BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Jeu 17 Sep - 23:33

La foules d'élèves se tenait maintenant dans la salle et un brouhaha ambiant régnait en maître. On ne pouvait capter mot, dans une telle cacophonie. Et pour cause, il manquait la présence du professeur, intimidante mais ô combien nécessaire pour maintenir l'ordre. Le bureau gisait, soutenant un monticule de livres et de feuilles étalées dans tous les sens. Les élèves jetaient, par moment, quelques inquiets regards à la chaise vide, mais ne s'en souciaient guère longtemps. Chacun espéraient, en vérité, que le tabouret demeurerait vide et les documents, ainsi éparpillés. Pauvre eux!
Alors que tous commençaient à se conforter dans l'idée qu'ils n'auraient pas cours, un bruit enfla dans la salle. Un son strident, maintenant une note, trahissant le souffle qui le soutenait. Une seconde note remplaça la première, puis le son arpenta encore les multiples fréquences des aigus, avec une justesse laissant parfois à désirer. Les quelques élèves venus d'Ecosse, et peut-être d'autres plus cultivés que leurs compères purent reconnaître l'instrument à l'origine de l'étrange mélodie: une cornemuse.

Le professeur apparu dans l'encadrement de la porte, le bec de l'engin coincé entre ses lèvres, marchant au rythme de sa tirade. Ses joues se gonflaient et se dégonflaient, à la manière de celles d'un crapaud. Jouant toujours sa musique, tantôt harmonieuse, tantôt dissonante, il atteint son bureau. Enfin, le rythme ralenti, signe que la fin de la mélodie approchait. L'avant dernière note fut suivit d'un long silence, laissant en suspens l’achèvement final. Enfin, après une attente excessivement longue, arriva enfin la note finale... complètement dissonante et ne faisant visiblement pas partie du programme.


-Oh... Pardon.

Le professeur prit une grande inspiration et joua de nouveau le morceau, peu avant sa fin ratée. Les notes s’enchaînèrent, identiquement à la première fois. A l'exception près que, cette fois-ci, après un silence nettement écourté, la note finale sonna juste, au grand soulagement de l'auditoire.  

-Aaaah! Voila! Vous entendez ce son magnifique? J'ai trouvé cette merveille dans une brocante moldue, et m'y suis mis la semaine dernière! Etant un virtuose, ça n'a pas était très compliqué pour moi d'apprendre.

Le professeur afficha une mine fière, à la manière d'un enfant aillant répondu juste à une question, ou un chien, au pied de son maître, le bâton dans la gueule.

-Parait-il que la musique excite les neurones! Je me permet donc de faire l'expérience sur vous! Mais arrêtez de tergiverser! Je me nomme Cicéron Sileymane, et je n'accepterais rien d'autre que "Professeur Sileymane" ou "Professeur", comprit?!

Il était devenu soudain plus sérieux, le sourcil arqué, et ses yeux inégalement ouverts. Il pointait maintenant les élèves du doigts, le regard interrogateur. Mais il n'attendit pas de savoir si les pauvres adolescents avaient véritablement comprit ou non. Il se redressa, le dos droit, les bras se croisant dans son dos. Il finit par toiser les élèves avec le regard d'un officier à l'armée.

-Vous me considérez tous, ici, comme un nouveau professeur, mais sachez que j'étais là il y a de cela treize an, alors ne me prenez pas pour un imbécile. Non seulement vous seriez capable d'avoir raison, mais en plus, je ne gênerais pas pour vous retirer grassement des points! Enfin, trêve de plaisanterie! Commençons par le commencement: la Metamorphose. C'est une des disciplines-il leva l'index vers le plafond- les plus complexes du monde magique! ... Derrière L'Arithmancie, j'ai toujours détesté l'Arithmancie. Enfin bref! Qu'est-ce que je disais.... Vous me faites perdre le fil! Bande d'élèves ingrats!

Les gamins se regardèrent avec de grands yeux. Dans la salle, le professeur avait été le seul à parler. Cicéron frappa son poing dans sa main.

-Ah oui, la Metamorphose! C'est une matière qui demande pratique, rigueur et concentration. Aussi serais-je intransigeant! Sachant cela, le cours va commencer. Mais par contre, je préfère vous prévenir: je ne vous apprendrais rien aujourd'hui. C'est vous qui allez m'apprendre des choses!

L'air sérieux, Sileymane s'appuya contre son bureau, croisant les bras.

-La consigne est la suivante: feuilletez votre bouquin, choisissez le sort que vous voulez, et tentez de l'appliquer, avec uniquement votre cerveau -sous réserve que vous en ayez- et le livre. Vous n'avez pas le droit de changer de sort. Une fois choisi, c'est définitif. En revanche, vous avez le droit à autant de tentative que vous le désirez. Vous avez le droit d'abandonner, de persévérer. Et moi je vais rester là et regarder ce que vous faites. Sur ce, que la fête commence!

Le professeur écarta les bras avec un sourire, tel un prestidigitateur annonçant le numéro. Oui, les élèves allaient lui en apprendre, et ce beaucoup plus qu'ils ne le croyaient...


3829 caractères
#ff6600


Dernière édition par Cicéron Sileymane le Ven 18 Sep - 6:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Ven 18 Sep - 0:22

Entrant dans la salle, la tête dans les nuages, je m'installai à une place vacante. Je pensais à mon rendez-vous de ce soir même, et je stressais. Je ne vis même assis quelqu'un s'était assis à mes côtés. Le professeur n'était pas encore arrivé, et j'espère le voir bientôt, on m'avait parler d'un changement de professeur. Je tournai mes reflexions vers ce sujet, lorsqu'une note stridente de cornemuse se fit entendre. Je cherchais d'où cela venait. Puis, je trouvai la source.

J'aimais beaucoup la cornemuse, mais sa mélodie n'était pas, comment dire, mélodieuse. Il reprit la fin, mais je n'étais pas vraiment fan de cet air. Le nouveau professeur avait une tête de vieux fou, et visiblement il n'en avait pas que l'air. L'observant avec attention et méfiance, j'écoutai son monologue qui n'en finissait pas. Il nous proposa alors de choisir notre sort. Prudente, je pris mon livre et commença à chercher. Après une recherche approfondi, je trouvai le sort d'Inanimatus Apparitus, un sortilège qui permettai de faire un apparaitre un objet inanimé.


831 caractères, validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Dim 20 Sep - 11:25

Le premier cours de l'année scolaire et je n'arrivais même pas à être à l'heure, je courais dans le couloir vide en essayant de finir de m'habiller dans la course. Rentrer ma chemise dans ma jupe, plisser ma jupe, nouer ma cravate, essayer de ne pas perdre ma robe qui glissait de mes épaules dans mon agitation ni mon sac qui menaçait de s'ouvrir et de laisser tomber mes livres sur le sol. 

* Tout ça parce que je n'ai encore pas réussit à dormir, Mel me prends toutes mes pensées depuis avant hier ... Vivement que ça passe ... Et puis j'espère que le prof n'est pas une miss Wolkoff *

Arrivant au dernier angle de couloir avant la salle de cours, je m'arrêtais net avec une impression de déjà vu et me rappelais que j'avais vécu la même chose l'année dernière, J'attrapais mon chouchou dans la poche de ma robe, emmené à la va vite tout à l'heure en sortant de la salle commune, et me coiffais rapidement mais proprement d'une queue de cheval, dégageant mon visage chiffonné par un réveil brutal et rougit par la course. D'un pas pressé je rejoignais la salle de cours et levais la main pour cogner le battant quand quelque chose arrêta mon geste, n'étant plus sûr d'être au bon endroit pour la métamorphose. 

