BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Le Stade de Quidditch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarJack Lebeau
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle

MessageSujet: Le Stade de Quidditch   Ven 30 Déc - 13:40

[ Avec la permission du Maître du Jeu pour la création de ce sujet ouvert à tous! Good Game! Wink Votre serviteur, Jack, en collaboration avec "Lady" Myosotis.]

        Le Stade de Quidditch de l'école Poudlard.
        Il n'y avait pas à dire, les sorciers voyaient bien plus grand que les moldus avec leur terrain de foot ridicule à côté de ce sport à haut risque au terrain démesuré dont le jeu ne se basait pas sur le sol mais en plein vol, offrant bien plus d'espace et de spectacle. Situé au Sud-Est du château, le Stade de Quidditch est un lieu de rassemblement lors des matchs durant lesquels se déroule des rencontres entre les équipes de chaque maison dans le but de gagner la Coupe de Quidditch. C'était un bon moyen de faire une pause pour les élèves dans leurs études et de se défouler sur un jeu que la majorité des sorciers avaient en admiration.
        Le Stade se présentait en un très grand terrain ovale de 500 pieds de long et 180 pieds de large, entouré de gradins suffisamment hauts pour que le public puisse voir le match avec aisance. Au centre du terrain, un cercle. Puis, la zone d'échange pour enfin arriver dans une zone de but où seul le poursuiveur en possession du souafle peut entrer. Dans cette zone, donc à chaque extrémité du terrain, se trouvent trois poteaux en or d'une quinzaines mètres surmontés de larges cercles verticaux. En réalité, ils sont tous de tailles différentes pour corser un peu le jeu -mais surtout donner plus de difficultés pour le gardien ! Le pauvre-. Des éléments primordiaux pour gagner le match, chaque équipe devant faire passer le souafle dans l'un des trois anneaux adverses pour gagner des points. Mais ce n'était là qu'une partie des règles du jeu.
        Les épais tissus entourant les gradins de bois sont aux couleurs des quatre maisons de Poudlard et chaque équipe possède son vestiaire.
En dehors des match, ce stade sert de lieu d’entraînement, ou alors de squattage, bien que son éloignement vis à vis de l'école en faisait un lieu très peu convoité par les élèves en dehors des membres des équipes, ce qui en faisait un endroit très calme et discret.
Revenir en haut Aller en bas
avatarJack Lebeau
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle

MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Ven 30 Déc - 13:53

Avertissement:
 


    Jack sortit du château calmement, les mains dans les poches, vêtu d'un pull noir en laine épaisse recouvrant sa chemise, avec un large col où il pouvait y enfouir son nez. Le sort de réchauffement lui permettait de ne pas ressentir réellement le froid mais à chaque expiration, il produisait un petit nuage de vapeur. Il venait tout droit de la salle de repos où il avait fait la rencontre de Myosotis. On ne pouvait pas dire qu'ils s’entendaient réellement, c'était même un peu tendu, mais sans plus, ne se connaissant pas finalement. C'est d'ailleurs la raison de leur entente étrange, la méconnaissance de l'autre. Mais c'était déjà du passé pour Jack qui avait quitté la salle en laissant derrière lui une serpentard probablement frustrée de ne pas avoir de réponses à ses questions.

        Maintenant, il avait besoin de sa dose de nicotine et était à la recherche d'un coin discret et peu fréquenté, voir pas du tout. Comme ils étaient en vacance de noël, il ne risquait pas de croiser du monde, surtout pas dehors dans ce froid. Il avait envie de tester un coin qu'il avait en tête depuis un petit moment : En dessous des gradins du stade de quidditch. C'était un endroit vaste dont les nombreuses poutres porteuses permettaient beaucoup d'intimité sans risquer de se croiser et pouvant laisser le temps de fuir ou de se cacher quand une personne arrivait. Le coin parfait.

        Le personnage de Myosotis déjà loin dans son esprit occupé par sa destination, Jack, arrivé sur les lieux, jeta un coup d’œil pour voir si quelqu'un s'y trouvait, faisant le tour des lieux comme une simple promenade. Après de longues minutes de recherche, il en conclut qu'il n'y avait personne. Il put donc aller se planquer sous les gradins sans être vu -ou presque, la serpentard le suivant peut-être, mais ça lui était égal ça-. Peu de monde pensait à y aller, d'où son choix. Il s'installa sur une poutre basse, s’allongeant à moitié dessus, son dos appuyé contre une poutre penchée à la verticale. C'était plutôt confortable.

Avertissement bis ( Il n'y a aucune incitation à faire de même IRL, d'où cette prévenance).:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Ven 30 Déc - 15:01

Avertissement:
 

Lorsque Myosotis arriva dans le parc, elle sentit l’air froid lui picoter le visage. Elle ne frissonna pas mais remonta tout de même un peu le col de son manteau d’occasion. Ledit manteau était d’un noir délavé et s’effilochait ver le bas. Elle se baissa pour remonter ses chaussettes grises qui dépassaient déjà de ses grosses bottes chaussures brunes à lacets noirs. En dessous du manteau elle portait un simple short en jeans et un top anthracite. Ce n’était pas vraiment une tenue d’hiver mais le fait est que la demoiselle s’était habituée à avoir froid lorsqu’elle avait vécu dans la rue. Tout en cherchant des yeux la personne qu’elle suivait, elle retira ses tresses qui étaient restées coincées dans son manteau lorsqu’elle l’avait mis. Elle finit par apercevoir au loin la personne qu’elle cherchait : Jack se dirigeait vers le terrain de Quidditch. 

