BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Le lac noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatarMyosotis Wilkes
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le lac noir   Dim 8 Jan - 17:22

Suite à la remarque de la Serpentard, le jeune homme à la peau blanche fronça ses sourcils. Mais pourquoi donc avait-il cette réaction ? A cause du surnom qu’elle lui avait donné ? Ou était-ce dû à une quelconque perplexité ? N’en sachant rien, Myosotis décida de ne pas chercher la source de cette réaction. Luvion commença à passer nerveusement ses doigts sur sa casquette de cuire. Mais pourquoi diable portait-il une telle horreur ? Essayait-il de cacher quelque chose ? Bien décidée à en savoir plus, la Serpentard se jura intérieurement qu’elle lui enlèverait cette étrange casquette un jour ou l’autre. Luvion lança alors :

« J'en ai rien à faire de ce que tu peux apprendre. »

Cette phrase sonnait faux. Suite à ce mensonge, Blanco recula et leva les yeux au ciel, sans doute pour admirer les étoiles. Le silence se fit entre les deux élèves de Serpentard. Ce silence ne dérangeait en rien Myosotis. C’est alors que le jeune homme se redressa brusquement, regardant autour de lui comme un animal traqué et tendant l’oreille. Il lança ensuite à l’adresse de Myosotis en chuchotant à moitié : 

« Range ta bouteille, voilà quelqu'un je crois ! »

La Serpentard n’avait rien entendu d’anormal, mais elle ne posa pas la moindre question, attrapant la boîte en bois qui gisait par terre près d’elle et l’ouvrant d’un geste. Elle glissa immédiatement la bouteille dans le compartiment de gauche et referma brusquement le couvercle. Elle ne fit absolument rien pour éteindre le feu. Après tout, elle s’en fichait si elle se faisait attraper hors du château : tant que sa bouteille d’alcool était saine et sauve, tout le reste lui importait peu. C’est donc toujours assise par terre qu’elle scrutait les environs sans y voir quoi que ce soit d’anormal. Blanco quant à lui s’était levé, s’apprêtant sans doute à partir en courant. 

« Y a rien du tout Blanco, t’as halluciné. » lâcha finalement Myosotis.

Elle avait repris la parole après deux minutes de silence complet à attendre que quelque chose se passe. Rien n’apparut, rien ne se passa. Se relevant finalement, ramassant sa boîte au passage, la Serpentard lâcha :

« Bref, c’fut un plaisir d’parler avec toi, mais moi j’vais pioncer. Tu rentres aussi ? »

[Luvion, je te laisse clôturer le RP : soit ton perso’ accompagne le mien jusqu’à la salle commune, soit Luv reste sur place et Myo part seule Smile .]

[Fin du RP pour Myosotis]
Revenir en haut Aller en bas
avatarLuvion Herish
Eleve Serpentard Eleve Serpentard

MessageSujet: Re: Le lac noir   Lun 9 Jan - 14:10

Myosotis réagit immédiatement et rangea sa bouteille dans sa boîte et referma le couvercle avec un geste sec. Elle ne se préoccupa pas du feu, visiblement peu inquiète de se faire attraper. Seule semblait importer sa bouteille.

- Y a rien du tout Blanco, t’as halluciné. 

Luv leva les yeux au ciel, il vit dans le lointain, un renard qui s'enfuyait. Sûrement celui qui avait provoqué le bruit. Mais Myosotis ne pouvait pas le voir et encore moins l'entendre. Il soupira, il avait encore raté une occasion de se taire. Sa camarade se releva, attrapant sa précieuse boîte.

- Bref, c’fut un plaisir d’parler avec toi, mais moi j’vais pioncer. Tu rentres aussi ?

Luv hocha la tête pour la saluer.

- Je vais rester encore un peu.

Il n'avait pas aimé son regard quand il avait touché sa casquette, et préférait garder ses distances. Il allait simplement la suivre à distance et rentrer dans sa chambre.


[Fin de RP]
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le lac noir   Mer 1 Fév - 18:59

[1er Février, Au bord du Lac, 16 h 12]

Bienvenue à Poudlard...