* On a des cours de musique maintenant ? Mais où est le cours de métamorphose alors ? ... Et qu'est ce que c'est que cette musique bizarre ? ... On dirait de la cornemuse ... *

Ne sachant pas quoi faire, je restais plantée devant la porte en écoutant ce qui s'y passait derrière, une dernière note très mal jouée résonna et me fit grimacer tellement elle m'était désagréable. Le morceau reprit en finissant sur une bonne note cette fois et ensuite un discourt suivit, mais avec le bois entre moi et ce professeur je n'entendant qu'une bribe sur deux : il parlait de musique, ensuite d'arithmancie et pour finir j'entendis "métamorphose".

* Mais c'est quel cours dans cette classe ! Il me perds ce prof ! *

Finalement ses dernières paroles me mirent sur la voie et me rassurèrent, demandant aux élèves de jeter le sort qu'ils voulaient et j'imaginais déjà le bazar que cela risquait d'engendrer. Soupirant de lassitude, je finis par cogner à cette porte, maintenant sûre qu'il s'agissait bien du cours de métamorphose.


1744 caractères validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Dim 20 Sep - 21:04

Ridwen s'ennuyait ferme. C'était le premier cours de l'année auquel elle assistait, et elle commençait à se demander s'il aurait vraiment lieu: le professeur se faisait attendre depuis près d'un quart d'heure. De plus, le vacarme incessant des multiples conversations dont l'existence était permise par l'absence du maître l'agaçait au plus haut point. Elle n'était pas moins irritée qu'un professeur se permette un tel retard pour son premier cours; lui-même était nouveau, à ce qu'elle avait entendu dire.
Un son aigre, nasillard, se fit alors entendre. Étonnement et incompréhension firent taire bien vite les derniers bavardages. Ridwen, quant à elle, reconnaissait ce timbre si singulier entre mille - n'étant pourtant pas native d'Ecosse; mais qu'est-ce qu'une cornemuse pouvait bien faire ici ?

* Une option de Musique aurait-elle été rajoutée à mon insu ? Suis-je bien en cours de Métamorphose ?*

Le musicien à l'origine de cette mélodie - qu'elle avait cru désincarnée pendant quelques instants - se fit enfin apercevoir. C'était un homme à l'aspect aussi étrange que sa musique. Il avança dans la salle de classe d'un pas accordé au rythme du morceau; il rata même la fin et s'en excusa, provoquant chez Ridwen une envie de rire qu'elle réprima par politesse. Cela ne l'empêcha pas de suivre le professeur des yeux en haussant les sourcils d'un air peu envoûté.


- Aaaah ! Voilà ! Vous entendez ce son magnifique ? J'ai trouvé cette merveille dans une brocante moldue, et m'y suis mis la semaine dernière ! Etant un virtuose, ça n'a pas été très compliqué pour moi d'apprendre.

Ridwen respectait la cornemuse, comme elle respectait la musique, mais force était d'avouer qu'elle avait encore quelques efforts à fournir afin d'apprécier honnêtement cet instrument.  

* Et puis, ça fait un de ces boucans... *

Elle haussa encore d'un cran ses sourcils sombres en entendant le vieillard se qualifier de virtuose. Était-ce de l'ironie ? Il fallait l'espérer - à moins qu'il ait volontairement raté sa fin, ce qui lui parut insensé. L'air fier et satisfait du professeur lui confirma qu'il n'y avait aucune forme d'humour derrière ses paroles. Une expression burlesque et quelque peu inquiétante étirait son visage, telle une représentation parfaite d'un vieux fou. Ridwen nota qu'il maîtrisait l'art délicat de paraître comique tout en restant parfaitement sérieux; son visage donnait à rire, mais son attitude forçait le calme et le respect - quoique son numéro de cornemuse restait particulièrement puéril dans l'esprit de Ridwen.
Après quelques mots sur la matière qu'il lui était donné d'enseigner, le professeur entra enfin dans le vif du sujet, c'est-à-dire son cours:


- La consigne est la suivante: feuilletez votre bouquin, choisissez le sort que vous voulez, et tentez de l'appliquer, avec uniquement votre cerveau -sous réserve que vous en ayez- et le livre. Vous n'avez pas le droit de changer de sort. Une fois choisi, c'est définitif. En revanche, vous avez le droit à autant de tentative que vous le désirez. Vous avez le droit d'abandonner, de persévérer. Et moi je vais rester là et regarder ce que vous faites. Sur ce, que la fête commence!

Et il souriait, en plus. Ridwen le haïssait déjà; mais il fallait bien se prêter au jeu. Elle s'empressa de chercher un sortilège et ne tarda pas à en trouver un qui lui convenait: il s'agissait de Duro, un sortilège permettant de transformer un objet en pierre. La jeune fille décida de sacrifier sa belle plume d'aigle pour l'expérience. C'était quelque peu inconscient: rien ne lui promettait qu'elle arriverait à la ramener à son état originel. Cependant, rien ne lui promettait non plus qu'elle parviendrait à exécuter son sort, en premier lieu. Elle ne l'avait d'ailleurs jamais étudié. Il lui faudra s'en tenir aux consignes de son livre.
Essayant tant bien que mal de se concentrer malgré le bruit, Ridwen répéta les étapes dans sa tête avant d'essayer concrètement le sortilège. Elle s'empara de sa baguette de poirier et l'agita souplement en pointant sa plume avec précision.


"Duro !"


La plume perdit progressivement sa belle couleur mordorée pour une teinte grise et froide. Les doux sillons partant de la tige s'alourdirent, l'aspect souple et soyeux de l'objet s'effaça derrière le voile d'immobilité qui s'y était répandu. Ridwen resta un instant tout aussi figée que sa plume, sans lâcher sa baguette. Elle osa enfin la toucher pour constater sa réussite. Un sentiment de soulagement et de satisfaction la traversa de part en part: elle avait réussi du premier coup ! La jeune fille se demanda alors ce qu'elle était censée faire par la suite. Le professeur Sileymane, car tel était son nom, ne leur avait pas autorisé à changer de sortilège, or elle n'avait eu besoin que d'une seule tentative pour arriver à un résultat concluant et se retrouvait à présent sans occupation. Effleurant une nouvelle fois sa plume changée en pierre, Ridwen leva les yeux vers le professeur. Elle était assise au deuxième rang, l'avait-il remarquée ? Elle redoutait intérieurement de faire face à ce vieillard cinglé mais était pourtant fière de pouvoir montrer une brillante démonstration dès son premier cours.

Ridwen: #ccccff 
4123 caractères validé par Ambre


Dernière édition par Ridwen Rowlands le Dim 20 Sep - 21:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Mer 23 Sep - 2:12

Je me savais pas très douée en métamorphose, et je ne m'attendais clairement pas à une réussite, mais avec le choix de ce sort, je m'assurais de ne prendre aucun risque concernant un animal. Peeta, mon boursoufflet, m'observais de ses yeux globuleux derrière ses touffes de poils aussi roses que mes cheveux avec un air inquiet. Je commençai à réfléchir à un objet... Une paire de lunettes de soleil, violette, quitch à souhait comme moi. Je me concentrai et dans un murmure à peine audible je lançai:

- Inanimatus Apparitus!
Ma première tentative fut un fiasco... Une espèce de jet de fumée et d'étincelles violettes s'échappèrent de ma nouvelle baguette que je ne maitrisais pas encore. Elle devait être plus sensible car plus proche de moi. Je repris mes esprits, réfléchissant à une solution. Essayant de moins me crisper, je retentais...
Une paire de lunette, de la forme escomptée apparut, mais il en manquait les verres. Flûte! Quoique, elles étaient tout de même plutôt jolies, et si je n'obtenais mieux, je me devais de les garder précieusement. Je les posais alors sur le côté, et observais mon résultat plus que correct compte tenu du travail demandé. Je me redressai, fis le vide dans ma tête, visualisai l'objet et recommençai encore:

- Inanimatus Apparitus!