Sans la moindre hésitation, la demoiselle prit la même direction que le Serdaigle, bien décidée à mettre les choses au clair avec lui. Ses mains, qui portaient des mitaines grises trop grandes pour elles, étaient enfoncées au fond des poches de son manteau. Son sac en cuire noir lui frappait le dos au même rythme que ses grosses chaussures frappaient le sol. Sur le sol, il n’y avait d’ailleurs qu’un très fin manteau de neige. Cinq centimètres de poudre blanche, au grand maximum. Les traces laissées par Jack étaient légèrement plus longues que celle que les chaussures de Myosotis produisaient. Tout en marchant, la Serpentard se demandait ce que le jeune homme avec qui elle avait parlé dans la salle de Repos pouvait bien vouloir faire au terrain de Quidditch. Il faut dire qu’aucun entrainement et aucun match ne se faisait durant les vacances… Alors pourquoi allait-il là-bas ?

Arrivée devant l’entrée du stade, Myosotis s’arrêta. Depuis son arrivée, elle n’y avait jamais mis les pieds. Elle ne s’intéressait pas au sport et n’avait pas conséquent participé à aucun match de Quidditch. Elle connaissait cependant le concept et le but principal des matchs, mais elle ne connaissait pas toutes les règles sur le bout des doigts. Après avoir longuement observé l’immense structure qui s’élevait devant elle, elle entra. Elle passait entre les larges poutres qui formaient les gradins, se dirigeant vers l’entrée qui menait au stade. Un frôlement de tissu sur sa gauche la fit s’arrêter. Quelqu’un se trouvait un peu plus loin, sous les gradins. Etait-ce Jack ? Myosotis n’en savait rien. Elle se devait cependant d’en avoir le coeur net. Pour ne pas faire le moindre bruit avec ses grosses chaussures, la Serpentard se baissa et les retira, ainsi que ses grosses chaussettes grise qu'elle fourra dans ses souliers, découvrant ainsi ses pieds nus. 

Portant ses chaussures en les tenant par les lacets, la jeune fille marcha lentement vers la source du bruit qu’elle avait entendu. Ses pieds frôlait à peine le sol de terre sèche où apparaissait de temps à autre une touffe de mauvaise herbe. La brune était extrêmement discrète, coupant son souffle pour être sûre de ne pas se faire entendre. Apercevant au loin une silhouette, Myosotis s’arrêta, se cachant derrière l’une des poutres pour voir de qui il s’agissait. Comme elle l’espérait, c’était Jack qui s’était installé là. Sortant de sa cachette, la serpentard avança vers lui. Arrivée à sa hauteur, elle laissa tomber ses chaussures et déposa son sac à terre. Elle prit place à même le sol, s’adossant contre la poutre sur laquelle le Serdaigle était assis. Sans un mot, elle tira son sac vers elle et commença à fouiller à l’intérieur. 

Elle en sortit finalement un paquet de cigarettes entier, encore enveloppé d’un fin plastique transparent. Elle retira le plastique qu’elle déposa par terre, à côté de ses chaussures. Elle sortit une cigarette du paquet et la glissa entre ses lèvres. Comme à son habitude, elle l’alluma à l’aide de la petite flamme qu’elle parvenait à faire apparaître au bout de son indexe. Elle rangea le paquet dans son sac, la cigarette désormais allumée toujours coincée entre ses lèvres. Après avoir tiré une bouffée de fumée, elle retira la cigarette de sa bouche à l’aide de deux doigts. Après un instant, elle souffla la fumée au dessus de sa tête en levant légèrement le menton. Elle tourna finalement la tête pour regarder Jack. D’abord, elle ne dit rien. Ce ne fut qu’après un instant qu’elle prit la parole comme s’ils ne s’étaient pas quittés depuis la Salle de Repos des élèves : 

« Pourquoi tu veux pas que j’sache c’qui t’a fait quitter Beauxbâtons ? C’est si affreux qu’ça ? » 


Dernière édition par Myosotis Wilkes le Lun 2 Jan - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarJack Lebeau
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle

MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Ven 30 Déc - 15:29

Plus les secondes passaient, plus Jack se détendait. A croire que c'était un drogué a cran sans sa dose. Oh il l'était toujours un peu depuis qu'il avait quitté son ancienne école. Il ne se laissait pas vraiment aller à la détente et aux rires, ce qui n'était pas naturel chez lui. Beauxbâtons lui manquait, il ne pouvait mentir. Il avait le mal du pays et il lui fallait le temps de s'habituer à sa nouvelle situation. Jack était humain après tout. Il n'avait rien contre Poudlard pourtant.

        Ce fut sans surprise qu'il vit Myosotis apparaître, pieds nus. Une vraie dingue celle-là. Jack aimait cela. C'était son côté aguicheur qu'il appréciait moins. Mais, peut-être à cause du froid, elle semblait s'être calmé de ce côté-là. Jack sera sûrement plus enclin à discuter si elle restait la fille simple mais un peu dingue qui se présentait à lui, s'asseyant à même le sol à côté du jeune homme.

       
Avertissement: tabac:
 

        Et évidemment, comme attendu, Myosotis ne lâcha pas l'affaire et lui reposa une question sur son ancienne école. C'est pas qu'il ne voulait pas répondre…. Non, il ne voulait pas en parler. Son passé lui manquait, il était loin de tout, alors il avait pas envie d'en parler. Et puis, il ne pouvait certainement pas dire à une inconnue le pourquoi il était ici. « Oh juste parce que des mecs veulent ma peau pour m'utiliser contre ma famille et avoir gain de cause sur le business qu'est ma maison. Ah je te l'ai pas dis ? J'ai grandis dans une maison close! ». Non, il n'allait certainement pas lui dire. Elle pourrait être un espion ou ne pas être digne de confiance. Les langues pouvaient vite se délier.