Maryliss demeurait assise près du lac noir à dessiner dans un de ses nombreux cahiers aux pages vierges. Comme à son habitude, la surface du lac immobile inspirait un calme et une bizarrerie étonnante. Le vent caressait ses eaux mais elles ne frissonnaient pas : c'était une des particularités du lac que Mary aimait plus que tout admirer.

Le portrait qu'elle avait dessiné de son bout de fusain semblait assez horrifique avec ses yeux sombres et ses cheveux noirs raides. Le papier traduisait son impression de solitude absolue qui l'envahissait de jour en jour. La blondinette soupira longuement : elle avait l'impression de ne plus servir à rien. Lassée et lassante. Et cette impression la rongeait et la faisait naître en elle un profond sentiment de culpabilité.

Nouveau soupir...

Maryliss rangea son carnet dans sa petite sacoche en cuir avant de passer une main pâlichonne dans sa tignasse de boucles d'un blond clair et sale. Ses yeux de glace joliment noircis par le maquillage vinrent à se perdre dans le paysage froid et hivernal qu'était devenu Poudlard en ce premier jour de février. Quelques rayons de soleil transperçaient les nuages mais cela n'empêcha pas la blondinette de frissonner de froid. Elle s'enferma un peu plus dans sa veste en jean.

Soudain, elle aperçut une silhouette au bord du lac. Un garçon. Lui aussi semblait perdre son regard sur le lac : il semblait lui porter un grand intérêt. Mais ce qui frappa la petite blonde, c'était la peau hâlée du jeune homme : il était banal en Angleterre de trouver des peaux pâlichonnes. Maryliss parcourait souvent le château pendant son temps libre après les cours : mais elle n'avait jamais vu ce mystérieux jeune homme du lac. Nouveau ?

Une simple silhouette assise de dos pouvait intriguer Maryliss au plus haut point. Elle resta là pendant quelques minutes à l'observer, sans qu'il ne s'en aperçoive, se demandant encore et encore si elle ne l'avait pas déjà vu en cours ou ailleurs. Mais même en explorant les longs et profonds couloirs de sa mémoire, rien ne lui revînt. N'y tenant plus, elle s'approcha lentement du jeune homme, venant s'assoir à côté de lui aussi discrète qu'une ombre, aussi légère qu'une plume. Et finalement elle sourit :

- Bonjour...

Il sursauta légèrement ce qui fit légèrement rire la jeune fille. L'expression du jeune homme était interrogative et Maryliss y décela même une once de mépris :

- Excuse-moi... Je ne voulais pas te faire peur, murmura-t-elle dans un souffle.



RP avec Nolsoy Very Happy

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatarNolsø Torbjørn Eivøsson
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle

MessageSujet: Re: Le lac noir   Mer 8 Fév - 19:01

Quelques mèches de cheveux voletaient sur son front, emportées par la brise. Assis au bord du lac, Nolsø passait le temps, ses pieds nus dans les eaux froides. A coté de lui une paire de chaussures était posée, accompagnée d'un lapin qui en grignotait les lacets sans que cela ne semble poser le moindre problème au jeune homme. Une voix le fit sursauter, brisant le calme des lieux. Observant l'inconnue de son regard vairon, le Serdaigle la détailla sourcils froncés, interrogatifs. Boucles blondes et yeux clairs, jeune fille frissonnante dans sa veste de jean. Tellement anglaise... Nolsø détourna le visage avec une moue plus que facile à décrypter pendant qu'elle lui présentait des excuses. Son murmure était aussi volatile qu'elle l'avait été en s'asseyant à ses cotés. D'une discrétion absolue.
L'élève haussa les épaules avec désinvolture.
- J'ai seulement été surpris, je ne t'avais pas entendu arriver.