Relachant mon souffle, j'observai enfin un résultat parfait. J'avais gagné deux paires de lunettes, portables avec ou sans soleil, riais-je intérieurement. je posai les deux paires fière de moi. J'aurais bien tenté une autre mais je préférai rester sur une réussite telle que la dernière. J'avais tout simplement dû me recentrer, prendre mon temps, visualiser correctement et surtout, vider mon esprit de tout parasite. Je comprenais enfin pourquoi le professeur Sileymane avait parlé d'utiliser son cerveau... il fallait réfléchir au pourquoi du comment cela fonctionnait ou non... il fallait juste que je sache comme agir et surtout me rapprocher de ma baguette... la dompter...


1558 caractères, validé par Alice


Dernière édition par Alice Skellington (P) le Mer 23 Sep - 2:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Ven 25 Sep - 21:29

*C'est qui lui ?*

Voici la première réaction de Kalis en voyant le nouveau professeur de métamorphose débarquer dans la salle. Le garçon arqua un sourcil en voyant la tête qu'il avait mais surtout en apercevant l'instrument qu'il tenait entre ses mains. C'est un cours de musique ou quoi ? 
Il trouvait ça plus marrant qu'autre chose finalement. C'était toujours mieux d'avoir un professeur marrant comme lui qu'un professeur qui ne fait que répéter son cours comme un robot. Et il faut dire qu'il était un sacré numéro le professeur Cicéron Sileymane!
Kalis se demanda s'il avait même assez d'autorité pour punir les élèves turbulents comme lui... Car en voyant sa tête, il pensait plutôt à avoir à affaire à un clown qu'à un homme sévère et dur.
Le garçon se redressa sur son banc et réprima un soupir. Ca ne va pas être de tout repos cette année ! Entre le quidditch et les cours divertissants du nouveau professeur de métamorphose, il y a de quoi s'occuper.

Ok. Un sort à tester ? Ca ne devrait pas être très dur. 
Assis comme à son habitude bien au fond de la classe pour être sûr de pouvoir s'endormir sans se faire voir, il ouvrit son manuel de cours et feuilleta rapidement le bouquin à la recherche du sortilège le plus facile à utiliser. Il tomba finalement sur le sort "Avifors", l'uns des seuls sortilèges dont il se souvenait et qu'il avait appris en première année.
Il sortit sa baguette et la pointa sur la trousse d'un élève située non loin de lui puis prononça la formule à voix basse.


-Avifors !


Kalis s'attendait au bon résultat mais à la place de faire sortir une volée d'oiseaux comme prévu, la trousse explosa sous ses yeux avant de se réduire en cendres.

*Quel pas doué...Je sens que je vais m'en prendre une...*


Suite à l'explosion de la trousse, une fumée noire se répandit dans la pièce et Kalis rangea instinctivement sa baguette. Pourvu que l'étrange nouveau professeur n'ait rien vu...

1506 caractères validé par Ambre


Dernière édition par Kalis Antoy le Lun 28 Sep - 10:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Sam 26 Sep - 16:37

Le professeur balaya la salle –son empire- du regard. Le dos courbé, il joint ses mains dans son dos, et avisa les élèves ouvrir leurs livres, certains motivés, d’autre méfiants. Il fit un pas, descendant de l’estrade où se trouvait son petit bureau, et d’un pas d’officier se balada entre les rangées d’élèves. Il entendit toquer à la porte, mais n’ouvrit pas immédiatement. Un sourcil arqué, laissant démesurément ouvert l’un de ses yeux, il lut plutôt par-dessus les épaules les sortilèges que chacun tentaient. Il en vit une dont la page était celle du sortilège Inanimatus Apparatus. Pauvre elle ! C’était un sort bien compliqué qu’elle avait trouvé là, car il nécessitait une immense concentration vis-à-vis de l’objet qu’on désirait faire apparaître, et qu’on sache lequel on désirait. Inanimatus Apparatus n’appartenait pas à la catégorie des sortilèges qui fonctionnaient quand nous n’avions aucun objectif en tête. Concentration, volonté, tels étaient les critères pour parvenir à un tel sortilège. Mais, évidemment, il se garda bien de prévenir la demoiselle. Après tout, il voyait cet exercice comme une première évaluation, un moyen d’apprendre à les connaître, de situer leur niveau. Avec un sourire, il contourna le bureau –il ne remarqua que par la suite son étrange couleur de cheveux- et alla de nouveau vers les premiers rangs. A l’arrière, les cancres n’avaient pas l’air bien motivés, de toute manière !

Il constata qu’une jeune fille au deuxième lançait un sort de durcissement : le sortilège duro. Plus aisé que celui de sa comparse, pensa Cicéron. Le sortilège Duro ne nécessitait qu’une bonne gestuelle, et diction. Il ne possédait nullement la complexité de certains autres sortilèges de métamorphose. En cela, on pouvait dire que la demoiselle avait de la chance, car il était compliqué de trouver de tels sorts, dans une matière aussi complexe que la métamorphose. Sans surprise, il vit que la demoiselle y parvint du premier coup. La plume tantôt souple se raidit, et devint pierre. Une simple chute et son envol gracieux aurait laissé place à un choc mortel. Les yeux luisant, le professeur s’avança devant le bureau de la jeune demoiselle. Il fit claquer ses talons, et passa deux doigts sur son menton, jouant un peu avec son bouc, faisant face à la jeune fille. Il saisit la plume entre ses doigts, la fit tourner, l’examina de ses yeux inégalement ouverts. La pierre poreuse ne s’effritait pas. Parfait, voilà un sort qui tenait bien la route ! Il finit par lever la plume devant lui.


-Regardez-bien mesdemoiselles, messieurs. Cette jeune fille a réussi avec brio son sortilège de durcissement ! C’est un sortilège sans grandes difficultés, mais je parie que certains ici seraient tout de même capables de le rater ! Mais passons ! Voyez la parfaite exécution de ce sortilège. Et bien je vais vous dire une bonne chose, elle peut avoir trois raisons différentes : le talent, le savoir, et la chance. Il est aisé de dire si la réussite est due au savoir : si vous vous êtes déjà pratiqué un sortilège, c’est que c’est le cas. Mais je ne pense pas que ce soit le cas de votre amie. En revanche, il est moins aisé de trouver qui du talent ou de la chance est la raison d’un sortilège bien réalisé dès la première exécution. A dire vrai, je pense qu’il n’existe qu’un seul moyen d’y parvenir : retenter une seconde fois ! Si c'est bien du talent que vous avez là, vous réussirez de nouveau. Mais sinon... Je vous le dis, mes petits, ne sous-estimez JAMAIS la puissance du hasard.

On tapa à la porte de nouveau. Le sorcier, avec un sourire, sortit sa baguette de sa poche et l'agita, la plume dans l'autre main. La porte s’ouvrit immédiatement avec fracas. Se retrouva alors, devant des yeux ébahis, une pauvre jeune fille visiblement en retard qui attendait depuis tout à l'heure qu’on lui ouvre.

-Comme vous le voyez, rien n’est prévisible, pas même pour un génie de ma trempe ! Car il était évident que je ne m’attendais pas à ce que cette demoiselle ai tant de retard.

L’indignation enfla dans les rangs. Après tout, si la demoiselle était si en retard, c’était en partie parce que le professeur ne lui avait pas immédiatement ouvert.

-Pour cette démonstration grandiose de la puissance de l’imprévue, j’accorde dix points à mademoiselle… comment-vous vous appelez, jeune fille ? –la demoiselle lâcha un léger murmure- Lester ! Sur ce, allez à votre place ! Vous demanderez la consigne à vos voisins ! ET JE NE VEUX PLUS ENTENDRE UN SEUL BRUIT ! SINON JE VOUS CHANGE EN CRAPAUDS !!