        Jack eut un sourire mauvais et joueur, ses pupilles se rétrécissant en deux petits points noirs dans un grand bleu acier. Il avait un côté un peu fou et sadique. Il tourna son buste vers Myosotis, se pencha vers elle, la voix grave, en équilibre dans le vide.

        - Tu ne lâches pas l'affaire toi. J'ai tué un gars là-bas. Il me gonflait alors je les zigouillé, tout simplement. Et maintenant je me planques.

       Jack était très sérieux en parlant, laissant un silence pour appuyer ses paroles et leur donner du vrai. Myosotis ne pouvait savoir s'il disait vrai tellement son regard actuel pouvait être convaincant. Jack avait le visage d'un tueur.

        Il se redressa, le visage maintenant redevenu très détendu, montrant qu'il avait porté un masque de comédie, mais laissant tout de même le doute planer. Un vrai schizophrène. Il l'avouait, il l'était peut être.


        - Alors, ça te satisfait comme réponse ?

        Mais était-ce la vérité ? Jack lui le savait, mais Myo allait se poser encore plus de questions et Jack regrettait déjà son jeu. Bah, elle avait voulu une réponse, il n'était pas obligé de dire la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Ven 30 Déc - 17:10

La brune remarqua que Jack semblait être agacé face à sa ténacité. Il est vrai que Myosotis n’était pas du genre à abandonner facilement : lorsqu’elle désirait savoir quelque chose, elle était prête à tout faire pour parvenir à ses fins. Sur le visage de Jack s’afficha alors un sourire que la Serpentard ne parvint pas à déchiffrer. De la folie ? De la démence ? Quoiqu’il en soit, ce sourire n’augurait rien de bon. Les pupilles du Serdaigle se rétrécirent soudainement. Il se pencha vers la demoiselle et parla d’une voix encore plus grave qu’à l’accoutumée :

« Tu ne lâches pas l'affaire toi. J'ai tué un gars là-bas. Il me gonflait alors je l’ai zigouillé, tout simplement. Et maintenant je me planque. »

Le ton employé par Jack était très sérieux. Beaucoup trop sérieux. Quelque chose clochait. Il ne disait pas la vérité. Mais était-ce complètement un mensonge ou avait-il tout simplement refusé de donner toutes les informations ? Il laissa un silence s’installer entre eux. Myosotis ne le brisa pas, attendant qu’il rajoute quelque chose, ou encore qu’il éclate de rire. Son regard indéchiffrable pour la Serpentard changea peu à peu tandis qu’il se redressait.

« Alors, ça te satisfait comme réponse ? »

Demanda-t-il tandis que son visage se détendait peu à peu. Myosotis ne s’était donc pas trompée : il avait donc bel et bien joué un rôle. Mais… Jusqu’à quel point ? Lui avait-il menti complètement ? Elle n’en savait rien. Après tout, il était possible qu’il ait commis un meurtre. Cela n’étonnerait guère la jeune fille. Elle haussa les épaules, rapportant sa cigarette à ses lèvres et tira une latte. Elle souffle la fumée en direction du jeune homme et lâcha tout en se retournant à nouveau.

« Okay. C’est cool. Tu l’as zigouillé comment ? »

Myosotis était terriblement sérieuse. Son but était simple : si elle grattait assez la couche pour voir ce qui se trouvait en dessous, elle saurait si son interlocuteur lui mentait ou s’il disait la vérité. S’il parvenait à donner des détails sans qu’aucun signe de mensonge apparaisse, alors il disait vrai. Si, au contraire, la moindre micro-expression de mensonge se manifestait, alors la conclusion serait simple : Jack était un menteur. Elle attendit en silence, guettant du coin de l’oeil la moindre réaction faciale chez le blond. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarJack Lebeau
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle

MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Ven 30 Déc - 22:38

Et voilà qu'elle voulait des détails maintenant sur le soit-disant meurtre. Jack n'était pas du tout étonné, il se doutait qu'il la testait. Pourtant, Jack resta détendu, toujours à demi allongé sur sa poutre, fumant sa cigarette. Pourquoi ne pas continuer de jouer ? Si ça pouvait l'éloigner de « lui ». Après tout, Jack avait vécu à Beauxbâtons, tout était possible. Son visage se fit vague, comme partant dans un souvenir. Il répondit avec une telle simplicité que l'on croirait vraiment qu'il revivait la scène comme un souvenir ni bon ni mauvais, comme si pour lui ce n'était qu'une douce banalité. Était-ce donc vrai ? Il en donnait l'air.

        Il donna des détails à Myosotis qui resteront censurés. Mais la Serpentard écouta sans sourciller devant ses paroles pourtant effroyables pour quelqu'un qui serait encore innocent. Puis un temps de pause, le silence.




        Jack glissa sa cigarette entre son index et son majeur pour reprendre une latte, la tête légèrement en arrière. Il prit le temps d'expirer avant de reprendre la parole.

        - Tu veux plus de détails ? Comment j'ai sentis son cœur arrêter de battre ? Sa chaleur contre mon corps ? Son odeur ? Son corps s'alourdir ?

         Jack avait tourné son regard vers Myosotis, ne souriant pas. Un visage de marbre, presque inquiétant face à ses paroles. Qu'elle en face ce qu'elle voulait, de ses paroles.


Dernière édition par Jack Lebeau le Lun 9 Jan - 19:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Ven 30 Déc - 23:22

Le visage de Jack resta détendu lorsque Myosotis lui posa sa question. Elle se tourna légèrement pour mieux voir son visage. Elle se concentrait également sur le ton qu’il employait pour répondre, sur sa gestuelle, mais également, et surtout, sur ce qu’il ne disait pas. Ainsi, elle obtenu sa réponse. Elle sut alors si oui ou non ce Serdaigle qui se tenait face à elle avait commis le meurtre qu’il décrivait. Myosotis regardait Jack en analysant silencieusement le moindre de ses faits et gestes, la moindre de ses paroles.