Se penchant au dessus du lac, Nolsø en fouilla les profondeurs du regard. Contrairement aux autres parties de la rive, qui descendaient en pentes douces, le dénivellement ici était tel une falaise. Falaise immergée, puisque seuls une vingtaine de centimètre séparait la terre de la surface... mais au delà, dans l'eau trouble du lac s'étendait la vie sous-marine qui hypnotisait tant le jeune homme.
- Mais lui semble avoir eu peur...
Excepté les orteils du jeune homme, impossible de détecter quoi que ce soit d'autres dans l'eau froide du lac. Le Serdaigle reste silencieux quelques instants, semblant attendre quelque chose. Ou quelqu'un.
- Squid ?
Si les paroles précédentes, prononcées en anglais, avaient un soupçon d'accent étranger, la mélopée qui franchissait désormais les lèvres du jeune homme étaient définitivement d'un autre langage. Bientôt une forme se dessina dans l'eau, approchant de la surface sans toutefois la traverser. Nolsø laissa un sourire fleurir sur ses lèvres, chantonnant encore plusieurs secondes en Féroïen avant de détacher son regard bicolore du Calamar du Lac.

- Il a l'air d'aimer les langues scandinaves. Peut-être vient-il de là-bas... Habituellement, les calamars ne vivent pas dans des lacs, mais dans les mers et océans salés, il est surprenant que celui ci se soit adapté ici. Peut-être était-il encore jeune lorsqu'il est arrivé là, passant surement par le même chemin qu'avait emprunté le navire de l'école Durmstrang... peut-être qu'en grandissant, sa taille de géant l'a empêché de rejoindre ses eaux natales, le laissant prisonnier de ce lac... Exilé du nord, condamné à vivre dans un milieu qui n'est pas le sien, entouré de peuples inconnus et peut-être hostiles... oh Squid, je te souhaite bien du courage...
Prenant une inspiration, le jeune homme releva la tête, observant le lointain, oubliant presque la présence de la jeune fille à ses cotés. Sur son visage une mélancolie blêmissait ses traits, lui qui avait pourtant le teint halé par les intempéries. Laissant ses pieds osciller dans les eaux troubles du lac, si proches du calamar que ce dernier pouvait effleurer de ses tentacules les orteils du jeune homme, Nolsø était immergé dans ses pensées. C'était de Squid dont il avait parlé, et pourtant ces mots lui collaient à la peau... Exilé. Un Insulaire échoué sur une terre anglaise, aux pieds d'une sombre bâtisse de pierre.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le lac noir   Ven 10 Fév - 15:30

- J'ai seulement été surpris, je ne t'avais pas entendu arriver.

Maryliss sourit discrètement devant la moue boudeuse, presque méprisante du jeune homme. Il avait un accent nordique qui sonnait d'une manière toute particulière et étrange qui surprit Mary mais qui confirma une de ses interrogation. Ce jeune homme n'était définitivement pas d'ici. Comme elle avant lui... Il semblait tout faire pour l'éviter, pour ne pas lui adresser la parole. Mais malgré lui, son attitude ne fit que d'achever de convaincre Maryliss de rester. Il avait une façon de regarder le lac qui la fascinait. Il avait l'air de chercher quelque chose du regard, les pieds dans l'eau froide.

- Mais lui semble avoir eu peur...
- De qui veux-tu parler ? murmura Maryliss, scrutant à son tour la surface immobile des eaux noires à la recherche d'une quelconque chose. D'une créature des profondeurs ?
- Squid ?
- Le calamar... Le calamar géant... On le voit parfois de notre Salle Commune... Mais c'est rare... fit-elle de la même voix basse, douce et discrète.

Il ne l'écoutait pas. Ou plutôt, il l'écoutait mais ne faisait pas attention à elle. Mais elle n'en tenait pas rigueur. Posant son regard sur le rêveur, ses orbes glacées s'equarquillièrent de surprise en entendant le garçon susurrer des chants nordiques. Mary ne sut dire si il s'agissait de Norvégien ou de Danois. En tout cas c'était beau. Etrangement mélodieux. Un petit "Oh" surpris, émerveillé, toujours soufflé dans un murmure sortit de sa gorge quand elle distingua une forme, une masse noire qui sortait légèrement de la surface de l'eau. Maryliss s'approcha avec lenteur, un énorme sourire aux lèvres. Le jeune homme souriait aussi.

