BIENVENUE JEUNE SORCIER, PREPARE-TOI, LE MONDE S'ASSOMBRIT, ET UNE NOUVELLE MENACE NOUS GUETTE...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Les serres abandonnées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Dim 26 Fév - 2:12




Ne m'appelle pas comme ça.
Kalis lâcha un rire cristallin , qui se moquait clairement de lui. Il tapota doucement la joue de Sawal , de la même manière qu'il l'avait fait avec lui la dernière fois. Voir le serdaigle dans une telle position lui inspirait de la pitié , mais aussi beaucoup de satisfaction. Le serpentard releva le menton en le jaugeant d'un regard supérieur, fier. Qui marque un point cette fois ci, Azel ?

Oh que si, je vais t'appeler comme ça. Du moins tant que tu ne m'auras pas dis pourquoi tu ne souhaites pas que j'utilise ce nom.

Il se trouvait étonnamment détendu pour une fois. Même les piques de Marlène ne l'atteignaient pas. Il la fixa à son tour tandis qu'elle le foudroyait du regard, contrarié. Pourquoi Kalis avait il l'impression que ces deux là cachaient quelque chose et que Lenoir était au courant de ce qui lui était arrivé ? Ces deux là le faisaient bien marrer. S'ils pensaient pouvoir le laisser assister à une telle scène sans lui donner d'explications ...

Sérieusement, Lenoir ? Fit il en haussant un sourcil, laissant un silence planer. Tu crois que je vais vous laissez repartir sans rien comprendre à ce qu'il vient de se passer. Il pointa sa baguette vers Sawal. A ce moment là, Lenoir se pencha à son oreille pour lui murmurer quelques mots que seul son camarade avait l'autorisation d'entendre. Fort heureusement, Kalis avait l'ouïe fine. Il plaqua une main contre la poitrine de Marlène et la repoussa en arrière ; instaurant ainsi une sote de distance limité entre elle et Sawal.

Ohohoh, recule. Tu lui as dis quoi la ? J'te préviens, tu devrais parler avant que je dérape. ?

Il regarda les deux élèves tour à tour, les paupières légèrement plissées, les sourcils froncés. La situation autant que la conversation devenait intéressante et tournait étrangement en sa faveur. Posséderait il bientôt un des points faibles de Sawal ? L'envie d'en connaître un était grandissante, l'utiliser contre lui après était autre chose. Généralement il essayait au maximum d'éviter à le faire. 
Revenir en haut Aller en bas
avatarSawal Azel
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Lun 27 Fév - 14:39

Kalis rit et lui tapota la joue. Sawal se mordit la lèvre. Cette situation s'était déjà produite, seulement, les rôles avaient été inversés. Il lisait tellement de satisfaction dans les yeux froids de Kalis qu'il sentait ses nausées revenir. Il ne devait rien savoir, surtout pas Kalis.

- Oh que si, je vais t'appeler comme ça. Du moins tant que tu ne m'auras pas dis pourquoi tu ne souhaites pas que j'utilise ce nom.

Sawal grogna. Évidemment ... Kalis était un rapace, un charognard en quête d'informations et il ne lâcherait pas sa proie.

- Parce que les Azel ne sont pas ma famille et ne l'ont jamais été.

C'était la vérité. Pas complète mais c'était la vérité. Ils ne s'étaient jamais réellement comportés en parents. Sa seule famille était Hilly et ... Il entendit Marlène accuser Kalis d'être un abruti dégueulasse et il devait avouer qu'il était plutôt d'accord, même si cela était aussi valable pour lui. Il s'attendait à ce que le Serpentard s'énerve comme souvent après une réplique de Marlène, mais il n'en fut rien. Il se contenta de la fixer, contrarié, comme si elle ne représentait rien d'autre pour lui qu'une gêne. Kalis lui répondit dans le plus grand des calmes qu'il n'avait pas l'intention de bouger tant qu'il ne saurait pas ce qui se passait. Sawal sentit une vive colère l'envahir, un charognard, il l'avait bien dit. Un vautour cherchant des informations dans l'esprit meurti et tordu de Sawal. Marlène se pencha alors contre lui, il avait presque le nez dans son cou. Personne ne l'avait approché aussi près depuis un long moment.