« Je lui ai ouvert la gorge avec un couteau et je l'ai maintenu en tenant sa tête contre mon torse, dos à moi, jusqu'à ce qu'il se vide de son sang. »

Après avoir dit cela, le jeune homme se mit à ricaner en baissant la tête. Il triturait la cigarette roulée qu’il tenait entre ses doigts. Myosotis continua son observation silencieuse, ses yeux glissant sur le visage et les mains du jeune homme comme le ferait un rayon X.

« Je l'entends encore faire des gargouillis avec son propre sang, crachant à moitié pour essayer de respirer. Puis j'ai laissé son corps vide s'écrouler au sol et je suis parti. »

Myosotis hocha légèrement la tête, sans quitter pour autant le jeune homme des yeux. Ce dernier tira une nouvelle fois sur sa cigarette, penchant la tête légèrement en arrière. La théâtralisation à son apogée. Il reprit alors la parole pour questionner la Serpentard :

«  Tu veux plus de détails ? Comment j'ai senti son cœur arrêter de battre ? Sa chaleur contre mon corps ? Son odeur ? Son corps s'alourdir ? »

Alors que Jack venait de tourner son regard vers elle, Myosotis hocha lentement la tête de gauche à droite, son visage et son regard aussi impassibles que ceux d’une statue. Elle avait obtenu sa réponse. La Serpentard était déçue face à l’incapacité de son interlocuteur de mentir de façon plus crédible. Elle détourna le regard et tira une latte sur sa propre cigarette. Après avoir soufflé la fumée ainsi emmagasinée dans ses poumons, elle s’adressa au jeune homme sans le regarder. 

« Faut vraiment qu’t’apprennes à mentir. »
Revenir en haut Aller en bas
avatarJack Lebeau
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle

MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Sam 31 Déc - 1:13

Lorsque Myosotis en conclue qu'il mentait, Jack eut un léger sourire d'amusement, écrasant sa cigarette sur la poutre entre ses jambes. Il prit son temps, le regard légèrement fatigué. Il n'aimait pas penser à ce qui précédait son arrivée à Poudlard.

        - J'ai répondu à ta question, tu en fais ce que tu veux.

       Jack s'en moquait qu'il soit mauvais menteur ou non, il ne l'avouerait pas pour la simple raison qu'elle ne connaitra pas la vérité sur sa présence ici, ni s'il avait déjà réellement tué. Malgré son assurance, Jack laissait tout de même un tout petit pourcentage de doute dans l'esprit de la Serpentard. De plus, c'était peut-être juste un coup de chance d'avoir deviné, alors il ne se trahirait pas concrètement.

        Si c'était pour elle un mensonge, tant mieux pour lui, c'est qu'elle pouvait peut-être réussir à déméler le vrai du faux chez lui, ce que peu de personnes pouvaient faire. Après, Jack s'en moquait finalement, il ne voulait plus vraiment s'attacher de peur de perdre à nouveau. Il n'était pas vraiment bon joueur quand ses adversaires avaient pour nom Vie et Destin.

        Jack se leva et se dirigea vers une ouverture qui menait vers le stade. Il s'arrêta juste à l'embrasure, écartant les bras pour laisser le faible vent sec de l'hiver glisser autour de lui, son regard à l'horizon. Quelque chose attira son regard et Jack eut un réel sourire sincère qui Myo n'avait pas encore vu. Son visage s'éclaira tandis qu'il tendait une main devant lui. Le vent siffla légèrement, accompagnant un léger bruissement, des ailes. Un petit oiseau bleu se posa sur l'index de Jack avec légèreté, regardant l'humain sans peur. Il reflétait plutôt une pleine confiance. Jack rapprocha le volatile de son visage et tout deux se firent un calin avec le front, comme les animaux le faisaient entre eux quand ils s'appréciaient.

C'était un jobarbille, un petit oiseau au bleu sublime qui avait la caractéristique de ne chanter qu'à sa mort. C'était un être très nostalgique qui reflétait bien le Serdaigle. C'était Murmure, la personne à ne jamais blesser ou tenter de lui faire du mal sans sonner sa mort. Jack ne le permettrait pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Sam 31 Déc - 12:20

Tandis qu’elle enlevait d’une petit tape sur sa cigarette les cendres qui s’étaient accumulées en bout de celle-ci, Myosotis pencha la tête en arrière. L’arrière de son crâne rencontra la bois de la poutre sur laquelle Jack était encore assis. Elle garda ses yeux fermés un instant. Peut-être le Serdaigle avait-il déjà tué une personne, mais pas de la manière dont il l’avait décrite, et ce n’était pas ça la raison de son départ. Malgré son envie de connaître la réelle raison de sa venue ici, Myosotis arrêta de questionner Jack. Elle n’avait pas envie qu’il lui serve un nouveau bobard sorti du tréfonds de son imagination.

« J'ai répondu à ta question, tu en fais ce que tu veux. »

En entendant ces paroles, Myosotis rouvrit ses paupières. Elle vit Jack se lever et passer derrière elle. Elle ne bougea point, tournant simplement la tête pour suivre le Serdaigle des yeux. Etait-il en train de partir ? Il se dirigea vers l’ouverture la plus proche qui menait au terrain de Quidditch. Une fois arrivée vers celle-ci, il s’arrêta. Toujours assise par terre, Myosotis se redressa. Elle ne se leva pas immédiatement, profitant d’abord de le fin de sa cigarette. Une fois cette dernière terminée, elle l’éteignit en l’écrasant au sol, juste à côté d’elle. Elle entreprit de défaire ses tresses. Ses cheveux ayant eu le temps de sécher un peu plus, ils ondulaient désormais.  