La classe se tut instantanément. Avaient-ils véritablement pris la menace au sérieux, où étaient-ils simplement surpris par le net et brutal changement de ton du hibou ? Ce dernier s’en moquait. Satisfait du résultat, il déposa la plume, lui rendit son aspect initial d'un informulé et recommença à arpenter les rangs. Mais sa curiosité fut trop importante pour qu’il divise son attention de manière égale. En effet son regard revenait souvent à la demoiselle aux cheveux roses. Où en était-elle? Une gerbe d’étincelles violettes témoigna avec brio de la situation. La jeune fille avait échoué, sans surprise. Le professeur la laissa retenter l’expérience, préférant voir comment se débrouillaient les autres. Il constata qu’une jeune Serdaigle était parvenue à exécuter le sortilège Vera Verto. Basique. Décidément, excepté la Griffondor et son sort d'Inanimatus Apparatus, cette classe ne semblait pas être très ambitieuse ! Le goût du risque était totalement absent. Et cette impression se confirma dans l’esprit du vieux fou quand il vit qu’un élève de Serpentard, au fond de la classe, exécutait le sortilège Avifor. Il laissa échapper un ricanement quand ce dernier échoua. Mais sur quelle bande de bras cassés était-il tombé ?! Il finit par revenir vers la demoiselle aux cheveux roses. Sur son bureau se trouvait une paire de lunette sans verre, et elle en fit apparaître une nouvelle, entière cette fois-ci. Le professeur se planta face à elle. Comme pour la Gryffondor à qu’il avait pris la plume, il s’empara des lunettes. Il s’adressa à elle d’une voix forte.

-Vous avez beaucoup de chance mademoiselle, savez-vous pourquoi ?

Il leva les yeux vers l'intégralité de la classe, et montra la paire de lunette pour le moins original.

-Allons, quelqu’un pourrait-il me dire pourquoi cette demoiselle a beaucoup de chance ? J’offre vingt points à celui qui y répond ! Un indice: Lavoisier disait "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme!"

5188 caractères
#ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Sam 26 Sep - 18:52

Le professeur Sileymane passa dans les rangs, visiblement agacé. Sa déception était compréhensible quand on observait les dizaines d'élèves qui échouaient à des sorts dignes d'un novice. Ridwen se sentit valorisée d'avoir réussi un sort qu'elle ne connaissait jusqu'alors que de nom. Elle songea qu'elle devait sûrement avoir des qualités naturelles dont elle pourrait tirer une grande utilité. Elle n'avait jamais été certaine d'en posséder, mais elle songea que cet essai concluant devait bien en être la preuve.
Le professeur s'approcha alors de la table de la jeune fille et examina de plus près sa plume changée en pierre. Son visage afficha un air satisfait, mais il ne semblait guère impressionné.


- Regardez-bien mesdemoiselles, messieurs. Cette jeune fille a réussi avec brio son sortilège de durcissement ! C’est un sortilège sans grandes difficultés, mais je parie que certains ici seraient tout de même capables de le rater ! Mais passons ! Voyez la parfaite exécution de ce sortilège.

Ridwen sentit son cœur tressaillir. C'était la première fois que l'un de ses résultats était présenté devant la classe entière - cela lui apporta un regain de confiance dont elle avait bien besoin. Cependant, le professeur Sileymane n'avait pas terminé. La fierté de la jeune Gryffondor se fissura en écoutant les paroles qu'il ajouta.

- Et bien je vais vous dire une bonne chose, elle peut avoir trois raisons différentes : le talent, le savoir, et la chance. Il est aisé de dire si la réussite est due au savoir : si vous vous êtes déjà pratiqué un sortilège, c’est que c’est le cas. Mais je ne pense pas que ce soit le cas de votre amie.

* Effectivement, c'est loin de l'être. *

- En revanche, il est moins aisé de trouver qui du talent ou de la chance est la raison d’un sortilège bien réalisé dès la première exécution. A dire vrai, je pense qu’il n’existe qu’un seul moyen d’y parvenir : retenter une seconde fois ! Si c'est bien du talent que vous avez là, vous réussirez de nouveau. Mais sinon... Je vous le dis, mes petits, ne sous-estimez JAMAIS la puissance du hasard.

La puissance du hasard... Était-ce donc cela qui lui avait permis de réussir brillamment ce "sortilège sans grandes difficultés" ? Ridwen sentit le doute et l'anxiété revenir prendre leurs places dans son esprit, rejetant sa fierté au-dehors, par la même occasion. Mais elle n'eut guère le temps de méditer sur sa prétendue chance car de légers coups retentirent contre le panneau de la porte. Le professeur Sileymane l'ouvrit d'un coup de baguette, tenant toujours la plume de Ridwen dans son autre main. La jeune fille se retourna afin de voir le malheureux retardataire. C'était Victoria.

- Comme vous le voyez, rien n’est prévisible, pas même pour un génie de ma trempe ! Car il était évident que je ne m’attendais pas à ce que cette demoiselle ait tant de retard.  
Pour cette démonstration grandiose de la puissance de l’imprévue, j’accorde dix points à mademoiselle… comment-vous vous appelez, jeune fille ? Lester ! Sur ce, allez à votre place ! Vous demanderez la consigne à vos voisins ! ET JE NE VEUX PLUS ENTENDRE UN SEUL BRUIT ! SINON JE VOUS CHANGE EN CRAPAUDS !!


Il faisait si peur, avec ses yeux écarquillés inégalement qui lui donnaient l'air d'un fou, que toute la classe obéit. Un silence brusque et pesant se répandit dans la salle. Ridwen observa la pauvre Victoria regagner sa place du coin de l'oeil tandis que le professeur lui rendait sa plume dans son aspect d'origine. Elle retrouva le fil de ses pensées et devint nerveuse à l'idée de devoir tenter une nouvelle exécution du sortilège: il lui fallait prouver que son résultat était du à son talent et non au hasard.  

* Le hasard n'existe pas... Alors pourquoi devrais-je échouer ? *


- Vous avez beaucoup de chance mademoiselle, savez-vous pourquoi ?  

Ridwen se redressa. Le professeur Sileymane s'adressait à une élève assise quelques tables plus loin - elle avait des cheveux roses, ce qui la faisait nettement sortir du lot. Deux paires de lunettes trônaient sur son bureau: le professeur en saisit une pour la montrer à toute la classe. De là où elle se trouvait, Ridwen ne parvenait pas à voir une quelconque différence avec l'autre modèle, mais il devait bien en avoir une pour que la jeune fille ait retenté son sortilège.  

- Allons, quelqu’un pourrait-il me dire pourquoi cette demoiselle a beaucoup de chance ? J’offre vingt points à celui qui y répond ! Un indice: Lavoisier disait "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme!"

Naturellement, Ridwen n'en avait pas la moindre idée, et ce cher Lavoisier ne l'aidait pas plus à avancer dans sa réflexion. En fait, elle n'avait pas envie de réfléchir. Elle préféra retourner à son sortilège de durcissement et en répéta mentalement les différentes étapes en attendant qu'un élève plus intelligent et affirmé qu'elle prenne la parole.

Ridwen: #ccccff  
RP libre
3860 caractères validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Lun 28 Sep - 9:41

Je frappais une deuxième fois, si le professeur n'ouvrait pas je partirais, tant pis. Mais avant que j'ai pu me résoudre à tourner les talons la porte s'ouvrit avec fracas et ce qui suivis me scotcha encore plus que le coup de la cornemuse. 

- Comme vous le voyez, rien n’est prévisible, pas même pour un génie de ma trempe ! Car il était évident que je ne m’attendais pas à ce que cette demoiselle ait tant de retard.  
Pour cette démonstration grandiose de la puissance de l’imprévue, j’accorde dix points à mademoiselle… comment-vous vous appelez, jeune fille ? 
- Lester monsieur ...
- Lester ! Sur ce, allez à votre place ! Vous demanderez la consigne à vos voisins ! ET JE NE VEUX PLUS ENTENDRE UN SEUL BRUIT ! SINON JE VOUS CHANGE EN CRAPAUDS !! 