- Saw ? Tu as parlé d'Hilly, une fois... avant. Je ne dirais rien. Je ne te demanderais rien. Mais... tu tenais à elle ?

Il écarquilla les yeux, comme si on lui avait mis un coup. Elle l'avait entendu ... il sentit les larmes affluer de nouveau et serra son poing, enfonçant ses ongles dans sa paume. La coupure de son poignet pulsait encore sourdement de douleur et cela le sortait de son esprit, un peu. Il ne put répondre, il n'en avait pas l'intention de toute façon. Kalis recula Marlène, une main sur sa poitrine. C'était lui, le maître du jeu à présent.

- Ohohoh, recule. Tu lui as dis quoi la ? J'te préviens, tu devrais parler avant que je dérape ?

Il les regarda tour à tour, entre curiosité et colère. Sawal sentit une envie irrépressible de rire lui secouer les entrailles et une sorte de ricanement rauque s'échappa de sa gorge.

- Attention ! Kalis le Panseur va déraper !


Il voulait qu'ils partent tout les deux, et vite. Enerver le Serpentard n'était certainement pas une bonne idée mais c'était un moyen de détourner son attention.

- Il va nous torturer !


Il fixait Kalis, les yeux fous et remplis de défi hargneux. Une lueur brillait dans ses yeux vairons, celle qui anime les animaux pris au piège, cette dernière étincelle de rébellion.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMarlène Lenoir
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Ven 3 Mar - 10:33

Je hausse un sourcil. Ils commence à m'énerver, tous autant qu'ils sont, Sawal, Kalis, le destin qui si il existe doit bien se foutre de ma gueule... de notre gueule en fait. Et au fondé, rien n'a changé. Le monde a bougé autour de nous, et finalement, j'ai toujours peur pour Merwin, Kalis m'énerve toujours et je comprends de moins en moins Sawal. Parce que c'est bien là le problème, Sawal ne s'est pas confié plus que moi, l'année dernière. Tellement de non-dits...

"Kalis Antoy. Sawal Azel. Taisez-vous."


J'ai marmonné. A peine un murmure dans le silence.


"Je sais, tu t'appelles pas Azel, je sais, j'ai pas à t'appeller par ton prénom, fis-je en me tournant vers l'un puis l'autre. Vous êtes semblables sérieusement. Merlin, je suis un grand incompris... mais évidement, vous êtes incompréhensible ! Vous refusez qu'on fasse attention, vous vous faites remarquer, vous vous détestez... j'en peux plus."

Je suis plus calme, je finis en un souffle à peine murmuré. Sawal dit qu'Antoy est un penseur. Je ne pense pas que ce soit vrai, mais au fond, qu'est-ce que j'en sais. Penseur ou pas, c'est avant tout un chieur qui montre tellement d'assurance qu'on se demande si il a une seule once de confiance en lui. Avant tout, c'est un ado à peine majeur d'un an de plus que moi, j'ai aucune raison de m'écraser.

_________________

Marlène Lenoir
Moineau-robase I, Française Folle de Service et Marraine la bonne fée des Serdy.



      

Médailles & récompenses (OU Quand Marly se la pète (un peu) ^^):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Ven 3 Mar - 17:40



Il n'avait jamais été un Azel, vraiment ? Encore une information intéressante à retenir, impérativement. Il y avait forcément des secrets derrière tout ça, qu'il comptait découvrir. Pas même les murmures de Lenoir à Sawal ne pourraient l'en dissuader. Attention ! Kalis le Panseur va déraper ! Il va nous torturer !