La Serpentard se releva alors et, laissant derrière elle ses chaussures et son sac, elle s’approcha silencieusement du Serdaigle. Arrivée à sa hauteur, elle vit alors quelque chose auquel elle ne s’attendait pas du tout : le blond était en train de frotter son visage contre une petite boule de plumes bleues. Cette petite boule, c’était un oiseau, et pas n’importe quel oiseau : un Jobarbille. Myosotis observa la scène en silence. Elle n’avait jamais vu un animal de cette espèce de ses propres yeux. Elle s’était intéressée à eux, car le coeur de sa baguette contenait une plume de Jobarbille. 

La brune n’entreprit même pas de caresser le plumage du volatile : elle savait que si elle tentait de faire une telle chose, l’oiseau s’envolerait immédiatement. Elle se contenta donc de le regarder, fort intéressée par ce qu’elle voyait. S’appuyant contre l’une des poutres qui délimitait l’entrée, elle croisa les bras. Sans doute que le Jobarbille l’avait remarquée depuis longtemps, mais ce simple geste suffit à le faire s’en aller. Myosotis suivit de ses yeux bleus l’ascension du volatile. Une fois que ce dernier ne formait plus qu’une petite tâche dans le ciel, elle demanda à Jack :

« C’est un Jobarbille, n’est-ce pas ? Ca se voit que vous vous entendez bien.. Il a un nom ? »
 
Sa voix était inhabituellement douce, et, pour un fois, elle n’avait pas mâché ses mots : avait-elle était réconfortée par la simple présence de l’oiseau ? Peut-être. Elle n’avait pas rabaissé la tête, les yeux toujours rivés à l’endroit même où l’oiseau avait été visible pour la dernière fois. Une légère brise soulevait quelques mèches de cheveux de Myosotis.  A la lumière du jour, ses yeux étaient d’un magnifique bleu azur. Elle bougea alors machinalement ses orteils pour faire circuler le sang dans ses pieds. Ses joues étaient un peu plus rouges qu’à l’accoutumée, tout comme le bout de son nez d’ailleurs. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarJack Lebeau
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle

MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Sam 31 Déc - 13:44

Lorsque son ami lui faisait la joie de venir le voir, Jack était un homme complet qui retrouvait son chemin. Murmure et lui ont toujours été très proche dès le premier jour de leur rencontre. Le jobarbille avait quand même prit la décision de le suivre jusqu'ici. C'était un oiseau après tout. Migrer n'était pas un problème pour lui et il semblait être bien ici. Jack l'avait vu s'envoler plusieurs fois vers la forêt interdite. Il avait dû y trouver un coin tranquille pour vivre bien le temps que l'humain termine ses études. Jack lui avait dit qu'il n'était pas obligé de le suivre à chaque fois qu'il devait partir. Pour Beauxbâtons, il en avait fait de même. Mais Murmure était toujours là. Il devait sentir que Jack avait besoin de lui pour garder un équilibre potable.
Après s'être dit bonjour en silence en se frottant légèrement, Jack recula légèrement sa main pour qu'ils puissent se regarder. Jack parlait tout doucement.

        - Bonjour mon ami, tu semble aller bien. La journée te semble t-elle agréable ?

        Le jobarbille semblait répondre en léger mouvement de tête ou d'ailes et Jack continuait sa petite conversation sans se préoccuper de Myosotis tout en sachant où elle se trouvait. Ce n'était pas son geste de croiser les bras qui fit partir Murmure, il n'aimait juste pas le regard trop curieux qu'avait l'humaine sur lui et décida qu'il était temps de refaire une petite ballade. Jack ne s'en formalisa pas, leur rencontre était souvent très brève. Jack prit le temps de suivre la course de Murmure jusqu'à ne plus pouvoir le voir avant de laisser un silence planer, gonflant ses poumons d'air frais.

        Puis, il tourna uniquement la tête vers Myo qui se trouvait à côté de lui, attendant une réponse. Jack ne souriait pas mais son regard oui.

        - Est-ce que tu te rend compte que tu sais parler correctement quand tu le veux ?
   
        Oui, voilà quelques phrases maintenant où elle ne parlait presque plus en mâchant ses mots grossièrement, ce que Jack avait remarqué de suite, et sa dernière phrase était très correct. Jack se posait des questions sur cette fille. Jouait-elle la salle gosse ? Elle semblait réellement jouer un rôle et, sûrement perturbé par Murmure, elle avait oublié un instant son langage cru pour un langage bien plus naturel aux yeux de Jack. Sa façon de parler le perturbait depuis la première parole de Myosotis. Il avait l'impression que c'était un peu forcé, comme si elle voulait montrer le visage d'une sale gamine qu'on lui aurait imposé. Enfin bref, peut-être se trompait-il mais elle savait tout de même bien parler, alors il pouvait avoir des doutes à son sujet.

        - Il se nomme Murmure.

        Tout en l'observant, Jack fronça les sourcils. Il se tourna vers elle et la regarda quelques secondes. Elle était différente. Plus agréable, que ce soit dans son comportement ou même dans sa manière d'être physiquement. Plus simple. Plus équilibré. Jack ouvrit la bouche pour parler, eut une brève hésitation et referma la bouche, regardant ailleurs en se grattant la joue, une légère barbe naissante apportant un son sec à son geste.

        - Tu devrais te trouver un guide.