Sursautant sur place avec l'envie de courir loin de ce personnage complétement fou, je me précipitais plutôt au fond de la classe. Peu d'élèves se mettaient aux derniers rangs et moi même je m'installais habituellement aux premières tables, mais avec ce hibou dérangé je ne voulais pas m'y risquer. J'espérais donc y être au calme et m'installais près d'un Serpentard que je connaissais de l'année dernière et à qui je murmurais :

- Salut Kalis ... N'importe quoi ce prof, s'il donne des points quand on fait une bêtise, je vais m'y mettre. 

N'arrivant pas à lui sourire, je me contentais de sortir mes affaires de cours et d'ouvrir mon livre pour donner le change. Je ne comptais pas faire comme l'année dernière et sécher pendant deux mois, au contraire je préférais me plonger cette fois dans le travail. Ouvrant mon manuel de métamorphose, je le feuilletais pour trouver un sort plus ou moins facile à lancer. 

* Vera verto, déjà vu et trop facile ... Lapifors, j'ai pas de lapin sous la main ... Canary transf... Je ne vais pas transformer quelqu'un en canari ?!! ... Portus, "transforme l'objet visé en portoloin". Pourquoi pas ... *

Ce sort n'avait pas été utilisé jusque là mais je n'avais pas envie de refaire encore un de ces sorts déjà vu. Je refaisais déjà ma 6e année, mais en plus j'avais passé tout l'été à ré-exécuter tous les sorts de mes manuels pour tester ma nouvelle baguette. J'avais bien envie de tester encore ma branche de sorbier toute neuve avec ce sortilège de haut niveau. Faisant le tour de mon bureau des yeux, je m'attardais sur mes parchemins et trouvais l'idée drôle si, après cette heure, j'oubliais de le désactiver et qu'un peu plus tard je ne me retrouve transportée ailleurs en plein milieu d'un autre cours. 
Je plaçais une de mes feuilles en évidence au milieu de mon bureau et tenais ma baguette prête en relisant le paragraphe concernant le sort : 
 
" Portus permet de transformer n'importe quel objet en portoloin, pouvant ainsi transporter un sorcier n'importe où dans le monde. Vous devez pointer l'objet visé, vous concentrer sur la destination à donner et prononcer la formule. Attention ce sort requière un bon niveau en magie et une très grande concentration. Il est rare que la métamorphose réussisse du premier coup quand il est jeté pour la première fois. Si le sort réussit vous verrez l'objet s'illuminer d'une douce lueur bleutée pendant quelques secondes." 


- Et bien lançons-nous ...


Comme indiqué dans mon manuel, je pointais ma baguette sur mon parchemin, me concentrais comme je ne l'avais encore jamais fais, et prononçais la formule à voix haute. 

Rien. Aucune lueur, même infime, mais je ne m'avouais pas vaincue pour autant. Je me faisais un point d'honneur à réussir ce sortilège aujourd'hui. Ma peine mise de côté pour un moment, je me raccrochais soudain à ce cours qui me prenait toute ma concentration, comme énoncé dans mon manuel. C'était mon but à atteindre en cet instant. Je réessayais donc, non sans avoir râler avant. 

* Près du bureau du prof, près du bureau du prof ... Près du bureau du prof !!! *

- Portus !!!

Cette fois mon parchemin s'illumina légèrement mais j'avais un doute quant à ma réussite. Je m'améliorais tout doucement et décidais de ne pas m'arrêter en si bon chemin, mais pour m'assurer de mon résultat je préférais tester ce portoloin. Je ne savais pas ce que je risquais à utiliser un tel objet pas tout à fait transformé mais je m'en fichais pas mal. Touchant mon parchemin, je sentis des picotements remonter de main et le long de mon bras, mais rien de plus ne se passa. Aucun tiraillement dans le ventre, aucun saut dans la pièce. Déçue, je repris ma tige de Sorbier et retentai mon sortilège.


- Rhaaah mais c'est pas vrai ! J'y arriverai quitte à ce que ça me prenne la journée !

Je parlais à voix haute, ou plutôt je râlais, faisant se retourner sur moi quelques uns de mes camarades mécontents, mais je n'y faisais pas attention. Ni à eux ni à leurs regards noire. Je voulais réussir ce sort, comme pour me battre contre la fatalité qui me donnait l'impression de s'acharner sur moi. M'obstinant, d'une façon peut-être un peu malsaine, je retentais ma métamorphose encore et encore. 

3860 caractères validé par Ambre 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Lun 28 Sep - 17:37

Crépuscule avait assisté au début du cours en silence, regardant de l'air neutre qui lui correspondait l'exubérance de son nouveau professeur. Cicéron Sileymane semblait être un sacré numéro. Le brun trouvait ça incroyablement suspect. Soit le professeur était fou d'origine soit il cachait bien son jeu derrière un son caractère vif. Et étrangement le Serpentard penchait plus sur cette dernière hypothèse et il était bien placé pour le savoir, hérissant sa carapace si digne et représentative de sa famille.


A la demande du professeur, le brun sortit son livre de métamorphose. Remontant ses lunettes d'aviateur sur le haut de son crâne, il l'ouvrit à la table des matières. Il chercha rapidement dans les sorts les plus simple. Il ne fallait pas tenter Morgane,  cette matière était bien la seule ou il avait le plus de difficulté et ça ne s’arrangeait pas avec les années.
Il tomba sur le Vera Verto. Réprimant un soupir, il fit voler silencieusement une souris jusqu'à son pupitre au troisième rang sous la fenêtre. Il savait quoi faire avec ce sort. Faisant abstraction des personnes autour de lui et du bruit, Crépuscule se concentra et calma sa respiration. Fixant la souris, il visualisa l'image d'un verre. Pas trop grand, pas trop décoré, un verre en verre des plus simples qui pourrait correspondre à la masse de l'animal. Une fois sûr de lui, du bout de sa baguette il tapota trois fois la souris et prononça correctement la formule:

- Vera Verto.

Un fin filet sortit de sa baguette et enveloppa l'animal. Jusque là tout va bien. Ce fut après que les choses se corsèrent...
La sourit se métamorphosa bien, mais à la place de se trouver un verre, il y avait une assiette creuse avec un peu de fourrure sur le pourtour. Le septième année, ne put que pousser un soupir discret. Il regarda autour de lui et plus ou moins d'élèves réussir le sort qu'il avait choisi. Revenant à "son expérience", le brun repointa sa baguette dessus.

* Reparifagex * lança-t-il d'un informulé.

Instantanément la souris reprit sa forme initiale. Cette dernière lui lança un regard de dédain et lui couina dessus.

* Ce n'était pas de ma faute si le seul sort que je réussis dans ce domaine c'est justement celui qui rompt une mauvaise métamorphose... * pensa-t-il, c'était tellement ironique comme situation

Ne se démontant pas, ce n'était pas dans son caractère de toute façon, Crépuscule se reconcentra, faisant le vide dans son esprit pour visualiser son verre. Puis il relança le sort. Cette fois-ci il se retrouva avec un bol avec une queue. Ne laissant toujours rien paraître sur son visage. Il repointa sa baguette sur "sa chose".

* Reparifagex *

La souris réapparut devant lui. Elle le regarda de nouveau mais cette fois avec lassitude. L'un comme l'autre savaient que ce serait le même manège jusqu'à la fin du cours.