Sawal eut à peine le temps de finir ses phrases et d'en rajouter que Marlène s'interpose entre eux deux avant que le serpentard ne puisse intervenir à sa place. Kalis serra lentement les dents, les yeux plissés à la manière d'un animal prêt à bondir sur sa proie sans la lâcher des yeux au cas ou elle viendrait à s'enfuir. Il énumèra un à un ses prochains plans pour faire avouer la vérité à Sawal tout en écoutant les remontrances de la jeune fille. Elle l'énervait ; elle n'avait rien à faire ici, mais après tout, tout comme lui, elle était venue ici par hasard.

Cependant, Kalis continuait de penser que ça aurait été un bon moment pour régler ses affaires avec Sawal et la tâche aurait été plus simple si Marlène n'était pas là.
De plus, détester Sawal était un bien grand mot. Car détester quelqu'un , qu'est ce réellement ? Kalis ne détestait personne vraiment à part lui même. Le jeune homme de serdaigle était juste un emmerdeux semblable à lui à ses yeux et rien d'autre. Aussi, il trouva important de le préciser.


Je n'ai jamais dis que je détestais Sawal , répliqua t-il d'une voix sèche. Il s'interrompit une bref seconde pour leur laisser le temps d'enregistrer ses mots. Ses yeux perçants tombèrent sur Sawal et ne s'en détournèrent pas. A lui de jouer maintenant. Il releva sa baguette qu'il avait ressortie, se leva et la pointa sur eux, en direction d'un point invisible entre les deux élèves. Ainsi, si Sawal ou Marlène aurait la merveilleuse idée d'essayer de l'attaquer, il réussirait à contrer leurs sorts aisément.


Très bien vous deux. Ecoutez moi. Lenoir, tu vas gentiment me passer ta baguette si tu ne veux pas que ton pote prenne à ta place, ordonna t-il d'une voix froide, sévère et sèche qui ne laissait pas la possibilité aux autres d'avoir leur mot à dire. Aucun sourire n'était visible sur son visage aux allures d'un prédateur en pleine chasse qui avait sa victime dans sa ligne de mir. Ensuite, je m'occuperais de toi Sawal Azel , dans tous les cas, je ne ressortirais pas de cette pièce sans avoir été mis au courant de ce qu'il se passe réellement. Vous feriez mieux de vous dépêchez ...

Il s'adossa au mur derrière lui pour être mieux installé , les tenant toujours en joue. Kalis avait conscience que la situation était autant critique pour lui que pour ses camarades. Ils étaient deux contre lui et il suffirait d'une demi-seconde d'innatention pour que Lenoir ou Azel attrape leur baguette et retourne la situation dans leur faveur.
Revenir en haut Aller en bas
avatarSawal Azel
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Jeu 16 Mar - 10:04

Sawal n'écoutait pas. Au moment où Marlène avait commencé à leur faire la morale, il s'était comme déconnecté. Il ne parlerait pas. C'était hors de question. Marlène semblait perdue dans ce chaos d'intentions mauvaises. Kalis s'y sentait comme un poisson dans l'eau. Il ne réagit pas à la provocation de Sawal, à sa grande déception.

Je n'ai jamais dis que je détestais Sawal


Sawal lâcha un ricanement surpris. Il était pourtant persuadé que le Serpentard le haïssait, leur première rencontre avait été comme annonciatrice de tout ce ressentiment. Kalis avait failli étrangler le petit Serdaigle à cause de sa bourde des canards roses. Sawal devait bien avouer que lui non plus ne le détestait pas, c'était juste particulièrement amusant de l'embêter, même si dans le cas présent cela se retournait contre lui.
Kalis, toujours bien décidé à tout savoir, pointa sa baguette sur eux. Celle de Sawal était loin, trop loin.

Très bien vous deux. Ecoutez moi. Lenoir, tu vas gentiment me passer ta baguette si tu ne veux pas que ton pote prenne à ta place. Ensuite, je m'occuperais de toi Sawal Azel , dans tous les cas, je ne ressortirais pas de cette pièce sans avoir été mis au courant de ce qu'il se passe réellement. Vous feriez mieux de vous dépêchez ...