        Jack avait lâché cette phrase un peu mystérieuse et se retourna vers le stade qu'il observait d'un regard apaisé, les mains de retour dans ses poches.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Sam 31 Déc - 15:12

Myosotis vit du coin de ses yeux que Jack avait tourné la tête. Elle fit donc de même, l’épaule toujours appuyée contre la poutre de bois, son corps ne bougeant pas. Au fond des yeux bleus de son interlocuteur, elle vit une lueur briller : pour elle, il s’agissait d’une certaine malice. Il lui lança alors :

 « Est-ce que tu te rends compte que tu sais parler correctement quand tu le veux ? »

Oui, elle s’en rendait parfaitement compte. Elle pouvait parler correctement, si elle le voulait, et bien mieux encore que « correctement ». Quand l’envie lui prenait, elle pouvait parler avec un langage magnifique au vocabulaire étoffé. Mais cette envie la prenait rarement. Il faut dire qu’elle préférait de loin parler comme elle l’avait toujours fait : de façon vulgaire et peu soignée. Bizarrement, la présence de Jack semblait faire disparaître cette mauvaise habitude qu’elle avait pris de raccourcir ses mots. Elle décroisa ses bras et se retourna d’un quart de tour pour faire face à Jack. Elle glissa ses bras derrière son dos et les croisa tout en s’appuyant à nouveau contre la poutre. La différence de taille qu’il existait entre les deux élèves –une vingtaine de centimètre environ– forçait la demoiselle à relever légèrement la tête pour qu’elle puisse regarder le visage du jeune homme. Ce dernier poursuivit : 

« Il se nomme Murmure. »

Murmure. Ce nom raisonna aux oreilles de la brune aux yeux bleus. C’était bien trouvé pour un oiseau aussi silencieux que le Jobarbille. Jack fronça légèrement les sourcils et se retourna vers Myosotis. Il l’observa longuement avant d’ouvrir la bouche puis la refermer. Il semblait hésiter. 

« Tu devrais te trouver un guide. »
  
Il avait dit cela en regardant ailleurs et en se grattant la joue. La rencontre entre ses ongles et sa légère barbe accompagna ce grattement d’un bruit sec. Il se retourna à nouveau vers le stade en glissant ses mains dans ses poches, son regard parcourant l’étendue verte. Myosotis brisa le silence :

« Oui, je m’en rends compte. Je peux même entretenir une conversation en employant des termes dont tout le monde pense très certainement que j’ignore l’existence. »

Lors de cette prise de parole, son accent britannique fut plus présent qu’à l’accoutumée. Cet accent lui allait étrangement bien. La Serpentard ne quittait pas le jeune homme des yeux. Le silence se réinstalla entre eux et, une fois de plus, Myosotis le rompit en prenant la parole : 

« C’est un joli nom, Murmure. MaisQu’est-ce que t’entends par « un guide ». ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatarJack Lebeau
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle

MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Sam 31 Déc - 17:56

On était à présent loin de la salle de repos et des tensions de la toute première discussion. Jack était calme et Myo lui montrait un visage qu'il aimais bien plus que celle de l' « enfant paumé ». Quand il la voyait ainsi, il ne la décrivait plus ainsi. Elle était une jeune adulte. Et Jack se mit étrangement à penser qu'il voulait être le seul à la voir ainsi. Le seul à avoir vu ce visage.Qu'elle redevienne la salle gosse, Jack avait vu l'autre visage et le gardait en mémoire.

        Jack tourna à nouveau son regard vers Myosotis, la jaugeant encore une fois de longues secondes en silence avant de se tourner vers elle et de s'approcher, accentuant cette différence de taille qui obligeait la Serpentard de lever la tête.

        - Je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi tu parlais aussi familièrement si tu savais utiliser des termes plus corrects ? Pas qu'un langage vaut plus qu'un autre, mais tu sembles vouloir te donner une image qui n'est peut-être pas réellement la tienne. Après peut-être que je me trompe. Je ne suis pas dans ta tête.

         Une étrange lueur passa dans le regard de Jack qui sembla à nouveau changer de comportement pour récupérer son sourire joueur et espiègle. Il s'approcha jusqu'à être presque collé à elle, posant son avant bras sur la poutre sur laquelle est appuyé Myosotis, se penchant vers elle.

        - Personnellement, je préfères ton accent très anglais qui est, pour un français comme moi, très exotique, que ton accent arracheur de dent.

        Jack eu un tressautement d'amusement au coin de la bouche avant de s'éloigner simplement, les mains retournées dans les poches. Quand on parlait de Murmure, Jack était très calme, loin du dragueur impulsif.

        - C'est un nom qui lui va à merveille n'est-ce pas ?
 
        Jack semblait amusé. Après tout, le seul son que produisait le jobarbille provenait de ses ailes, comme un léger murmure dans le vent, très léger, presque imperceptible.

        - Dans guide, j’entends par là un être vivant ou même un objet dont la seule présence, la seule vue, te permet de te souvenir de qui tu es réellement et de la voie que tu souhaites au plus profond de ton cœur emprunter. Je quittes seulement l'adolescence, cette période où nous nous perdons vite dans de multiples personnalités pour diverses raisons. Les personnes qui nous entoure, les événements, la vie elle-même amène l'être humain à changer contre son grès et il est facile de se perdre. Murmure est mon guide. Je voue à une vie simple, sans artifices. La société où nous vivons nous pousse au contraire. Les animaux, même en vivant parmi nous, garde cette simplicité de la nature que l'on nomme instinct. Ils vivent, sans se prendre la tête avec des broutilles. On peut toujours les considérer comme des êtres inférieurs, ils ont des leçons de vie bien plus nobles que les nôtres. Du moins c'est mon avis. Après, certains s'accrochent à des symboles *comme les Reliques de la mort dans l'histoire des plus Grands Mages noirs de ces derniers siècles*, à un dieu, à une personne.... un guide peut avoir n'importe qu'elle forme, tant qu'il a l'effet recherché.