RP Libre
2240 caractères validé par Ambre
Crépuscule #3366ff
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Mar 29 Sep - 19:48

Observant que personne n'était disposé à répondre à la question du professeur Sileymane, Ridwen, lasse de ses "essais mentaux", se décida enfin à lancer une nouvelle fois le sortilège. C'était risqué. Si elle échouait, il y avait de fortes chances que tout le monde s'en aperçoive. Personne n'osait faire un geste. En revanche, si son essai se révélait à nouveau concluant, elle pourrait prouver à ce vieux hibou que sa réussite était due à son talent et non à la chance.

- Rhaaah mais c'est pas vrai ! J'y arriverais quitte à ce que ça me prenne la journée !

Ridwen rabaissa sa baguette en soupirant. Arrivée au summum de sa concentration, une exclamation idiote l'avait interpellée au tout dernier moment. Elle se retourna, les sourcils froncés, afin de lancer un regard glacial au responsable. C'était... Victoria.

* Victoria ou pas, elle m'a tout de même sévèrement déconcentrée. *

La jeune fille replaça une épingle dans son chignon pour se donner du courage - chacun sa technique - et s'empara de sa baguette. Elle s'éclaircit la gorge, prit une profonde inspiration, et prononça distinctement la formule appropriée:


- Duro !

Ridwen était restée concentrée jusqu'au bout. Sa plume se figea à nouveau, comme paralysée par un souffle glacial s'échappant de la pointe de sa baguette. Elle reposa cette dernière et saisit délicatement la plume dont la masse était à présent bien plus consistante, comme elle pouvait le sentir entre ses mains. Du bout des doigts, elle effleura les motifs fins des brins gravés dans la pierre. Finalement, elle avait réussi avec une certaine aisance.

* Après tout, il ne s'agissait que d'un sortilège "sans grande difficulté". *

Le visage de la jeune fille s'éclaircit; ses sourcils sombres semblèrent se détendre et l'on pouvait deviner un mince sourire se dessiner sur ses lèvres.


Ridwen : #ccccff
RP libre
1443 caractères validé par Ambre


Dernière édition par Ridwen Rowlands le Dim 18 Oct - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Mer 30 Sep - 17:10

Lorsque j'eus réussi à faire apparaitre ma paire de lunette complète, le professeur se planta devant moi en m'annonçant que j'avais de la chance, ce qui me vexa un peu. Je m'étais clairement concentrée, j'avais tout mis en mesure pour réussir, je n'estimai pas "avoir eu de la chance"! Il proposa vingt points à celui ou celle qui lui apporterai une réponse convenable à cette question, histoire de bien me mettre dans l'embarras. Il était peut-être bon professeur, bien que totalement allumé, mais il ne faisait clairement pas en sorte que les élèves ne l'apprécient. Il m'en faudrait bien plus!

- Lavoisier, n'était-il pas un chimiste, philosophe et économiste? En quoi peut-il être citer lors d'un cours de métamorphose? Il me semble que la phrase "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" est de lui non?

Trouvant peut-être un semblant de réponse dans ma réponse je réfléchissais...

- J'ai presque créé quelque chose, mais je n'ai fais que transformer des molécules suspendues dans l'air... N'est-ce pas?

J'aimais beaucoup déduire des choses de mes propres raisonnements, j'avais la sensation d'avancer... Même si parfois je me trompais complètement...
917 caractères, validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Dim 18 Oct - 12:20

Personne, au sein de la salle, ne répondit excepté la demoiselle aux cheveux roses.

- Lavoisier, n'était-il pas un chimiste, philosophe et économiste? En quoi peut-il être cité lors d'un cours de métamorphose? Il me semble que la phrase "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" est de lui non?

La jeune fille connaissait bien ce qui concernait les moldus. Cela plut au professeur. Après tout, il s'était fondu lui-même dans ce monde dénué de magie, où chaque individu devait user d'ingéniosité pour améliorer ses conditions de vie. Un monde qui semblait bien arriéré aux yeux de certains, notamment des sangs-purs, mais qui reflétait pourtant tant de richesses. Il n'existait pas un monde meilleur que l'autre, juste des coutumes différentes. Et, au fond, ce n'était pas cela qui importait. Le principal, c'était les gens qui composaient l'univers, et qui, d'une certaine manière, s'incrustaient dans notre vie, sans se soucier de leurs origines.

- J'ai presque créé quelque chose, mais je n'ai fais que transformer des molécules suspendues dans l'air... N'est-ce pas?

-Précisément, jeune fille! Votre connaissance moldue m'impressionne, seriez-vous une née-moldue? En tous les cas, il est vrai que toute chose n’apparaît pas à partir de rien! Mais la vraie question est: avez-vous véritablement crée ceci? N'est-ce pas plutôt un objet que vous avez "emprunté"? Car il est vrai que si nous pouvions tout créer, nous n'aurions certainement pas besoin d'acheter divers objets. Il nous suffirait de faire apparaître un chaudron, plutôt que d'acheter celui que l'on vous demande dans la liste des fournitures de début d'année! Alors je vous le demande, "L'apparition d'un objet est-elle vraiment complète, et ce pour tous les types d'objets?". Ne répondez pas, Mademoiselle hum?, il attendit que la demoiselle lui donne son nom, Skellington!

Il haussa la voix pour que tous les individus de la classe entendent.

-Non, car vous allez tous me répondre! Pour le prochain cours, je vous demanderais de m'écrire au moins 20 centimètres de rouleau de parchemin sur la question! Tout devoir non rendu sera sanctionné par une heure de retenue, et des points perdus par votre maison!

Il pointa sa baguette vers le tableau, une petite craie s'envola et écrivit "L'apparition d'un objet signifie-t-elle sa création, et ce pour tous les types d'objets?"

-N'étant pas complètement satisfait de la réponse, je ne donnerais que 10 points pour Gryffondor! Mais j'ajouterais à ce total 5 points, étant donné que Mademoiselle ici présente, il pointa du doigt Ridwen Rowlands sans lui jeter un regard, a prouvé pendant mon discours qu'elle n'avait pas réussi son sortilège par chance! Sur ce, les élèves ayant réussi leur sortilège sont autorisés à sortir en avance. Les autres restent pendant la demie-heure de cours qu'il reste, jusqu'à ce qu'ils réussissent.

Il n'avait pourtant pas semblé porter une quelconque attention à la jeune Rowlands. Piètres observations. Élèves, sachez que le vieux Sileymane avait toujours un oeil sur tout, et que rien n'échappait à l'individu à condition qu'il ne le désire. Il pouvait aussi sembler injuste et borné... Ce qui n'était pas totalement faux. Mais une école composée de professeurs parfaits, c'était beaucoup moins drôle, n'est-ce pas?


2578 caractères
#ff6600
Je m'excuse du temps de réponse, et également de la longueur du rp qui n'est pas terrible...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Lun 19 Oct - 16:00

- … ne répondez pas, Mademoiselle ?... Skellington ! Non, car vous allez tous me répondre !

L'attention de Ridwen fut vivement alertée par ces derniers mots. Celle-ci était prête à s'assoupir, peu intéressée par la tournure qu'avait pris le cours. La jeune fille ne faisait aucun effort pour ce qui ne l'intéressait pas - ce qui expliquait les sérieux contrastes entre ses résultats dans des matières différentes. On en était venu à parler de Lavoisier dans une leçon de métamorphose. D'après ce qu'elle avait pu entendre, c'est à dire les quelques paroles vaguement analysées par son cerveau, Miss Skellington semblait assez calée sur le sujet. La demoiselle était certainement une née-moldue, tout comme elle. Du moins elle l'espérait, car elle aurait honte qu'une élève issue d'une famille de sorciers en sache plus qu'elle sur un sujet appartenant au monde dans lequel elle avait vécu. Ridwen déplora son manque de culture sur les Moldus. Le nom de Lavoisier lui était familier, mais elle n'avait jamais approfondi ses connaissances là-dessus. Ses recherches s'arrêtaient toujours au monde magique, dans lequel elle se réfugiait depuis sa découverte. Elle se rappelait de temps à autres qu'elle devrait faire davantage d'efforts - comme en cet instant.