- Il sort rarement des profondeurs du lac. C'est une chance pour nous de le voir, chuchota Maryliss, les yeux brillants d'émerveillement avant de se pencher plus encore, son épaisse tignasse blonde lui tombant légèrement sur les yeux.
- Il a l'air d'aimer les langues scandinaves. Peut-être vient-il de là-bas... Habituellement, les calamars ne vivent pas dans des lacs, mais dans les mers et océans salés, il est surprenant que celui ci se soit adapté ici. Peut-être était-il encore jeune lorsqu'il est arrivé là, passant surement par le même chemin qu'avait emprunté le navire de l'école Durmstrang... peut-être qu'en grandissant, sa taille de géant l'a empêché de rejoindre ses eaux natales, le laissant prisonnier de ce lac... Exilé du nord, condamné à vivre dans un milieu qui n'est pas le sien, entouré de peuples inconnus et peut-être hostiles... oh Squid, je te souhaite bien du courage...

Maryliss buvait ses paroles, tout en regardant la forme noire du calamar s'approcher d'eux et s'éloigner lentement.

- Poudlard est un château rempli de secrets. Ce Calamar en fait partie. Crois moi, il est rare de le voir sortir de l'eau. Personne ne peut lui faire de mal. Mais c'est vrai qu'il doit se sentir bien seul au milieu des Strangulots et des Sirènes...- elle émit une petite pause avant de regarder le jeune homme - J'ai l'impression que tu comprends le Calamar comme personne... peut-être parce que tu es comme lui au fond. Emprisonné dans un tout petit lac inconnu alors qu'il y a de vastes mers non loin. Je sais ce que ça fait de quitter sa propre mer mais... avec le temps, on s'habitue aux lacs...

Maryliss était de ces personnes qui parlaient souvent en énigmes, au risque que la personne qui se trouvait en face d'elle ne comprenne pas. Elle disait tout ce qui lui passait par la tête ; on la prenait souvent pour une personne excentrique voire illuminée. Mais quelque chose en elle la poussait à croire que ce jeune homme était différent. Qu'il comprendrait ce qu'elle voulait dire...



_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatarNolsø Torbjørn Eivøsson
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle

MessageSujet: Re: Le lac noir   Sam 25 Fév - 21:20

Les propos de la jeune fille n'étaient pas étrangers aux oreilles de Nolsø. C'était un constat auquel arrivait rapidement toute personne adressant la parole au Féroïen... jeune homme loin de chez lui mettant cela sur le compte des Anglais, et plus particulièrement les Anglais sorciers. Voir même plus spécifiquement un sorcier anglais, si effectivement il l'était, sorcier... après tout Nolsø n'avait jamais eu la confirmation de ce fait. Le vent repoussa quelques mèches qui voilaient le regard bicolore du Serdaigle et le sourire venu sur son visage avec la visite de "Squid", comme le jeune homme l'appelait depuis qu'il avait eu l'occasion de le rencontrer, s'effaça sur un profil plus sévère, presque buté.
- Un Féroïen ne peut s'habituer aux lacs.

Sa remarque avait été abrupte, sans contestation possible. Comment aurait ce pu être différent ? Des Insulaires attachés à leurs bouts de terre perdus dans les mers scandinaves, nourris par ces eaux et vivant au rythme de leurs habitants aquatiques. Et parmi ces fiers Féroïens, certains étaient d'une trempe plus aventureuse, posant un pied sur le ponton d'un navire afin de vivre encore plus proche de ces océans, jours et nuits a entendre le ressac des vagues contre la coque du bateau, les vagues balayant le pont de son écume blanche lorsqu'un courant plus fort qu'un autre faisait jaillir l'eau au delà du parapet.

Nolsø était de ceux-là. Il avait appris à tenir la barre d'un navire avant de savoir marcher, et grimpait dans les voilures lorsque les Anglais de son âge apprenaient à faire du vélo. Ce n'était pas pour rien que les connaissances de son Grand-Père disaient à ce dernier "Ton gamin, c'est pas un sanguin pour' sur... et pas juste parc'que c'est un rêveur non, mais parc'qu'il a de l'eau d'mer dans les veines, et pas une goutte d'sang... à croire que ta Petiote, c'est avec Njörd même qu'elle l'a fait c'lui-là !"