        Jack s'arrêta là. Il n'était pas ici pour faire un débat d'une journée sur la question. Myosotis était assez intelligente pour comprendre ce qu'il entendait par là.
Revenir en haut Aller en bas
avatarFictif
Moderateurs Moderateurs

MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Dim 1 Jan - 14:30

En ce temps hivernal, Rusard, le vieux concierge dont on ignorait toujours l'âge réel, marchait dans la neige presque immaculée de la grande pelouse. Mais des traces de pas qui semblait déjà commencer à se recouvrir allaient directement vers le terrain de Quidditch et ne revenaient pas. Le vieux cracmol s'interrogea. Allait-il pouvoir attraper des élèves en effraction? Allait-il les trouver congelé dans un recoin? Ces perspectives lui redonnèrent le sourire et il se dirigea dans la même direction. C'est en approchant des gradins qu'il sentit une odeur nauséabonde qui le fit sourire de plus belle. 

Il arriva discrètement, comme à son habitude et surgit de nulle part, ou du moins était-ce l'impression que cela donnait, un rictus machiavélique sur les lèvres:

- Tiens tiens, nous avons décidé de faire une entorse au règlement? Vous venez de faire perdre Vingt points à vos maisons respectives, quant à la retenue, je laisserais Monsieur le Directeur décidé de la sentence, une sentence certainement trop souple bien sûr. Suivez-moi dans son bureau...


Motif de l'intervention:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Lun 2 Jan - 15:04

Jack resta d’abord silencieux, puis il tourna à nouveau son regard pour le poser sur la Serpentard. Il s’approcha alors, forçant Myosotis à lever encore plus sa tête qu’elle ne l’était déjà. Leur regard s’entremêlaient. En regardant les yeux du Serdaigle, la jeune fille avait l’impression de voir les siens. Leur couleur se ressemblaient beaucoup, tout en restant très différentes l’une de l’autre. Jack prit alors la parole :

« Je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi tu parlais aussi familièrement si tu savais utiliser des termes plus corrects ? Pas qu'un langage vaut plus qu'un autre, mais tu sembles vouloir te donner une image qui n'est peut-être pas réellement la tienne. Après peut-être que je me trompe. Je ne suis pas dans ta tête. »

Myosotis savait exactement ce qu’elle allait répondre à cela, mais elle voyait bien que le jeune homme avait encore des choses à dire. Et il n’avait pas encore donné son explication concernant le fameux guide qu’il avait mentionné. Une lueur apparut au fond des yeux du blond, aussi rapide que l’éclair. Sa rapidité était telle que la demoiselle ne parvint pas à savoir de quel genre de lueur il s’agissait. Toujours est-il que le Serdaigle s’approcha de Myosotis au point où ils se frôlaient. Elle ne bougea pas, attendant sagement la suite qui ne tarda pas :

« Personnellement, je préfères ton accent très anglais qui est, pour un français comme moi, très exotique, que ton accent arracheur de dent. »

La Serpentard accueillit ce compliment avec un charmant sourire. Elle ne bougeait toujours pas. Elle aperçut alors le coin des lèvres de son interlocuteur tressaillir légèrement. Il semblait s’amuser comme un enfant dans un bac à sable. Il s’éloigna alors, glissant ses mains dans ses poches. Voulant apparemment retourner sur le sujet qui concernait son ami à plumes bleues, Jack reprit la parole calmement : 

« C’est un nom qui lui va à merveille n'est-ce pas ? »

Pour toute réponse, Myosotis hocha la tête de haut en bas. Elle ne prit toujours pas la parole, attendant patiemment que Jack explique ce qu’il avait voulu dire avec sa mystérieuse phrase. C’est alors que l’explication tant attendue fut donnée. L’homme se lança dans un monologue fort intéressant, que la Serpentard écouta sans broncher. Elle ne l’interrompit à aucun moment, attendant patiemment qu’il finisse. Les explications furent les suivantes :
 
« Dans guide, j’entends par là un être vivant ou même un objet dont la seule présence, la seule vue, te permet de te souvenir de qui tu es réellement et de la voie que tu souhaites au plus profond de ton cœur emprunter. Je quittes seulement l'adolescence, cette période où nous nous perdons vite dans de multiples personnalités pour diverses raisons. Les personnes qui nous entoure, les événements, la vie elle-même amène l'être humain à changer contre son grès et il est facile de se perdre. Murmure est mon guide. Je voue à une vie simple, sans artifices. La société où nous vivons nous pousse au contraire. Les animaux, même en vivant parmi nous, garde cette simplicité de la nature que l'on nomme instinct. Ils vivent, sans se prendre la tête avec des broutilles. On peut toujours les considérer comme des êtres inférieurs, ils ont des leçons de vie bien plus nobles que les nôtres. Du moins c'est mon avis. Après, certains s'accrochent à des symboles, à un dieu, à une personne.... un guide peut avoir n'importe qu'elle forme, tant qu'il a l'effet recherché. »

Jack s’arrêta alors de parler aussi brusquement qu’il avait commencé. Myosotis, les yeux rivés sur un point imaginaire se trouvant approximativement au centre du terrain de Quidditch, médita un instant les paroles qu’elle venait d’entendre. Sans doute le Serdaigle avait-il raison, sans doute fallait-il qu’elle se trouve un « guide ».  Elle réfléchirait à cela plus tard, une fois qu’elle aurait le temps et l’énergie pour y penser. 