- Pour le prochain cours, je vous demanderais de m'écrire au moins 20 centimètres de rouleau de parchemin sur la question! Tout devoir non rendu sera sanctionné par une heure de retenue, et des points perdus par votre maison !

Ridwen fut prise d'un brusque affolement. Cette étourdie n'avait pas écouté la question, qui avait du être énoncée pendant qu'elle rêvassait. De plus, elle n'avait jamais entendu un professeur leur faire une telle menace. Une heure de retenue ! Quelques points de retirés pour un travail non rendu était parfaitement normal, mais elle songea que cette sanction était un peu sévère.
Elle perçut soudain le crissement d'une craie et releva la tête, découvrant avec soulagement le sujet de leur devoir au tableau qu'elle s'empressa de noter dans son cahier de texte:
"L'apparition d'un objet signifie-t-elle sa création, et ce pour tous les types d'objets?"

-N'étant pas complètement satisfait de la réponse, je ne donnerai que dix points pour Gryffondor !

* Voilà qui est déjà honorable * songea Ridwen en remerciant intérieurement Alice Skellington.

- Mais j'ajouterai à ce total cinq points, étant donné que Mademoiselle ici présente - elle se vit désignée par le professeur Sileymane sans même que celui-ci l'eut regardée - a prouvé pendant mon discours qu'elle n'avait pas réussi son sortilège par chance! Sur ce, les élèves ayant réussi leur sortilège sont autorisés à sortir en avance. Les autres restent pendant la demie-heure de cours qu'il reste, jusqu'à ce qu'ils réussissent.  

Ridwen soupira et rangea ses affaires à la hâte. Au moins, elle n'aurait pas à supporter ce vieux hibou plus longtemps. Elle attrapa son sac et sortit de la salle de classe, satisfaite d'avoir montré ce dont elle était capable, mais tracassée par son devoir. Comment allait-elle pouvoir répondre à une telle question ?

* Je dois absolument me rendre à la bibliothèque. *

Tout travail nécessitait des recherches sérieuses et approfondies. La jeune fille jeta un œil à son emploi du temps tout en avançant dans le couloir et, après s'être assurée qu'elle avait une heure de libre, elle prit le chemin du "Jardin des livres".


Ridwen: #ccccff 
RP libre
2712 caractères validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Lun 19 Oct - 16:38

Ca faisait déjà une heure que je tentais vainement de lancer mon sort pour transformer mon bout de parchemin en portoloin. Ca me faisait du bien d'avoir la tête prise par autre chose que par Melinda, mais dans le même temps je ne faisais attention à rien d'autre dans la salle de classe. 

Quand je remarquais une bonne moitié de mes camarades se lever et sortir, me demandant bien pourquoi, et vis ensuite un mot sur le tableau. 

* Hum ! Un devoir ... Ca va, il a pas l'air trop compliqué. *

Notant mon devoir dans mon agenda, je rangeais mes affaires et me levais pour partir aussi sans voir qu'il restait encore une demi heure. Quand ma voisine de table me fit une remarque d'un air affolé en m'attrapant le bras :

- Eh t'es folle rassis-toi !
- Mais les autres sortent déjà.
- Parce qu'ils ont réussi leur métamorphose. Nous on doit rester jusqu'à la fin du cours. Ce prof est tordu, je serais toi je ne le provoquerais pas. 
- Bha, je crains rien, j'arrive en retard et je gagne des points. 

La jeune fille, de ma maison au vu des couleurs de sa robe, souffla de réprobation en m'envoyant un regard inquiet. Il était vrai que ce professeur semblait bien imprévisible et je n'étais pas vraiment d'humeur à tenter le diable, du moins plus que tout à l'heure. Je me rasseyais en soufflant de lassitude et ressortais parchemin et baguette.

Après avoir fais une énième fois le vide dans ma tête je me concentrais pour relancer mon sort. Je ne savais pas vraiment à combien de tentatives j'en étais mais je m'en fichais pas mal, j'avais hâte de sortir dès que j'aurais réussi ou que la cloche aurait enfin sonné. 

- Portus !!!

- Pfffff, non mais là j'abandonne !!!

J'en avais plus que marre, j'avais voulu me mettre des difficultés avec mon choix de métamorphose et si j'abandonnais c'était entièrement de ma faute. Restant butée dans ma position, je rangeais rageusement ma baguette dans ma robe et chiffonnais ce fichu parchemin pour le fourrer au fond de mon sac. Ensuite, malgré ma voisine qui essayait encore de me retenir et la folie de notre nouveau professeur, je sortais à grand pas de la salle de classe. 

1646 caractères validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Mar 20 Oct - 20:40

Ambre adressa un signe de tête froid mais poli au Serpentard de septième année qui s’était installé à côté d’elle et dont elle ne connaissait que le nom. Elle sortit ensuite encrier, plume et parchemin et les déposa sur la petite table en bois près de la fenêtre qu’elle allait occuper pour toute la durée de ce cours de métamorphose. De là où elle était, c’est-à-dire sur la rangée du milieu, tous les bruits de conversations lui parvenaient des quatre coins de la salle de classe. Le professeur de métamorphose se faisait attendre et de nombreux élèves manifestaient leur impatience de découvrir le nouvel arrivant qui allait remplacer le professeur Opale, dévastée par le décès de sa jumelle.

Le bureau croulant sous les documents en tous genres allait confirmer sa décision de rester obstinément inoccupé lorsqu’une note stridente se fit entendre dans toute la salle. L’effet fut immédiat et tous les élèves se turent pour laisser place à une mélodie aux accents régulièrement dissonants. Ambre retint une grimace lorsqu’une note particulièrement agressive pour ses tympans arriva jusqu’à elle et observa, intriguée, l’étrange professeur qui avançait le long de l’allée centrale comme dans une salle de trône, ses joues se gonflant au rythme des sons qui sortaient de sa cornemuse. La Serdaigle ne put cependant s’empêcher de lui lancer un regard glacial lorsque la dernière note sortie de l'instrument lui vrilla le crâne par sa surprenante fausseté. Elle ferma les yeux, redoutant ce qui allait se produire par la suite, et poussa un soupir de soulagement lorsque la cornemuse produit enfin un son juste.

Ambre écouta ensuite le discours du professeur avec un certain intérêt, intriguée par la personnalité du vieil homme. Il était sans aucun doute très caractériel, mais une lueur de folie s’animait au fond de ses yeux à certains moments, créant une aura déstabilisante et une nette impression d‘imprévisibilité totale. Lorsque Cicéron Sileymane annonça l’étonnante consigne à suivre pour le reste du cours, la Serdaigle ouvrit son livre avec lenteur, troublée par ses directives aussi déconcertantes que ses yeux inégalement écarquillés.

- Il n’a pas l’air commode…

Ambre leva ses yeux gris sombre vers le Serpentard aux cheveux blond cendré assis près d’elle qui regardait le professeur avec un air de profonde défiance.

- En effet. Voyons ce qui se passera ensuite.

La jeune préfète-en-chef se replongea dans son livre avec son habituel visage de marbre et parcourut le sommaire qui répertoriait tous les sortilèges du manuel. Elle s’attarda quelques instants sur l’Avifors, hésita sur le Piertotum Locomotor, et finit par s’arrêter sur la page du Sortilège de Transfert. Pendant ce temps, quelques élèves avaient déjà commencé et le professeur y était allé de son commentaire. Ambre écoutait d’une oreille distraite le flux ininterrompu d’extravagances qui naissait de la gorge du vieil homme, mais son refus d’ouvrir la porte à un élève en retard attira son attention et elle leva la tête, déconcertée par la tirade sur le hasard qu’il venait d’amorcer. La Serdaigle arqua un sourcil amusé lorsqu’elle l’entendit offrir dix points à Victoria Lester et écouta plus attentivement la question suivante. Le nom de Lavoisier lui disait vaguement quelque chose. Elle savait que c’était un scientifique Moldu, mais étant née dans le monde sorcier, ce nom ne lui évoquait rien de plus.