Une voix froide, sèche, sûre d'elle. Kalis devint Ewar Azel et le monde bascula à nouveau. Il ne voyait plus Kalis qui le tenait en joue, ni Marlène énervée et perdue. Il ferma les yeux et serra les mains sur ses tempes. Un murmure rauque jaillit de ses lèvres sans discontinuer, il voulait faire partir l'image de son père triomphant. Il se crispa et leva des yeux fous vers Kalis.

- T'as la haine parce que je t'ai surpris à bécoter ton bonhomme de neige !? Parce que j'ai semé le doute dans sa tête ?! hurla-t-il. Si t'as si peur, c'est forcément que t'as quelque chose à te reprocher ! Et de toute façon, à quoi ça t'avance de savoir que j'ai tué la personne qui m'était le plus cher ?

Sa voix se brisa sur les derniers mots, il resta à fixer Kalis, défiant.
Revenir en haut Aller en bas
avatarMarlène Lenoir
Moderateurs Moderateurs


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Ven 17 Mar - 14:36

Je haussai un sourcil et toisai Antoy, sans aucune intention de lui obéir. Ce n'était pas parce qu'il agitait sa baguette d'un ton menaçant que j'allais lui obéir. Je détestais qu'on me donne des ordres lorsqu'on était pas supérieur à moi, or c'était le cas actuellement. Le ton qu'il utilisait, impérieux, m'insupportait au plus haut point.
Sawal en revanche paraissait touché, comme pris de délire. Je le regardai, impuissante, laisser échapper son secret... secret qui me choqua au plus haut point par sa formulation. Parce que, je ne m'y trompais pas. Il n'avait pas tué quelqu'un, il en était incapable, et sa réaction même le prouvait. En revanche, cet amour immense, aussi immense que sa détresse, se ressentait au plus haut point. Je me mordis la lèvre, je savais qu'il lui faudrait du temps pour guérir de sa culpabilité. Du temps et de l'aide. Et j'étais incapable de l'aider de cette façon. Je le savais. Pourtant... je le voulais vraiment. Je finis par déclarer d'une voix brisée.

"J'en peux plus... de te voir souffrir. J'en peux plus."


J'hésitai un instant, ne voulant pas pleurer, ne pouvant plus rien dire, perdue. Je le regardai avec affection et culpabilité mêlées, et partis brusquement en courant, incapable de faire quoi que ce soit d'autre.



Fin de RP pour moi

_________________

Marlène Lenoir
Moineau-robase I, Française Folle de Service et Marraine la bonne fée des Serdy.



      

Médailles & récompenses (OU Quand Marly se la pète (un peu) ^^):
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Mer 29 Mar - 15:41

Les serres abandonnées
Sawal & Kalis
Sawal réagit exactement de la manière dont Kalis l'avait prédit. Il ignorait si le serdaigle ressentait la même chose vis à vis de lui mais il ne fallait pas trop y croire , vu le regard qu'il lui lançait et toutes les sarcasmes qu'il se prenait dans la tête depuis plus de cinq minutes. Il resserra ses doigts autour de sa baguette qui envieuse d'être enfin utilisé, était la seule chose qui lui restait à ce moment même pour que les deux autres élèves ne prennent pas le dessus. Sans ciller, il affronta les yeux fous de Sawal qui le défia du regard.




- T'as la haine parce que je t'ai surpris à bécoter ton bonhomme de neige !? Parce que j'ai semé le doute dans sa tête ?! Si t'as si peur, c'est forcément que t'as quelque chose à te reprocher ! Et de toute façon, à quoi ça t'avance de savoir que j'ai tué la personne qui m'était le plus cher ?