« Oui… Je vois ce que tu veux dire maintenant. » répondit-elle simplement. « Pour revenir à ce que tu as dit avant, concernant mon langage… » poursuivit-elle « Disons simplement que je fais attention à ma prononciation lorsque ça me chante et que j’emploie le vocabulaire que mon interlocuteur mérite. Murmure est venu à toi alors que j’étais présente. Je doute qu’il le fasse devant n’importe qui. En me montrant cette facette de toi, cette liaison qui vous unit, tu m’as… *…déstabilisée…*…. Bref. Sache juste que tu mérites que je fasse un effort. »

Tandis qu’elle prononçait ses derniers mots, les yeux de Myosotis quittèrent le point imaginaire qu’ils fixaient depuis qu’elle avait prit la parole pour se poser sur Jack. Malheureusement pour les deux élèves, le jeune homme n'eut pas l'occasion de répondre quoique ce soit, car une voix s'éleva à côté d'eux. Cette voix, Myosotis ne l'avait entendue qu'une seule fois depuis son arrivée à Poudlard : c'était celle d'Argus Rusard, le concierge. 

Tiens tiens, nous avons décidé de faire une entorse au règlement? Vous venez de faire perdre Vingt points à vos maisons respectives, quant à la retenue, je laisserais Monsieur le Directeur décidé de la sentence, une sentence certainement trop souple bien sûr. Suivez-moi dans son bureau...

Myosotis leva les yeux au ciel, ne jetant pas le moindre regard à Jack pour voir sa réaction. Elle passa devant le vieux concierge et alla remettre ses chaussettes et ses chaussures. Elle remit la lanière de son sac en cuire noir sur son épaule et attendit que le concierge prenne la direction du bureau directorial pour le suivre. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarMarlène Lenoir
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Mar 21 Fév - 23:07

Je m'étais débarrassée de ma robe de quidditch bleue et Bronze après un détour par les vestiaires, et portais donc un jean ample serré par une ceinture de toile, mes bottes d'entraînement que j'avais gardées au pied et un pull de polaire toute douce et très chaude à oreilles de koala. J'adorais les koalas. C'était atrocement mignon, bien que tout aussi atrocement flemmard. C'était mon animal moldu préféré. Au sein du monde magique, mon favori était plutôt le Veaudelune. Mignon, et plus actif. Mais je préférais grandement les koalas. Je décidai de traîner sur le terrain pour profiter de l'air frais et piquant de février. Une fine couche de neige saupoudrait le sol, et j'y avais tracé un cercle du bout du pied, assise sur la barrière. C'était le seul "trou" que je me permettais, je tentais de préservée l'étendue blanche aussi vierge et immaculée que possible. Ouais, quatre ans d'âge mental. Une paire de jambes avait manifestement décidé de ruiner mes efforts de préservation, et je râlai un peu, pour la forme.

"Hééé ! Fais, gaffe, tu casses la neige !"

Bravo, Marlène, tu viens de régresser à trois ans et demi.

RP avec Jason

_________________

Marlène Lenoir
Moineau-robase I, Française Folle de Service et Marraine la bonne fée des Serdy.



      

Médailles & récompenses (OU Quand Marly se la pète (un peu) ^^):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarJason Leifsson
Eleve Gryffondor Eleve Gryffondor

MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Mar 21 Fév - 23:28

Je regardai les yeux du poursuiveur qui se trouvait devant moi, concentré, le Souaffle à bout de bras, prêt à tirer. Pour moi, les yeux sont les indicateurs de la direction du tir. Sans le savoir, mon opposant se trahit et lança un regard furtif vers sa gauche, vers laquelle je plongeai sans hésiter, fendant l'air d'un seul saut. Gagné. D'un coup de main précis, j'attrapais sans grande difficulté le Souaffle devant mon coéquipier dépité qui repartis se placer avec les autres. Souriant, je détectais un mouvement du côté des vestiaire, et vis une forme féminine s'en extraire, cassant la blancheur du sol recouvert par une épaisse couche de neige. Ce moment d'inattention me fut "fatal". Je reçu un Souaffle sur la tempe qui me laissa groggy, pendouillant bêtement à mon balais. Je clignais plusieurs fois des yeux et, prétextant un mal au crâne soudain, abandonnai mes coéquipier pour retrouver la chaleur du vestiaire. Ce ne fut qu'au moment d'attérir que je reconnus devant moi la fille qui m'avait fait rêver quelque temps plus tôt avec laquelle j'avais rompu, gardant cependant une relation amicale avec elle. Je posai mon balais sans bruit contre le mur et prélevai dans mes mains une quantité de plus en plus grosse de neige, que j'explosais royalement sur la tête de Marlène, m'écriant au passage:


- Saluuuuut ! 

Je m'écartais en riant et croisait les bras, la regardant avec une expression moqueuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMarlène Lenoir
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   Mer 22 Fév - 17:38

A peine avais-je achevé ma phrase que je reçus une boule de neige sur le côté de la tête. La poudreuse s'accrocha à la pollaire de mon pull, la saupoudrant de blanc, ainsi que mes cheveux et mon épaule dans une moindre mesure. Je levai des yeux mi-agacés mi-effarés sur le Gryffondor.

"Mais... t'es sérieux ?!"

Je le détaillai, son visage ouvert et souriant, ses yeux bleus cobalt brillants de joie, et ne pus m'empêcher de laisser transparaître mon amusement. La pointe de nostalgie qui m'assaillait parfois lorsque je regardais le gardien de Gryffondor était bien inférieure à la sympathie que j'avais pour lui. Et puis, j'avais été assez soulagée lorsqu'il avait parlé de "rupture" à la rentrée et c'est d'un commun accord que nous nous étions finalement séparés. Souriante, je sautai à bas de la barrière.

"Bonjour à toi aussi, Jason. Je pointais la moitié du terrain où jouaient les Gryffondor, la fin de notre entraînement se chevauchant ce jour-là avec le leur. T'es pas là-haut ?"

_________________

Marlène Lenoir
Moineau-robase I, Française Folle de Service et Marraine la bonne fée des Serdy.



      

Médailles & récompenses (OU Quand Marly se la pète (un peu) ^^):
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Stade de Quidditch   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Stade de Quidditch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Poudlard :: Terrain de Quidditch-