Ambre se concentra de nouveau sur son sortilège et avisa deux plantes posées sur le rebord de la fenêtre. L’une d’elles avait des fleurs d’un rouge profond, et l’autre ressemblait étrangement à un cactus, toute hérissée d’épines, à la différence près que celles-ci étaient violettes. La jeune fille esquissa le mouvement de baguette correspondant et pensa au transfert à effectuer tout en réalisant le sortilège informulé. Quelques pétales rouges vinrent entourer les épines de l’étrange plante magiques, tandis que l'autre en avait perdu quelques uns au profit de quelques pics violets venus se mêler aux étamines jaunes de ses fleurs. Ambre observa le résultat, peu convaincue, et jeta un coup d’œil à son voisin qui avait opté pour le sortilège Avifors. Un magnifique oiseau bleu ciel était cloué sur la table devant lui, essayant vainement de soulever une aile en pierre tandis que l’autre battait frénétiquement pour prendre son envol. Le Serpentard croisa le regard d’Ambre et jeta à son tour un coup d’œil sur son transfert à moitié réussi.

- Fatiguée aujourd’hui, Rosier ?

- Peut-être bien. Tu devrais annuler ta métamorphose avant que ce pauvre oiseau ne s’arrache une aile.

- Il faudrait déjà y arriver… A chaque fois que j’essaie, ça empire.


Ambre soupira et annula les deux métamorphoses partielles. Elle se tourna ensuite de nouveau vers les deux plantes à sa droite. Cette fois, elle prit soin de vider son esprit de toutes les pensées extérieures et agita sa baguette en se concentrant sur le transfert. Lorsqu’elle leva les yeux, elle esquissa un très léger sourire en voyant que les pétales rouges étaient intégralement passés sur la plante difforme autrefois couverte d’épines violettes, et que ces dernières parsemaient à présent la frêle tige de la plante à fleurs. Son camarade n’avait pas eu cette chance et son oiseau, rose pâle cette fois, se débattait à présent avec un bec de pierre.

Laissant son voisin à ses essais, Ambre nota rapidement les devoirs, rassembla ses affaires et adressa un bref signe de tête au professeur avant de se diriger vers la sortie.



4496 caractères validé par Ambre
Revenir en haut Aller en bas
avatarAlice Skellington
Prefet Gryffondor Prefet Gryffondor


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Mar 27 Oct - 17:26

-Précisément, jeune fille! Votre connaissance moldue m'impressionne, seriez-vous une née-moldue? En tous les cas, il est vrai que toute chose n’apparaît pas à partir de rien! Mais la vraie question est: avez-vous véritablement crée ceci? N'est-ce pas plutôt un objet que vous avez "emprunté"? Car il est vrai que si nous pouvions tout créer, nous n'aurions certainement pas besoin d'acheter divers objets. Il nous suffirait de faire apparaître un chaudron, plutôt que d'acheter celui que l'on vous demande dans la liste des fournitures de début d'année! Alors je vous le demande, "L'apparition d'un objet est-elle vraiment complète, et ce pour tous les types d'objets?". Ne répondez pas, Mademoiselle hum?, il attendit que la demoiselle lui donne son nom, Skellington!

Je ne savais pas comment réagir, mais plutôt que de rester là à ne rien faire que regarder les autres essayer des sorts, je ramassais mes affaires dans le calme. C'était un bon professeur, mais très bizarre... Mais j'étais contente d'avoir rapporter des points supplémentaires à ma maison! C'est à la suite d'une autre Gryffondor que je sortis et me rendis à la bibliothèque...


906 caractères, validé par Alice
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Mer 30 Déc - 19:22

Le professeur continua sa déambulation, le dos courbé par l’âge. Oui, ces élèves étaient très intéressants ! Certains s’avéraient doués, d’autres moins. De ses yeux vitreux et jaunis, il avisa chaque apprenti sorcier, et grava dans un coin bien précis de son cerveau  tortueux chaque détail qu’il pensait important. Car notre professeur avait une mémoire pour le moins efficace, et il était peu d’éléments qu’il ne retenait pas. Pour tout dire, les seuls phénomènes qu’il ne se remémorait pas étaient ceux qu’il avait lui-même décidé d’oublier. Bon, peut-être exagérons-nous, car Cicéron n’était pas un génie. Pas de la mémoire en tous les cas. Par moment, donc, il prenait quelques notes dans un petit carnet à la couverture de cuir noire. Peut-être le faisait-il pour retranscrire ce que ses neurones n’avaient pu imprimer.

La demi-heure passa plutôt rapidement. Il n’eut pas grand-chose à dire, il se contenta seulement de donner quelques conseils à certains, et de réprimer ceux qui s’estimer trop intelligent pour s’en aller avant d’avoir fini leur sort. Il envoya quelques fois des boulettes de papiers tout droit sorties de sa corbeille sur le crâne de quelques bavards. Oh, il ne les lançait pas lui-même, évidement ! Croyez-le ou non, cet homme était un peu trop vieux pour ce genre d’exercice. Un petit tour de baguette était suffisant. Et puis, entre nous, l’individu, même avec les facultés motrices qui convenaient –peut-être les avait-il d’ailleurs- n’aurait jamais eu l’habilité pour viser avec justesse les crâne de ses victimes.
Soudain, une sonnerie stridente retentit. La moitié des élèves sursautèrent, Cicéron, lui, se contenta d’agiter sa baguette vers son bureau. Le vieux réveil qui y trônait et s’agitait se tut.


-Bon, et bien, mes chers petits, ce cours est fini ! Pour ceux qui n’auraient pas terminé de réaliser leurs sortilèges, je vous demanderais de bien vous entrainer pour la prochaine fois ! Je me chargerais moi-même de vérifier si vous y êtes parvenus. Et n’oubliez pas le devoir !

Il pointa du doigt l’énoncé négligemment écrit au tableau. Les élèves, semblant d’abord perdus, finirent par détaler. Le professeur soupira, agita la baguette pour remettre un peu d’ordre. Les chaises se replacèrent avec fracas sous leur bureau. Les boulettes de papiers revinrent dans la corbeille. Enfin, le professeur s’assit, reprit son carnet noir et agita sa baguette. Une musique commença, s’échappant de son bureau privé, au fond de la salle de métamorphose. Par la porte ouverte, on entendit une mélodie au piano. Enfin, une voix suave commença. Le professeur, chantonnant de sa voix chevrotante, commença à griffonner dans son carnet.

Et longtemps j’ai fermé les yeux
Je crois que j’ai prié un peu
Je retrouvais mon innocence
Avant que le soir ne se pose
J’ai voulu voir…
La maison fleurie sous les roses
J’ai voulu voir…


Le professeur continua longtemps d’écrire.

Il ne faut jamais revenir
Au temps caché des souvenirs
Du temps béni de son enfance
Car parmi tous les souvenirs
Ceux de l’enfance sont les pires
Ceux de l’enfance déchirent…


Cicéron laissa échapper un bruit de satisfaction et referma son carnet. Il extirpa du champ de bataille de son bureau le manuel de métamorphose.

-Bon… Va falloir que je commence à étudier ce truc si je veux suivre le programme.

Et commençant à l’ouvrir, le professeur alla s’enfermer dans son bureau en chantonnant toujours.

2745 Caractères
Fin du rp
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaître du Jeu


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   Sam 2 Juil - 13:02

Sujet clos pour archivage et fermeture du collège pour l'été


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meta cours 1: Que la fête commence! (2031)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Divers :: Les cours :: Métamorphose-