait déçu que la jeune fille n'ait pas goûté à une autre de ses pâtisseries, mais il comprit et les gâteaux furent engloutis par d'autres elfes un peu gourmands.
Garance regardait ses chaussons, les yeux humides et la mine abattue. Elle resta là quelques secondes, prit une grande inspiration et traversa la cuisine, remerciant chaque elfe qu'elle croisait et leur souhaitant à chacun une bonne fin de nuit et une bonne journée d'avance. Elle embrassa Winky sur le front et la remercia infiniment, lui promettant qu'elle reviendrait la nuit suivante et qu'elles discuteraient ensemble. Elle sortit enfin de la salle et regagna à pas de loup sa salle commune.
Elle ne savait pas combien de nuits ce cinéma pourrait encore durer, mais pour l'instant, elle n'avait rien trouvé de mieux à faire ...

5882 caractères validé par Ambre
RP unique

Revenir en haut Aller en bas
avatarDorea MacHaddish
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
: Cliquez à gauche c'est méga intéressant !
MessageSujet: Les cuisines de Poudlard   Jeu 27 Aoû - 0:34

Les cuisines du château, pendant les vacances d'été, tournent au ralentit. La moitiée des elfes est plutôt en train de nettoyer le château dans tous ses recoins, et comme peut de monde reste tout l'été, il n'y a pas besoin de beaucoup de main d'œuvre pour cuisiner.

Dorea, en rentrant dans la salle, s'attendait à une cuisine semblable à celles moldues, mais le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle s'était trompée. Elle était venue ici car elle s'était endormie sur son livre dans sa salle commune et n'avait pas mangé. Elle s'assit machinalement à la table qui correspondait à celle de sa maison, Serdaigle.
Très vite, un elfe s'approcha d'elle. Il était bizarrement vêtu, même pour un elfe. Il avait au moins 20 bonnet empilés les uns sur les autres (par cette chaleur, attendez!), et 4 chaussettes de couleurs différentes, une pour chaque main et une pour chaque pied. Il se racle la gorge et dit:
-Mademoiselle, qu'est-ce que Dobby peut faire pour vous?
-Commences donc par m'appeler Dorea, s'il-te-plaît. Et sinon, aurais tu des restes de nourritures? J'ai sauté le repas.
-Il me reste du gratin dauphinois mademoiselle Dorea,  et une part de tarte à la mûre.
Dorea sourit jusqu'aux oreilles. Elle a-do-rait le gratin dauphinois.
En attendant que l'elfe ai le temps de lui ramener son plat, elle réfléchi. La rentrée arrivait très vite, et sa cinquième année se promettait dure. Les B.U.S.Es en fin d'année n'était pas pour rien dans ce calcul. Même si Dorea avait des notes bonnes la plupart du temps, elle ne pouvait pas s'empêcher d'être anxieuse.
Dobby revint avec un plateau, qu'il posa sur la table devant la jeune fille. Celle-ci le gratifia d'un:
-Merci, Dobby, qui fit très plaisir à l'elfe.
La Serdaigle entama son plat en observant Dobby et d'autres elfes laver des casseroles.  Mais elle replongea bien vite dans ses pensées.
Le quidditch. Allait-elle être acceptée dans l'équipe? Ou allait-on lui rire au nez? “Comment tu veux qu'une souris arrête les souaffles?”
Et pis se posait la question du balais. Elle économisait son argent pour s'en acheter un mais quand on part de 10 gallions, ça peut être dur de remonter jusque dans les 200.
Dorea soupira et regarda son reflet dans l'eau de la carafe. Ses cheveux avaient été ramenés à la va-vite en une queue de cheval haute, et quelque mèches folles lui tombaient sur le visage. Ses yeux couleur chocolat étaient pour une fois à peu près dépourvu de cernes. Son teint de Mexicaine contrastait agréablement avec son chemisier blanc. Son nez retroussé, typiquement écossais, était malgré tout dépourvu des taches de rousseurs qui rendaient les MacHaddish si célèbres. Elle n'était pas maquillée, comme toujours, et elle avait un air rêveur. Sur sa joue, il y avait encore la marque du livre sur lequel elle s'était endormie.
Ayant finis le gratin, elle croqua distrètement dans une pomme -c'est bon pour la ligne-  et se tourna vers Dobby:
-Je te remercie pour ce repas,
-C'est mon métier, mademoiselle Dorea. Vous ne mangez pas la tarte?
-Oh! Si, tu as raison. Je vais l'emporter dans ma salle commune en cas de fringale.
La jeune fille sorti de la salle, rêveuse. Elle grimpa les étages et alla retrouver son cher livre abandonné sur une table de la salle commune déserte.
2539 caractères, attente de validation
Couleur Dobby
Couleur Dorea
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les cuisines de Poudlard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les cuisines de Poudlard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: RP hors cours :: Année RP 2030/2031 (2014/2015) :: Les couloirs-