Kalis pointa sa baguette sur son camarade ; la force de ses paroles et le ton était haineux, Sawal avait la haine. Sawal avait mal. Sawal était détruit. Et maintenant le serpentard savait pourquoi . Il voyait dans ses yeux un grand vide, un peu d'absence comme s'il n'était pas la personne que Sawal pensait avoir devant lui en cet instant précis.

Il resta même bouche bée , la mâchoire crispée, les yeux tout aussi fous que ceux du serdaigle. Tandis que Lenoir quittait les serres la voix brisée, Kalis observait le visage de Sawal. Ca devenait aussi intéressant que dangereux. Leur jeu tournait au vinaigre.



Le tenant toujours en joue, Kalis profita du silence pour s'approcher , baguette levée, et lui tendre la seule chose qu'il avait sur lui : Un mouchoir.






Tu as tué qui , Sawal ? La question était simple, la réponse sans doute plus compliquée. Il ne l'avait pas appelé par son surnom pour ne pas le provoquer et puis la curiosité était plus forte que l'envie de lui faire du mal. Il avait sans doute ses raisons de ne pas vouloir qu'on l'appelle ainsi et même si Kalis prenait un malin plaisir à le titiller avec ça, il le respectait. Cependant, les risques que Sawal lui saute dessus ou tente de lui faire du mal étaient bien trop grands pour qu'il baisse la garde.



C'était étrange mais Kalis avait mal pour Sawal ; il n'aimait pas voir les autres souffrir. Et pourtant, il était énervé contre lui de tout ce qui lui avait dit, de ces rumeurs qu'il avait propagé. La pointe de sa baguette touchait presque le menton de Sawal. Il ne comptait pas lui faire du mal, à part si c'était pour se défendre. A présent, il voulait écouter la vérité, l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatarSawal Azel
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Jeu 6 Avr - 11:33

Sawal fixait toujours Kalis, les dents serrées. Ses tempes bourdonnaient atrocement et il lui semblait apercevoir des paillettes blanches à l'orée de son champ de vision. Marlène à son côté semblait choquée par sa révélation, son secret. Il l'avait dit, enfin ...

- J'en peux plus... de te voir souffrir. J'en peux plus.


Sawal eut envie de ricaner, de lui hurler de partir, que de toute façon elle ne pouvait rien faire, il était coupable. Il n'en eut pas l'occasion, elle s'enfuit des serres retenant ses sanglots et, quelque part dans le coeur souffrant de Sawal, il résonnèrent comme un glas triste. Kalis n'avait pas bougé, lui aussi surpris par les mots du jeune homme. Une fois Marlène partie, il s'avança, comme un serpent enjôlant sa proie, la baguette toujours pointé en direction du Serdaigle et lui tendit un mouchoir. Sawal baissa les yeux dessus et le rejeta d'un geste de main.

- Je veux pas de ta pitié Antoy.


Kalis ne sembla pas réagir et Sawal percevait dans ses yeux ne forme de respect, de compassion et de curiosité mêlés. Le plus petit sentait le pilier métallique de la structure dans son dos, ses poignets encore lancinants, le bourdonnement de ses oreilles, des vertiges l'assaillaient. Quand Kalis posa sa question, il se tendit, serra les dents. Il avait remarqué que le Serpentard l'avait appelé par son prénom, mais cela ne fit pas baisser ses défenses. Il se redressa un peu et fixa un point derrière Kalis, ses ongles griffant nerveusement ses plaies. Il n'était plus aussi combattif, son aveu l'avait rendu faible et simplement triste. Toute colère s'était envolée.

- Comme si j'allais te le dire Kalis, fit-il d'une voix brisée presque sanglotante. Et puis qu'est-ce que ça t'apporterait de savoir ?
Revenir en haut Aller en bas
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Ven 7 Avr - 15:08

Les serres abandonnées
Sawal & Kalis


La baguette de Kalis eut ce réflexe de se baisser légèrement devant Sawal qui ne représentait pas une menace en ce moment même. Ses minables sanglots secouaient son pauvre corps et ses yeux avaient perdus tout de leur couleur, malgré qu'ils ne soient pas très éclatants d'habitude. Kalis remit le mouchoir au fond de sa poche arrière avant de ranger aussi sa baguette. Sawal était trop faible pour s'en prendre à lui.