Une nostalgie brillait dans les yeux du jeune homme alors qu'il repensait à tous ceux qu'il avait laissé sur son Archipel, là-bas quelque part dans le nord. Comme toujours, on pouvait lire la totalité de ses émotions sur son visage, son expression reflétant ses pensées comme un livre ouvert... Et même si la jeune fille qui s'était assise à ses cotés n'avait eu comme seule réponse orale une courte phrase, elle pouvait deviner l'attachement de Nolsø au monde marin, et ressentir ce que l'Insulaire ressentait.
Finalement le jeune homme se tourna vers elle, plongeant son regard calme dans le sien.
- Et toi, de quelles mers viens-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarMaryliss Brown
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Le lac noir   Mar 7 Mar - 18:20

- Un Féroïen ne peut s'habituer aux lacs, dit-il sèchement, ayant perdu toute douceur en l'espace d'un instant.

Maryliss resta silencieuse, consciente d'avoir touché un point sensible chez le jeune homme. Ce n'était pourtant pas son intention, loin de là. Elle baissa les yeux, essayant de se situer mentalement de quel "mer" venait le jeune homme : et elle trouva.

Elle se rappela de ce petit bout de terre qui l'intriguait sur les planisphères qu'elle étudiait en primaire, non loin de la Norvège, de l'Islande et de l'Ecosse. Les îles Féroé. Maryliss sourit légèrement : elle n'avait pas tord quand elle parlait de "mer". Ce garçon devait la voir à longueur de temps sur ses îles... Peut-être même la naviguer. Ses yeux brillèrent rêveusement en pensant à cette idée. Elle aussi auparavant habitait près de la mer, mais celle du jeune Serdaigle semblait mille fois plus vaste et belle que la sienne.

La blondinette se risqua de nouveau à observer le garçon qui ne pouvait détacher son regard de la surface de l'eau. Il sembla un instant perdu dans une profonde nostalgie et peut-être même dans une douce tristesse, une douce mélancolie. Maryliss lui adressa un léger sourire compatissant : elle comprenait. Mieux que personne.

Il leva de nouveau les yeux vers elle. La blondinette remarqua que ceux-ci étaient vairons : un œil noir et un œil émeraude. Elle parut un bref instant déstabilisée mais il prit bien vite la parole, la détendant ainsi :

- Et toi, de quelles mers viens-tu ?

Elle sourit :

- Méditerranée ? fit-elle timidement avant d'émettre un petit rire. Je viens de France. Du sud de la France. Depuis mon appartement, si l'on plissait les yeux, on pouvait voir une légère bande de sable et une mer d'un bleu profond s'étendre jusqu'à l'horizon.

Elle émit une petite pause, toujours aussi souriante, ses yeux brillants légèrement d'une douce nostalgie, retournant un instant en enfance :

- Je me demandais souvent étant petite, où j'arriverai si je prenais un bateau et naviguais tout droit devant moi. Est-ce que je me perdrais en mer... Est-ce que je rejoindrais l'Afrique du Nord. Est-ce que j'irais parfaitement ailleurs ? La mer et l'océan me fascinaient. Et puis, je suis arrivée ici. Ensuite, tu es arrivé ici. - nouvelle courte pause - Tu sais, ici ce n'est pas si terrible. Mais il faut oublier nos mers et je crois que c'est ça le plus dur ; car ce que tu quittes, tu ne le perd jamais vraiment. Tu peux toujours le retrouver là, dit-elle en indiquant vaguement son propre cœur.

N'importe qui l'aurait prise pour une folle. Ou pour un excentrique, voire même une philosophe. Mais elle se fichait éperdument du jugement des autres : elle disait ce qu'elle estimait juste et important de dire, voilà tout.

- Je m'appelle Maryliss.

Et elle sourit timidement, baissant lentement les yeux.






 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le lac noir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le lac noir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Poudlard :: Le parc-