Ma pitié ? Fit Kalis à mi-voix d'un air sidéré. Il éclata de rire avant de reprendre son teint de marbre. Tu crois que j'ai pitié de toi, Azel ?
Comme la baguette ne les séparait plus , Kalis se rapprocha encore un peu, le surplombant de sa hauteur. Son gros point positif, c'est qu'il sentait que cette discussion avait un effet sur le serdaigle et qu'il allait bientôt craquer. Le voyant nerveux et ne souhaitant pas qu'il se fasse plus de mal inutilement, le serpentard agrippa son poignet qui grattait nerveusement sa main et l'éloigna de l'autre. Il ne connaissait que trop bien cette douleur.


Pas grand chose c'est vrai ... C'était quelqu'un de ta famille ? demanda t-il en fronçant les sourcils. Oh si tu vas me le dire mon ami... C'est pour ton bien allez. 

Il tenait toujours son poignet pour l'empêcher de se faire du mal et de son autre main, glissa la lame brillante d'un petit couteau sous son menton. Il avait encore un peu de rancoeur envers le serdaigle d'avoir foutu la merde dans son couple. Tu ferais mieux de répondre... Il ne voulait pas lui faire du mal.
Revenir en haut Aller en bas
avatarSawal Azel
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Sam 15 Avr - 22:35

Sawal avait bien remarqué que la baguette de Kalis s'était baissée, il grinça des dents quand Kalis la rangea. Mais il avait raison après tout, quelle genre de menace une loque comme lui pouvait-elle bien représenter ?

- Ma pitié ? Tu crois que j'ai pitié de toi, Azel ?


Sawal ne répondit pas, l'éclat de rire de Kalis l'avait glacé. Dans un sens il lui rappelait son père. Le Serpentard se rapprocha un peu plus de lui pour le coincer un peu plus. Sawal crispa ses doigts sur son poignet, faisant à nouveau couler le sang. Kalis le remarqua et attrapa ses poignets, le plus petit ne se débattit même pas, remerciant intérieurement Kalis de l'avoir arrêté parce que lui-même était incapable de le faire.

- Pas grand chose c'est vrai ... C'était quelqu'un de ta famille ? Oh si tu vas me le dire mon ami... C'est pour ton bien allez.



Sawal serra les dents et tenta de se rebeller. Kalis approchait de la vérité et il refusait d'être là s'il devinait. Il tenait encore ses bras pourtant le Serdaigle vit clairement une lame luire au soleil et sentit parfaitement son tranchant contre sa gorge. Kalis le menaça un peu plus et cela eut pour effet de projeter une énorme dose d'adrénaline dans les veines de Sawal qui éclata d'un rire presque dément. Il appuya son cou contre la lame et fixa Kalis avec les yeux pleins d'espoir.

- Vas-y, susurra-t-il, fais le. Fais le pour moi qui n'ait pas les co*illes de le faire. Envoie moi la rejoindre !
Revenir en haut Aller en bas
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Lun 17 Avr - 12:38

Les serres abandonnées
Sawal & Kalis



Kalis s'attendait à ce que Sawal lui demande de le faire. Il s'attendait à cette réaction si banale au point qu'il avait même hésité à le sortir. Il fixa le serdaigle d'un regard intense, en cherchant les réponses à ses questions au fond de ses yeux mais il n'y aperçut que de la douleur et une profonde, très profonde envie de partir. A l'évidence, Sawal portait quelque chose de beaucoup trop lourd pour lui sur ses épaules et il avait juste envie qu'on lui en débarasse. Le serpentard appuya un instant la lame contre sa joue, le fixant avec gravité avant de la ranger d'un geste vif.



Non, je ne suis pas un tueur, souffla t-il en se reculant et lui montrant ensuite son profil. Il refusait de se laisser abandonner à l'idée que la seule solution d'être puissant était de passer par l'usage de la force.


Sawal n'était pas à proprement parlé, son ennemi. Ils se chipotaient certes, et les deux essayaient de découvrir les secrets de l'autre mais ce n'était pas de la haine. Au fond de lui, Kalis avait assez de compassion pour le serdaigle pour vouloir l'aider. Et il voulait qu'il le comprenne.


Ok, je ne vais pas forcer. Mais tu sais ou me trouver si...-il hésita sur le dernier mot- tu veux une oreille attentive à qui parler.


Il avait du mal à croire ce qu'il disait, pourtant c'était sincère. Kalis n'en voulait pas aux gens , ils acceptaient de pardonner. C'était sans doute la principale raison pour laquelle il se sentait obligé de ne pas devenir un panseur : Le pardon.
Revenir en haut Aller en bas
avatarSawal Azel
Eleve Serdaigle Eleve Serdaigle


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Jeu 4 Mai - 8:47

Kalis ne parut pas surpris par la réaction de Sawal, comme s'il avait déjà compris l'état dans lequel il se trouvait. Le Serpentard appuya un instant sa lame sur la joue du plus petit qui, dans un sursaut d'espoir, espéra qu'il aille plus loin. Mais Kalis rangea rapidement son couteau. Un sourire amer se peignit sur les lèvres de Sawal. "Pas un tueur", non Kalis n'était pas un tueur mais lui, oui. Le Serpentard se recula et Sawal serra les doigts sur le sol, prêt à se lever pour fuir.

- Ok, je ne vais pas forcer. Mais tu sais ou me trouver si... tu veux une oreille attentive à qui parler.



Sawal se redressa, il était plus petit que Kalis mais ses yeux vides étaient empreints d'une force, ou d'une absence de force, monstrueuse. Il dévisagea Kalis sans réellement comprendre. Le pardon ... en quoi celui de Kalis importait ? C'est celui d'Hilly qui lui fallait. Mais quelque part cela le touchait qu'il lui propose cela. Néanmoins, une carapace de tristesse n'est pas facile à percer.

- Comme si j'allais dire quoique ce soit a mec qui vient de me menacer avec un couteau !

Il s'approcha menaçant avant de tourner les talons, une main serrée sur son poignet meurtri.

[Fin de RP pour moi, sauf si t'as quelque chose à dire encore]


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatarKalis Antoy
Eleve Serpentard Eleve Serpentard


Feuille personnage
:
MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   Sam 13 Mai - 16:25

Les serres abandonnées
Sawal & Kalis



Le déni. Le rejet. La peur. La terreur, même.

Sawal avait peur, ça se sentait et pire, ça se voyait dans ses yeux. Depuis tout à l'heure, Kalis ne voyait que ça , et il peinait à reconnaître le Sawal narquois et provocateur avec qui il était confronté tant de temps. Après l'avoir longuement dévisagé, et alors qu'il s'apprêtait à répondre , Sawal lui prouva une fois de plus qu'il n'était pas prêt et qu'il refusait son aide. Au moins, il ne pouvait pas se reprocher de ne pas avoir essayé.

Comme si j'allais dire quoique ce soit a mec qui vient de me menacer avec un couteau !
Kalis émit un rictus méprisant mais ne trouva aucun mot pour se justifier ; pour lui prouver qu'il ne voulait pas lui faire du mal. Serait il vraiment obligé de le prendre dans ses bras pour qu'il le voit ? Que devait il faire pour que les gens cessent de le voir ainsi ?
Sawal finit par s'approcher puis par reculer et Kalis le laissa faire. La minute qui suivit, il se retrouva de nouveau seul dans les serres abandonnées.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les serres abandonnées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les serres abandonnées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Le RPG :: Poudlard :: Le parc-